s
19 708 Pages

« Et il pensait que peut-être aurait été partisan alors qu'il se tenait sur la dernière colline, regardant la ville et de penser la même chose sur lui et ses nouvelles, le soir du jour de sa mort. C'est la chose importante: qu'ils restent toujours un. »

(Johnny Partisan, Einaudi édition, p. 392)
Johnny Partisan
auteur Beppe Fenoglio
1 re éd. original 1968
sexe roman
langue originale italien

Johnny Partisan Il est un roman Beppe Fenoglio. Il est considéré comme l'un des romans les plus importants de la résistance et XXe siècle Italien. Cependant, Fenoglio n'a jamais été en mesure de publier dans la vie le même titre n'est pas un autographe, mais il devrait être attribué aux rédacteurs en chef de la première édition Einaudi (1968). Une grande partie de l'histoire, bien que fictive, ont été effectivement vécu par l'auteur en personne, et il est donc légitime de reconnaître une projection de l'auteur Johnny.[1]

intrigue

Le retour de Johnny

Johnny Partisan Il est la suite de beauté printemps, le roman publié par Garzanti en 1959 qu'il a joué un jeune étudiant Alba, surnommé « Johnny » par ses amis à cause de son amour pour littérature anglaise (Comme mentionné précédemment, cette projection claire autobiographique le même Fenoglio).[2] en ressort Johnny, un jeune sergent de l'armée italienne a dérapé après '8 septembre, retourné dans son langhe mourir dans l'une des premières actions du guerre partisane. En fait, ce dernier avait été informé par ses éditeurs de Fenoglio Garzanti (Entre autres, Pietro Citati). Johnny Partisan Johnny reprend l'histoire de retour à la maison après l'armistice au lieu d'adhérer immédiatement à résistance, Johnny se réfugie avec sa famille, qui imbosca dans une villa dans les collines.

Johnny devient partisan

Après avoir vécu pendant un certain temps, la dell'imboscato de vie monotone et angoissé, Johnny prend part à une émeute devant le poste de police pour la libération de certains prisonniers. À la suite de cet épisode, Johnny, a également poussé par ses anciens professeurs du secondaire Pietro Chiodi et Leonardo Cocito, Il décide de partir Alba et la famille, et de se joindre au premier groupe de partisans elle rencontre langhe. Pietro Chiodi a été le premier traducteur de Être et temps Martin Heidegger, dans les pages de l'enregistrement roman de Fenoglio cette conversation: « Quand à la maison, je me lu une heure de mon Kierkegaard, puis je dors jusqu'à ce que l'avenir lointain - est toujours avec Kierkegaard - Mon fils Kierkegaard peut très bien utiliser une vie? ».

Tout d'abord Johnny joue dans formation communiste (Red Star ou les « rouges »), commandés par Tito et le commissaire Nemega, mais pas approuver le 'idéologie et la désorganisation. Mais, après les premières actions guérilla, les partisans font l'erreur de faire prisonnier un officier allemand capturé par hasard lors d'un accident de la route: les représailles de allemand est immédiat, les partisans de Tito sont massacrés ou capturés et le groupe partisan débande. Johnny, qui a réussi à échapper au raid, a saisi l'occasion de revenir en arrière Alba puis rejoindre le partisans Badoglian, modérée et la classe moyenne et les milieux militaires. Même la transition des formations communistes à badogliane est une référence claire à la biographie de l'auteur.

Le printemps et l'été

Il est le printemps 1944. Johnny situé entre badogliani Langhe (également connu sous le nom « bleu », et plus précisément, ils sont l'une des deux divisions de la formation des Langhe "1 Divisions du Groupe Alpine« Dont le commandant est Enrico Martini Mauri, dans le roman aussi appelé lampus) de commandant du Nord une organisation plus adaptée à son idéal militaire et pourtant, même ici, il y a des erreurs et la naïveté. En particulier, bleu ont tendance à fonctionner comme une armée régulière occupant des postes, alors que Johnny préférerait participer à des opérations guérilla réel. Johnny trouve son cousin, Luciano, et est affecté comme commandant en second à la petite couverture de Mango, commandée par Pierre (Piero Ghiacci). Au cours d'un raid de chemises noires Il a pu mettre en pratique ses idées conduite pris en embuscade la queue du convoi fasciste. En été, alors que les Allemands sont occupés avec les Alliés, les Partisans ont un contrôle quasi langhe, afin qu'ils puissent profiter d'un vrai pays équitable Santo Stefano Belbo.

La prise d'Alba

en Octobre 1944 les fascistes de Légion Muti et Brigades noires En outre, ils abandonnent leur base Alba, que Il est tellement occupé par les partisans de langhe, les deux communistes Badoglian. Même Johnny, qui avait explicitement exprimé ses doutes au nord de l'opération, jusqu'à Alba (Et au moins dans le premier projet va saluer la famille). Mais, dans son cœur, il sait que les partisans ont aucune chance de tenir la ville pendant l'hiver, et que la « prise d'Alba » est susceptible d'exposer la citoyenneté de représailles nazies. En fait, après une longue accalmie en raison de l'inondation de la rivière (le fameux "23 jours d'Alba« ), Au début de Novembre Alba, il est attaqué dur Les quelques centaines de partisans restants pour défendre battre en retraite. Johnny est parmi eux.

Le long hiver

la alliés Ils sont encore loin, et les choses commencent à aller mal pour les partisans des Langhe. Le « Azzurri » attend avec impatience un parachutage d'armes et, à diriger Badoglian, par Anglais. Mais c'est précisément la date fatidique lancement pour attirer l'attention nazi, qui réalisent une énorme opération de ratissage, tandis que d'autres lancements sont interceptés par les communistes. Johnny et ses camarades doivent fuir une fois de plus, les pages qui racontent cette fuite éperdue à travers les collines, au Alpes Ligurie, sont peut-être le plus intense du roman. se réparer avec des amis et Pierre Ettore dans la maison d'un paysan, Johnny écoute la radio message général Alexander qu'il demande des partisans de se disperser pendant l'hiver pour se substituer à le coup final au printemps. Lors d'une réunion clandestine, du Nord confirme l'ordre. ( « Nous cessons d'être des hommes, maintenant et pour longtemps, nous ferons les marmottes. Il est brutal, rapide épuisant mais nécessaire »). Bientôt Pierre, gravement malade, décide de se réfugier dans la ville de Neive à la famille de la mariée. Johnny commence son solo partisan d'hiver. Certains partisans, cependant, se trouvent mystérieusement assassiné, probablement un espion dans la région est active. Lors d'une expédition dans le brouillard pour obtenir des médicaments à la pharmacie, Johnny évite la capture par les fascistes, mais à sa place capture Ettore (note plus autobiographique, qui raconte l'histoire vécue par son ami Ettore Costa). Le lendemain, Johnny attrape un fasciste (en fait un pauvre déserteur) pour échanger avec Hector, mais probablement l'échange, confié à un prêtre, non sans succès parce que les nouveaux dirigeants ne l'acceptent pas. Après cela et d'autres embuscades et des raids, Johnny reste le seul partisan sur la colline, et est hébergé par une veuve âgée. La longue histoire d'hiver se termine lorsque Johnny cherche et tue l'espion, qui cachait ses activités derrière les cuirs de couverture marchand.

La fin de Johnny

Le 31 Janvier 1945 Johnny est parmi les cent hommes « délavées, fané, goccianti et frissonner » participant à « reimbandamento » des partisans bleus. Parmi eux est même Pierre, guéri, qui prend le commandement de la garnison Mango. La reprise des hostilités, cependant, semble très décevant: peu et mal armés, les partisans qui ne peuvent pas quitter le pays mangue l'arrivée des fascistes. À contrecœur, Johnny et Pierre doivent prendre leur retraite à nouveau.

Dans le premier projet de leur évasion, cependant, il est interrompu par l'arrivée du père du Nord, un vieux combattant qui leur fournissant des munitions et les encourage à « attraper leur arrière-garde. » Encouragés par la discussion, les partisans courir après les fascistes et les impliquer dans un conflit au feu: le père du Nord se fait tirer dessus et meurt peu de temps après (l'épisode - réel et en date du 24 Février, 1945 - Nord du père est absent du deuxième projet, puis édition Einaudi édité par Dante Isella).

L'épisode se termine également le premier projet de roman: Le regretté Pierre dit que « ce fut un gâchis, » et Johnny répond: « Mais il devait être fait » (citant les mots juste avant l'attaque).

Dans le second projet, cependant, les partisans quittent Mango et Fenoglio suggère que Johnny trouve sa mort dans la fusillade, deux mois après la libération, dans une composition non limitée et, peut-être délibérément, vagues et incomplètes, « Johnny se leva avec le pistolet de Tarzan et semi-automatique ... Deux mois après la guerre était finie ».

L'histoire éditoriale

La publication de l'histoire partisan Johnny Il est l'un des plus complexe et controversé de XXe siècle Italien. Le roman, comme on le sait, a été publié à titre posthume, dans une version qui (comme maintenant démontré le philologue Maria Corti) Mélangé arbitrairement deux courants d'air différentes, à la fois acétal et peu précis (en particulier la deuxième):

  • Le premier projet a été divisé en chapitres, mais n'a pas commencé la première, mais de la « seizième », qui dit que le « » cover-up « de Johnny dans la maison de campagne. Ce script a été écrit dans un curieux mélange de l'italien et l'anglais (les critiques alors soprannomineranno « fenglese »), avec de nombreux néologismes et anglicismes.
  • Le deuxième projet a été divisé en blocs plus importants et a montré un plus petit nombre de nouveaux mots et termes anglais. Le récit, plus concis, en commençant par l'expérience de Johnny partisans communistes, Il a volé sur plusieurs épisodes de contenu dans le premier, et a pris fin en suggérant la mort du personnage. Notez que si les deux projets sont interrompus au même point dans l'histoire, que dans le second projet aura l'impression de ne pas être en face d'une interruption, mais le récit final. Le deuxième projet est encore incomplète et complète des variantes d'auteur qui sont encore loin de la stabilité d'un projet final et prêt pour l'impression.

L'édition des conservateurs Einaudi la 1968 Ils reposaient principalement sur le deuxième projet, en utilisant la première pour les chapitres d'ouverture. L'idée (la défense, de manière critique, par Eugenio Corsini) était que la fin Fenoglio la cinquantaine Il travaillait sur un grand roman « presque » autobiographique sur résistance, la poursuite idéale beauté printemps, qui intégrerait des thèmes déjà présents dans ses autres romans et nouvelles.

à Maria Corti, à la place, Johnny Partisan Il devait être considéré comme le premier et non le dernier, par Fenoglio, probablement écrit à la fin des une quarantaine d'années. Dans la première version, sans doute, l'auteur pensait à un seul travail « liés à des événements entre 1940 et 1945« (Comme dans 1957 il écrit Italo Calvino, il avait publié ses premières œuvres pour Einaudi): l'histoire de Johnny dans l'armée, puis les partisans. A la suite Fenoglio avait tourné la première partie de ce grand travail beauté printemps et, d'accepter une suggestion des rédacteurs en chef de Garzanti, Johnny devait mourir à la fin de ce roman, qui est, peu après '8 septembre 1943. Mais en acceptant de « tuer » Johnny, Fenoglio avait pratiquement renoncé à publier entièrement le reste de l'histoire et, en fait, au cours des années plus tard, il avait emprunté à l'autre le matériel pour d'autres romans (Une affaire privée et des histoires Les vingt-trois jours d'Alba).

La controverse impliqué philologues et critiques, et il semblait tourner en faveur de Maria Corti, que 1978 il a publié une édition critique des œuvres de Fenoglio où les deux projets de roman Ils ont été signalés en plein (à côté à un autre texte très intéressant, tout en anglais, baptisé par Short Ur-Partisan Johnny). L'édition critique n'a pas eu la même chance de l'entreprise d'édition 1968: Alors que la version la plus connue et lire la partisan Johnny il reste à ce jour.

La nouvelle édition éditée par Dante Isella en 1992 puis révisée en 2001 (encore une fois pour Einaudi, avec l'ouverture d'un important essai critique sur la langue Fenoglio) changement est l'édition de 1968, est la critique organisée par Maria Corti, proposer un texte qui combine les première et deuxième versions, mais correctement et donner la clarté du texte. Cependant, Isella a intégré quelques épisodes seulement présents dans le premier projet dans le second, en se concentrant sur la travaux en cours Auteur: il est important de l'épisode du père du Nord et son discours aux partisans, et sa mort subséquente, est complètement omise.

en 2003 cette version a été réimprimé pour un classique du XXe siècle avec le collier de journal la République: Une autre preuve d'intérêt ne s'effaça le public pour cette roman. Maintenant disponible dans une nouvelle édition tous les romans par Gabriele Pedullà 2012 et toutes les histoires par Luca Bufano 2007.

En 2015 est sortie avec le titre Le livre Johnny, par Gabriele Pedullà, une version innovante du texte, qui comprend l'idée de restaurer le processus narratif de la vie du personnage, les années de lycée à Alba dans la guerre civile avec les partisans. Fragment par fragment, est ensuite reconstruit dans un grand cycle du continuum roman.

A noter que dans adaptation de film le directeur du roman Guido Chiesa Il se réfère explicitement au premier projet, qui ne se termine pas avec la mort possible du protagoniste, mais avec le dialogue Pierre et Johnny, même si le réalisateur a ajouté la scène finale de Johnny continue à tirer alors que Pierre lui dit de se retirer, mais le film se termine par un coup de feu et le mot « Deux mois après la guerre était finie, » le sort incertain laissant de Johnny.

Editions

  • Johnny Partisan, par Lorenzo Mondo, Collier Supercoralli, Einaudi, Torino, j'éd. Juin 1968 - 1997, pp. VI-372.
  • Johnny Partisan. L'Odyssée de la guérilla, Collier Autruches 9, Einaudi, Torino, 1970-1997.
  • Travaux. Volume I.I: Ur partisan Johnny. Sous la direction de John Meddemmen. Traduction de Bruce Merry, Collier série NUE.Nuova 53/1, Einaudi, Torino, 1978.
  • Travaux. Volume I.II: Johnny Partisan. Sous la direction de Maria Antonietta Grignani, Collier série NUE.Nuova 53/2, Einaudi, Torino, 1978.
  • Johnny Partisan. Avec un essai de Dante Isella, Collier ETascabili, Einaudi, Torino, 1994-2004; Collier super ET, Einaudi, 2005-2014.
  • Beppe Fenoglio, Johnny Partisan, Commentaire de Claudio Milanini, Einaudi Scuola, 2001, p. 506.
  • Le livre Johnny, par Gabriele Pedullà, Lectures Collier, Einaudi, Torino, 2015, ISBN 978-88-06-22543-8, pp. 500.

notes

  1. ^ Walter Fenoglio: "Je me suis battu avec Johnny"
  2. ^ Le nom est probablement un hommage, comme Milton de Une affaire privée, le poète anglais John Milton, auteur paradis perdu, l'un des auteurs préférés de Fenoglio.

D'autres projets

  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations de Johnny Partisan

liens externes

autorités de contrôle BNF: (FRcb14516079h (Date)