19 708 Pages



André Amédée Abel Marquis
24 octobre 1883 - 15 Octobre 1957
né en Toulon
mort en La Roche-sur-Yon
données militaires
pays servi France France
Forces armées Marine nationale
spécialités Submarines
Années de service 1900 - 1945
degré Vice-amiral
Wars Première Guerre mondiale
Guerre mondiale
décorations voir ici
Les données de Parades et politique à Vichy: Le corps des officiers français du maréchal Pétain[1]
entrées militaires sur Wikipédia

André Amédée Abel Marquis (Toulon, 24 octobre 1883 - La Roche-sur-Yon, 15 octobre 1957) Ce fut un amiral français, commandant de la forteresse de Toulon au moment de l'invasion allemande de la France de Vichy. Pour la non-résistance aux forces allemandes qui essayaient de capturer la flotte française (Lila Opération), et le sabordage ultérieur des navires, après la fin de la Seconde Guerre mondiale, il a été jugé, rétrogradé et condamné à cinq ans de prison. En 1950, il a été gracié et a obtenu la révocation de la sentence.

biographie

Il est né en Toulon (Var) le 24 Octobre 1883,[2] fils de 'amiral René Julien Marquis. Il entra dans la Marine Nationale en 1900, il a été nommé aspirant midshipman 5 octobre 1903, Dans un premier temps, il a travaillé à la commande du port Toulon. promu lieutenant 5 octobre 1905, et se lance dans navire de guerre Saint Louis membre de l'équipe Méditerranée. À partir du 1er Janvier 1908 Il a assisté aux sous-mariniers scolaires officiels[3], où Submariner de brevet officiel. Le 14 Août, 1908 devient commandant en second à bord du sous-marin Saphir, appartenant au 1er du Flottiglia submersible Méditerranée basé à Toulon, sous le commandement du cdt. Pierre Hubert. Le 1er Janvier, 1912 se lance sur 'croiseur blindé Léon Gambetta, comme aide flag vice-amiral Louis Dartige du Fournet, commandant de la 1ère division légère 1ère équipe. il est promu lieutenant 19 mars 1912, et le 1er Octobre de cette année, il a pris le commandement du sous-marin triton,[2] appartenant à la station submersible Cherbourg. Le 7 Octobre 1916, en pleine Première Guerre mondiale, assume la commande du sous-marin Brumaire,[2] et il est ensuite attribué Croix de la Légion d'honneur de chevalier. Le 1er Janvier, 1918 Il est vu détaché au port de Toulon.

Promu au rang de Capitaine de corvette 1 Août 1920, Il devient haut fonctionnaire à l'École de la Marine Paris 1 Janvier 1921. au cours de la 1922 il a été nommé Officier de l'ordre du ministre de la Marine, et est promu capitaine frégate 25 août 1923.[2] en Octobre 1924 assume la commande de l'alarme Ancre[2] et l'école pilote. en 1927 Auditore devient le centre des études navales Hohe et 1928 Il a été nommé officier de marine (attaché) à l'ambassade française Rome.[2] promu capitaine de la mer 3 décembre 1929, sur 1930 Il est retourné en France pour prendre, en Décembre, la même année le commandement du croiseur-école Jeanne d'Arc en construction Saint-Nazaire. Le 1er Janvier 1932, il entre en tant que membre du conseil de perfectionnement des écoles de la Marine, et est devenu commandant de l'École d'application. au cours de la 1933 Il effectue une croisière de formation Extrême Orient à bord de l'école Jeanne d'Arc, et la même année, il a été nommé directeur des études au Centre des hautes études navales[2][4] élevé au rang de vice-amiral en Janvier 1936,[2] est devenu professeur de tactique au Naval War College en Juillet 1937. En Mars l'année suivante a pris le commandement de la 3e division Cruiser Méditerranée, Il lève la bannière sur la lumière cruiser Marseillaise.

L'épidémie de Guerre mondiale, le 2 Septembre 1939, Elle le voit commandant de la 3e division de croiseurs Méditerranée, levant son drapeau à bord du 'croiseur léger Marseillaise.[5] Après la capitulation de la France, en Juillet 1940, il a été promu vice-amiral et il a nommé préfet du 5ème arrondissement de maritime Toulon. Le 27 Novembre 1940, au nom du gouvernement de Vichy, reçoit officiellement Toulon officiers et 1.046 marins français sont revenus d'Angleterre à bord du navire-hôpital Canada.[6] Ceux-ci étaient des marins civils appartenant aux navires réquisitionnés britanniques et marins militaires appartenant aux navires capturés dans les ports anglais. Avec lui, pour recevoir les gens de mer, l'amiral arrière Lucien Marius Gustave Cayol. Le 27 Novembre 1942 Il a été arrêté par les Allemands dans son lit, dans le cadre des opérations pour la capture de la flotte française à Toulon (Lila Opération). Pour défaut de résister aux Allemands, et pour travailler avec l'amiral Jean de Laborde la destruction de la flotte Toulon, en 1946 la Haute Cour de justice a condamné à cinq ans de prison pour trahison, la peine supplémentaire de la dégradation à la vie. en Septembre 1950 Il obtient la grâce, et plus tard sa peine a été révoqué. Il est mort le 15 Octobre 1957 à La Roche-sur-Yon (Vendée).

décorations

chevalier de Chevalier de la Légion d'Honneur (France)
officier de Officier de l'Ordre de la Légion d'honneur

notes

  1. ^ Paxton, Robert O. Parades et politique à Vichy: Le corps des officiers français du maréchal Pétain. Princeton, NJ: Princeton University Press, 1966
  2. ^ à b c et fa g h Le marquis de contre-amiral, Ouest-France, 16 janvier 1936.
  3. ^ École des officiers torpilleurs.
  4. ^ Centre des Hautes Etudes Navales.
  5. ^ Ouest-France 18 avril 1939.
  6. ^ Ouest-France du 28 Novembre 1940.

bibliographie

  • (FR) Paul Auphan, Jacques Mordal, La marine française dans la Seconde Guerre mondiale, Annapolis, Naval Institute Press, 1959.
  • (FR) Raphaël Leygues, Jacques Jean Georges, François Flohic, Darlan, Laborde: Le deux de Amiraux inimitié, Brest, Éditions de la Cité, 1990.
  • (FR) Jacques Mordal, La Marine à l'épreuve: de l'Armistice de 1940 au procès- Auphan, Paris, édition d'art et d'histoire. Plon, 1956.
  • (FR) Ou Robert. Paxton, Parades et politique à Vichy: Le corps des officiers français du maréchal Pétain, New York, Princeton University Press, 1966.

Articles connexes

liens externes

autorités de contrôle VIAF: (FR1850829 · LCCN: (FRn2003104235 · GND: (DE1054317550



fiber_smart_record Activités Wiki:
Aidez-nous à améliorer Wikipedia!
aller