s
19 708 Pages

Palazzo Martinengo Cesaresco Novarino
Brescia Palazzo Martinengo Cesaresco par Stefano Bolognini.JPG
emplacement
état Italie Italie
emplacement Brescia
Les coordonnées 45 ° 32'21.48 « N 10 ° 13'31.98 « E/45,5393 10,22555 ° N ° E45,5393; 10,22555Les coordonnées: 45 ° 32'21.48 « N 10 ° 13'31.98 « E/45,5393 10,22555 ° N ° E45,5393; 10,22555
information
conditions utilisé
construction XVII
L'utilisation civil
réalisation
entrepreneur Cesare Martinengo Cesaresco Conte

Palazzo Martinengo Cesaresco Novarino, mieux connu sous le palazzo Martinengo pour antonomase, Il est un palais noble situé dans le Brescia Piazza del Foro, au sud de la Capitolium.

Toujours principale famille de ville natale Martinengo, au cours du XXe siècle a été le premier siège du quartier général de la police à Brescia, puis acheté et restauré par la province et est maintenant une exposition et un circuit archéologique souterrain. Une partie du bâtiment est utilisé comme bureaux administratifs au lieu de 'autorité provinciale.

Cette rubrique couvre les domaines suivants:
Piazza del Foro

Via dei Musei
visite Portail de Brescia

histoire

L'histoire du bâtiment remonte à la première Martinengo Age du fer, de XIe siècle à environ Vème siècle avant JC[1], comme le montrent les résultats qui forment le circuit archéologique souterrain du bâtiment.

en époque romaine la zone où il se trouve aujourd'hui le palais Martinengo a été utilisé comme une zone résidentielle, qui devint plus tard civique, formant ainsi la Roman Brixia, seulement être abandonné Moyen Age en faveur des domaines tels que Piazza Paolo VI et le courant place de la victoire.
Le bâtiment actuel a été fondée au milieu XVIIe siècle, sur les vestiges d'une construction de siècle précédent, commandée par comte Cesare IV Martinengo descendant Cesaresco dell'ominima famille noble Bergame déménagé à Brescia au cours du XVIe siècle, qui a acheté plusieurs bâtiments dans la région appartenant aux familles nobles de Brescia, y compris Gambara[1].

En l'honneur de Cesare Martinengo conte, il a été marqué par une dalle de marbre contenant la célébration phrase HAEC de Domus / aedificata est à COMITE / Caesare Martinengo Cesaresco / 1663.

Avec la mort du comte le bâtiment est devenu la propriété des trois fils de César: Charles Ier, Scilla (appelé Silla) et Enrico Martinengo, qui a divisé en trois parties, ce qui conduit à une modernisation inégale du bâtiment et à une segmentation de plus en plus complexe la propriété, qui a ensuite été acheté au début du XXe siècle, de la province de Brescia, qui destinait structures aux activités qui joue encore[1].

description

Palazzo Martinengo Cesaresco Novarino
Le portail sur la Via dei Musei

Le bâtiment d'aujourd'hui a deux côtés d'une importance égale, qui font face respectivement loin et musées Piazza del Foro, chacune équipée d'un portail entrée. Une partie de via Musei, est maintenant utilisé par la province de Brescia comme l'emplacement de certains bureaux, tandis que la partie qui donne sur Piazza del Foro, Il est utilisé comme une entrée au siège du palais musearia.

La façade donnant sur via Musei, dans la partie nord du palais a été probablement construit entre 1680 et 1690 pour remédier à un obstacle - par les autorités de temps - au projet d'agrandissement du bâtiment proposé par Cesare Martinengo. Il ouvre un grand portail, attribué à Stefano Carra et Carlo Carra, caractérisé par deux majestueux aigles, symbole de la famille Martinengo, posé comme télamons au lieu de capitales, au-dessus des deux colonnes qui soutiennent le balcon principal, Botticino marbre.

Entrer dans le portail et en passant par une voûte en berceau décorée de fresques vous arrivez à la petite cour intérieure, où il y a une fontaine croches avec une niche pour la baignoire et une statue Neptune, entouré par un double pilastres Corinthian sur fond pierre de taille. En tant que couronnement est une statue du XVIIIe siècle de Cesare Martinengo, ou peut-être sa fille Scylla, qui a hérité de cette partie du bâtiment, après la mort de son père[1].

Dans cette zone de la chapelle privée du palais, vous trouverez la évêque de Famagouste, Mattia Ugoni, membre de la famille noble de Brescia Ugoni, qui possédait cette aile du bâtiment au XVIe siècle, avant l'acquisition par Cesare IV Martinengo Cesaresco. A l'intérieur, il y avait des fresques de Moretto, dont l'évêque était maître d'œuvre, représentant douze prophètes et Moïse et le buisson ardent, détaché au XIXe siècle et conservé aujourd'hui Pinacothèque Tosio Martinengo[1].

De l'autre côté, visible de la place du Forum, se caractérise par un style du XVIe siècle plus anonyme et austère, sans doute que je voulais Cesare Martinengo pour maintenir l'homogénéité avec les parties internes, fait un siècle plus tôt par les familles Gambara Ugoni et est restée pratiquement intacte même après la cure de jouvence du XVIIe siècle.

Palazzo Martinengo Cesaresco Novarino
Le sud porche intérieur

La façade sur la place présente un développement plus long que celui sur le chemin, avec deux portes presque identiques qui ne se distinguent que par les bras héraldique endroits à la fois de chacun. La première, au nord, a la couche d'origine des armoiries de la famille Martinengo, ou un aigle rouge au milieu d'un bouclier d'or, tandis que la porte à la porte sud du symbole Martinengo Cesaresco, semblable au précédent, mais écartelé.

Saisie de la porte sud mène à la cour, avec trois galeries: deux ont été fermées par des fenêtres en verre et panneaux, et le seul ouvert est au sud. La galerie a été construit en 1697 par Charles Ier Martinengo, qui a hérité de cette partie du bâtiment, et par la suite enrichi de nombreuses fresques. Le chemin mène à une galerie Charles utilisée comme bibliothèque Privé. Le porche du nord, d'où il a puisé son inspiration l'œuvre de Charles Ier sur le côté opposé, a été construit par Gambara au XVIe siècle et se compose de sept baies, ornés de fresques avec des scènes mythologiques et Frises du « Gambero Rosso », symbole de la famille.

Dans la partie orientale de la loggia est présent le grand escalier du XVIIe siècle, menant à l'étage supérieur, composé de sept chambres, dont un style neoclassic qui était probablement le lieu de rencontre, au début du XIXe siècle, entre le propriétaire de l'époque du palais et le Marzia Martinengo poète Ugo Foscolo[1]. Au nord du bâtiment est un autre grand escalier du XVIIIe siècle, ornée de nombreuses fresques sur le thème de la famille Martinengo.

Le chemin archéologique

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Les fouilles archéologiques de Palazzo Martinengo Cesaresco Novarino.

En 1998, ont été ouverts dans le sous-sol du bâtiment, fouilles archéologiques menée depuis 1989 dans cinq chambres qui offrent, grâce aux couches extraordinaires sous le bâtiment, une image complète de l'histoire de la ville préhistoire à ce jour, en passant évidemment par la 'époque romaine archéologiquement qui caractérise toute la région.

Les fouilles sont accompagnées d'une salle d'exposition avec des documents et des objets découverts lors de la construction, flanquée des espaces de vie pour des expositions d'art qui ont lieu en permanence dans le palais.

Le lieu: les expositions au Palazzo Martinengo

Avec un accès depuis le jardin via les musées 30, vous pouvez visiter les salles des expositions temporaires des années nonante maintenant avoir accueilli de nombreuses expositions: les rétrospectives au piano Arturo Benedetti Michelangeli (1996), dédié aux cycles impressionniste et la peinture européenne (2001 et 2002), une rétrospective consacrée au peintre Angelo Inganni (1998), les installations du groupe GAC - Jeune Art contemporain (2007 et 2012), l'exposition sur le rocher Vallecamonica (2009), l'exposition sur la célébrité dans le travail et bien d'autres. De 1996 à 2006, les activités Palazzo Martinengo ont été organisées, au nom de la province de Brescia, par la société « Brescia Mostre Grandi Eventi », de 2006 à 2011 par le « Palazzo Martinengo » et de 2011 à aujourd'hui par la « Province Fondazione Brescia événements ». Certaines des expositions les plus importantes dans le palais sont les suivants:

  • La splendeur de Venice: Canaletto, Bellotto, Guardi et les peintres paysagistes du XIXe siècle, du 23 Janvier à 12 Juin ici 2016.[2]
  • Simone Butti formes de musique par Paolo Bolpagni du 13 Octobre à 11 Novembre 2012.
  • Les mesures de l'infini. GAC - Jeune Art contemporain. Camilla Franzoni, Stefano Crespi, Liuba Gabriele, Anna-Riikka Emilia Leppala, Fabiana Zanola par Paolo Bolpagni du 30 Août à 30 Septembre, de 2012.
  • La Vallée des Gravures par Raffaella Poggiani Keller du 21 Mars au 10 mai 2009.
  • Giuliano Prati 1931-2003 par Gabriele Archetti du 31 Janvier au 8 Mars 2009.
  • Vittorio Botticini 1909-1978. Les rythmes de couleurs. édité par Elena Pontiggia 7 décembre 2008 18 janvier 2009.
  • Foibe / Exodus a nié une histoire édité par Roberto Chiarini du 10 Février à 9 Mars de 2008.
  • Poudre. GAC - Jeune Art contemporain. Silvia Cascio, Piero Galli, Emiliano Guarneri, Vittorio Bedogna, Silvia Beltrami, Davide Dattola, Stefano Crespi, Anna-Riikka Emilia Leppala, Fabrizio Odori, Fabiana Zanola, Francesco Cancarini, Angelo Guerrini, Elena Bernini, Nuts Catherine, par Paolo Bolpagni du 22 Septembre à 21 Octobre 2007.
  • Le monde de la figure. Marionnettes et marionettes de la tradition Po édité par Luigi Allegri du 25 Mars à 27 mai 2007.
  • Adolfo Wildt et ses étudiants par Elena Pontiggia en 2001.
  • Le regard innocent. L'art, l'enfance, le « 900 du 12 mai au 5 Novembre 2000.
  • de Pont-Aven à Nabis. Lieux dans la symbolisme Français. Denis, Sérusier, Gauguin, Vallotton et autres édité par Agnès Delannoy du 23 Juillet à 21 Novembre 1999.
  • Arturo Tosi. Nature et émotion du 24 Avril au 11 Juillet 1999.
  • impressionnistes par corot à Renoir édité par Claude Pétry et Gilles Genty du 4 Décembre 1998-18 Avril 1999.
  • De Boccioni, Sironi. le monde Margherita Sarfatti par Elena Pontiggia en 1997.
  • Cagnaccio Saint-Pierre. La magie du regard par Claudia Gian Ferrari du 23 Mars à 15 Juin 1997.
  • Arturo Benedetti Michelangeli. Le ventre du son par Antonio Sabatucci du 5 mai au 5 Septembre 1996.

notes

  1. ^ à b c et fa L'histoire du Palazzo Martinengo, bresciamostre.it. Récupéré sur 03-08-2011.
  2. ^ Voir La Splendeur de Venise.

Articles connexes

  • Piazza del Foro
  • Les fouilles archéologiques de Palazzo Martinengo Cesaresco Novarino

D'autres projets

liens externes