s
19 708 Pages

Marcello Pera
Marcello Pera.jpg

Président du Sénat
mandat 30 mai 2001 -
27 avril 2006
prédécesseur Nicola Mancino
successeur Franco Marini

Le sénateur de la République italienne
corps législatif XIII, XIV, XV, XVI
coalition PPL (1996), CDL (2001, 2006), PDL-LN-MPA (2008)
collège 9 - Lucca (1996, 2001)
site web d'entreprise

données générales
Parti politique PSI (Jusqu'en 1994)
Forza Italie (1994-2009)
PDL (2009-2013)
qualifications diplôme en philosophie
profession professeur d'université

Marcello Pera (Lucca, 28 janvier 1943) Il est philosophe et politique italien, sénateur Forza Italie et Peuple de la liberté 1996-2013, et Président du Sénat en XIV législature.

Des études et des débuts

Il est diplômé en comptabilité Institut « F.Carrara » de Lucca en 1962, il travaille d'abord à Banca Toscana puis à Chambre de commerce Lucca. Elle a donc décidé d'étudier philosophie. Il a obtenu tout 'Université de Pise en 1972, avec 110 sur 110 cum laude.

carrière universitaire

Encouragé par son professeur Francesco Barone, Il a commencé sa carrière universitaire en 1976 comme projet Philosophie des Sciences à pise. Il est ensuite devenu professeur de Philosophie théorique à Catane (1989-1992) et professeur de Philosophie des Sciences tous 'Université de Pise (1992). Dans ces années, il est présenté par Lucio Colletti le directeur éditorial de la maison d'édition Laterza, Enrico Mistretta, a immédiatement commencé un consultant éditorial intense pour la philosophie de la science. Avec cette maison d'édition publie également ses premiers livres scientifiques importants, loin des positions idéologiques de l'extrême gauche à l'approche avec Lucio Colletti alors présent dans le débat culturel Parti socialiste italien.

Initié dans le même politique Lucio Colletti, émigre avec lui et d'autres intellectuels du parti nouveau-né Forza Italie fondée par Silvio Berlusconi. Ici commence une nouvelle étape, où il se distingue comme un essayiste pour les activités en faveur d'une approche de la politique la religion catholique;[1]. Convaincu que les libertés civiles et politiques, loin d'être fondée sur la relativité de nos connaissances, devrait plutôt attribuable à la dignité inhérente à la personne humaine, qui persiste quelle que soit la vérité des croyances de chacun, a constaté à plusieurs reprises qu'il est faux de relativisme culturel à la base de la société libéral. Ce qui, selon Pera, pourrait augmenter plutôt grâce au sol fertile sont les principes de Christianisme. A l'époque, a déclaré Pera athée et non-croyant, donc il est compté parmi les athées dévots.[2].

en 2001, élu au Parlement entre Forza Italie, monté à la deuxième position dans l'État, la Président du Sénat, qu'il a occupé jusqu'à la fin du mandat. Pera a été collaborateur du journal "Corriere della Sera""le Messager""Print« Et l'hebdomadaire »L'Espresso« Et »panorama».

Des études de philosophie de la science

Le philosophe Marcello Pera a effectué des recherches approfondies dans le domaine de la philosophie de la science au niveau international[3]. Son premier essai philosophique de 1978 a soulevé des préoccupations méthode scientifique et l 'induction. Pera ensuite concentré ses études philosophiques Karl Popper. Correspondant du philosophe autrichien théorique de la « société ouverte », Marcello Pera est l'un de ses plus grands savants italiens.[4]. On lui a écrit l'opéra Popper et de la science sur pilotis (1981).

Avant d'écrire le livre, publié quelques articles d'information, rejoindre un vaste mouvement critique, « L'Espresso », dédié aux philosophes qui ont tenté de réfuter Karl Marx, dont la première a été consacrée à Popper. D'autres études Pera ont été consacrées aux théories des méthodes de recherche philosophe écossais David Hume et les méthodes inductives et scientifiques du XVIIIe siècle: en 1982, il a publié deux essais "Hume, Kant et l'induction« Et »Apologie du procédé« . En 1986, la recherche sur Pear a développé la première électricité à partir d'études réalisées au XVIIIe siècle Alessandro Volta et Luigi Galvani[5].

philosophie et la science sur pilotis

Le texte fondamental de Marcello Pera "Popper et de la science sur pilotis« 1982 contient une analyse détaillée des positions d'un certain nombre de philosophes européens sur la relation entre la science et la philosophie, en particulier la Francesco Bacone, David Hume, Emmanuel Kant, Karl Popper, Thomas Kuhn, Imre Lakatos et d'autres chercheurs. La signification du terme « science sur pilotis » est une référence ironique au fait que, comme des palafittiques, la science contemporaine (en particulier Théorie de la relativité et physique atomique) Ne reposent pas sur base solide comme un roc, mais ils sont soumis à des changements et des révisions fréquentes, suite à la découverte de nouvelles particules, des phénomènes nouveaux ou de nouvelles lois physiques qui modifient partiellement les précédentes la physique classique.

L'essai Pera commence par une citation célèbre par l'évolution Popper des théories scientifiques, selon laquelle la science ne se fonde pas sur des bases immuables, mais sur des principes qui peuvent faire l'objet d'une analyse plus approfondie et d'enquête.[6]. Comme Popper, même Pera croit que les théories scientifiques ont une validité limitée dans un contexte donné: selon cette approche les théories scientifiques sont en partie modifiées au fil du temps. Parmi les révisions des systèmes scientifiques étudiés par Pera il est révolution scientifique, Convention a commencé avec Niccolò Copernico et a pris fin avec le travail de Isaac Newton, qui a rendu obsolète la physique aristotélicienne et ptolémaïque. Ils sont ensuite analysés théories électromagnétiques, à partir des premières formulations empiriques Alessandro Volta et Luigi Galvani jusqu'à théories mathématiques physique James Clerk Maxwell. Enfin, au cours du XXe siècle, il y a eu d'importants travaux de rénovation de la physique classique, qui a conduit à la physique moderne avec théories de la relativité (Restreinte et générale) de Einstein et la mécanique quantique. Pera analyse l'évolution de ces théories scientifiques par rapport à celle de la méthode scientifique, basée sur processus rationnels et inductives.

La méthode scientifique et de l'induction

Marcello Pera a soutenu une position intermédiaire entre le Karl Popper pense que n'accepte pas "induction, et que d'autres philosophes qui valident la méthode scientifique basée sur l'induction, définies par David Hume, l'un des leaders de 'empirisme au XVIIIe siècle. Pera partage la contribution de Popper et d'autres membres du Vienne Cercle la philosophie de la science du XXe siècle, tout en essayant de surmonter certaines de leurs positions jugées trop radicales, donc certains de réévaluer le rôle de l'induction dans la recherche scientifique. Sur les différences entre la position et Pera Popper par rapport à la méthode inductive, voir [7].

D'autres essais sur des méthodes scientifiques

Marcello Pera a consacré de nombreux articles dans des revues professionnelles sur les questions de Philosophie des Sciences et méthode scientifique, y compris:

  • M. Pera "Induction, scandale empirisme« Dans »Présentation Feigl« (1979).
  • M. Pera "La découverte scientifique: conjecture sauvage ou arguments inductives?"Dans" la médecine depuis des siècles », XVI, n ° 1, pp.51-70, (1979).
  • M. Pera "Il est le programme scientifique de Marx scientifique? ", dans "studium», 75, 4, pp.441-463, (1979).
  • M. Pera "A priori les principes et les canons de la rationalité scientifique« Dans »physis« XXII, 2, pp.261-278, (1980).
  • M. Pera "Les théories comme des métaphores et de l'induction« Dans »physis« XXII, 3-4, (1980).
  • M. Pera "Méthode inductive et la découverte scientifique« En partenariat avec Grmek, Cohen, Cimino, (1980).

sur histoire de la science Il a publié:

  • M. Pera "La grenouille ambiguë: la controverse sur l'électricité animale entre Galvani et Volta« The Mill (1986) - Édition anglaise: Université de Princeton Press (1991)..
  • M. Pera "La science et de la rhétorique ", Laterza (1992) - Édition anglaise: "Les Discourses de la science« La Université de Chicago Press (1994).

Activité politique

La vie politique en PSI

Dans les années 80 et début des années 90, il fait partie de Marcello Pera Parti socialiste italien.

Pour commémorer son mandat de proximité avec le Parti socialiste, en 2004, il est allé à Pera Hammamet visite de la tombe Bettino Craxi, Il a appelé un « patrimoine de la République », qui appartient à la « histoire de la gauche italienne »[8].

Tangentopoli et l'enquête Mains propres

En 1994, au cours de la saison mains propres, Marcello Pera a été commis sur la question morale avec un élan de bourreau; Il a exprimé une critique sévère de la corruption politique, se rangeant sans réserve du côté des magistrats de Milan.

Pera est également engagée dans laïque, dans le mouvement référendaire Massimo Severo Giannini avec la liste Oui référendum[9]. Il a également engagé en tant que commentateur du journal Print, pour lequel entre 1992 et 1993 plusieurs critiques de la corruption politique en Italie et est exprimée comme suit:

  • « Quant à la chute d'autres régimes, nous avons besoin d'une nouvelle force, une nouvelle rédemption, puis un vrai radical, purge impitoyable ... Le processus a déjà commencé et pour une grande partie du public déjà fermé avec une conviction » (La Stampa , le 19 Juillet, 1992)
  • « Les parties doivent revenir en arrière et levez vos mains ... immédiatement et sans la ruse halètements d'accompagnement de leur agonie. Maintenant, ce serait un coup d'Etat contre la démocratie: essayer de résister à la volonté populaire « (1 Février 1993)
  • « Le garant, comme toute idéologie préconçue est pernicieuse » (29 Mars 1993).
  • « Les juges doivent aller de l'avant. Personne ne demande que l'excellente enquête ont un traitement différent de l'autre enquête « (5 Mars, 1993)
  • « Non et non, honorable Bossi. Vous devriez présenter des excuses ... Les juges faire leur devoir ... De nombreux juges ont déjà été assassinés pour faire respecter la loi ... Elle remet en cause les fondements mêmes de l'Etat de droit « (24 Septembre 1993) * » la révolution a des règles strictes et des délais serrés « (26 Septembre, 1993)
  • « Les hommes politiques qui, comme Craxi, attaquer les magistrats à Milan, semblent comprendre la substance sérieuse, fait époque, le phénomène '

avec Luigi Manconi en 1995, il a signé un appel à l'utilisation de doux médicaments[10].

Toujours en 1994, Pera a déclaré: « Berlusconi est à mi-chemin entre un artiste de cabaret pimpant et une télévision avec le vendeur de la vaisselle, des trucs qui inspirerait les Fellini pauvres et en détresse »[11].

Le sénateur Forza Italie

En 1994 Pear changer radicalement le déploiement et adhère à Forza Italie où il est devenu coordinateur national de la Convention pour la réforme libérale. Pera, à ce moment, se éloigne de positions antérieures bourreau temperandole contre garantista.

Pera a commencé à critiquer les « excès » de la piscine de Milan et Palerme, qui est venu à définir putschistes et invité D'Alema à « arrêter les juges, ce qui indique garantisme dans une position intermédiaire entre justicialisme et la corruption, et en proposant la séparation des carrières et la poursuite obligatoire. Pera a également contesté les procureurs de Milan dans l'affaire impliquant Simec Paolo Berlusconi.

à élection générale italienne, 1996 Pera est candidat au Sénat pour Forza Italie dans son Lucca, mais il est vaincu par le sénateur all'uninominale local, Patrizio Petrucci de DS. Il est ensuite repêché part proportionnelle des restes dans le système et a élu le groupe Forza Italie un sénat, et en 1998 il a été nommé vice-président du Groupe de Forza Italie sénat.

avec Marco Boato fondé la « Convention pour la justice, » un mouvement politique « virtuel » qui permet le financement public de la Gazette de Giuliano Ferrara. Au Parlement, Pera est principalement concerné par les problèmes de la justice en Italie a été l'inspiration derrière la réforme constitutionnelle "procès équitable« Approuvé en XIII législature, qui a modifié l'article 111 de la constitution[12].

Le président du Sénat (2001-2006)

en élections générales de 2001 victoires dans la circonscription uninominale de Lucca, le seul toscane Il est allé Centre-droit. Il a été élu au premier tour Président du Sénat, deuxième position dans l'Etat, il a tenu jusqu'à ce que 2006. Dans son « règlement adresse au Sénat de la République » du 30 Mars 2001 Marcello Pera a déclaré:

«C'est le cœur de la démocratie ... Il est non seulement le gouvernement du peuple, la démocratie; ni est-ce que le gouvernement des règles ou de la loi: il est plus difficile, mais aussi plus excitant. La démocratie est que le système de gouvernement qui permet à ceux qui s'y opposent pacifiquement le remplacement des décideurs au nom de la majorité. Pour cette démocratie ou de l'outil de la démocratie est non seulement le vote, mais l'argument, le discours, la comparaison. Pour remplacer ceux qui gouvernent, avant le vote doit réfuter et critiquer. De même à gouverner doit être argumentée et convaincante "

Dans ces années est Président d'honneur de la Fondation « Magna Carta » [13].

Le sénateur Forza Italie (2006-2008) et le Peuple de la liberté (2008-2013)

Après avoir quitté la présidence du Sénat, élection générale italienne, 2006 Il est réélu sénateur dans la liste de Forza Italie dans le collège Emilie Romagne et de 2007 vice-président du Forza Italie au Sénat [14].

Le résultat de l'effondrement du gouvernement Prodi et élection générale italienne, 2008, Il a été confirmé au Sénat en tant que dirigeants de la circonscription Lazio pour Peuple de la liberté.

La politique locale en Toscane

Marcello Pera a également participé à certaines questions politiques locales, en particulier dans toscane et Lucca. Il a également joué un rôle actif dans la Chambre de commerce de Lucca dans les années 60 et 70 et en particulier dans les institutions "Université de Pise dans les années 80 et 90. En 2005, Marcello Pera a exprimé quelques critiques des relations entre la ville de Lucques et de la Société municipale de gaz; Pera est alors accusé par le maire au conseil municipal Pietro Fazzi (Pris en charge par une majorité de centre-droit) qu'il est intervenu dans la gestion administrative de la ville. L'affaire portait sur une allégation des pressions sur le sénateur de la vente d'actions de gaz Gesam, Société municipale pour l'administration de gaz, Enel gaz Spa. La controverse a conduit à la dissolution du conseil municipal de Lucques et la démission du maire Pietro Fazzi, puis expulsé de son parti[15].

De l'affaire, il a également affecté le procureur de Lucques, qui 2007 Il a fermé le cas[16].

Référendum constitutionnel de 2016

En Septembre 2016 avec Marcello Pera Giuliano Urbani il a fondé le Comité pour le référendum 2016. « Free Oui » Ce comité était très proche des positions de Civic Choix et Alliance Liberalpopolare-autonomie, et il a recueilli à l'intérieur de quelques personnalités du centre comme Giuliano Urbani et Enzo Ghigo.

En Décembre 2016 son nom figurait parmi les candidats éligibles que possible dans le nouveau ministre Gentiloni gouvernement.

L'approche du monde catholique

Dans le passé Marcello Pera a été appelé un « non-croyant »; Pera a ensuite été approché à la pensée chrétienne, en acceptant l'invitation Papa Benedetto XVI vivre « comme si Dieu existait. » Il dit Pear Pourquoi est-ce que nous nous appelons chrétiens (2008): « Je vous suggère d'accepter l'exhortation que le Pape a fait aux non-croyants: suivre l'ancienne formule de Pascal et Kant à vivre 'comme si Dieu existait' (Velut si Deus daretur). « La phrase citée et commentée par Pera est de: Emmanuel Kant, Critique de la raison pratique, Trad. en. F. Capra, révisé par E. Garin, Roma-Bari, Laterza 1979, p. 157. Pera estime qu'il est une solution sage, car il rend tout moralement responsable, « Si Dieu existe, il y a des limites morales à mes actions, les comportements, les décisions, les projets, les lois et ainsi de suite ... ». Voir à ce sujet le livre Pera Pourquoi est-ce que nous nous appelons chrétiens (2008), chapitre « Comme si Dieu existait », pages 54-58, où Pera indique deux façons de se rapprocher du christianisme: celle de personne croyant ferme et celle de la personne qui admire les valeurs du christianisme (comme Kant et Pascal) et vous approches du message chrétien le vivant d'un point de vue éthique.

Pour les positions Pera sur cette question est considérée comme un membre du mouvement néo-conservatrice italien et est actuellement l'exposant le plus autorité theocons en Italie. Au cours de la présidence du Sénat, il est né un lien intellectuel entre Pera et cardinal Joseph Ratzinger, le futur pape Benoît XVI: les deux sont synchronisés sur l'analyse des problèmes de l'Europe et expriment des préoccupations communes pour une civilisation occidentale minée à l'intérieur par le relativisme et le multiculturalisme.[17]

Après 2000 Pera a consacré plusieurs articles et essais sur la relation entre la culture historique de l'Europe et le catholicisme. En général, Marcello Pera soutient que le dénominateur culturel commun des différents Etats européens ne doit pas être considérée dans Renaissance ou 'éclaircissement, mais dans Christianisme[18]. Pera dans certains essais et interviews ont indiqué la nécessité d'explorer l'identité culturelle du continent européen gospel et Actes des Apôtres. En particulier Pera a fait valoir que Lettres de saint Paul et les récits évangéliques expriment les concepts de l'égalité entre les hommes et la solidarité sociale, qui sont maintenant la base des Constitutions des nations modernes et de la Communauté européenne.

En 2004, Pera est l'auteur alors le cardinal Joseph Ratzinger le livre « Sans Racines », sur la question de racines chrétiennes de l'Europe. Dans le livre, qui contient les deux rapports et Joseph Ratzinger Pera sur le sujet et un échange de lettres entre les deux, il dénonce la décadence morale de l'Europe dit-il appauvri par le rejet de ses racines chrétiennes et menacé par terrorisme islamiste. Dans le livre écrit Pera: « Il souffle sur l'Europe un vent mauvais. Telle est l'idée que vous avez juste à attendre et la peine disparaîtrons eux-mêmes, ou vous pouvez aussi être conformes à ceux qui nous menacent et nous pouvons sortir. Il est le même souffle de vent Monaco en 1938». Dans une interview accordée à la presse après le non irlandais du traité européen, Pera identifie le pape, à la suite de de Maistre, comme la seule référence possible pour le Vieux Continent.[19]

Dans l'essai Pourquoi est-ce que nous nous appelons chrétiens (2008) relativisme culturel de la peine de poire et de l'incertitude de la société contemporaine et développe le thème de la véritable identité de l'Europe se trouvent dans la force de l'éthique sociale et le christianisme. Selon Pera, la religion catholique ne peut pas être conviction privée ou traditionnel: L'engagement catholique doit être présent dans la cohérence de son comportement éthique. Selon Pera, le chrétien doit s'engager dans toutes les sphères de la vie civile et institutionnelle, prêtant son attention sur les problèmes de tous les citoyens et la solidarité sociale. Sur le plan politique et culturel, Marcello Pera se dit "conservateur libéral. Les valeurs « Plus précisément conservateurs » pour maintenir et libérale à faire des réformes « Selon Pera » est une grande doctrine, une grande école, une grande tradition politique Elle repose sur deux piliers principaux:.. L'attention et la défense de notre tradition Europe occidentale et, ce qui est la référence à maintenir (d'où le conservatisme); et la garde de notre autonomie individuelle, qui est la condition à laquelle nous devons toujours être vigilants (d'où notre libéralisme) ».[20]

travaux

  • L'induction et la méthode scientifique, Pise, édition scientifique, technique, 1978.
  • Popper et de la science sur pilotis, Roma-Bari, Laterza, 1981.
  • Hume, Kant et l'induction, Bologne, Il Mulino, 1982.
  • Apologie du procédé, Roma-Bari, Laterza, 1982.
  • Les moyens de progrès. Les théories et les épisodes de la rationalité scientifique, édité par et avec Joseph Pitt, Milan, Basic Books, 1985.
  • La grenouille ambiguë. La controverse sur l'électricité animale entre Galvani et Volta, Turin, Einaudi, 1986. ISBN 88-06-59310-2. *

La science et la Rhétorique, Roma-Bari, Laterza, 1991. ISBN 88-420-3789-3.

  • L'art de la persuasion scientifique, et édité par William R. Shea, Milano, Guerini, 1992. ISBN 88-7802-330-2.
  • Le Martinella. 2001, Soveria Mannelli, Rubbettino, 2003. ISBN 88-498-0544-6.
  • Le Martinella. 2002, Soveria Mannelli, Rubbettino, 2003. ISBN 88-498-0641-8.
  • Le Martinella. 2003, Soveria Mannelli, Rubbettino, 2004. ISBN 88-498-0868-2.
  • Sans racines. Europe, Relativisme, le christianisme, l'islam, avec Joseph Ratzinger, Milan, Mondadori, 2004. ISBN 88-04-54474-0.
  • Le Martinella. 2004, Soveria Mannelli, Rubbettino, 2005. ISBN 88-498-1078-4.
  • La liberté et la laïcité, eds, Sienne, Cantagalli, 2006. ISBN 88-8272-266-X.
  • Le Martinella. 2005-2006, Soveria Mannelli, Rubbettino, 2006. ISBN 88-498-1517-4.
  • Pourquoi est-ce que nous nous appelons chrétiens. Le libéralisme, l'Europe, l'éthique, Milan, Mondadori, 2008. ISBN 9788804588313.
  • Les origines du libéralisme. A propos Pannunzio et Tocqueville, Turin, Pannunzio Center, 2009.

honneurs

Grande Décoration' src= Grande décoration d'honneur en or avec Range Ordre du Mérite de la République d'Autriche (Autriche)
- 2002
magnifique' src= Grand Officier de l'Ordre des trois étoiles (Lettonie)
compagnon d' src= Compagnon honoraire d'honneur de l'Ordre national du Mérite (Malte)
- 20 Janvier 2004
Grand-Croix de' src= Grand-Croix de l'Ordre du mérite de la République de Pologne (Pologne)
- 2002
Grand-Croix de' src= Grand-Croix de l'Ordre de l'Infant Dom Henrique (Portugal)
- 31 Janvier 2005
Chevalier Grand-Croix de' src= Chevalier Grand-Croix du Piano commande (Saint-Siège)
Grand-Croix - Special Class - de' src= Grand-Croix - Special Class - Ordre pro Merito Melitensi (SMOM)
- Rome, 10 mars 2006[21][22]

notes

  1. ^ Voir les deux essais de Marcello Pera "sans Racines« 2004 et »Pourquoi est-ce que nous nous appelons les chrétiens: le libéralisme, l'Europe, l'éthique« 2008
  2. ^ Marcello Veneziani gratuit, 25 novembre 2008, de MarcelloPera.it
  3. ^ Professeur invité: Centre de philosophie des sciences, Université de Pittsburgh, 1984; Professeur invité: La Fondation Van Leer, Jérusalem, 1987; Professeur invité: Département de linguistique et de philosophie, MIT, Cambridge, Massachusetts, 1990; Professeur invité: Centre de philosophie des sciences naturelles et sociales, London School of Economics, 1995-1996)
  4. ^ voir la préface de l'essai Pera "Popper et de la science sur pilotis"Laterza 1982, p IX, où Pera indique"Je suis très reconnaissant à Sir Karl Popper pour me donner quelques points clarifiai privé sur lequel il reste des divergences d'opinion. Pour les autres points que j'ai des raisons de reconnaissance à des amis et des collègues italiens et étrangers"
  5. ^ cfr. le sage La grenouille ambiguë: la controverse sur l'électricité animale de Galvani et Volta, 1986
  6. ^ La science ne repose pas sur une couche solide de roche. La structure audacieuse de ses théories augmente, pour ainsi dire au-dessus d'un marais. Il est comme un bâtiment construit sur pilotis. Les pieux sont enfoncés de haut en bas dans le marais, mais pas dans une base naturelle ou « date »; et le fait que nous abandonnons nos efforts pour marteler les piles plus profondes ne veut pas dire que nous avons trouvé un terrain solide. Simplement, nous nous arrêtons lorsque nous sommes satisfaits et nous pensons que, au moins pour le moment, les supports sont suffisamment stables pour soutenir la structure. (Karl Popper); M. Pera "Popper et de la science sur pilotis« Introduction » Une frontière entre l'épistémologie positivisme logique et méthodologique anarchisme », p.3 (1982).
  7. ^ M. Pera, Popper et de la science sur pilotis, Avant-propos, pp.VII-X (1982)
  8. ^ Poire sur la tombe de Craxi « Un patrimoine de la République », la République, 18 janvier 2004
  9. ^ "Champions de l'Italie", Gianni Barbacetto, éditeur Marco Tropea
  10. ^ Pera, le comptable qui est devenu président un caractère d'acier pour le philosophe de mille et mille contradictions, le Tirreno, 28 décembre 2001
  11. ^ Cité dans Michele De Lucia, nous fruits, Kaos 2005. ISBN 8879531530
  12. ^ (Principes de la procédure régulière le droit constitutionnel 23 novembre 1999, n. 2; Journal officiel n. 300 du 23 Décembre 1999)
  13. ^ Lettre au Président du Sénat Marcello Pera à la convention de Norcia
  14. ^ senato.it - ​​carte de visite Marcello PERA - XV législature
  15. ^ voir la source de nouvelles « Il offensé Pera » Forza Italie expulse le maire
  16. ^ Le procureur demande l'archivage
  17. ^ voir le livre écrit en collaboration entre M. J. Ratzinger et Pera Sans Racines: Europe, Relativisme, le christianisme, l'islam, Milan, Mondadori, 2004, et aussi plus tard essai Pera "Introduction à Joseph Ratzinger", 2005
  18. ^ voir notamment le livre écrit en collaboration entre M. Pera et J. Cardinal Ratzinger, Sans Racines: Europe, Relativisme, Christianisme, Islam, Milan, Mondadori, 2004, et le prochain livre de M. Pera, Pourquoi est-ce que nous nous appelons chrétiens. Le libéralisme, l'Europe, l'éthique, Milan, Mondadori, 2008.
  19. ^ « Vous voyez? Il se dresse une Union sans Dieu »
  20. ^ la relation étroite entre les mouvements politiques européens libéraux et le catholicisme est développé par poire dans l'essai Pourquoi est-ce que nous nous appelons chrétiens. Le libéralisme, l'Europe, l'éthique, Milan, Mondadori, 2008.
  21. ^ Depuis le site Web de l'Ordre Souverain Militaire de Malte.
  22. ^ Marcello Pera est reçu par Andrew Bertie » Fra

bibliographie

  • Champions italienne. G. Barbacetto, Marco Tropea Editore, 2002, ISBN 8843803549.
  • Nous fruits. Portrait de Marcello Pera. M. De Lucia, Kaos Editions, 2005, ISBN 88-7953-153-0.
  • « La tolérance et les racines chrétiennes selon Marcello Pera ». F. Coniglione en Iride. Philosophie et débat public, 46, XVIII (2005), pp. 603-609
  • « La force de l'Ouest. Pera, et le relativisme de Ratzinger « vieille Europe ». » F. Coniglione en le Protagoras, Juillet-Décembre 2005 cinquième série, n. 6, pp. 7-46 * "Le sourire de Critias. Le relativisme élitiste Marcello Pera. « F. Coniglione en La généreuse philosophie. Des études en l'honneur d'Anna Di Stefano Escher, Bonanno, Acireale-Roma 2006, pp. 183-201

D'autres projets

  • Il contribue à Wikisource Wiktionnaire: Il contient une page dédiée à Marcello Pera
  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations liées à Marcello Pera
  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Marcello Pera

liens externes

prédécesseur Président du Sénat successeur Logo du Sénat de la République Italiana.svg
Nicola Mancino 30 mai 2001 - 27 avril 2006 Franco Marini
autorités de contrôle VIAF: (FR87352258 · LCCN: (FRn81065125 · SBN: IT \ ICCU \ CFIV \ 042841 · ISNI: (FR0000 0001 0922 2994 · GND: (DE130476048 · BNF: (FRcb120250540 (Date) · BAV: ADV12053541