s
19 708 Pages

la préfectoral commissaire, en italien, il indiquecorps monocratic administration extraordinaire commun ou province.

règles de discipline

Il est de l'art. 141 décret législatif 18 août 2000, n. 267 (Loi sur la consolidation des lois sur les collectivités locales)[1]. Ce nom n'est pas, cependant, utilisé par la loi, qui se réfère simplement à commissaire.

Après l'approbation de la loi 7 Avril 2014, nº56, la possibilité d'un commissaire province est réduite aux autorités, non réformé, élu en 2010 et 2011, ainsi que les provinces de Sicile et Sardaigne en vertu des lois locales en matière de commissaires régionaux.

Les cas de rendez-vous

Dissolution du conseil municipal et provincial

Le commissaire, généralement un fonctionnaire de carrière préfectorale, est la dissolution nommé à la suite de la conseil municipal ou provincial avec le même décret de dissolution, adoptée par Président de la République sur proposition le ministre de l'Intérieur, à la suite d'une procédure initiée par le préfet responsable de la zone. Cependant, la procédure a commencé et d'attendre le décret de dissolution, le préfet, pour des raisons de nécessité grave et urgente, peut suspendre pendant une période ne dépassant pas quatre-vingt dix jours, le conseil et nommer un commissaire chargé de l'administration intérimaire de l'institution .

La dissolution de la carte peut être placé, conformément à l'art. 141 du décret-loi n ° 267/2000.

  • Quand il agit contrairement à constitution ou de violations graves et persistantes de la loi et pour des motifs graves de l'ordre public;
  • il ne pouvait pas être assuré le fonctionnement normal des organes et services pour les raisons suivantes:
    • invalidité permanente, l'enlèvement, la disqualification, la mort de maire ou Président de la province (Dans ce cas, cependant, il ne monte pas à la nomination du commissaire pourquoi le maire ou le président prend le relais, jusqu'à ce que les nouvelles élections, maire adjoint ou vice-président de la province);
    • démission du maire ou le président de la province;
    • la cessation des fonctions de démission contemporaine, qui est également faite par des documents distincts fournis présentés simultanément au protocole de l'établissement, la moitié plus un des membres affectés (non calcul à cet effet le maire ou le président de la province);
    • Réduction de la carte, en raison de l'impossibilité de subrogation, à la moitié de ses membres;
  • quand il n'est pas approuvé en termes du budget;
  • où une telle institution, avec plus d'un millier d'habitants, ne dispose pas des instruments de planification générale et dans le présent ne sont pas adoptées dans les dix-huit mois à compter de la date de l'élection des organes (dans ce cas, le décret de dissolution est adoptée sur la proposition du ministre de concert avec le ministre des infrastructures et des transports).

Dissolution pour l'infiltration de la mafia ou conditionnements

Un autre cas de dissolution du conseil d'administration (ou les organes directeurs des autres autorités locales, comme les entreprises de soins de santé) est prévu aux articles 143-146 du décret-loi n. 267/2000, quand ils émergent des éléments concrets, uniques et pertinents des liens directs ou indirects des administrateurs locaux avec le crime organisé ou les formes de conditionnement des administrateurs eux-mêmes, qui font obstacle à la libre détermination des organes élus et administratifs et la bonne performance des gouvernements municipaux et provinciaux, ainsi que le bon fonctionnement des services qui leur sont confiés ou qui sont susceptibles de causer un préjudice grave et durable à l'état de la sécurité publique.

Dans ce cas, la dissolution est préparée par le Président de la République, sur proposition du ministre, après examen par le Conseil des ministres, et la gestion est assurée non pas par un commissaire tyrannique mais par un commission spéciale, composé de trois membres choisis parmi les fonctionnaires et les magistrats, en service ou à la retraite (habituellement deux sont de la carrière préfectorale et l'un est responsable administratif de la maison administration civile).

fonctions

Le commissaire est responsable de l'administration de l'organisme jusqu'à ce qu'un nouveau conseil et nouveau maire ou le président de la province, qui se tiendra au premier tour des élections attendues retour de la loi (généralement au printemps). Dans le cas d'infiltration ou de refroidissement mafieux, fusion conserve son effet pendant une période de 12 à 18 mois, extensible à un maximum de 24 dans des cas exceptionnels, et d'assurer le suivi du premier tour des élections profit (dans ce cas, vous pouvez tourner également en Novembre-Décembre).

Au cours de la période de fusion, le commissaire exerce les pouvoirs conférés par le décret le nommant; normalement il combine en elle-même tous les pouvoirs de la municipalité ou les organes de la province: le maire ou le président, junte et des conseils. En vertu de ces pouvoirs peut accomplir tout acte, à la fois l'administration ordinaire et extraordinaire; Cependant, nous ne répondons pas aux électeurs, à peine prend une décision à l'échelle stratégique.

Dans les grandes organisations, le commissaire est pris en charge par un ou plusieurs sous-commissaires auxquels elle délègue une partie de ses pouvoirs.

notes

  1. ^ décret législatif 18 août 2000, n. 267, 141, en ce qui concerne "Loi sur la consolidation des lois sur le gouvernement local."

Articles connexes

  • haut commissaire
  • commissaire
  • commissaire spécial
  • Ville (Italie)
  • Décret-loi 18 Août 2000, n. 267

liens externes