19 708 Pages

Al-Farazdaq, en arabe: الفرزدق, Traduit par « Le morceau de pain », surnom Tammam ibn Ghālib (en arabe: تمام بن غالب), Dont kunya Il était Abou Firas (en arabe: ابو فراس) (Najd, 641 - Bassorah, 728), Il a été un poète arabe, songster et satiriste.

biographie

Beduino appartenant au Darim déplacé du clan d'origine saoudien territoires de l'Est Irakiens, Il se montre un témoignage important et précieux du premier siècle de 'hégire.

Il était un représentant de la soi-disant mukhāḍramūn, qui a agi dans la période de transition entre la culture bédouin de jahiliyya et de la société musulman qui se formait.

Déjà il est connu comme un poète à l'âge de quinze ans, en raison de ses deux tendances libertin et antireligious tant pour ses barbes d'esprit que divers piqués califes branche Omeyyades de Marwanidi, Il était la star de nombreuses vicissitudes, à la fois à la maison et Medina.

en 669 Il a été forcé de fuir Bassorah, en raison des menaces de Wali de Kufa Abi Sufyan ibn Ziyad, et il a trouvé refuge à Médine, où, accueilli par 'émir Sa'id ibn al-'As, avait dix ans décrivant la vie des tribus bédouin Nahshal de Banu et Banu Fuqaym. Mais à cause de certains de ses vers des contenus d'amour, il a été expulsé par le Calife Marwan I puis il est retourné à Bassora grâce au successeur favorise Ziyad, son fils « Ubayd Allâh.

Tout au long de sa vie, il a alterné des moments de honte à ceux de la réussite et de l'estime, et ces ses expériences personnelles étroitement liée à des luttes politiques menées par les différents courants actifs au premier siècle de l'Hégire.

En raison de sa satire sociale et politique, ses œuvres développées dans la crème, au fil des siècles, le rôle des éléments de preuve importants, fixe dans le temps, d'une société en mutation rapide.

Le travail qui a immortalisé la poésie d'Al-Farazdaq était monumental Diwan ( "Canzoniere"), constitué d'environ huit cents compositions. Le travail peut être considéré comme le plus grand littérature arabe, et il se compose de poèmes satiriques, des lamentations et de louange.[1]

En ce qui concerne le contenu et le style, l'auteur réarrangé la poésie bédouine traditionnelle, la qasida aux exigences de l'évolution de la réalité contemporaine, en ajoutant l'élément épigramme, parfois non sans arrière-plans obscènes et la sensualité.

L'une des caractéristiques les plus importantes de l'auteur était sa richesse linguistique et lexicale.

notes

  1. ^ Al-Farazdaq l'Encyclopédie Britannica, britannica.com. Récupéré 28 Février, ici à 2015.

bibliographie

  • Sharh Diwan Al-Farazdaq, Canzoniere commentaire Al-Farazdaq, Le Caire, 1936

liens externes

autorités de contrôle VIAF: (FR90047483 · LCCN: (FRn82237972 · ISNI: (FR0000 0000 7149 7510 · BNF: (FRcb13562407p (Date)
fiber_smart_record Activités Wiki:
Aidez-nous à améliorer Wikipedia!
aller