19 708 Pages



Bataille de l'île de Tory
une partie de Uprising irlandais de 1798 et Guerres révolutionnaires
WarrensAction1798Ireland.jpg
La bataille de l'île de Tory dans un tableau de Nicholas Pocock
date 12 octobre 1798
lieu océan Atlantique, 37 km au nord de la côte de Donegal, près de 'île de Tory
résultat victoire britannique
Combatants
France France drapeau Union 1606 (Kings Colors) .svg Royaume-Uni
Les commandants
France Jean-Baptiste-François Bompart drapeau Union 1606 (Kings Colors) .svg John Borlase Warren
efficace
une cuve
9 frégates
3000 soldats
3 navires
5 frégates
pertes
700 disparus
2400 capturé
7 navires engloutis
150 disparus[1]
Les rumeurs de batailles sur Wikipédia

la Bataille de l'île de Tory (Parfois appelé Bataille de Donegal ou Bataille de Lough Swilly ou Raid Warren) Ce fut une bataille navale Guerres révolutionnaires, 12 Octobre se sont battus, 1798 entre la première république française et Uni de Grande-Bretagne. Le combat représente le dernier conflit Rébellion irlandaise de 1798 et, avec la défaite des Français, les Britanniques empêché les Français de décrocher un grand nombre de soldats en Irlande pendant la guerre.[1]

fond

la Société des États-Irishmen, dirigé par Theobald Wolfe Tone, soulevé une révolte contre la domination britannique en Irlande mai 1798. A en la demande des rebelles, les Français a envoyé un petit contingent de soldats sous le commandement Jean Joseph Amable Humbert à Killala et Comté de Mayo, mais déjà en Septembre de la même année, les deux renforts et les rebelles ont été vaincus. Ignorant la capitulation du général Humbert, les Français a envoyé des renforts 16 Septembre 1792. Déjà la première défaite de l'expédition française, royal Navy Il a été mis au courant d'une autre expédition, qui fut bientôt intercepté après avoir navigué de Brest.[2][3][4]

Battaglia

Ce qui a suivi était une longue chasse qui a pris fin juste à l'ouest de l'île de Tory. Au cours de la bataille, les Français ont tenté d'échapper, mais ont été poursuivis et, finalement, poussé peu à la fois et a vaincu: 4 navires ont été capturés, mais les survivants a réussi à éviter la capture. Deux semaines plus tard, pattugliatrici frégates britanniques patrouillaient la route de Brest, capturant trois autres navires. Sur les 10 navires français, deux frégates et un goélette Ils ont pu rentrer chez eux; Les pertes britanniques, cependant, ont été contenues.

Voici les ordres de bataille:

escadron contre-amiral garenne
navires Rango canons commandant pertes notes
assassiné blessés total
HMS robuste au troisième rang 74 Capitaine Edward Thornbrough 11 38 49 gravement endommagé.
HMS magnanime cinquième rang 44 Le capitaine Michael de Courcy 0 7 7 endommagé
HMS Ethalion cinquième rang 38 Le capitaine George Countess 1 4 5
HMS Amelia cinquième rang 38 Le capitaine Charles Herbert 0 0 0
HMS melampus cinquième rang 36 capitaine Graham Moore 0 1 1
HMS Canada au troisième rang 74 Commodore Sir John Borlase Warren 1 0 1
HMS Foudroyant au troisième rang 80 Le capitaine Sir Thomas Byard 0 9 9
HMS Anson cinquième rang 44 Le capitaine Philip Charles Durham 2 13 15 Gravement endommagé par le temps
Les pertes totales: 15 tués, 72 blessés (87 au total)
Squadronte de Bompart Commodore
Sémillante cinquième rang 36 Le capitaine Martin-Antoine Lacouture 0 0 0 Elle est revenue à Brest
Romaine cinquième rang 40 Le capitaine Mathieu-Charles Bergevin 0 3 3 Elle est revenue à Brest
Bellone cinquième rang 36 Le capitaine Louis-Léon Jacob 20 45 65 Et capturé gravement endommagé. Vendu à la Royal Navy HMS Proserpine mais il n'a jamais été mis en service sur le polonais.
immortalité cinquième rang 40 Le capitaine Jean-François Legrand 0 0 0 Elle a échappé; capturé le 20 Octobre.
Loire cinquième rang 44 Le capitaine Adrien-Joseph Segond 10 24 34 Elle a échappé; capturé le 18 Octobre.
Hoche au troisième rang 74 Commodoro Jean-Baptiste-François Bompart
Capitaine Marie-Desiré maistral
270 Sévèrement ils ont endommagé et capturé. Date de la Royal Navy HMS Donegal.
Coquille cinquième rang 36 Le capitaine Leonore Deperonne 18 31 49 Capturé. Hamoaze Accidentellement explosé.
Embuscade cinquième rang 34 Le capitaine Nicolas Clément de la Roncière 15 26 41 Capturé. Commandé dans la Royal Navy HMS embusquer.
Résolue cinquième rang 36 Le capitaine Jean-Pierre Bargeau 0 5 5 Elle a échappé; capturé le 14 Octobre.
Biche goélette 8 Le lieutenant Jean-Marie-Pierre Labastard 0 0 0 Détaché de la ligne de bataille et non utilisé dans le combat. Elle est revenue à Brest intacte.
Les pertes totales: 460[5]
Sources: James, p. 124-132, pp Clowes. 344-351

Combat du 13 Octobre, 1798

navires Rango canons commandant pertes notes
assassiné blessés total
HMS melampus cinquième rang 36 capitaine Graham Moore 0 0 0
Résolue cinquième rang 36 Le capitaine Jean-Pierre Bargeau 10 plusieurs - Capturé. Vendu à la Royal Navy sous le nom de HMS Résolue mais jamais entré en service.
Sources: James, p. 135-136, pp Clowes. 344-351

échapper à la Loire, 15-18 Octobre 1798

navires Rango canons commandant pertes notes
assassiné blessés total
HMS sirène cinquième rang 32 Capitaine James Newman Newman 4 13 17 Très endommagé.
HMS kangourou brigade 18 Brace commandant Edward 0 0 0
HMS Anson cinquième rang 44 Le capitaine Philip Charles Durham 2 13 15
Total des pertes: 6 tués, 26 blessés (32 au total)
Loire cinquième rang 40 Le capitaine Adrien-Joseph Segond 46 71 117 Et capturé gravement endommagé. Commandé dans la Royal Navy HMS Loire.
Les pertes totales: 46 tués, 71 blessés (117 au total)
Sources: James, p. 137-141, pp Clowes. 344-351

Combat du 20 Octobre 1798

navires Rango canons commandant pertes notes
assassiné blessés total
HMS Fisgard cinquième rang 38 Le capitaine Thomas Byam Martin 10 26 36 Très endommagé
immortalité cinquième rang 36 Le capitaine Jean-François Legrand † 54 61 115 Et capturé gravement endommagé. Commandé dans la Royal Navy HMS immortalité.
Sources: James, p. 142-143; Henderson, p. 77, pp Clowes. 344-351

La retraite Savary 28-30 Octobre 1798

Escadron capitaine Saumarez
navires Rango canons Les commandants pertes notes
assassiné blessés total
HMS César au troisième rang 80 Le capitaine Sir James Saumarez 0 0 0 Il endommagé par le temps, il a pris sa retraite avec succès de Chase le 28 Octobre.
HMS terrible au troisième rang 74 Le capitaine Sir Richard Bickerton 0 0 0
HMS Melpomène cinquième rang 38 Le capitaine Sir Charles Hamilton 0 0 0
Escadron de Commodore Savary
Concorde 40 Commodore Daniel Savary
Le capitaine André Papin
0 0 0
franchise 44 Le capitaine Jean-Louis Guillotin-Gonthière 0 0 0
médée 32 Le capitaine Jean-Daniel Coudin 0 0 0
vénus corvette 28 Le capitaine André Senez 0 0 0
Source: James, pp. 145-147

conséquences

Bataille de l'île de Tory
La localisation de la bataille

La défaite a incité les Français à ne pas à tâtons l'invasion de l'une des îles britanniques. De plus, de cette défaite des rebelles irlandais ne reçoivent pas plus des renforts extérieurs dans leur lutte pour l'indépendance. Après la bataille de Tone il a été trouvé dans l'un des navires français capturés, arrêtés et emmenés à Buncrana, la péninsule Inishowen; Ici, il a été jugé et condamné, mais préféra mourir en se suicidant en prison Dublin quelques heures avant qu'il ne soit pendu.[6][7]

notes

  1. ^ à b Martin Mace et John Grehan, Batailles britanniques des guerres napoléoniennes 1793-1806: envoyai du front, 2013, p. 121 et suiv., ISBN 978-1-78159-332-5.
  2. ^ Brooks, p. 605 ss.
  3. ^ forgeron, p. 141 ss.
  4. ^ Clowes, p. 344 ss.
  5. ^ Comme les pertes de 'Hoste ne sont pas une distinction entre les blessures et les décès dans la dépêche écrite après la bataille, il est justement possible de savoir que le nombre de victimes.
  6. ^ Jacques, p. 144.
  7. ^ Brooks, p. 626.

bibliographie

  • Richard Brooks, Champs de bataille de la Grande-Bretagne Cassell Irlande, Londres, Weidenfeld Nicolson, 2005 ISBN 978-0-304-36333-9.
  • William Laird Clowes, La Royal Navy, Une histoire des débuts à 1900, Volume IV, Chatham Publishing, 1997 [1900], ISBN 1-86176-013-2.
  • William James, L'histoire navale de la Grande-Bretagne pendant les guerres de la Révolution française et napoléoniennes, vol. 2, 1797-1799, Londres, Maritime Conway Press, 2002 [1827], ISBN 978-0-85177-906-5.
  • Donald R. Comment, Menace française en Colombie-Shores, 1793-1798, en Affaires militaires, vol. 16, nº 4, Société d'histoire militaire, hiver 1952, pp. 174-188, DOI:10,2307 / 1982368, JSTOR 1982368.
  • Digby Smith, Les guerres napoléoniennes Greenhill Data Book, Londres, Greenhill, 1998 ISBN 978-1-85367-276-7.



fiber_smart_record Activités Wiki:
Aidez-nous à améliorer Wikipedia!
aller