s
19 708 Pages

(FR)

"On ne QU'A proportion curieux is Qu'on instruit"

(IT)

« Il est curieux que dans la mesure où il a demandé »

(Jean-Jacques Rousseau, Emilio ou de l'éducation, édition 1782, Livre V, p. 311)
Emilio ou de l'éducation
titre original Émile De l'éducation OU
Emile frontispice première édition.png
Page de titre de la première édition de 'Émile òû de l'éducation (1762)
auteur Jean-Jacques Rousseau
1 re éd. original 1 762
sexe traité
langue originale français

Le emilio ou l'éducation (Titre original Émile De l'éducation OU) Est un roman pédagogique bien connu et largement écrit par le philosophe Jean-Jacques Rousseau et publié en 1762.

L'intention du travail

Rousseau propose à ses lecteurs un mélange unique de la narration et la réflexion philosophique et pédagogique fondée sur le principe que « l'homme est naturellement bon » et il est la société qui le corrompt. Dans ses précédents travaux, « Le contrat social », il soutient que nous devons renouveler la société d'un point de vue politique, mais avec « Le emilio » tient à souligner que rien ne peut être fait si vous n'êtes pas partie de l'éducation dont ils ont besoin pour créer de nouveaux hommes dans une nouvelle société; c'est la réflexion qui le conduit à écrire le roman. Le travail est divisé en cinq sections correspondant aux cinq étapes de base qui couvrent l'éducation des jeunes Emilio, une imagerie élève, suivi par un tuteur qui est joué par le même Rousseau. La particularité dell'Emilio et en raison de son succès est qu'il se présente comme un traité pédagogique, même si, quand il est écrit, la pédagogie n'existe pas encore comme une branche indépendante de la connaissance; En outre, il propose des idées concrètes et des conseils afin qu'ils semblent un manuel d'enseignement, ce qui est des thèmes tutto'oggi modernes.

intrigue

Rousseau prend la vie du jeune Emilio comme modèle pédagogique. L'éducation de l'enfant aura lieu en contact avec la nature, loin des influences de la vie sociale. Emilio sera alors formé par un enseignant en tant qu'homme et en tant que citoyen d'être en mesure de faire face aux dangers causés par la civilisation. L'éducation Emilio durera vingt-cinq ans au cours de laquelle l'enseignant présentera une série d'expériences afin de lui faire atteindre la maturité; l'enseignant aura pour tâche de garder loin du bébé toute forme de corruption, cependant, en appliquant l'éducation négative, puis de laisser l'élève accomplit seul son expérience et apprend seulement quand ils ressentent le besoin. L'enseignant devra adapter les connaissances aux différents âge de l'enfant et essayer d'atteindre la capacité à détecter Emilio naturellement leurs limites. En particulier au début de l'adolescence Emilio devra apprendre un travail manuel et de l'éducation sera impartie culturelle, religieuse, sexuelle et morale. L'enseignant le laisser libre seulement quand il est convaincu que Emilio sera un bon tuteur pour ses enfants et un modèle pour ses citoyens.

Le rôle du narrateur

Le vrai protagoniste de l'œuvre est le même Rousseau en même temps est le narrateur-éducateur et le caractère réel, car il incarne le rôle de l'enseignant. L'auteur, quand il dit, approuve sous forme de dialogue qui répond aux lecteurs de proposer des théories et des idées en arrière-plan éducatif. Tout cela se traduit en action lorsque Rousseau, en tant que professeur, construit des scénarios et offre des possibilités de découverte et de l'invention à son imagerie élève, qui devra résoudre tous les problèmes avec l'aide de leurs seules connaissances. Rousseau, dans les deux rôles, l'opéra fait objectif clair: si vous voulez changer l'homme pour changer la société, il faut commencer par changer l'éducation.

structure

Emilio ou'educazione
Illustration par Charles Eisen du premier livre de la première édition

premier livre

Elle ouvre en expliquant le « grand principe de la bonté originelle de l'homme » et sa dégénérescence ultérieure dans les relations sociales.

Rousseau fait valoir que la grande contribution à la croissance de l'enfant est attribuable à l'éducation. Tout ce que nous avons quand nous sommes nés vient de l'éducation, transmise par « trois maîtres »: la nature, les gens et les choses. La nature fournit le développement interne de nos professeurs et notre corps; l'usage que nous faisons des hommes; l'expérience des choses et des objets d'acquisition. Parmi ceux-ci le seul contrôle que peut exercer est effectuée dans l'éducation des hommes, comme celle de la nature ne peut pas être influencé d'agir humain et celui des choses que partiellement.

Pour participer pleinement à la société dans laquelle ils vivent, le jeune homme devra accompagner harmonieusement ses trois maîtres, plaçant plus d'attention sur les deux éducations qui a plus de contrôle. Rousseau énumère ensuite un certain nombre d'erreurs pratiques de l'enseignement traditionnel, comme l'utilisation des bandes qui restreignent la liberté de mouvement, les soins et les précautions excessives, la flatterie et les menaces. Il a également critiqué l'utilisation des infirmières qui tendent plus à leurs intérêts que la formation correcte du caractère de l'enfant, en fait, la première reproduction et la nutrition des enfants devrait être la seule responsabilité de la mère, vu par Rousseau comme celui qui apporte l'harmonie et le bonheur au cours du développement de l'enfant.

la croissance ultérieure de l'enfant devrait être confiée à un superviseur, le tuteur, Rousseau indique que la figure de son père.

L'éducation naturelle doit être menée à l'extérieur, où l'environnement tonifie le corps et l'âme, et la société ne peut exercer son effet corrupteur. Dans l'histoire, le philosophe suggère que l'éducateur assure Emilio ne contractera pas les habitudes et les vices qui en font un esclave. Ils propedeutiche de longues promenades et se déplace, dans le but d'acquérir le sens de l'espace et de la distance. De plus, dans le premier livre, Rousseau donne beaucoup d'espace au sujet de l'apprentissage de la langue. Avant de savoir parler l'enfant communique par le langage corporel, les gestes, les expressions du visage et des pleurs; que progressivement, en suivant les étapes de développement, l'enfant apprendra à utiliser les mots. La tâche de l'éducateur est de ne pas forcer ce type d'apprentissage: en utilisant moins de mots qui correspondent à des objets que vous pouvez montrer, doivent être évités et méticulosité trop loin parce que l'enfant se corrigera bien à entendre parler de l'éducateur, les enfants ruraux savent calcaire bon mot avec le ton sans érafler la r parce que personne ne cherche à écouter patiemment, il est bon de commencer à parler quand ils sont prêts pour que l'enfant comprend d'abord le sens et seulement alors utiliser le nouveau mot pour quand il est pressé de les voir parler le contraire qui se passe.

deuxième livre

Aussi appelé « l'éducation des sens » traite de ce qui est considéré par Rousseau le deuxième âge de développement, allant de 3 à 12 ans.

Emilio ou'educazione
deuxième livre

A ce stade, Emilio apprendra à bouger et à parler, pour gagner la conscience de soi et de l'autonomie, de se souvenir et d'être heureux.

Afin de ne pas restreindre son autonomie Emilio sera laissé libre de se déplacer et d'agir, les chutes et les petites erreurs lui permettra de connaître et de contrôler la douleur, la vie en plein air et l'exercice libre du corps à travers le jeu et le petit le travail manuel rendra plus sain et vigoureux.

La seule façon de promouvoir le bonheur d'un individu est nell'educarlo à considérer ses désirs en fonction de sa capacité. Le tuteur n'interviendra directement, mais doit veiller à ce que Emilio perçoivent leurs propres limites; la méthode de préceptorat est donc désigné comme inactif, son éducation négative est d'éliminer les mauvaises influences, de ne pas fournir de nouveaux préceptes. En outre, les situations où le jeune étudiant de Rousseau apprendra seront des situations concrètes préparées par l'éducateur qui agira dans l'ombre, ce qui donne à l'enfant l'impression que ses expériences sont aléatoires.

troisième livre

Dans le troisième livre Rousseau décrit « l'éducation de l'intelligence », le troisième âge de l'éducation, les personnes âgées de 12 à 15 ans, l'utilité de l'éducation et de l'âge.

Merci à la curiosité qui caractérise ce stade de développement, Emilio est poussé à explorer le monde, en plus de son corps maintenant commence aussi à développer son esprit et il est pour cette raison que l'enseignant doit donner de l'importance à l'expérience directe centrée sur l'exploration environnement. L'enseignant sera l'entraîneur Emilio à regarder en lui-même les moyens d'investigation et de ne pas recourir à d'autres, il devra trouver des solutions aux problèmes propres.

Tout ce que l'enfant apprendra à être connecté à un but concret, ce qui explique pourquoi la lecture est pas particulièrement encouragée. Seul un livre est recommandé: La vie et les aventures extraordinaires et surprenantes de Robinson Crusoé de Daniel Defoe, le roman raconte l'homme seul, avec sa propre force, il parvient à échapper à des situations complexes et surmonter les adversités de la vie, récompensant que les capacités d'autonomie et de résolution Emilio voudra promouvoir, développer.

Le jeune Emilio à ce stade, sera commencé à travailler, plus précisément l'activité qui rapproche l'homme de son état naturel, et est donc considéré comme mieux, il est, selon Rousseau, celui de la menuiserie. L 'artisan travaille avec ses mains, est indépendante de la fortune et les hommes, il ne dépend que de son travail et pour que cela soit considéré comme libre. Pour Rousseau important est la compréhension de la valeur humaine et éducative du travail, le travail est un devoir essentiel pour l'homme social, riche ou pauvre. Une heure de travail permet d'enseigner et d'apprendre beaucoup plus que vous pourriez faire une journée d'explications théoriques.

quatrième livre

Il est adressé l'éducation de 15 à 20 ans. Pour Emilio il est temps de connaître et de comprendre la société, de faire une sorte de seconde naissance, qui sera instruit à la morale religieuse, des sentiments et de la coexistence entre les peuples.

Le tuteur sera très prudent de ne pas favoriser l'apparition de Emilio prématurée et incontrôlée des passions, en aidant à éviter les occasions qui pourraient le tenter. Cela se traduira par la nécessité d'une éducation sexuelle qui permet aux jeunes de connaître la nature du corps humain, parler simplement et clairement, de sorte que lui ne devrait pas former un soupçon que vous voulez cacher quelque chose à faire naître le désir d'expérimenter. Rousseau expose alors le thème de la religion, il soutient que les différentes religions ne sont que des variations de la touche I; Emilio, par conséquent, ne sera pas porté à une religion spécifique, mais il sera mis en mesure de choisir l'utilisation de leur propre raison.

cinquième livre

Le cinquième livre est Sofia, future épouse d'Emilio, et plus généralement de l'éducation des femmes. Rousseau utilise en fait la figure de Sofia pour décrire ce que la femme idéale doit avoir en termes de qualités humaines et la façon d'être poli. Dans cette partie, il est souligné la différence entre l'éducation des femmes et des hommes: la femme est considérée comme une figure faible et passive dont le but est de se marier et de procréer et dépend donc de son compagnon; Au contraire, l'homme est fort et tous ses besoins à satisfaire par la femme, cependant, dépend pour assouvir leurs désirs. Rousseau reconnaît toutefois qu'il ya la dignité de qualité attribuable à la femme et surtout à Sofia tels que les soins, l'intelligence, la gaieté, l'esprit religieux, la modestie, l'amour de la sagacité et à la maison et la famille. Même l'éducation Sofia est naturellement. Emilio et Sofia devront faire quelques voyages pour tester leur amour apprentissage de la valeur de la loyauté. Dans cette période Emilio développe sa formation politique démocratique du moule le devenir indépendant et libre. Ensuite, les deux vont se marier et donner naissance à une nouvelle famille; Ici se termine la tâche de l'enseignant contre Emilio, qui lui-même devenir l'éducateur de leur enfant et un modèle pour les citoyens.

l'analyse du livre et une explication des éléments clés en référence à la nature, la société, l'école et l'âge

Rousseau n'a pas tort d'attribuer tous les 'Emilio tant d'importance. Ce livre est la clé de voûte de sa doctrine.

en Nouvelle Héloïse avait déjà représenté la famille, alors que le contrat social, la société civile.

Mais comme la famille fondatrice et la société civile si le premier n'ont pas été mis au point dans les éléments naturels de l'homme de l'enfant? Cet homme naturel est pas l'homme primitif mis en par canular Voltaire, chanté par les romanciers de l'époque, il a célébré et reconnu par les voyageurs inatteignables par le même Rousseau (malgré voulant sauver leurs semblables contaminatrici des influences du progrès présumé). Il est un civil pas de civilisation, un être générique dépouillé de toute cette course, heure et lieu ont été en mesure de donner spéciale; en un mot, « il est l'homme universel dans ses caractéristiques les plus générales et plus durable. » L'homme naturel est la nature de l'homme: tant pis si le travail prend un caractère schématique et abstrait, tant pis si le Emilio et sa préceptrice ne vivent pas une vie individuelle. L'auteur dans cet ouvrage montre un idéal et tire de l'étude du cœur humain les principes de la pédagogie humaine.

L'équilibre de l'âme repose sur deux tendances contradictoires qui assurent la perfection: l'égoïsme, la nécessité de conserver les espèces et la compassion, la source de toute la solidarité de bienfaisance. Mais ces instincts humains diffèrent des êtres humains réels, car ils ne nécessitent pas nécessairement l'homme. L'homme est libre, qui est, des limites imposées par la nature, reconnues et acceptées par lui; Il se déplace et se développe sans contrainte, se rendant compte pour lui-même et pour d'autres le bonheur. La « première » de l'éducation sera donc de préserver cette liberté: la liberté de mouvement physique, dans les jeux, dans les actes. L'enfant ne doit pas entendre plus rigoureuse que celle des choses, pas la rigueur des hommes; donc pas les collèges, aucune peine autre que ceux de la nature elle-même qui inflige ses erreurs.

Lorsque l'enseignant intervient aussi peu que possible, il ne le fait que comme agent responsable de la nature pour faciliter l'accès et expliquer les limites de l'enfant. Ce dernier serait mis en mesure de remplir sa destinée individuelle, antérieure et supérieure à son destin social, il sera placé en dehors des conditions ordinaires, loin de sa famille dangereux pour sa propre tendresse, mais aussi loin du maître de la société de l'injustice, parce qu'elle est basée sur inégalité; des livres par la religion dont personne ne peut obtenir un personnel d'idée avant l'âge de 16 ans, et enfin, de la tyrannie des habitudes qui empêchent l'enfant d'exercer sa liberté dans sa forme la plus haute, ou la vertu, à savoir la volonté que résiste à des passions. La nature sera son seul guide [...]; la « deuxième règle » prévoit de traiter l'enfant comme un enfant; Cette nouvelle, aujourd'hui banale, qui honore tout l'intelligence et le cœur de Rousseau, descend de la précédente ne peut libérer l'homme d'être formation sinon le soumissionnaire retenu dans la progression de ses étapes de développement. Comme les changements de l'enfant, le 'éducateur / éducation doit changer l'objet de son activité jusqu'à deux ans développera le corps; de trois à douze sens; treize à seize intellect; dix-sept à dix-neuf, le raisonnement et la sensibilité; vingt sens moral. Dans la correspondance de l'objet, il va aussi changer la méthode. L'enseignant ne fera pas appel à raison (Une pratique largement utilisée à l'époque), car il est pas encore né (...); Il utilisera ces motivations que la nature de temps à autre: la soumission à soulève la force, puis immédiatement à l'intérêt; seulement après la sécurité, l'ardeur intellectuelle et l'attrait de la propriété.

Le « troisième règle » est de donner la priorité à la conscience que de la science. L'homme naturel est honnête. Cette honnêteté fondamentale, sera réalisé, si vous gardez l'ignorance de l'enfant autant plus longtemps possible et le garder loin de enseigner la vertu mal par l'exemple, puis, plus tard, avec l'expérience subjective.

La formation du cœur doit toujours précéder l'intellect.

« Une tête bien formée, plutôt que bien rempli. » Avec cet axiome, l'auteur indique l'éducation progressive: d'abord, la nature dans ses éléments utiles, à savoir cosmographie, physique et météorologie; puis les métiers qui utilisent le matériel, et les deux formes d'activités résultant de: l'industrie et le commerce; Enfin, après la connaissance des choses, les connaissances sur l'homme: l'histoire, la politique, la religion. Pour le reste, même si elle n'a pas acquis tout qu'il veut ou peut, Emilio facilement compléter sa culture, comme elle l'a appris à apprendre. Un apprentissage, un apprentissage de la vie.

Repercussions du travail dans la société

la critique

Après vingt ans de travail à long, Rousseau a publié en 1762 Emile. Immédiatement, le succès et l'excitation étaient considérables. Bachaumont a noté que 'Emilio « Grand bruit était, » qu'il « a été l'occasion du scandale de plus en plus ... l'épée et de l'encens allié contre l'auteur. » Ensuite, l'éditeur Duchesne écrivit à Rousseau: « Je vous informe avec regret que la police a interrompu nos activités et que nous ne pouvons pas vendre quoi que ce soit. » Les quelques spécimens qui peuvent atteindre 42 exemplaires se vendent clandestinement. Bientôt, la première partie du Parlement a décrété l'arrestation de l'auteur et a condamné le travail aux flammes. Ils ont voté contre les anciens magistrats opposés à l'innovation.

Rousseau étaient nobles, défavorable des universitaires, des chercheurs et des privilégiés, mais il a réagi avec courage. Rappelez-vous comment la dignité passionnée des vaincus a répondu à l'archevêque de Paris pastoral dans la belle Lettre à Christophe de Beaumont: Discutant point par point les accusations du prélat, justifier la logique et de la passion, sa conduite, son enseignement et son livre. Il présente pour nous l'intérêt de montrer la foi de Rousseau dans une opérette qui deviendra de plus en plus cher.

le succès

En même temps, l'auteur se sentait réconforté par l'admiration des lecteurs et surtout les lecteurs connus et inconnus. Ils ont vu que le travail qui leur a été adressée, pour remplir les fonctions qui ont été souvenaient avec éloquence convaincante. Ils nourrissaient leurs bébés et Rousseau a été vengé. Le zèle de ses disciples allait parfois si bien qu'il a jugé nécessaire de modérer.

Au cours de ses années d'errance, il a été forcé de donner des conseils par voie orale ou pédagogique lettre aux abbés aux dames de la haute société dans les grands seigneurs. Au cours des vingt-cinq années qui ont suivi la publication de 'Emilio, est apparu dans l'éducation en langue française travaille deux fois par rapport aux six premières décennies du siècle. Il est au cours de la révolution que l'influence de Rousseau atteindra son apogée. Marie-Jhoseph Chénier, lors de la réunion de la Convention du 5 Novembre 1793, Rousseau a proclamé « l'un entre les philosophes qui connaissait le mieux la théorie de l'éducation ».

Ceci est la sympathie naturelle pour le travail des réformateurs dans les assemblées révolutionnaires. La pédagogie, collaborateur de la morale et de la politique, leur semble approprié pour préparer le domaine de la raison. Former l'enfant, des moyens, surtout, régénèrent la ville, corrompu par les vices de l'ancien régime, en fonction des perspectives d'une société qui tente d'organiser lui-même selon les exigences de la liberté et de l'égalité naturelle.

Si la révolution avec ses excès a révélé quelques esprits excités d'abord à Rousseau, les dangers de son système politique et éducatif, l'admiration était totale. Plus encore que ses répercussions en France est intéressant d'étudier l'influence européenne du travail, car il a agi avis réflexivement français. Il est apparu ainsi, en même temps, deux traductions en Angleterre, alors qu'en Allemagne, il a été bien accueilli par des philosophes comme Kant, Goethe et Schiller.

En fin de compte, vous pouvez ajouter qu'il est dans son pays que Rousseau a trouvé un chaud à froid.

notes


bibliographie

  • (FR) Jean-Jacques Rousseau, Émile. 2, Paris, Paul Dupont, 1823. 20 Avril Récupéré, ici à 2015.
  • Aldo Visalberghi (ed) Rousseau, Emilio, Roma-Bari: Laterza petite bibliothèque philosophique, 1999
  • Mario Trombino (ed) Emilio de Rousseau et le problème de son interprétation entre « 800 et » 900, Turin: Pearson, 1991, ISBN 88-395-0139-8
  • Giuseppe Flores d'Arcais, Le problème pédagogique Emile G. G. Rousseau, Brescia: L'école, en 1972
  • François et Pierre Richard, all'Emilio Essai d'introduction
  • Jean-Jacques Rousseau, "Emile", traduit par P.A. Vizzotto avec le texte original en français; Edition format epub, Liceo Agnesi Publisher, 2016; http://www.liceoagnesimilano.gov.it/new_site/agnesi%20editore/

D'autres projets

  • Il contribue à Wikisource Wiktionnaire: Il contient le texte intégral français de Emile
  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations liées à Emile
  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Emile
autorités de contrôle BNF: (FRcb11940511q (Date)