s
19 708 Pages

Marlene Dietrich
Marlene Dietrich dans le film Shanghai express (1932)

Marlene Dietrich, pseudonyme Marie-Madeleine Dietrich / Maɐ̯'le: nə « de: tʀɪç / (Berlin, 27 décembre 1901 - Paris, 6 mai 1992), Il était un 'actrice et chanteur allemand naturalisé États-Unis.

Parmi les plus célèbres icônes le monde du cinéma au premier semestre XXe siècle, Dietrich a laissé une impression durable à travers son action, ses images et l'interprétation des chansons (rehaussées par une hantise, la voix sensuelle). La Dietrich était l'un des premiers plonger grâce à un ensemble de qualités qui ont fait monter dans la légende show business quel modèle femme fatale pour antonomase. Son mythe est né et développé en opposition à celle de Greta Garbo, à la fois leader star de deux sociétés de production rivales.

L 'American Film Institute Dietrich est entré dans le neuvième entre la plus grandes stars de l'histoire du cinéma.[1]

biographie

Les premiers succès

Il est né en schöneberg, aujourd'hui de Berlin, 27 décembre 1901, par Louis Erich Otto Dietrich (officier militaire prussienne) et Elisabeth Josephine Felsing (fille d'un bijoutier), même si elle a dit à plusieurs reprises qu'elle est née en 1904. à partir de 1907 un 1919 fréquenté des écoles Berlin et Dessau: Étude Commencé quatre ans, le français, l 'Anglais, la violon (Également ci-après Friedrich Seitz) Et piano. En raison d'un ligament déchiré dans un doigt, il a été forcé d'arrêter l'étude de la musique instrumentale, et est diplômé en tant que chanteur à 'Académie de Berlin.

en 1922 Il a commencé à fouler les planches des théâtres de Berlin (Berlin Großes Schauspielhaus) Et il a travaillé avec le directeur max Reinhardt, obtenir de petites pièces dans certains silencieux films. Le 17 mai 1923 marié Rudolf Sieber, directeur adjoint, et un an plus tard est née la fille Maria Elisabeth. en 1929 Elle est son premier protagoniste d'interprétation dans le film Die Frau, l'homme nach der sich sehnt.

Le Blue Angel

Marlene Dietrich
Marlene Dietrich en Le Blue Angel (1930)

En Octobre de cette année, il a signé pour jouer le film qui lui a donné la gloire, Le Blue Angel, réalisé par Josef von Sternberg, adapté d'un roman par Heinrich Mann, frère du célèbre Thomas.

Dans ce film, qui est aussi le premier film sonore de Le cinéma allemand, On le voit retirer une touche de sensualité et de l'interprétation pervertie de la célèbre chanson Lola Lola. Le film a été tourné dans plusieurs versions, en allemand et en anglais. Les costumes ont été conçus par elle-même (ci-après, ils seront attirés par le tailleur Travis Banton). Il est à cette époque que le directeur Sternberg l'a persuadée d'avoir ses quatre molaires et frappèrent régime strict pour lui donner un plus « look dramatique ».

Le lendemain de la première de Le Blue Angel, la presse Berlin proclamait star, en mesure de mettre au deuxième étage preuve agissant également du grand acteur Emil Jannings, mais l'actrice à cette époque était déjà sur le paquebot qui l'a menée en Amérique.

La gloire à Hollywood

Marlene Dietrich
Ensemble de valises d'origine Marlene Dietrich (Filmmuseum Berlin)

Alors que le directeur assemblait encore la version finale du suprême, qu'il distribuait aux États-Unis Le Blue Angel, 29 janvier 1930 Il a téléphoné à la nouvelle star et a offert un contrat de six ans avec un salaire de départ de 500 $ par semaine et une augmentation de 3500 septième année[2]. L'actrice a accepté, mais il a réussi à insérer dans le contrat une clause accessoire important, qui se révélera coûteuse pour l'étude: la possibilité de choisir le directeur de ses films, a gagné une condition de peur de perdre la coopération de von Sternberg.

Sur le voyage transatlantique rencontré Travis Banton, créateur de costumes avec lesquels il a toujours travaillé, avec qui il a partagé une admiration pour Sternberg et une fatigue physique extraordinaire. Il est à cette époque qui a été pris la célèbre photo de Marlene habillé yachtman, Sternberg prise par lui-même, qui a été libéré par Paramount avec l'image de tagline divistica Marlene: « La femme que même les femmes peuvent adorer. » Le glamour de cette image balayé tous les états d'âme de Paramount qui ont essayé en vain de lui interdire de se présenter en pantalon: à ce moment-là, de porter des vêtements mannish pour une femme était un acte presque subversif.

Marlene Dietrich est venu si Hollywood 2 avril 1930, où ils se réfugient après 1933 Aussi quelques-uns des meilleurs acteurs, réalisateurs et techniciens Le cinéma allemand du temps, fuite nazisme, comment Fritz Lang. Paramount a mis comme opposition à Greta Garbo, la star les pays scandinaves MGM. La diva allemande avait aussi le don du chant, lui donnant une carte plus dans les films parlants.

Dietrich puis a commencé à agir dans plusieurs films mémorables prises par son directeur de confiance, Sternberg et photographié seulement et que par Rudolph Maté, qui a créé cette image de sensualité raffinée mais rêches qui lui a donné à la popularité dans le monde entier.

Marlene Dietrich
Marlene Dietrich en Maroc (1930)

Le premier film américain a été Maroc, le même 1930 (Octobre), où elle a chanté deux chansons et qui lui a valu le nominations tous 'Oscar de la meilleure actrice. Maroc Il a été libéré aux États-Unis avant de Le Blue Angel (Décembre 1930) et en Mars 1931 Il est arrivé dans les salles aujourd'hui déshonoré: Il était devenu en quelques mois star cinéma mondial.

en Maroc est resté son célèbre performance Il chant habillé comme un homme et le baiser avec une femme dans le public, une scène qui reste l'une des premières représentations d'un baiser gay histoire du cinéma. à Shanghai express (1932) Il a été étudié à fond son regard: noirs vêtements qui snellissero et plumes de coq de combat noir. L'année suivante, Sternberg a refusé de le diriger Le Cantique des Cantiques, mais encore suggéré de demander à avoir dirigé ont été confiées à Rouben Mamoulian, ce qu'elle a fait rapidement grâce à sa liberté contractuelle sur le choix des administrateurs.

Les derniers films les plus célèbres sont toutes les variations sur fond diva exotiques de son imagination l'image, comme cela était arrivé dans Maroc: Russie L'impératrice rouge, Espagne espagnol Capriccio (1935), Qui a été le dernier film dans lequel il a travaillé avec Sternberg. Pour ce dernier film, elle a voulu donner une nuance méditerranéenne au caractère de Conchita et a essayé de noircir les yeux, en utilisant collyre pour dilater les pupilles. Mais ne pas être en mesure de passer à autre chose ensemble Sternberg a avoué son mal trouvé et il lui a assuré avec un morceau de papier qui couvrait une partie du projecteur qui éclaire son premier plan était en mesure de lui donner le brun gradient recherché[3].

Le professionnalisme et la détermination de Dietrich sur ensemble Ils étaient proverbiales. Avec la discipline qu'elle exigeait d'elle-même une interprétation parfaite, il a continué à couvrir quelque défaut profil d'interprétation dramatique. en espagnol Capriccio, par exemple, Sternberg avait créé la scène de présentation d'un personnage, au premier étage d'un ballon éclatement et montre le visage de la diva. Il était nécessaire de garder un visage droit à l'éclatement du ballon, en évitant le réflexe naturel de claquer moins paupières: il a subi des tests éprouvants, mais finalement il a pu effectuer, comme toujours, le bon performance[4].

Le grand succès aux États-Unis et la citoyenneté

Marlene Dietrich
signature Marlene Dietrich sur le plâtre d'un soldat américain blessé au cours de la Guerre mondiale

en 1934 Il est venu gagner 350 000 $ par année, un chiffre astronomique qui a fait d'elle l'une des personnes les plus riches aux États-Unis[5]. Dans la même année, il a fait un voyage en Europe. Sa famille puis a suivi son aventure américaine, bien qu'il vivait maintenant séparé de son seul mari qui vivait avec son ex-petite amie; les autres étaient innombrables aventures, il se laissa aux amoureux des deux sexes[citation nécessaire]: Il était une vie que beaucoup appelaient scandaleux. La relation avec Sternberg était très tendue: les deux sont constamment mis au défi et est venu à aggredirsi verbalement pendant le tournage[6]. La rupture définitive est venu 1935, en particulier pour la volonté du réalisateur. L'image de la diva allemande restait ancrée à celui créé par Sternberg.

Après sept années passées en USA il a obtenu la citoyenneté. Avec les États-Unis ont coopéré au cours de la Guerre mondiale et 1944 animation montre les troupes tenue américaines, ce qui porte son art dans des hôpitaux de campagne en Afrique du Nord et Europe; Elle a chanté avec le texte anglais - et portant un uniforme de sa propre création - la chanson allemande Lili Marleen, qui deviendrait son hymne.

à partir de 1954, lorsque la carrière cinématographique était en déclin, il a joué sur les conseils du dramaturge Noël Coward, qui était l'organisateur, dans des spectacles où elle a chanté les chansons de ses films et diverti le public avec des monologues improvisés. Le spectacle a été réalisé dans le monde entier avec un grand succès et avec une compensation généreuse.

Mais dans les années cinquante Dietrich a également deux grands essais actrice classique Témoin à charge de Billy Wilder et La Soif du mal de Orson Welles.

le coucher de soleil

Marlene Dietrich
Marlene Dietrich en Les gagnants et les perdants de Stanley Kramer (1961)

Selon certaines sources, l'artiste compliqué leur santé pour la première fois 1972, lors d'un spectacle à Théâtre Queen de Londres, tombant après une sortie. Pour encore plus aggraver la situation a ajouté une nouvelle baisse, qui a eu lieu lors d'une performance tenue à Ottawa (en Canada) Et, par la suite, celle de la dernière apparition publique Sydney (en Australie), Dans 1975. L'actrice a alors décidé de se retirer de la scène[7].

en 1978, Il était persuadé de revenir une dernière fois sur les écrans jouant le rôle de la baronne dans le film gigolo, à côté de David Bowie.

Six ans plus tard, 1984 l'acteur Maximilian Schell il a consacré une film-documentaire Marlene[8], que l'actrice a accepté de le faire pour l'argent.[9] Il ne marchait déjà presque plus en raison d'un fracture un os de la cuisse, causée par une chute dans la salle de bain tandis que, dit-il, complètement ivre[citation nécessaire]. Pour ne pas faire connaître son état est apparu sur une interview fauteuil roulant, déclarant qu'il avait foulé une cheville. En outre, il a demandé et obtenu par le directeur de ne pas apparaître, sauf dans des documents d'archives, et d'entendre que leurs voix. Peu de temps après avoir travaillé sur ce documentaire sa condition physique se est encore détériorée et a fini par totalement immobilisé.

Marlene morì après huit ans d'immobilisation au lit, le 6 mai 1992. Le long séjour à l'hôpital a été accompagné par des phases de dépression aiguë. La mort a été officiellement attribué à un infarctus Il l'a frappé dans son sommeil, mais les causes de la mort sont toujours restés peu clair, surtout après les déclarations faites dans 2002 Norma Bousquet par son secrétaire, qui a affirmé que l'actrice avait commis le suicide avec une forte dose de somnifère.[10] La maison funéraire a été ouvert au public depuis le jour de sa mort en la Madeleine à Paris, et il a ensuite été transféré à Allemagne; Il a été enterré le 16 mai à cimetière Friedenau à Berlin, à côté de sa mère.[11]

« Quand vous êtes près de maman, je ne peut rien arriver. »

(Marlene Dietrich, Marlene D., 1984)

L'image de Diva

« Je ne fais pas des monologues sentimentaux s'addicevano à mon journal. Donc, je devais adopter un style différent, me insinuer laborieusement dans la peau d'un autre type de femme. Il y avait une femme que j'aimais. Mais lentement, j'appris toutes ses blagues détestables. »

(Marlene Dietrich, Marlene D., 1984)

L'image de diva Marlene Dietrich a été modélisé par von Sternberg, qui esquissa les sept royale efficacement au début des années trente, puis on répète sans cesse, même dans sa performance chantant en direct. Son image était essentiellement celle d'une femme fatale, transgressive, dominatrice, hautain et orgueilleux, mais il était la relation double la caractéristique la plus originale que Marlene pourrait avoir avec les deux sexes, explicitement traités. Même Garbo avait un'androginia, mais son caractère était plus spirituel et psychologique, toujours liée à l'image de la femme froide et calculatrice ou héroïne romantique. Marlene était plutôt « la femme que même les femmes peuvent adorer. »

Marlene Dietrich
Marlene Dietrich habillé comme un homme 1933

La fille de Dietrich Déclarés à compter de la première rencontre avec sa mère Sternberg avait immédiatement impressionné le directeur, qui, avant son chanter en anglais regardait personnellement broches pour habiller et arrangé ses cheveux. Dans les films allemands Dietrich n'a jamais voulu être photogénique, mais Sternberg a réussi à le rendre encore plus belle.

en Maroc Il a été choisi par l'opérateur Lee Garmes[12], qui a suivi également dans les trois films. La lumière créée pour améliorer son image était douce soft focus, avec la lumière du Nord Rembrandt, afin d'améliorer ses pommettes. Les scènes tournées la nuit ont également été illuminées comme dans la journée.

La collaboration entre Sternberg, Banton, et même Garmes Dietrich a créé son image qui est devenue légendaire. D'après les lettres qu'elle écrit à son mari au sujet Maroc, Sternberg a joué avec la lumière créant un halo avec les extrémités de ses cheveux éclairés, creusant ses joues avec des ombres, agrandissant les yeux. Mais Marlene était pas une personne imposable entre les mains du directeur et les employés: il était trop un rôle actif dans la création de son image, à partir de laquelle il a également brillé une complaisance forte. A côté de la caméra, elle arrangeait toujours un grand miroir contrôlé autopropulsé où sa figure. Sternberg lui écrivit: « Vous avez permis à mon appareil photo pour que vous adorez et à vos proches une fois que vous vous. »[13]

Un problème d'image se pose lorsque, en 1931, Dietrich envoyé pour sa fille à Hollywood: le suprême était en effet inquiet que l'image de femme fatale cozzasse avec celle de la mère. Puis vint l'intuition, puis utilisé pour beaucoup d'étoiles, de mélanger le matériel biographique à se répandre dans les magazines, l'image de la personne étoiles. Le Dietrich, comme il l'écrit plus tard sa fille, a été présenté comme « Madonna »: « Bien sûr, le métro ne serait pas en mesure de trouver une fille Greta Garbo du jour au lendemain! "[14].

L'image a été renforcée par des films en fonction de son caractère jusqu'à espagnol Capriccio (1935), Quand il a terminé la collaboration avec Sternberg. Son image a été perpétrée également identique dans les films suivants, mais l'abandon de l'enseignant, il a commencé à renforcer son image médiatique. Si auparavant, il a évité la haute société Hollywood, après 1935 Il se jeta tête baissée, avec son fidèle Tailor Travis Banton les dessiner en costumes, ainsi que pour ensemble, aussi pour des représentations publiques.

Mythique est resté le partie costume qui a montré habillé en Leda, dessiner une véritable icône camp: Avec Montré courtes boucles, grec et gainés par une robe mousseline de soie blanc avec des plumes qui couvraient la moitié du corps et la tête d'un cygne reposant sur le sein; l'accompagnement de son amant actrice habillée « par Dietrich », à savoir la chapeau haut de forme et Frac.

Le refus du nazisme et des relations avec l'Allemagne

La relation avec son pays d'origine a été le drame de sa vie. Marlene, profondément attachée à son identité allemande ( « Dieu merci, je suis né à Berlin, » il a dit à plusieurs reprises) ne pardonnent la Allemagne la le régime Nazi et bien que Goebbels et Hitler (Ce courtisé long) lui voulait devenir l'un des grands représentants du nazisme, elle a toujours refusé toute proposition à cet effet. Pendant la guerre, maintenant un citoyen américain, a souligné son opposition à l'Allemagne nazie, avec un témoignage explicite qui est venu pour accompagner les troupes alliées avec leurs performances, tant en Afrique du Nord et sur le sol européen. La renommée de la chanson Lili Marleen et l'interprète était de taille suffisante pour devenir l'image de l'universalisation de la guerre pour les Alliés, en proposant l'idée d'une guerre contre axe, mais pour la démocratie et la liberté.

en 1947, première femme dans l'histoire, a reçu le Médaille de la liberté, la plus haute distinction civile décerné aux Etats-Unis d'Amérique[15]. Elle a déclaré qu'il considérait la reconnaissance dont il était le plus fier. en 1950 Il a également été honoré par le gouvernement français de Légion d'honneur, en reconnaissance de son témoignage pour la démocratie en temps de guerre.

Même plusieurs années après la fin de Guerre mondiale l'évaluation de Dietrich est controversé en Allemagne. Certains de ses compatriotes croyaient un « traître » du pays. Lorsque l'actrice 1960 Il est retourné en Allemagne dans le cadre d'un grand tour, lors d'un spectacle au « théâtre Titania Palast de Berlin » Certains protestent, chantant l'expression « Marlene Go! ». D'autre part, Dietrich a été chaleureusement accueillie par d'autres Allemands, y compris le maire de Berlin Willy Brandt, qui était lui-même un adversaire du nazisme en exil forcé. Ce fut la dernière fois que l'artiste est allé en Allemagne. Plus fois, puis, après la mort, son tombe Il a été vandalisée par des néo-nazis[citation nécessaire].

À une occasion, Marlene Dietrich a dit qu'il se sentait parfois une responsabilité personnelle, parce que s'il a accepté les offres d'Hitler sexuelle auraient pu réussi à changer la façon dont nous voyons le dictateur et pour empêcher la Seconde Guerre mondiale.[16] En 1996, il a été décidé, après un débat houleux, les autorités locales de Berlin-Schöneberg, son pays de naissance, et non intitolarle une route. Mais le 8 Novembre 1997, il a été nommé le centre "Marlene-Dietrich-Platz" à Berlin. La motivation se lit comme suit: « Berliner Weltstar des Films und des Chansons. Einsatz für Freiheit und Demokratie, Berlin und für Deutschland "(" Berlin-Star dans le monde, pour le cinéma et la chanson. Engagé pour la liberté et la démocratie, pour Berlin et pour l'Allemagne « ).

Marlene Dietrich
plaque commémorative à la maison où il est né, à Berlin

Dietrich a été déclaré citoyen d'honneur de Berlin le 16 mai 2002. Dans son « Memorial » est écrit:

(DE)

"Mir Sag, wo die Blumen sind"

(IT)

« Dites-moi où sont les fleurs

L'épigraphe verset fait référence au titre de la chanson anti-guerre Où sont passés tous les fleurs Autant en emporte? rendu célèbre dans le monde entier par Pete Seeger et Joan Baez et il rappelle que Dietrich a été le premier à interpréter en allemand. Le rejet de la guerre était toujours présent dans ses convictions et a pour interpréter la chanson Bob Dylan Blowin « in the Wind, en 1963.

intimité

Marlene Dietrich
La tombe de Marlene Dietrich cimetière Friedenau.

Grand écrivain de lettres et de journaux intimes, a pris à son domicile Paris 300.000 témoignages de sa vie. Marlene Dietrich était avouée athée et bisexuelle. Dietrich avait beaucoup d'amants célèbres, aussi bien dans le monde du cinéma que parmi les écrivains célèbres, y compris Hemingway. Il avait aussi beaucoup d'amis parmi les hommes homosexuels: les femmes ont été fascinés par elle et les hommes ensorcelés par ses charmes.

Il est également lié à l'auteur Erich Maria Remarque, dont l'amour était pas encore revenu. L'écrivain était très jaloux de Jean Gabin, Il se remet d'une longue relation avec l'actrice; malgré cela et Dietrich avait Remarque, même après une longue correspondance (mais les lettres envoyées par le demandeur à l'écrivain ont été presque tous détruits la femme de dernière Remarque, l'actrice Paulette Goddard).

Il parlait anglais, français et italien. Il aimait l'Italie, où il séjournait pour des vacances loin de tout le monde court; après une visite à ces lieux, en 1937 Il a appelé à l'amélioration de la branche à cheval tirant la main-Roccabianca tramway-Parme San Secondo-Busseto[17]. pour Avesa, puis municipalité indépendante à la périphérie de Vérone, une période passée par un artiste ami dans les fin des années trente.[18] A une courte distance les uns des autres, entre le 1979 et 1984, Il a publié deux autobiographies, dont le deuxième droit laconique Marlene D.. Elle était la première femme à prendre pour assurer vos jambes, en entrant dans un contrat avec la société basée à Londres Lloyd.

Elle a épousé une seule fois: le producteur américain Rudolf Sieber, en 1923, qui est resté attaché jusqu'à la mort Sieber en 1976. Sieber n'a jamais divorcé Dietrich, pour toutes ses affaires d'infidélité et de l'amour avec des étoiles de Hollywood et écrivains célèbres (comme mentionné ci-dessus la Erich Maria Remarque), Parce qu'il était au courant et apparemment portait, toutes les affaires extra-conjugales de sa femme.

Remerciements

  • 1931 - nomination un Prix ​​Oscar comme meilleure actrice pour Maroc de Josef Von Sternberg
  • 1958 - nomination golden Globe pour Témoin à charge (Témoin à charge) de Billy Wilder
  • 1962 - David di Donatello pour Les gagnants et les perdants (Jugement à Nuremberg) de Stanley Kramer
  • 1980 - Prix ​​du film allemand (Durée de vie)

Cadeaux

La chanteuse et actrice brésilienne Marlene Elle a été inspirée par elle pour le choix du nom de scène.

apparemment Bob Dylan Il lui a inspiré pour écrire la chanson forever Young[citation nécessaire]. Suzanne Vega, dans sa chanson Marlene sur le mur, citations et rend hommage à l'actrice, rappelant les paroles de la photographie Dietrich qui pendait dans sa chambre pendant son adolescence. Peter Murphy Il consacre une poésie sentimentale dans la chanson Poème favori de Marlene Dietrich. L'image raffinée Freddie Mercury la couverture de l'album Queen II la 1974 est inspiré d'une célèbre photo de Marlene Dietrich, alors que Marlene Kuntz Ils ont été inspirés par le nom de Marlene Dietrich. En 1981, le Matia Bazar ouvrir leur album Berlin Paris Londres avec une version électronique de Lili Marlene. Francesco De Gregori Il cite « Lili Marlene » dans sa chanson Alice, et le nom de Marlene Dietrich est également mentionné dans une chanson écrite par Franco Battiato intitulé Alexanderplatz. La pop star Madone il a mentionné dans la chanson vogue, ce qui lui donne une forte influence, en termes d'image, pour sa carrière "Après avoir bouleversé la figure féminine"[19].

Un nombre incalculable, après sa mort, ils ont été et continuent d'être l'œuvre de cinéma, la télévision, la radio et le théâtre lui inspiraient. Le plus connu est Bugsy de Barry Levinson - Dietrich a commencé à tirer quand il était encore en vie - avec Warren Beatty, Elliott Gould, Harvey Keitel, Ben Kingsley et Joe Mantegna, qui est sorti quelques mois avant la diva a disparu. Son rôle - et sera la première fois que Hollywood apporte à l'écran le caractère Marlene Dietrich - a été joué par l'actrice / chanteuse croate-américaine Ksenija Prohaska, qui, depuis 1999, il met en scène partout dans le monde et dans différentes langues monodrame musicale Marlene Dietrich, un monoshow avec musique live qui a remporté de nombreux prix, dont le prix Adelaide Ristori, conféré par la Mittelfest directe Moni Ovadia.

en 2000 La vie de Marlene Dietrich a été porté à l'écran dans une coproduction italo-allemande du réalisateur allemand Joseph Vilsmaier avec le titre Marlene, dans lequel le rôle principal est joué par Katja Flint allemand.

L'un de son portrait figuratif et littéraire, inspiré du film Le Blue Angel, Il est situé dans le volume Entretien avec les personnages Antonio Vinciguerra et Rossano Vittori, Catalogue de l'exposition de l'exposition « Ce tunnel magique », qui a eu lieu à l'huile Bottini de Livourne, par la municipalité de Livourne en 1992.

Dans la quatrième saison American Horror Story, Freakshow, l'héroïne Elsa Mars (Jessica Lange) Cite Marlene comme son manière récurrente rivale et « projet ». Elsa, en plus d'être comme elle dans tous les sens, comme Marlene origine allemande et est un chant showgirl qualifié.

honneurs

Médaille présidentielle de la liberté - ruban ordinaire uniforme Médaille présidentielle de la liberté
Ordre de Léopold - ruban ordinaire uniforme Ordre de Léopold
- 1963
Officier de la Légion d' src= Officier de la Légion d'honneur
- 1971
Commandant de la Légion d' src= Commandeur de la Légion d'honneur
- 1989
chevalier de' src= Chevalier de la Légion d'honneur
France[20]
  • Citoyenneté d'honneur de Berlin (À titre posthume, 2002)

Filmographie

  • Im Schatten des Glücks, dirigé par Robert Leffler (1919)
  • Tragödie der Liebe, réalisé par Joe May (1923)
  • Alors Männer sind die, réalisé par Georg Jacoby (1923)
  • Der Mensch am Wege, réalisé par William Dieterle (1923)
  • Der Mönch von Santarem, réalisé par Lothar Mendes (1924)
  • Der Sprung ins Leben, dirigé par Johannes Guter (1924)
  • Der Tänzer meiner Frau, réalisé par Alexander Korda (1925)
  • Manon Lescaut, réalisé par Arthur Robison (1926)
  • Mme wünscht keine Kinder, réalisé par Alexander Korda (1926) (non crédité)
  • der Juxbaron, réalisé par Willi Wolff (1927)
  • Eine Dubarry von heute, réalisé par Alexander Korda (1927)
  • Kopf Hoch, Charly!, directeur Willi Wolff (1927)
  • Bluff Sein, réalisé par Henrik Galeen et Harry Piel (1927)
  • Café Elektric, réalisé par Gustav Ucicky (1927)
  • Prinzessin Olala, directeur Robert Land (1928)
  • L'amour de bacillus (Ich Küsse Ihre main, madame), Réalisé par Robert Land (1929)
  • énigme (Die Frau, l'homme nach der sich sehnt), Mise en scène Curtis Bernhardt (1929)
  • Le navire des hommes perdus (Das Schiff der Menschen Verlorenen), Mise en scène Maurice Tourneur (1929)
  • Gefahren der Brautzeit, réalisé par Fred Sauer (1930)
  • Le Blue Angel (Der Engel Blaue), Mise en scène Josef von Sternberg (1930)
  • Maroc (Maroc), Dirigée par Josef von Sternberg (1930)
  • déshonoré (déshonoré), Dirigée par Josef von Sternberg (1931)
  • Shanghai express, réalisé par Josef von Sternberg (1932)
  • Blonde Venus (Blonde Venus), Dirigée par Josef von Sternberg (1932)
  • Le Cantique des Cantiques (Le Cantique des Cantiques), Mise en scène Rouben Mamoulian (1933)
  • L'impératrice rouge (L'impératrice rouge), Dirigée par Josef von Sternberg (1934)
  • espagnol Capriccio (Le diable est une femme), Dirigée par Josef von Sternberg (1935)
  • J'ai aimé un soldat (Je Loved un soldat), Mise en scène Henry Hathaway (1936)
  • désir (désir), Mise en scène Frank Borzage (1936)
  • Le Jardin d'Allah (Le Jardin d'Allah), Mise en scène Richard Boleslawski (1936)
  • La comtesse Alessandra (Chevalier sans armure), Mise en scène Jacques Feyder (1937)
  • Angelo (ange), Mise en scène Ernst Lubitsch (1937)
  • Destry (Femme ou démon), Mise en scène George Marshall (1939)
  • La taverne des sept péchés (sept Sinners), Mise en scène Tay Garnett (1940)
  • La flamme de la Nouvelle-Orléans (La flamme de la Nouvelle-Orléans), Mise en scène René Clair (1941)
  • Fulminati (main-d'œuvre), Mise en scène Raoul Walsh (1941)
  • La dame accepte (La Dame est prêt), Mise en scène Mitchell Leisen (1942)
  • les spoilers (les spoilers), Mise en scène Ray Enright (1942)
  • La ruée vers l'or noir (Pittsburgh), Mise en scène Lewis Seiler (1942)
  • Kismet, de William Dieterle (1944)
  • amour Turbine (Martin Roumagnac), Dirigée par Georges Lacombe (1946)
  • L'amour de Gypsy (Boucles d'oreilles d'or), Réalisé par Mitchell Leisen (1947)
  • scandale international (A Foreign Affair), Mise en scène Billy Wilder (1948)
  • scie à chantourner, réalisé par Fletcher Markle (1949) - Uncredited
  • Stage Fright (Stage Fright), Mise en scène Alfred Hitchcock (1950)
  • Le voyage inoubliable (pas de route), Mise en scène Henry Koster (1951)
  • Rancho Notorious, réalisé par Fritz Lang (1952)
  • Tour du monde en quatre-vingts jours (Tour du monde en quatre-vingts jours), Mise en scène Michael Anderson (1956)
  • Montecarlo, réalisé par Samuel A. Taylor (1957)
  • Témoin à charge (Témoin à charge), Réalisé par Billy Wilder (1957)
  • La Soif du mal (La Soif du mal), Mise en scène Orson Welles (1958)
  • Les gagnants et les perdants (Jugement à Nuremberg), Mise en scène Stanley Kramer (1961)
  • Ensemble à Paris (Paris - têtes folles), Mise en scène Richard Quine (1964) - camée, non crédité
  • gigolo (Schöner Gigolo, Armer Gigolo), Mise en scène David Hemmings (1978)

Documentaires sur son

  • Le côté de la mode d'Hollywood documentaire, réalisé par Josef von Sternberg (1935)
  • Les déesses de l'amour (Les Déesses de l'Amour) Documentaire de Saul J. Turell - images d'archives (1965)
  • Marlene[21] (1984)
  • Le Casting Couch, réalisé par John Sealey - vidéo avec images d'archives (1995)

DOUBLEMENT italienne

  • Tina Lattanzi en Le Blue Angel (Ridoppiaggio 1950) Shanghai express, La taverne des sept péchés, La dame accepte, Rancho Notorious, La ruée vers l'or noir, Suivez les garçons, Kismet, amour Turbine, les spoilers, Le Cantique des Cantiques, Maroc, déshonoré, L'impératrice rouge, espagnol Capriccio, Stage Fright et Blonde Venus (Ridoppiaggio 1951)
  • Andreina Pagnani en Blonde Venus, Angelo, La flamme de la Nouvelle-Orléans, Fulminati, de Gypsy Passion, scandale international, Témoin à charge, La Soif du mal et Le Jardin d'Allah (Ridoppiaggio 1949)
  • Lidia Simoneschi en Destry, Le voyage inoubliable, Autour du monde en 80 jours, Les gagnants et les perdants
  • Anna Proclemer dans le ridoppiaggio espagnol Capriccio
  • Vittoria Febbi dans le ridoppiaggi Maroc, Blonde Venus, Chevalier sans armure, Stage Fright
  • Paola Bacci dans le ridoppiaggi déshonoré, L'impératrice rouge, désir
  • Maria Fiore dans le ridoppiaggio les spoilers
  • Pinella Dragani dans le ridoppiaggio Le Cantique des Cantiques
  • Cristiana Lionello en ridoppiaggio en DVD La Soif du mal[22]

notes

  1. ^ (FR) 50 Greatest Legends écran américain de l'AFI, American Film Institute. Récupéré le 16 Novembre, 2014.
  2. ^ Jandelli, op. cit., pag. 70.
  3. ^ Riva, op. cit., p. 312-313.
  4. ^ Riva, op. cit., p. 313-315.
  5. ^ idem
  6. ^ Jandelli, op. cit., p. 73.
  7. ^ Dernières années de A Legend, people.com 1er Juin., 1992 Récupéré 22 Mars, 2014.
  8. ^ Marlene, imdb.com. Récupéré 22 Mars, 2014.
  9. ^ Morley, Sheridan (1978). Marlene Dietrich. Sphere Books. ISBN 0722161638
  10. ^ « La diva a demandé des somnifères malades, elle l'a aidée à » Marlene était le suicide « a été révélé par le secrétaire » . gelocal.it, le 14 Janvier 2002.
  11. ^ A Berlin, le dernier vol de l'ange, Corriere della Sera, 8 mai 1992, p. 39. Récupéré 22 Mars, 2014 (Déposé par 'URL d'origine la ).
  12. ^ Lee Garmes: Oscar de la meilleure photographie en 1960.
  13. ^ Riva, op. cit., p. 73.
  14. ^ Riva, op. cit., p. 100.
  15. ^ (FR) The Legendary, Lovely Marlene - Guerre de Dietrich, marlenedietrich.org.uk. Récupéré 22 Mars, 2014 (Déposé par 'URL d'origine 28 mai 2013).
  16. ^ Peter Bogdanovich, Qui est le film? Portraits et conversations avec les stars d'Hollywood, Traduction de Roberto Buffagni, Rome, Fandango Books, 2008, p. 555, ISBN 978-88-6044-067-9.
  17. ^ Michele Campana, Le gimmick d'un tram "Hp 1 - Blanc", en Soirée Imprimer, 11 octobre 1937, p. 2. Consulté mai 2015.
  18. ^ Mes nuits sous les étoiles avec Dietrich, larena.it, le 22 Septembre 2013. Récupéré 22 Mars, 2014.
  19. ^ [1]
  20. ^ (FR) Harvey Weinstein pour devenir Chevalier de l'Ordre de la Légion d'honneur, altfg.com. Récupéré 22 Mars, 2014.
  21. ^ Le Dietrich obtenu par le directeur Maximilian Schell de ne faire que d'entendre sa voix, sans paraître physiquement.
  22. ^ La page Cristiana Lionello, antoniogenna.net. Extrait le 26 Mars, 2014.

bibliographie

  • Maria Riva, Marlene Dietrich, Trad. Roberta Rambelli, Plaisance, Frassinelli, 1993. p. 725 ISBN 88-7684-241-1
  • Cristina Jandelli, Bref historique de vedettariat film, coll. éléments, Venise, Marsilio Editore, 2008. p. 206 ISBN 978-88-317-9299-8
  • Marlene Dietrich, Dictionnaire des mœurs et de mauvaises pensées, Castelvecchi Editore, 2012
  • Costanzo Costantini, Les reines des films, Gremese, 2008

D'autres projets

  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations liées à Marlene Dietrich
  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Marlene Dietrich

liens externes

autorités de contrôle VIAF: (FR97773925 · LCCN: (FRn50032559 · ISNI: (FR0000 0001 2144 7133 · GND: (DE118525565 · BNF: (FRcb12013957t (Date) · ULAN: (FR500330915 · NLA: (FR35955072