s
19 708 Pages

Reich allemand
République de Weimar
Reich tedescoRepubblica Weimar - Drapeau Reich tedescoRepubblica Weimar - Crest
(détails) (détails)
Reich tedescoRepubblica Weimar - Localisation
données administratives
Nom officiel Deutsches Reich
langues parlées allemand
hymne Deutschlandlied
Le Chant des Allemands
capital Berlin
politique
Forme État Etat démocratique
Forme de gouvernement système semi-présidentiel
Reichspräsident Friedrich Ebert
Paul von Hindenburg
Regierungschef voir liste
organes délibérants Reichstag
naissance 9 novembre 1918 avec
Friedrich Ebert
cause Révolution de Novembre
fin 2 août 1934 avec
Paul von Hindenburg
cause Nomination de Adolf Hitler à führer du peuple allemand
Territoire et population
extension maximale 468787 km² en 1925
population 62411000 en 1925
économie
monnaie Allemand Papiermark (1919-1923)
Reichsmark (1924-1933)
Reich tedescoRepubblica Weimar - Carte
évolution historique
précédé par Allemagne Empire allemand
succédé Allemagne l'Allemagne nazie

République de Weimar (en allemand Weimarer Republik) Est le nom avec lequel il est normalement indiqué la Reich allemand dans la période entre 1919 et 1933.

La première tentative d'établir un démocratie libérale L'Allemagne a été une période de grande tension et les conflits internes et graves crise économique, qui a pris fin avec la montée en puissance Adolf Hitler et Les travailleurs nationaux-socialistes allemands Parti en 1933. Bien que techniquement le Constitution de 1919 il n'a jamais été révoqué tout à fait qu'après la Guerre mondiale, les mesures juridiques prises par le gouvernement nazi en 1933, communément connu sous le nom gleichschaltung, en fait, ils ont détruit tous les mécanismes fournis par un système démocratique normal et est donc commun à marquer 1933 comme la fin de la République de Weimar.

l'indication Weimar Il vient de la ville éponyme, où il a tenu une assemblée nationale chargée de rédiger une nouvelle constitution après la défaite allemande en Première Guerre mondiale.

histoire

Formation (1918-1919)

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Révolution de Novembre.

à partir de 1916 sur, l 'Empire allemand Il était en effet dirigé par l'armée dirigée par 'oberste Heeresleitung (OHL, Commandement de l'Armée suprême) avec le chef d'état-major Paul von Hindenburg. Quand il est devenu évident que la Première Guerre mondiale a été perdu, la Ligue de l'Ontario a demandé qui a établi un gouvernement civil. Toute tentative de poursuivre la guerre, après la Bulgarie Il avait abandonné Pouvoirs centraux, Il aurait donné lieu à l'occupation du territoire national. le nouveau chancelier la Reich, prince Maximilian von Baden, par conséquent, il a offert une cessez-le-feu au Président États-Unis Woodrow Wilson, 3 octobre 1918.

Le 28 Octobre 1918 la Constitution de 1848 a été modifiée pour faire Reich une démocratie parlementaire, contrairement aux dispositions de la constitution de 1871, le chancelier répondait au Parlement, Reichstag, et non l'empereur.[1]

République de Weimar
Drapeau de la République de Weimar. Il est interdit à partir de 1935 par les autorités nazies.

Le plan étant alors prévu de transformer l'Allemagne en monarchie constitutionnelle aussi de jure bientôt il est devenu obsolète, alors que le pays a glissé dans un état de chaos. L'Allemagne a également accueilli de nombreux soldats qui reviennent du front, dont beaucoup ont été blessés physiquement et psychologiquement.

La rébellion a éclaté quand, le 29 Octobre, le commandement militaire, sans l'avis du gouvernement, a ordonné la Flotte de la mer profonde (Hochseeflotte) Une sortie qui non seulement était sans espoir d'un point de vue militaire, mais il serait certainement aussi conduit à un arrêt des négociations de paix. Les équipages de deux navires amarrés Wilhelmshaven Ils se sont mutinés. Lorsque l'armée a arrêté environ un millier de marins et les avait transportés à Kiel, la révolte locale transformée en une rébellion générale qui a balayé rapidement à travers une grande partie de la Allemagne. D'autres marins, soldats et même les travailleurs solidarisés avec les personnes arrêtées, ont commencé à élire des conseils des ouvriers et des soldats sur le modèle soviétique de Révolution russe la 1917 et ils ont pris le pouvoir civil et militaire dans de nombreuses villes. Le 7 Novembre la révolution avait atteint Monaco de Bavière, provoquant le vol de Ludwig III de Bavière comme le premier roi allemand pourris.

Dans un premier temps, les demandes des conseils ont été modestes, ce qui limite la libération des marins détenus. Contrairement à l'année dernière la Russie, les conseils ne sont pas contrôlés par un parti communiste. Néanmoins, la hausse voisine de la Russie bolchevique a provoqué de fortes tensions dans les classes moyennes et supérieures qui peut craindre une transformation future de la nation dans une république socialiste.

A cette époque, la représentation politique de la classe ouvrière a été divisée; lui-même défini une faction « sociaux-démocrates indépendants » (l 'Unabhängige Sozialdemokratische Partei Deutschlands, USPD) était séparé de sociaux-démocrates et poussé vers un système de moule socialiste. Les autres « majorité des sociaux-démocrates » (MSPD), qui a soutenu un système parlementaire, ils ont décidé de se rendre à la tête du mouvement afin de ne pas perdre leur influence et, encore une fois le 7 Novembre, a exigé que l'empereur Guillaume II à abdiquer. Le 9 Novembre 1918, la République a été proclamée par Philipp Scheidemann, une fenêtre faisant face à l'avant palais Reichstag de Berlin. Deux heures après une « République socialiste » a été proclamé, à quelques centaines de mètres d'un balcon de la Château de Berlin de Karl Liebknecht.

Cette inscription fait partie de la série
Histoire de l'Allemagne
Armoiries de Germany.svg

Préhistoire et Antiquité

Moyen âge

  • Empire carolingien
  • Saint-Empire romain
  • allemand médiéval

Âge moderne

  • Réforme protestante
  • Allemagne au XVIIe siècle
  • Allemagne au XVIIIe siècle

Âge contemporain

La période d'après-guerre

  • Histoire de l'Allemagne depuis 1945
    • République fédérale d'Allemagne (1949-1990)
    • République démocratique allemande
  • Chute du mur de Berlin
  • Réunification allemande

Le 9 Novembre, avec un acte douteux légalement, le "Reichskanzler " Prince Maximilian von Baden a transféré ses pouvoirs Friedrich Ebert, la tête de la MSPD. Il était évident que cet acte ne serait pas suffisant pour satisfaire les masses, de sorte que le lendemain, il a été élu un gouvernement révolutionnaire, le « Conseil des commissaires du peuple » (Rat der Volksbeauftragten), Composée de membres de la MSPD et USPD et dirigé par Ebert pour le MSPD et Hugo Haase l'USPD. Bien que le nouveau gouvernement a été confirmé par le conseil des travailleurs et des soldats à Berlin, il est opposé à spartakistes, l'aile gauche de l'USPD dirigé par Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht. Ebert a appelé à un congrès national des conseils, qui a eu lieu le 16 à 20 Décembre 1918, et dans lequel le MSPD avait la majorité. Ebert a été en mesure d'appliquer des élections rapides pour une Assemblée nationale qui devait créer une constitution pour un système parlementaire, marginalisant ainsi le mouvement qui a appelé à une République socialiste.

Pour vous assurer que son gouvernement était en mesure de maintenir le contrôle du pays, Ebert a fait un pacte avec l'OHL, maintenant dirigé par le successeur général de Ludendorff Wilhelm Groener. la pacte Ebert-Groener Essentiellement, il a déclaré que le gouvernement ne tenterait pas de réformer l'armée jusqu'à ce que l'armée a juré de défendre le gouvernement. D'une part, cet accord symbolise l'acceptation d'un nouveau gouvernement par les militaires, calmer les préoccupations de la classe moyenne; d'autre part, il a été considéré comme une trahison des intérêts des travailleurs par la gauche; également mis en place l'armée en tant que groupe indépendant et conservateur dans l'État, peut influer sur le sort de la République naissante. Ce fut l'une des nombreuses étapes qui ont provoqué la division permanente de la représentation politique du SPD de la classe ouvrière et les communistes. La scission est devenue définitive après Ebert a appelé la demande OHL pour les troupes pour réprimer une mutinerie de soldats à Berlin, le 23 Novembre 1918, où les soldats révoltés avaient capturé le commandant de la ville et a fermé la Reichskanzlei, dans laquelle le Conseil des députés du peuple résidait. L'intervention a été brutale avec plusieurs morts et blessés. Cela a provoqué l'aile gauche pour appeler la scission du MSPD qui, selon eux, était venu réconcilier avec l'armée pour réprimer la contre-révolution. Le USPD ainsi quitté le Conseil des députés du peuple après seulement sept semaines. en Décembre, le fossé épaissi lorsque la Kommunistische Partei Deutschlands (PCA) a été formé par un certain nombre de groupes sur la gauche, y compris l'aile gauche de l'USPD et les groupes Spartakistes.

En Janvier, il y avait de nouvelles tentatives d'établir un Etat socialiste par les travailleurs dans les rues de Berlin, mais ces tentatives ils ont été noyés unités paramilitaires de sang Freikorps, les troupes composées d'anciens soldats et volontaires habituellement à droite. Les affrontements ont abouti le 15 Janvier avec la mort de Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht. Avec l'affirmation de Ebert, les meurtriers ont été jugés non devant un tribunal civil, mais devant un militaire, ce qui a conduit à l'imposition de sanctions très faible, ce qui a conduit pas exactement à une plus grande acceptation de Ebert à gauche. la élections Assemblée nationale Ils ont eu lieu le 19 Janvier 1919. A cette occasion, les nouveaux partis de gauche, y compris l'USPD et KPD, étaient à peine capables de s'organiser, permettant la mise en place d'une solide majorité des forces modérées. Pour éviter les combats en cours à Berlin, l'Assemblée nationale se réunit dans la ville de Weimar, ce qui explique pourquoi l'état naissant a ensuite été surnommé République de Weimar (En allemand: Weimarer Republik). La Constitution de Weimar a créé une république dotée d'un système semi-présidentiel, où le Reichstag Il a été élu par un système proportionnel. Au cours des débats à Weimar, les combats ont continué. Une république soviétique a été déclarée à Monaco de Bavière, seulement pour être frappé par la Freikorps et les unités de l'armée régulière; Des combats sporadiques ont continué à flamber à travers le pays.

Il y avait aussi des conflits dans les provinces orientales de l'Allemagne, qui étaient fidèles à l'empereur et ne sont pas devenus une partie de la République: Grande insurrection polonaise en Province de Posen trois soulèvements silésiens en Haute-Silésie. Pendant ce temps, en l'absence d'une délégation de paix allemande France, les puissances victorieuses ont signé la Traité de Versailles, menaçant le gouvernement allemand qui, s'il n'avait pas à son tour signé, l'Allemagne serait à nouveau envahi. Elles ont été imposées (Diktat) lourdes réductions de l'armée allemande, les paiements tout aussi lourds pour les réparations, et la clause dite de « l'Allemagne comme le seul responsable du déclenchement de la guerre, » qui figurait sur l'insistance française, malgré l'opposition du Président Wilson. Particulièrement lourde pour des raisons morales étaient l'article 227, en vertu duquel l'ancien empereur Guillaume II a été mis en accusation devant un Tribunal international à venir « Pour offense suprême contre la morale internationale » et de l'art. 231, dans lequel précisément "L'Allemagne reconnaît que lui et ses alliés sont responsables de causer tous les dommages subis par les gouvernements alliés et associés et de leurs citoyens à la suite de la guerre, qu'ils ont été imposées par l'agression de l'Allemagne et de ses alliés ".

L'acceptation du traité est une sorte de « péché originel » de la République de Weimar, qui a immédiatement aliéné la faveur de la majorité de la population allemande, et qui a finalement facilité l'élection montée impétueuse des nazis. Un témoignage que la haine a suscité traité sur le sol allemand peut se rappeler qui a été assassiné en 1921 Matthias Erzberger (Homme politique catholique qui avait fait signé), alors qu'en 1922 le même sort est tombé à Walther Rathenau (Ministre des Affaires étrangères de Weimar impegnatosi payer régulièrement des réparations de guerre en France). Adolf Hitler Il blâme plus tard, la république et sa démocratie pour ce traité. Le premier président de l'Allemagne, Friedrich Ebert MSPD, a signé la nouvelle constitution allemande le 11 Août 1919.

Les premières années: conflit interne (1919-1923)

Dès le début, la République a été soumis à une forte pression à la fois des extrémistes de droite comme ceux de gauche. La gauche a accusé les sociaux-démocrates au pouvoir d'avoir trahi les idéaux du mouvement ouvrier, patteggiando avec les puissances de l'ancien Etat au lieu de mettre en place une révolution communiste. L'aile droite a été opposé à un système démocratique, parce qu'il aurait préféré maintenir un état autoritaire comme l'Empire de 1871. Pour miner la crédibilité de la République, le droit, en particulier l'armée, accusé d'être responsable de la défaite de la Première Guerre mondiale propagation de la mythe social Dolchstosslegende.

Le 13 Mars 1920 Il a eu lieu sur "Putsch Kapp», Ce qui impliquait la prise de Berlin par un groupe de troupes Freikorps et le règlement des Wolfgang Kapp, un journaliste de droite, chancelier du nouveau gouvernement. la Freikorps, ils avaient leurs propres plans pour le pouvoir, se sont retournés contre lui. Ebert ne pouvait retirer sa parlement de Berlin et de réunir Dresde, où le gouvernement a appelé à un grève générale. Ce a réussi à arrêter complètement l'économie et le gouvernement Kapp effondré dès le 17 Mars.

Le 6 Juin, 1920 tenu sa second tour des élections la République, la première promulgation de la Constitution: ils ont confirmé Ebert leader du gouvernement et, en dépit d'une baisse du consensus, la suprématie des sociaux-démocrates. Inspiré par le succès de la grève générale, 1920 il y avait des soulèvements communistes Ruhr, lorsque 50.000 personnes ont formé l'Armée rouge et a pris le contrôle de la région. L'armée régulière et la Freikorps Ils ont mis fin à l'insurrection sans recevoir les ordres du gouvernement. D'autres rébellions communistes ont été mis en scène dans Mars 1921 en Saxe et dans la ville de Hambourg.

pour la 1923 la République ne pouvait plus se permettre de vivre jusqu'au paiement des réparations de guerre établi à Versailles et le nouveau gouvernement est devenu insolvable. En réponse, en Janvier 1923, troupes françaises et belges Ils ont occupé la Ruhr, le plus important à cette région d'un point de vue industriel, la prise de contrôle des industries minières et manufacturières. En Janvier 1923, il a été à nouveau organisé plusieurs grèves et de résistance passive a été encouragée. La grève a duré huit mois, causant de grandes souffrances à l'économie et la création de la nécessité pour les importations.

Étant donné que même les travailleurs en grève ont été payés par l'État, il a été imprimé monnaie supplémentaire qui a déclenché un processus de hyperinflation. La valeur de Allemand Papiermark Il est effondré de 4,2 pour chaque dollar américain 1 000 000 au dollar en Août 1923-4 200 milliards de dollars par le 20 Novembre. Le 1er Décembre, il a été introduit une nouvelle monnaie avec un taux de change de 1 000000000000 de vieilles marques pour 1 nouvelle marque, la Rentenmark. Les paiements de réparations ont été repris, et la Ruhr sont revenus en Allemagne.

1923 a également vu une attaque sur la droite qui a pris forme en Beer Hall Putsch, mis en place par Adolf Hitler à Monaco de Bavière. en 1920 la Parti ouvrier allemand (DAP) tourné dans Les travailleurs nationaux-socialistes allemands Parti (NSDAP) - le parti nazi - qui devait devenir la force motrice de l'effondrement de la République de Weimar. Hitler est devenu secrétaire du parti en Juillet 1921. En Novembre de cette année ont été fondées SA (Sturmabteilung), Qui agirait comme l'armée personnelle d'Hitler dans sa lutte pour le pouvoir.

Puis, le 8 Novembre 1923, la Kampfbund en ligue avec Erich Ludendorff il est devenu le directeur d'une réunion du Premier ministre bavarois, Gustav von Kahr, Monaco dans une brasserie. Ludendorff et Hitler a déclaré un nouveau gouvernement et prévu de prendre le contrôle de Monaco le lendemain. Les 3000 émeutiers ont été arrêtés par une centaine de policiers et Hitler a été arrêté et condamné à cinq ans de prison, mais il n'a eu qu'une seule, une phrase très légère. Après l'échec de la Putsch de la brasserie, son emprisonnement et la libération subséquente, Hitler concentrée sur les méthodes juridiques pour obtenir le pouvoir.

L'âge d'or de Stresemann (1923-1929)

Gustav Stresemann Il était le chef de Parti populaire allemand, éducation libérale démocratique. Il était chancelier pour une courte période 1923 et il a occupé le poste de ministre des Affaires étrangères (1923-1929). Il a formé un gouvernement de grande coalition avec le Zentrum et les socialistes. Ce fut la période de stabilité relative de la République de Weimar, avec moins de soulèvements et le début de la reprise économique apparente.

République de Weimar
5000 marques 1922 (avant)

La politique Stresemann avait pour objectif la reprise des négociations avec les puissances étrangères et la résurgence économique de la nation. Son premier geste a été d'émettre une nouvelle monnaie, Rentenmark, pour arrêter l'hyperinflation qui était rédhibitoire société et l 'économie Allemand. Cet objectif a été atteint et Stresemann a refusé à plusieurs reprises d'émettre autre monnaie, qui avait été la cause première de la spirale inflationniste précédente. Pour stabiliser l'économie, la réduction des dépenses et bureaucratie et en même temps augmenté la taxe.

République de Weimar
5000 marques 1922 (retour)

Le gouvernement a également cherché à mettre fin au conflit avec la France et réglé la question de la résistance passive dans la Ruhr. En outre, réprimées sans ménagement toutes les tentatives de l'opposition de droite et d'extrême gauche. Au cours de cette période, il a également été créé Plan Dawes pour permettre à l'Allemagne de rester en mesure de payer des réparations de guerre. La majeure partie du financement nécessaire pour redémarrer l'industrie manufacturière allemande serait mis à la disposition que les États-Unis qui, de cette façon, ils pourraient vendre l'excédent de capital, les investissements en Allemagne en échange de gros profits. Mais, surtout, en permettant l'Allemagne de payer des réparations, aux États-Unis a permis de payer les énormes dettes contractées pendant la guerre par la France, la Grande-Bretagne et en Italie, contre eux.

En 1925, donc, l'économie et le système financier allemand semblait avoir passé la période la plus difficile. Pendant ce temps, Stresemann a secoué avec le ministre français des Affaires étrangères Briand une série d'accords qui ont finalement normalisé les relations entre les deux nations. En Octobre 1925, en fait, il est venu à la signature des accords de Locarno, qui a également rejoint l'Angleterre, l'Italie, la Belgique et la Pologne. Avec ce traité, l'Allemagne a reconnu la perte de l'Alsace et de Lorraine, a accepté la démilitarisation de la Rhénanie, mais pas les engagements pris en ce qui concerne les frontières orientales. Ce fut un véritable succès pour l'Allemagne Stresemann, qui ne fut plus considéré comme une défaite de la nation, mais en tant que partenaire au niveau international.

L'Allemagne a été admis dans Société des Nations, Il a signé un pacte de neutralité avec 'Union soviétique et le désarmement a été arrêté. Enfin, le 24 Juillet, 1929 est entrée en vigueur Briand-Kellog Pacte, pour laquelle les preneurs fermes (y compris, en plus de l'Allemagne, la France et les Etats-Unis, y compris le Japon, la Russie et l'Italie) se sont engagés à renoncer à la guerre et résoudre les conflits par la voie diplomatique. Cette même année, la mort de Stresemann a marqué la fin de ' « âge d'or » de la République de Weimar.

L'effondrement et la montée de Hitler (1929-1933)

Les dernières années de la République de Weimar ont été marquées par l'instabilité politique plus que les années précédentes. Le 29 Mars 1930 l'expert en finances Heinrich Brüning Il a été nommé par Paul von Hindenburg successeur du chancelier Müller, après des mois de lobbying politique du général Kurt von Schleicher en faveur de l'armée. Il était prévu que le nouveau gouvernement conduirait à un changement vers le conservatisme, sur la base d'un pouvoir spécial accordé par Reichspräsident conformément à la Constitution, comme il n'a pas joui du soutien de la majorité Reichstag.

République de Weimar
31 juillet 1932, électoralistes.

Après un décret impopulaire pour rétablir les finances de la Reich Il n'a pas trouvé le soutien du Reichstag, Hindenburg a établi une mesure d'urgence fondée sur l'article 48 de la Constitution. Le décret a de nouveau été invalidée 18 Juillet, 1930 par une mince majorité de Reichstag avec le soutien de SPD, KPD puis petit NSDAP et DNVP. Immédiatement après, Brüning soumis à Reichstag le décret présidentiel par lequel il a été dissous.

Les prochaines élections générales Reichstag, 14 septembre 1930, Ils ont tourné un séisme politique: 18,3% des voix est allé à la NSDAP, cinq fois plus que la proportion de 1928. Cela a eu des conséquences dévastatrices pour la République: il n'y avait pas une majorité dans la Reichstag même pour la Grande Coalition et cela a encouragé les partisans du NSDAP de manifester leurs exigences de puissance avec la violence et la crainte de plus en plus. Depuis 1930, la République a glissé de plus en plus dans un état de guerre civile.

De 1930-1933 Brüning a essayé de nettoyer l'état qu'il était dans une situation désastreuse et sans majorité au Parlement, gouverner avec l'aide de décrets présidentiels d'urgence. À ce moment-là, grande dépression Il a atteint un sommet. Conformément aux théories économiques libérales avérées désastreuses alors, que moins les dépenses publiques commencerait la reprise économique, Brüning réduire drastiquement les dépenses de l'État. Il attend à ce que la crise économique serait pire pendant un certain temps avant de commencer à améliorer. Entre autres la Reich complètement stoppé toutes les subventions publiques pour l'assurance-chômage obligatoire qui a été introduite qu'en 1927, ce qui a donné lieu à des contributions plus élevées des travailleurs et moins d'avantages pour les chômeurs, pas exactement une mesure populaire.

Le ralentissement économique a duré jusqu'à la deuxième moitié de 1932. A cette époque, la République de Weimar avait perdu toute crédibilité auprès de la majorité des Allemands. Alors que les chercheurs sont en grande désaccord sur l'évaluation donner à la politique de Brüning, On peut dire sans risque qui a contribué à la baisse de la République[citation nécessaire]. Si, à ce moment-là ou non alternatives reste l'objet de nombreux débats, ce qui est certain est que, en raison de la réduction drastique des dépenses effectuées dans un état déjà en crise, le taux de chômage en trois ans seulement incroyablement empirait, atteignant toucher 40%, ce qui justifie tout avec la promesse d'une reprise économique qui jamais il y avait. La catastrophe sociale provoquée peut donc être considérée comme l'une des principales raisons qui ont créé l'humus augmentation subséquente appropriée du Parti national-socialiste d'Hitler. En Avril 1932, Hindenburg a été réélu Reichspräsident, surmonter le second tour Hitler six millions de voix. En dépit Brüning avait fortement soutenu la réélection de Hindenburg, il a perdu la confiance et a dû démissionner du 30 mai.

Hindenburg puis il a commandé en tant que nouveau Reichskanzler Franz von Papen, qui avait le soutien d'Hitler, mais au prix d'une série de demandes:

  • la Reichstag Il serait dissous à nouveau de nouvelles élections;
  • l'interdiction SA, imposée après les affrontements de rue, il a dû être enlevé;
  • le gouvernement socialiste de Prusse Il serait déclassé par décret d'urgence.

L'élection générale Reichstag 31 Juillet 1932 Ils ont pris 37,2% des voix contre NSDAP. Hitler a demandé maintenant d'être nommé chancelier, mais la demande a été rejetée par Hindenburg le 13 Août. Il y avait encore une majorité à Reichstag pour tout gouvernement; en conséquence, Reichstag Il a été dissous à nouveau et refait les élections avec l'espoir que cela conduirait à majorité stable. Mais ce n'était pas; le 6 Novembre 1932 l'élection a donné 33,0% des voix contre NSDAP, qui a perdu plus de 4%. Le 3 Décembre, Franz von Papen a démissionné, remplacé comme Reichskanzler, Le général von Schleicher. Son plan audacieux pour former une majorité dans la Reichstag, réunissant des syndicalistes ont quitté les différentes parties, y compris ceux du NSDAP dirigé par Gregor Strasser, n'a pas réussi.

Le 4 Janvier, 1933, Hitler a rencontré secrètement avec von Papen dans la maison du banquier Cologne Kurt von Schroeder. Ils se sont entendus sur la formation d'un gouvernement de coalition: En plus de Hitler, deux autres membres du NSDAP feraient partie du gouvernement Reich (Wilhelm Frick en tant que ministre de l'Intérieur et Hermann Göring comme commissaire pour la Prusse), avec von Papen comme vice-chancelier Hitler. Du nouveau cabinet serait aussi les médias influents tycoon Alfred Hugenberg, qui il était secrétaire de l'autre partie de l'âge requis, DNVP.

République de Weimar
Le discours d'Hitler au cours de la session d'approuver la Loi d'habilitation

Lorsque le plan a finalement été présenté à Hindenburg il a nommé Hitler comme ce nouveau Reichskanzler 30 janvier 1933. Bien que von Hindenburg méfiait Hitler et fortement désapprouvé la violence politique des nazis, et avait battu Hitler à l'élection présidentielle de 1932, partagée, quoique à contre-coeur, la théorie de von Papen qui, avec le soutien populaire aux nazis, il déclinait Hitler pourrait être contrôlé comme chancelier. Cette date est généralement considérée comme le début de l'Allemagne nazie et il a donc été nommé Machtergreifung ( « Saisie de puissance ») à partir de propagande Nazie. Il a établi le nouveau gouvernement dictature avec une série de mesures en succession rapide suivant la philosophie de gleichschaltung. Le 27 Février 1933 la construction de Reichstag il était en cendres, la chose que les nazis ont profité avec Reichstagsbrandverordnung, ce qui lui a permis d'éliminer de Reichstag (institution) tous les membres qui appartiennent au Parti communiste, afin qu'ils puissent bénéficier du vote pour Lire les pleins pouvoirs.

Les élections suivantes Reichstag, le 5 mars 1933, Ils ont pris 43,9% des voix au NSDAP; les derniers clous ont été enfoncés dans le cercueil de la République de Weimar, avec l'approbation Ermächtigungsgesetz, la Loi des pleins pouvoirs (Merci à l'appui Les travailleurs nationaux-socialistes allemands Parti, la Nationale allemande Parti populaire, aux menaces pour obtenir le soutien à la Parti du Centre allemand) Du 23 Mars 1933, qui a donné officiellement Hitler le pouvoir de gouverner par décret et de démanteler à tous égards les vestiges de la Constitution de Weimar, se détacha tous les partis de gauche, puis tout le monde sauf, bien sûr, les nazis, a restreint la liberté de la presse et de la pensée , les syndicats et toutes les associations non reconnues par le gouvernement ont également été interdites toutes les manifestations et les grèves. A la mort de Hindenburg, le 2 Août 1934, Hitler fusionné les bureaux de Reichspräsident et Reichskanzler et il a rétabli avec le nouveau titre führer und Reichskanzler.

Les raisons de l'effondrement

L'identification des raisons pour lesquelles la République de Weimar a effondrées de manière catastrophique en faveur de la dictature nazie est encore l'objet de nombreux débats. D'une part, Hitler est devenu Reichskanzler légalement par les mécanismes établis par la constitution et le NSDAP, il avait gagné la majorité des sièges dans les deux élections de 1932. D'autre part, Hitler a été nommé Reichskanzler à un moment où le soutien au « mouvement » se sont révélés insuffisants pour prendre le pouvoir.

De nombreuses tentatives ont été faites par des chercheurs pour donner diverses raisons et, en fonction des opinions politiques individuelles, l'analyse peut donner plus d'importance à une raison particulière de ne pas l'autre. La situation est compliquée par le fait que lors de la soi-disant guerre froide analyse historique a été conditionné par les conditions politiques actuelles.

Il se trouve que le résultat d'un hypothèse Il fait valoir que le nazisme pourrait être évité si certaines décisions avaient été prises. Par exemple, une spéculation intéressante de ce genre est demandé quels résultats il atteint le NSDAP aux élections de 1933 si Hitler avait pas eu l'avantage d'être déjà au sein du gouvernement.

On peut dire que sans raison, par lui-même, suffit à expliquer la montée du nazisme, et est donc plus approprié, peut-être, de mentionner un certain nombre de raisons. Les plus couramment utilisés peuvent être regroupés en trois grandes tentatives en cours pour développer les éléments suivants: économique, institutionnelle et personnelle.

problèmes économiques

La République de Weimar avait quelques-uns des plus graves problèmes économiques jamais connu dans l'histoire de la démocratie occidentale. L'hyperinflation galopante, le chômage massif et la baisse importante de la qualité de vie, par rapport à la période antérieure à Première Guerre mondiale, ont été les principaux facteurs de l'effondrement. avec grande dépression de une trentaine d'années, les institutions de la République, en tant que tels, ont été accusés par un grand nombre des problèmes économiques; Cela est évident dans les résultats des élections, où les partis politiques qui voulaient le démantèlement complet de la République, à la fois à droite et à gauche arc constitutionnel, ont rendu impossible de former une majorité stable au Parlement.

Dans ce contexte, la Traité de Versailles Il a été considéré par le peuple allemand comme document punitif et dégradant, qui a forcé la nation à donner des zones riches en ressources et de payer d'énormes sommes que la réparation de la guerre. Ces réparations punitives non seulement gravement endommagé l'économie allemande, mais aussi causé une grande consternation et le ressentiment de la part de la population.

Aujourd'hui, la plupart des historiens conviennent que de nombreux industriels a la République avec les syndicats et les sociaux-démocrates, tout comme ceux qui ont établi les subventions sociales 1918 et 1919. Mais même si certains considèrent Hitler comme un moyen d'abolir, la République était instable avant même certaine industrie commencerait à soutenir Hitler. En dehors de cela, même ceux qui ont soutenu la nomination d'Hitler ne voulait pas le nazisme dans son intégralité et considéré Hitler seulement comme une solution temporaire dans leur recherche de l'abolition de la République. Certes, le soutien de l'industrie ne suffit pas par elle-même pour expliquer le soutien à Hitler par des segments importants de la population, qui comprenait de nombreux travailleurs qui avaient déménagé loin des partis de gauche. Le soutien à Hitler de groupes socialement les plus faibles de la population a été acquise par les Fuehrer grâce à une politique économique très expansionniste, tout à fait contraire à celle de Bruning, où en raison d'interventions a augmenté de dépenses publiques et de l'État réduit considérablement le le chômage et la pauvreté, la création d'emplois pour de nombreux et proches des niveaux d'emploi.

questions institutionnelles

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Constitution de Weimar.

Il est communément admis que la constitution de 1919 avait un certain nombre de faiblesses clés qui ont fait la mise en place d'une dictature trop facile. Quelle constitution différente aurait pu empêcher le Troisième Reich, cependant, il est discutable; Dans tous les cas, la Constitution de 1949 (la Grundgesetz) a reconnu ces critiques et peut être considérée comme une réponse forte à ces défauts.

  • La mise en place de la Reichspräsident Il a souvent été considéré comme un substitut, une tentative de remplacer l'Empereur ("Ersatzkaiser", substitut empereur), Qui avait abdiqué en 1918, avec une institution aussi forte et autoritaire[2]. Ceci est très évident dans l'article 48 de la Constitution, ce qui a donné au président le pouvoir de « Prendre les mesures nécessaires si l'ordre public et la sécurité avaient été gravement perturbé ou en voie de disparition ". Bien qu'il était prévu que comme une clause d'urgence, cet article a également été utilisé dans les années antérieures à 1933 à publier des décrets sans soutien parlementaire et a fait la gleichschaltung plus facile. Par exemple, Reichstagsbrandverordnung Il a été émis en vertu de l'article 48.
  • Le SPD, après avoir construit ce qu'on appelle "démocratie contracté«J'ai essayé de ne pas bouleverser l'une des composantes de ce contrat formel, réduit à une administration non effectuée ou pris les positions décisives, et donc susciter l'hostilité des factions les plus extrémistes: les conservateurs, qui ont vu l'échec socialiste SPD et les socialistes eux-mêmes, dont certains de la scission du parti pour créer le KPD en 1919 mettant en vedette, peu après, la période de deux ans de conflits sociaux ont également inspiré l'expérience soviétique, et qui a donné lieu à la Freikorps, de nombreux membres alors en entraranno SA et SS, d'imposer la loi et l'ordre avec l'utilisation de la force.
  • la Reichstag pourrait retirer la Reichskanzler de son bureau, même si elle n'a pas pu se mettre d'accord sur un successeur. cette Vote de censure « Destructive » a conduit à de nombreux chanceliers en succession rapide et a ajouté un autre facteur d'instabilité politique dans la République. Par conséquent, Grundgesetz 1949 a décidé que le chancelier pourrait être rejeté par le Parlement que si un successeur a été élu en même temps; le soi-disant méfiance constructive.
  • La Constitution stipule qu'en cas de démission ou de décès du président, Reichskanzler (Chancelier) a assumé la fonction (et, surtout, il aurait le pouvoir) jusqu'à l'élection d'un nouveau président. Cela a permis à Hitler de combiner efficacement les bureaux de Reichskanzler et Reichspräsident après la mort de Hindenburg en 1934. Cependant, en ce moment-là, l'usine de la future dictature a déjà pris racine, et cette clause ne peut pas être considéré par lui-même comme l'affirmation seule cause de la puissance du nazisme.
  • en Reichstag, le parlement de la République, a également représenté un grand nombre de très petits partis; ce fait une nécessité de coalition entre ces partis, cependant, difficile à réaliser car de nombreuses fractions avaient une idéologie extrémiste; d'où le problème qu'il n'a pas été en mesure d'obtenir une majorité en mesure d'agir. Du point de vue de la guerre, après la constitution de la République de Weimar, le problème institutionnel serait plus tard passé alors qu'une représentation proportionnelle sans système de barrière, cela signifierait le risque de ingouvernabilité. Un tel seuil a ensuite été mis en place depuis 1949, établissant qu'ils seraient représentés seuls les partis qui ont obtenu les cinq pour cent des voix.

Visions personnalistes

Certains historiens préfèrent passer le regard analytique du grand événement, plutôt rechercher les causes de la montée du nazisme dans les individus et dans les décisions que nous avons prises. Par exemple, la politique économique de Brüning 1930-1933 a fait l'objet de nombreux débats. On peut dire avoir conduit beaucoup à identifier la République avec réduction des dépenses sociales et de l'économie extrêmement libérale, cependant, même dans certains principes idéologiques à celui poursuivi par la gouvernance européenne, même de nos jours, après l'aggravation des ' crise économique actuelle en Europe dans les années après 2010.

Un autre accent est mis sur Paul von Hindenburg, qui est devenu Reichspräsident en 1925. Il était certainement représentatif de l'ancien empire autoritaire en 1871, et il est difficile de l'étiqueter comme un démocrate qui a soutenu la République Hindenburg 1919 était très vieux, après avoir passé 80 ans en âge une trentaine d'années, et cela soulève des doutes sur sa lucidité. Il était cependant pas un nazi. On peut se demander si un président différent, avec des convictions démocratiques fortes aurait permis au Parlement si manifestement trompés par l'utilisation de l'article 48 permet décrets; plus précisément, un autre président signerait le Reichstagsbrandverordnung? Il est également spéculé sur pourquoi il a nommé Hitler Hindenburg Reichskanzler 30 janvier 1933; après tout, Hindenburg a attendu un jour et demi avant de prendre la décision. Certains croient que si Hitler était devenu chancelier, dans les prochains mois continuerait le déclin des voix que le NSDAP avait enregistré, pour la première fois, aux élections Novembre 1932.

Géographie anthropique

divisions administratives

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: États de la République de Weimar.
terrain surface
(²)
population[3] densité
(²)
capital
État libre d'Anhalt 2 313,58 351045 143 Dessau
République de Baden 15 069,87 2312500 153 Karlsruhe
État libre de Bavière 75 996,47 7379600 97 Monaco
État libre de Brunswick 3 672,05 501875 137 Braunschweig
ville Brême 257,32 338846 1322 Brême
ville Hambourg 415,26 1 132 523 2775 Hambourg
Etat populaire de Hesse 7 691,93 1347279 167 Darmstadt
État libre de Lippe 1 215,16 163648 135 Detmold
Ville libre de Lübeck 297,71 127971 430 Lübeck
État libre de Mecklembourg-Schwerin 13 126,92 674045 51 Schwerin
État libre de Mecklenburg-Strelitz 2 929,50 110269 38 Neustrelitz
État libre d'Oldenburg 6 423,98 545172 85 Oldenburg
État libre de Prusse[4] 292 695,36 38175986 130 Berlin
État libre de Saxe 14 986,31 4992320 333 Dresde
État libre de Schaumburg-Lippe 340,30 48046 141 Bückeburg
terre de Thuringe 11 176,78 1607329 137 Weimar
L'État populaire libre de Wurtemberg 19 507,63 2580235 132 Stuttgart
Deutsches Reich 468 116,13 62410619 134 Berlin
Bassin de la Sarre[5] 1 910,49 768000 402 Sarrebruck

culture

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Weimar Culture.

Pendant la République de Weimar le Allemagne Il a connu une phase intense d'expansion artistique, culturelle et scientifique. Le nouveau climat de liberté politique a contribué à faire Berlin le moteur d'une révolution culturelle. Les 14 ans de la République de Weimar ont en effet caractérisé par une production intellectuelle considérable: les artistes allemands ont fait des contributions importantes dans les domaines de la littérature, dell 'art, dell 'architecture, de musique, de dramaturgie et dans le nouveau milieu qui établissait ces années, cinéma. la philosophe Ernst Bloch Il a décrit cette période comme un nouvel « âge de Périclès».

Parmi les œuvres de cette période peuvent être signalés à la caricatures politiques Otto Dix, John Heartfield et George Grosz, le mouvement artistique de nouvelle objectivité, des films comme métropole de Fritz Lang et bien d'autres œuvres produites par Universum Film, mouvement architectural Bauhaus, Le théâtre épique Bertolt Brecht, la fonctionnalisme de Ernst May et Bruno Taut et cabaret décadent documenté Christopher Isherwood. Dans la musique musique émergente Kurt Weill et que atonal et moderne Alban Berg, Arnold Schönberg et Anton Webern, ces trois derniers Autrichiens, cependant, et personnellement et musicalement grandi à Vienne.

élections générales

Les élections dans la République de Weimar ont été faites:

[6]
Les élections partielles tenues sur
Les partis politiques de la Reichstag 6 juin
1920
4 mai
1924
7 décembre
1924
20 mai
1928
14 septembre
1930
31 juillet
1932
6 novembre
1932
le 5 mars
1933
Parti communiste (PCA) 4 62 45 54 77 89 100 81 (**)
Parti social-démocrate (SDP) 102 100 131 153 143 133 121 120
Parti du centre (*) 65 81 88 78 87 97 90 93
Parti populaire nationale (DNVP) 71 95 103 73 41 37 52 52
Parti national-socialiste (NSDAP) - - - 12 107 230 196 288
D'autres partis 98 92 73 121 122 22 35 23
  • (*) Comprend le Parti populaire bavarois (BVP), une dérivation de Zentrum à partir de laquelle il a rompu en 1919 pour développer un courant politique plus conservatrice, la matrice catholique et plus orientée vers les problèmes de Bavière.
  • (**) Les élections ont eu lieu après la Reichstagsbrandverordnung et l'arrestation des députés communistes. Cependant, le KPD, a été officiellement dissous après les élections de 1933 pour faciliter l'approbation des Décret de pleins pouvoirs parce que bien sûr, les députés communistes élus étaient incapables d'exercer leur être d'opposition déjà en camp de concentration ou fuyant l'Allemagne.

notes

  1. ^ Il convient de noter que le pouvoir législatif au cours de la période 1871-1918 était au Parlement, d'approuver ou non les initiatives législatives proposées par le chancelier, pourraient affecter l'action du gouvernement, étant ainsi en mesure de produire même une crise gouvernementale.
  2. ^ C. Paul Vincent. Un Dictionnaire historique de la République de Weimar en Allemagne, 1918-1933 [Première édition], 0313273766, 9780313273766 Greenwood Press, 1997.
  3. ^ données 1925
  4. ^ Les données sur les terres Waldeck Ils sont déjà insérés entre ceux de la Prusse.
  5. ^ Bassin de la Sarre (td. das Saargebiet) Retourné en Allemagne après un plébiscite 1935.
  6. ^ Source: Retraitement présent dans: données (FR) Les partis politiques au Reichstag à partir du site Web "Jewish Virtual Library." Plus d'informations sont disponibles à ces endroits: (DE) [1], [2] et [3]. Rapporté 14 Novembre 2006.

bibliographie

  • Erich Eyck, Histoire de la République de Weimar, 1918-1933, traduction Enzo Collotti et lullina Balligioni Terni, culture historique collier Bibliothèque 88, Torino, Einaudi, 1966 ISBN 978-88-06-18150-5.
  • Arthur Rosenberg, Les origines de la République de Weimar, Firenze, Sansoni, 1972
  • Arthur Rosenberg, Histoire de la République allemande, Firenze, Sansoni, 1972
  • Walter Laqueur, La République de Weimar. La vie et la mort d'une société permissive, traduction de Lydia Magliano, Collier historique, Milan, Rizzoli, j'ed. 1977.
  • Pierre Broué, Révolution en Allemagne 1917-1923, Traduction Sergio Caprioglio et Donata Usiglio, collier culture historique Bibliothèque, Turin, Einaudi, 1978, pp. XVII-884.
  • Hagen Schulze, La République de Weimar - Allemagne 1918-1933, Bologne, Il Mulino, 1993
  • Detlev Peukert J. K., La République de Weimar, Traduction de Cyril, Collier nouvelle culture, Turin, Bollati Basic Books, 1996 ISBN 978-88-339-0970-7.
  • Heinrich Winkler Août, La République de Weimar, Rome, Donzelli, 1998
  • Martin Broszat, De Weimar à Hitler, Rome / Bari, Laterza, 2000
  • Ernst Nolte, La République de Weimar. Une démocratie instable de Lénine et Hitler, traduction de F. Coppellotti, Milan, Christian Marinotti 2006 ISBN 978-88-8273-065-9.
  • Susanna Böhme-Kuby, Pas plus, pas encore. Kurt Tucholsky et la République de Weimar, Le Melangolo, Gênes 2002
  • Peter Gay, La culture de Weimar, Daedalus, Bari, 2002
  • Massimo La Torre, La crise du XXe siècle - Les avocats et les philosophes dans le crépuscule de Weimar, Daedalus, Bari, 2006
  • Riccardo Cavallo, Le climat anti-formalisme à Weimar, Giappichelli, Turin, 2009
  • Ciro Sbailò, Weimar. Un laboratoire pour constitutionnalisme européen, Open City - Université Kore Press, Troina, 2007
  • Eric D. Weitz, L'Allemagne de Weimar. Utopie et tragédie, Einaudi, Torino, 2008
  • Cindy Skach, Empruntant Designs constitutionnelles: Droit constitutionnel à Weimar Allemagne et la Cinquième République française, 0691123454, 9780691123455 Princeton University Press 2005

Articles connexes

D'autres projets

  • Il contribue à Wikisource Wiktionnaire: Il contient une page dédiée à République de Weimar
  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations liées à République de Weimar
  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers sur République de Weimar

liens externes

autorités de contrôle LCCN: (FRsh85054639 · GND: (DE4065109-5