s
19 708 Pages

flamme
titre original flamme
auteur Stephen king
1 re éd. original 2007
1 re éd. italien 2007
sexe roman
subgénero thriller
langue originale Anglais

flamme est un roman écrit par Stephen king entre la fin de 1972 et au début 1973,[1] publié jusqu'à ce que 2007, avec pseudonyme Richard Bachman, anciennement utilisé par un quintet de travaux publiés entre 1977 et 1984 (obsession, La longue mars, Travaux routiers, The Running Man et L'oeil du mal) Et une seule fois en années nonante (The Avengers).

Dans l'introduction au roman, intitulé « Avouons-le, » en date du 30 Janvier 2007, le Roi définit flamme le « cinquième trimestre » des premières œuvres publiées comme Richard Bachman (L'oeil du mal est, selon l'auteur, un livre « de Stephen King, » pas Bachman, bien que publié sous le pseudonyme)[2] et il reconstitue l'origine et des décennies d'oubli, jusqu'à ce que la redécouverte et la publication dans une version révisée, en concluant ainsi: « Ceci est un vieux roman, mais je crois que je me suis trompé de jugement au moment où un mauvais roman. »[3]

Les produits générés par la publication du roman sont destinés à la Fondation Haven, créé pour soutenir les artistes indépendants.[3]

intrigue

Clayton Blaisdell Jr., dit Blaze, a un physique puissant, est plus de deux mètres et une force herculéenne, qui ne devrait pas être égalé par son intelligence, un peu plus que celle d'un enfant. Après un hiver froid et sans grandes sources de revenus, sauf les petits larcins, l'homme prévoit l'enlèvement d'un enfant, de façon à vivre sur le revenu pour la vie. Le partenaire avec lequel il a conçu le plan est George, mais il n'y a rien de plus qu'un accouchement de tête Blaze, parce que s'il est vrai que George était une personnalité importante dans la vie au moment ne peut pas être en mesure de interagir vraiment, parce que le maintenant mort depuis trois mois. Seul, Blaze a toujours réussi à mener à bien l'enlèvement de Joe, le petit héritier d'une dynastie importante, aidé par ce qu'il croit invisible présence de George. Le long de la narration le lecteur se rend compte aussi de la vie passée de Blaze, l'incident qui l'a fait peu moins de retard, la vie à l'orphelinat, prison et d'amitié avec George, alors que le regard de la police et de la situation il devient de plus en plus dramatique. Avec les événements continuent la présence invisible de George croyait au début comme quelque chose qui vient de naître de l'esprit Blaze change visiblement, ce qui rend plus probable une présence surnaturelle qui guide Blaze.

Genèse du travail

Au moment du premier projet, l'auteur n'a pas été satisfait du résultat et n'a même pas proposé à un éditeur. Après avoir publié les premiers romans sous le nom de plume de Richard Bachman, il a essayé de le reprendre dans sa main, mais il a abandonné après quelques pages, ce qui confirme le premier jugement négatif.[2]

Un an après la publication Colorado Kid (2005) Dans la série Hard Case Crime, né de l'idée de faire revivre les vieux thrillers de poche noir et durs, Désireuse de contribuer en retour à ce projet Roi pensé publier pour la première fois depuis des années flamme.[4] En dépit de ses craintes que le manuscrit avait été perdu, cela a été retrouvé par son assistant dans la bibliothèque Fogler à l'Université du Maine, où il avait été stocké pendant plus de trois décennies.[4] La réinterprétation dissipés à la place une autre peur d'être confronté à une œuvre de jeunesse embarrassante: l'auteur a révisé sa note sur le roman, cette fois il a trouvé assez bon, mieux, par exemple, Travaux routiers,[4] digne d'être publié après réécriture correcte.[5]

Dans la mise à jour de l'histoire, le roi a choisi de laisser de vagues références à temps, pourquoi ne pas trop vieux, mais n'a pas pu éliminer certains éléments datés, mais fonctionnelle à l'intrigue. Le réglage peut être considéré soit « l'Amérique, pas si longtemps. »[3]

références littéraires

Dans l'introduction au roman, le roi écrit que relisant la télécommande a écrit plus de trente ans néoréalisme a rappelé avec une coupe criminelle James M. Cain et Horace McCoy, trilogie jeune Lonigan et le roman Tout sauf un coeur James T. Farrell, en plus d'être un hommage évident à Les souris et les hommes de John Steinbeck.[5] Dans la réécriture, il a adopté le style sec et rapide récit des meilleurs noir, en particulier la pensée Jim Thompson et Richard Stark.[5]

Mais la citation d'ouverture, avant l'introduction, est prise d'un autre genre d'auteur aimé par le roi, John D. MacDonald« Ce sont les bidonvilles du cœur. »

notes

  1. ^ Stephen King, flamme, Milano, Sperling Kupfer, 2007. ISBN 9788820043834 p. VII
  2. ^ à b Stephen King, op. cit., p. VIII
  3. ^ à b c Stephen King, op. cit., p. XII
  4. ^ à b c Stephen King, op. cit., pp. IX-X
  5. ^ à b c Stephen King, op. cit., p. XI

Editions

  • Stephen king, flamme, traduction Tullio Dobner, Sperling Kupfer, 2007 ISBN 978-88-200-4383-4.

liens externes

autorités de contrôle VIAF: (FR309280740