s
19 708 Pages

Remarque disambigua.svg homonymie - Si vous êtes à la recherche d'autres utilisations, voir Pessimism (désambiguïsation).

la pessimisme Il est un sens générique attitude sentimental qui tend à mettre l'accent sur les aspects négatifs d'une expérience de la réalité caractérisée par 'tristesse et douleur.[1] Ce point de vue, du point de vue éthique, Elle se traduit par un jugement de prévalence mauvais sur bien.[2]

pessimisme négligé

« Quand l'étude dans la seconde moitié du siècle dernier a prospéré Kant, en particulier dans la décennie entre 1870 et 1880, il y avait deux questions qui, en plus du problème Kant, se souvenaient sur lui-même exclusivement l'intérêt philosophique: la question du matérialisme et du pessimisme « que dans cette même période, alors que contrariée de la philosophie officielle académique et théologiens, il connaissait la diffusion de la littérature, en particulier la poésie, le caractère pessimiste.[3]

« [De là] ... le problème du lien entre ce pessimisme » masse « et philosophique. La philosophie pessimiste était, selon les termes de Hegel, « l'esprit de leur temps à apprendre des concepts » ou était une éphémère « philosophie de la mode, » en accord avec l'ère générique « atmosphère spirituelle »? Il a vraiment exprimé le Stimmung [4] pessimiste, ou était un phénomène de surface, né du désir d'un nouveau public d'avoir une philosophie simple, « lisible » et, en particulier dans le cas de Schopenhauer, non sans valeur littéraire? [5] »

Le fait est que, après la période indiquée au cours de laquelle Schopenhauer et Hartmann est devenu populaire pour leurs travaux sur le thème du pessimisme et après un bref regain d'intérêt pour la deuxième moitié de XIXe siècle, ce sujet a été négligée par l'historiographie philosophique de sorte que la réflexion sur le pessimisme est resté ancré à ces deux penseurs qui sont en fait pas les seuls philosophes « pessimiste » parce que d'autres auteurs, tels que Julius Bahnsen et Philipp Mainländer, Ils ont repris et développé la réflexion sur le pessimisme.

Le concept de pessimisme

La philosophie, qui considère le pessimisme fait sentimental Il donne une description de distinguer spéculative

  • la pessimisme empirique c'est lorsque la vue négative est limitée au monde physique par opposition à un vie après la mort heureux, de
  • la pessimisme métaphysique, lorsque la vision négative s'étend également au monde métaphysiquement Il a considéré dans sa totalité. Dans cette conception, la volonté morale de l'homme ne se juge pas une valeur en soi, mais en prenant en considération que si elle dirige l'ascétisme d'action humaine permettant ainsi de réaliser, ou individuellement (Schopenhauer) ou niveau cosmique (Hartmann), l'existence de la liberté de la douleur. Pour ce pessimisme dans le monde est traversé par un désir irrationnel qui n'a pas de sens, la vie pour l'homme qui doit alors proposer l'anéantissement du monde lui-même en apportant 'être un non-être avec un renversement d'un principe cardinal de la rationalité occidentale pour laquelle omne ens à ens quantique, bonum est.

Le pessimisme de Schopenhauer

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Schopenhauer pensée.
pessimisme
Arthur Schopenhauer

Schopenhauer a réalisé que sa doctrine pessimiste contraste avec les philosophies contemporaines à lui, mais n'a pas donné une structure systématique au thème du pessimisme qui, à une première vision superficielle semble être simplement connecté à la critique radicale de la vision hégélienne optimiste de la réalité. En effet Schopenhauer, il oppose à l'idéalisme hégélien une autre, qui déclare expressément appartenir comme philosophe.[6]

« La vraie philosophie doit en tout cas être idéaliste: doit en effet être, si vous voulez juste être honnête. Parce que rien n'est plus certain, que personne ne peut jamais sortir de lui-même, d'identifier immédiatement avec des choses différentes de lui, mais tout ce qu'il sait avec certitude, immédiatement, se situe dans sa conscience. [...] Seule la conscience est donnée immédiatement, donc le fondement de la philosophie est limitée aux faits de la conscience: qu'il est essentiellement idéaliste.[7] »

Pessimisme se pose alors plutôt du problème non résolu de "chose en soi« Kant empirique étant donné que unsolvable chaque objet est sous la forme du phénomène, de la façon qui apparaît à nos sens. De ce point de vue mais aussi cet objet particulier qui est notre corps cherche à nous pour un verset dans ses caractéristiques sensibles comme un phénomène, mais d'autre part notre aspect physique vient à notre conscience comme « volonté de vivre », un instinct irrépressible pour la survie. la volonté est alors l'essence du corps, ou, en termes kantiens, la volonté est la chose lui-même, noumène. Mais le maintien de la vie est rendue possible par une satisfaction continue et incessante des besoins, de sorte que le testament de vie se révèle comme une irrépressible, la tendance générale à la satisfaction des besoins. La « base de chaque volonté est nécessaire, à savoir la douleur, à laquelle l'homme est lié origine, la nature ' [8]. la douleur parce que Incessant « toute réunion, ou ce que nous appelons habituellement son bonheur, est bien et essentiellement toujours négatif, et jamais positif » [9]. Le plaisir est une réalité négative comme « aucune douleur », principalement parce qu'il ne peut apparaître que, après avoir connu un besoin, une souffrance si bien que beaucoup de « biens » - tels que la santé, la jeunesse, la liberté - nous nous rendons compte après qu'ils ont perdu quand ils se sentent le manque. De plus, le plaisir n'est pas un point d'arrivée, comme il, par sa nature, est dirigé immédiatement à l'autre, puisque « aucun accomplissement possible pourrait suffire à calmer sa soif, de mettre un but fini de son empressement, et remplir l'abîme sans fond de son cœur ». Avec la satisfaction d'un besoin « rien que vous pouvez gagner mais de se débarrasser d'une douleur ou un désir, alors vous êtes comme avant qu'il ne commence et pas mieux »[10] Si immédiatement après la naissance, nous étions en proie à la volonté, maintenant notre devoir moral est de défaire ce que le chaos Will a, en niant la volonté de vivre par une conversion radicale de vouloir vivre ne veut pas vivre dans la volonté de détruire Noluntas[11]. Sur les échappatoires nous faisons face (suicide, l'art, l'éthique de la compassion) que ascétisme semble être que efficace car il précise que la volonté de continuer à nous à travers, mais elle ne peut pas trouver le corps. Donc, vivre une vie pas avec l'épuisement du corps, pour atteindre le Unwill, à savoir la non-volonté, de sorte que le rien.

Le pessimisme de Hartmann

La méthode inductive

pessimisme
Eduard von Hartmann

Eduard von Hartmann Il a l'intention de construire une théorie de pessimisme sur la base d'une méthode dérivée des sciences naturelles et, par conséquent, dans la clé antihegeliana et antideduttiva, est basé sur 'induction qui, cependant, dans la science et la philosophie, ne permet pas d'atteindre les principes ultimes qu'il croit peut tirer que par une vision mystique. Dans son temps la science et la philosophie sont très avancées et peuvent faire est de faire tomber le dernier mur qui sépare la création d'un résumé qui contient à la fois harmoniquement. Il est faux toute spéculation qui contredit les conclusions de la science empirique, ainsi que de faux sont toutes les explications scientifiques des faits empiriques « qui contredisent les résultats rigoureux d'une spéculation purement logique» [12].

l'inconscient

Dans la première partie de son œuvre majeure Philosophie inconscient Hartmann vise à montrer comment les phénomènes naturels complexes agissent les causes ne sont pas pertinentes, mais déterminé spirituel. Par exemple, dans l'éclosion des œufs est pas la forme de l'œuf, la structure du corps de l'oiseau ou la température du nid pour expliquer ce phénomène comme la cause spirituelle qui a pour but la perpétuation de l'espèce[13].

la volonté est pas quelque chose qui ne concerne que les humains, il est considéré dans leur intégralité et dans les composants individuels (par exemple moelle épinière et ganglia), Mais aussi les animaux ont une activité psychique qui se distingue de ceux des humains seulement quantitativement, et qui leur permettent d'atteindre des objectifs spécifiques, de changer leur comportement par rapport à l'évolution des situations, ce qui veut dire « vouloir » [14], à-dire qu'ils sont présents divers souhaits qui se réfèrent de temps à autre dans les différentes parties du cerveau (la cervelet, la moelle épinière, les ganglions nerveux [15]. De même chez les humains il y a des mouvements volontaires, tels que le rythme cardiaque, qui ne sont pas connectés à une volonté consciente centrale, mais les différentes parties dont proviennent ces mouvements qui régissent la volonté.[16].

Après avoir établi l'existence de celui-ci devra préciser comment il devrait être lié à représentation en ce sens que chacun lui-même est abstraite si elle est pas connecté à un contenu spécifique. Chaque fait vouloir manque quelque chose, une volonté déterminée, mais la situation nouvelle que vous voulez réaliser en mettant en œuvre la volonté ne peut pas être réellement présent à la volonté comme dans ce cas ne serait pas réalisé: il doit être assujetti idéalement comme il , à savoir comme une représentation et cela se produit parce que la volonté est l'entité spirituelle[17] Chacun se contient idéalement, spirituellement, la conation.

La preuve qu'il ya une activité spirituelle inconscient psychique Hartmann trouve dans l'analyse des instincts humains et animaux et comment Hegel plaide pour Instinct Hartmann est un acte visant conscienceless la fin ".[18]

La présence dans la nature d'une série de causes et d'effets suggère l'existence d'une fin ultime, qui marque la fin de la chaîne si vous ne voulez pas que cela reste « suspendu dans l'air. » Il faut donc partager la théorie de Leibniz selon laquelle le monde est structuré de façon à obtenir la meilleure façon possible le meilleur de tous les objectifs possibles [19]. Mais cette finalité doit tenir compte de l'existence du mal et la douleur qui oppose le désir inconscient d'atteindre le bonheur.

bonheur

finalisme eudemonological Il montre que la douleur peut servir à atteindre le bonheur que si l'homme est convaincu que c'est rien de plus que l'absence de douleur qui est inévitablement liée à l'existence et puis juste renoncer à la vie, vous pouvez anéantir le monde et sa douleur . Il est illusoire de penser que la santé, la jeunesse, la liberté et la richesse peut vous rendre heureux est en effet susceptible de tomber dans cette souffrance qui est la ennui que vous voulez fait l'arrivée des peines qui rompent l'ennui mortel.

Comme l'histoire de l'humanité aussi celle de l'individu se fait par la première de l'enfance où vous pouvez vivre dans le présent suivie par celle de la jeunesse, caractérisée par de grands rêves, puis par la maturité qui cherche avec anxiété la gloire et la richesse et enfin que la vieillesse révèle que la décomposition des illusions:

« Il [l'ancien], comme tout vieil homme qui est venu clair sur elle-même, n'a toujours qu'un seul désir: le repos, la paix, le sommeil éternel sans rêves, qui satisfait sa fatigue. Après les trois étapes de l'illusion, l'espoir d'un bonheur positif, il a finalement réalisé la folie de ses efforts, vous renoncez à tout le bonheur positif et aspire encore que l'absence absolue de la douleur, le néant, Nirvana. Cependant, contrairement à ce qui est arrivé avant est pas tel ou tel individu à désirer le néant, l'anéantissement, mais l'humanité. Ceci est la seule fin concevable de la troisième et dernière étape de l'illusion [20]. »

notes

  1. ^ Guido Calogero, Treccani, 1936 à l'élément correspondant
  2. ^
    Verre de-water.jpg
    Pour le pessimisme contraste avec la 'optimisme, la tendance inverse. L'exemple typique de cette opposition est la question du verre à moitié rempli: à moitié plein, tel qu'il apparaît all'ottimista ou à moitié vide, comment le pessimiste. L'analyse simple rationnelle de la réalité montre que le verre est à moitié plein qu'à moitié vide, à savoir que les deux descriptions correspondent à la seule réalité et que, par conséquent le pessimisme, comme l'optimisme, dans leur opposition, ne se prêtent pas à une conception rationnelle mais un sentiment qui est exprimé, avec des variantes linguistiques, dans le même fait empirique représentée par le verre rempli à moitié d'un liquide. (Roberto Gasparetti, consuasiva Communication. Les techniques de persuasion consciente, Franco Angeli, 2015)
  3. ^ Vaihinger 1923, p. 162
  4. ^ « Sensibilité Diffuse »
  5. ^ Giuseppe Invernizzi, Le pessimisme du XIXe siècle allemand. Schopenhauer, Hartmann, Bahnsen et mainlander et leurs adversaires, Florence, Italie Nouvelle, 1994 p.11
  6. ^ Wolfgang Schirmacher, La raison ascétique. Schopenhauer en allemand Idéalisme, en "chèques", Trente, 1984, pp. 263-279: la polémique Schopenahuer contre Fichte Schelling et Hegel n'était pas tant l'idéalisme qui vise en soi, mais les locaux où ils sont partis, jugés erronés et trompeurs.
  7. ^ Arthur Schopenhauer, Le monde comme volonté et comme représentation, II, 1 (en Grande Anthologie philosophique, Marzorati, Milan, 1971, vol. XIX, p. 602-3.
  8. ^ Arthur Schopenhauer, Le monde comme volonté et comme représentation, REA Multimedia, 2013, §57
  9. ^ Arthur Schopenhauer, op. cit. §58
  10. ^ G.Invernizzi, Op.cit. p.25
  11. ^ A. Schopenhauer, Le monde comme volonté et comme représentation, I, 70-71
  12. ^ Hartmann, Philosophie inconscient, I, p. 10-12
  13. ^ Hartmann, op.cit, pp. 43-46
  14. ^ Hartmann, op.cit. p. 52 et suiv.
  15. ^ Hartmann, op.cit. I, p. 53-56
  16. ^ Hartmann, op.cit. I, p. 56-59
  17. ^ Hartmann, op.cit., pp.100-103
  18. ^ Hegel, encyclopédie § 360
  19. ^ Hartmann, op.cit., pp. 273-277
  20. ^ Hartmann, op.cit., pp.386-389

Articles connexes

D'autres projets

  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations sur pessimisme
  • Il contribue à Wiktionary Wiktionnaire Dictionnaire contient le lemme "pessimisme»
  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers pessimisme

liens externes

autorités de contrôle GND: (DE4045324-8