s
19 708 Pages

le prisonnier
titre original la Prisonnière
Proust La Prisonnière 1923.jpg
auteur Marcel Proust
1 re éd. original 1923
sexe roman
langue originale français
série À la recherche du temps perdu
précédé par Sodome et Gomorrhe
suivie le fugitif

le prisonnier (la Prisonnière) Il est le cinquième volume du travail Marcel Proust À la recherche du temps perdu (À la recherce du temps perdu).

Chaque Autres activités d'édition

Sorti en 1923, c'est le premier volume qui sera publié après la mort de l'auteur en 1922. Proust ne pouvait même pas voir les preuves.[1]

Quelques fragments sont apparus sur Nouvelle Revue Française avant que la totalité du volume publication: deux fragments de 1922 (Le regarder dormir et Mes Réveils), Et deux autres en 1923 (Une matinée au Trocadéro et La Mort de Bergotte).[2]

questions

Parmi les volumes il y a des thèmes récurrents qui sont: le temps et la mémoire, de sorte que l'histoire de l'auteur des expériences autobiographiques. Par rapport aux autres volumes de cette importance particulière est la question de la jalousie. Il est intitulé le prisonnier parce que le narrateur de la jalousie décide d'incarcérer sa bien-aimée, Albertine.

intrigue

Le narrateur raconte sa vie avec Albertine, dont il est très jaloux.

Marcel, avant de se marier Albertine, est victime d'un sentiment d'appartenance et de jalousie morbide contre lui. Le narrateur se sent probablement de cette façon après avoir appris certains des événements trahison qui concernaient la relation homosexuelle du baron Charlus; pourquoi il ne garde la jeune fille, accusé d'avoir des relations homosexuelles et, à la fin, essayer de l'emprisonner dans sa maison, en profitant de l'absence de ses parents. Cette prison sera maintenue pendant un court laps de temps à Albertine, qui décident de fuir de chez eux en secret. En fait, à la fin du livre, Marcel découvre que la Françoise Albertine domestique a quitté la maison et il a laissé une lettre d'adieu.

Editions

  • Marcel Proust, À la recherce du temps perdu III, Édition établie et présentée par André Pierre Clarac et Ferre, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1954.

Traductions italien

Aujourd'hui, les éditions de référence de ce volume sont considérés comme les Einaudi, édité par Mariolina Bongiovanni Bertini, avec la traduction de Paolo Serini, et celui de mondadori, avec le texte traduit par Giovanni Raboni et les soins Luciano De Maria.

  • 1951 (et 1967), Paolo Serini, Einaudi
  • 1989 Giovanni Raboni
  • 1990 Giovanna Parisse, Orsa Maggiore, puis Newton Compton
  • 1991 Maria Teresa Nessi Somaini, Rizzoli

notes

  1. ^ Proust, p.1057
  2. ^ Proust, P.1058

bibliographie

  • Guido Baldi, A partir du texte et de l'histoire, l'histoire du texte (volume G - Parmi le début du XXe siècle et la période entre les deux guerres), Pearson, 2005 ISBN 88-395-3007-X.
  • Christophe Desaintghislain, Français, Littérature Methods (volume B: XIXe et XXe siècles), Zanichelli, 2005 ISBN 88-08-00563-1.

Articles connexes

D'autres projets

  • Il contribue à Wikisource Wiktionnaire: Il contient une page français de le prisonnier
  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations liées à le prisonnier

liens externes

autorités de contrôle VIAF: (FR215056702 · GND: (DE4622636-9 · BNF: (FRcb15539123f (Date)

Activité wiki récente

Aidez-nous à améliorer BooWiki
Commencez