s
19 708 Pages

Empúries
Ampurias - Εμπόριον - Emporiae
Basilique paléochrétienne - Empúries - 2005-03-27.JPG
église paléochrétien à Empúries.
civilisation La civilisation grecque et romain
Epoca VI siècle avant JC
localisation
état Espagne Espagne
commun L'Escala
Carte de localisation
Empúries
[Plein écran]

Les coordonnées: 42 ° 07'59.99 « N 3 ° 06'29.99 « E/42,13333 3,10833 N ° E °42,13333; 3,10833

Carte de localisation: Espagne
Empúries
Empúries
Localisation de Empúries en Espagne.

Empúries Catalan (en espagnol Ampurias, en grec ancien Εμπόριον (emporion) Et latin Emporiae) Est un endroit dans la municipalité de L'Escala en Catalogne dans lequel il y a des ruines antiques. Son nom est signifier point de collecte de produits, comme le courant centre commercial.

Le site a été réglé par Grecs à partir de la première moitié de VI siècle avant JC (Le nom emporion signifie aussi le marché), puis par Romains qui étaient les premiers occupants alors alliés. Prospérer environ la moitié de la deuxième siècle, Il a refusé par la suite. avec chute de l'Empire romain d'Occident Il a été conquis d'abord par la Wisigoths, puis par arabe et enfin par Franks. en XIIe siècle Il est devenu une partie de Couronne d'Aragon.

La ville grecque

Fondé par le Focesi Massalia dans la première moitié de VI siècle avant JC le golfe du roses, la ville a d'abord été situé sur une péninsule appelée aujourd'hui Sant Martí d'Empúries et connu par les archéologues comme Paleàpolis ou la vieille ville. Par la suite, le règlement primitif étendu, vient à se structurer dans une ville voisine (Neápolis). Il avait une vocation purement commerciale et dès le début a été marqué par la présence de marchands Phéniciens et étrusque et une énorme population d'origine non seulement grecque, mais aussi ibérique. Ce dernier semble vécu dans une partie séparée de la ville, ou dans une vraie ville « parallèle »[1][2]. Entouré d'un mur d'enceinte puissante, Εμπόριον Il a atteint son apogée entre le V et IV siècle avant JC, principalement grâce au développement du commerce des céréales, des produits de « valléeEbro, Ils ont été exportés dans de nombreux centres méditerranéens, y compris Marseille, Athènes et Syracuse. Le centre ibéro Ullastret, situé à moins de vingt kilomètres de Empuries, a servi de centre de collecte et de stockage de céréales et d'autres produits agricoles qui ont ensuite été transmis à Empúries à vendre et d'embarquement[3]. Vers le milieu du IVe siècle avant J.-C. dans la ville a commencé à frapper leurs premières pièces.

BM 16.jpg GNS
Perséphone, trois dauphins rond Pegaso en vol. dessous ΕMΠΟΡΙΤΩΝ
AR drachme (4,85 g) de Εμπόριον inventé autour de 240 av

Au moment de sa plus grande expansion (IV siècle avant JC) Empúries avait une superficie d'environ cinq hectares, dont trois sont complètement urbanisées. Sa population errait, selon les meilleures estimations, entre un minimum de trois et un maximum de habitants quattromiladuecentocinquanta[4].

Aujourd'hui, la ville grecque, sont encore visibles: le sanctuaire Asclépios, qui contient une statue du Dieu qui est actuellement en Musée archéologique de Barcelone, dedidacato un temple à Sérapis, construit à côté de l'ancien ellenisica Sanctuaire d'Asclépios, une enceinte sacrée, une tour de garde, des réservoirs d'eau, maisons différentes, l 'agora et une colonnade ladite stoa (Arcades). Nous avons également reçu des mosaïques avec des inscriptions grecques: l'un de ces souhaits parfaitement lisibles à transitoires doux rêves (ΗΔΨΚΟΙΤΟΣ). Dans le voisinage immédiat stoa les vestiges de la plus ancienne basilique chrétienne ont été exhumés Εμπόριον.

La ville romaine

Au cours de la deuxième guerre punique, Empúries ouvertement dégrossi avec Rome. en 218 BC une armée romaine a débarqué dans le port[5] et la ville est devenue l'un des points forts de soutien à dell'Urbe Hispanie. Longtemps Εμπόριον a gardé son statut villes alliées, tout en devenant, en fait, une grande caserne[6] avec une garnison romaine screener du nord-est péninsulaire. À partir de 200 avant JC Il a commencé à mettre la ville romaine[7], adjacente à la précédente, qui a reçu une nouvelle impulsion après 49 BC, lorsque, par ordre de Giulio Cesare, Il a été déduit sur place une colonie de vétérans qui avaient combattu à ses côtés dans la péninsule ibérique. Depuis lors, selon les mots de Roger Collins, le Empuriae romain éclipsée en peu de temps Εμπόριον grecque[8] qui maintient également leur langue jusqu'à ce que augustéenne. Même à l'époque impériale la ville a maintenu une certaine prospérité au moins jusqu'au milieu de la deuxième siècle.

La colonie romaine, situé au-dessus et à côté du grec, a commencé à développer d'abord comme un camp militaire et plus tard aussi fort (IIe siècle avant J.-C.). à cheval sur la I siècle avant JC et le siècle Ils ont été érigés l'amphithéâtre, un gymnase, porches, villas et surtout le Forum, centre de la vie urbaine. La partie sud du trou a été occupé par des boutiques et des ateliers de différents types, y compris une boulangerie importante où vous pouvez encore admirer une meulière en assez bon état. Dans la partie nord du trou il y avait un marché avec deux longues rangées de sièges. Les deux villas romaines dénichées dans la zone urbaine ornait les sols de mosaïques (Ier siècle) encore parfaitement visibles bien que la qualité artistique médiocre.

La région est aujourd'hui un musée presque totalement plein air, ouvert au public: dans ses projections évocatrices à l'intérieur reconstituer l'histoire des anciens Empúries.

Galerie d'images

notes

  1. ^ Tito Livio, Ab Urbe condita Livre XXXIV, 9
  2. ^ Strabon, géographie (ΓΕΩΓΡΑΦΙΚΑ), livre III, 1, 8
  3. ^ . La relation privilégiée qui existe entre Εμπόριον et Ullastret, et la grande quantité de céramiques et objets d'art du goût hellénistique trouvé dans cette ville ont fait quelques archéologues pensent que ce centre riche, ibérique incontestablement, était une colonie grecque. Cette théorie a été complètement abandonné. Comparez à cet égard: Richard J. Harrison, España en los albores de su historia, Madrid, Editorial Nerea 1989, p. 112-114, ISBN 84-86763-21-5 Titre Orig, Espagne au bas de l'histoire, Londres, Thames and Hudson, 1988 (traduction de Javier Sanchez García Gutiérrez)
  4. ^ * José R. Pellón Íberos [de A à Z], La vida en el Iberia Durante primer Milenio antes de Cristo, Madrid, Espasa Calpe, 2006, p.39
  5. ^ Roger Collins, España, Guía arqueológica, Madrid, Acento Editorial, 1999, p. 55, ISBN 84-483-0458-6 (Titre original: Roger Collins, Espagne: un guide archéologique Oxford, Oxford University Press, 1998
  6. ^ les vestiges d'une forteresse romaine sont encore visibles dans IIe siècle avant J.-C. à l'intérieur des murs. Comparez cet égard, Roger Collins, Guía ARQUEOLOGICA Acento / Oxford España, Madrid, Acento Editorial, 1999, p. 58 ISBN 84-483-0458-6 (Traduction par Patricia Forde et Teresa Tellechea originale anglaise: Roger Collins, Espagne, un guide archéologique Oxford, Oxford, Oxford University Press, 1998)
  7. ^ Alfonso Moure Romanillo, Juan Santos Yanguas, José Manel Roldán, Vol. I Manuel de Historia de España, Prehistoria e Historia Antigua, Madrid, 16 Ed Historia., 1991, page 130, ISBN 84-7679-193-3
  8. ^ Roger Collins, Guía ARQUEOLOGICA Acento / Oxford España, Madrid, Acento Editorial, 1999, p. 55 ISBN 84-483-0458-6 (Traduction par Patricia Forde et Teresa Tellechea originale anglaise: Roger Collins, Espagne, un guide archéologique Oxford, Oxford, Oxford University Press, 1998)

Bibliographie (classiques)

  • Tito Livio, Ab Urbe condita Livre XXXIV, 08:09
  • Strabon, géographie (ΓΕΩΓΡΑΦΙΚΑ), Livre III (entièrement consacré Hispanie romaine)

Bibliographie (auteurs contemporains)

  • Roger Collins, Guía ARQUEOLOGICA Acento / Oxford España, Madrid, Editorial Acento, 1999, ISBN 84-483-0458-6 (Traduction par Patricia Forde et Teresa Tellechea originale anglaise: Roger Collins, Espagne, un guide archéologique Oxford, Oxford, Oxford University Press, 1998)
  • Richard J. Harrison, España en los albores de su historia, Madrid, Editorial Nerea 1989 ISBN 84-86763-21-5 Titre Orig, Espagne au bas de l'histoire, Londres, Thames and Hudson, 1988 (traduction de Javier Sanchez García Gutiérrez)
  • Alfonso Moure Romanillo, Juan Santos Yanguas, José Manel Roldán, Vol. I Manuel de Historia de España, Prehistoria e Historia Antigua, Madrid, 16 Ed Historia., 1991, ISBN 84-7679-193-3
  • José R. Pellón Íberos [de A à Z], La vida en el Iberia Durante primer Milenio antes de Cristo, Madrid, Espasa Calpe, 2006

Articles connexes

D'autres projets

  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Empúries

liens externes

autorités de contrôle BNF: (FRcb144812496 (Date)