s
19 708 Pages

Lex regia
La sculpture représentant la Louve du capitole allaitant les jumeaux Romolo e Remo, qui, selon la tradition Romulus voudrais fondateur et le premier à Rome rex.

la lex regia (En italien loi dirigée) Il est législation émis par Rex (Avec le soutien de la pontife) Dans 'Rome antique. Les chercheurs dans le XIXe siècle Ils étaient dans le doute sur la véritable authenticité et de l'existence de lex regia.

au début XX siècle même beaucoup étaient presque sûr que n'existait pas[1] Puis, dans les premières décennies du même il y avait un demi-tour, et il y a eu de nombreux chercheurs qui, après une analyse beaucoup plus détaillés ils ont réalisé (Maintenant, personne ne doute plus personne)[citation nécessaire] l'existence réelle 'âges dirigé par Roma en vertu de la présente loi.

Bien que certaines sources ont été révisées au fil du temps ou riche interpolations ou glossemi, sont considérés comme fiables au maximum, de sorte que le lex regia a été vu avec plus d'attention et d'étude par les chercheurs qui ont aussi découvert de nouvelles citations qui ne connaissaient pas auparavant, enfin la dernière période[peu clair] Ils ont également fait divers ajustements aux différents rois attribution de la tradition (I Sept Rois de Rome)[2].

histoire

(LA)

« Postea aucta à aliquem modum Civitate ipsum Romulum traditur populum à triginta divisisse partes, quas partes curies appellavit, propterea quod tunc rei publicae curam pour sententias partium earum expediebat. Et ita leges quasdam et ipse curiatas ad populum tulit: tulerunt sequentes et reges. »

(IT)

« On dit que alors, la citoyenneté tout à fait grandi, même Romulus a divisé le peuple en trente parties, qu'il appelait curie, car alors couru les affaires de l'État sur la base de l'avis de ces parties. Il a donc proposé au peuple des lois curiate: autre, il a proposé le prochain roi. »

(Sesto Pomponio, sommaire[3]. Trad. Gennaro Franciosi)

Dans la région du Latium, lieu de naissance Rome plusieurs ont été attribués tribu distribué pagi[4]. quand Romulus (L'élection populaire comme ce fut la coutume à l'époque) est devenu chef des tribus divisées gouvernement curiae[5], événement dont provient la législation lex regia basé sur une intervention de curiae dans l'émission de « leges regiae », comme en témoignent les sources existantes[6].

Mais en plus de curies l'une des innovations les plus importantes introduites par Romulus avec leges regiae Il concerne l'institutionnalisation du conseil des anciens qui ont pris le nom de sénat[7] (Également utilisé dans le système de délivrance leges regiae)[8]. Il est important de souligner la situation des Rex: Tout au long de 'âges dirigées en fait, ce sera la tête ensemble du public et militaire sacrée de jugement[9] même si ces tâches seront confiées à ses nombreux auxiliaires. de retour à Romulus, que, selon la tradition, a été réussi Numa Pompilio (En fait, comment ce sera pour le prochain il y aura un roi interroi sorreggerà que le gouvernement jusqu'à l'élection du prochain roi[10]) Également publié de nombreux leges regiae d'une importance considérable; En fait, il a été crédité du travail des commentaires de Liber REGI[11]. L'un de sa grande innovation pour la période noumène intéressé par le droit pénal relatif aux crimes volontaires et involontaires[12]. A cette époque, de nombreux chercheurs croient, avec des arguments lexicaux, que certains leges regiae Sabine a souffert de la grippe[13]. le successeur Numa Pompilio, Tullus Hostilius, appelé par la tradition du roi guerrier[14], Il célèbre les sacrifices solennels en utilisant le travail de Numa Pompilio, les commentaires Numaé[15] en plus d'avoir institué fécial[16].

plus Anco Marcio avait-il écrit pour les normes publiques, sacrum[17] le travail de Numa Pompilio, ainsi que d'établir le ius fetiale et prison[18]. De là, les derniers rois de la tradition pas encore classés comme Rex sacrorum (Roi qui officiait les rites sacrés qui ont utilisé le 'Auspicium) Il était, au moins selon la tradition, trois étrusque, dont l'influence culturelle a influencé le texte de la leges regiae de cette période[19]. Tarquinio Prisco, successeur de Anco Marcio, a fait plusieurs « leges regiae » qui allait dans de nombreux domaines: doublement remarquable des sénateurs et vestale[20].

Servius Tullius puis aussi il a utilisé le travail de Numa Pompilio pour l'élection consuls[21]; ainsi que ce qu'il faut se rappeler la mise en place de recensement et la constitution timocratica à laquelle il conduira à la mise en place de 'époque républicaine[20]. Dans la période Tarquin Superbus[22] leges pertinentes sont les relations internationales et de répression, les livres sibyllins (similaires à certains égards à la Vegoe étrusque). Après la fameuse expulsion des rois, qui, selon certains chercheurs, était un événement qui a mûri lentement et n'a pas été soudaine[23] (Cet événement a conduit à l'abrogation de leges regiae[24] mais certainement pas tous survécu depuis le 'Auspicium[10] et la réforme Servius Tullius 18 equites[25]), Il est maintenant "époque républicaine. Mais comme ils avaient besoin d'une personnalité qui officiant les rites sacrés (ou de prendre des décisions sur le sujet par l'espérance, établie précisément par lex regia)[26], comme le précédent Rex, est alors institué la Rex sacrorum: Ce dernier sera mis au rebut comme figure institutionnelle par Théodose I en 390 apr. J.-C. La puissance de ce dernier, cependant, était beaucoup plus petit et un peu à rex ne se limite au sacré. Selon les chercheurs Pomponio dans 'Enchiridion Il fait référence à cette période quand il affirme que l'émanation du roi a été fait selon la délibération du curiae (puisque la puissance du Rex a diminué)[24].

probablement leges regiae (Ou au moins la plupart) ont été stockés à Rome mais il a été brûlé dans 390 BC au travail de Gaulois de Brennius[24]. Important comme ce fut le travail des prêtres récrire[27] et la collection de « leges Regia » de Sesto Papirio malheureusement, nous ne pas reçu, mais qui a probablement été consulté au moment de Pomponio[28]. la leges regiae Ils ont disparu dans les périodes subséquentes[29], selon Pomponio ont tous été, mais abrogée par des études faites par divers chercheurs est une loi royale toujours en vigueur, par exemple la norme de 18 EQUITES Servius Tullius, mais Tite-Live nous apprend que, après 390 BC et le feu ont été non seulement recueilli les Douze Tables normes par les prêtres et par le Sénat, mais aussi Rege règles dont certaines sont publiées autre secret gardé par les prêtres[30]. Enfin leges regiae sont nommés dans la compilation Justinien[31].

Fonction de la lex regia dans la société romaine et les corrélations avec les mœurs

La raison de la naissance de la lex regia est tout simplement non seulement comme un outil juridique que le rex pourrait utiliser, mais découle de la désormais claire des différentes tribus maintenant réunis à Rome pour une lex certa ou certains ius[32] comme en témoigne le travail de Pomponio, et le roi à cette époque avait pour mission d'assurer la pax deorum[33], la paix de la communauté avec les dieux et en fait cela se fait par l'instrument juridique lex regia, est né rex comme le juge suprême[34].

la lex regia avait pour mission de régler les différends qui ont été créés et qui ne sont pas toujours mœurs pourrait résoudre non seulement donner une chance de rex régler en personne ou au moyen de quelque Ausilium (en particulier dans l'un de ces derniers est l'âge Tarquinia magister populi[35] prédécesseur de l'avenir magister equitum et magister militum de république et principauté) Les différends ou les questions militaires ou sacrés[26]. Mais si d'une part les « leges Regia » créé par la nouvelle loi différente mœurs Mais l'autre partie transformé certains d'entre eux en leges regiae[26], certains chercheurs pensent qu'ils ont été utilisés par decemviri comme outil de mémoire et de construction pour douze tables ainsi que intermède entre mœurs et douze tables, car il fallait la société de cette époque ne se contentait pas déjà plus que les révélations de pontifex maximus.

Currents qui ont influencé la lex regia

la leges regiae avait, cependant, dans certaines périodes des courants qui ont influencé leur formation, en particulier dans le domaine textuel. Les premières lignes d'un certain type d'influence grecque selon la tradition que Romulus a étudié Gabii[36], mais en omettant la tradition est indiscutable la présence de la culture grecque dans le Roman[37] outre le fait que, dès que de 'VIII siècle avant JC il y avait des relations commerciales entre les deux cultures un peu plus tard deviendrait trop politique[38].

Mais aller au-delà de cette influence promet que le courant Osco-ombrienne à savoir albinos mais dans une plus grande mesure Sabine Il a influencé non seulement l'adoption de méthodes précises par des instruments écrits (précisément les peaux animales)[39] mais aussi des caractères de même lex regia. Vous pouvez voir ce que, en fait, certains leges de Servius Tullius et même avec Numa Pompilio (D'origine Sabine) et la même Romulus[40]. En plus de ces courants, il est l'influence centrale étrusque, à la fois économique et politique de type de type juridique, en particulier dans la période des rois étrusques, prendre par exemple l'attitude envers ces gentes à cette époque très affaibli par ces rois[41].

La législation et l'exécution des lex regia

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Curie (histoire romaine), Comizi curiata et Comizi centuries.
Lex regia
Senatus Romanus Populusque

Selon ce qui précède, dans les fragments de Pomponio[42] et d'autres auteurs sur le sujet de leges regiae Il précise que les délibérations ont été curie ainsi que la sénat[43] approuvé par le roi et avec le soutien du pontife. De nombreux chercheurs[44] Cependant, ils sont en désaccord sur l'exactitude de ces sources: d'abord parce qu'ils estiment que Pomponio Il a été inspiré par la méthode de vote des assemblées populaires (hommages comitii et assemblées du siècle) De la République où le vote d'une loi proposée par un tribune Il a été classé par unité (le vœu ne comptait à la tête, mais si un seul groupe était en majorité à accepter, qui était une unité qui a accepté la loi: une unité ne peut pas être citoyens propriétaires présents à la réunion ou une catégorie de chevalerie[45]), La deuxième raison est parce que les chercheurs croient qu'il est plus probable que le roi (en fait vu les pouvoirs détenus à l'époque) délibérant sans le droit de veto de la curie, mais seulement avec le soutien du Collège Pontifical[46] et la résolution de sénat. fait Held que la fonction de la curie était seulement pour la participation du public que les leges regiae ont été émises publiquement à la présence de la Curie[26] Cependant, d'autres sources nous disent que quelques jours la saisie de Rex ont tenu une assemblée semblable à la période républicaine attesté par écrit Quandoc Rex Comitiavis Fas dans le premier calendrier romain[47], de ce chercheurs pensent que la Curie avait pas le droit de vote, mais seulement pour assister en tant que témoin de l'acte (et faire valoir leurs propres idées sur la question par acclamation ou si au lieu plutôt que par la dissidence), mais parfois le roi a accordé l'intervention de curia sur les décisions de procédure (Collectifs juste une coïncidence que de Marco Orazio[48]), En ce qui concerne les affaires pénales, jusqu'à ce que la répression en matière pénale est devenue la décision exclusive de l'assemblée populaire[47]. De certaines sources, mais il semble aussi que Servius Tullius Il a mis de côté l'amicus et de voter sur ses décisions siècles militaire: premier vote a été la première classe de 80 siècles, la plupart des 18 equites s'ils ont exprimé tout le même avis, vous avez décidé que par des siècles sinon ils devaient voter comme les autres 5 classes (y compris celle des citoyens sans ressources financières exemptés du service militaire et que dans certains cas) utilisés jusqu'à ce que vous avez atteint un nombre de 97 siècles avec la même note[49]. la leges regiae un côté avait la tâche de créer un certum ius, l'autre dérivé de mœurs, Par conséquent, le contrôle du respect de l'instrument leges regiae Il a été établi dans la plupart des cas par des châtiments religieux[50] ou sacré (sacrifice expiatoire offrant ou animal[51]), Mais nous ne devrions pas parler seulement des sanctions religieuses, bien que le plus utilisé, car il y a leges regiae qui prévoient diverses sanctions par le type sacral-religieux, par exemple confiscations des produits[51] ou, dans certains cas sanctions enceinte condamnations à mort mais pas le type sacral mais simplement de répondre à l'infraction autre infraction politique[52].

En utilisant les différentes branches du droit romain

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: mos maiorum.

On ne sait pas quelles étaient précisément leges regiae, parce que nous ne disposons que des fragments[53] Toutefois, selon l'existant ont été utilisées dans la portée public, sacré, héritage, de procédure, agriculture, les ménages, criminel et enfin obligations et contrats (Très rarement dans la zone privé, mais pour la plupart le secteur privé a été laissée à l'action paterfamilias et Gén). Mais nous voyons en détail ce qui a survécu[54]:

Romulus (753-716)

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Romulus et Tito Tazio.

Quant à Romulus (mais certains leges regiae Ils l'ont attribué à ainsi Tito Tazio) En droit public, en plus de l'union des différentes tribus avec qui il a fondé Rome, il est important de la mise en place des trois curiae, qui ont pris leur nom de leurs dirigeants respectifs, Romulus, Tazio, Lucumone respectivement Ramnenses, Titienses, Luceres, qui à son tour divisé en 10 curies chacun. Ceux-ci selon des sources avaient la tâche d'élire les magistrats, adopter des lois[55] et si le roi a décidé d'examiner les questions relatives à la guerre.

Un autre acte important a été la mise en place de la sénat, qui se compose de 100 patriciens, Romulus qui donne le pouvoir de prise de décision de leges regiae, proposé par lui, selon la majorité. Il a institué la figure de l'acte citoyen guerrier à cultiver et à la guerre, des unités militaires légion romaine ainsi qu'établir une garde personnelle du celeres. Il se réservait la décision sur les rites sacrés et par conséquent sacrifices en l'honneur des dieux à venir aussi 60 prêtres pour la réalisation des rituels, également mis en place la auspices et salutation pris de chaque curie pour l'aider à mener les rituels, mis en place la Fratres Arvales (voir Arvali), Elle a créé les trois flaminati selon Dieu au culte: flamen Dialis (Jupiter) Flamen Martialis (Mars) Flamen Quirinalis (Romulus), établit la première calendrier romain de 304 jours répartis en 10 mois: six 30 jours et quatre de 31 ans, a établi le Dedicatio des temples et leur méthodologie.

Sur la question de la succession: la succession de la femme dans le bras de son mari, de sorte que si elle meurt a hérité de la succession de son mari, et quand ses enfants plutôt aussi. Il a décidé la compétence comme rex porte-parole mœurs et leges regiae, Il est lui de juger les crimes les plus graves, tandis que d'autres les jugeait sénat.

Il a décidé de diviser la terre entre les différents curiae en partie pour la culture dans des domaines en plus de la construction de temples aux dieux. Il a décidé que les parents étaient tenus d'élever des enfants (Premier-né)[citation nécessaire] et ils ne pouvaient pas les tuer si moins de trois ans, à moins qu'il n'a pas été considéré comme un monstre (Né estropiés ou d'autres problèmes), dans ce cas, cependant, la procédure prévue il a été montré cinq voisins attestant le statut du sujet, dans le cas où tout était fait il y avait la confiscation de la moitié des biens (ou d'autres pénalités ). Sanchos les pouvoirs et l'autorité du valeur nette paterfamilias contre le fils étrangers iuris et même le tuer. aussi il a jeté les Manus (Concernant le mariage) sur sa femme où il a fait l'objet de son mari et a dû le suivre (même dans les cultes). Il a créé l'institution clientèle. Prédisposer certaines règles punitives pour femme comme crimes'adultère ou boire du vin, lorsque la décision était aux parents de la femme[56].

Numa Pompilio (716-673)

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Numa Pompilio et curiata lex de imperio.
Lex regia
Numa Pompilio second Roi de Rome

Numa Pompilio installé sur le trône par le célèbre curiata lex de imperio dans lequel il a imposé son avenir Imperium la décision de rassemblements curiata, que chaque futur roi alors présent au moins jusqu'à ce que Augusto et même au-delà. Il a aboli la celeres. Uniformes à Rome pagi et chacun d'entre eux avait son propre magistrat et gardes de mieux contrôler le territoire, mis en place les premières divisions du peuple aux métiers ou sociétés.

Il a créé les cantines scolaires, institué diverses flaminati (y compris ceux déjà attribués à d'autres sources à Romulus[57]) Et sacerdoces y compris fécial et Je suis allé, Il a augmenté le nombre de vestale 4 à 6, mis en place également la pontifex maximus en plus d'augmenter le nombre de prêtres du Collège pontifical. Il a créé divers Dedicatio à divers cultes, ledit nombre de dispositions sur paelex, ou la femme qui était avec un homme déjà marié. Il a fait une nouvelle redistribution de la terre: un exemple, commencez à nouveau aux plébéiens le type de terres publiques. En ce qui concerne le domaine pénal, nous devons mettre l'accent sur les innovations: l 'homicide volontaire (Said paricida[58]) Et homicide involontaire. Dans le premier cas, ont été nommé quaestores paricidii d'enquêter et le sujet a été classé comme paricida s'il avait intentionnellement tué un homme libre, ou même seulement en référence à l'assassinat de la famille: dans le premier cas paricida prend la homicida connotation dont la peine (parricidas) est inconnue alors que dans le second ( parricidas) est identifiée à la poena cullei (Worth stipulant que le tueur est enfermé dans un sac en cuir et jeté dans la mer: il devient alors hors la loi[59]); dans le cas d'homicide involontaire pour expier assez de sacrifier un bélier pour purifier le meurtrier. Selon certaines sources, il a institué la vestale dédié au culte de Vesta Selon la tradition, cependant, déjà avant la fondation de Rome ou rea Silvia, aussi prévoit des sanctions si elle était leur vœu respecte pas de Darling virginité est enterré vivant avec un rite sacré ou d'autres crimes de sanctions flagellation de type plus léger. Il a décrété que ceux qui ont volé des objets sacrés ou sites sacrés a été traité comme un paricida, il est puni de mort de faux témoignage.

Il permet à l'enfant peut être vendu par le père à moins qu'il n'accorde son fils de se marier (dans ce cas, il perd le droit). Pour les femmes dans cette période ont été interdit de boire ou avoir une relation, à moins que votre mari décide de faire un don à un homme sans enfant de procréer (et pourrait décider de le reprendre), le mariage des filles de moins de 12 ans a également été accueilli, d'autre part, il a accordé que les femmes pouvaient faire un testament avec son père encore en vie[60].

Tullus Hostilius (673-640)

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Tullus Hostilius.
Lex regia
Tullus Hostilius Veienti défaites dans la bataille, fresque

Selon certaines sources institué la littori, la toge peint la praetexta, créé le fécial[61] rituel feziale par lequel vous pourriez déclarer la guerre, sinon cela était considéré comme injuste, même alors diverses festivités. Il a institué le sacerdoce du Agonali Je suis allé et saturnales dédié à Saturne. Il a permis que certains stanziassero sans terre romaine sur la colline Celio. Lorsque Marco Orazio a été accusé de perduellio et convoqué le duumviri de décider de la provocatio la décision dont le père d'Horace (même si coupable) et opposé depuis Hostilius était indécis sur quelle décision de prendre décidé de confier le jugement au peuple (la curie) qui absous. Il a décidé d'appliquer la loi selon laquelle ceux qui avaient fait trahison au roi ou avait fait défection a été condamné à mort. Il a décidé de condamner le 'inceste le coupable à consacrer Diana dans la moquerie du peuple. Il a établi que ceux qui sont nés des triplés ont reçu des subventions de l'État[62].

Anco Marcio (640-616)

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Anco Marcio.
(GRC)

« Καὶ μετὰ τοῦτο συγχαλέσας τοὺς ἱεροφὰντας χαὶ τας περὶ τῶνἱερῶν συγγραφάς, ἂς Πομπίλιος συνεστὴσατο, παρ « αὐτῶν λαβνἀέγραψεν εἰς ὃέλτονς χαὶπροὒὓηχεν ἐν ἀγορ ᾷ πᾶσι τοῖς βουλομένοις σχοπεῖν. »

(IT)

« Ayant également convoqué les papes et ayant reçu d'eux les dispositions relatives aux choses sacrées que Pompilius avait établi, il avait gravé sur des tablettes et d'exposer le trou pour tous ceux qui souhaitent les voir. »

(Denys d'Halicarnasse, Antiquitates Romanae[63]. Trad. Gennaro Franciosi)

Même Marcio a institué son curiata lex de imperio, institué les bases de Rerum repetitio et certaines lois concernant le trafic maritime et le péage salants. Il a décidé de graver sur des tablettes les dispositions de Numa Pompilio liées au collège pontificaux. Il a construit le premier prison à opposer au crime. Après avoir vaincu la Latini décidé que insediassero Rome[64].

Tarquinio Prisco (616-578)

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Tarquinio Prisco.

Il fait double emploi avec le nombre de sénateurs (selon d'autres sources les sénateurs étaient 200 et il a augmenté à 300) et divisés en « maiores gentes » et le nouveau dans «minores gentes. Institué les jeux romains, doublé le nombre de curies, les différences de vêtements institués entre les classes, il est né ici l'utilisation de toge praetexta. Il a ajouté 2 vestale à 4 déjà présente, en plus du calendrier de 12 mois[65]. De certaines sources sont attribuées aux sanctions vestale[66][67].

Servio Tullio (578-534)

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Servius Tullius et Mur Servien.
Lex regia
gravure représentant Servius Tullius Frans Huys

Resplit le territoire regiones (4 urbaine: palatin, Suburana, colline et Esquilina ainsi que d'autres 22 externe, appelé aussi pagi[68]) D'où les membres on ne pouvait pas échapper à vivre dans un autre territoire et a dû payer des impôts sur ce pagus, il a institué la recensement ou recensement que vous deviez payer un péage à compter en plus d'avoir à donner une évaluation de ses actifs (une sorte de vieux déclarations de revenus), de façon à avoir une relation pour les impôts résultant (divisant la population en cinq classes) et institua la marchés. Institué différentes parties et les exemples Dedicatio Fors Fortuna ou Paganalia. Il a décidé de juger des causes publiques seulement que je laisse aux individus (par exemple paterfamilias et Gén) La résolution des causes privées avec précision. Après avoir conquis les territoires des paquets ministère de l'intérieur et esquilino Il les a distribués aux paysans sans terre Romains. Il a décidé que les esclaves affranchis même pouvaient participer à la vie publique et être pris en compte comme si elles étaient des hommes libres; aussi ceux qui ont refusé de retourner dans leur ville pourrait être enregistré dans l'un des quatre tribus déjà créées par lui.

Il a approuvé par curiae 50 dispositions relatives crimes et les contrats[69].Enfin Servius est attribuée à la construction du temple Diane nemorensis, Peut-être d'ici, vous pouvez également attribuer l'accusation d'avoir institué Rex Nemorensis (Mais peut-être il est encore plus ancienne, peut-être le nemoniesis rex était correcte latine et la plus ancienne encore)[70].

Tarquinius Superbus (534-509)

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Tarquin Superbus.

Il a aboli les impôts découlant du recensement pour égaliser le même montant tassatoria du tout, a conclu divers traités de paix[71].Il a d'autres dispositions livres sibyllins, Elle opère dans la tradition Sibilla Cumana ou selon d'autres Sibilla Erythrée, de consulter les dieux, et divers temples et cultes Dedicatio. Utilisez la règle de Tullus Hostilius ou l 'tonnelle infelix, Utilisez également les peines parricide (poena cullei) Pour punir tels que Marco et Aquilio Atilio. contrats Sull'obbligazioni et abrogé toutes les lois de Servius Tullius[72].

Re incertain

Nous avons également reçu des fragments où les chercheurs ne parviennent pas à attribuer l'acte lui-même (il est pas toujours indiqué le roi qui a fait la regia lex). Par exemple, il existe une loi interdisant de diriger l'enterrement d'une femme enceinte qui n'a pas encore donné naissance, sinon on croit avoir tué une vie[73].

Analyse critique des informations sur leges regiae existant

Matériel sur lequel étaient écrits les leges regiae

Plus tôt dans la période Romulus regiae les leges ne sont pas écrits[74] mais ils ont été passés par voie orale bien qu'il ne soit pas tout à fait certain qu'un système d'écriture n'existait pas en fait. Cependant, la première leges regiae, à savoir ceux de Romulus, ils sont venus à écrire dans la nouménale période[75] par la même Numa Pompilio son successeur. Dans la période Numa Pompilio ceux de Romulus et Numa ceux de la même (commentarius Numae, il est composé même tout le travail Pontificale de cette période, les livres pontificaux[76]) Ils ont été établis sur une écorce de chaux[77] selon l'attestent les sources[78]. successif leges regiae Ils ont été écrits en peaux de bœuf[79] (Utilisé comme si elles étaient du papier): période Tarquin[80]).

Selon une autre tradition[81] mais le leges regiae Ils ont été rédigés sur une table à l'extérieur enduit chaux et stuc, Par conséquent, selon cette tradition, il n'a pas été gravé avec le texte de la lex regia mais la peinture. Cependant, il est arrivé est certain que leges regiae Il a été tout d'abord écrit en matériel périssable. De cela, nous pouvons comprendre, car ils sont arrivés là peu de ce type de législation. Mais ce n'était pas seulement pour cela parce que, vous devez vous rappeler que certains d'entre eux sûrement brûlé dans le feu aux mains de Gaulois la 390 BC[82] Donc, de cet événement beaucoup leges disparu, et pour compenser les lacunes qui ont été faites de remaniements regiae leges maintenant perdu à la fois aux mains des prêtres d'avocats et d'historiens. Ce qui est cependant de ces révisions, étaient certainement pas les citations textuelles, certaines sources parlent, mais simplement retravailler avec une certaine forme archaïque de la période[83].

sources connues

Il existe différentes sources à signaler concernant la lex regia parmi eux le 'Enchiridion (Même si on trouve un fragment de l'œuvre) de Pomponio, nous trouvons dans sommaire Donc, certainement pleine de interpolations et donc pas tout à fait fiable. Une autre est de Papirius, la ius Papirianum[84], de cette façon:

(LA)

Et ita lege quasdam et ipse curiatas ad populum tulit: tulerunt sequentes et reges. erga Quae conscriptae ancien stant dans le livre Sexti Papirii temporibus ici illis, de quibus Superbus fuit Demarati Corinthii filius anciens viris de principalibus. Est liber ut duximus, appellatur Ius civile Papirianum ... »

(IT)

« Alors il (Romulus) proposé au peuple curiate certaines lois (à savoir les leges royales selon les chercheurs): plus sont proposés plus tard les rois. Toutes ces lois sont écrites dans le livre ainsi que le Sesto Papirio, qui a vécu à la même époque dans laquelle il vivait le fils fier de Démarate de Corinthe, (pour nommer un) des hommes les plus illustres. Ce livre, comme nous l'avons dit, est intitulé Ius civile Papirianum. »

(Sesto Pomponio, Enchiridion[85].traduction)

Dans ce travail, il doit y avoir des listes leges regiae malheureusement pas existant. A propos de ce travail, mais il y a divers litiges dans lesquels certains chercheurs pensent qu'il est une œuvre d'autres de fiction résultant de lex Papiria et donc il n'y avait pas dans ces listes il, à sa fin que l'auteur n'est pas Sesto Papirio mais Gaius Papirius, pontifex maximus ou qu 'il est une nouvelle version de commentaires Numae. Cependant, vous ne disposez pas d'informations fiables. Divers fragments de divers auteurs De viris illustribus, en Cité de Dieu de Aurelio Agostino d'Hippone, divers travaux servio et Festo, Cedrenus dans 'recueil historiarum, Censorinus en De die natali, Cicéron dans divers ouvrages (de legibus, De re publica, etc.), columelle, en sommaire, dione Cassio (histoires Romanae), De nombreux Denys d'Halicarnasse dans 'Antiquitates Romanae, Ennio dans son Annales, Eutropio en Breviarum ab Urbe condita, Floro, Gellio, Orazio, Lattanzio, Livio dans le travail Ab Urbe livres de Condita, piscine, Macrobe en saturnales, ovide (Fastes) Pline l'Ancien (Naturalis historia) Plutarque (questiones Romanae, vitae parallelae, Romulus, Numa) Siculus Flaccus, Solino, Suda, Tacite, Valerio Massimo, Varrone, Valleio Patercolo, Zonara (Epitome Historiarum), En plus de ce que nous avons reçu que quelques sources contemporaines de 'âges dirigéesDeux ou trois inscriptions en pierre ou épigraphes.

notes

  1. ^ voir par exemple Les faits dans l'expérience de la normalisation archaïque romaine Page 72[peu clair]
  2. ^ voir Droit romain Institutions Page 30[peu clair]
  3. ^ Reformulation des 'Enchiridion, 1, 2, 2, 2. Traduction par Gennaro Franciosi.
  4. ^ Amelotti 1989, p. 10.
  5. ^ voir 'Leges regiae' Gennaro Franciosi pp 6-12
  6. ^ Pour les fragments et voir les traductions leges regiae pp. 6-12
  7. ^ voir pp 'Leges regiae' 18/12
  8. ^ Amelotti 1989, p. 30.
  9. ^ Amelotti 1989, p. 19.
  10. ^ à b voir les classes et les conflits dans la page républicaine Rome 72
  11. ^ voir 'Leges Regia et paricidas de la page 19
  12. ^ voir 'Leges Regia et paricidas de pp 87-165
  13. ^ voir 'Leges Regia et paricidas de pp 11-18
  14. ^ voir 'Leges regiae' dans la page d'introduction XVII
  15. ^ Liv. 1, 31, 8; L.Piso ap. Plin. 28, 4, 14
  16. ^ voir prémisse 'Leges regiae' pag XVII
  17. ^ Liv. 1, 32, 2
  18. ^ voir pages prémisse 'leges regiae' XVII-XVIII
  19. ^ voir page 'Leges regiae' et XIX 'Leges Regia et paricidas de pp 56-64
  20. ^ à b voir page prémisse 'Leges regiae' XVIII
  21. ^ Livio, 1, 60, 4
  22. ^ voir page prémisse 'Leges de regiae' XIX
  23. ^ Amelotti 1989, p.78
  24. ^ à b c voir page 30 institutions de droit romain
  25. ^ voir la crise de la République à Rome: Page 18 Leçons
  26. ^ à b c Amelotti 1989, pp. 19-29.
  27. ^ voir Leges regiae et paricidas la page 64
  28. ^ « Institutions de droit romain - Sommaire » voir page 32
  29. ^ ou du moins pas s'il savait quoi que ce soit
  30. ^ Federico D'Ippolito, pag. 108-109
  31. ^ Giovanni Pugliese, pag. 9
  32. ^ Pomp.D 1, 1, 1, 2
  33. ^ Amelotti 1989, p. 23
  34. ^ Amelotti 1989, p. 24.
  35. ^ Des études magister populi voir pages 177-199
  36. ^ Plut.Rom. 7, 6; 8, 2; Dion. Hal. 1, 82, 5
  37. ^ voir Leges regiae et paricidas pp 16-17
  38. ^ Des études magister populi voir pages 10-11
  39. ^ voir Leges regiae et paricidas pp 18-19
  40. ^ voir Leges regiae et paricidas Page 18
  41. ^ voir les institutions de droit romain - page 12 Résumé
  42. ^ Pomp. D. 1, 2, 2, 2;
  43. ^ voir Histoire du droit romain, Amarelli,  pag. 30 et sources connexes par exemple. Dion. 2, 14. 1-2
  44. ^ les chercheurs dans ce cas se fonde uniquement sur l'hypothèse que le système de Pomponio fait référence à l'émanation de la période républicaine ayant quelques sources en ce qui concerne l'analyse en corrélation archaïque de la situation des Rex dans tout autre Archaïque que républicain (voir Rex sacrorum). Pour plus d'informations, voir page 30 institutions de droit romain, et au lieu de la version synthèse la page 32.
  45. ^ voir les classes et les conflits dans la page républicaine Rome 75
  46. ^ Amelotti 1989, p. 32.
  47. ^ à b Amelotti 1989, p. 43.
  48. ^ Val. Max 8. 1. 1. CIC. pro Mil. 3. 7
  49. ^ Denys d'Halicarnasse, Antiquitates Romanae 4, 20, 3-5.
  50. ^ voir les institutions de droit romain - Résumé page 11
  51. ^ à b Amelotti 1989, p. 37.
  52. ^ Amelotti 1989, pp. 40-41.
  53. ^ parmi les livres de note à cet effet, il est leges regiae, Leges regiae et paricidas et Romains antejustiniani Fontes Juris ([FIRA])
  54. ^ il seulement quelques sera indiqué, juste pour se faire une idée
  55. ^ chercheurs, cependant, croire que l'amicus avait peu d'énergie et seul type de prise de décision participative et non moins les lois regie
  56. ^ Leges regiae voir page 3-57
  57. ^ on ne sait pas s'il les a institué Pompilio o Romolo, les sources sont contradictoires, mais il peut être qu'ils ont pris de Pompilio leges regiae de Romulus qui étaient dérivation oral et écrit ainsi dans son travail, bien que selon Flor. 1. 1. 2-3 institua le calendrier de 12 mois tandis que celle de Romulus était 10, voir aussi Liv. 1.19.6
  58. ^ voir Leges regiae et paricidas pg 137-138
  59. ^ voir les institutions de droit romain - Résumé page 11
  60. ^ Leges regiae voir page 61-121
  61. ^ en fait déjà attribué à Numa Pompilio
  62. ^ Leges regiae voir pages 125-134
  63. ^ Dion. 3.36.4. Traduction par Gennaro Franciosi.
  64. ^ Leges regiae voir pages 137-142
  65. ^ législation déjà attribué à Numa Pompilio afin que personne ne sait qui a l'établi, mais certainement Tarquinio Prisco utiliser le travail des Commentaires rois de Numa Pompilio
  66. ^ cependant, d'autres sources attribuent à Numa Pompilio, ne sais pas qui a établi le premier
  67. ^ Leges regiae voir pages 145-153
  68. ^ Pietro De Francisci, histoire de droit romain Résumé, p.56.
  69. ^ Leges regiae voir pages 157-191
  70. ^ Pietro De Francisci, Primordia page civitatis 666
  71. ^ Leges regiae voir page 196
  72. ^ Leges regiae voir pages 195-205
  73. ^ Leges regiae voir page 209
  74. ^ voir Leges regiae et paricidas Page 17
  75. ^ voir Leges regiae et paricidas pg 18-19
  76. ^ voir Leges regiae prémisse pag XVII
  77. ^ voir Leges regiae et paricidas pagg27-31
  78. ^ Plin. 16, 55, 126
  79. ^ sources (voir la note précédente) latin attestent de l'existence d'un bouclier en bois recouvert de peau de bœuf, voir page « Leges de regiae et paricidas » 16-17
  80. ^ Fest.exc. 48, 19; Dion. Hal. 4, 58, 4; Hor. ep. 2, 1, 25.
  81. ^ Liu. 1, 32, 2
  82. ^ voir page 33 institutions de droit romain
  83. ^ voir Leges regiae et paricidas pp 56-65
  84. ^ voir Leges regiae et paricidas pp 35-56; Il est nommé de manière à Macrob. sam. 3, 11, 5; Paul. D. 50, 16, 144
  85. ^ Enchiridion, paragraphe 2 ligne 10

bibliographie

Contexte historique et relations avec la lex regia
  • Mario Amelotti, Donne un aperçu de l'histoire du droit romain, sous la direction de Mario Talamanca, Giuffre, 1989, p. VIII - 762, ISBN 88-14-01823-5.
  • Francesco Amarelli Histoire du droit romain, édité par Aldo Schiavone, Giappichelli, 2001, p. X - 326, ISBN 88-348-1097-X.
  • Aldo Schiavone, Les lignes de l'histoire de la pensée juridique romaine.
  • P.A. Brunt, Les classes et les conflits sociaux dans la République romaine, Laterza, 1972, pp. 235.
  • Salvatore Tondo, Crise de la République à Rome: leçons, 2e éd., Giuffre, 1992, p. X 207.
  • Federico D'Ippolito, Juristes et chercheurs dans la Rome antique, Laterza, 1986, p. 121.
Informations générales sur lex regia
  • Giovanni Pugliese, Les institutions de droit romain, avec la collaboration de Francesco Sitzia et Letizia Vacca, Torino, Giappichelli, pp. 1 013.
  • Giovanni Pugliese, institutions de droit romain - résumé, avec la collaboration de Francesco Sitzia et Letizia Vacca, Torino, Giappichelli, pp. VIII - 567.
Diverses idées et sources en ce qui concerne la lex regia
  • Nicola Palazzolo, Ab Urbe condita. Les sources de l'histoire du droit romain à l'âge Justinien dirigés [et al], traductions par Nicola Palazzolo.
  • Pietro De Francisci, histoire de droit romain Résumé, Rome, Mario Bulzoni, 1968.
  • Patrizia Giunti, les lois sur l'adultère et la criminalité royale entre l'histoire et la propagande, Milan, A. Giuffre, 1990.
  • Sesto Pomponio, Pomponii de juris fragmentum origine, reconna. et adnotatione instruxit critique F. Osannus, 1848.
  • Gennaro Franciosi, leges regiae, édité par Gennaro Franciosi, recherche collective de Lucia Monaco, Anna Bottiglieri, Annamaria Manzo, Osvaldo Sacchi, Luciano Minieri, Giuseppina Maria Oliviero, Adelaide Russo, Vito Carella, Ammalia Franciosi, Aniello Buono, Torino, Javini Editeur, 2003, pp. XIX - 224, ISBN 88-243-1467-8.
  • Salvatore Tondo, Leges regiae et paricidas, Florence, Leo S. Olschki Editeur, pp. III - 214.
  • Salvatore Tondo, Introduction à LeGes regiae, Florence.
  • édité par S. Riccobono, Romains antejustiniani Fontes Juris, II, Florence, 1940.
  • Giuseppe Valditara, Des études magister populi: l'auxiliaire militaire dans les premiers magistrats rex républicains, II, Milan, Giuffre, 1989 XII, 435 p.
  • Riccardo Orestano, Les faits de la normalisation dans l'archaïque romaine, Turin, 1967, p. 280 p.

Articles connexes

liens externes