19 708 Pages

Milice du Temple - Ordre des Pauvres Chevaliers du Christ
octogonal Croix de la milice du Temple

la Milice du Temple - Ordre des Pauvres Chevaliers du Christ (Milice Templi - Christi pauperum Militum ordo, en latin), il est une association de fidèles qui, selon la règle, approuvée par 'Archevêque de Sienne Mons. Gaetano Bonicelli, le 18 Novembre 1990, définit « lay ordre de la tradition catholique et l'établissement militaire monastique "[1]. La mise en place est en retrait entre le traditionalistes catholiques en communion avec le papa Rome.[2][3]

définition

« Notre mot est principalement destiné à ceux qui méprisent suivre leur propre volonté et le désir de servir avec la pureté et de courage dans la Chevalerie du souverain véritable et suprême ... »

(Règle des Pauvres Chevaliers du Christ, prologue)

L'association, fondée en 1979 par conte Marcello Alberto Cristofani della Magione (Casole d'Elsa, 8 janvier 1940) qui est devenu le premier grand maître, prétend être inspiré par les vertus chevaleresque, idéaux et au mode de vie Templiers, décrit par St. Bernardo di Chiaravalle en Liber ad milites Templi laude novae militiae de. Il déclare que « la seule institution des Templiers avec la nature canonique légitime »[4], mais il n'a aucun droit de lien juridique ou descendants à l'ordre de Templiers, aboli le 3 Avril, 1312 de papa Clemente V avec la bulle Vox excelso[5]

L'association a pour but le salut de l'âme de ses membres à travers prière, la pratique de sacrements et l'esprit de la chevalerie, la mise en œuvre des idéaux chrétiens à travers le service de l'Église et du prochain. En particulier, ils se pratiquent la liturgie selon la tradition grégorienne latine, messe tridentine, la récitation bréviaire, la chant grégorien.

La « milice du Temple » est également engagée dans le domaine de l'approfondissement spiritualité et la culture de la chevalerie chrétienne et l'éducation des jeunes par le biais scoutisme. Enfin, il propose d'offrir une assistance aux pèlerins et un soutien moral et matériel à ceux qui en ont besoin, en particulier pour chrétiens présenter Terre Sainte.

organisation

Milice du Temple - Ordre des Pauvres Chevaliers du Christ
Armoiries du Grand Maître, Marcello Alberto Cristofani della Magione

Selon la règle, la milice du Temple se compose de trois catégories de membres, liés par votes individuels selon chaque catégorie: « chevaliers profès », « chevaliers dans l'obéissance » et « dame ». Ensuite, il y a les membres ajoutés, « aumôniers » décorés « et » oblat «également appelés » chevaliers ou de dévotion » dames qui ont aucun lien direct avec la règle.

L'institution est gouvernée par un « grand maître », élu tous les neuf ans comme un chapitre treize « Chevaliers de la Justice », a déclaré « plaire magistral »: Actuellement, la charge est couvert par le fondateur, Marcello Alberto Cristofani della Magione.

Le bureau magistral est situé à Château de la Magione à poggibonsi (OUI).

les cardinaux Silvio Oddi, Edouard Gagnon et Alfons Maria Stickler étaient des « patrons cardinaux » de la milice du Temple, alors que Monseigneur Mario Ismaele Castellano Il a été le promoteur de la naissance de l'institution, « aumônier d'honneur » et « protecteur de l'évêque. » Ordinaire diocésains est l'actuel archevêque de Sienne Antonio Buoncristiani.

L'emblème de la milice du Temple est le rouge « croix à huit branches », symbole des « huit béatitudes », tandis que le drapeau est blanc avec une croix rouge octogonale. Le grand maître a son propre blason et son propre insigne.

propagation

La milice du Temple est présent à travers « precettorie » dans Italie (Commanderie de l'Italie, commanderie bureau magistral), Suisse italienne (Commanderie de l'Italie), Autriche et Allemagne (Parlant allemand commanderie), Hongrie et Roumanie (Préceptorerie Hongrois) États-Unis d'Amérique et Canada (Commanderie Amérique du Nord)[6] et par « légations magistrales » dans Royaume-Uni et République d'Irlande, Pologne, Espagne, Australie et Brésil[6].

Remerciements

Le 24 Juin, 2015 l'archevêque de Sienne E.T. Antonio Buoncristiani Il a approuvé les nouvelles constitutions de l'ordre, comme une association privée de fidèles[7].

notes

  1. ^ Pauvres Chevaliers du Christ
  2. ^ Article 25 mai 2003 publié par le Journal
  3. ^ article sur Corriere della Sera 25 mai 2003
  4. ^ http://www.ordo-militiae-templi.org/pagina.php?ID_pagina=8
  5. ^ Pourtant, l'Église catholique (comme l'a souligné à plusieurs reprises dans 'Osservatore Romano) Ne reconnaît aucune association ou prétendue ordre neotemplare, bien que certains pensent qu'un « possible afin de rivivescenza » serait théoriquement possible « par la Saint-Siège même « : Voir Guerrino Pelliccia et Giancarlo Rocca (conservateurs). Dictionnaire des instituts de perfection (9 vol.), Editions Pauline, Milan 1974-2003. La « milice du Temple » ne serait une « association privée de fidèles laïcs de droit diocésain »: Guerrino Pelliccia et Giancarlo Rocca (conservateurs) Dictionnaire des instituts de perfection (9 vol.), Editions Pauline, Milan 1974-2003.
  6. ^ à b L'information a été prise de Liber Annalis 1999, Poggibonsi, The Mansion, 1999
  7. ^ Décret d'approbation des nouvelles Constitutions de la milice Associatif du Temple

bibliographie

  • Ordre de la milice du Temple, Règle des Pauvres Chevaliers du Christ, Papeterie magistrale de la milice du Temple, (Sienne) 1992;
  • Ordre de la milice du Temple, critères de développement et de développement, Papeterie magistrale de la milice du Temple, (Sienne) 2006;
  • Bulletin officiel de l'archidiocèse de Sienne-Colle di Val d'Elsa- Montalcino n. Décembre 1990 11 au 12 novembre
  • Giancarlo Rocca, La restauration des Templiers, Guerrino en fourrure et Giancarlo Rocca (éds), Dictionnaire des instituts de perfection, Volume IX, Paulist Press, Rome 1997, coll. 903-905;
  • Divers auteurs, Les Templiers: mythe et de l'histoire. Actes du colloque international des Templiers Mansion Poggibonsi (Sienne, 29 au 31 mai 1987), Viti-Riccucci, Sinalunga (Sienne) 1989;
  • Giuseppe Mantelli, Le Templier Mansion House sur la Via Francigena, Le manoir des Templiers, (Sienne) 1990;
  • Divers auteurs, Keter EV szerzetessège, vol. II, Dinasztia, Budapest 1998, pp. 1279-1282;
  • Isidoro Palumbo (ed) La milice du Temple, P.I.P., Bologne, 1990.
  • Franco Cardini, Templiers et les Templiers. Histoire, mythe, mensonges, 2005. ISBN 88-8474-045-2
  • Mario Arturo Iannaccone, Templiers. Le martyre de mémoire. La mythologie des chevaliers du temple, 2005. ISBN 88-7198-498-6

Articles connexes

liens externes




fiber_smart_record Activités Wiki:
Aidez-nous à améliorer Wikipedia!
aller