s
19 708 Pages

Le soi-disant le scandale des appels impliqué une fraude sportive commis pendant le championnat football de Une série 1973-1974 et il a vu impliqué, les entreprises avec divers rôles, de Foggia et Vérone (Comme directement impliqués) et Sampdoria (comme les entreprises endommagées), ainsi que le joueur de football Italo-brésilien Sergio Clerici et l 'arbitre Gino Menicucci, de l'article Florence[1].

À la suite de cette histoire a été reléguée à Vérone série B 1974-1975, avec en Serie A repechage avec la Sampdoria, alors que Foggia a été infligé une pénalité au classement par six points[1].

le fait

Après la réunion du jour 26 Une série 1973-1974 dall'Hellas Vérone a gagné 1-0 Naples, tous les jours napolitain a apporté des nouvelles d'une conversation téléphonique entre le Président Saverio Verona Garonzi et footballeur Sergio Clerici (Puis l'attaquant Napoli mais Garonzi connu pour avoir combattu côte Hellas entre 1969 et 1971) dans lequel il a promis la première à la seconde, arrive à la fin de sa carrière, une aide pour ouvrir une concession de FIAT une fois de retour dans Brésil[2].

À la suite de cette révélation Foggia Il a demandé d'ouvrir un dossier au Bureau des enquêtes FIGC[2] que la société concernée par l'infraction qui aurait été commise par l'exécutif Vérone: à la fin du championnat le classement dans le domaine a vu le fait Hellas Vérone sauf quatrième de fond avec 25 points, tandis que les trois équipes reléguées en Serie B la saison prochaine sont, dans l'ordre, l'Foggia précité avec 24 points, la Sampdoria avec 20 points et la Gênes avec 17, et les erreurs commises par un gestionnaire pourrait être considéré comme la responsabilité directe de l'entreprise, entraînant la relégation de la même et les repêchages des équipes reléguées dans le domaine[1].

Le Bureau du Procureur fédéral a ouvert une enquête immédiatement après la fin de la saison, à la fin mai 1974; Garonzi a d'abord nié avoir contacté Clerici[2] mais aussi la même époque Clerici que l'entraîneur de Naples, le Brésilien Vinício, Ils ont confirmé l'appel téléphonique[2]; Pendant ce temps, les nouvelles avaient émergé d'une infraction possible par la même Foggia dont la co-secrétaire Giuseppe Affatato, au nom du président de la compagnie Antonio Fesce, il tenterait de corrompre l'arbitre dirigé par Florence Gino Menicucci avant la dernière réunion du championnat Apulie, contre Milan, en leur offrant une horloge chaque[2]. Menicucci a refusé et a immédiatement informé le Bureau d'enquête[2].

Le 1er Juin 1974 à renvoyé en jugement devant la Commission de discipline de la TNL ce qui précède Fesce et Affatato pour répondre, d'abord comme principal et celui-ci en tant qu'auteur, d'avoir tenté d'influencer le résultat de Foggia - Milan par la course et ses collaborateurs de l'agent de la corruption[3], aucune tentative a réussi pour l'agent de refus lui-même; Saverio Garonzi pour tenter de modifier les résultats de Hellas Vérone - Naples par la corruption d'un joueur de l'équipe adverse[3]; la société Foggia et Hellas Vérone pour responsabilité directe dans les infractions susmentionnées[3].

Le procès a eu lieu le 20 Juin prochain[4] et après quelques heures de débat à la demande du procureur fédéral Corrado De Biase était la relégation directe pour Hellas Vérone et six points de pénalité pour Foggia à être servi en la saison prochaine[5], mais la Cour a décidé de sanctionner les deux équipes trois points, pour être servi dans les championnats de leur mission (Hellas Verona en Serie A, à Foggia B), et de disqualifier Affatato et Garonzi pendant trois ans et trois mois pour Fesce[6]; Suite à cet arrêt et le procureur fédéral qui a eu recours à la Sampdoria Cour d'appel fédérale[6].

Un mois plus tard, le 18 Juillet, la CAF a totalement renversé la décision en première instance, en allant l'attribution directe Hellas Vérone dernière place du classement avec la relégation en Serie B en conséquence et déduit six points de Foggia actualisés dans la ligue vient de terminer: cette dernière peine a été décisive car elle a permis à la Sampdoria de sauver avoir passé au classement du Foggia, qui n'a donc pas bénéficié de la relégation dell'Hellas Vérone[7]; également déchéances inchangés imposées aux cadres sous licence[7]. Verona a tenté de faire appel au même CAF invoquant prétendus faits nouveaux qui nous faire reconsidérer la sévérité de la peine à la cour, mais ces faits n'ont pas été jugé suffisant pour rouvrir le débat et le 19 Septembre suite à l'appel a finalement été rejeté et le processus fermé sans possibilité d'appel[8].

Pour en savoir plus

  • Paolo Carbone, La balle truquée. L'infraction dans le football italien, Bologne, Livres Sport 2003 ISBN 88-87676-39-9.

notes

  1. ^ à b c Carlo Caliceti, L'autre côté de la balle,, en Football 2000, vol. 40, nº 4, Avril 2001, p. 63 ISSN 1122-1712.
  2. ^ à b c et fa Le refus de Garonzi, mais l'enquête se poursuit, en Print, 25 mai 1974, p. 17. Récupéré le 7 Octobre, 2013.
  3. ^ à b c Vérone et Foggia à un procès, en Print, 2 juin 1974, p. 18. Récupéré le 7 Octobre, 2013.
  4. ^ Giulio Accatino, Pour les infractions au procès aujourd'hui, en Print, 21 juin 1974, p. 17. Récupéré le 7 Octobre, 2013.
  5. ^ Giulio Accatino, Foggia et Vérone en Serie B?, en Print, p. 17. Récupéré le 7 Octobre, 2013.
  6. ^ à b Giulio Accatino, Vérone et Foggia au moins trois. On reste dans A, l'autre B, en Print, 23 juin 1974, p. 19. Récupéré le 7 Octobre, 2013.
  7. ^ à b Giulio Accatino, Samp en A, Vérone et Foggia à B, en Print, 19 juillet 1974, p. 13. Récupéré le 7 Octobre, 2013.
  8. ^ Giulio Accatino, A confirmé la condamnation de Vérone, en Print, 20 septembre 1974, p. 20. Récupéré le 7 Octobre, 2013.

Articles connexes

  • Serie A 1973-1974


Activité wiki récente

Aidez-nous à améliorer BooWiki
Commencez