s
19 708 Pages

Martin Lutero
Portrait de Martin Lutero de Lucas Cranach (1529)

Martin Luther, en italien Martin Lutero (Eisleben, 10 novembre 1483[1] - Eisleben, 18 février 1546), Il a été un théologien allemand et de l'initiateur Réforme protestante.

la confession chrétien basé sur sa doctrine théologique est appelée luthéranisme.

Martin Luther Signature.svg
Cette inscription fait partie de la série
Lutherrose.svg
luthéranisme
les débuts
personnes
Livre de Concord
théologie et sacrements
liturgie et le culte
organisations

biographie

Enfance et de l'éducation

Martin Luther est né à Eisleben (aujourd'hui terrain de Saxe-Anhalt) Dans la nuit du 10 Novembre 1483, « onze heures après le coucher du soleil », qui est d'environ cinq heures du matin. Ses ancêtres étaient des agriculteurs, « Je suis le fils d'un paysan », se souvient le réformateur dans l'un de ses Discours à la table, ajoutant que « il y avait, cependant, les agriculteurs sont devenus des rois et des empereurs. » Luther était le fils de Hans Luther (1459-1530) et Margarethe Ziegler (1459-1531). Hans, ayant hérité non la terre, il est allé travailler dans les mines, la construction d'une fortune considérable, sans qu'il en a tenu un homme riche. La femme, en fait, a dû chercher du bois de la forêt voisine.

L'environnement dans lequel a grandi Luther était catholique et sévère, mais aussi grossier et vulgaire, de sorte que la foi des parents est entré dans une composante de la superstition populaire, particulièrement attirés par le paganisme germanique.[2] Quel sera l'épouse de Luther, Katharina von Bora, Il est sorti, seize ans après le 29 Janvier 1499, à proximité Hirschenfeld Meissen, dans la famille d'un chevalier noble appauvri, dont le blason a montré un lion se tenant avec une patte relevée, surmontée d'un casque de chevalier.

Les deux futurs époux sont nés dans deux régions de Saxe rivaliser traditionnellement l'autre, régie par deux branches de la maison de Wettin: la Ernestino branche, qui avait le droit de participer à l'élection de l'empereur du Saint Empire romain germanique, et la branche Albertine, il avait gardé le titre de duc de Saxe. La rivalité entre les deux peuples aiguise encore au cours des années de la réforme, parce que Ernestine a soutenu Luther et Albertini s'y est opposé. Un an après la naissance de Martin, la famille a déménagé à Mansfeld, où l'enfant a commencé à fréquenter l'école, pratiquer le chant sacré.

Martin Lutero
Monument à Luther Eisleben, Eisleben aujourd'hui en son honneur

en 1497 Luther a fréquenté l'école latine Magdebourg, à Frères de la Vie commune, association religieuse d'origine médiévale. Car la volonté de son père alors qu'il est inscrit à l'Université de Erfurt (1501), Où il a reçu le titre de Baccalaureus Artium.

Pour augustinien

Martin Lutero
Luther dans le moine de l'époque.

Il était dans la bibliothèque de cette institution qu'il a lu la Bible pour la première fois: « Je l'ai beaucoup aimé », at-il dit, « et je me considère assez chanceux de posséder un jour que livre. » Un événement en Juillet 1505 abordé son avenir alors qu'il voyageait a été pris dans une violente tempête les portes de Stotterheim, un village saxon. Tombé à terre en raison des effets de la foudre un peu loin, il a donné une promesse de Sant'Anna; s'il avait sauvé, il embrassa la vie monastique.[3]

Le 17 Juillet 1505, à vingt-deux ans, elle entra au couvent augustin Erfurt, où il approfondit les écrits de San Paolo et Sant'Agostino. Ici, dans 1507, il était ordonné prêtre malgré l'opposition de son père (non convaincu de la gravité de sa vocation). Le jeune augustin se consacre à Monaco études théologique et la pratique des vertus monastiques, à partir de 'humilité. Johann von Staupitz, impressionné par sa capacité et sa discipline, il a signalé Frédéric III de Saxe, qui venait de fonder la 'Université Wittenberg et il était à la recherche de nouveaux enseignants.

Par conséquent, en 1508, Luther a commencé à enseigner la physique et la dialectique, la lecture et les commentaires sur 'éthique à Nicomaque de Aristote, et en passant plus tard pour diriger disputationes étudiants. Dans les années qui ont suivi, il a poursuivi ses études de théologie et les Saintes Ecritures. en 1510 Il a été envoyé à Rome (Au nom de son couvent, pour les questions internes ordre approprié), contrairement à ce que rapporté par diverses sources, il n'a pas été du tout choqué par la conduite du clergé, étant plutôt excité par la ferveur artistique et culturelle dans les années investi la centre du christianisme.[4] Une légende dit que quand il est entré dans la Piazza del Popolo, il est tombé sur ses genoux en criant: « Bonjour Roma ville sainte des martyrs, sanctifiés par le sang qu'ils ont versé là-bas. »[5]

Le 19 Octobre de l'année suivante, il a obtenu son diplôme en théologie et en 1513 Il a commencé à donner des conférences sur la Psaumes[6]; qu'ils ont été publiés en 1519.[7] Dans l'année 1515 Luther a été nommé par le chapitre des Augustins, vicaire général du (beaucoup) du quartier des couvents Meissen et Thuringe. Le Vicaire général Staupitz, selon la coutume de l'époque, l'a accompagné à visiter plusieurs de ces monastères importants. il a commencé la même année des cours sur 'Épître aux Romains, dont le manuscrit a été découvert et publié en 1908.[8]

La doctrine de la justification par la foi

Martin Lutero
Martin Lutero

Au fil des années Wittenberg réflexion luthérienne sur la relation entre Dieu et l'homme est devenu de plus en plus intense. Luther vit un type religieux médiéval. Il ne vit pas la crise de la religiosité traditionnelle, typique de la culture de la Renaissance qui ne lui appartient pas, est un homme du passé, vivre la foi comme ses ancêtres. On peut dire que presque sans le vouloir [9] il se trouva le catalyseur à son insu d'un énorme phénomène historique.[10].D'autre part Luther est "l'homme du monde moderne, car elle exprime la foi dans sa pureté comme il l'avait appris de la Bible ...» [11]. à la fin de 1512 et au début 1514 Luther a essayé l'expérience de la tour (Turmerlebnis): Une révélation soudaine, qui est l'axiome fondamental de la religion protestante, comme il avouait lui-même, il lui vint alors qu'il était dans la tour du monastère[12], la lecture et la méditation de la lettre de Paul aux Romains,[13] et en particulier sur certaines étapes, telles que, « car il n'y a pas de différence: Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu, étant justifiés gratuitement par sa grâce, par la rédemption en Jésus-Christ, Dieu a exposé pour l'expiation avec son sang par la foi « (Romains de 3,23 à 25); « Nous concluons donc que l'homme est justifié par la foi sans les oeuvres de la loi » (Romains 3:28 de); « Par conséquent, justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu, par Jésus-Christ notre Seigneur, par qui nous avons gagné par la foi, l'accès à cette grâce dans laquelle nous sommes, et glorifions dans l'espérance de la gloire de Dieu « (Rom de 5,1-2).

étude de la Bible, la prière et la méditation l'ont aidé à arriver à une compréhension différente de la façon dont Dieu voit les pécheurs. Il se pose donc l'idée que la faveur de Dieu est quelque chose que vous ne pouvez gagner, mais est accordé à la faveur imméritée ceux qui font preuve foi. En fait, la théologie de l'apôtre Paul dit que si nous aurons la foi nous allons justifiée par Dieu par les mérites de notre Seigneur Jésus-Christ. Dieu, et lui seul, nous donnera la grâce, le salut nous justifier. Ceci est le point central de toute la doctrine luthérienne: car il a l'intention de justifier au sens littéral (iustum facere): à fait juste par injuste que nous sommes par nature.[14]

Il est l'omnipotence divine qui est capable de le faire: pour transformer le noir en blanc, faire droit que par sa nature est profondément injuste. Il ne sert à rien pour l'homme « avec ses bras courts » tentative d'atteindre Dieu. L'homme ne peut flatter Dieu par les bonnes œuvres, d'autant plus que le péché originel vous ramènera désespérément au péché. Tout dépend de lui, qui travaille directement sur les humains. Pas besoin d'un médiateur entre Dieu et l'homme: prêtre, mais Dieu dans son omnipotence sauve ceux qui ont décidé éternité (Eternity) pour enregistrer.

Luther mentalement la Bible examiné de nouveau entier pour déterminer si ces nouvelles connaissances était en harmonie avec d'autres déclarations de la Bible, et la pensée de trouver la confirmation partout. La doctrine de la justification ou le salut, par la foi et non par les œuvres, ou la pénitence, il est resté un pilier central des enseignements de Luther, qui étaient, cependant, les dérivés non Wyclif et Hus.

La différence avec la théologie catholique

Il est donc que Dieu qui sauve la mesure où, comme tout-puissant, est en mesure de le traiter comme tout ce qui, par sa nature est injuste. Toutefois, pour les protestants est que la foi qui sauve. la Eglise catholique, sur la question de la justification, il croit à la nécessité de la grâce divine que la coopération humaine, faite de foi et les œuvres: l'homme est tellement corrompu par le péché originel, mais son agence n'est pas complètement annulé, et donc situé, avec l'aide de la grâce divine la force de se lever à nouveau. L'affirmation qui sont nécessaires pour le salut, en plus de la foi, même les bonnes œuvres est basée sur Matthieu 25: 31-46 et John 2,14-16.

Martin Lutero
gravure sur bois Luther et Hus qui dispensent la sainte communion

Une seconde différence est que pour la théologie catholique de retour à Concile de Trente la justification est un effet réel opéré dans les fidèles par la grâce de Dieu, tandis que la théologie luthérienne, et la théologie catholique avant Concile de Trente, les fidèles de la justification est la même grâce de Dieu, qui est l'une des façons dont Dieu peut décider qu'un pécheur: comment considérer comme justifiée. Il est entendu que, pour les théologiens des deux confessions homme ne mérite pas, par lui-même, la grâce de Dieu.

Alors que l'Eglise catholique, à travers la sacrements, Il peut être présumé avoir obtenu le pardon et dans la grâce de Dieu, luthériens aucun signe qui pourrait indiquer susceptibles d'avoir été prédestiné salut; ne peut qu'espérer et croire fermement, et combien aura été un pécheur, plus peut et doit fortement exprimer sa foi pour être sauvé.[15]

À l'heure actuelle, cependant, il est difficile d'identifier les points réels de désaccord entre la théologie de la théologie luthérienne et catholique. Le 31 Octobre 1999 au Augusta la Conseil Pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens et Fédération luthérienne mondiale signé une « Déclaration commune sur la doctrine de la justification » et établi lui-même, des deux côtés, que la théologie est[16] les protestants en général, tant pour les catholiques ou orthodoxes, acceptant que la justification est obtenue par la foi - comme proposé par le cardinal Gasparo Contarini en Les pourparlers Regensburg 1541.

Les points clés de la doctrine luthérienne

Les pierres angulaires de la doctrine luthérienne peuvent se résumer comme suit:

  • Le salut par la foi seule (Sola fide): Le salut est pas obtenue en raison de bonnes actions, ne peut être obtenue en ayant foi en Dieu et dans sa volonté salvifique.
  • L'homme fait des actes pieux parce qu'il est justifié par la grâce de Dieu ne se justifie pas à cause de ses actes pieux.
  • Un auto-examen des Saintes Ecritures (Sola Scriptura): Tout le monde, éclairé par Dieu, peut développer une compréhension des Écritures ( « sacerdoce universel »).
  • Suffisance de l'Écriture: comprendre les Saintes Ecritures ne ont pas besoin de la médiation des conseils ou des papes; ce qui est nécessaire et suffisante est la grâce de Dieu.
  • Déni de 'infaillibilité papale.
  • la sacrements Ils sont réduits à baptême et tout 'Eucharistie, le seul second Luther à mentionner dans l'Evangile comme instituée par le Christ lui-même. Parmi les cinq autres sacrements de l'Eglise catholique, Luther a des opinions différentes; certains, comme la confession, sont conservés même sans l'intermédiaire d'un ministre, d'autres, comme l'Extrême-Onction, sont relégués à de simples superstitions. Ils appliquent en tout cas que s'il est fidèle intention subjective, ils perdent leur valeur objectif. Luther croit aussi que, dans l'Eucharistie est la consubstantiation pas transsubstantiation, ou la présence, dans l'hôte, de deux natures, divine et matérielle[17].
  • Universal pour recevoir Sacerdoce la grâce de Dieu n'a pas besoin de la médiation d'un clergé institutionnalisé.

Le sermon contre les indulgences

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: 95 thèses.

Ce fut donc une interprétation littérale de la pensée San Paolo difficile à concilier avec l'Eglise de la coutume d'accorder la grâce aux pécheurs repentis, et qui se manifeste souvent par la vente de biens 'indulgence Derrière un paiement qui symbolisait la repentance sincère et de bonnes œuvres à faire pour se faire pardonner et d'obtenir une remise de peine. Au moment où il croit généralement que, après la mort, les pécheurs ont été punis pour une certaine période de temps, par la souffrance au purgatoire. Cependant, il a été dit que ce temps pourrait être raccourci aussi en raison des indulgences accordées par l'autorité du pape en échange d'argent.[18]

Prêchant contre de la vente des indulgences a donc été le premier acte de « réformateur » entreprise par Luther à Wittenberg depuis leur prince Frédéric avait implanté cette pratique, ayant obtenu l'autorisation de Rome pour exercer une fois par an le jour de hallowmas. À trois reprises, dans l'année 1516, Luther a parlé contre les indulgences, en déclarant que le paiement ne pouvait pas garantir le vrai remords de l'acheteur ou que la confession du péché en lui-même constitue une expiation suffisante. La situation a dégénéré l'année suivante (1517) Comme autre exemple de la vente des indulgences sont très grandes ramifications ont attiré l'attention de Luther.

est née toute la question deux ans avant le taureau Sacrosancti salvatoris ET Redemptoris, publié le 31 Mars 1515 de Le pape Léon X, avec laquelle ceux-ci a nommé le prince Albert de Brandebourg commissaire des indulgences pour une période de huit ans. But du prince était d'obtenir la charge prestigieuse Archevêque de Mayence il a obtenu que fait (en 1516) Derrière un paiement de dix mille duchés financé par la maison entreprise familiale Fugger. Avec la moitié des revenus générés par la vente des indulgences (initialement prévus pour l'Allemagne au nord-est), puis, Alberto compensera ses créanciers, tandis que l'autre moitié aurait fait une nouvelle offre à l'Eglise de Rome pour la construction San Pietro.

de plus en 1516 Luther a commencé les conférences sur 'Épître aux Galates, et il a visité les communautés des Augustins Dresde, Neustadt, Orla, Erfurt, gotha, Bad Langensalza et Nordhausen. en 1517 Prince Albert de Brandebourg, maintenant Archevêque de Mayence, commandé Monaco dominicain Johann Tetzel pour prêcher les indulgences dans ses dominions. Une telle prédication était accompagnée d'affirmations extravagantes, dont Luther cite une thèse au n ° 27 "comme pennies en espèces dans résonne, voilà une âme abandonne le purgatoire».

Martin Lutero
Le portail de la cathédrale de Wittenberg, où Luther afficha ses thèses seraient

Le prince Frédéric et son voisin, le Duke George de Saxe « Barbu », Tetzel interdit à l'entrée de leurs terres, en particulier pour défendre ses intérêts de la concurrence puisque les deux cordelier apprécié l'autorisation papale pour la vente des indulgences dans leurs territoires respectifs. Toutefois, lorsque la République Dominicaine est arrivée à Jüterbog Monaco (Brandenburg) Près Wittenberg, Les paroissiens de Luther ont pris leur voyage pour les acheter. En conséquence, au moment de la confession, les fidèles a présenté le parchemin béni en faisant valoir que n'avait plus de se repentir de leurs péchés parce que le document a sanctionné la remise plénière de la peine.

Luther a jugé la prédication de Tetzel absurde de tous les points de vue et a décidé de s'y opposer par écrit. La tradition veut que le 31 Octobre 1517 Luther (ou plus probablement ses élèves, même sans la connaissance de l'enseignant) ont affiché sur la porte de l'église de Wittenberg, comme ce fut la coutume à l'époque, 95 thèses en latin sur la valeur et l'efficacité des indulgences. Le texte a été adressé directement à Mgr Albert, qui Luther destiné à montrer le mauvais comportement de sa charge Tetzel.[19]

La confrontation avec la hiérarchie ecclésiastique était inévitable. La renommée du rebelle répandu dans le monaco Saxe élection: théologiens, religieux, simples artisans, étudiants, l'électeur et sa cour. Deux éléments, plus que toute autre chose, ont contribué à ce succès rapide: l'intérêt public suscité ce différend, car il était très proche du matériel thématique et les besoins spirituels de la population; en second lieu presse écrite, ce qui a permis l'élaboration et la diffusion en milliers d'exemplaires des thèses et écrits de Luther.[20]

La confrontation avec la papauté

Martin Lutero
L'empereur Maximilien Ier

en Janvier 1518 Il est arrivé à Rome l'annonce de la discussion proposée par Luther avec sa thèse. Le pape Léon X a ordonné la transmission de dell'incartamento au vicaire général des Augustins de l'ordre avec une note de garder Luther calme. Tout d'abord la Curie romaine pensait qu'il était l'un des conflits fratesche habituels et n'a pas attribué trop d'importance à relever le défi de Luther.

Martin Lutero
Le pape Léon X

Johann Tetzel sévèrement attaqué Sermon sull'indulgenza et la grâce écrit en théologien allemand de Wittenberg, mais le sermon a été un succès important avec jusqu'à vingt réimpressions avant 1520. Les gens croyaient écouter la nouvelle théologie écrite la langue vernaculaire qui se propagent avec une rapidité surprenante.

en Avril 1518 Luther a été convoqué à comparaître devant le chapitre de l'Ordre augustinien Heidelberg, mais il a fini dans une impasse, car la rivalité avec les Dominicains, les partisans de leur frère Tetzel, non invogliò supérieurs Luther pour le réduire au silence. En même temps, il a donné à la presse la Résolutions concernant les 95 thèses, un texte dans lequel les déclarations de 1517 ont été à nouveau discuté de façon plus articulée par des citations et des références aux Saintes Ecritures.

la résolutions Ils ont été envoyés à Rome à examiner par le pape Léon X, qui cette fois-ci, il a autorisé l'ouverture d'un procès contre le rebelle Monaco.

Luther avait soixante jours pour comparaître à Rome et a contesté l'accusation de diffusion des idées erronées. Cependant une crainte fondée d'être arrêté et condamné sans aucune chance d'expliquer son cas a incité Luther à se tourner vers le prince Frédéric d'obtenir des garanties et une protection. Il a donc été décidé de faire avancer le processus en Allemagne, pour Augusta, qui, à ce moment-là devait avoir lieu le régime Imperial. Luther aurait été reçu par le cardinal légat du pape Tommaso De Vio dit "Caetano". Pour protéger la sécurité de Luther, le prince Frédéric a un sauf-conduit empereur Maximilien I qui garantit l'inviolabilité jusqu'au retour à Wittenberg. L'entrevue a eu lieu à la mi-Octobre.

Le cardinal Caetano a essayé d'obtenir Luther une rétractation publique et plein, mais comme il ne se considérait pas comme un hérétique, Il a refusé la demande de la borne appelant la protection du pape contre les calomniateurs et les ennemis. Il faut dire, en effet, que jusqu'à ce moment Luther avait jamais appelé à une fracture du monde chrétien et tous les écrits de cette période montrent une intention claire de réformer de l'intérieur de la doctrine de l'Eglise, à ses yeux avaient perdu la tâche conférée par le Christ. donc pas surprenant son appel au pape, comme il est pas surprenant que cet appel a été rejeté et les thèses de Luther rejeté par Caetano.

Léon X et Federico il Saggio

Martin Lutero
Federico il Saggio de Lucas Cranach l'Ancien (1532)

en Janvier 1519, quelques mois après le retour de Luther à Wittenberg, il y avait un événement politique important, qui accorderait le rebelle une courte période monaco calme: la mort de l'empereur Maximilien.

Pendant de nombreuses années, l'empereur avait été un bon allié de l'Eglise de Rome et sa mort soudaine forcé Léon X à la recherche d'un candidat pour être placé à l'alimentation des grands électeurs de l'empire. Le choix n'a pas été facile car il avait appliqué le roi de France François Ier et le roi d'Espagne Carlo d'Autriche (futur vainqueur de ce concours qui montera sur le trône sous le nom de Charles V), Et quiconque des trois a été le vainqueur de l'Église aurait signifié un risque énorme (comme il est en réalité) pour leurs domaines en Italie et donc l'autonomie de la papauté.

L'option la moins chère était donc de soutenir un candidat allemand et Leo X offert Federico il Saggio, qui temporisée pendant une courte période pour rejeter la demande qui lui est offert, ce qui oblige le pape à accepter l'élection de Charles - a préféré d'autres candidats aussi pour Fugger d'or qui a convaincu les électeurs - qui a eu lieu le 28 Juin 1519 à Francfort. Cependant, le nouvel empereur ne pouvait être consacré avant l'automne 1520, Pendant ce temps, Federico di Sassonia, en tant qu'ancien aspirant au titre impérial, le chiffre est resté le plus prestigieux en Allemagne. A la suite de ces événements, l'Église n'a pas eu lieu contre Luther pour un an et demi.

La confrontation avec les intellectuels

Dans cette période de calme relatif Luther de plus en plus radicalisé leurs points de vue, en faisant valoir que la seule source de vérité était la Écritures, et non les papes ou conseils (Ce qui à plusieurs reprises, ils se sont contredits au cours des siècles). En même temps, sa renommée a continué de croître et d'attirer de nombreux curieux Wittenberg; parmi ceux-ci se trouvait la figure de Filippo Melantone, qui que vingt et un ans était déjà un savant a dit de la langue grecque. Contrairement à Luther, qui avait été augustinien et avait Monaco reçu les ordres sacrés, Melanchthon était un profane. Différent même de Luther comme un personnage, Melanchthon était un humaniste de la nature pacifique, la recherche de solutions équilibrées aux problèmes qui bouleversent la vie religieuse européenne de l'époque.

Martin Lutero
Filippo Melantone

De tout avis contraire était plutôt un autre intellectuel qui a rejoint le mouvement de réforme: Andrea Carlostadio. Plus haut Luther (il lui attribue le doctorat) était un partisan déclaré de la rébellion armée contre la noblesse et le clergé allemand, qui finira par provoquer la rupture entre les deux et le déplacement forcé de Carlstadt de la Saxe électorale. Les tensions entre les intellectuels pour et contre la thèse luthérienne étaient venus à un tel point que peu de gens pouvaient échapper au débat naissant et certainement pas l'humaniste Erasmo da Rotterdam qui était juste à la hauteur de sa gloire littéraire. La nécessairement avoir à déployer et à l'impartialité politique étaient contraires tant à son caractère ou ses costumes.

Dans sa critique des sottises clérical et l'abus de église Il avait toujours plaint de ne pas vouloir attaquer l'Eglise en tant qu'institution et ne pas être ému par l'inimitié du clergé. Erasmo partagé, en fait, de nombreux points dans la critique luthérienne de l'Eglise catholique. Il avait le plus grand respect pour Martin Lutero et, respectivement, le réformateur a toujours exprimé son admiration pour la culture supérieure d'Erasmus. Luther espérait collaborer avec Erasmus dans une œuvre qui semblait une continuation de leur propre.

Martin Lutero
Il peint par Erasme Hans Holbein le Jeune

Cependant, Erasmus, a refusé de citer, en disant que s'il avait accepté, mettrait en danger leur position de conduite d'un mouvement purement intellectuel, qu'il considérait comme le but de sa vie. Seulement à partir d'une position neutre, croyait Erasmus, il pourrait influencer la réforme de la religion. Erasmo a donc refusé de changer la confession, estimant qu'il y avait des possibilités de réforme au sein même des structures existantes de l'Eglise catholique.

Pour Luther ce choix semblait un simple refus d'assumer leurs responsabilités, motivées par le manque de fermeté ou, pire, de lâcheté. Malgré la tranquillité partielle dont il jouissait à ce moment le groupe réformateur, la papauté n'a pas abandonné complètement la question. à la fin de 1518 (Donc, avant même la mort de l'empereur Maximilien), il a été envoyé à Wittenberg le jeune noble sassone Karl von Miltitz, un parent du prince Frédéric, avec la tâche de persuader Luther de renoncer à la controverse publique, en échange d'adversaires de silence de Luther Allemagne, garantie par la papauté.

Le réformateur a accepté et Monaco a promis de publier un document d'inviter tout le monde à rester obéissants et soumis à l'Église catholique; Ce texte a été intitulé Instruction sur certaines doctrines (1519). Pour le coût de cet accord était le prédicateur dominicain Tetzel, accusé par von Miltitz pour mener une vie somptueuse et avait deux enfants illégitimes, le forçant à se retirer de façon permanente à un couvent, où elle est morte crève-cœur un peu plus tard. La trêve formelle n'a duré que quelques mois que les autres universités catholiques en Allemagne ont continué d'attaquer l'œuvre de Luther et ses disciples, qui a rétorqué par écrit ou participant à des conflits théologiques à certains endroits.

Le plus connu de ces comparaisons universitaires était celui tenu à Leipzig en Février 1519 entre Luther, Carlstadt et professeur de Ingolstadt, Johann Eck. L'importance de ce débat est d'admettre qu'il a fait Luther partager quelques points de doctrine hussite. Cela lui a valu la condamnation par le pape, pendant cent ans avant la Conseil de Constance Il avait jugé les propositions hussites comme hérétique.[21] Il est revenu à Wittenberg, Luther comprit le danger qu'il courait et a essayé de mieux expliquer sa position avec un livret, la Resolutiones Lutherianae super propositionibus suis Lipsiae disputatis, mais il n'a eu aucun effet.

Les principes contre l'Empire

en Janvier 1520 Il a rencontré à Rome le premier consistoire contre Luther, et en Juin a été adopté bulle Exsurge Domine qu'il enjoignit Luther rétractent officiellement ses positions ou de comparaître à Rome pour le faire sous peine d'excommunication. En Août de la même année Luther a répondu en publiant longue lettre An den Adel deutscher Nation christlichen von des christlichen Standes Besserung (A la noblesse chrétienne de la nation allemande: Amélioration de l'État chrétien), avec laquelle il a invité les nobles, les dirigeants, les gardiens de l'Allemagne à la lutte contre l'Eglise de Rome pour contester la 'infaillibilité du Pape (Ce qui était à l'époque pas encore un dogme de foi, mais une tradition bien établie), la monachisme et célibat sacerdotal, et où une fois encore les Condamne maux de Rome et confesse qu'il voulait « attaque violentissimamente le pape comme 'Antéchrist».

Martin Lutero
Charles V

Dans cet article, suivi, en Octobre, le traité théologique De captivitate babylonica Ecclesiae Praeludium (Prélude à l'église captivité à Babylone), où Luther parcourant les sept sacrements, accepter seulement trois: baptême, Eucharistie et pénitence (Confession Ie), mais tout le monde, surtout la dernière, la forme très relativisée (voir luthéranisme). toujours en 1520 Luther a publié un traité destiné à avoir une grande importance dans la pensée politique des siècles à venir: Von Freiheit eines Christenmenschen (De la liberté du chrétien), dans lequel il établit une séparation ferme entre la vie spirituelle, complètement libre, et celle du corps, qui est soumise à l'amour du prochain et par conséquent contraint.

La situation était désormais irréversible, dans de nombreuses villes en Allemagne, les livres de Luther ont été brûlés dans les rues, tandis que dans d'autres régions de l'Empire est alimenté foyers de révolte. Ces faits ont été ajoutés aux nouvelles propositions de certains princes allemands qui, en acceptant les théories réformistes de Luther, ils ne voulaient pas voir condamnés et dispersés son travail; parmi eux il y avait aussi Federico il Saggio. en Novembre 1520 le nouvel empereur Charles V de Habsbourg Electeur de Saxe affirme que Luther comparaissent devant la Diète impériale vers en essayant de racheter la question. Le 10 Décembre de la même année Luther ont été brûlés sur la place des textes Wittenberg du droit canon, la bulle papale et quelques-uns des écrits, y compris Somme théologique de Thomas d'Aquin et Summa Angelica de Angelo da Chivasso, auquel cité ses adversaires.[22]

Excommunication et rupture avec Rome

Martin Lutero
Martin Luther à Worms

Le 3 Janvier 1521 avec la bulle Decet Romanum Pontificem, Léon X excommunie Martin Luther, a été accusé d'hérésie hussite. Le prince Frédéric le Sage a obtenu de l'empereur que Luther avait fait aucun mal et que Worms étaient autorisés à donner ses raisons. Luther avait déjà brûlé désobligeante en public la bulle papale Exsurge Domine (15 Juin, 1520) qui avait été menacé d'excommunication s'il ne renoncera pas à leur intention (dans son Pravo et damnato A propos obstinatum).

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Charles V et Martin Lutero et Martin Luther à Worms.

Le 16 Avril, Luther est venu à la diète accueilli avec joie par la population. Au cours des deux prochains jours, le réformateur a expliqué le Monaco contenu de ses écrits assemblée composée par l'empereur et les princes, y compris des délégués du pape. Néanmoins, il était nécessaire pour abjurer, mais Luther refusa et Charles V l'a condamné comme un ennemi du chrétien allemand et hérétique.

Le lendemain la Diète a été informé des décisions de l'empereur: il se déclare prêt à se conformer à la conduite en sécurité qu'il avait accordé à Luther et lui trahissait le mouvement; Mais en même temps, il prétend être décidé « d'agir contre un hérétique notoire contre lui » et a demandé aux ordres qu'ils ont pris la promesse qui avait été faite. à-dire qu'ils devraient coopérer dans la capture de Monaco quand il a refusé d'abjurer.

La salvoconducto impériale que le prince Frédéric avait obtenu pour son protégé a empêché l'arrestation immédiate de Luther à Worms. Pour sauver de la condamnation qui avait déjà été délivré, le prince a organisé un enlèvement faux de Luther afin de le garder caché dans le château de Wartburg, à Eisenach, où il est resté pendant dix mois, au cours de laquelle il se consacre à son travail le plus important: la traduction allemande du Nouveau Testament, à partir du texte grec écrit quelques années plus tôt par Erasmo da Rotterdam. Publication anonyme en Septembre 1522, il est devenu connu sous le nom « Nouveau Testament de Septembre ». Il coûte un florin et demi, égal au salaire d'une année sur une maison. En douze mois s'ils ont imprimé 6000 exemplaires en deux éditions, et au moins 69 éditions plus suivies au cours des 12 prochaines années.

Avec l'absence de Luther, la responsabilité de faire avancer le mouvement de réforme est tombé sur Melanchthon et Carlstadt alors que les deux Wittenberg et dans d'autres endroits en Allemagne ont commencé à éclater des émeutes et des comportements contraires riscontravano à la doctrine catholique par des prêtres. Le 8 mai 1521 Charles V a proclamé la 'Édit de Worms, avec laquelle les thèses luthériennes ont été officiellement condamnés et poursuivis dans tous les territoires de l'Empire. Luther a été considéré comme un hors la loi et un ennemi public, tout le monde pouvait tuer en toute impunité, obtenir l'approbation des autorités. La situation de Luther est devenu extrêmement dangereux et il y avait ceux qui craignaient, et qui espérait que l'affaire finirait, comme si souvent dans le passé, avec la combustion. Le 1er Décembre 1521 avait entre-temps mort le pape Léon X. En Mars 1522 Luther est revenu à Wittenberg. a été publié la première édition du Nouveau Testament en cette année-là.

Les émeutes des chevaliers et des paysans

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Guerre des Paysans.
Martin Lutero
Thomas Müntzer

la 1522 et les années suivantes ont été particulièrement sanglante: le mouvement imprimé réforme un virage dans une direction révolutionnaire, puis suivie d'une tendance réactionnaire. Dans cette phase est la figure de Thomas Müntzer (ou Muentzer), Un élève de théologien Luther qui avait rejoint la thèse réformiste, impliqué dans une confrontation avec l'enseignant. Le contraste en question l'a amené à abandonner la cause modérée, de prendre les devants dans l'un des nombreux groupes armés qui se formaient. Ils avaient l'intention d'affirmer (par la force) un nouvel ordre chrétien, fondé sur l'égalité de tous les hommes.

En même temps, un groupe de chevaliers (Ie héritier guerrier gentry des anciennes traditions chevalerie médiévale) Dirigé par Franz von Sickingen et Ulrich von Hutten, Ils ont attaqué les terres de l'électorat Trèves. Leur but était de voir restauré, ainsi que les anciennes valeurs des origines du christianisme, même leurs prérogatives (éclipsée par l'armée moderne en hausse, composé principalement de mercenaires). Et ce fut l'armée mercenaire de l'archevêque de Trèves qui, dans la même année, les a vaincus et les a dispersés.

Martin Lutero
Zone du soulèvement

Les Chevaliers aussi se sont battus pour prendre part à l'expropriation des terres de l'Eglise de Rome, et d'obtenir une querelle (qui, comme les enfants cadets[23] avaient été exclus). La situation est restée pendant plusieurs années, au cours de laquelle la propagation Réforme protestante est allé au-delà des territoires de l'empire. Pendant ce temps, Luther a poursuivi son travail théologique, de nouveaux écrits d'édition. Ses œuvres, conformément aux théories augustin il n'a jamais désavoué (et dont, en effet, avait tiré la doctrine de prédestination) Évoquant la paix et la séparation des affaires temporelles du spirituel.

en mai 1524 les soulèvements paysans sont devenus une véritable rébellion, qui se répand dans toute l'Allemagne méridionale et centrale. Ces mouvements ont ensuite été marquées par le nom de La guerre des agriculteurs. les prolétariens Souabes Ils avaient accepté le message religieux luthérienne comme une proclamation politique de l'égalité et de libération.

Dans leurs « Douze articles » affiche leur mouvement de protestation, ils ont exigé une taxe moins oppressante, l'abolition du privilège qui a permis aux nobles aux champs croisés (ensemencés ou prêts à la récolte) pour chasser le jeu, et la restitution des terres destinées à utilisations courantes de leurs villages (que les principes ont été incorporés à la place dans les possessions expropriés l'Eglise romaine).

en Avril 1525 Luther a publié le 'Exhortation à la paix sur les douze articles des paysans souabes. Dans cet article, qui a montré qu'il avait enfin choisi l'alliance avec les seigneurs féodaux, il prend ses distances du mouvement, exhortant les princes allemands à la suppression des « bandes de brigands et de tuer des paysans »[24]

« Quelle raison est là pour montrer la clémence aux paysans? S'il y a des gens innocents parmi eux, Dieu bien les protéger et les sauver. Si Dieu ne les sauve pas, alors ils sont des criminels. Je pense qu'il est préférable de tuer les paysans que les princes et les magistrats, puisque les agriculteurs prennent l'épée sans autorité divine. Pas de pitié, pas de patience avec les agriculteurs, que la colère et l'indignation de Dieu et les hommes. Le moment est si grand qu'un prince peut répandre le sang, gagner le ciel. Par conséquent, mes seigneurs exterminés, égorgés, étranglés, et ceux qui ont le pouvoir utilisent ce [25]. »

Ce fut un geste important et les terribles conséquences (les sources de parler de temps de 100 000 morts); Luther avait avec elle a assuré la survie de la Réforme, le plaçant loin des positions extrêmes et garantir la protection d'un bon nombre de princes allemands. Hanns Lilje, évêque luthérien Hanovre, Il a fait remarquer que cette réponse a coûté Luther « la perte de l'extraordinaire popularité dont elle avait joui jusque-là parmi le peuple. » Aussi la nécessité de protéger sa Réforme, Luther, qui avait proclamé la futilité de l'Église en tant que médiateur et le principe selon lequel tout le monde pourrait être « le prêtre lui-même, » il a accepté de la formation de Landeskirchen, Églises territoriales allemandes avec lesquelles les principes peuvent également exercer leurs pouvoirs sur les affaires religieuses.

L'émergence et la consolidation de la nouvelle église

Martin Lutero
Katharina von Bora

Le 15 mai 1525 le dernier des paysans insurgés guerre, dirigé par Thomas Müntzer, Ils ont été détruits dans frankenhausen de landgrave Philippe Ier de Hesse. Münzer a été tué. Dix jours avant sa mort Federico il Saggio, qui a été remplacé par son frère John. Cette même année, Luther a décidé d'abandonner la robe de la vie publique et religieuse. En Juin mariée Katharina von Bora,[26] une religieuse qui avait abandonné l'habitude en raison de la réforme. Ce fut un geste d'une grande importance qui a contribué à la formation de la nouvelle théologie luthérienne. Ils ont eu six enfants, et leur maison a été l'un des principaux centres irradiateurs chiffres de la Réforme (il suffit de penser des paragraphes du 6596 Discours convivial détenu par Luther dans sa maison, et avec précision enregistrés par ses élèves).

De plus en 1525, ils sont publiés La messe allemande et servitude, ce dernier en réponse à une question écrite Erasmo, del volontaire, publié l'année précédente, où le grand humaniste hollandais a invité le rebelle à Monaco revenir sur leurs pas en examinant les idées exprimées sur la relation entre l'homme et son destin. Le résultat a été la rupture définitive entre les deux intellectuels.

Rejetant les nouvelles idées de 'humanisme le caractère central de l'homme, Luther a montré une façon de penser tout marqué par le mysticisme médiéval et de la théologie et Pauline Augustine. Les années de 1525 un 1530 Luther a vu, mais surtout ses partisans, se sont engagés à double objectif est de consolider la doctrine réformée, opposant les répliques et de l'Eglise contre-romaine, est de la protéger contre les tendances extrémistes possibles.

Martin Lutero
le régime Augusta la 1530

En plus des livres d'édition Luther composa plusieurs hymnes pour la nouvelle liturgie réformée. Le plus célèbre est Ein « feste Burg ist unser Gott composé entre 1527 et 1529 tirant de Salmo 45 et traduit en plusieurs langues, y compris en italien (Une forteresse est notre puissant Dieu).

Martin Lutero
Zwingli
Martin Lutero
Bible de Luther, 1534

En 1529, il a mené avec le Melanchthon Marburg Colloquy, confrontation majeure avec l'autre grand réformiste Ulrico Zwingli sur les principaux sujets de leurs systèmes théologiques, mais se est échoué sur le problème de l'Eucharistie, dont le sens les différences étaient significatives. Zwingli mourut en 1531, pendant la bataille de Kappel, contre les cantons catholiques suisses.

en Juin 1530 Il a été présenté à la Confession d'Augsbourg qui représente l'agencement de la doctrine définitive Lutheranism. Il est la première exposition officielle des principes de protestantisme qui sera ensuite dit luthérien, compilé par Filippo Melantone à présenter à régime de Augusta en présence de Charles V.[27]

en Février 1531 Il a été conclu entre la noblesse et les villes protestantes Schmalkaldic League. Dans la même année, il a publié le réformateur Monaco 'Avertissement du Dr M. Lutero à son cari Tedeschi. en 1534 Il est sorti Bible entièrement traduit en allemand par Luther. Pendant ce temps, il a été élu papa Alessandro Farnese, avec le nom de Paul III. la anabaptistes Ils ont pris le pouvoir en Muenster en Westphalie, mais en Juin 1535 la ville a été reprise par l'évêque Franz von Waldeck avec l'aide de Philippe de Hesse.

Luther a dicté les grandes lignes de l'organisation de l'Eglise évangélique de Saxe, en fournissant le modèle fondamental à d'autres Églises luthériennes. Au cours des dernières années de sa vie Luther approfondi avec le catholicisme avec le script 1537 Les articles Smalcald, Il a défendu sa doctrine de la présence du Christ dans l'Eucharistie dans le travail confession courte autour du Saint-Sacrement (1544) Et il a exprimé une condamnation violente et définitive du catholicisme avec la controverse d'opérette Contre la papauté à Rome mis en place par le diable (1544).

L'antisémitisme Luther

D'autres écrits de Luther contre Juifs qui a refusé de se convertir au christianisme, en particulier Des Juifs et leurs mensonges (Von den Juden und ihren Lügen) dans laquelle il a exprimé des tons amers, ont conduit beaucoup à l'appeler un antisémitisme[28][29].

De plus, 1541 Il avait autorisé une nouvelle traduction en langue latine la Coran édité par Theodor Bibliander,[30] qui devait être adressée, comme cela est expliqué dans l'introduction Luther, « A la gloire de Jésus, pour le bien des chrétiens, aux dépens des Turcs, à l'irritation du diable ».[31] En fait, Luther était une considération de la tolérance envers les Juifs, mais conditionnée par la leur conversion au christianisme, car il est vrai que le judaïsme était un crime qui devait être éradiqué, mais le péché originel avait été celui de donner un mauvais enseignement de la doctrine chrétienne. Cependant l'échec de cette conversion souhaitée des Juifs a conduit Luther à un ouvert l'antisémitisme. En 1543, maintenant à la fin de sa vie Luther publia son pamphlet contre les Juifs, où il se proposait de brûler les synagogues, abattre les maisons des Juifs, détruire leurs écrits, confisquer leur argent et de tuer les rabbins qui prêchent le judaïsme

Luther a montré un fort mépris pour toutes les formes de commerce, qu'il trouva « une sale affaire », et a condamné l'intérêt que l'usure. Son rêve serait de perpétuer la société rurale dans laquelle il est né, alors il se considérait plus restaurera qu'un innovateur. Ces excès réactionnaires étaient devenus de plus en plus prononcé à mesure qu'il grandit.

vieillesse et de décès

le savant Roland Bainton, bien que son biographe dévoué, reconnaît que Luther était devenu « un Geezer tempéré, irascible, maldicente, et parfois même scurrile».[32] Par rapport à Melanchthon, toujours subtile et calme dans le jugement, à la fois brut et vindicatif, il est devenu Luther apparu, au point que se terminent souvent par langage grossier. Il a également pris à manger et de boire démesurément, drainant plus entiers occasions tasses bière[33].

Sa santé était détériorée alors progressivement jusqu'à ce qu'il tombe gravement malade ulcère. Selon ce qui a été rendu, le 18 Février 1546 Eisleben, où Luther était sur son lit de mort, ses amis lui a demandé s'il était encore convaincu de ce qu'il avait appris. Il a répondu: « Oui », et mourut peu après.[34] Luther a été enterré plus tard dans Château Eglise à Wittenberg où il a toujours son corps.

La contribution de Luther

Martin Lutero
Statue de Martin Luther Dresde, Allemagne

La Réforme, promu par des hommes comme Luther et Giovanni Calvino et Zwingli, provoqué la formation d'un nouveau mouvement religieux en Europe occidentale dit protestantisme. La plus grande contribution de Luther était sa principale justification de l'enseignement par la foi. En peu de temps chaque principauté allemande avec l'dégrossi protestante ou catholique. répandre le protestantisme et a gagné un large succès Scandinavie, Suisse, Angleterre et Pays-Bas.

Même aujourd'hui des centaines de millions de personnes dans le monde, professant adeptes de ces enseignements. Dans un texte écrit par le professeur Kurt Aland il lit comme suit: « Chaque année, nous arrivons au moins 500 nouvelles publications sur Martin Luther et la Réforme dans presque toutes les langues principales du monde. » La contribution de Luther en inaugurant une nouvelle façon de vivre le christianisme, qui consistait à l'indépendance de l'Eglise et la rupture conséquente de l'unité des chrétiens en Occident, était certainement remarquable; il a montré avec son hésitation à se rendre compte de l'énorme responsabilité qui a été pris.

Son travail a également été cruciale pour aider à former la allemand: On peut dire que Luther était pour l'Allemagne que Dante avait été en Italie. Après les premiers siècles qui suivirent immédiatement la Réforme, après avoir été jugé très négativement, sa figure a été en partie réévalué dans certaines régions catholiques, au moins en ce qui concerne le durcissement de la première Luther intellectuelle.[35]

Les différends au sujet de sa vocation et sa mort

Ils sont toujours opinions contradictoires émises par les historiens sur conversion Luther. Selon la tradition (et même Luther dans ses discours autobiographiques semble confirmer) qu'en raison de la forte choc que lui a causé un foudre au cours d'une orage il a fait vote de prendre les vêtements sacerdotaux. Cependant, il était peut-être un homme inquiet d'une religiosité marquée par une conception de Dieu comme juge terrible et vengeur.[36] D'après ce qu'il dit lui-même, comme un jeune homme a été conduit à méditer sur la colère divine à cause de la mort prématurée d'un condisciple, Hieronymus Buntz. L'historien protestant Dietrich Emme dit que ce fut tué dans un duel par le même Luther,[37] puis il se réfugie dans un couvent pour échapper à la condamnation.[38] Cette hypothèse a été réfutée par le théologien catholique Otto Hermann Pesch, [39], car aucune source ancienne mentionne le duel et aussi l'Université d'Erfurt annales signaler les nouvelles que Hieronymus Buntz est mort d'une pleurésie peu avant de passer l'examen.[40] Selon certains critiques, par conséquent, l'anxiété et la peur aurait été un élément important dans les choix de Luther, et aurait peut-être mûri dans son esprit la décision d'entrer dans le couvent augustin de Erfurt.

Luther est mort en 1546 dans son pays natal Eisleben, où il a été rétabli.

Au fil du temps il y avait des rumeurs sur un prétendu suicide Luther. L'Oratoire Thomas Bozius (1548-1610), dans son De Signis Ecclesiae Dei, Coloniae, 1592, écrit qu'il a appris à être « source fiable » que la maison de Luther, plus tard converti au catholicisme ( « superioribus Annis à nostros si recepit »), il a dit que son maître a été retrouvé pendu aux bedposts.[41]

Le texte de Bozius a été relancé en 1606 par le scientifique Henricus Sedulius (1547-1621) a écrit dans une polémique contre les hérétiques.[42]

Jacques Maritain[43] Il écrit que le Dr de Coster, qui se sont précipités immédiatement, il a constaté que la bouche de Luther était tordu, que le côté droit de son visage était noir et que son cou était rouge et déformée, comme si elle était juste étranglée. Ce serait son diagnostic donné d'un cran, a indiqué dans son travail, qui Lucas Fortnagel bientôt fait le lendemain de la mort de Luther, mais la présence de la mort de Coster de Luther ne se reflète pas dans les sources.[44]

La théorie du suicide a été relancé en 1890 par Paul Majunke[45] et réfuté par Georges Claudin, en 1895[46] qui a publié le texte latin et la traduction française du prétendu « dépôt » du ménage.

D'autres documents réfutant la thèse ont été publiés par le théologien catholique Nikolaus Paulus en 1898.[47]

Ces rumeurs se répandirent son suicide vingt ans après sa mort. Selon une publication proche orthodoxie catholique,[48] « Luther très probablement mort d'une vieille maladie cardiaque »; maladie qui fait que vous avez d'autres nouvelles.

Le corps repose maintenant dans Luther Schlosskirche de Wittenberg

travaux

Opera omnia

Martin Lutero
Page de titre du deuxième livre de l'Opera omnia, 1562.
  • Une liste complète des écrits de Martin Luther dans l'ordre chronologique est: Kurt Aland, Hilfsbuch zum Lutherstudium, Vierte, durchgesehene erweiterte und Auflage, Bielefed, Luther-Verlag 1996 "IV. Chronologisches Verzeichnis der M. écrits Luthers", pp. 647-670.
  • Docteur Martin Luthers Werke Sämmtliche, Erlangen, 1826-1923. Il comprend: a) Écrits allemand, 67 volumes, sous la direction de Johann Georg et Johann Konrad Plochmann JRMISCHER;. b) écrits latins, 38 volumes,. c) Letters, vol. 18, édité par K. ENDERS, G. Kawerau, P. FLEMING, O. ALBRECHT.
  • Docteur Martin Luthers Werke. kritische Ausgabe, Böhlaus, Weimar, 1883 art. Il comprend 120 volumes. en 4 (1883-2009). La question est divisée en quatre parties: a) Werke, b) Deutsche Bibel, c) Tischreden, d) Briefwechsel. Il a commencé réimpression photomécanique des volumes. 1-54 et des fichiers supplémentaires de chaque volume avec des notes de révision et des ajouts. les volumes ont été publiés. 33, contenant sermons sur Jn. 6-8, et 55 avec l'édition entièrement révisée du Erste Psalmvorlesung 1513-15 (= 3-4 vol. De la 1ère éd.).

Œuvres choisies

  • Martin Luthers Ausgewählte Werke, 8 vol. édité par Hans Heinrich BORCHERDT, Georg Müller, Munich et Leipzig 1914-1928.
  • Luther Deutsch, 10 vols. édité par Kurt ALAND, Klotz-Vandenhoeck, Stuttgart-Göttingen 1949-1969 (plusieurs éditions).
  • Luthers Werke à Auswahl, 8 vol. édité par Otto CLEMEN, W. De Gruyter, Berlin 1962-1967.
  • Calwer Luther-Ausgabe, 10 vols. édité par Wolfgang METZGER, Mohn, Gütersloh 1977-1982.
  • Martin Luther Studienausgabe, édité par Hans-Ulrich Delius, 6 vol., Evangelischer Verlagsanstalt, Berlin 1979-1999.
  • Martin Luthers Briefe, Sendschreiben und Bedenken, 6 vol., Berlin, 1825 et suiv., Édité par de Wette et Seidemann.
  • Disputationes Martin Luthers, par Paul DREWS, 1895 Göttingen.
  • (DE) Martin Lutero, Erklärungen der heiligen Schrift. 5, Berlin, Karl Wiegand 1848. Consulté le 14 Mars, ici à 2015.
  • (DE) Martin Lutero, Erklärungen der heiligen Schrift. 6, Berlin, Karl Wiegand 1848. Consulté le 14 Mars, ici à 2015.
  • (DE) Martin Lutero, Predigten. 3, Berlin, Wilhelm Besser, 1847. Consulté le 14 Mars, ici à 2015.
  • (DE) Martin Lutero, Predigten. 4, Berlin, Wilhelm Besser, 1847. Consulté le 14 Mars, ici à 2015.
  • (DE) Martin Lutero, Predigten. 5, Berlin, Wilhelm Besser, 1847. Consulté le 14 Mars, ici à 2015.
  • (DE) Martin Lutero, Predigten. 6, Berlin, Wilhelm Besser, 1847. Consulté le 14 Mars, ici à 2015.
  • (DE) Martin Lutero, écrits Reformatorische. 1, Berlin, G. Eichler, [1841]. Consulté le 14 Mars, ici à 2015.
  • (DE) Martin Lutero, écrits Reformatorische. 2, Berlin, G. Eichler, [1841]. Consulté le 14 Mars, ici à 2015.
  • (DE) Martin Lutero, écrits Reformatorische. 3, Berlin, G. Eichler, [1841]. Consulté le 14 Mars, ici à 2015.
  • (DE) Martin Lutero, écrits Reformatorische. 4, Berlin, G. Eichler, [1841]. Consulté le 14 Mars, ici à 2015.
  • (DE) Martin Lutero, écrits Vermischte. 1, Berlin, Karl Wiegand 1848. Consulté le 14 Mars, ici à 2015.
  • (DE) Martin Lutero, écrits Vermischte. 2, Berlin, Karl Wiegand 1848. Consulté le 14 Mars, ici à 2015.
  • (LA) Martin Lutero, [Travaux]. 2, VVitebergae, Excudebat Laurentius Schwenck, 1562.
  • (LA) Martin Lutero, [Travaux]. 3, VVitebergae, imprimebat Iohannes Crato, 1553.
  • (LA) Martin Lutero, [Travaux]. 4, VVitebergae pour Iohannem Lufft, 1552.
  • (LA) Martin Lutero, [Travaux]. 5, VVitebergae pour Iohannem Lufft, 1554.
  • (LA) Martin Lutero, [Travaux]. 6, VVitebergae, Excudebat Laurentius Schwenck, 1561.
  • (LA) Martin Lutero, [Travaux]. 7, VVitebergae pour Iohannem Lufft, 1558.

versions italienne

  • collier Œuvres choisies de Martin Lutero, réalisé par Paolo RICCA. Ils sont si loin à l'édition Claudiana Torino des volumes suivants:
    1. Le Petit Catéchisme - Le Grand Catéchisme (1529), édité par Fulvio FERRARIO Torino 1998.
    2. Comment devons-nous mettre en place les ministres de l'église (1523), édité par Silvana NITTI, Torino 1987.
    3. L'Antichrist. Répondre à Ambrogio Catarino Antichrist (1521). Antithèse illustré la vie du Christ et l'Antéchrist (1521), par Laura Ronchi De Michelis, Torino 1989.
    4. La culture scolaire. Tâches de l'autorité, les devoirs des parents (1524 et 1530), par Maria Cristina LAURENZI, Torino 1990.
    5. Les articles de Schmalkalden (1537-38) et la primauté et l'autorité du pape (1537) (F. Melanchthon), par Paolo RICH, Torino 1992.
    6. La servitude de la volonté (1525), par Fiorella DE MICHELIS Pintacuda, Torino 1993.
    7. Masse, sacrifice et sacerdoce (1520, 1521 et 1533), édité par Silvana NITTI, Torino 1990.
    8. Contre les prophètes célestes sur les images et le sacrement (1525), par Alberto GALLAS, Torino 1999.
    9. Les conseils et les églises (1539), par Giuseppe Ferrari, Torino 2002.
    10. Sermons et écrits sur le baptême (1519-1546), édité par Gino CONTE, Torino 2004.
    11. A la noblesse chrétienne de la nation allemande, par rapport au texte original, édité par Paolo RICCA, Torino 2008.
    12. La Captivité de Babylone de l'Eglise (1520), par rapport au texte original, édité par Fulvio FERRARIO et Giacomo QUARTINO, Torino 2006.
    13. La liberté d'un chrétien (1520). Lettre à Léon X, avec un appendice contenant la bulle Exsurge Domine, par rapport au texte original, édité par Paolo RICCA, Torino 2005.
    14. Les Resolutiones. Commentaires sur les 95 thèses (1518), par rapport au texte original, édité par Paolo RICCA, Torino 2013.
    15. les autorités laïques, dans quelle mesure devrait l'obéissance (1523), par rapport au texte original, édité par Paolo RICCA, Torino 2015.
  • De la vie Christiana. traduction anonyme du script du XVIe siècle Von der Freiheit eines Christenmenschen (= Liberté du chrétien). Imprimer s.n.t. Une copie est à la Guicciardini de Florence.
  • Catéchisme piocciolo [sic] Martin Luthero, traduction anonyme, imprimé à Tübingen en 1562 et réédité en 1588 sans indication de lieu. Les bibliothèques de Dresde, Konigsberg et Wolfenbüttel conservent chacun un exemplaire de 1 re éd. Réimpression possède une copie de la Bibliothèque nationale de Florence. Ce dernier fait une nouvelle édition EUGEN LESSING, typographie B. Coppini, Florence, 1942, en vente à l'éditeur Sansoni, Florence.
  • Le Petit Catéchisme de M. Martino Lutero, traduit à nouveau par CARLO ROENNEKE, Rome en 1883, Enrico Editeur Medicus, Trieste 1900.
  • Martino Lutero selon ses écrits. Choix des écrits traduits et présentés au peuple italien, typographie Claudiana, Rome-Florence en 1883.
  • Notre expliqué par un Pater chrétien du XVIe siècle. traduction libre de l'allemand, Claudiana, Florence en 1885.
  • Le Petit Catéchisme de Martin Lutero. Avec l'ajout d'un manuel d'instruction religieuse. Pour une utilisation des Églises évangélique luthérienne du Synode italien du Missouri, par Andrea Bongarzone [sans éditeur ou lieu d'émission], 1927.
  • Poèmes Luther, présenté et traduit par Giovanni NECCO, "Doxa", Rome 1927 (par rapport avec le texte allemand).
  • La servitude de Luther contre Erasmus. Introduction, traduction, dossiers Giovanni Miegge, "Doxa", Rome 1930.
  • La liberté de la Martin Luther Christian, avec une épître dédicatoire à Léon X, édité par Giovanni Miegge, Doxa, Milan 1931. plusieurs fois réimprimé par Claudiana, Torino, 1970 (téléchargeable gratuitement cette adresse).
  • extraits, Bocca, Milano 1943. La collection comprend des extraits des écrits suivants: La papauté romaine, La liberté du chrétien, Un sermon sur l'Évangile (1522), Il a prêché sur le devoir d'envoyer leurs enfants à l'école, Discours à la table, des lettres et des chants religieux.
  • Luther. Présentation, choix et version éditée de Clémentine DE SAINT-LAZARE, Milan, 1948. Il comprend des parties de ce qui suit écrit: le Magnificat, La liberté du chrétien, Les limites de l'autorité et l'obéissance temporelle, Préface édition wittemberghese des œuvres en langue allemande, Épître à traduire, Aux toutes les villes allemandes, Les travaux de Galeazzo Chapelle, Préface du Livre de Judith, Préface du Livre de Tobie, Exodus Préface, Préface à la nouvelle version allemande du Psautier, Il a prêché sur le devoir d'envoyer leurs enfants à l'école, Épître pamphlet de contre les agriculteurs, Si même les gens de guerre peuvent venir à la félicité, Lettres, Discours à la table, des chants religieux.
  • Écrits politiques (comprend les travaux suivants: La papauté romaine, à la noblesse chrétienne de la nation allemande, la Captivité de Babylone de l'Eglise, la liberté d'un chrétien, les autorités séculières, textes sur la guerre des agriculteurs, même si les gens de guerre peut venir béatitude, édité par Giuseppina Panzieri Saija, avec une introduction de Luigi Firpo, Collier Classics politique, Torino, UTET, j'ed. 1949.
  • Chants religieux Martin Luther version italienne se trouve à: Margherita FUERST-Wulle, les chansons de la Réforme, avec de la musique, Centre évangélique de la Culture, Rome 1951.
  • Notre Père a expliqué au profane ordinaire. Traduction et notes par Valdo Vinay, Claudiana, Torre Pellice en 1957, Turin 1995.
  • Écrits religieux (comprend les ouvrages suivants: Les thèses sur les indulgences, le sermon sur le saint sacrement et vénérable du baptême, le sermon sur le sacrement vénérable du vrai corps sacré du Christ et les confréries, les bonnes œuvres, Le Magnificat traduit en allemand et a commenté, fidèle exhortation à tous les chrétiens à se prémunir contre des troubles et des émeutes, Homélies sur les Evangiles, selon l'Écriture, une congrégation ou communauté chrétienne a le droit et le pouvoir de juger toute la doctrine et appeler, régler et révoquer les médecins, Enchiridion. le petit catéchisme pour les armatures curés et prédicateurs), édité par Valdo Vinay en collaboration avec Giovanni Miegge, Collier Classics des religions, Torino, UTET, j'éd. 1967-2004.
  • Le Petit Catéchisme de Martin Luther, édité par Erich Dahlgrün, Herbert Reuner, Berlin 1959.
  • Erasmo da Rotterdam, Le libre arbitre (Texte intégral) - Martin Luther le Bondage (Extraits), édité par Roberto Jouvenal, Claudiana, Turin 1969. Troisième édition par Fiorella De Michelis Pintacuda 2004.
  • Discours à la table. Introduction, traduction et notes par Leandro Perini. Avec un essai sur Martin Luther Delio Cantimori, collier NUE 105, Torino, Einaudi, 1969.
  • Écrits sur l'éducation, édité par Ferdinando Vidoni, Libr. ed. Canova, Treviso en 1972.
  • Chansons spirituelles, édité par Benno Scharf, Morcelliana, Brescia 1982.
  • De la Parole à la vie. Écrits spirituels, édité par Johannes Hanselmann et Peter Helbich, New Town, Rome 1984.
  • Les 95 thèses, édité par Sergio Quinzio, Trad. Italo Pin, Studio Tesi, Pordenone 1984 (en plus de la thèse 1517 comprend: La liberté du chrétien et La captivité de Babylone de l'église, 1520).
  • Sermons sur l'Eglise et le Saint-Esprit, par Giuliana Gandolfo, Claudiana, Turin 1984.
  • Préfaces à la Bible, par Marco Vannini, Marietti, Genova 1987.
  • Écrits pastorale mineurs, édité par Stefano Cavallotto, EDB, Naples 1987.
  • Thèses De homine (1530), par Sergio Rostagno, "protestantisme" 4/1990, 306-317 (texte et commentaires).
  • La Lettre aux Romains (1515-1516), par Franco Buzzi, Pauline Publications, Milan 1991.
  • Lectures on Romains (1515-16), par Giancarlo Pani, 2 vol., Gênes, Marietti, 1991-1992.
  • Lieder et prose, par Emilio Bonfatti, Milan, Mondadori, 1992.
  • La liberté du chrétien avec le texte de la lettre ouverte à Léon X, édité par Joachim Landkammer, la Rose Publishing, Torino 1994.
  • bréviaire, par Claudio Pozzoli, Rusconi, Milano 1996.
  • Les sept pénitentielles (1525 psaumes) - La belle Confitemini (1530), par Franco Buzzi, Rizzoli, Cinisello Balsamo 1996.
  • Contre les Juifs. version latine de Justus Jonas (1544). Par Attilio Agnoletto, tertiaire, Milan 1997.
  • prières, édité par Stefano Cavallotto, Piemme, Casale Monferrato 1997.
  • Lettre de traduction, par Emilio Bonfatti, Marsilio, Venise, 1998.
  • sermons. Traduction de Federica Masiero, Edizioni Ariele, Milano 1999.
  • Des Juifs et leurs mensonges, édité par Adelisa Malena, avant-propos Adriano Prosperi, Turin, Einaudi, 2000.
  • De la liberté du chrétien, édité par Giampiero bof, Messaggero, Padoue 2004.
  • Commentaire sur le Magnificat, Trad. R. M. Bruno, servitium Publishing, 2017 6e édition, collier: documents de recherche No. 2 (ISBN 9788881660261).

Biographies

Il n'y a que deux biographies écrites des témoins oculaires:

  • Filippo Melantone, Historia de vita et Actis Lutheri, Heidelberg, 1548
  • Johann Cochlaeus, Commentaria de Actis et Scriptis Martini Lutheri, Mayence en 1549.

Filmographie

notes

  1. ^ En l'honneur du nom de la ville natale il a été changé Eisleben.
  2. ^ R. H. Bainton, Luther, Turin 1960, p. 7.
  3. ^ R. H. Bainton, cit., P 3; La famille de Luther a été particulièrement consacrée à Sainte-Anne, patronne des mineurs.
  4. ^ Luigi Mezzadri, Paola Vismara, L'Eglise entre Renaissance et Lumières, Roma, Città Nuova, 2006 - p. 75
  5. ^ Mauro Lucentini, Le grand guide pour Rome, newton Compton, 1999, p. 28.
  6. ^ Heinrich Böhmer suggère que les cours auront lieu du 16 Août 1513-20 Octobre 1515. Luthers Erste Vorlesung, Leipzig, Teubner Verlag, 1924, p. 5.
  7. ^ Dictata super Psalterium 1513 - 1516 et Dictata super Psalterium 1513 - 1516 und anderen Schriften der Jahre 1513 - 1520, vol. 3 et 4 de Kritische Weimarer Ausgabe (1885-1886); une nouvelle édition critique a été publié dans le volume 55.
  8. ^ Les cours ont eu lieu au printemps 1515 à la fin du semestre d'été 1516; la première publication a été éditée par Johannes Ficker qui avait trouvé le manuscrit: Luthers Vorlesung über den Römerbrief, 1515/1516: Die Scholien, Dieterich 1908, ont ensuite été publiées dans les volumes 56 et 56 de la Weimar Ausgabe en 1938.
  9. ^ Dans ce qui est dit Luther n'a pas été l'auteur réel de voitures des thèses sur la porte de la cathédrale de Wittenberg, reste surpris
  10. ^ cfr. L. Febvre, "Martin Luther", Bari 1969
  11. ^ Carmine Benincasa, L'autre scène. Essais sur la philosophie ancienne, médiévale, controrinascimentale, Daedalus Publishing, 1979 p.498
  12. ^ Selon Luigi Mezzadri, Histoire de l'Église: le Moyen Age et l'époque moderne, Volume 4, CLV-Edizioni, 2007 p.154, la place serait les latrines; selon Erwin Iserloh, Histoire de l'église, réalisé par Hubert Jedin, vol. 6 Réforme et Contre-Réforme, Milan, Jaca Book, 1975, p. 36 l'environnement chauffé (hypocaustum).
  13. ^ Norman O. Brown Il met l'accent sur le soin non aléatoire du lieu excrémentiel: « Psychanalyse (...) ne peut pas trouver significatif que l'expérience religieuse qui a marqué le début de la théologie protestante a eu lieu aux toilettes », comme La vie contre la mort: La Psychanalyse Signification de l'Histoire 1959
  14. ^ Voir. Vittorio Subilia, Justification par la foi, Brescia 1976.
  15. ^ Contrairement à Luther, Calvino considère que les fidèles qui, par travail, Il a réalisé le succès et le bien-être peut être supposé être prédestiné au salut. Ces mots, seront en quelque sorte des signes de la grâce de Dieu.
  16. ^ DÉCLARATION COMMUNE SUR LA DOCTRINE DE LA JUSTIFICATION Augusta - 31 Octobre, 1999
  17. ^ Les sacrements sont des signes sacrés institués par le Christ. Les cinq autres sacrements, connus par les Églises catholiques et orthodoxes (confession, Onction des malades, l'Ordre, Mariage et confirmation), selon l'interprétation évangélique ne sont pas institués par Jésus.
  18. ^ D'autres moyens ont été considérés comme les messes, les prières et les bonnes œuvres en mémoire. Selon l'enseignement de l'Eglise n'a pas besoin de l'indulgence pour la grâce et le salut, mais pour la réduction des peines à purger dans purgatoire pour les péchés commis. L'indulgence est accordée à ceux qui ont avoué, repenti et presse, rend les « bonnes œuvres », la pénitence, de sacrifice, etc. pour le pardon de Dieu. Une indulgence, ce qui peut conduire à la remise totale ou partielle de la peine, a été publié à l'occasion d'événements particuliers d'importance spirituelle, ou même des pèlerinages aux croisades; ceux qui ont participé obtenu une indulgence plénière, la remise totale de la peine. Ceux qui ne pouvaient pas assister aux Croisades remplacés par des « bonnes œuvres »; ou même avec le paiement des sommes d'argent ou en faisant un don d'autres produits, en obtenant ainsi il aussi profit indulgence. Prêchant contre les indulgences Luther a alors contesté la validité des « bonnes œuvres » pour obtenir la rémission de la peine et le salut.
  19. ^ En vérité, si nous savons que les thèses ont été publiés à l'Université de Wittenberg où il a enseigné; et, grâce à la presse, ils ont été rendus publics, ce qui porte à Charles V.
  20. ^ La presse a été l'une des raisons de la propagation rapide du luthéranisme. Sans surprise, la Contre-Réforme catholique Pape Paul IV, introduit un outil de surveillance d'ouvrages imprimés tels queindex établi en 1559 à travers le travail de la Congrégation du Saint Empire romain germanique et universel inquisition (Ou Saint-Office).
  21. ^ Léon X, Decet Romanum Pontificem.
  22. ^ Encyclopédie italienne Treccani « à » Angelo Chivasso « dans La contribution italienne à l'histoire de la pensée - Economie (2012) de Giovanni Ceccarelli.
  23. ^ L'héritage de la querelle (Droit d'aînesse) Réservé la propriété de tous les atouts pour le premier-né. Pour les enfants mineurs, les cadets exactement, ne devait gagner une place forte au service d'un prince.
  24. ^ A. Giardina - G. Sabatucci - V. Vidotto. Le Manuel 1350-1650, Bari, 2002; p. 224.
  25. ^ Martin Lutero, Exhortation à la paix sur les douze articles des paysans souabes, 1525
  26. ^ De la vie de Katharina von Bora restent peu de preuves en plus des écrits de Luther lui-même et certains contemporains. Cependant, elle était une grande star de la Réforme, comme elle a contribué à la création du mariage de modèle du clergé et la famille protestante.
  27. ^ À ce jour, la Confession d'Augsbourg Il est considéré comme l'un des textes fondamentaux de Églises protestantes dans le monde entier et fait partie de Livre de Concord Luthérienne.
  28. ^ écrit Karl Jaspers que ce travail prévoit que le programme nazi (Franklin Sherman, Accès à l'information transformée: les Rencontres avec les Juifs et le judaïsme, ed. John C Merkle, (Collegeville, MN: Liturgical Press, 2003), pp. 63-64.
  29. ^ «Luther n'est pas responsable de l'Holocauste ... Les différences entre antijudaïsme et anti-judaïsme et chrétien et le raciste et l'antisémitisme nazi-fasciste demeurent très importants « (Adriano Prosperi, introduction à Martin Lutero. Des Juifs et leurs mensonges, édité par Adelisa Malena, Einaudi 2008
  30. ^ Cromohs 2007 - Happy - Islam en Europe. L'édition du Coran Theodor Bibliander (1543)
  31. ^ Vittorio Messori, Jésus Hypothesis, SEI Publishing, Turin 1976, p. 253.
  32. ^ Cit. en Montanelli Gervase, Histoire de l'Italie, vol. 14 L'âge de la réforme, pag. 110 éditeurs Fabbri, 1994.
  33. ^ Franco Molinari, Les péchés de Martin Luther
  34. ^ Montanelli Gervase, dans celui-ci.
  35. ^ la jésuite Courtnay Murray par exemple dit de lui: « Il était un génie, plein de rhétorique, mais aussi plein de enluminures » (cit Montanelli. Gervase, op. cit., p. 104).
  36. ^ même la psychanalyse Il est devenu intéressé par Luther. Certains se trouvent dans l'héritage » réformateur alcoolisme, amour anormal pour sa mère, l'éducation dans une atmosphère de peur, tendance à mélancolie, obsessions sexuelles (sublimés, il est vrai, avec une puissante activité intellectuelle) sont les éléments qui pourraient expliquer ... pourquoi et comment Luther est venu de rejeter la valeur salvifique des œuvres « (dans E. H. Erikson, Le jeune Luther. étude historique et psychanalytiques, Rome 1967, p. 33). Bien que certains historiens ont noté que ces interprétations étaient fondées sur des témoignages insuffisants et incertains, l'image d'un Luther en proie à des souffrances psychologiques graves a souvent eu de crédit suffisamment à l'histoire sur lui.
  37. ^ Sac. Luigi Villa, Luther et suicidaire homicide, ed. civilisation Brescia
  38. ^ Dietrich Emme, Martin Luther, Seine Jugend und Studentenzeit 1483 - 1505, dokumentarische Eine Darstellung mit 14 Tafeln und 1 Faltkarte, Goettingen, 1982.
  39. ^ "Warum ging Luther ins Kloster Polemik Eine gegen eine neue und ihre haute LutherLegende Anhänger?", En: Catholica, 39, 1985: 255-278.
  40. ^ "Hieronymus Buntz de Windsheim, non Promotus, quia sous censure pleuriticus factus non multo poste concessit nature, doctus et pius." Erich Kleineidam (ed) Universitas de Erffordensis: Überblick die Geschichte über der Universität Erfurt im Mittelalter 1392-1521, Leipzig St. Benno-Verlag GmbH, 1964, p. 177.
  41. ^ De Signis Ecclesiae Dei, Vol. II, p. 514.
  42. ^ Praescriptiones Contre les hérésies, Atelier Plantiniana, Anvers 1606 praescriptio XVIII,§§ 26-28.
  43. ^ trois réformateurs (1925), à la page 49 (édition française).
  44. ^ Hartmann Grisar, Luthers Kampfbilder, (4 volumes), Berger, Fribourg 1921-1923 (vol. IV, Die Abbildung des UNS Papsttums andere Kampfbilder à Flugblättern, 1538-1545 (1923), écrit que, selon Franz Costner, auteur d'un recueil fidei (1607, déjà publié en néerlandais en 1595), Luther avait été trouvé avec le cou rouge et déformé, « étranglé par le diable. »
  45. ^ Luthers Lebensende. Eine Untersuchung, Fribourg-en-Brisgau, 1898.
  46. ^ La mort de Luther, 1895.
  47. ^ Luthers Lebensende: Eine Untersuchung kritische, cit;. cfr. Hartmann aussi Grisar, Luthers Kampfbilder, cit. et à l'article Theo Hoyer « Comment le Dr Martin Luther est mort », Concordia Theological mensuel, XVII, 1946, pp. 81-88.
  48. ^ Source: Coggi Roberto, Depuis la mort de Luther à la paix d'Augsbourg, dans "Luther se souvenir« Dominicaine Studio Editions, 2004, ISBN 88-7094-531-6

bibliographie

  • AA. VV., L'accord catholique-luthérienne sur la doctrine de la justification, édité par Fulvio Ferrario et Paolo Ricca, Turin, Claudiana, 1999 ISBN 978-88-7016-323-0.
  • Roland Bainton, La Réforme protestante, Turin, Einaudi, 1958.
  • Roland Bainton, Martin Lutero (Here I Stand), Avant-propos de Delio Cantimori, la culture historique Bibliothèque 65, Torino, Einaudi, j'éd. 1960.
  • Ernesto Buonaiuti, Luther et la Réforme en Allemagne, Collection historique, Rome, Editrice "Phare" en 1945.
  • Roberto Cessi, Martin Lutero, Série Saggi 184, Torino, Einaudi, 1954.
  • Hellmut Diwald, Luther. Le moine qui a divisé et mis le feu à l'Europe, traduction de Bettino Betti, Biographies Collier, Milan, Rizzoli, 1986.
  • E. H. Erikson, Le jeune Luther. étude historique et psychanalytiques, Rome, 1967.
  • Lucien Febvre, Martin Lutero, Bari, Laterza, 1969.
  • Fulvio Ferrario et William Jourdan, Par la grâce seule. L'annonce de la justification, Turin, Claudiana 2005.
  • Dieter Forte, Martin Lutero Tommaso Münzer, ou l'introduction de la comptabilité, traduction de Giorgio Sichel, Torino, Einaudi, 1974.
  • A. Giardina, G. Sabatucci, V. Vidotto, modules d'histoire. Le Manuel 1350-1650, Roma-Bari, Laterza, 2002.
  • André Gounelle, Les grands principes du protestantisme, Turin, Claudiana, 2000.
  • Hartmann Grisar, Luther, sa vie et ses œuvres [1911], Traduction de Alessandro Arro, International Publishing Company, j'éd. 1925 - 1944; Collier, Dall'Oglio historique, 1959-1985.
  • Friedrich W. Kantzenbach, Martin Luther, le réformateur bourgeois, traduction de Franco Manci, Collier Times et chiffres, publiés par Paulist Press, 1983.
  • Thomas Kaufmann, Luther, traduction par M. Cupellaro, Bologne, Il Mulino, 2007.
  • (FR) Robin A. Leaver, Luther, Martin en The New Grove Dictionary of Music and Musicians, 2e éd., MacMillan, 2001.
  • Vittorio Miegge, jeune Luther, préface de Valdo Vinay, Cambridge: Polity Press, 1964.
  • Otto Hermann Pesch, Martin Lutero. Introduction historique et théologique (Bibliothèque contemporaine Théologie 135), Brescia, Queriniana 2007.
  • Claudio Pozzoli, La vie de Martin Luther, Vies Collier, Milan, Rusconi, j'éd. 1983.
  • Nicola Sfredda, La musique dans les églises de la Réforme, Turin, Claudiana, 2010 ISBN 978-88-7016-816-7.
  • Vittorio Subilia, Justification par la foi, Brescia, 1976.
  • John M. Todd, Martin Lutero, préface de Mario Bendiscioli, Milan, Bompiani, 1966.
  • Giorgio Tourn, Les protestants. Une révolution, Claudiana 1993.

Articles connexes

D'autres projets

  • Il contribue à Wikisource Wikisource Il contient une page dédiée à Martin Lutero
  • Il contribue à Wikisource Wiktionnaire: Il contient une page dédiée à Martin Lutero
  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations liées à Martin Lutero
  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Martin Lutero

liens externes


autorités de contrôle VIAF: (FR14773105 · LCCN: (FRn79089628 · SBN: IT \ ICCU \ CFIV \ 015333 · ISNI: (FR0000 0001 2121 4073 · GND: (DE118575449 · BNF: (FRcb119136609 (Date) · ULAN: (FR500321766 · NLA: (FR35316366 · BAV: ADV12068410 · LCRE: cnp01302092