s
19 708 Pages

Henri Bergson
Henri Louis Bergson (1927)
Médaille du Prix Nobel Prix ​​Nobel de littérature 1927

Henri-Louis Bergson (Paris, 18 octobre 1859 - Paris, 4 janvier 1941) Ce fut un philosophe français. Son travail a vaincu les traditions du XIXe siècle spiritualisme et positivisme et il a eu une forte influence dans les domaines de la psychologie, de biologie, dell 'art, de littérature et théologie[1]. Il a reçu le Prix ​​Nobel de littérature en 1927 Il est « à la fois » pour les compétences brillantes pour ses idées riches et fertiles « avec laquelle il a été en mesure de les présenter. »[2]

biographie

Il est né en Paris rue Lamartine, non loin de 'Opéra. Son père venait d'une famille de Juifs polonais, dont le nom original était Bereksohn, la mère était aussi ascendance juive, anglo-irlandais. Sa famille vivait dans Londres pendant quelques années après sa naissance et il est vite devenu familier avec Anglais. Avant il avait neuf ans, ses parents ont passé la canal et ils se sont installés dans France; Henri était un citoyen naturalisé de la République.[3]

La vie de Bergson était que calme et sans grands événements d'un professeur de français; les principaux points de repère dans ce sont la publication de ses quatre œuvres majeures: la première 1889, l 'Essai sur les données de La immediates de conscience (Essai sur les données immédiates de la conscience), puis Matière et Mémoire (Matière et mémoire) en 1896, L'évolution créatrice (Creative Evolution) en 1907 et enfin Les deux sources de la morale et de la religion (Les deux sources de la morale et de la religion) en 1932.[3]

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Bergson pensée.

Carrière et travaux

Henri Bergson
Henri Bergson en 1878 École Normale Supérieure

« Les points de vue que nous détenons le plus sont ceux que nous avons une comptabilité les plus difficiles. »

(Henri Bergson, Essai sur les données immédiates de la conscience)

À Paris 1868 un 1878 Bergson a assisté à la lycée Fontaine, maintenant connu sous le nom Lycée Condorcet. en 1877 Il a remporté un prix pour son travail scientifique et une autre quand il avait dix-huit ans, pour la solution d'un problème mathématique qui a été publié l'année suivante ANNALES de Mathématiques. Après quelques hésitations sur sa carrière, si cela devait se développer dans le domaine de la science ou des sciences humaines, il a décidé pour la deuxième option et à dix-neuf ans, il est entré dans le prestigieux École Normale Supérieure où il a rencontré et se lia d'amitié avec Pierre Janet et il avait comme professeur, philosophe Léon Ollé-Laprune. Ici, il a reçu son diplôme Licence-ès-Lettres et 1881 Elle a participé à la compétition pour le professeur agrégé de philosophie.

La même année, il a reçu une affectation d'enseignement à l'école secondaire Angers, l'ancienne capitale de la 'Anjou. Deux ans plus tard, il installe au lycée Blaise Pascal Clermont-Ferrand, capitale de la département la Puy-de-Dôme.

en Durée et Simultanéité a contesté une élaboration philosophique - une sorte d'ambiance française - sur les résultats de Albert Einstein en Théorie de la relativité.[4] Einstein a montré que le temps est relatif à système de référence et plus la vitesse d'un système par rapport à l'observateur, plus le temps dans un tel système ralentira du point de vue de l'observateur. Bergson a fait valoir que le temps est un pas de nombreux points contigus droites, mais un moment qui pousse sur elle-même se chevauchant l'autre.[5]

Essai sur les données immédiates de la conscience

L'année après son arrivée à Clermont-Ferrand, Bergson a donné l'exemple de sa capacité en sciences humaines en publiant une excellente édition d'extraits de lucretius, une étude critique du texte et de la philosophie du poète (1884), Une œuvre dont les éditions répétées sont une preuve suffisante de son importance dans la promotion de l'étude des classiques à la jeunesse française. En plus d'enseigner et de tenir des conférences dans la région de 'Auvergne, Bergson a trouvé le temps pour l'étude privée et la rédaction d'œuvres originales. Il était occupé avec son Essai sur les données de La immediates de conscience. Ce traité a été livré, avec une brève dissertation en latin sur Aristote, pour diplôme Docteur ès-ès-Lettres, à laquelle il a été admis par Université de Paris en 1889. Le travail a été publié la même année par Alcan, l'éditeur parisien, dans son collier La Bibliothèque de philosophie contemporaine.

Bergson a consacré ce volume Jules Lachelier, ministre de l'Education, qui était un ardent disciple de Félix Ravaisson et auteur d'une œuvre philosophique assez importante: Du Fondement de l'induction (Sur la base de l'induction, 1871). Lachelier essayant de « remplacer partout la force d'inertie, la vie à la mort et la liberté de fatalisme. »[6] Dans le premier chapitre de Essai sur les données immédiates de la conscience Bergson critique les psychologies de la marque positiviste, qui a mesuré l'intensité d'un sentiment en fonction de l'intensité du dispositif d'excitation. La mesure de l'intensité a été le résultat de l'intrusion des catégories spatiales: ce qui a été mesuré était Bergson deuxième fonction du nombre de muscles impliqués dans la réaction.

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Bergson pensée § spatialisé temps et en temps réel.

Sur la même base, - explique Bergson au chapitre II - est construit le concept de « temps » mesurable homogène, ce qui Bergson oppose une durée intérieure qui est une croissance qualitative continue, donc réfractaire à toute forme de mesure. Cette durée a pour caractéristique essentielle de l'affectif vécu qui le caractérise, et parvient à réaliser le paradoxe apparent de changement continu dans la conservation. A cette époque, cimenter l'identité personnelle, est né dans le troisième chapitre de l'acte libre, au-delà des reconstructions logiques faux dans laquelle il a été pris au piège par les adeptes du déterminisme que les défenseurs de la liberté apparente.[7]

Matière et mémoire

Bergson avait alors installé à Paris; après avoir enseigné pendant quelques mois au Collège municipal, connu sous le nom Collège Rollin, Il a reçu une mission à Henri-Quatre lycée, où il est resté pendant huit ans. en 1896 Il a publié son deuxième ouvrage majeur, intitulé Matière et Mémoire. Ce travail assez dur, mais brillante, enquête sur la fonction du cerveau, entreprend une analyse de la perception et mémoire, conduisant à un examen attentif des questions sur la relation entre le corps et l'esprit. Bergson a passé des années de recherche avant de publier chacun de ses trois œuvres majeures. Cela est particulièrement vrai pour Matière et Mémoire, où il montre une connaissance très profonde avec la quantité importante de la recherche médicale qui avait été fait dans les années, dont la France est à juste titre attribué une importante au sujet.

en Matière et mémoire Il met l'accent sur la valeur pratique de la science; tout en restant une opposition entre intérieur et extérieur, la conscience et le monde sont reliés les uns aux autres. La tentative de Bergson à aller au-delà à la fois le réalisme est l'idéalisme par définition de la perception comme une forme de conscience englobant à la fois le subjectif et l'objectif. L'image se pose de soudure entre la matière et la mémoire.

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Bergson Pensée § Mémoire.

La matière et la mémoire est divisée en quatre sections. Dans le premier chapitre, Bergson montre comment la perception pure, isolé des contributions de mémoire, est réduite à une coupe purement théorique sur la réalité, selon les lignes classiques de nos possibilités d'action. À ce stade (chapitre II et III), Bergson analyse la relation concrète entre la perception et de la mémoire, l'examen d'un impressionnant corpus de données expérimentales. L'interaction entre l'afférent donnée et la projection des mémoires sur elle est configurée comme un circuit, dans lequel les données est enrichie de contributions intérieures qui personnalisent la perception. Finalement, l'utilitaire critère pragmatique est responsable de l'évocation d'une mémoire particulière, ce qui est jamais pur, mais est « imprégné » de la perception. Le dualisme entre la perception spirituelle étendue et rappelez-vous résout le dernier chapitre d'une métaphysique des différents niveaux de réalité, qui est la théorie de la perception selon la contraction au rythme du temps différents de l'univers. Bergson arrive donc à une onde vibratoire de la conception et en contiguïté matière évidente avec les résultats de la physique du temps, qui est ensuite engagé par notre pragmatique dans la mémoire clé. Une autre conclusion importante concerne la vie spirituelle qui transcende les limites du corps et donc, par conséquent, de la perception et de l'action, s'obligèrent au corps.[8]

en 1898 Bergson est devenu Maître de conférences à son alma mater, l 'École Normale Supérieure et il a ensuite été promu professeur. l'année 1900 J'ai vu un professeur à Collège de France où il a accepté le poste de professeur de philosophie grecque qui se passe à Charles L'Eveque.

Lors du premier congrès international de philosophie, tenue à Paris de 1 à 5 Août 1900, Bergson a lu un court article, mais important Sur les origines de notre à la croyance psychologiques de la causalité loi ( « Sur les origines psychologiques de notre croyance dans la loi de causalité »).

le riz

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Humour § riz Bergson.

en 1901 Félix Alcan a publié un ouvrage qui avait déjà paru dans Revue de Paris, intitulé Le rire (Rice), l'une des plus importantes productions mineures de Bergson. Les principaux mécanismes de production de la bande dessinée seront étudiées en vue de la conclusion d'étirements mécaniques et répétitives où il était prévu la grâce, la rapidité et la vie, l'unicité vitale. Chaque comportement humain peut être lié au riz; Il roulera une bonne fin, de corriger et d'éduquer, mais aussi conduit par malice, à humilier et à soumettre. Au fond de riz sont des traces d'égoïsme cachés, amers et tragiques.[9]

Ce traité sur le sens « comique », il était basé sur une conférence qu'il avait tenu depuis longtemps dans 'Auvergne. L'analyse de ce travail est essentiel à la compréhension des points de vue de la vie de Bergson; notables sont ses pas sur le rôle dans la vie artistique. L'artiste parvient à avoir une connaissance désintéressée d'une tranche de la réalité juste en raison de sa distraction de la vie pratique.

en 1901 Bergson a été élu à l'Académie des Sciences morales et politiques, et est devenu membre de l'Institut. en 1903 Il a été publié par Revue de Métaphysique et de morale Son un article très important intitulé Introduction à la Métaphysique (Introduction à la Métaphysique) qui est utile comme une préface à l'étude de ses trois œuvres majeures.

A la mort de Gabriel Tarde, le sociologue eminent, en 1904, Bergson lui a succédé à la chaire de philosophie moderne. Du 4 au 8 Septembre de cette année était Genève pour assister au deuxième congrès international de philosophie, où il a prononcé des rapports sur Le Paralogisme psycho-physiologique, ou, pour citer son nouveau titre, Le Cerveau et la Pensée: illusion Une Philosophique (Le cerveau et la pensée: une illusion philosophique). Une maladie l'a empêché de se rendre au Allemagne pour assister au troisième Congrès international de philosophie tenue à Heidelberg.

Creative Evolution

Son troisième grand travail, Creative Evolution (La créatrice Évolution), Il est apparu dans 1907, et il est sans aucun doute le plus connu et le plus discuté. Il est l'une des contributions les plus profondes et originales à la réflexion philosophique sur la théorie de la évolution.

(FR)

« Un livre de Comme La créatrice Évolution Ne est pas une oeuvre only, Mais date de juin, la direction des cellules UNE CHAMBRE D'HOTE à la imprimà pensée. »

(IT)

« Un livre comme Creative Evolution Il est non seulement le travail, mais aussi une date, celle d'une nouvelle direction donnée à la pensée. »

(Imbart de la Tour Le Pangermanisme et la philosophie de l'histoire)

au 1918 l'éditeur Alcan avait déjà publié vingt éditions, en moyenne deux fois par an pendant dix ans. Suite à la publication de ce livre, la popularité de Bergson a augmenté énormément, non seulement dans les milieux académiques, mais aussi auprès du grand public du lecteur général.

Le texte présente l'évolution comme une création continue sans téléologie, par analogie avec la vie personnelle. Sans la création de la vie et de l'univers, ils auraient déjà terminé ou se retrouveraient à l'avenir. L'évolution est créative, car elle va au-delà de la mécanicisme et le mauvais détermination.

le "force de vie« (élan vital)[10],Ce serait la force qui déplace la vie, comme une adaptation dynamique à l'environnement, dans une dialectique entre la vie et les formes dans lesquelles la cristallisation dans une espèce déterminée est toujours un échec pour le mouvement de la vie. de nombreuses critiques aux concepts et idées de « rien » et « désordre », considérés parmi les incompréhensions responsables de la vie telle que conçue par l'intelligence conceptuelle.

L'homme doit se transformer, évoluer au-delà de lui-même pour voir le sommet moral et religieux.[11]

La relation avec James et pragmatisme

Similitudes et différences

Bergson est venu à Londres en 1908 et il a fait une visite à William James, le philosophe américain Harvard, que Bergson était plus âgé de dix-sept ans et a participé activement à attirer l'attention du public anglo-américain sur le travail du professeur français. Ce fut une réunion intéressante et nous trouvons impressions James de Bergson dans ses lettres en date du 4 Octobre 1908. « Un homme si modeste et sans prétention, mais un génie intellectuel! Je soupçonne que encore que la tendance qu'il se concentrait prévaudra et que l'époque actuelle sera une sorte de tournant dans l'histoire de la philosophie ».

Henri Bergson
Bergson dans un portrait de J. E. Blanche (1891)

depuis le 1880 James avait écrit un article en français au périodique La Critique Philosophique, de Renouvier et Pillon, intitulé Le sentiment de l'effort. Quatre ans plus tard est apparu ses deux articles dans la revue esprit« Qu'est-ce qu'une émotion? » et « Sur certains Omissions de la psychologie introspective. » Parmi ces articles les deux premiers ont été cités par Bergson dans son ouvrage de 1889, Les de La immediates Données de conscience. Dans les années 1890-1891 ont été publiés deux volumes de l'œuvre monumentale de James, Les principes de la psychologie, dans laquelle il se réfère à un phénomène pathologique observé par Bergson. Certains auteurs, en considérant que ces dates et pour autant négliger le fait que l'enquête de James était en cours depuis 1870 (Qui avait été suivi de temps à autre avec divers articles qui ont abouti à les principes), Ils ont tort du idées de Bergson comme des antécédents à celui de James.

Il a été suggéré que Bergson devrait les idées fondamentales de son premier livre de l'article 1884 James, « Sur certains Omissions de la psychologie introspective », qui ne mentionne pas et ne pas mettre dans les références. Cet article traite de la conception de la pensée flux de conscience, que 'intellect dénature l'organisation en concepts. Bergson a répondu à cette insinuation en niant qu'il ne savait pas quand il a écrit l'article James Les de La immediates Données de conscience. Il semble que les deux penseurs ont progressé de façon indépendante presque jusqu'à la fin du siècle. Leurs positions intellectuelles sont plus éloignées que ce qui est souvent pensé. Les deux sont en mesure d'attirer un consensus bien au-delà de la sphère purement académique, mais seulement dans leur rejet mutuel, en fin de compte, dell ' "intellectualisme« Il y a une réelle harmonie. Bien que James était légèrement en avance dans le développement et l'énonciation de ses idées, il a avoué qu'il était déconcerté par un grand nombre des idées de Bergson. James certainement négligé de nombreux aspects plus profondes métaphysiques de la pensée de Bergson, qui n'armonizzavano pas avec eux-mêmes, et ils étaient en effet en nette contradiction. en plus de cela, Bergson était pas pragmatique -pour lui le « » utilité », loin d'être un test de la vérité est tout à fait l'inverse, synonyme d'erreur.

Néanmoins, William James a salué Bergson comme un allié. en 1903 il a écrit: « Je lis les livres Bergson et je n'ai rien lu depuis des années qui a tellement excité et stimulé mes pensées. Je suis sûr que la philosophie a un grand avenir, briser les vieilles habitudes et apporte des choses dans une solution où ils peuvent rencontrer de nouveaux cristaux ". Les hommages les plus importants qui Décerné à Bergson étaient ceux Hibbert Lectures (Un univers Pluralistic), James qui a donné à Manchester College Oxford, peu de temps après avoir rencontré Bergson à Londres. Il a souligné l'encouragement qu'il avait reçu de la pensée de Bergson et a exprimé sa confiance qu'il avait « pour appuyer l'autorité de Bergson ».[12]

L'influence de Bergson l'a amené à « renoncer à la méthode intellectualiste et la notion actuelle que logique Il est une mesure appropriée de ce qui peut ou ne peut pas être ". Elle l'a également conduit à « abandonner la logique, ferme et irrévocable » comme méthode, car il avait constaté que « la réalité, la vie, l'expérience, concrétude, l'immédiateté, utilisez le mot que vous voulez, va au-delà de notre logique, l'engloutit et entoure ».[13]

Bien sûr, ces remarques, qui a paru dans un livre 1909, Ils ont souligné les nombreux lecteurs britanniques et américains pour enquêter sur la philosophie de Bergson. Cela a été rendu difficile par le fait que son travail le plus important n'a pas été traduit en anglais. James, cependant, encouragé et aidé Arthur Mitchell dans sa préparation de la traduction anglaise de L'évolution créatrice. en Août 1910 James morì. Il était son intention, s'il avait vécu pour voir l'achèvement de la traduction, de l'offrir au public des lecteurs britanniques avec une note de préface d'appréciation. L'année suivante, la traduction a été réalisée et cela a conduit à un intérêt encore plus grand à Bergson et son travail. Par coïncidence, cette même année (1911), Bergson a écrit, pour la traduction française du livre de James, pragmatisme, une préface de seize pages intitulée Vérité et Realite. Dans ce document a exprimé sa sympathie et son appréciation pour le travail de James, associé à certaines réserves importantes.

En Avril (de 5 à 11) suivi Bergson Quatrième Congrès international de philosophie tenue à Italie, à Bologne, où il a prononcé un discours brillant à propos de Le Intuition Philosophique. En réponse aux invitations reçues, il est venu à nouveau en Angleterre en mai de cette année et a fait plusieurs visites ultérieures en Angleterre. Ces visites ont toujours été des événements spéciaux et ont été marquées par des déclarations importantes. Un grand nombre d'entre eux contiennent des contributions importantes à la pensée et une nouvelle lumière sur jeté de nombreux passages dans ses trois œuvres majeures: Traité sur les données immédiates de la conscience, Matière et mémoire, et l 'évolution créatrice. Bien qu'ils étaient généralement nécessairement brèves déclarations, ils étaient les plus récentes de ses livres et ainsi montré comment ce penseur aiguë pourrait se développer et d'enrichir leur façon de penser et de profiter de ces occasions de faire comprendre au public britannique, les principes fondamentaux de sa philosophie.

Les cours sur le changement et les dernières années de Bergson

au printemps 1911 Bergson a visité le Université d'Oxford, où il a prononcé deux conférences intitulées La perception du Changement (La perception du changement), qui ont été publiés en français dans la même année par le Clarendon Press. Bergson avait le don d'exposition lucide et concise, dans l'occasion, et ces leçons sur le changement formé un excellent résumé ou traité brièvement sur les principes fondamentaux de sa pensée et à condition que les étudiants ou le grand public du lecteur général un excellent introduction à l'étude de ses volumes les plus pesants. Oxford a fait honneur à son visiteur remarquable conférant le titre de docteur.

Deux jours plus tard, il a livré la « leçon Huxley » à Université de Birmingham, en prenant comme argument La vie et la conscience. Cela est apparu plus tard Le Journal Hibbert (Octobre 1911), et, plus tard révisé, a été le premier traité dans la collection L'Energie Spirituelle. En Octobre, il était de retour dans Angleterre, où il a reçu un accueil enthousiaste, et a tenu la University College London quatre leçons de La Nature de l'âme.

en 1913 visité le États-Unis, à l'invitation Université de Columbia de New-York, et il a donné des conférences dans plusieurs villes des États-Unis, où il a été reçu par un large public d'auditeurs. En Février, la Université de Columbia, il a donné des conférences en français et en anglais, accordant une attention particulière à Et Liberté Spiritualité et Procédé de la philosophie. Encore une fois en Angleterre en mai de la même année, il a accepté la présidence du Société pour la Recherche Psychique, conformément à la parole de la Société: Fantômes des Vivants et Recherche psychique (spectres de la vie et de la recherche mentale).

Pendant ce temps, sa popularité a augmenté, et les traductions de ses œuvres ont commencé à apparaître dans différentes langues: Anglais, allemand, italien, danois, suédois, hongrois, polonais et russe. en 1914 ses concitoyens l'tributarono l'honneur d'élire un membre du Académie française. Il est également devenu président de Académie des Sciences morales et politiques et enfin officier Légion d'honneur et officier instruction publique.

Bergson: le socialisme et le modernisme catholique

Bergson avait adeptes de différents genres, France des mouvements tels que Neocattolicesimo ou modernisme d'une part et syndicalisme de l'autre, ils se sont efforcés d'absorber et de faire leur propre, à des fins de propagande aussi, quelques-unes des idées centrales de son enseignement. L'importante revue théorique union, « Le Mouvement socialiste », a suggéré que le réalisme Karl Marx et Pierre-Joseph Proudhon Il est hostile à toutes les formes de intellectualisme et, par conséquent, les partisans du socialisme marxien devraient avoir un bon accueil philosophie comme celle de Bergson. D'autres auteurs se sont efforcés de trouver entre la consonance chaire de philosophie au Collège de France avec les objectifs de Confédération Générale du Travail. Il a dit qu'il ya harmonie entre la flûte de la méditation philosophique personnelle et la trompette de la révolution sociale.

Alors que les socialistes-révolutionnaires essayaient de tirer le meilleur parti des idées de Bergson, de nombreuses autorités de la pensée religieuse, en particulier les théologiens plus libéraux de toutes les croyances, ie en France modernistes et néo-catholique Parti, a montré un intérêt profond dans ses écrits et beaucoup d'entre eux a essayé de trouver dans ses œuvres d'encouragement et d'incitation. la Eglise catholique Cependant Bergson est venu d'interdire trois livres en les plaçant tous 'Index des livres interdits (Décret du 1er Juin 1914)[14].

en 1914, universités écossais Ils ont organisé l'exposition, par Bergson, les célèbres Gifford Lectures, et un cours d'enseignement a été prévu pour le printemps et une autre à l'automne. Le premier cours, composé de onze conférences, nommé Le problème de la personnalité, Il a eu lieu à Université d'Edimbourg au printemps de cette année. Le cours des conférences prévues pour l'automne devait être abandonnée en raison de l'épidémie de guerre. Cependant, Bergson, est resté silencieux pendant le conflit. Il a tenu plusieurs discours au lieu se faire une part active de la propagande de guerre ( « bourrage de crâne ») dont Barrès était devenu champion.

Bergson et la Première Guerre mondiale

Dans la guerre, Bergson a vu le conflit et de l'esprit matière, ou vie et le mécanisme, les principes qu'il a identifié respectivement avec les côtés français et allemand; donc réduit en esclavage les principes fondamentaux de sa philosophie idéologie nationaliste. Cet aspect de sa carrière ne sera pas épargné à juste titre par des philosophes comme Politzer (ne La fin d'un défilé philosophique. le bergsonisme) Et, plus tard, Sartre et Merleau-Ponty (Les guerres Un congé compensatoire eu, dans le premier numéro de Les temps modernes, 1945). Il remonte au 4 Novembre 1914 article La force ici et se use Celle qui se use pas (La puissance qui est consommée et ce qui ne se consume pas), il est apparu que Le Bulletin des Armées de la République Française. Un discours présidentiel en Décembre 1914 un Académie des sciences morales et politiques Il était intitulé L'importance de la Guerre.

Bergson a contribué à la publication par le Le Daily Telegraph en l'honneur du roi de Belgique, Livre du Roi Albert (Noël 1914). en 1915 il a été remplacé dans le rôle du président Académie des Sciences morales et politiques de Alexandre Ribot, et donc il a fait un discours sur l'évolution des 'impérialisme Allemand. Pendant ce temps, il a trouvé le temps de répondre à la demande du ministre de l'éducation pour créer une philosophie française du rapport qui a été présenté à l'Exposition universelle San Francisco en 1915. Bergson a fait un grand nombre de voyages et conférences Europe et Amérique pendant la guerre. Il était là quand la mission française dirigée René Viviani Il a fait une visite en Avril et Mai 1917, qu'il a suivi l'entrée dans la guerre. Le livre Viviani La Mission française en Amérique (1917), Il contient une introduction par Bergson.

au début 1918 Il a été officiellement accueilli par l'Académie française, en prenant sa place parmi les « Quarante Immortels » pour réussir Émile Ollivier, l'auteur de l'œuvre historique vaste et remarquable L'Empire libéral. Une séance a eu lieu en Janvier en son honneur au cours de laquelle il a prononcé un discours sur Ollivier.

Parce que de nombreux écrits de Bergson pour les magazines français ne sont pas facilement accessibles, il a accepté la demande de ses amis que ces articles ont été rassemblés et publiés en deux volumes. Le premier a été prévu lorsque la guerre éclata. Le volume est apparu qu'à la fin des hostilités en 1919. Il est intitulé L'Energie Spirituelle: Essais et Conférences (l'énergie spirituelle: Traités et leçons). Le volume ouvre la leçon de Huxley 1911, La vie et la conscience, sous une forme révisée et développée, avec le titre de La conscience et la vie. Ils ont manifesté les signes d'un intérêt croissant pour Bergson l'éthique sociale et l'idée d'une vie future de survie personnelle. On y trouve aussi la conférence devant la Société pour la Recherche Psychique, ainsi que celle tenue en France, L'Ame et le Corps, qui contient la substance des quatre conférences de Londres sur l'âme. Le septième et dernier article est une réédition de la célèbre conférence de Bergson au Congrès en philosophie à Genève 1904, Le paralogisme psycho-physiologique (L'erreur psycho-physiologique), qui est maintenant publié en Le Cerveau et la Pensée: illusion Une Philosophique. D'autres articles sont sur la fausse reconnaissance, sur les rêves et sur Effort intellectuel. Le livre a été très bien accueilli et a servi à réunir ce que Bergson a écrit sur la force mentale et sa vision de la « tension » et « étirement » appliqué à la relation entre la matière et l'esprit.

en Juin 1920 l 'Université de Cambridge Elle lui fit l'honneur de docteur ès lettres. Afin de consacrer tout son temps à la nouvelle grande œuvre qu'il préparait sur 'éthique, la religion et sociologie, Bergson avait une dispense de ses fonctions liées à la chaire de philosophie moderne Collège de France. Il a occupé le fauteuil, mais il a refusé de leçons; Cela a été remplacé par son élève favori Edouard Le Roy. Vivre avec sa femme et sa fille dans une maison modeste dans une rue calme près de la Porte d'Auteuil à Paris, Henri Bergson a remporté le Prix ​​Nobel de littérature en 1927.

Les deux sources de la morale et la religion

En dépit de la souffrance de rhumatisme invalidante 1925, en raison de laquelle il a dû éliminer quelques-unes de ses nombreuses fonctions, publié en 1932 et 1934 deux nouveaux grands travaux: Les Deux Sources de la morale et de la religion (Les deux sources de la religion et de la morale) et La Pensée et le mouvant (Pensée et mouvement), qui a étendu ses théories philosophiques dans les domaines de la morale, de la religion et de l'art.

Dans une société fermée fondée sur l'obéissance à l'autorité et cimenté la croyance des dogmes de la religion statique, Bergson oppose une société ouverte qui est perpétuellement sous forme cristallisée, et étend à toute l'humanité animée par la force de la religion mystique de l'amour dynamique. Il est jamais atteint, mais il reste comme orientation asymptote.[15] La distinction entre la société de la société fermée et ouverte sera reprise, même avec les distinctions dues, de Karl Popper dans le travail "La Société ouverte et ses ennemis».

Malgré la maladie physique, il a conservé ses valeurs fondamentales équilibre à la fin de sa vie; de soulagement moral particulier, il était son choix de renoncer à toutes ses positions et les honneurs qui avaient été attribués plutôt que d'accepter d'être une exception aux lois Antisémitique imposée par gouvernement de Vichy.

Le défaut de se convertir au catholicisme

De plus, même si elle voulait convertir catholicisme, Il lui a donné pour la solidarité avec ses compatriotes juifs à qui avait commencé en Allemagne la persécution nazie. En fait, dans son testament, rédigé en 1937, le philosophe a écrit:

« Mes réflexions me ont conduit plus près de catholicisme, dans lequel je vois l'achèvement de 'hébraïsme. Je l'aurais converti si je ne l'avais pas vu depuis plusieurs années à préparer la formidable vague de antisémitisme, qui déferle sur le monde. Je voulais rester parmi ceux qui demain seront persécutés. Mais j'espère qu'un prêtre Catholique veut venir et dire des prières à mes funérailles, si le cardinal Archevêque de Paris il autorisera. Si cette autorisation est refusée, il faut appeler un rabbin, mais sans se cacher à lui-même ou à d'autres mon adhésion morale au catholicisme, ainsi que le désir d'avoir exprimé, je les prières d'un prêtre catholique.[16] »

A sa demande, il était un prêtre catholique de réciter les prières à ses funérailles. Henri Bergson est enterré dans le cimetière de Garches, Hauts-de-Seine.

travaux

  • Extraits de Lucrèce (1883), tr. Annamaria Carenzi, édité par Riccardo De Benedetti, l'introduction de Laura Boella, avec un essai de Jeanne Hersch, lucretius, Medusa, Milan 2001 ISBN 88-88130-09-8
  • (FR) Leçons de psychologie et de Métaphysique: Clermont-Ferrand, 1887-1888, édité par Henri Hude et Jean-Louis Dumas, préfacé par Henri Gouhier, PUF, Paris 1990 ISBN 2-13-043143-7
  • Les idées de lieu chez Aristote (Latin) (1889), tr. Ferruccio Franco Repellini, L'idée d'Aristote dans, en Travaux 1889-1896
  • Notice sur la vie et les oeuvres de M. Félix Ravaisson - Mollien (1904), tr. en. édité par M. Ivaldo, Branche, Rapallo 2008
  • Sur les essais de La immediates Données de conscience (1889), tr. Nisus Ciusa, Essai sur les données immédiates de la conscience, SEI, Torino 1954; tr. Giuseppe Cavallaro, Signorelli, Rome, 1957; tr. Gisèle Bartoli, Basic Books, Torino 1964; tr. Federica Sossi, Raffaello Cortina, Milano 2002 ISBN 88-7078-733-8
  • (FR) Cours de psychologie de 1892 à 1893 au lycée Henri-IV, édité par Sylvain Matton, présentation Alain Panero, Seha, Paris et Arché, Milano 2008 ISBN 2-912770-10-6 ISBN 978-2-912770-10-3
  • (FR) Leçons d'esthetique à Clermont-Ferrand - Leçons de moral, et Métaphysique au Psychologie Henri-IV lycee, édité par Henri Hude et Jean-Louis Dumas, PUF, Paris 1992 ISBN 2-13-044258-7
  • (FR) Leçons d'histoire moderne de la philosophie - Les théories de l'âme, édité par Henri Hude et Jean-Luis Dumas, PUF, Paris 1995 ISBN 2-13-046365-7 (il contient: Complementaires de Quelques leçons d'histoire et philosophie de la philosophie à Clermont-Ferrand; Leçons d'histoire de la philosophie moderne et contemporaine; Sur la critique Leçons de la raison pur les théories de l'âme au lycée Henri-IV)
  • (FR) Cours de Bergson sur la philosophie grecque, édité par Henri Hude et Françoise Vinel, PUF, Paris 2000 ISBN 2-13-048956-7
  • Matière et mémoire (1896), tr. Adriano Pessina, Matière et mémoire, Laterza, Bari-Rona 1996 ISBN 88-420-4894-1
  • Fichte (1898), tr. Felice Ciro Papparo, destination de l'homme Fichte: au cours de 1898 à l'Ecole Normale Supérieure, édité par Désir Roustan, présentation par Jean-Christophe Goddard, note d'introduction par Philippe Soulez, Guerini e Associati, Milan 2003 ISBN 88-8335-428-1
  • Le Rire (1899), tr. Carmine Gallo et Arnaldo Cervesato, avant-propos Beniamino Placido, le riz, Laterza, Bari-Roma 1987 ISBN 88-420-4373-7 ISBN 88-420-2014-1 ISBN 978-88-420-4373-7; tr. Federica Sossi, SE, Milano 1990 ISBN 88-7710-536-4 ISBN 978-88-7710-755-8 et Mondadori, Milano 1992 ISBN 88-04-36465-3; tr. Franco Stella, Rizzoli, Milan 1961 Fabbri, Milano 1996, BUR, Milano 2008 ISBN 88-17-16845-9 ISBN 978-88-17-16845-8
  • Introduction à la Métaphysique (1903), tr. édité par Giovanni Papini, La philosophie de l'intuition, Carabba, Lanciano 1909; tr. Bruno Brunello, Introduction à la Métaphysique, Zanichelli, Bologne 1949; tr. Armando Vedaldi, Sansoni, Florence 1950; tr. Vittorio Mathieu, Laterza, Bari-Roma 1963 ISBN 88-420-2910-6; tr. Diego Giordano, Introduction par Rocco Ronchi, orthotes, Napoli 2012, ISBN 978-88-97806-16-5
  • La créatrice Évolution (1907), tr. Umberto Segre, Athena, Milano 1925 Corbaccio-Dall'Oglio, Milano 1965 ISBN 88-7718-454-X; tr. Paolo Serini, Mondadori, Milan 1938 et 1949; tr. Armando Vedaldi, Sansoni, Florence 1951; tr. Giancarlo Penati, école, Brescia 1961 ISBN 88-350-7378-2; tr. Leonella Alano, Fabbri, Milano 1966; tr. Fabio Polidori, Raffaello Cortina, Milano 2002 ISBN 88-7078-780-X, tr. Marinella Acerra, Bur, Milan, 2012 et 2013 ISBN 978-88-17-05495-9
  • Fantômes et de recherche vivants psychique (1913), tr. Giacomo Scarpelli, Conférence sur les fantômes, Theoria, Roma 1983 ISBN 88-241-0093-7
  • (FR) Le English philosophie ( "La Revue de Paris", le 15 mai 1915, pp. 236-256)
  • Le Spirituelle Énergie (1919), tr. Marinella Acerra, Le cerveau et la pensée et autres essais, Editori Riuniti, Rome 1990 ISBN 88-359-3375-7; tr. Giuseppe Bianco, L'énergie spirituelle, Raffaello Cortina, Milano 2008 ISBN 978-88-6030-186-4
  • Durée et simultanéité, à propos de la théorie d'Einstein (1922), tr. Paolo Taroni, Durée et simultanéité (sur la théorie d'Einstein) et d'autres textes sur la théorie de la relativité, Pythagore, Bologne 1997 ISBN 88-371-0981-4; tr. Fabio Polidori, Raffaello Cortina, Milano 2004 ISBN 88-7078-915-2
  • Les Deux Sources de la morale et de la religion (1932), tr. Mario Vinciguerra, Les deux sources de la morale et la religion, Communautés, 1947 SE Milano, Milano 2006 ISBN 88-7710-672-7; tr. Matteo Perrini, école, Brescia 1996 ISBN 88-350-9176-4; tr. Adriano Pessina, Laterza, Bari-Roma 1998 ISBN 88-420-4681-7
  • La pensée et le mouvant (1934), tr. Francesca Sforza, Pensée et mouvement, Bompiani, Milano 2000 ISBN 88-452-4325-7; tr. Gabriele Perrotti, La pensée et le motif: essais et conférences, Olschki, Florence 2001 ISBN 88-222-4955-0
  • (FR) Essais et evidence Inédits, édité par Albert Béguin Pierre et Thévenaz, À la Bançonniere, Neuchâtel 1943
  • Écrits et paroles (1957-1959), édité par Rose Marie Bastide-Mosse, tr. Francesco Cafaro, Essais pédagogiques, Pearson, Torino 1962
  • melanges (1972), édité par André Robinet, tr. Maria Teresa Russo, Éducation, culture, école, Armando, Roma 2000 ISBN 88-8358-120-2
  • Histoire des théories de la mémoire, tr. Leoni Federico, Histoire de la mémoire et l'histoire de la métaphysique, édité par Rocco Ronchi et Federico Leoni, ETS, Pise 2007 ISBN 978-88-467-1785-6
  • (FR) correspondances (Avec Albert Kahn), édité par Sophie Coeuré et Frédéric Worms, Jeanne Beausoleil préface, Strasbourg 2003 ISBN 978-2-913675-11-7
  • anthologie, par Giovanni Palumbo, Palumbo, Palerme 1961
  • Lettres à Xavier Léon et d'autres, tr. Renzo Ragghianti, Bibliopolis, Naples 1992 ISBN 88-7088-268-3
  • Travaux 1889-1896, édité par Pier Aldo Rovatti, tr. Federica Sossi, Mondadori, Milan 1986
  • Le English philosophie (1915), tr. Luigi Francesco Clemente, La philosophie française, postface de Federico Leoni, orthotes, Naples-Salerne 2013 ISBN 978-88-97806-38-7
  • (avec William James) et flux en temps réel de la conscience. Les lettres et autres écrits (1902-1939), Raffaello Cortina, Milano 2014 ISBN 978-88-6030-674-6

honneurs

Chevalier Grand-Croix de' src= Chevalier Grand-Croix de la Légion d'honneur

notes

  1. ^ Bergson, Henri, sur Sapere.it. Récupéré 18 Juillet, 2013.
  2. ^ Comme il n'y a pas de prix Nobel de la philosophie a été attribué à ce que Bergson pour la littérature dans les motifs qui cherchent à mettre en évidence non seulement le style littéraire, mais aussi le contenu philosophique de ses œuvres. Dans un cas similaire a reçu le même prix Nobel à Jean-Paul Sartre qui a refusé. (Dans Marcello Mustè, La philosophie et la littérature de Bergson dans Treccani.it)
  3. ^ à b Treccani, Item "Henri-Louis Bergson"
  4. ^ Taroni 1998
  5. ^ Raffaello Cortina 2004
  6. ^ Lachelier est né en 1832, Ravaisson en 1813. Bergson devait beaucoup à ces deux professeurs de l'Ecole Normale Supérieure. Voir, par exemple, son discours en mémoire Ravaisson, qui est mort en 1900.
  7. ^ Henri Bergson, Essai sur les données de La immediates de conscience, par Paul-Antoine Miquel, ed.Editions FLAMMARION
  8. ^ Henri Bergson, Matière et mémoire: essai sur la relation entre le corps et l'esprit, Laterza, 2009
  9. ^ Henri Bergson, Le riz. Essai sur la signification de la bande dessinée, Greenwood Publishing Group, 2011
  10. ^ Une expression comme (force vitale) Se retrouve précédemment Ralph Waldo Emerson (1803-1882), philosophe, écrivain, essayiste et poète américain.
  11. ^ La créatrice Évolution, (1907), tr. Umberto Segre, Athena, Milano 1925 Corbaccio-Dall'Oglio, Milan 1965; tr. Paolo Serini, Mondadori, Milan 1938 et 1949; tr. Armando Vedaldi, Sansoni, Florence 1951; tr. Giancarlo Penati, école, Brescia 1961; tr. Leonella Alano, Fabbri, Milano 1966; tr. Fabio Polidori, Raffaello Cortina, Milano 2002
  12. ^ Kallen 2011
  13. ^ Marinella Acerra à Henri Bergson, Creative Evolution, Rizzoli Bur, p.1993
  14. ^ Taroni 1998, p. 13
  15. ^ Les Deux Sources de la morale et de la religion (1932), tr. Mario Vinciguerra, Les deux sources de la morale et la religion, Communautés, 1947 SE Milano, Milano 2006 tr. Matteo Perrini, école, Brescia 1996; tr. Adriano Pessina, Laterza, Bari-Rome 1998
  16. ^ Depuis testament, le 8 Février, 1937 Piero Viotto, Les grandes amitiés: le Maritain et leurs contemporains, Nouvelle Ville, Rome 2008, p. 20.

bibliographie

  • philosophie Treccani, Vol. A-L, Rome, Institut de l'Encyclopédie italienne, 2008.
  • (FR) Keith Ansell-Pearson, La philosophie et l'aventure du virtuel: Bergson et le temps de la vie, Routledge, 2002
  • Manuele Bellini, Les profils de l'image. L'esthétique de la perception de Henri Bergson: de la métaphysique au cinéma, Mimesis, Milan 2003 ISBN 88-8483-133-4
  • (FR) Isaac Benrubi, Souvenirs de Henri Bergson, Delachaux Niestlé, Paris 1942
  • Giorgio Concato, Henri Bergson: images entre la métaphysique et la psychologie, Alinea, Florence 1983
  • Gilles Deleuze, le bergsonisme [1966], tr. en. dans Id .. Les bergsonisme et autres essais, Einaudi, Torino 2001
  • Gianluigi Fasolo, Le temps et la durée. Le site de ce chez Aristote et Bergson, AlboVersorio, Milano 2005 ISBN 88-89130-18-0
  • Franco Frangella, Henri Bergson: l'évolution créatrice, Calabria littéraire, Soveria Mannelli 2009 ISBN 978-88-7574-141-9
  • Paolo Godani, Bergson et la philosophie , Edizioni ETS, Pise 2008 ISBN 978-88-467-2154-9
  • (FR) Henri Gouhier, Bergson et le Christ des Evangiles, Fayard, Paris 1961
  • (FR) François Heidsieck, Henri Bergson et la notion d'éspace, Cercle du livre, Paris 1957
  • Vladimir Jankélévitch, Henri Bergson [1931], tr. en. Morcelliana, Brescia 1991 ISBN 88-372-1448-0
  • Leszek Kołakowski, Bergson [1985], tr. Leo Lestingi et Francesca Palumbo, Bergson, Palomar, Bari 2005 ISBN 88-7600-113-1
  • (FR) Leonard Lawlor, Le défi du bergsonisme, Continuum International, 2003
  • Enrica Lisciani-Petrini, Mémoire et de la poésie. Bergson Jankélévitch Heidegger, ESI, Naples 1983
  • Vittorio Mathieu, Bergson. La profondeur et son expression, Turin, Ed Dans la philosophie en 1954. Guide, Naples 1971 ISBN 88-7042-374-3
  • Carlo Migliaccio, Invitation à la pensée de Henri Bergson, Mursia, Milano 1994 ISBN 88-425-1671-6
  • (FR) Georges Mourelos, Bergson et les levels de réalité, PUF, Paris 1964
  • (FR) John Mullarkey, Bergson et la philosophie, Université de Notre Dame Press, 2000
  • Adriano Pessina, Introduction à Bergson, Laterza, Bari-Roma 1994 ISBN 88-420-4530-6
  • (FR) André Robinet, Bergson òû les Métamorphoses de la Durée, Seghers, Paris 1965
  • Rocco Ronchi, Bergson philosophe d'interprétation, Marietti, Gênes 1990 ISBN 88-211-6054-8
  • Rocco Ronchi, Bergson. Résumé, Marinotti, Milano 2011 ISBN 978-88-8273-121-2
  • Pier Aldo Rovatti, Shades. Matériaux pour la relecture Bergson, dans "ultimatum« 204, Nouvelle Italie, Milano 1984
  • Luisa Santelli Beccegato problèmes pédagogiques à Henri Bergson, Liviana, Padova 1974
  • (FR) Philippe Soulez, Bergson politique, PUF, Paris 1989
  • Giusi Strummiello (ed) Dieu, la vie, le néant: Evolution créatrice par Henri Bergson un siècle après la publication - Actes du colloque international, Bari, 4 mai 2007, Page, Bari 2008 ISBN 978-88-7470-056-1
  • Paul Valéry, Henri Bergson [1945], tr. Italo Francesco Baldo, Ed. Veneto, Vicenza 2006 ISBN 88-8449-295-5
  • (FR) Frédéric Worms, Les deux bergson òû Seņs de la Vie, PUF, Paris 2004
  • (FR) Frédéric Worms (ed) Bergsoniennes Annales I, Bergson Dans le siècle, PUF, Paris 2002
  • (FR) Frédéric Worms (ed) Bergsoniennes Annales II, Bergson, Deleuze, la Phénoménologie, PUF, Paris, 2004 (certaines traductions sont réunis à Georges Canguilhem, Gilles Deleuze, Le sens de la vie, édité par Giuseppe Bianco, Mimesis, Milan 2006 ISBN 88-8483-427-9)
  • Caterina Zanfi, Bergson, la technologie, la guerre, BUP, Bologne 2009 ISBN 978-88-7395-486-6
  • Henri-Louis Bergson, Durée et simultanéité (sur la théorie d'Einstein) et d'autres textes sur la théorie de la relativité, édité par Raffaello Cortina, traduit par Fabio Polidori, Milan, 2004 [1922], ISBN 88-7078-915-2.
  • Paolo Taroni, Bergson, Einstein et le temps: la philosophie du mandat de Bergson dans le débat sur la théorie de la relativité, Quatre Vents, 1998 ISBN 88-392-0445-8.
  • Horace Meyer Kallen, William James et Henri Bergson: une étude contrastants Les théories de la vie, Ville, Nabu, 2011 ISBN 1-179-69391-4.

Articles connexes

  • Hermann Graf Keyserling

D'autres projets

  • Il contribue à Wikisource Wiktionnaire: Il contient une page dédiée à Henri Bergson
  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations liées à Henri Bergson
  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Henri Bergson

liens externes

prédécesseur Seat 7 dell 'Académie française successeur
Émile Ollivier 1914 - 1945 Édouard Le Roy
autorités de contrôle VIAF: (FR61541730 · LCCN: (FRn78082114 · SBN: IT \ ICCU \ CFIV \ 010416 · ISNI: (FR0000 0001 2135 5394 · GND: (DE118509578 · BNF: (FRcb11891433v (Date) · ULAN: (FR500255390 · NLA: (FR35017743 · BAV: ADV10234804