s
19 708 Pages

l'expression ius Quiritium Il parle du premier système juridique romain archaïque, adapté pour une petite entreprise ou celle des personnes qualifiées Quiriti, traitées par un certain nombre d'organisations « politiques », comme le civitas, la gentes et familiae Elle a porté principalement en droit de la famille et du propriétaire et a été rédigé avec les règles juridiques et religieuses[1].

histoire

Le développement précoce: plus archaïque Depuis le temps jusqu'à la première moitié du VIIIe siècle avant JC

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Archaic droit romain § La phase Sabina latine (VIII-VII siècle avant JC).

Selon les historiens, Rome n'a pas été formé par une véritable fondation, mais par divers gentes qui vivaient dans les environs; par conséquent, les coutumes de ces populations précoces et la mœurs, transmis et révélé aux gens par la caste sacerdotale, ces populations sont les premiers à créer le premier noyau du droit de ius Quiritium. La fondation initiale est magique-religieux, depuis les temps anciens est communément admis que les forces surnaturelles agissaient dans la réalité de la vie quotidienne.

D'activités Quiritium Ius: seconde moitié du VIIIe siècle avant JC le sixième siècle avant JC

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Archaic droit romain § Phase étrusque-latine (VI SEC.a.C.).

en période royale quirito la loi a bat son plein, selon le Guarino de VII un VI siècle avant JC Selon la tradition apportée par les sources (toutes les suivantes plusieurs siècles: Plutarque, Cicéron, Pomponio, Gaius et d'autres) comme ius Quiritium est formé complètement en moins de cinquante ans grâce à l'action de émanation de Romulus (Auquel il donne son nom Quirino et par conséquent le terme ius Quiritium) et Numa Pompilio, mais les chercheurs sont plus susceptibles de croire qu'ils ont des origines de coutumes archaïques et ont donné lieu à ius Quiritium. L'action législative des prêtres se joint à titre d'aide et la figure du renforçateur Rex.

Crise et disparition de quiritium Ius: A partir du Ve siècle avant J.-C. l'Empire romain tardif

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Archaic droit romain § phase de crise systémique Quiritario (V-IV SEC. BC) et Archaic droit romain § Le Ius Légitimus Vetus.

Nés divers conflits entre les patriciens et les plébéiens racontées par Livio et Denys d'Halicarnasse, parce que les plébéiens étaient au courant que les papes (à ce moment-là que le patricien) ont révélé les mœurs qui étaient en faveur des seuls patriciens. Le peuple maintenant exaspéré a demandé et obtenu, après plusieurs émeutes, une loi écrite 450 BC avec l'adoption de la douze tables. Depuis cet événement a commencé la sécularisation juridique: la connaissance de l'opération civile et les systèmes de procédure brise le pouvoir Pontificale de l'interprétation et affaiblit les mœurs et ius Quiritium. L'ancien droit est flanquée par la loi: divers lex Rogata, Date lex, plébiscites et les plébéiens senaticonsulti. A ius Quiritium ne pouvait poursuivre dans la Quiriti (patriciens), tandis que l'autre lex pourrait être utilisé par un groupe plus large de sujets. L'une a la fin du ius dans Quiritium 367 BC (Date symbolique) sont émis lorsque le Leges LICINIAE Sextiae enchâsser l'égalité entre les patriciens et les plébéiens sur de nombreux aspects de la vie politique et le droit. Le ius Quiritium intègre le premier noyau de la ius civile et IV siècle avant JC les termes et jus quiritium ius civile deviennent synonymes[2] (Divers éléments du ius quiritium qui se trouvent dans le ius civile, droit dérivées de douze tables, Ils sont l'œuvre de la jurisprudence laïque) et legis actiones où l'on trouve le terme Ancien droit Quiritium dans certains documents officiels. Dans tous les cas, la disparition des actes formels QUIRITI présents ensemble dans la ius civile a été favorisé par la nécessité des échanges avec les populations conquises.

Analyse de la Ius Quiritium

D'où vient le terme quiritium

Les sources nous ont adopté deux traditions de la dérivation du terme quiritium. Le premier nous dit que l'ancien sens avec lequel ils ont identifié les Romains, puis il est divinisé Romulus le premier roi de Rome et dans les Quirino transposés signifierait dieu des Romains, où Quirino représentent l'essence même de Roman. La seconde tradition transmise nous dit au contraire que le terme Quirites dérive du terme plus archaïque co-iurites ce qui voudrait dire littéralement: ceux qui jouissent des mêmes droits; juste ce sens, il serait utile de comprendre que ce serait le droit des patriciens paterfamilias qui vous trouvé le même statut et les mêmes droits.

Portée de ius Quiritium

la ius Quiritium Il est le droit civil archaïque et les rites sacrés de la première communauté romaine. Composée de coutumes archaïques a plus de caractéristiques magico-religieuses qui généralement juridique. La communauté romaine a utilisé ce droit à la justice privée parce que la force de l'Etat en particulier dans le regnum est très faible. Le fait de cette loi stipulait qu'ils étaient les patres familiae ou, le cas échéant, gentes décider des peines dans la communauté, parce que la Rex Il n'a jamais rompu incisive, même si sa position est devenue plus forte. La tâche du roi et des magistrats était en fait punir certains crimes que ceux liés à la trahison et la subversion interne, les crimes militaires et peut-être les meurtres, avec la participation active des enfants et d'autres proches parents assassinés homme. la plupart du temps la Rex Il a pris en charge le contrôle de la légalité des actes du gentes et patres familiae, en leur confiant la mise en œuvre des sanctions. Bref, à ce moment-là, à l'exception du mœurs, les têtes de familiae et gentes Ils détiennent le pouvoir presque absolu dans la communauté.

Les sources normatives du Ius Quiritium

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Archaic droit romain § Le Rex et les magistrats de la civitas quiritaire et Archaic droit romain § Le Senatus de civitas quiritaire.

En pratique, tous les chercheurs, il est souligné le lien linéaire entre Mores Maiorum et ius Quiritium où le premier serait le noyau de la loi de composition Quiriti. Cela est vrai, cependant, les mêmes sources signalent d'abord l'existence de leges regiae liés à leurs propres pouvoirs du paterfamilias ou la relation entre le père de famille et son étrangers iuris ou le pouvoir de foedera avec laquelle le roi pouvait établir des privilèges à certaines personnes qui sont en dehors de la ville de Rome. Mais nous voyons toutes ces sources de droit en détail:

  • mœurs: Il est la source de la plupart des lois archaïques et sans doute de ceux-ci est la structure du Ius Quiritium devenir sans doute le noyau fondamental de l'époque moins les plus archaïques.
  • lex regia: Elle constitue la racine de la puissance par la émanation Rex, de nombreux chercheurs ont souligné un lien profond entre les mœurs et leges dirigé, ceux de la sphère privée, qui semblent être les plus anciennes mœurs publiques retraitements avant la curie bien que certains des leges regiae se détacher de mœurs. Mais dans ce contexte, la tradition nous dit aussi leges regiae qui se rapportent à la puissance patriarcale de paterfamilias que, dans certains cas, ils définissent les limites ou qui définissent les relations entre les différentes pater et filii familias et les divers rites religieux imputables à une telle action réglementaire. Il est donc plausible de penser que les mêmes mœurs ont été saisies dans le ius Quiritium.
  • foedera: Ce sont des accords conclus entre les Romains et les peuples voisins de vivre en paix et en vue d'atteindre les résultats économiques, précisément parmi ceux-ci est que le Rex pourrait accorder une petite ville romaine (plus tard dans le républicain appelé Latium Latium mineur et majeur, dépendait tous de ceux qui ont été accordées typique des droits des citoyens romains). Selon Denys d'Halicarnasse, d'abord ceux-ci étaient foedera temporaire puis vers la fin de l'âge devait être directed devenir de véritables règles particulières à respecter pour toujours. Précisément parce que le ius Quiritium était le droit d'un citoyen romain, ainsi que le pater familias est possible que, grâce à ces sources a élargi la sphère des personnes qui pourraient profiter de la ius Quiritium(Ex:fœdus Cassianum mais la tradition de l'histoire ancienne nous raconte aussi la relation entre les Romains et les Sabins, où ces secondes entreraient même au Sénat de Rome).

Les sujets de ius Quiritium

Pater et latine

Merci au travail de institutions Gaius Nous savons qu'il y avait une catégorie ou une catégorie de citoyens appelée Ville Quiriti. Ces Quiriti, qui ne sont rien de plus que les patriciens, a connu une situation de parité entre eux. Pour avoir la pleine capacité juridique nécessaire pour avoir la citoyenneté romaine, être libre et avoir le statut de paterfamilias; l'autre, la pater Gén ou individuel Païens. Mais il y avait des exceptions: en fait parfois l'autorisation de Rex ou par consuls par foedus ils pourraient se voir accorder certains droits aux peuples voisins extérieurs: Latins. Il a permis: le ius des migrants, droit à la possibilité de transférer à Rome, le suffrage de jus, droit de vote, le commercium ius, droit d'effectuer des actes transitif, connubium, Il peut contracter un mariage valide avec un romain.

D'autres sujets de la loi ancienne

D'autres qui étaient moins de pouvoirs juridiques, mais seulement pour certaines conditions de garantie, sont: le nexi, le sujet avec nexum liés leur corps ou travail tamite comme une garantie de cause au profit des créanciers, les vades, garantie l'apparence du défendeur dans le processus (en particulier les criminels) et praedes, garants de la restitution de la chose legis actio sacramentum in rem ou garants paiement Échiquier (summa sacramentum) ou encore garants des avantages dus à populus Romanus. Dans le procédé iure puis il y avait la figure du vindex qui est intervenu en faveur de ceux qui faisait l'objet d'une Manus iniectio prenant ainsi sur la dette d'honneur du sujet et du jugement du procès ou sacramentum in rem Figure dell'adsertor en libertatis qui a réclamé la liberté d'un individu esclave présumé dans causae liberales. Le addicti lié par la dette qui est la raison pour laquelle ils ont été réduits comme esclaves, vendus ou tués pour addictus le juge d'instruction. Les autocrates qui ont été liés par auctoramentum pour combattre comme gladiateurs et recevoir une compensation.

le formalisme ius Quiritium

Cela a été caractérisée par le jus legitimi actus, rites empreints de sacralité et le formalisme qui, pour ces raisons ne tolèrent généralement pas les clauses de APPOSITION.
Les formules juridiques, prononcées devant des témoins ou des juges, lie ceux qui ont parlé contre l'autre partie, mais surtout contre les dieux. En pratique, la violation des promesses aurait des effets graves tant sur le plan religieux civil.
Les rites en question auraient dû formules contenues (ex iure Quirites) précise qu'ils remis en question la loi « dei Quiriti ». Pour acheter la propriété des terres agricoles, à travers mancipatio, Par exemple, un citoyen aurait à dire devant des témoins et le juge d'instruction, la formule sacrée:

(LA)

« Hunc ego fundum ex iure Quiritium meum ils AIO. »

(IT)

« Je déclare que ce fonds me appartient selon la loi des Quirites »

(Gaius, institutions Gaius)


en cas d'erreur en jugeant l'acte était formule invalide. Si au début, cependant, l'acte formel était la condition nécessaire et suffisante pour la validité de cet acte, il est apparu que nécessaire, mais ne suffit plus car il a ajouté d'autres pas d'exigences formelles (le paiement des marchandises, etc.)

Les institutions susceptibles ius Quiritium

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Mos maiorum § Les mœurs dans divers domaines, Archaic droit romain § L'ordre des civitas quiritaire, Archaic droit romain § La genèse du ius romain et Archaic droit romain § Le Ius Quiritium.

mancipatio: Né comme une sorte d'application troc commercial plus archaïque, où la res mancipi (en fait mancipatio ne pouvait être utilisé pour certains produits non pour tout le monde) a été échangé avec une médaille de bronze brut que vous deviez peser le solde étant détenu par un libripens ainsi qu'avec la présence du vendeur et de l'acheteur ainsi que cinq témoins citoyens romains pubère, remplacés par des lingots de bronze portant le poids, puis avec pièce de monnaie frappée puis Mancipatio et d'un poids que ne pesant que parted est devenu acte symbolique. Je me suis alors décidé que les papes pourraient également transférer les étrangers iuris sans prix réel d'une pièce, mais symboliquement. Gaius Il nous a dit quelques phrases formelles qui ont été prononcées:

(LA)

« Hanc ego rem ex iure Quiritium meam ils AIO ... aeque EMPTA esto mihi hoc AERE aeneaque livres. »

(IT)

«J'affirme que ce bien est ma deuxième loi de Quirites ... et il me est acheté avec ce bronze avec des écailles de bronze»

(Gaius, institutions Gaius)

Le problème se pose pour res nec mancipi qui ne pouvaient être achetés et vendus avec mancipio mais seulement avec le futur institut de traditio il croit qu'une institution appelée avant existait alors traditio.

ManusIl est la potestas sur sa femme et les femmes des fils et petits-fils. Cette ancienne institution est étroitement liée au mariage parce qu'il n'y avait pas un sans l'autre, même si le mari était des étrangers iuris ne pouvait pas tenir le bras de sa femme, mais ont tenu leur paterfamilias (sa femme est devenue si appartenant à familias de son mari et ne faisait pas partie de leur familias d'origine). Pour obtenir les manus étaient prévus deux actes différents:

  • confarreatio: Acte avec Solennelle la prononciation de certains mots; une sorte de vrai mariage (avec dix témoins, la flamen Dialis et un sacrifice à Jupiter de pain et écrit).
  • coemptio: Faire semblant buys par mancipatio où vous avez acheté la femme comme une femme;
  • usus: Le Manus est acquis par usucapion où son mari a pratiqué pendant un an Manus sans avoir fait un acte décrit dans les précédentes.

Patria potestasIl était le droit du pater de disposer de étrangers iuris(Les personnes soumises à ses potestas y compris les enfants et divers parents). Dans la période Archaïque était une forte puissance patrimoniale en fait familias filii étaient dans l'état mancipio qui pourrait être donnée à un tiers par mancipatio habituellement utilisé comme garantie pour une dette après le retour de la performance il y aurait le retour des enfants, mais ils pourraient également être vendus.

Dominique potestasIl était la puissance de paterfamilias y compris les res qu'ils ont été inclus dans cette gamme les esclaves. Au début, il était très potestative et que plus tard dans la période classique prendra beaucoup plus patrimoniale.

Nuncupatio: Ceci est la première clause ancienne qui est consigné par écrit dérivé douze tables mais on pense qu'il était déjà présent dans la mœurs utilisé dans nexum et mancipatioe dans testamentum pour eas et libram. Il a été utilisé lorsque les parties au moment de silence à la place a fait une déclaration dans laquelle ils devraient changer de sorte qu'une boutique officielle. Selon cette règle:

(LA)

« Cum nexum faciet mancipiumque, UTI nuncupassit langue, ita ius esto. »

(IT)

« Quand tout le monde fait un nexum ou mancipatio, comme solennellement prononcer, il en sera le droit (c.-à-le contenu et la portée de la loi dépendra exactement les paroles). »

(Gaius, institutions Gaius)

nexum, Vades, et praedes: Le Nexum était un acte par lequel le nexi lié leur corps ou leur travail en tant que service au prêteur, les vades, garantie l'apparence du défendeur dans le processus (en particulier criminelle) et praedes, garants de la restitution de la chose dans la legis actio sacramentum réel ou garants effusion de l'échiquier (Summa sacramentum) ou encore garants des avantages en raison de populus Romanus.

vindicatio Il a revendiqué la propriété de res par le propriétaire Dominus mais le lien entre le bien et le propriétaire était tellement serré qu'ils ont utilisé: Ancien droit Quiritium meum ils AIO à-dire, non la propriété revendiquée de res res, mais la même chose que son propre que de la période préclassique apparaissent les propriétés à long terme avec dominium ex jure Quiritium également utilisé dans le Sacrement réel, qui Quirite origines et l 'Agere in rem pour sponsionem, la période classique. Un exemple qui nous donne cette Gaius est prononcée par le tribunal:

(LA)

"Il paret hominem ex jure Quiritium Aulii Agerii"

(IT)

«S'il semble que l'esclave est Aulus Agerio sous la loi des Quirites »

(Gaius, institutions Gaius)

Un chiffre distinct est le vindicatio à servitutem mancipi fait tramte mancipatio dont certains chercheurs, dont Guarino spéculent l'origine Quirita.

obligationes et en faute: Parmi les chiffres nécessaires ont été les nexi, les vades et les praedes qui étaient garants alors Vindex (voir Ius Quiritium # Les sujets de ius Quiritium), Des sujets liés à des contraintes physiques à l'égard d'un coupable à une accusation moins grave à l'égard d'un paterfamilias ou un de ses res (Pensez au vol dans l'acte), ce qui pourrait infliger des lésions corporelles à lié aux caractéristiques sacrées. Pour les crimes les plus graves comme le meurtre d'un père de famille ou un membre du groupe de famille, alors il tue le coupable, dans la tradition de référence moeurs maiorum (Selon d'autres serait selon d'autres historiens anciens on pouvait s'y attendre d'un lex regia de Numa Pompilio) Parle aussi parricidas tueurs distingués des hommes libres que nous le connaissons et le meurtre d'un parent est en incorreva poena cullei pour d'autres crimes graves dans le sacré en sacrifice à un dieu. La communauté elle-même était si impossible de faire le contrevenant de se défendre et le pater familias pourrait recevoir la justice. D'autre part, il y avait aussi le créancier cum confiance et la donnée de pignus que, dans la période Archaïque étaient fondées sur une relation socio-éthique de confiance peut-être dérivé des anciennes traditions et alors seulement devenir légal.

sponsio: On croit que cet institut était un acte sacré qui ne produit des liens éthiques et religieuses, mais aussi très vite la nature juridique qui pesait sur qui était soumis à la iniectio manus, est considéré comme le premier obligatio où est lié au débiteur prêteur avec une promesse formelle de liaison qui développera stipulatio ou l'actio legis par iudicis postulationem ou adpromissio dans les périodes subséquentes.

Adrogatio: Il était une institution qui a permis de présenter un pater familias (arrogé) et ses res à potestative pouvoir à un second pater familias (arrogante), faisant de lui le premier des étrangers iuris que celui-ci, peut-être utilisé dans gentes par Gén pater.

usucapion: Il était une institution qui a assumé la propriété d'un bien ayant reçu pendant une certaine période de ce bien. Dans les temps anciens, il était un peu différent de celui prévu juris civilis, qui distingue les achats dérivés et distinction de titre antique ab était certainement pas là aussi que la nécessité de prouver la propriété en cour montrant ce que les propriétaires avaient appartenu auparavant (en pratique tous les propriétaires précédents qui remontent au titre original). Mais selon une coutume alors prise par les douze tableaux, il est acquis immobilier après deux ans de usus à la place acheter res ceterae(Mobile et la femme vivant avec un homme comme si elle était sa femme) l 'usus Ce fut un an. Il n'a pas besoin ni justification ni dell'usus bonae fidei.

patronage et clientèle: Selon la tradition transmise par certaines sources de cet institut serait assez vieux, même il aurait été mis en place par Romulus avec lex regia. Cet institut à condition que les personnes ou les familles (Clientes) étaient sous l'autorité d'un gentilis ou paterfamilias (patronus) Qui a dû fournir des services en échange de protection; leur lien était lié par des règles de foi et si les cliens ont endommagé le Patronus incorreva injustement dans sacralité.

testaments et patrimoine: Le testament de la plus ancienne origine Quirita existante est le comitiis testamentum Calatis qui a été prononcée par le groupe de Calatis comitiis dans un solennel et ne pouvait être fait deux fois par an selon Gaius. Le testamentum en procinctu dérivés de la première et très semblable à cela a été fait avant pour la bataille all'esecito déployés. Cependant, étant donné que, avec ces volontés ne sont pas désignés le successeur d'un paterfamilias pour cela a été utilisé à la place du mancipatio familiae. En ce qui concerne l'héritage il y avait même une figure spéciale dans les hereditas appelé Societas consortium ercto pas cité où la propriété était individuellement sur chacune appartenant à societas que dans l'avenir il y aura différentes divisions héréditaires de cette societas civilis prédisposées iuris que le préteur. Une autre figure est le dell'hereditas actio mendient (qui prend le nom que dans le classique), toujours sur des hypothèses comme remontant à l'ancienne, où un héritier présumé incapable d'exercer les potestas res actuellement appartenant à une autre personne par une telle action selon elle l'adhésion.

protection: Les gens qui ne sont pas soumis à Manus ab antique, sous la protection mancipium étaient. Ces sujets ont été les prépubères, les enfants sans maturité sexuelle qui devaient être évalués au cas par cas. Seulement à la fin de la période antique, les femmes ont été considérées comme matures à 12 ans. A partir de douze tables Avec seulement deux garanties le légitime (dell'adgnatus proximus) et testamentaires (le cas échéant tuteur citoyen romain pas non plus d'héritier) ne sait pas si elle est due à certains mœurs. Cette première protection n'a pas été au début de la protection, mais le pater qui tenait la protection parce qu'il ne pouvait gérer les biens de la personne inapte comme il a jugé bon.

représentation: Dans la Rome antique n'est pas aucune représentation, en principe, puisque seul le titulaire du droit établirait un magasin valable surtout dans ius Quiritium, cependant, connaître un principe très ancien que juris esclaves et les étrangers pourraient améliorer la situation dans leur Dominus ou paterfamilias. Un personnage à part cela, cependant, il n'est pas considéré comme une représentation est le nuntium qui était un messager qui a rapporté la volonté d'un paterfamilias.

religion: Il est possible que le ius Quiritium régule la religion de familias et gentes puisque nous savons que les différents groupes avaient un dieu qui était particulièrement dévoué et qui avait au respect de certains rituels à la lumière est ce en particulier pour les familles les plus importantes de l'époque.

legis actiones: Ce sont des actes vécus par un paterfamilias qui revendique une potestas en iure. La procédure judiciaire générale est très ancienne, mais il y a Actiones particulièrement qui proviennent quiritaire:

  • Sacramentum in rem: Nécessaire pour faire respecter les potestas et paterfamilias ou rivendiare un héritage ou le statut de quelqu'un comme libre ou esclave, et la deuxième période la plus ancienne pour certains droits sur les actifs. L'acteur a dû prendre la personne ou une chose qui appartenait ou dessiné même avec la force pour amener le juge d'instruction ou le rex de contrepartie venait d'entrer iure pour vous assurer que le tyrannosaure, ou encore magistrat n'autorise pas la possession de l'acteur (en une seconde fois avec le presentataa dans ius vocatio). Il était donc que l'acteur a fait le vindicatio sur les res:
(LA)

"Hunc ego hominem ex jure Quiritium meum ils AIO secundum suam causam.Sicut dixi ecce Tibi vindictam imposuit"

(IT)

«J'affirme que cet esclave est à moi dans la loi de Quirites, et conformément à son statut juridique. Comme mentionné ici est que je place au-dessus du vindicta "

(Gaius, institutions Gaius 4.16)

et donc il dit qu'il a demandé à la fétuque (une tige que les Romains appelaient vindicta, d'où le nom de la manumissio) Sur l'esclave ou suspect. Le défendeur doit alors mettre en place le controvindicatio pour vous assurer que l'acteur serait pas approprié les res et a saisi l'objet ou de la personne comme strapparselo, selon certains chercheurs, cependant, conteste le plus archaïque à l'époque vraiment arrivé et il était non seulement symbolique. De là, il a laissé en garde le juge et la promesse sacrement au nom de Jupiter Tout d'abord l'acteur et le défendeur (en particulier dans la période Archaïque devaient se faire sentir profondément et qui n'était pas le propriétaire de la peur des dieux et ont fait le sacrement). Le sacrement consistait dans la pratique de déposer 5 moutons ou des bœufs, et le parti dominant qui avait fait le sacrement iustum pourrait retirer son tandis que d'autres ont été sacrifiés en expiation; puis il a été modifié par lex Aternia Tarpeia.

  • Manus iniectio: Ce fut un acte de l'exécutif, ancienne presque autant que legis sacramentum actio in rem attemptable plus récemment que dans les cas prévus par les lois. Dans le plus ancien avant douze tables Il a probablement été effectuée sans confession ou antérieure opinion ou non iudicatus aussi bien que prévu après la douze tables.
  • Sacramentum in personam: Cette nouvelle du sacrement réel et l'intervention dérivé vindex à Manus iniecto, donc il a fait sans ius vocatio parce que le Vindex était déjà présent au tribunal.
  • Pignoris Capio: Ce ne fut pas exactement un actio legis parce qu'il n'a pas participé ni le tyrannosaure, ou encore le juge d'instruction et parfois il n'y avait même pas un défendeur, à travers ce actio l'acteur qui devait encore fournir des mots précis ont pris la chose a promis. Gaius qui nous parle de cette riferimenro il y a aussi actio mœurs en plus de douze tables et quelques leges.

notes

  1. ^ Les institutions de la page sommaire de droit romain 45
  2. ^ selon des sources Justinien I 1,22

bibliographie

  • Mario Amelotti, Donne un aperçu de l'histoire du droit romain, sous la direction de Mario Talamanca, Giuffre, 1989, p. VIII - 762, ISBN 88-14-01823-5.
  • Giovanni Pugliese, Les institutions de droit romain, avec la collaboration de Francesco Sitzia et Letizia Vacca, Torino, Giappichelli, pp. 1057, ISBN.
  • Giovanni Pugliese, institutions de droit romain - résumé, avec la collaboration de Francesco Sitzia et Letizia Vacca, Torino, Giappichelli, pp. VIII - 567, ISBN.
  • Sesto Pomponio, Pomponii de juris fragmentum origine, reconna. et adnotatione instruxit critique F. Osannus, 1848, ISBN.
  • Riccardo Orestano, Les faits de la normalisation dans l'archaïque romaine, Turin, 1967, p. 280 p, ISBN.
  • Talamanca Mario, Les institutions de droit romain, Giuffre, 1989 ISBN.
  • Mario Amelotti, Donne un aperçu de l'histoire du droit romain, sous la direction de Mario Talamanca, Giuffre, 1989, p. VIII - 762, ISBN 88-14-01823-5.
  • De Francisci, primordia civitatis, ISBN.
  • Antonio Guarino, Histoire du droit romain, ISBN.
  • Antonio Guarino, origines quiritarie, ISBN.
  • Pietro Bonfante, Les institutions de droit romain, ISBN.
  • Bernhard Linke et Michael Stemmler, Mos maiorum: Untersuchungen zu den Formen der Identitätsstiftung Stabilisierung und in der Republik Römischen, Stuttgart: (Br.) F. Steiner, 2000, 219 pages, ISBN 3-515-07660-3;
  • Hans Rech, Mos maiorum. Wesen und der Wirkg Tradition in Rom, Lengerich i. W., 1936.
  • Carla Fayer, les aspects de la vie quotidienne dans la Rome antique: des origines de l'âge - Rome monarchiques: L'Erma di Bretschneider, 1982. - 317 p.
  • Rome archaïque et découvertes archéologiques récentes: journées d'études en l'honneur de U. Coli, Florence, 29 au 30 mai 1979. - Milan: Giuffre, 1980. - VIII,
  • Gennaro Franciosi, la famille et les gens dans la Rome antique: de l'âge archaïque à la principauté - 3. éd. - Torino: G. Giappichelli 1995!. - 256 p
  • Federico D'Ippolito, juristes et universitaires dans la Rome antique - Roma [etc.]: Yale University Press, 1986. - 121 p.
  • Francesco Sini, documents sacerdotales de la Rome antique - Sassari: l'édition Bibliothèque Dessi.
  • La religion romaine archaïque / Georges Dumezil; avec une annexe de la religion des Étrusques; édition italienne et traduction par Furio Jesi. - Milano: Rizzoli, c1977. - 614 p. ;
  • Lois et coutumes dans la société primitive / Malinowski; introduction d'Antonio Colajanni. - Roma: Newton Compton, 1972. - 166 p. : Ill. ;
  • Michele Strina et Livia Rizzo, Institutions de Gaius, Traduits. - Rome: cinquième, 1952. - XV, 266 p.
  • Giuseppe Falcone, le commentaire du presse-papier le 4 institutions de Gaius - Torino: G. Giappichelli 2003!. - 192 p.
  • Le nouveau monde: la constitution romaine dans la Rome antique Histoire de Denys d'Halicarnasse / Lorenzo Fascione. - Naples: volumes Jovene.2: Volume 1 222 pages, 1988; 2e volume de 197 p, 1993

Articles connexes

liens externes