s
19 708 Pages

storyboard
Scénarimage 4 séquences à une hypothèse de publicités

storyboard Il est un terme Anglais ce qui signifie littéralement « la table (bord) Histoire (histoire, comprise comme une histoire) « et est généralement utilisé pour indiquer la représentation graphique, sous la forme de séquences conçu dans l'ordre chronologique, de coups un bandes dessinées ou d'une œuvre filmée, de la vie comme d 'animation. en italien Par conséquent, il pourrait être traduit par « scénario conçu » ou comme un « affichage d'idée directrice ».

description

Dans l'industrie de la bande dessinée, le story-board est la première et approximative affichage graphique dessins animés qui composeront chaque table l'histoire finale.

Dans le domaine du cinéma est une série de dessins, généralement plusieurs centaines, qui illustrent, image par image, qui est ensuite activée ensemble. En général, les dessins des mouvements sont indiqués appareil photo (Par exemple: « chariot avant » « Pano », ou) et les flèches indiquent la direction. Souvent, d'autres flèches, placées dans le cadre, indiquent les mouvements des personnages et des objets. Il est parfois décrit scène et ils sont présentés des passages de dialogue, ou que vous écrivez le type d'objectif que vous voulez utiliser, la lumière ou l'ambiance que vous voulez créer et, dans certains cas, est même rapporté le coût d'un coup de feu.

histoire bobine

Une forme plus avancée de story-boards, l'étape suivante dans la pratique dans l'un des processus d'animation, est le bobine histoire (Aussi appelé animatique): Il est monté storyboard en séquence à laquelle on ajoute une piste sonore temporaire (musique et voix des personnages), de manière à créer un film qui donne un sens du rythme et de l'aide à montrer de façon plus détaillée la scène par rapport à la story-board car elle marque l'action en temps réel.[1]

les origines

Le premier cinéaste à utiliser le story-board était probablement Georges Méliès.[2] Le processus de scénarisation, sous la forme dans laquelle il est connu aujourd'hui, a été développé Walt Disney pour son dessins animés.[3] déjà en 1927, pour la série de Oswald le lapin chanceux, son collaborateur Webb Smith a conçu le story-board complet de ses courts-métrages (à l'époque a été appelé croquis de continuité).[4]

Vers le début de une trentaine d'années, probablement à cause du succès de Walt Disney, presque tous les films produits par les studios utilisaient storyboards. Le phénomène est également expliqué par le fait qu'à l'époque les studios de realizzavano plus de 500 films par an et la gestion du produit fini (le soi-disant coupe finale) Il était fermement entre les mains des producteurs; d'avoir le story-board pour chaque film leur a permis de maintenir une production élevée sans perdre le contrôle de ce qu'ils finançaient. cependant Orson Welles, dont le contrat exceptionnel lui a laissé la liberté de création la plus complète (y compris la date fatidique coupe finale), Elle voulait storyboard très détaillée Citizen Kane et il a travaillé directement avec le directeur artistique Perry Ferguson; celui-ci les ont ensuite réalisé avec quatre illustrateurs qui ont travaillé sous ses ordres.

Cas d'utilisation

Le story-board est utilisé presque toujours, dans le monde entier, dans la préparation de messages publicitaires.
Ceci est principalement pour deux raisons:

  • Disposer d'un temps très limité pour présenter et annoncer un produit, il est évident que la séquence d'images doit être calculée que possible et calibré;
  • Le client de l'agence, à savoir ceux qui veulent faire de la publicité de leurs produits, souvent choisit sa place parmi un certain nombre de possibilités, qui sont présentées et illustrées par le story-board, qui prend un peu la fonction d'un catalogue.

De plus, même si la proposition est seul, le client, ne pas être un initié, il peut faire ses remarques et exprimer ses doutes, de quelque chose de beaucoup plus léger et beaucoup plus comme le point final, comment, pour lui, un scénario ou une échelle.

Le story-board est très souvent utilisé dans les films, quand vous avez l'intention d'utiliser les effets spéciaux optiques comme dans ce cas, il est de combiner différentes images dans un cadre unique, et être en mesure de montrer avant que le résultat final des images qui se chevauchent peut être très utile.
Le story-board est presque toujours utilisé pour voir les scènes d'un film à traiter par voie électronique, en post-production. Compte tenu du coût élevé de ces procédures, il est évident que la raison pour laquelle est utilisé: pour gagner du temps et de l'argent. Il est alors évident que, par un dessin, il est beaucoup plus facile pour un administrateur pour expliquer les effets visuels techniques, ce qui est l'image que nous voulons voir dans le film (il suffit de penser de l'homme en métal Terminator 2, ou aux dinosaures Jurassic Park) Et, pour l'entraîneur, faire une estimation pour la production.

En utilisant le story-board dans le monde du cinéma[citation nécessaire]« > Modifier | changer wikitext]

Le story-board est utilisé dans la plupart des films américains et anglais, en particulier l'action, et très rarement dans les films italiens et français.
Alfred Hitchcock il était certainement un amant; est assez bien connu le fait que dessiniez pleinement ses films, mais seulement avec la remise à zéro des archives de RKO, il est entendu jusqu'à ce point est poussé son perfectionnisme: gardé dans de grandes boîtes ont été trouvé des dizaines de milliers de dessins, pour la plus de couleur, illustrant ses films, coup pour coup. Hitchcock aimait dire qu'il considérait son film fini avant que je les tourne, et qui avait l'air très rarement dans le viseur de la caméra, donc il savait que le coup de feu serait l'équivalent de story-board photographique.
aussi Martin Scorsese Il a produit son premier film sur le papier, puis sur le plateau. lui-même tirer tous les coups de ses films.
aussi Kathryn Bigelow qui, avant de devenir metteur en scène, il était peintre, dessine ses propres storyboards. « Plus de peinture (...) dessin que mon story-board. Je fais des storyboards très précises, ainsi que voir toutes les scènes et, plus tard, le travail sur ces storyboards avec le directeur de la photographie. Mon storyboards sont toujours très précis, en particulier dans les scènes d'action ".
Spielberg, Au lieu de cela, il ne peut pas tirer, mais embauche à la place des artistes-hôtes storyboard pour ses films. avant de faire Jurassic Park il se mit à travailler sur les projets de cinq illustrateurs roman Crichton, avec le résultat que probablement l'auteur a été influencé par le story-board. Pendant des années, les storyboards ont été revus et corrigés, de façon à dire l'un des story-board-artiste qui a été fasciné par ce genre de lutte pour la survie qui ingaggiava entre un dessin et un autre.
Ridley Scott Il peut être appelé un véritable passionné du story-board. Pour lui, « chacun de ces dessins peu précis seul vaut mille mots ». Dans son film « l'engrenage de la production progresse avec storyboards », qui a « sauvé une quantité incommensurable de temps et fournir au directeur une idée claire de ses objectifs. »
aussi James Cameron attire tous les plans de ses films. Le directeur de titanesque et Terminator considère le story-board « un outil précieux pour la visualisation d'un film, qui, comme le mot écrit, peut être peu précis ou parfaitement défini, peut être suivie de manière rigide, ou jeté dans la poubelle, avec l'évolution de l'affichage du script ».
L'utilisation du story-board est si bien établi que le fait de ne pas l'utiliser peut prendre presque la valeur d'une contre-sélection, le rejet d'une tradition, d'un système de travail testé et consolidé au fil du temps.
Ne pas utiliser:

David Cronenberg, parce qu'il se sent comme une limitation à sa créativité;
Walter Hill la paresse, dit-il (mais il est vrai aussi que ses scripts sont développés pour des images individuelles, et « story-board verbale » ont été définies);

David Lynch, parce que « beaucoup de choses changent comme ils sont activés »;

John Carpenter, même s'il a utilisé dans ses premiers films, parce qu'ils préfèrent trouver les coups de feu sur le plateau.

Utilitaires

Le fait qu'un administrateur a des idées claires en ce qui concerne le thème, l'atmosphère et les émotions qu'il veut exprimer, ne signifie pas nécessairement qu'il sait clairement quelle est la meilleure façon de les voir.
Au cours de cette recherche, qui est l'âme du processus de création d'un film, le story-board peut parfois être utile.
Sa principale fonction est d'aider le directeur à trouver la meilleure façon de voir un événement, et remplit sa fonction, même quand il est jeté à la poubelle, au contraire: il est en défait l'hypothèse qui ne fonctionne pas le directeur acquiert une meilleure connaissance de ce il veut et comment il veut accomplir.

En plus de cela, nous pourrions définir sa fonction première, le story-board remplit de nombreuses fonctions secondaires.
Sa force réside dans le fait d'être fait avec les images; et, en ce sens, il peut devenir une vraie langue qui donne la chance au directeur de communiquer plus clairement ses idées à ses collègues, de discuter avec le directeur de la photographie, concepteur de production, avec des pilotes cascadeurs ou la production des dessins au lieu d'une idée.
Le story-board peut servir la production pour mieux comprendre les coûts d'une scène, ou même de clouer un directeur à ses choix, lui faisant signer les dessins comme un contrat, afin de ne pas conduire trop des coûts de traitement (qui est arrivé à Coppola, considéré comme un administrateur « dangereux » par les productions quand il a tiré Dracula). Il peut être utilisé pour déterminer si certaines scènes sont trop dangereux: Cameron après avoir regardé les storyboards, il a décidé de supprimer une scène dans laquelle la terminaison métallique est écrasé hélicoptère à l'intérieur d'un tunnel. Il peut être utilisé par le directeur de l'aide à comprendre combien et quels cadres (et donc combien de temps) servent au réalisateur pour tourner une scène et, sur cette base, faire le plan d'usinage. Il est également utile de comprendre quelles scènes le protagoniste sera remplacé par coup, et se préparer sur cette base l'ordre du jour, ce qui évite d'attendre inutilement à l'étoile, mais aussi à son double. En ce sens, il est également utile au directeur de comprendre ce qui et combien de gros plans du protagoniste doit faire croire au public qu'il est de s'assurer que l'action imprudente.
Il peut servir à résoudre, avec une séquence calculée d'images, un point très crédible du script (il suffit de penser des films comme True Lies ou Robin des Bois, ou à une série 007, Il est aussi le visionnaire du monde Brian De Palma). Ridley Scott dit: ..Ce qu'il semble tout d'abord impossible de filmer, qui prend forme lentement, image par image, le story-board.
Le story-board peut servir à trouver les meilleurs clichés si l'ensemble est petit, présente des obstacles, ou ne peut être filmé sur un ou deux côtés.
Il peut servir à un administrateur pour la première fois à traiter avant, au moins sur le papier, les problèmes auxquels seront confrontés pendant le tournage, renforce ainsi la sécurité sur l'ensemble, et limiter les dégâts qui pourraient provenir de manque d'expérience.
Il peut servir trousse un script que vous souhaitez proposer à un producteur. Parfois, en même temps que le texte écrit, en particulier si l'auteur a l'intention de se présenter en tant que metteur en scène, nous joignons quelques séquences storyboardate pour donner une idée du fabricant de coupe visuelle à utiliser dans le film, ou seulement de présenter un « paquet plus riche » avec l'intention de donner l'impression d'une certaine gravité. Kevin Costner il a tourné depuis longtemps pour les entreprises de production américaines qui demandent des fonds pour sa Danse avec les loups: Avait le script avec une couleur merveilleuse story-board du film.
Il peut servir un cinéaste américain d'avoir une sorte de coupe finale, sans se livrer à la production de son film, une technique souvent utilisée Brian De Palma que, surtout au début de sa carrière, avait le script avec le story-board complet de son film, ce qui en fait approuver et signer les producteurs pour concevoir le dessin, alors assurez-vous que rien ne changerait dans la coupe finale.

Logiciel storyboard

notes

  1. ^ (FR) Terry Hancock, « ​​Création d'un tir story-bobine mobile avec Inkscape et Blender » sur Magazine du logiciel libre le 7 Janvier 2011. Récupéré le 23 Juillet de 2012.
  2. ^ (FR) Jon Gress, [Digital] Effets Visuels et Compositing, New Riders, 2014, ISBN 9780133807240.
  3. ^ Mark Whitehead (2004). Pocket Animation Essentials p. 47. ISBN 9781903047460.
  4. ^ Anne Hollander (1989). Moving Pictures Alfred A. Knopf, Inc. p. 43. ISBN 9780394574004. Ir haut para ↑

bibliographie

  • D'un article de Paolo Morales a écrit pour le magazine Script 16/17 - Novembre '97 / Février '98. Article ensuite utilisé par Andrea Balzola et Richard Fish Storyboard. Art et technique entre le script et l'ensemble, Rome, Dino Audino, 2009. ISBN 978-88-7527-083-4. Des extraits du livre sont disponibles sur le site de 'éditeur.

Articles connexes

  • Celtx

D'autres projets

  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers story-board

liens externes