s
19 708 Pages

Pier Luigi Bacchini (parme, 29 mars 1927 - parme, 5 janvier 2014) Ce fut un poète italien.

A l'origine de parme, où il a résidé jusqu'en 1993 - sauf pour un certain mouvement à Milan et à Rome pour le travail - a vécu sur les collines de Medesano jusqu'en 2013. Après des études classiques, il est enregistré, suivant une tradition familiale, la Faculté de médecine, puis abandonné à suivre la vocation poétique.[1] Il est important, à ce stade, la participation était encore Salvatore Quasimodo, puis par Francesco Flora.[2] Il a fait ses débuts sur la scène de la poésie italienne en 1954, à vingt-sept, avec la collection Du silence du néant (Éditeur Schwarz), qui se vante d'une évaluation critique de Francesco Flora. En 1956, il a été inclus dans l'anthologie « La jeune poésie » de Enrico Falqui (Rome, Colombo). Ses poèmes sont ensuite présentés par Carlo Betocchi tous '' Landing littéraire « Radio. public chansons de la famille (1968), qui arrive finaliste LERICI pois Awards, Carducci, chats; public plus tard distances fleurs (1981, Pontano Prix), avec un rabat de Attilio Bertolucci et une postface de Giorgio Cusatelli; par la suite à l'éditeur Garzanti, Bacchini public « Visages et feuilles » (1993), qui a remporté à l'unanimité Premio Viareggio la même année[3]. L'approche scientifique du monde naturel et humain,[4] ascendance lucrécienne[5], Bacchini est visible dans l'utilisation du vocabulaire spécifique des sciences, en particulier botanique[6] et médecine[7], et est fortement depuis les poèmes publiés dans les années soixante-dix[8] sur « un nouveau sujet » (1974)[9] et sur le «par Mondadori (1978) « Almanach du Miroir ». Au fil des décennies, il a continué de soutenir l'activité littéraire régulière pour travailler dans une entreprise pharmaceutique multinationale et vie familiale. Il a travaillé au fil des ans, entre autres, la « Comparaison » et « magazines nouveaux thèmes » et la section culturelle de Parme du « Journal ». En 1996, en Suède, l'Université de Lund a appelé à une série de réunions, conférences, débats[10]. Dans la même année, est un contexte historique dans l ' « Histoire de la culture littéraire italienne », l'histoire de la littérature de Giorgio Bàrberi Squarotti pour les types de UTET. avec Ecritures végétales (Knopf 1999 S. Pellegrino prix, Rhegium Julii, et d'autres Insula Roman[11]) Les horizons poétiques Bacchini ouverts à une nouvelle poésie et plein de suggestions, y compris religieuses[12].

Bacchini enquête sur l'univers, analyse la structure géométrique, chantant l'infiniment petit et l'infiniment grand, dans un poème qui est cependant pas sans une tension métaphysique et d'inspiration visionnaire.[13] En 2003, il a publié, avec une note critique de Daniela Marcheschi, À la recherche d'eau (Premio Giuseppe Giusti, Prix de l'Union lecteurs italiens, Rome), une collection de haïku et tanka, édité par Garzanti, dans la prestigieuse série « Les éléphants », volume dans lequel le poète est mesuré par la brièveté et la clarté de l'est vers[14]. Dans la même année, le public pour les types de Mups (Monte Parma Université Publisher) et préfacé par Daniela Marcheschi, le seul roman, « La dernière promenade, » Parc écrit et révisé au cours des années.[15] En 2004, il a été inclus dans l'anthologie « des poètes italiens de la fin du XXe siècle » (Knopf, série « Classics Oscar modernes », édité par M. Cucchi et S. Giovanardi). Comme il est compté ainsi que sa collaboration de longue date avec le Teatro Lenz Parme[16]. en Contemplations mécaniques et pneumatiques (Knopf, 2005 Pascoli Prix,[17] Prix ​​Gozzano, Côte Apuan Ronchi), Bacchini prend le verset le long et brisé qui le caractérise, en abandonnant les formes courtes de « recherche de l'eau » et élargit les principales questions scientifiques et humaines[18] des collections précédentes, découvrir un nouveau sens du temps et de l'histoire. En 2005, la ville de Parme lui a décerné la médaille d'or du Prix S.Ilario,[19][20] pour les citoyens méritants (en 2002, avec le « or San Giacomo », il avait été fait citoyen d'honneur de Medesano, dont le rendement vallonnée à plusieurs reprises dans son travail).[21] Pendant ce temps, ses vers, qui anticipent la prochaine récolte, sont accueillis sur ' « Almanach du Miroir »[22] (Knopf, 2006). Toujours dans la même année, il a reçu le prix Lifetime Achievement Écritures Trieste Frontier. En 2007, à l'occasion des quatre-vingts ans, l'Université de Parme - Département de l'italien - à l'initiative de Paolo Briganti, consacre une série d'études approfondies et une bibliographie raisonnée et complète, recueillis dans un livre publié par UNI.NOVA ( « Pour les années quatre-vingt Bacchini »). A la date 2009 territoriale Canti, toujours Mondadori (le titre est un « terme éthologie pour indiquer les chansons d'amour des oiseaux et belliqueux « ), où le poète chante la variété des espèces animaux, légume et minéraux, vide sidéral et étendues equoree, la tension de la histoire qui se traduit par la ricompositivo étreinte du temps naturel, symbolisé par la mer, et se fond dans le mythe. Dans ce livre, apparaît une nouvelle réflexion sur le langage[23]. L'univers de bacchiniano est rempli de formes bouffantes peintures murales qui se tiennent pour la couleur et la vivacité en arrière-plan d'un paysage primordial.[24] Se plaçant dans le sillage de déjà mis en place une ligne poétique, qui renouvelle Bacchini et vous dirige vers les horizons originaux de la pensée et de la connaissance[25], interroge la science[26], laissant fuite l'idée que la religion, loin de révéler le secret de la nature, plutôt elle augmente le mystère et le charme (Les secrets de la campagne / malgré les études botaniques et topographiques, et / est rempli de solitude, surtout la nuit / ou au soleil en Juillet devenu fou). 2009 est également un essai important Daniela Marcheschi dédié au poète, publié dans un livret pour les types de Zona Franca.[27]

En Septembre 2010, territoriale Canti, Wins Brancati Prix et le Premio Val di Comino. Alors que sa non publié sont accueillis sur ' « Almanach du Miroir » (2010-11), à l'été 2011, il a reçu le prix Lifetime Achievement Parme Festival de la poésie par la ville de Parme. En Janvier 2012, il reçoit plus et la réussite à vie, le Prix Fondation Rome[28]; en Juin de cette année, à Fossano, le jury présidé par Giorgio Bàrberi Squarotti Il attribue, même à sa carrière, le prix « Une vie pour la poésie. » En mai 2013, la maison d'édition mondadori célèbre en publiant en série prestigieuse de « Oscar » poèmes 1954-2013, édité par Alberto Bertoni, un volume qui recueille, sous la forme de œuvres complètes bacchiniana, toute sa production poétique. Il est mort le 5 Janvier 2014, à l'âge de près de 87 années[29]. Aujourd'hui, ses poèmes sont inclus (ainsi que dans plusieurs anthologies[30][31][32][33]) Dans les manuels scolaires dans l'adoption régulière dans les écoles italiennes[34][35]

notes

  1. ^ Paolo Briganti, Pier Luigi Bacchini. In memoriam, en Aurea Parma, Janvier-Avril 2014.
  2. ^ Paolo Briganti, Maurizio Schiaretti, Vos étamines tendres, les versets. chemin critique pour Pier Luigi Bacchin.i, Silva, 1998.
  3. ^ Giuseppe Marchetti, Le poète Bacchini a remporté le Prix Viareggio, en Gazzetta di Parma, 25 juin 1993.
  4. ^ Giorgio Cusatelli, le bruit du vent clair doux, Postface "blooms Distance" Parma La Pilotta 1981.
  5. ^ Luigi Fontanella, Bacchini, aujourd'hui Lucrèce, en Amérique d'aujourd'hui, le 24 Octobre, 1993 puis à Parme Gazette du 26 Octobre, 1993.
  6. ^ Giuseppe Leonelli, Ces versets parlent de Botanique, en la République, 27 mars 2000.
  7. ^ Giorgio Cusatelli, Dix poèmes avec un discours de Giorgio Cusatelli, en Aurea Parma, II en 1991.
  8. ^ Camillo Bacchini, Une perspective de lecture à la poésie de Pier Luigi Bacchini, en Aurea Parma, Septembre à Décembre de 2008.
  9. ^ Camillo Bacchini, de / à propos Bacchini Bibliographie, Quatre-vingts pour Bacchini Parma UNI.NOVA 2007 puis Pier Luigi Bacchini, Poèmes 1954-2013 Mondadori en 2013.
  10. ^ David Fiesoli, En Suède, on voit Parme. Pier Luigi Bacchini dans la maison du Nobel, en Gazzetta di Parma, 19 septembre 1996.
  11. ^ Lisa Oppici, Le poète sur ses lauriers, en Gazzetta di Parma, 9 décembre 2000.
  12. ^ Emilio Zucchi, En écoute constante à la voix de la transcendance, en Gazzetta di Parma, 5 janvier 2014.
  13. ^ Maurizio Cucchi, Contournés dans les Écritures légumes Pier Luigi Bacchini, puis Nouvelles des textes de Alberto Bertoni, dans Poèmes 1954-2013, Mondadori 2013, p. 346.
  14. ^ Beppe Sebaste, La belle haïku Po de Bacchini, en l'unité, 12 septembre 2003.
  15. ^ Giovanni Ronchini, La contemplation sans repos des choses. Une lecture de « » Last Walk dans le parc « par Pier Luigi Bacchini, Quatre-vingts pour Bacchini, Parma UNI.NOVA 2007.
  16. ^ Lenz Fondation année une saison en 2015, tutti-in-scena-parma.blogautore.repubblica.it.
  17. ^ romagnaoggi.it, http://www.romagnaoggi.it/cronaca/san-mauro_premio-pascoli-di-poesia_i-vincitori-della-vi-edizione.html .| Titre = gagnants Pascoli prix sera édition}}
  18. ^ Vincenzo Pardini, Les moyens scientifiques de Bacchini, médecin de l'esprit humain, en le Journal, 7 janvier 2006.
  19. ^ Gabriele Balestrazzi Le poète et le scientifique, en Gazzetta di Parma, Le 16 octobre 2005.
  20. ^ Prix ​​2005 S. Ilaria, parmaitaly.com.
  21. ^ Roberto Cerocchi, Pourtant, encore une fois, les amis, Parme, Toriazzi Editeur, 2016.
  22. ^ Francesco Napoli, L ' "Almanach du Miroir" publie "The Grasshoppers" par Pier Luigi Bacchini, en Gazzetta di Parma, 30 décembre 2006.
  23. ^ La nature épique des chansons territoriales par Pier Luigi Bacchini, poesia.corriere.it.
  24. ^ Andrea Casoli, Géologie et le cosmos de façon Bacchini, en la République, 24 novembre 2009.
  25. ^ Daniela Marcheschi, Des poètes contemporains, Murcie 2016.
  26. ^ Alberto Bertoni, Nuit à textes, Pier Luigi Bacchini, « Poèmes 1954-2013, Mondadori, 2013.
  27. ^ Daniela Marcheschi, Pier Luigi Bacchini ou âme mécanique, Zona Franca, 2009.
  28. ^ Attribuée à Pier Luigi Bacchini le « Prix Fondation Rome, poesia.corriere.it.
  29. ^ Adieu à Pier Luigi Bacchini, le poète de la science et de la nature
  30. ^ Daniela Marcheschi, Poètes contemporains, Murcie 2016.
  31. ^ Paolo Febbraro, La poésie aujourd'hui. anthologie italienne, Elliot, 2016.
  32. ^ Alfonso Berardinelli, Poèmes italiens 2016, Elliot, 2017.
  33. ^ Alma Gattinoni, Giorgio Marchini, Donnez-lui le temps, Giulio Perrone, 2016.
  34. ^ Marco Sant'Agata Laura Carotti Alberto Casadei, Mirko Tavoni, Le fil, anthologie de la littérature et de l'histoire italienne et européenne, La troisième, 2006.
  35. ^ Tiziano Franzi, Simonetta Damele, Vous êtes sur le point de lire, Loescher, 2010.

bibliographie

  • Du silence du néant, Milan, Schwarz, 1954
  • chansons familières: poèmes, Roma, De Luca, 1968
  • Distances, fleurs, Parme, La Pliotta, 1981
  • Les visages et les feuilles, Milan, Garzanti, 1993
  • Ecritures végétales, Milan, Arnoldo Mondadori Editore, 1999
  • La dernière promenade dans le parc (Novel), Parme, Monte Parma Université Publisher, 2003
  • À la recherche d'eau: haïku, Milan, Garzanti, 2003
  • Contemplations mécaniques et pneumatiques, Milano, Arnoldo Mondadori Editore, 2005
  • territoriale Canti, Milano, Arnoldo Mondadori Editore, 2009
  • poèmes 1954-2013, Milano, Arnoldo Mondadori Editore, 2013 (édité par Alberto Bertoni, Camillo bibliographie Bacchini).
autorités de contrôle VIAF: (FR90090146 · LCCN: (FRnr00016680 · SBN: IT \ ICCU \ BVEV \ 013152 · ISNI: (FR0000 0000 7846 7525 · GND: (DE135809541 · BNF: (FRcb150631274 (Date)