119 708 Pages
language COVID-19 :

La Turquie d’Erdoğan aux prises avec Covid-19

Cette semaine, 90 000 détenus ont été libérés des prisons surpeuplées de Turquie en raison de l’épidémie de Covid-19. Parmi les personnes libérées, cependant, il n’y a pas de journalistes emprisonnés ou de prisonniers politiques tels que l’écrivain Ahmet Altan ou le philanthrope Osman Kavala, deux victimes de la vengeance du président Recep Tayyip Erdoğan. Le but de l’amnistie est en effet de faire de la place dans les prisons pour empêcher la propagation du virus, certainement pas pour mettre fin à la répression.
dsports_handball 14 aprile 2020. (Fabrizio Villa, Getty Images)
Couvre-feu et paniqueLe virus a forcé Erdoğan à un équilibre particulièrement risqué. Le président turc fait face à une épidémie beaucoup plus grave que prévu, avec 75 000 cas et 1 600 décès selon le dernier budget, et continue en même temps à mener deux guerres en dehors des frontières de la Turquie, dans le nord de la Syrie et en Libye . Sans parler de la situation d’extrême fragilité au sein du pays, politique (malgré le caractère autoritaire du gouvernement), mais surtout économique, avec la répercussion de la crise qui s’ajoute à une situation déjà précaire.
Erdoğan a longtemps hésité avant de prendre les mesures d’isolement, malgré les pressions des experts de la santé et du maire (en opposition) de la plus grande ville du pays, Istanbul, où 60% des cas d’infection ont été enregistrés.
En effet, le président craignait les conséquences économiques du blocus dans un contexte où les ressources financières sont déjà suffisamment compromises.
Quand Erdoğan a finalement pris les mesures appropriées, les effets ont été désastreux. Le 10 avril, le gouvernement a annoncé un couvre-feu le week-end, mais l’a fait deux heures avant son entrée en vigueur. L’annonce inattendue a déclenché la panique et se précipite pour acheter, provoquant le résultat inverse de ce qui était espéré.
Le tourisme emploie 2,5 millions de personnes et a subi un grave revers. Face à la colère des citoyens, le ministre de l’Intérieur Süleyman Soylu a présenté sa démission, pourtant rejetée par Erdoğan. L’histoire a mis en évidence les divisions politiques au sein du gouvernement, avec une lutte de clan dont Soylu, un ultranationaliste, est l’un des principaux protagonistes. Le virus a effacé les cartes. Il y a à peine cinq semaines (même s’il semble qu’une éternité soit passée), la Turquie avait entamé une lutte aux armes avec l’Europe en envoyant des milliers de migrants en Grèce, et en même temps avait commencé à entrer en conflit avec l’armée de Bachar al Assad en Région d’Idlib.
FIL D'ACTUALITÉS

bookmark COVID-19
Avr 14, 2020 @ 4:31

subject ACTUALITÉS:
Commentaires(0)
COMMENTAIRE
Caractères par message max. 1000
Pour commenter, vous devez vous connecter.
COMMENTAIRE

Evènements intéressants

planguageVoyag CITATION DU JOUer avec BooWiki...

  • Les plus beaux endroits pour voyager:
PAULARO
1
PAULARO
Belles montagnes et forêts
28082
VIESTE
2
VIESTE
Ville au bord de la mer
22929
MOLFETTA
3
MOLFETTA
Beauté médiévale au bord de la mer 16032
MARATEA
4
MARATEA
Village près des basses montagnes 12351
CASTIGLIONE DELLA PESCAIA
5
Moyen-âge CASTIGLIONE DELLA PESCAIA
Anciens châteaux de la renaissance 8929