s
19 708 Pages

Libero De Libero (fonds, 10 septembre 1903 - Rome, 4 juillet 1981) Ce fut un poète, critique d'art et narrateur italien.

biographie

Il a passé son enfance et de l'adolescence dans ses fonds autochtones (maintenant dans la province de Latina, mais la province de Caserte, ou plus précisément, la Terra di Lavoro), Dans une grande famille. Les parents Maneschi lui a aussi donné l'occasion de poursuivre sa passion pour la lecture et à l'expérience de sa veine poétique naissante. Comme il a révélé dans une interview: « Un garçon abbottato de claques dans la famille et des lectures de toutes sortes, qui écrit un jour un poème et honteux comme un grand péché; puis comme un jeune homme essaie à nouveau et commence à faire semblant d'avoir honte pour les hommes continue et n'a pas honte plus ». [1]

Dans la même interview De Libero a dit qu'il avait passé un an dans un couvent de moines missionnaires avec atelier, près de Rome. De cette expérience, vécue avec la souffrance à cause de son esprit rebelle, il Serber une mémoire vive et amère qui sera transféré dans le roman chambre noire (1952).

Les années de formation étaient ceux des études classiques, réalisées par lui dans sa bien-aimée vallée latine) entre Ferentino et Alatri, avec les conseils de bons professeurs, dont l'un a présenté à la poésie Dante, Leopardi, Baudelaire, les grands poètes que « ivre ». Ce sont les années de lectures systématiques de la vie provinciale, qui restent parmi les souvenirs nostalgiques du poète: « Pour son environnement solitaire, plein de secrets et de pollen des visions quotidiennes, je dois une histoire exceptionnelle des sentiments et des pensées qui m ' ils l'ont aidé à devenir un homme ». [2]

Il a déménagé à Rome en 1927, de ne pas assister à des cours universitaires de droit, comment respirer pleinement la ferveur artistique et littéraire de ces années. L'année suivante, avec Luigi Diemoz a fondé le magazine littéraire interplanétaire, qui avaient des employés Corrado Alvaro, Massimo Bontempelli et Alberto Moravia. Dans ces mêmes années (1928-1934) dans l'étude de Mario Mafai Il a formé les peintres du groupe école romaine. De Libero assidument suivi ces artistes et ils ont commenté les travaux avec les premiers essais de Mafai et Scipione.

En 1941, il a obtenu la chaire d'histoire de l'Art College à Rome. Pendant ce temps, il est devenu plus riche et significative sa production poétique: en 1946 Mondadori publié Le Livre de l'étranger, collection de tous ses lyriques de 1930 à 1942. Ils ont suivi la collecte banquet (1949), écouter Ciociarie (1953), Madrigali (1967).

Au début des années cinquante ont été publiés en succession rapide de ses deux romans L'amour et la mort (1951) et chambre noire (1952). En fait, sa prose d'activités importantes - à la fois comme écrivain et comme narrateur - a duré plus de vingt ans, jusqu'en 1970. Pendant cette longue période de sa production poétique a eu un important ralentissement, sinon un arrêt, puis revenir avec recueil de poèmes De charbons dans la grille , qui a remporté le prix Viareggio 1971. La dernière compilation conditions Il est sorti en 1976 et a été suivie en 1980 par poèmes, avec introduction de Carlo Bo, juste un an avant la De Libero est mort à Rome le 4 Juillet 1981.

poétique

La poésie de De Libero - même si elle est imputable au domaine de l'hermétisme et plus particulièrement la soi-disant ligne Hermétique sud, où la critique s'intègre également Leonardo Sinisgalli de Luc, de Salvatore Quasimodo, Salerno Alfonso Gatto - est, par analogie avec d'autres nouvellement nommés poètes du sud, intimement et solidement attachés à la terre, sans cesse évoquée dans l'intrigue dense et passionnée de ses vers. Et il est la continuité et la force de l'adhésion, être clairement distingués des autres lyrique hermétique, en soustrayant la langue aux risques de la « pure » poétique et sostanziandolo d'une riche expérience humaine, comme on l'observe dans le haut Giorgio Bàrberi Squarotti. Son lyrique, en fait, utilise « un langage fort lyrique et réaliste, dans laquelle il vit noblement paysage solennel et sombre, rempli de sentiments intenses, tels que l'amour, les affections domestiques, des souvenirs d'enfance. Il ne donne pas la syntaxe allusif et elliptique de la civilisation, mais hermétique évite l'abstrait en le remplissant avec un fort sentiment de la réalité ». [3]

Cette langue unique a presque constamment soumis à la nature, et à travers elle le paysage désolé et solennel de la vallée latine, ainsi que humble et mythique. Un paysage qui est non seulement une source d'inspiration et de fond, mais l'âme la plupart de ses œuvres, dont deux romans. De Libero ne tombe jamais dans Sketches ou oleography, comme l'a noté avec l'acuité habituelle Emilio Cecchi, prenant note de la « gravité du lyrisme habiteront, qui n'a rien à voir avec le folklore et alambiquée Mythologies transportés rustique à usage littéraire. » [4]

Même la prose de L'amour et la mort (Peut-être inférieur à celui du roman, chambre noire) Utilise un « langage lyrique pleine de sensualité puissante flexions descriptive et colorée. »[5] Les lignes de production de ces derniers temps - et en particulier la collection De charbons dans la grille, qui lui a valu le Prix Viareggio - il se joue sur le registre du vol inexorable du temps, avec des rythmes tragiques et résonances de la mémoire.

travaux

Sa poésie est maintenant recueillie dans Slams et Flatters (1950-1956), Milan, Arnoldo Mondadori Editore 1972; De charbons dans la grille (1956-1970), Premio Viareggio 1971 dans la section poésie[6] ), Milan, Mondadori, 1971; Circonstances (1971-1975), Milan, Mondadori, 1976. En 1994 Il est sorti Borrador, Journal 1933-1955, De nouvelles éditions Rai. PERA

Voici la liste des œuvres individuelles de poésie, de fiction et d'essais (de critique d'art).

poésie

  • solstice, Rome, "Documents Novissima", 1934.
  • Proverbes, Rome, Editions de la comète, en 1938.
  • tête, Rome, Editions de la comète, en 1938.
  • éclipse, Rome, Editions de la comète, en 1940.
  • Epigrammi, Milano, Scheiwiller, 1942.
  • Le livre de l'étranger (1930-1942), Rome, nouvelles éditions italiennes, 1945.
  • banquet, Milan, Mondadori, 1949.
  • écouter Ciociarie, Roma, De Luca, 1953.
  • Je suis l'un d'entre vous, Trieste, Alut 1963.
  • roman, Milan, Schleiwiller, 1965.
  • Madrigali, Luxembourg, et. "Origine", en 1967.
  • prélude, Vérone, Editiones Dominicae, 1971.
  • poèmes, introduction de Carlo Bo, Milan, Mondadori, 1980.
  • Les Poèmes, par Valentina Notarberardino et Anna Maria Scarpati; introduction de Marcello Carlino. Rome, Bulzoni 2011.

fiction

  • Boudeur (Histoires), Rome, OET, 1945.
  • L'amour et la mort (Novel), Milan, Garzanti, 1951.
  • chambre noire (Novel), Milan, Garzanti, 1952.
  • Le gant noir (Histoires), Venise, la Sodalité du livre, en 1959.
  • Histoires à la fenêtre, Milan, Betti, 1969.

Le critique d'art

  • Gisberto Neracchini, Milano, Hoepli, 1935.
  • Mario Mafai, Roma, De Luca, 1949.
  • valéry illustre parent, Milan, éd. Sous le poisson d'or, 1955.
  • Les visages de Masaccio, Ivrea, Olivetti, 1956.
  • Le Triomphe de la Mort, Palerme, S. F. Flaccovio, 1958.
  • Enotrio, Rome, Editions La stalle, 1962.
  • Sinisgalli, poète qui dessine, Rome, 1963.
  • Mino Maccari, Milano, Scheiwiller, 1976.

Entre autres choses, De Libero a écrit les scénarios de films Pas de paix entre les oliviers et Jours d'amour, tous deux réalisés par Giuseppe De Santis.

notes

  1. ^ Voir. Portraits adaptés écrivains italiens, édité par E. F. Accrocca, Venise, 1960, p. 155.
  2. ^ ibid
  3. ^ Giorgio Bàrberi Squarotti Libero De Libero, en Grand Dictionnaire encyclopédique, deuxième édition, le quatrième volume, Torino, UTET, p. 447.
  4. ^ Emilio Cecchi, Jour par jour, Milano, Garzanti, 1954, pp. 280-283.
  5. ^ Giorgio Bàrberi Squarotti Op. Cit., P. 447.
  6. ^ Tableau d'honneur Classé 18 juillet 2012 sur l'Internet Archive. la Viareggio Prix-Rèpaci

traductions

  • solstice (Italien-français), Giuseppe Santoliquido, Ker Éditions, 2016.

bibliographie

  • Carlo Betocchi en frontispice, Juillet 1935.
  • Lorenzo Gigli, Journal du peuple, 24 février 1935.
  • Alberto Savinio, en Print, 18 décembre 1936.
  • Raul Maria De Angelis, en littéraire italien, 28 juin 1936.
  • Alfonso Gatto, en Campo di Marte, 1er Janvier 1939.
  • Emilio Villa, en littérature, Janvier 1940.
  • Bigiaretti libre Salon littéraire, 21 novembre 1946.
  • Arnaldo Bocelli La nouvelle Europe, 3 février 1946.
  • Giulio Petroni, en Salon littéraire, 8 août 1946.
  • Giorgio Caproni, en travailleur du monde, 18 juin 1949.
  • Elio Filippo Accrocca en Suivant!, 11 octobre 1952.
  • Emilio Cecchi, en Jour par jour, Milano, Garzanti, 1954, pp. 280-283.
  • Piero Chiara, en L'expérience poétique, Bari, Avril-Juin 1954.
  • Giorgio Bàrberi Squarotti en Grand dictionnaire encyclopédique, quatrième volume, Torino, UTET, 1956, p. 447.
  • Enrico Falqui en la littérature du XXe siècle, sixième série, Florence, Vallecchi, 1961, p. 60-69.
  • Gianfranco Contini, en Italie unie Littérature 1961-1968, Firenze, Sansoni, 1968, p. 914.
  • Gaetano Mariani, en Littérature italienne - Contemporain, Volume troisième, Milano, Marzorati, 1973, pp. 535-558.
  • Romano Luperini en Le XXe siècle, Volume deuxième, Torino, Löscher, 1981, pp. 600 et suiv.
  • Renatoo Bernacchini en Dictionnaire biographique des Italiens, 36 volumes, Rome, Treccani, 1988.
  • Giuseppe Lupo, La poésie comme la peinture: De Libero et de la culture romaine, 1930-1940, Milano, Vita e Pensiero, 2002.
  • Gerardo Salvadori, Libero De Libero. Mémoire et écriture, Napoli, Loffredo, 2002.
  • Libero De Libero et les artistes de la comète, édité par F. Catalano, A. et A. Pirani Porcinai, Rome, Palombi, 2014.

liens externes

autorités de contrôle VIAF: (FR79122328 · SBN: IT \ ICCU \ MACRO \ 033689 · BNF: (FRcb125730830 (Date)