s
19 708 Pages

(FR)

« bureaux de VOI / Sur Canaux bureaux Vaisseaux Dormir / Dont HUMEUR la déambulation de l'est;
C'est pour assouvir / Ton Moindre Désir / du combat Qu'ils viennent du monde. »

(IT)

« Vous voyez les canaux / navires endormis / Sur le génie vagabonde;
Pour répondre à tous / Votre désir, / Ils viennent des extrémités de la terre. »

(C. Baudelaire, Invitation au voyage, en Les Fleurs du Mal, Trad. Cosimo Ortesta)
Charles Baudelaire
Baudelaire a photographié Étienne Carjat, vers 1862

Charles Baudelaire Pierre (Paris, 9 avril 1821 - Paris, 31 août 1867) Ce fut un poète, écrivain, critique littéraire, critique d'art, journaliste, philosophe, aphoriste, essayiste et traducteur français.

Charles Baudelaire
Signature de Baudelaire

Il est considéré comme l'un des poètes les plus importants de la XIXe siècle, exposant de la clé de symbolisme, filiale de Parnasse et grand innovateur typiquement lyrique, et précurseur décadentisme. Les Fleurs du Mal, son œuvre majeure, est considéré comme l'un des classiques littérature française et dans le monde.

Le Baudelaire pensée et la vie ont influencé de nombreux auteurs ultérieurs (d'abord "poètes maudits« comment verlaine, Mallarmé et Rimbaud, mais aussi scapigliati italien comment Emilio Praga, ou Marcel Proust, Edmund Wilson, Dino Campana, et, en particulier, Paul Valéry), Appartenant également à des courants littéraires et vécu dans différentes périodes historiques, et est considéré aujourd'hui non seulement comme l'un des précurseurs de la littérature décadente, mais aussi la poésie et la philosophie vers société, dell 'art, l'essence de la relation entre les êtres humains, de 'émotivité, dell 'amour et vie qu'il se décrit comme "modernisme».

biographie

jeunesse

Charles Baudelaire
Baudelaire , self Portrait
Charles Baudelaire
Le général Aupick, Baudelaire beau-père

Charles Baudelaire est né en Paris, en France, 9 avril 1821 à la maison de Quartier Latin, rue Hautefeuille nº 13, et a été baptisé deux mois après la église catholique de Saint-Sulpice[1]. Le nom de son père Joseph-François Baudelaire; il était un exprêtre et chef des bureaux administratifs du sénat, amant peinture et dell 'art en général, et en tant que première femme était Jeanne Justine Rosalie Jasminla, avec qui il avait Claude Alphonse Baudelaire, frère du poète. La mère de Charles avait vingt-sept Caroline Archambaut-Dufays, mariée à Joseph-François après la perte de sa première femme.

À l'âge de six Baudelaire est resté perdu son père, puis dans une soixantaine d'années, qui a été enterré dans Cimetière du Montparnasse. Caroline, veuve, fils versé sur toute sa richesse affective, mais l'année suivante, il a décidé de se marier Jacques Aupick, un lieutenant-colonel qui, à cause de sa froideur et la rigidité (et respectabilité bourgeois qui a été trempée), vite, il a gagné la haine du jeune Charles, à l'adolescence. Baudelaire n'a jamais pardonné à sa mère cette « trahison » et depuis lors, la relation entre les deux devient de plus en plus atroce, alimenté par des impulsions vengeance fils, pas plus dissociées 'amour pour la mère la nécessité de faire souffrir et gémissant et gronder, que son fils était également nécessaire[2].

en 1833 Charles est entré au Royal College of Lyon, ville où la famille a déménagé à cause du travail du beau-père. En Janvier 1836 datant du Paris, Aupick où il a reçu une promotion colonel; à l'âge de 14 Baudelaire a commencé à assister à la Collège Louis-le-Grand, avec des résultats mitigés. Un camarade de classe décrit ainsi:

« Il était beaucoup plus raffiné et distinct des autres élèves du secondaire [...] nous sommes liés les uns aux autres [...] par les goûts et de sympathies partagées, l'amour préconscient des belles œuvres de la littérature. »

Baudelaire a prouvé inconsistant dans le studio, parfois il a agi avec diligence, d'autres fois il était plus enclin à se prélasser. Il a été expulsé de l'école secondaire en 1839, malgré son bon profit (en 1837, en fait, il a obtenu le second prix de composition en vers latin), Faute de discipline: il était en fait, il a refusé de remettre l'enseignant une note qu'un compagnon lui avait passé dans la salle de classe. Malgré cet inconvénient, Baudelaire gère quelques mois plus tard pour obtenir le diplôme de "baccalauréat« En haut Saint-Louis école.

Charles Baudelaire
Jeanne Duval, muse de longue date et amateur de Baudelaire, interprété par Édouard Manet en 1862.

Après le lycée, le jeune homme se montrait indécis quant à leur avenir et intolérant des choix Aupick avait à l'esprit pour lui; Cependant carrière littéraire passionné[3], qu'elle l'a amené à découvrir des artistes et des écrivains consacrés à un style de vie bohémien, ce qui l'a incité à accumuler plus de dettes. Au cours de cette période, il a également commencé à fréquenter prostituées et vraisemblablement sous contrat blennorragie et syphilis. en 1840 Il recevait une relation avec une fille nommée Sarah, une jeune prostituée Juive. en 1841, en raison de la présence de mauvais environnements et sa façon dissolue de la vie, à la décision du conseil de famille, il était à bord d'un navire, Paquebot des Mers du Sud, dirigée vers Calcutta, en Inde. Il s'arrête sur 'île bourbon, puis sur celui de Maurice. Néanmoins, le jeune Baudelaire a décidé de ne pas terminer le voyage, puis le 4 Novembre, embarqué sur le navire Alcide, retour en France. De cette expérience, cependant, il est né de la passion pour Baudelaire 'exotisme, qui sera reflété plus tard dans son plus grand succès: Les Fleurs du Mal[4].

Charles Baudelaire
Émile Deroy
Portrait de Charles Baudelaire, 1844

Dix mois après son départ pour le 'Inde, une fois de retour dans Paris, maintenant adulte, Baudelaire commence à mener une vie bohémien avec l'héritage paternel, continuant sa vie au nom de la carrière littéraire. Il est au cours de cette période qu'il a commencé à écrire les premières compositions de Les Fleurs du Mal, aussi se positionner comme un critique d'art et journaliste.

en 1842 Il est venu à la figure de Gautier, en prenant comme modèle à la fois dans le spirituel et dans l'art, et en même temps il a rencontré Jeanne Duval, « La Vénus noire » qui « l'a torturé tous les jours » (donc dit la mère Baudelaire), un danseur et actrice de théâtre des origines haïtien, africain et en français, la fille illégitime d'une prostituée Nantes, avec laquelle Baudelaire a vécu une histoire d'amour passionnée et tumultueuse, qui deviendra pour poète source d'idées littéraires considérables. Selon la mère de Baudelaire, Duval vida son fils d'avoir toutes les occasions et[5]. Jeanne Duval a été abandonné par sa famille.

Le style de vie de luxe a conduit Baudelaire en attendant de prendre un hébergement à l'Hôtel central de Pimodan sur 'Île de Saint-Louis où, dans le studio, tenant son portrait, le travail de Pierre Dufay, le résultat de sa soudaine célébrité dans les milieux artistiques comme dandy et Spender; tentes seulement obscurci la partie inférieure de la fenêtre Seine, alors laissez voir que le ciel.

la carrière

Charles Baudelaire
La première édition du Les Fleurs du Mal, avec des notes de Baudelaire

Bien qu'il n'a pas encore publié les travaux déjà 1843 Baudelaire était connu dans les milieux littéraires parisiens comme dandy accro aux dépenses et le luxe qui souvent ne pouvait même pas se permettre, s'entourer d'œuvres d'art et des livres; Dépenses économiques généreuses de son niveau de vie dent rapidement au milieu de patrimoine paternelle forçant la mère, sur les conseils de son beau-père, d'interdire les jeunes et de confier vos actifs à un notaire.

Dans cette période, il est devenu une partie de la Club des Hashischins, un cercle de écrivains et intellectuels dédié à l'exploration des expériences et des hallucinations produites par la drogue (notamment le 'haschisch), Qui est souvent eux-mêmes trouvé à 'Hôtel de Lauzun; Le groupe comprenait des personnalités bien connues, ainsi que Baudelaire, tels que Jacques-Joseph Moreau, Théophile Gautier, Gérard de Nerval, Honoré de Balzac, Eugène Delacroix et Alexandre Dumas (Gautier consacré un article de journal intitulé au club Le Club des Hachichins et publié sur Revue des Deux Mondes en Février 1846).

De plus, ces dernières années, il a connu Balzac et il a continué à produire certains des poèmes de Les Fleurs du Mal. au 1845 date de la première publication, l'examen critique du Salon 1845; le travail Baudelaire a gagné beaucoup d'attention dans les arts, pour l'audace des idées et de l'expertise présentés par l'auteur.

Ce premier « succès » contrastait personnel, mais son mode de vie: de plus en plus pressé par ses dettes, doutes quant à leur avenir, et seulement un état psychologique précaire, Baudelaire a essayé pour la première fois suicide. Il est seulement légèrement blessé, et vainquit traumatisme physique avec une convalescence relativement courte; sa mère, malgré son fils vivait un temps apparemment désastreuse, il n'a jamais rendu visite à ignorer ses demandes, probablement par ordre de Aupick.

en 1846 Baudelaire traite du Salon de nouveau, en collaboration avec des magazines et des journaux à travers des articles, des essais et des critiques d'art. Sa réputation a continué de croître, en particulier parce que ce travail est fait supporter romance et Delacroix[6]. La même année également le premier important en tant que poète du travail À une dame créole, L'année suivante, publiera son seul nouvelle, intitulé La Fanfarlo, dans lequel on peut voir aussi quelques abbozzamenti de jouer.

en 1848 Il participe à la mouvements révolutionnaires parisiens et aussi il monte des barricades sur l'insurrection, bien que sa position politique n'a pas ses racines et a défendu avec conviction, comme entraîné par la chaleur du moment et de la situation historique et sociale à Paris. Cependant, Baudelaire voit ses chances d'une victoire et une « libération » des jours suivants sanglants des protestations, la proclamation de la Français Deuxième République et par conséquent la mise en place de régime bonapartiste Napoléon III. Cette défaite laissera une profonde blessure dans l'âme de Baudelaire, de sorte que deviendra le sommet final qui se nourrissent dans toute sa poésie.

La vie de Baudelaire dans les premières années de la seconde moitié du XIXe siècle a persisté dans les mêmes conditions précaires testées au cours des périodes antérieures, y compris le logement temporaire, en appuyant sur les dettes, le travail irrégulier et la santé pauvres. Commencez à aimer musique de Richard Wagner (Après avoir écouté le prélude Lohengrin et Tannhäuser) Et écrivain Edgar Allan Poe, qu'il consacre plusieurs articles et traductions personnelles en français; ce dernier atteindra un certain succès, en cours de publication sur Le Pays. Poe et roman gothique pour Baudelaire représentent une influence puissante, dont il deviendra plus évident dans une variété de compositions dé Les Fleurs du Mal. Son engagement journalistique est également déterminée dans diverses critiques d'art, une grande modernité et originalité pages qui se fondent profondément avec l'esthétique de l'époque et la poétique de ses vers.

Les Fleurs du Mal

Charles Baudelaire
Henri Fantin-Latour
Hommage à Delacroix
De gauche, assis: Louis Edmond Duranty, Henri Fantin-Latour, Jules Champfleury et Charles Baudelaire. De gauche, debout: Louis Cordier, Alphonse Legros, James Whistler, Édouard Manet, Félix Bracquemond et Albert de Balleroy. Au centre, un portrait de Eugène Delacroix.
Charles Baudelaire
Carlos Schwabe
Spleen et Idéal

Les Fleurs du Mal: Le titre de cet ouvrage résume toute l'idée de la beauté de son poète français. Mal, ainsi, ses fleurs, sa beauté. Le problème est cependant plus attrayant et plus attrayante. Ce travail évoque l'imaginaire « voyage », typique de la conception de Baudelaire de la vie. Il commence en fait de l'angoisse de la vie (spleen), Qui elle est opposée par une partie d'un idéal divin (Idéal), Fait de correspondances naturelles, l'amour et la beauté, qui peut être atteint que par la beauté idéale. D'autre part nous avons ensuite mort, autre source de salut. On arrive par le mal, la rébellion contre tout ce qui nous entoure, mais surtout contre Dieu, avec l'utilisation de médicaments et alcool, représentant cependant, la tentative de trouver refuge du poète, ils trouvent qu'ils sont en mesure de donner seulement une brève illusion de la liberté (Vous Enivrèz - "Ivre").

Les Fleurs du Mal donc exprimer la vie selon Baudelaire, divisé en les sections suivantes: Spleen et Idéal, peintures Parisiens, le vin, Fleurs du Mal, révolte, mort. L'importance du choix du titre est également très important. Il a une double valeur symbolique; en fait le "fleur« Jaillissant de la terre, il fait partie de nature malignes et est donc appelé « la mauvais».

Les dernières années

Baudelaire a été jugé en 1857, pour la publication de Les Fleurs du Mal, avec son éditeur, Auguste Poulet-Malassis[7]. Baudelaire a été accusé de « offenser la morale publique et aux bonnes moeurs »[8]. Déjà pris dans une situation difficile en raison de sa participation à la révolution de 1848, Baudelaire et son éditeur ont été essayées et l'écrivain a dû payer une fin 300 francs et supprimer 6 poèmes considérés comme « obscène ». Le 28 Avril de cette année meurt beau-père de Baudelaire, le général Aupick. Cependant, Baudelaire ne se rendit pas à la volonté de l'empereur Napoléon III et 1861 Il a publié une nouvelle édition de Les Fleurs du Mal, avec l'ajout de 35 nouveaux poèmes inédits[9]. en 1866 collection publiée Les épaves, et incorporant les poèmes que les autorités avaient ordonné de retirer de la première édition Les Fleurs du Mal.

Baudelaire dans ces années, il se consacre à la traduction de divers ouvrages, y compris Confessions d'un mangeur d'opium de Thomas de Quincey[10], Les Aventures d'Arthur Gordon Pym Poe et quelques écrits Hoffmann. Il se consacre également à la réalisation de certains travaux qui sont considérés (avec Les Fleurs du Mal) Ses chefs-d'œuvre, tels que Le Spleen de Paris (Intitulée début Petits poèmes en prose) Et il est également engagé dans une série d'examens et des critiques d'art intitulé Exposition universelle et publié en Le Pays; il a également écrit au nom de quelques critiques de journaux et de la critique littéraire sur les œuvres de quelques-uns de ses amis et connaissances, y compris Gustave Flaubert (l'artiste, 18 octobre 1857) Et Gautier (Revue contemporaine, septembre 1858, période où entre autres le journal a également publié De l'idéal artificiel et Le haschisch du Poème); Charles a également écrit divers articles et poèmes qui ont ensuite donné à Eugene Crepet, y compris Poètes français, Les Paradis artificiels (Dans lequel il perçoit une influence notable de la part de Quincey, mais n'a pas atteint un grand succès) et Opium et haschich (1860).

à partir de 1859 partir, est terriblement aggravé la santé physique du Baudelaire (aussi à cause de son dépendance de laudanum) Et, en raison de stress et les conditions économiques précaires dans lesquelles il a vécu, Charles a commencé à croître de façon spectaculaire, même en apparence physique. Finalement, la mère, a cessé son ressentiment présumé de son fils, elle a décidé de le ramener à vivre avec lui pendant un certain temps dans sa maison actuelle, à Honfleur. Charles à l'heure actuelle est devenu incroyablement paisible et productive dans la nouvelle maison et la ville de mer, et le poème Le voyage est peut-être le plus emblématique de ce manifeste sa réconciliation (avec la mère, mais aussi avec lui-même) et cette tranquillité momentanée, et de ses efforts artistiques en dépit de l'aggravation de la maladie (probablement le syphilis)[11].

en 1860 Il a été saisi d'une première crise existentielle. Ses difficultés financières ont continué à se rapprocher et plus proche du bord de l'abîme et, peu après, son éditeur Auguste Poulet-Malassis a fini lui-même en faillite 1861, raison pour laquelle sans doute l'a amené à tâtons le suicide pour la deuxième fois dans la même année[12].

Charles Baudelaire
tombe Baudelaire et les membres de leur famille qui l'accompagnent Cimetière du Montparnasse, Paris

Sa longue relation avec Jeanne Duval, caractérisée par des hauts et des bas et parfois par le tir continu, a persisté; Charles accompagné Jeanne, entre-temps devenu aveugle et de souffrance pour syphilis, et il a regardé jusqu'à la fin de sa vie. Jeanne Duval est mort en 1862, à Paris. Dans la même année aussi il meurt-frère du poète, ce qui entraîne une autre deuil. Les relations de Baudelaire avec courtisane Apollonie Sabatier et l'actrice de théâtre Marie Daubrun (ce dernier avait consacré les vers de la poésie Invitation au voyage), Bien qu'ils soient à la fois muses et des sources d'inspiration pour lui, ne produit aucune satisfaction durable.

en 1864, après avoir été refusé tout 'Académie française, Il a décidé d'aller à Bruxelles avec l'espoir d'obtenir de l'argent au moyen de quelques conférences, aussi essayer de vendre droits de ses œuvres[12]. Il a passé quelques jours au lieu de la pauvreté absolue, au milieu de la souffrance physique et mentale indicible. La monotonie et l'ennui sont en vie de cette période dans les pensées pessimistes de Mon cœur mis à nu, l'âpreté de brochure L'établissement Belgic (Dont le titre a été le début Belgique pauvre! et qui est connu Italie avec le titre La capitale des Singes) Et Rockets (cohetes), Qui travaille avec des travaux de plus en plus le désespoir et il n'esquissées. Pour ceux-ci peuvent être ajoutés le journaux intimes, les dernières œuvres de Baudelaire, même celles écrites pendant le séjour temporaire à Bruxelles, qui sera ensuite combinés en une seule collection. A Bruxelles, sa dépendance à l'égard médicaments Il se est encore détériorée, ce qui conduit à la fumée opium et consommation excessive d'alcool.

en 1866 à Namur, alors qu'il visitait l'église Saint-Loup a été frappé par coup, hémiplégie et aphasie et il est resté paralysé dans le côté droit du corps; ramené à Paris, avec la syphilis atteint la dernière étape dans la maison de retraite du Dr Duval, a cherché un réconfort dans l'alcool et la drogue, mais 1867, Après une agonie atroce et avoir reçu 'extrême onction de Eglise catholique[13], Charles Baudelaire est mort dans les bras de sa mère, âgé de seulement 46 ans. Il a été enterré à Paris Cimetière du Montparnasse dans la tombe de la famille, sans particulier épitaphe, ainsi que le père adoptif, et plus tard sa mère.

Le travail de Baudelaire est resté largement diffusé dans les journaux et magazines. Après la mort du poète, ils ont été publiés dans les lettres à sa mère, en 1872, et 1909 Mon cœur mis à nu, Rockets et journaux intimes. Enfin, le maison d'édition Calmann-Lévy (Qui avait déjà publié des œuvres de Baudelaire) a acheté les droits à tous son travail et agencé pour réordonner en sept volumes, puis publiés dans 1939.

en 1949 la Cour de cassation française a décidé de réhabiliter les œuvres et la mémoire du poète décédé.

le caractère

Charles Baudelaire
Gustave Courbet
Portrait de Baudelaire
1848-1849, Musée Fabre

Le caractère « Charles Baudelaire » a alimenté le mythe de bohémien et flâneur, la étudiant pauvres ou ce qui est censé être, rebelle et amoureux des plaisirs nocturnes, dell 'absinthe et nouvelles en termes de costumes et de l'art. Des générations d'étudiants et poètes ont été inspirés et inspirent encore le poète parisien. Figure dans le côté opposé à la partie située au niveau du côté de l'élégant et dell 'esthète, Baudelaire incarne la vision de l'excès romantique et de la jeunesse consacrée à la poésie, un peu sombre et révolutionnaire.

Toujours l'auteur de Fleurs du mal Il a été pris comme un signal de la production de l'opposition anti-bourgeoise du mythe romantique qui voit le jeune homme qui se détourne de la famille et de se livrer à la drogue, l'alcool et l'art pas un problème de la « Societas », mais porteur du nouveau un artiste à 'avant-garde. Baudelaire en fait, avec ses écrits et sa vie est toujours le 'artiste et Maudit, La figure iconographique marque encore profondément la vision de 'intellectuel et le poète à nos jours.

Baudelaire et les femmes

Charles Baudelaire
Apollonie Sabatier, bohémien et la maîtresse de Baudelaire, représentée par Vidal.

L'un des thèmes qui agit comme un point d'appui à la poésie de Baudelaire est l'un de l'amour, ce qui signifie aussi la joie de vivre, fascination pour la beauté, rêve d'un ailleurs où la vie peut passer sereine et pleine de promesses.

en 1852, année où il a publié son étude sur l'œuvre de Poe, Baudelaire a tenté de séduire Mme Sabatier, la muse de nombreux artistes, qui a inspiré quelques-uns des plus beaux poèmes de Les Fleurs du mal et qui est, dans l'imaginaire du poète, le pôle d'amour sublime et mystique, correspondant à la recherche du Beau idéal. Jeanne Duval occupe la place au centre de l'amour charnel, qui peut être fascinant et diaboliques, mais aussi fortement sadique et mortel, et en tant que tels correspond à l'appel de l'abîme et l'auto-destruction.

Charles Baudelaire
cénotaphe Baudelaire, Cimetière du Montparnasse

Tout ce que Baudelaire a écrit sur femme est dominé par un désir de pureté impossible et la volonté de ne pas se dérober dénonce aussi la première brutale vérité. L'un des fantasmes « ridicule » que le moment était repéré où il était destiné à vivre avait été d'éliminer les traces de péché originel. Le péché que l'homme vit ne peuvent pas être supprimés, il est lié à plaisir et remords. Le plaisir, frère dégoût, envahit conscience qui a rencontré le mal.

La femme, un symbole du péché, devient, par le démon de la contradiction dont il est torturé, sous réserve culte et un serment. L'adoration de la femme est confondue avec une forme obsessionnelle de misogynie. Cette attitude d'aversion ou de dégoût pour la femme a une raison maintenant tragique maintenant satirique. La femme est proche de la nature, qui est abominable; Il est toujours vulgaire et donc le contraire du symbole dandy, merveilleux de la lutte nature esthétique. Elle horrifié parce qu'elle est liée à leurs propres besoins; s'il est boire soif, faim si manger; Elle ne sait pas séparer l'âme du corps. Baudelaire reconnaît l'éternel Vénus (Dans son caprice de conviction, de l'hystérie, de l'imagination) l'une des formes les plus séduisantes de enfer, dont l'existence est bien convaincu. Il a été surpris que les femmes ont été autorisés à entrer dans les églises. "Que peut parler - il se demandait - avec Dieu?».

Pour réitérer l'opposition ferme des deux sexes, qu'ils ressemblent à des ennemis, et que l'affaire, qui est l'amour, fait complices, Baudelaire almanacca que "l'amour des femmes intelligentes est un plaisir de pédérastes« Les femmes devraient les aimer autant que nous nous sentons différents de nous.

L'acte d'amour est comme un torture ou à un "opération chirurgicale. Même lorsque deux amants semblent fortement pris à part et rempli d'un commun désir, l'un des deux sera toujours plus calme ou moins possédé de l'autre. Le premier est le « chirurgien », l'autre le « patient ». Dans la proclamation d'un silence, ce qui est le sadisme, le plaisir unique et suprême consiste à la certitude de faire le mal, et l'amour est un crime dans lequel vous ne pouvez pas faire sans complice. L 'enfer, le diable, péché, source de plaisir et de la douleur, l'amour qui est de plus en plus loin de la simplicité et de la pureté de la nature, et aucune volonté d'éliminer les taches déposées par le mal et ne pas avoir la consolation de vivre en enfer jusqu'au dernier: ce ce fut le sort de Baudelaire.

Symbolisme et allégorique

Le sens de l'inconfort causé par la violente transformation socio-économique "huit cents Il a eu lieu dans deux œuvre poétique de Baudelaire:

Charles Baudelaire
Baudelaire à Bust Jardins du Luxembourg, Paris

Le premier, celui de la symbolisme, Elle est générée par un grand désir de retrouver ce lien étroit entre la pré-entrepriseindustriel et de la nature. Ils sont placés en souligner les similitudes entre l'homme et la nature et sont poussés ensemble les différents messages sensoriels provenant du monde naturel, exprimé à travers la figure rhétorique synesthésie;

La seconde, la "allégorisme, Il découle d'une tentative de mettre l'accent sur le détachement profond de la vie que la nouvelle société industrielle, offre les perspectives de lecteur qui nécessitent une activité rationnelle à inclure. Mais son allégorie représente aussi le rejet objectivisme scientifique, imaginaire TARPA pour la fermer par des règles logiques, privant ainsi l'homme de son actif le plus précieux.

la poésie

Le travail de Baudelaire, qui sentait la crise irréversible de la société de son temps, est variée et complexe. Sa poésie, axée sur la perfection musicale du style (il l'appelait "mathématique« ), Il a ouvert la voie pour le symbolisme et expérimentalisme, ce qui aura des répercussions majeures dans la poésie du XXe siècle. Une importance particulière a également ses écrits comme critique et érudit des problèmes esthétiques, qui ont été consolidées et fusionnées dans un emploi les franges. Baudelaire n'appartenait à aucune école, était indépendante, malgré sa poésie découle directement du romantisme. Bien que les sentiments qui l'ont inspiré étaient purement romantique, il a pu les exprimer sous une forme nouvelle, à travers des symboles qui reflètent les sentiments du monde inconscient.

La « psychologie » de Baudelaire est basée sur le conflit entre 'horreur et l 'extase, qui sont réalisés en Spleen et Idéal, non seulement l'amour physique mais aussi platonique, sur le rejet des valeurs de la réalisme et positivisme, Au lieu de cela l'excellant sensibilité, l 'irrationalité, la mélancolie, vérité humaine au centre de l'univers; préférence et l'exaltation d'un monde idéal, imaginaire, onirique, où s'échapper, parce que le monde réel est horrible, effrayant, fait que de la déception et la douleur. Cette vision de la vie, le monde, la société et la nature a conduit à la propagation du symbolisme, mais aussi la naissance du décadentisme, dont il dérive du courant symboliste, qui pousse principalement en France et Italie.[14]

Charles Baudelaire
Albatross en vol

Ce fut le poète de la ville « fiévreux », perverti, des vices et des misères des hommes; mais aussi la recherche anxieuse de l'idéal, le désir et la peur de la mort, échapper à la vie monotone et normale, la complexité et les contradictions internes de l'homme, ont été des thèmes récurrents de sa poésie. Dans le poème L 'Homme et la mer, Baudelaire compare la mer de l'âme humaine. L'immensité de l'étendue de la mer, la nature changeante de ses vagues, ils deviennent des images symboliques qui correspondent aux différents aspects et le mystère humain. L'exaspération de la quête romantique vous la conscience dell'avvenuta rationaliser rupture historique entre l'image de l'art et de la substance de la vie, y compris Idéal et rate. Le déni du collectif moral et la représentation du mal, sont idéologiquement démoniaques et forment la base grotesque de la vie, ainsi que la poésie.

Pour Baudelaire poète Il est le prêtre d'un rite, la voyant qui sait discerner les mystérieuses analogies du monde naturel, allumettes caché; mais il est aussi un artiste capable d'utiliser le mot poétique et vers habilement construit, propre et pur, d'exprimer ses idées et ses sentiments.

« Le poète » - Baudelaire écrit - « il est comme l 'albatros. « L'albatros domine avec son vol les grands espaces: ses grandes ailes font royale dans le ciel, mais s'il arrive à être capturé par les marins se déplace maladroit et maladroit sur le pont du navire et devient l'objet de plaisanteries et de mépris; et ce sont les grandes ailes qui encombrent en mouvement au sol.

Le poète, transgressive et maudit, est habitué à la grande solitude et la grande profondeur des tempêtes intérieures et dans ces dimensions règne; il, comme l'albatros, il peut sembler maladroit et maladroit dans la vie quotidienne, qui ne se déplace pas à l'aise. Le poète en fait a la domination de la réalité fantastique, mais dans le monde matériel est un incompétent et reçoit le mépris et l'incompréhension des hommes, tout comme l'albatros.

Le poète, selon Baudelaire, est venu sur la terre pour interpréter la réalité à la lumière de son rêve, rebelle aux conventions, impropres à la pratique, destiné à discréditer les passions communes, de bouleverser les cœurs, de témoigner à travers l'art d'un monde magique et idéalement parfait.

la modernisme et l'opéra baudelairien

Charles Baudelaire
Baudelaire conçu de Manet, 11,5 x 7,5 cm (1862- 1868)

Charles Baudelaire a été défini par beaucoup père de la « modernité », mot utilisé par le poète pour exprimer les particularités de l'artiste moderne: sa capacité à voir dans le métropole qui entoure non seulement la décadence de l'homme, mais aussi pour mettre en garde une beauté mystérieuse jusque-là inconnue. Le problème Baudelaire qui se pose est la suivante: comment peut la poésie, dans une société commercialisée et technicisée?

Beaucoup ont cherché une ligne de continuité entre Baudelaire et les Romantics (et Baudelaire savait: Lamartine, Hugo, Musset, Vigny...) Mais celui-ci se distancie pour celle du processus de « dépersonnalisation » conduit alors à l'extrême Arthur Rimbaud.

Les Fleurs du Mal Je ne suis pas une confession lyrique, ni la collection doit être comprise comme un journal intime des situations privées. La première étape qui mène à la dépersonnalisation du poème est le choix adopté par le poète, et non à ce jour, aucun de ses poèmes (contrairement à ce que fait Hugo, connaissance Baudelaire). Bien que la collection de poèmes suivent un chemin, ce n'est pas autobiographique, mais thématique. Les thèmes de la collection ne sont pas nombreux, et ils voulaient voir dans cette infertilité. En vérité, le thème ciblé de sa poésie, Baudelaire répond que son principe de ne pas abandonner tout "frisson du cœur».

L'acte qui conduit à poésie pure Il est appelé travail, Il est la construction méthodique d'un 'architecture. Les Fleurs du Mal Ils ne veulent pas être un simple album, mais un travail "un commencement et fin juin« ( » Un début et une fin « ). Après un poème d'introduction qui prévoit l'ensemble des travaux, le premier groupe de poèmes (Spleen et Idéal) Présente le contraste entre l'élan et l'automne. Le groupe suivant (tableaux Parisiens) Affiche la tentative d'échapper au monde extérieur de la métropole, un effort qui, ne conduisant pas à aucun résultat, conduit à une évasion de l'art dans le ciel. Tel est le thème du troisième groupe, Le Vin. Même cela, cependant, conduit à une sérénité. En conséquence, la cession à la fascination de la destruction (dans le quatrième groupe qui a le même titre de la collection, Les Fleurs Du Mal). La conséquence de cela est la rébellion sarcastique contre Dieu (Révolte). En dernier recours, nous avons juste à chercher la paix dans la mort: conclut ainsi le travail du groupe sixième et dernière de poèmes, intitulé, précisément, La Mort.

le terme modernité (modernité), Inventé par Charles Baudelaire, désigné l'expérience insaisissable et éphémère de la vie vécue dans la métropole et dans la ville, et aussi la responsabilité que l'art doit saisir cette expérience et de l'exprimer sous différentes formes, évocatrice et originale[15].

Modernisme et la transformation des valeurs et des sentiments de Baudelaire ont contribué, historiographique et terminologiquement parlant, l'émergence de ce qu'on appelle la poésie moderne, évolué après la mort du poète, avec l'aide de ses disciples et écrivains tels que Rimbaud et Mallarmé, et a commencé à décliner autour de la XX siècle L'émergence et la diffusion de nouveaux mouvements artistiques « avant-garde » (ce terme a été inventé par Baudelaire) comme 'expressionnisme et surréalisme, jusqu'à ce que la hausse des postmodernisme et le début de 'âge contemporain.

Galerie d'images

travaux

Charles Baudelaire
Charles Baudelaire
1855
  • Le salon de 1845 (Salon de 1845, 1845)
  • Le salon de 1846 (Salon de 1846, 1846)
  • La Fanfarlo (1847, roman)
  • Du vin et du haschisch (Du vin et du haschisch, 1851)
  • Fusées (1851)
  • L'art romantique (L'Art romantique, 1852)
  • Morale du joujou (1853, réécrite en 1869)
  • Exposition universelle (Exposition universelle, 1855)
  • Les Fleurs du Mal (Les Fleurs du mal, 1857)
  • Le poème de haschisch (Le haschisch du Poème, 1858)
  • Le salon de 1859 (Salon de 1859, 1859)
  • Les paradis artificiels (Les Paradis artificiels, 1860)
  • la Chevelure (1861)
  • Reflexions sur-UNS de Quelques mes contemporains (1861)
  • Richard Wagner Tannhäuser et à Paris (1861)
  • Le peintre de la vie moderne (Le Peintre de la vie moderne, 1863)
  • Le travail d'Eugène Delacroix et de la vie (La vie la et œuvre d'Eugène Delacroix, 1863)
  • Mon cœur mis à nu (Mon cœur mis à nu, 1864)
  • les Epaves (Les épaves, 1866)
  • curiosité esthétique (Esthétiques Curiosités, 1868 collection d'articles et d'essais)
  • Le Spleen de Paris ou prose Poemetti (Petits Poèmes en prose OU Le Spleen de Paris, 1869) à titre posthume
  • L'art romantique (L'Art romantique, 1869)
  • journaux intimes (Journaux intimes, 1851-1862)
  • Lettres à la mère (1872, collection de lettres)
  • Rockets (1897)
  • La capitale des Singes (Posthume)
  • Belgique pauvre! (Pamphlet inachevé a commencé en Juin 1864)

Dans la culture de masse

peinture

  • le peintre Édouard Manet, un ami de Baudelaire, a décidé de lui rendre hommage avec d'autres artistes, dépeignant dans la peinture Musique aux Tuileries, où, en fait, semble aussi Baudelaire.
  • Dans le tableau L'Atelier du peintre, de Courbet, les deux sont dépeints Charles Baudelaire Jeanne Duval.

cinéma

  • Les Frères Baudelaire, personnages de fiction du film Une série d'événements malheureux, Ils tirent leur nom de l'auteur du même nom.

musique

  • La chanteuse française Serge Gainsbourg publié en 1962 la chanson Le serpent qui danse comme une troisième piste de son album n ° 4, mis à la version musicale du poème du même nom contenu dans la collection Les Fleurs du Mal.
  • Diamanda Galas Il met à la poésie de la musique Litanies de Satan la piste de titre 1982, qui agissent performances de la poésie elle-même.
  • Le groupe français Marc Seberg texte sélectionné Recueillement pour l'album Le Chant des Terres en 1985.
  • Le chanteur-compositeur-interprète français Mylène Farmer Il a fait la même chose avec L'Horloge pour l'album Ainsi soit je ... en 1988.
  • Le chanteur italien Franco Battiato Il met en musique Invitation au voyage comment Invitation au voyage sur son album Fleurs (Exemples Affini Di Écritures et produits connexes) 1999.
  • Alceste, musicien français blackgaze, Il met en musique des poèmes de Baudelaire, y compris élévation, le PE secret (2005).
  • Le groupe italien baustelle Elle consacre la chanson Baudelaire, sur l'album amen.
  • Le rappeur italien marracash Il est inspiré à la poésie L'Albatros Baudelaire pour composer la chanson l'albatros, en partenariat avec Dargen D'Amico et rancœur et présent dans la mixtape Musique rock II.
  • la groupe rock Pouilles C.F.F. et Nomad Vénérable Il a marqué spleen, faire une chanson, Un jour noir, sur l'album Lucidinervi.
  • Le groupe italien Little Shop of Horrors avec la chanson Et elle était sur l'album Empire des ténèbres Il a mis en musique, revisiter, de la poésie Le vin tueur.
  • Le groupe français peste Noire a mis en musique les poèmes Le mort joyeux et spleen.
  • Le groupe anglais The Cure il a utilisé la traduction anglaise de Les yeux des pauvres comme le texte de la chanson Comment vous êtes belle.
  • Le titre de la pièce qui ferme le CD vagabondage le chanteur italien Giusy Ferreri, ou la Géante, Il a été inspiré par la courte poésie poème la Géante.

notes

  1. ^ Charles Baudelaire, Richard Howard. Les Fleurs Du Mal. David R. Godine Publisher, 1983 p.xxv. ISBN 0-87923-462-8, ISBN 978-0-87923-462-1.
  2. ^ Richardson 1994 p.16
  3. ^ Richardson 1994 p.35
  4. ^ Richardson 1994, p. 67-68
  5. ^ Richardson 1994 p.75
  6. ^ Richardson 1994, p.110.
  7. ^ Richardson 1994, p. 232-237
  8. ^ Richardson 1994 p.248
  9. ^ www.treccani.it
  10. ^ Richardson 1994, p311.
  11. ^ Richardson 1994 p.281
  12. ^ à b Richardson, 1994, p. 400
  13. ^ Library.vanderbilt.edu
  14. ^ A. Saures, écrivain français dit: Il Est Une Façon de Baudelaire entendre avant et après juin Façon de l'entendre. Dans Walter Binni - le Decadence poétique 1936 - Fonds Walter Binni - L'éditeur Bridge - Florence Novembre 2014
  15. ^ « Par la modernité, je veux dire le transitoire, le fugitif, le contingent qui constituent la moitié de l'art, l'autre étant l'éternel et l'immuable. » Charles Baudelaire, « Le peintre de la vie moderne » dans Le Peintre de la vie moderne et autres essais, édité et traduit par Jonathan Mayne. Londres: Phaidon Press, 13.

bibliographie

  • Paul Bourget (1883) Charles Baudelaire, en Essais en psychologie contemporaine, Turin, Aragno 2007.
  • Luigi de Nardis, laboratoire baudelariano, en Le Rossignol et le fantôme. Essais sur le dix-neuvième siècle la civilisation française, Milan-Varese, Istituto Editoriale Cisalpino, 1970.
  • Giovanni Macchia, Baudelaire, Milan, Rizzoli, 1975.
  • Joanna Richardson, Baudelaire, New York, Press, 1994. ISBN 0-312-11476-1 Saint-Martin.
  • Giovanni Cacciavillani, Ce livre terrible. Commentaires sur Les Fleurs du Mal, Napoli, Liguori, 2004.
  • Giuseppe Grasso, Relisez Baudelaire, avec une introduction par Paolo Pinto, Lugano, Carpena Editions-Lumières Internationales, 2009.

Articles connexes

D'autres projets

  • Il contribue à Wikisource Wiktionnaire: Il contient une page dédiée à la langue française Charles Baudelaire
  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations liées à Charles Baudelaire
  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Charles Baudelaire

liens externes

autorités de contrôle VIAF: (FR17218730 · LCCN: (FRn79018694 · SBN: IT \ ICCU \ CFIV \ 000538 · ISNI: (FR0000 0001 2122 1863 · GND: (DE118507184 · BNF: (FRcb118905823 (Date) · ULAN: (FR500046443 · NLA: (FR36111104 · BAV: ADV10018576 · LCRE: cnp00543475