s
19 708 Pages

Lumière virtuelle
titre original Virtual Light
auteur William Gibson
1 re éd. original 1993
1 re éd. italien 1994
sexe roman
subgénero science-fiction cyberpunk
langue originale Anglais
série Trilogy du pont
suivie Aidoru

Lumière virtuelle (Virtual Light) Il est roman de science-fiction cyberpunk de William Gibson publié en 1993. Il est le premier livre de la soi-disant Trilogy du pont.

Le terme « lumière virtuelle », repris dans le titre, a été inventé par le scientifique Stephen Beck pour décrire un instrument qui produit des sensations optiques sans l'utilisation de photons[1].

intrigue

San Francisco, 2005. Chevette Washington est un cycliste de courrier dans un monde dominé par l'échange de données virtuel, fait vivre la fourniture de biens et d'informations selon la « ancienne », pour les protéger de les pirates.

Lors d'une livraison, agacé par un homme arrogant, parvient à mettre la main sur ses lunettes LV, elle ne parvient pas à utiliser dans un premier temps. Un type particulier de verres, capable de recréer un la réalité virtuelle en cortex visuel de qui les porte.

Chevette ne sait pas que beaucoup de gens sont prêts à tuer et chasser le pont, le refuge pour ceux qui ont perdu tous leurs biens en raison de Big One. Chevette trouver un allié dans un ancien flic, dont la vie a été détruite par une attaque de pirate; Cependant, leur chemin sera diffusée par la violence, assassiner et de chantage.

Editions

  • William Gibson, Virtual Light, Viking Press, 1993 ISBN 978-0-14-015772-7.
  • William Gibson, Virtual Light, traduction de Delio Zinoni, IperFICTION, intérieur jaune, Arnoldo Mondadori Editore, 1994, p. 260, ISBN 88-04-38470-0.

notes

  1. ^ (FR) La FAQ William Gibson (TXT) antonraubenweiss.com. Récupéré 17 Juin, 2007.

Articles connexes

Les deux autres romans de la trilogie du pont

D'autres projets

  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations de Lumière virtuelle

liens externes