s
19 708 Pages

Remarque disambigua.svg homonymie - Si vous êtes à la recherche d'une municipalité espagnole, voir Torrent (Valencia).
Torrente
le ruisseau Ambro, près de montefortino, en Parc des Monti Sibillini

un ruisseau, en hydrographie, Il est un cours d 'eau caractérisé par un régime extrêmement variables en termes de sortie[1].

définition

un ruisseau, tel que défini par Ardito Desio, Il est:

«Cours d'eau permanent ou temporaire, équipé d'une vitesse moyenne élevée, régime variable et caractérisé par une forte et pleine d'extrême maigre. Le ruisseau est un corps hydrologique de caractère jeune qui se traduit par ses transformations morphologiques profondes lit et continues. »

(ingénierie de géologie appliquée, Ardito Desio, ed.Hoepli, 1973, Page 225)

Quant à l'individu cours d'eau, on peut observer au niveau toponomastico et cartographier la distinction entre non fondée sur les rivières de critères objectifs et cours d'eau (tels que la portée, la longueur, la largeur des hanches ...) mais découle plutôt de facteurs historiques ou culturels. Cours d'eau de long, avec cours considérables et variables relativement peu dans le temps sont en effet appelé flux dans les zones riches en eau tandis que dans les régions plus arides sont souvent appelés rivières des cours d'eau sur l'hydrologie des performances tout aussi erratique. Même au niveau de la réglementation de nombreuses commandes ne prévoient pas une distinction claire entre rivières et flux.[2][3] Par exemple, le 'orco, qui vient sur le côté du Pô Alpes occidentales, est considéré comme un cours d'eau, tout en ayant un été plus importante mesure, alors que le 'Entella, que par "Apennin ligure jusqu'à la mer, en disparaissant presque complètement dans la saison chaude est mappée rivière.

Le hydronyme générique ruisseau Il est la source latin. Certains auteurs mettent à tollere (emporter et, dans un sens large, éroder), Tandis que d'autres le font dériver au lieu du verbe torrere (sec).[4]

morphologie

Torrente
cône de déjection alluviale à la fin de Halltal (Mils bei Salle, Tyrol).

En général, les flux sont créés en amont dans un bassin sous la forme d'un entonnoir qui se termine dans un canal de drainage des eaux de pluie et où canalisé matériaux alluvionnaires. souvent, la rivage caillouteux du flux est constitué de roches et de pierres érodées par l'eau sur le fond ou transporté par celui-ci.

Après un trajet généralement en amont, caractérisé par une pente considérable de 'lit de rivière les cours d'eau créent souvent, à sa sortie dans une vallée plus large ou dans une zone plate, cônes alluviaux où ils accumulent, à la diminution de la pente forte, matériaux alluvionnaires[5]. Le flux peut recevoir de l'eau d'autres flux ou les flux convergent, puis en rivières, lacs, d'autres flux ou directement dans mer.

régime

Torrente
la Argentine flux presque complètement sec

Par rapport à une rivière le flux manquant généralement par nourrir sources régulière et constante et présente une alternance remarquable entre le maigre été et plein automne et ressort (torrentiel[6]) En collaboration avec les différents régimes les caractéristiques des précipitations interannuelle. En outre, contrairement à une rivière, un ruisseau peut rester sec, dépourvu d'eau.

En se référant à cette caractéristique, les flux sont divisés en permanent (Lorsque le réservoir garantit toute l'année dans les eaux de ruissellement autour de leur lit) sempermanenti et temporaire. Les cours d'eau permanents proviennent généralement de tirage reliefs et pendant l'hiver, il accumule une grande masse de neige, ce qui est peu à peu perdu pendant les mois les plus chauds. ceux temporaire Au lieu de cela, en plus d'échouement par temps chaud, ils peuvent également se produire sans eau pendant l'hiver et prendre des mesures seulement contre la précipitation d'une certaine importance. Des exemples de ce type de cours d'eau sont fiumare des zones semi-arides de la le bassin méditerranéen.[7] D'autres exemples de cours d'eau temporaires sont Arroyo (Amérique centrale) Et la oued (Afrique du Nord).

parfois disparition L'eau est seulement apparente, en ce sens que l'écoulement se poursuit dans le sous-sol et est masquée par un matériau détritique qui forme le lit du cours d'eau. Expérimentalement, il peut être facilement vérifiée en creusant dans le lit de la rivière jusqu'à ce qu'il rencontre la aquifère.[7]

Comparaison temporaneo.jpg flux permanent
agrandir

Le schéma annuel de l'écoulement d'un courant temporaire (lerone) En comparaison avec celle d'un cours d'eau permanent (Sessera)

Les courants, ou au moins certaines parties de leur course, se caractérisent généralement par une forte action érosif, par une remarquable capacité à le transport des sédiments, même les grands matériaux, et des crues soudaines.[8]. Cela peut causer des dommages aux zones résidentielles et les voies de transport souvent dans l'histoire de l'homme qui a changé le cours des cours d'eau pour limiter les dégâts et profiter de la transporter dans l'eau filières, ou elle a modifié ou modifié le chemin naturel avec des œuvres de différents types (par exemple. brides) Ou a encore endigué les banques.[9]

Des exemples de flux

Torrente
Le Schwarzach dans la partie supérieure Defereggental
Torrente
L 'agogna, un courant le long d'environ 140 km

Voici quelques exemples de cours d'eau.

Autriche

  • Schwarzach (Tyrol oriental), Tributaire dell 'Isel né au installateur
  • Kalserbach (Tyrol oriental), Tributaire dell 'Isel qui a commencé comme émissaire lac Dorfersee
  • Tauernbach (Tyrol oriental), Les résultats dans 'Isel à matrei

Italie

  • Breggia (Lombardie/Tessin): Short Creek alpin avec prise en lac de Côme
  • orco (Piémont): Big torrent de montagne qui après la libération vallée du Pô le long d'une longue étendue avant de se jeter dans Po
  • parme (Emilie-Romagne): Flux large Apennins affluent rive droite la Po
  • Bisagno (Ligurie): Courant Apennine avec prise directe dans mer ligure après passage à travers le centre de Gênes
  • Ombrone Pistoiese (toscane): La pente de courant Apennine Tyrrhénienne, affluent 'Arno
  • Castellano (Marche): La pente de courant Apennine adriatique, affluent Tronto
  • La Haye (Lazio): Courant Apennine, affluent la rive gauche la Tiber
  • Solofrana (Campanie): Affluent du ruisseau Apennins de la rivière Sarno par le biais d'une dérivation buse
  • Amendolea (Calabre): Long fiumara Apennine avec prise directe dans mer Ionienne
  • Kemonia (Sicile): Le flux palermitano dont le cours a été enterré depuis un long tronçon et dévié par rapport à la trajectoire initiale

notes

  1. ^ article ruisseau le dictionnaire Treccani en ligne
  2. ^ Cours de droit civil selon le code français, Alexandre Duranton, à la page 260; Bibliothèque de Minerve Subalpina, 1841, voir Google books
  3. ^ Magazine du droit public et l'administration publique en Italie: la justice administrative, Volume 6, Partie 2, année 1914, page 492, voir Google books
  4. ^ Écoutez le Tibre: un voyage à travers les noms de lieux et de la nature dans la vallée du Tibre, Antonello Lamanna, Euro Puletti, Piero Salerno, était nouvelle, année 2000, voir Google books
  5. ^ environnement Collins, Gremese 1998, la page 72, voir Google books
  6. ^ Toutes les sciences de la terre, Laura Massaglia, éd. De Agostini, 2006, voir Google books
  7. ^ à b Ardito Desio, ingénierie de géologie appliquée, Hoepli, 1973, p. 225-227.
  8. ^ Pêche: apprendre et pratiquer l'art de la pêche en eau douce et en mer: les environnements, les techniques, les poissons, Alfredo Caligiani, de Agostini; voir Google books
  9. ^ Divers auteurs, ingénieur-architecte et ingénieur agronome Journal de, Milan, Saldini, 1858.

Articles connexes

  • bassin versant
  • rivière
  • fiumara
  • Arroyo (stream)
  • ruisseau
  • oued
  • Roggia
  • Canyoning

D'autres projets

liens externes