s
19 708 Pages

Fokker D.XXI
Fokker D.XXI Soesterberg.jpg
La réplique de D.XXI exposée au Musée Luchtvaart de militaire Soesterberg, en Pays-Bas.
description
type avions de chasse
équipage 1
concepteur Erich Schatzki
fabricant Pays-Bas Fokker
ordre date de 1935
Date premier vol 27 mars 1936
retrait Date du service 1948
l'utilisateur principal Finlande Suomen ilmavoimat
Les autres utilisateurs Pays-Bas Luchtvaartafdeling
Danemark Haerens Flyvertropper
Les dimensions et poids
Fokker D.XXI.svg
tables perspective
longueur 8,20 m
envergure m 11,00
hauteur 2,95 m
surface de l'aile 16,20 m²[1]
poids à vide 1594 kg
poids maximum au décollage 1970 kg
Capacité carburant 350 litres
propulsion
moteur un radial Bristol Mercury VIII
puissance 830 hp (619 kW)
performance
vitesse de pointe 460 km / h
Vitesse d'escalade 6 000 m à 7 min 30 s
autonomie 930 km
tangent 9350 m
armement
Mitrailleuses 4 FN Browning M36 calibre 7,92 mm

les données sont extraites, sauf spécification, par:
Lentäjän Näkökulma[2]
Thulinista Hornetiin[3]

entrées d'avions militaires sur Wikipédia

la Fokker D.XXI Il était un monomoteur chasse monoplan aile basse produit par néerlandais Fokker en une trentaine d'années.

Mis au point pour équiper les départements Aviation militaire du Royal Indes néerlandaises Armée (ML-KNIL) dans Indes orientales néerlandaises[4] Il a été effectivement utilisé, ainsi que à la maison, de des avions militaires danois et finnois dans la période avant et pendant les premiers stades de la Guerre mondiale, et la faction républicaine au cours de la Guerre civile espagnole.

Historique du projet

en 1935 le Gouvernement des Pays-Bas a publié un cahier des charges pour la fourniture d'un nouvel avion de chasse destiné aux services aéronautiques (ML-KNIL), la composante aérienne du Koninklijk Nederlands Indisch Leger (KNIL), dans les Indes orientales néerlandaises. Le nouvel avion, ainsi que d'avoir des coûts d'achat et de gestion limités, devaient répondre aux exigences typiques de la force pour fonctionner dans des environnements tropicaux. Pour satisfaire les caractéristiques requises Fokker a présenté son D.XXI caractérisée par sa taille compacte et les solutions techniques typiques de sa production, des ailes en bois et transport de train d'atterrissage fixe, ce qui a contribué inexpensiveness et la simplicité globale en fonctionnement de la production série.

En réponse à la spécification du Fokker designer en chef, ingénieur Erich Schatzki[5], Il a élaboré deux propositions. La première est une version améliorée du biplan Fokker D.xvii, désigné D.XIX[5], tandis que le second était relatif à un monoplan, désigné P.112[5], Il équipé d'un moteur en ligne Rolls-Royce Kestrel, refroidissement liquide. Il a été choisi ce dernier projet sur lequel, cependant, a été contraint d'adopter une moteur radial Bristol Mercury VI-S. la prototype(Le numéro de série FD-332), a quitté l'usine en Février 1936 et il a volé pour la première fois, sur l'aéroport de Welshap (Eindhoven) Le 27 Mars de la même année entre les mains du pilote d'essai Emil Meinecke. L'avion était équipé d'un moteur radial Bristol Mercury VI-S 9 cylindres, refroidi air, prêteur 645 hp. Alors qu'ils allaient le premier test administration des Indes orientales néerlandaises (Koninklijk Nederlands Indisch Leger) préféré acheter chasse Brewster B-339C Buffalo, une pour la version d'utilisation des sols dell'F2A ordonnée par 'US Navy.[5]

technique

Le D.XXI était un avion traditionnel à la recherche, un moteur monoplan à aile basse compact et atterrissage dur chariot.

la fuselage, réalisé en technique mixte, il a été équipé avec une structure en tubes d'acier revêtues à l'avant par des feuilles de métal et en arrière dans la toile. Elle a été caractérisée par le seul cabine de pilotage destiné à pilote fermée par un dais coulissante pouvant être ouverte. fini arrière dans un Archerie mono classiquedérive traits des plans horizontaux entretoisées par deux montants inférieurs V et deux câbles supérieurs.

L 'aile, monté bas et dans une position avancée, est entièrement en bois, avec des nervures de contreplaqué et mélangés dans le revêtement de décalage associé à bakélite (matière plastique). la train d'atterrissage Il a été fixé tricycle arrière, avec les pattes avant avec des roues caréné et terminé à l'arrière par une roue jockey placé sous la queue orientable. Ce pneu a dû être arrêté avant de commencer la manœuvre d'atterrissage, afin d'éviter le risque de capottate.[6]

La propulsion a été confiée à un moteur Bristol Mercury VIII positionné sur la partie avant du fuselage au moyen d'un château tubulaire et entouré par un capotage NACA. Le mercure VIII était un neuf radial cylindres endroits sur une seule étoile, refroidi à l'air, erogante une puissance de 730 hp décollage (à une vitesse de 2650 tours / minute), 825 hp (619 kW) À 3 960 m (2 750 tours / minute) et 840 hp en cas d'urgence 4 270 m (2 250 tours / minute pendant 5 minutes). L'hélice à pas variable Ratier à trois pales. La capacité du réservoir de carburant est égale à 350 litres.

Les modèles ultérieurs fabriqués sous licence ont adopté différents moteurs; les exemplaires fabriqués sous licence en Finlande, ils ont utilisé la Bristol Mercury produit sous licence par le PZL polonais et ceux produits localement pour plus tard aller à Pratt Whitney R-1535 Junior Double Wasp deux étoiles 14 cylindres. De plus, les unités construites sous licence en Espagne ont été équipés pour faciliter les gens avec les révisions nécessaires, avec les moteurs de production soviétique Shvetsov M-25 pris à partir des lignes d'assemblage de chasse Polikarpov I-16 .[7]

L'armement a été confiée à quatre mitrailleuses FN Browning M36 calibre 7,92 mm, la Browning M1919 recalibrée utiliser la cartouche 7,92 × 57 mm et modifié pour une utilisation aéronautique. Les deux possédés placé dans le fuselage de 500 coups par arme à feu, alors que les deux ailes avait 350 coups par arme à feu. L'avion avait installé un tube optique ciblé Goertz.

histoire opérationnelle

L'avion immédiatement connu un bon marché d'exportation, la réception des commandes de l'aéronautique Danemark, Finlande, Lettonie, Espagne et enfin Pays-Bas. En 1938, le gouvernement letton a exprimé un intérêt concret pour l'achat de l'avion, commande cinq avions à assembler localement pris ses propres ateliers, mais en raison de problèmes financiers de la vente n'a pas été complété.

Bien que l'ordre du ML-KNIL a été annulé en Décembre 1937 Luchtvaartafdeeling (Air Force néerlandaise, avant la Seconde Guerre mondiale) Fokker passé à une commande pour 36 avions, avec des livraisons à compter du 22 Juillet 1938. Le but était de former deux groupes de combat avec chacun des avions 12 plus 6 réserve. Le Fokker D.XXI avéré être un avion extrêmement robuste, capable d'atteindre une vitesse de 700 km / h en piqué, nécessitant au moins 1000 mètres pour effectuer le rappel.[6] En entrant dans le service D.XXI subi inconvénients mineurs, tels que les fuites d'huile provenant du moteur qui reçoit le pare-brise, en limitant la visibilité, ou le détachement des panneaux d'aile qui couvraient le compartiment des mitrailleuses. Ces petits problèmes ont été résolus rapidement.[6] Le septième prototype (no. 217), aux commandes de pilote d'essai H. Leegstra, a établi le record néerlandais pour la hauteur de l'avion, pour atteindre un total de 11.400 m (37.250 ft). La trente-sixième série et finale de l'échantillon a été livré le 8 Septembre 1939.

Au moment de l'invasion allemande Pays-Bas, le 10 mai 1940, la force aérienne néerlandaise était en service 36 chasseurs Fokker D.XXI (212-247 étudiants de première année, peintes en chiffres blancs sur les deux côtés du fuselage), dont seulement 28 disponibles pour l'emploi de la guerre. L'avion opérationnel ont été répartis dans les départements suivants:

  • 1er Jachtvliegtuigafdeling (JAVA) basée sur l'aéroport De Kooy à proximité den Helder
  • 2ème Jachtvliegtuigafdeling (JAVA) basé sur l'aéroport de Schiphol, près de Amsterdam

Les deux départements ont été classés dans la 1ère Afdeling Jachtgroep Veldleger (1ère division du groupe de chasse armée sur le terrain) dont le siège est sur l'aéroport Ypenburg, près de Rotterdam. A De Kooy, il y avait 11 D.XXI, divisé en trois sections de trois aéronefs, et une seconde section de l'aéronef. Seuls les aéronefs des commandants d'unité étaient équipés de radio, et il n'a pas été possible de communiquer entre les pilotes en vol. Le 2ème Jachtvliegtuigafdeling possédait neuf avions opérationnels. La maniabilité de la petite chasse a été très utile aux coureurs néerlandais au cours des cinq jours de combats, avant la reddition de Pays-Bas. Les coureurs néerlandais se sont plaints toujours une quantité limitée de munitions et l'inefficacité des mitrailleuses 7.92mm dans les combats, se sont souvent révélées sous réserve de brouillage. A la fin des combats seulement huit avions fonctionnaient encore. L'une des sources trouvées[8], Il indique que les grands succès ont été obtenus le 10 mai, lorsque le D.XXI détruirait 37 avions d'une formation de 55 avions de transport Junkers Ju 52/ 3m qui avait franchi la frontière néerlandaise en début de matinée. Ces nouvelles, cependant, ne sont pas pris en compte et d'autres auteurs ont rapporté un total de deux[5] ou huit[9] pendant les quelques animaux de réforme jours de la guerre.

Le Fokker D.XXI, bien que beaucoup plus lent et plus légèrement armés que Messerschmitt Bf 109 service en Luftwaffe, Il a combattu étonnamment bien dans dogfights à proximité, grâce à sa maniabilité. Il a également été l'un des rares avions qui se sont révélées capables de suivre un bombardier plongeon Junkers Ju 87 « Stuka » dans sa dégringolade. Cependant, l'infériorité numérique des Luchtvaartafdeeling par rapport à Luftwaffe Il a conduit à la destruction de la plupart des Fokker D.XXI au cours de la courte campagne d'invasion. Après la capitulation de la majorité chasse survivants D.XXI ont été détruits par les aviateurs néerlandais. Seuls sept exemplaires ont été capturés par les Allemands, mais seulement quelques-uns ont été activement utilisés par la Luftwaffe, qui n'abouti à aucun pays alliés.

En Janvier 1940, le premier prototype de D.XXI (première année FD-332), a été envoyé aux Indes néerlandaises, d'effectuer un test d'évaluation. L'avion a été détruit pendant le raid aérien japonais dans les premiers mois de 1942.[10]

Danemark

Le 21 Juillet 1937, le ministère danois de la Défense d'autoriser Haerens Flyvertropper commander deux chasseurs Fokker D.XXI, sans moteur. les moteurs Bristol Mercury VIII 830 hp, Ils ont été achetés séparément grande-Bretagne, à partir de Mars 1938. Les deux premiers avions reçu moteurs Bristol Mercury VIS 645 hp, de ceux qui sont en réserve pour Gloster Gauntlet. En Avril 1938 deux pilotes danois sont allés à l'aéroport de Schiphol pour prendre l'avion ont été transférés sull'aereporto Kastrup, près de Copenhague.[11] Les deux avions, désigné IIIj par les Danois (étudiants de première année J41 et J42), se plaint également des problèmes VIS moteurs Mercury, et a dû faire plusieurs atterrissages de chance. Un 10 échantillons supplémentaires (première année de J43 à J52) ont été produits sous licence de Haerens Flyvertroppernes Vaerkstader de Copenhague-Kløvermarken, le premier (J43 numéro de série) qui a volé pour la première 26 Août fois 1939. Ces avions étaient armés de deux mitrailleuses seulement 8 mm (seulement quelques spécimens ont également reçu les canons Madsen 20 mm), et pouvait transporter deux bombes de 50 kg ou huit 12,5 kg.

Les douze chasseurs Fokker D.XXI ont été assignés au 2ème Eskadrille appartenant au groupe Jydske, basé à Kastrup (Jutland). Cet appareil a été conçu pour fonctionner à l'appui de l'une des deux divisions d'infanterie qui composaient l'armée danoise organique. Le 9 Avril 1940 2ème Eskadrille avait moins de 8 unités d'exploitation, tandis que quatre autres étaient dans l'atelier. Les avions avaient pas un usage militaire contre les Allemands. Trois spécimens ont été incendiés et trois fortement endommagés lors mitraillage courses par Messerschmitt Bf 110 de I./ZG 1 sur l'aéroport de Kastrup. Les autorités d'occupation ont quitté l'avion entre les mains des forces armées danoises, mais sous le contrôle strict allemand. ont été incendiées complètement reconstruit deux des trois voitures recevant nouvelle numérotation (n / c 113 et 114). En 1943, lorsque les forces armées danoises ont été dissoutes autorité, les Allemands ont saisi près de 11 nouveaux avions.[12]

Finlande

Le 18 Novembre 1936 Suomen ilmavoimat Il a acheté sept chasse D.XXI (étudiants de première année FR-76/82), appelée 1ère série, directement à partir de l'usine N. V. Nederlandsche Vliegtuitenfabriek Fokker, tout en achetant la licence de production pour construire 14 unités supplémentaires. La première D.XXI de chasse ont été transportés en Finlande entre 4 et 13 Novembre 1937. Les 14 prochains spécimens (étudiants de première année FR-83/96), appartenant à la 2e série, ils ont été fabriqués sous licence valtion Lentokonetehdas (Usine aéronautique d'État). Les avions ont été commandés 7 Juin 1937, et complété entre le 11 Novembre 1938 et le 18 Mars 1939. Le 15 Juin, 1937 Le gouvernement finlandais a acheté une licence de production illimitée, et le premier 21 D.XXI (3e série du FR-97/117 série) ont été assemblés entre le 16 Mars et 27 Juillet 1939.

Tous les 42 combattants construits par Fokker et valtion Lentokonetehdas possédé d'une hélice Bristol Mercury VIII 840 hp, l'actionnement d'une hélice à trois pales Ratier. Le 30 Novembre 1939 l'URSS a attaqué Finlande, et la première victoire dans le combat par un Fokker D.XXI a déjà obtenu le 1er Décembre quand l'échantillon FR-86, piloté par 1Lt J. Vuorela (Escadron LLV 24) ont abattu un bombardier Tupolev SB-2 (24 ° ou 41 ° SBAP) à Perojoki. Avion soviétique de Contrastée l'Air, le Fokker a prouvé plus que suffisant, et sa conception robuste, avec un moteur radial et train d'atterrissage fixe, avéré très adapté aux conditions climatiques finlandaises. Pendant la guerre d'hiver (Novembre 1939-Mars 1940), contre le plus moderne des avions de chasse qui y est apparu soviétique, le Fokker D.XXI prouvé et trop faible puissance légèrement armé (seulement quatre mitrailleuses de calibre 7,92 mm). Ils ont élaboré des plans pour armer le canon avec D.XXI Fokker 20 mm Oerlikon (deux mitrailleuses de 20 mm et deux 7,7 mm), et les équipent avec les Allemands de collimateurs réflexion Revi 3C ou 3D, mais il a été abandonné. Seul un avion (FR-76) était armé expérimentalement avec deux canons de 20 mm. Deux avions, les échantillons FR-117 et FR-167, ont été expérimentalement équipé d'un train d'atterrissage rétractable qui, en raison de son mauvais fonctionnement, n'a pas été adopté en série.[12]

Après la fin de la guerre d'hiver (30 Novembre 1939-13 mars 1940), Le 9 mai 1940 la valtion Lentokonetehdas (IVL) a reçu une commande pour la production de 50 spécimens appartenant à la quatrième série (première année FR-118/167) avec une hélice motorisée américaine Pratt Whitney R-1535 Wasp double junior SB4-C ou -G 825 hp, construit sous licence Suède, Il comprend trois hélices en métal lame Hamilton Standard. Ces avions ont été réalisées entre le 29 Octobre 1940 et le 2 Mars 1942. Encore une fois 30 Août 1943 l'usine a reçu une commande pour la production de cinq avions (première année FR-171/175) de la 5e série, faite entre Juin et Novembre 28 1944. Ces modèles peuvent être identifiés par le couvercle en verre de l'habitacle le plus long et lisse, et une grande entrée d'air ventrale. La dernière victoire en combat a été obtenu le 23 Décembre 1942 par FR-135 spécimens pilotés par 1Lt V. Hakola et FR-154 piloté par 2Lt R. Lilja (LLV l'escadron 14) qui a battu un éclaireur Polikarpov R-5 à Nuokkijärvi. Les derniers vestiges de la chasse Fokker D.XXI, en ligne avec le groupe de formation avancée Täydennyslentolaivue (T-LLV) 35 ont été officiellement disqualifiés du service le 13 Septembre 1948.

Le cadre de l'engrenage fixe se prête bien à une utilisation sur des pentes non damées et conversion avec des skis pour l'hiver, les configurations qui ont tous deux été utilisés avec avantage dans la salle d'opération finlandais. Pendant la guerre d'hiver (en Talvisota finnois) le chasse D.XXI abattu 120 avions ennemis sur 2388 missions, contre une perte de 12 avions. En outre, les pilotes d'essai valtion Lentokonetehdas Ils ont effectué 89 missions, la perte d'un chasse mais rendant compte 8 victoires. Au cours de la Guerre de Continuation (en Jatkosota finnois), Combattu entre le 22 Juin 1941 et 28 Septembre 1944, le D.XXI abattu plus d'avions ennemis 41. Certains pilotes de la Force aérienne finlandaise sont devenus les axes de combat sur Fokker D.XXI le principal d'entre eux a été Jorma Sarvanto avec 12 victoires 5/6. De nombreux autres pilotes ont au moins une victoire sur le Fokker.

Allemagne

Après la capitulation des Pays-Bas les autorités d'occupation ont saisi sept Fokker D.XXI. Deux ont été récupérés sur l'aéroport de Ockenburg, un sur le De Vljit (près de Texel, deux à Schipol, où ils étaient en revue, un à l'usine et un Fokker qui avait fait un atterrissage d'urgence près de Hoorn. Pendant les années 1940, l'un d'entre eux ont rapidement perdu dans un accident d'avion est arrivé à l'aéroport de Schiphol, alors aux commandes il y avait un pilote allemand. Cette même année, deux d'entre eux ont été affectés à Fluglehrerschule der Luftwaffe (Les enseignants des écoles) en fonction de l'aéroport de Brandebourg-Briest, à l'ouest de Berlin. L'un des deux avions a été perdu le 16 Octobre 1940, pendant le décollage l'avion a pris feu et le pilote a été grièvement blessé dans l'impact ultérieur. En Août 1943, les Allemands ont repris les 11 spécimens danois. Ces avions ont été utilisés, en particulier en tant que cibles de remorquage et des vols de correspondance, au moins jusqu'en Mars 1944.[12]

Espagne

Vers le milieu de 1937, le gouvernement républicain, aux prises avec le soulèvement nationaliste (Guerre civile espagnole), Elle a abordé la Pays-Bas la commande des avions Fokker et Koolhoven. L'ordre inclus monomoteur 50 D.XXI, 25 bimoteur G.I et 25 éclaireurs C.X.[11] la Armée de l'Air espagnole républicain, composante aérienne, Ils ont acquis la licence de production chasse D.XXI. Un chasseur Fokker D.XXI, moteur régulièrement équipé Bristol Mercury VIII anglais, a été donné comme modèle par NV Nederlandsche Vliegtuigenfabriek l'usine Fokker Hispano Suiza de Aviacion Guadalajara. L'avion, immatriculé CF-001, a été testé par lieutenant Mariano Palacios Palomar, instructeur en chef à El Carmoli. Le motoriste britannique fut bientôt hors de l'ordre, et les techniciens locaux remplacé par un moteur soviétique Shvetsov M-25 775 ch (provenant d'une chasse Polikarpov I-16 hors service). La performance de l'avion, en raison de l'installation du moteur moins puissant soviétique se sont significativement détériorés. Pénurie d'approvisionnement de divers composants, tels que les moteurs Bristol Mercury VIII, conduit à un retard dans le calendrier de production. Les techniciens de la société espagnole a décidé alors de déplacer la production de l'avion à l'atelier SAF-15 Alicante. La cellule a été adaptée d'utilisation normale de l'unité de puissance soviétique, a reçu un train d'atterrissage Messier d'origine française, et un armement de quatre mitrailleuses ShKAS 7,92 mm avec 650 coups par arme à feu.[5] Au début de 1938, la gestion des travaux de construction a été repris par le commandant Carlos Pastor Kruel, aidé ingénieur hollandais De Vries. Le premier avion a été perdu au cours des activités de test, alors que seulement un autre aéronef (série CF-002) a été produit par l'usine avant l'arrivée des troupes nationalistes, le 29 Mars 1939, qui a mis fin à tout développement ultérieur.[11]

versions

  • D.XXI-1: Première version de production, destinée à Haerens Flyvertropper, produit dans 12 échantillons. Les deux premiers appareils ont été livrés directement par Fokker, ils étaient équipés d'un moteur Bristol Mercury VIS 645 hp et possédait un armement variable: le premier aéronef a été armé avec quatre mitrailleuses Browning FN-M-36 7,92 mm, tandis que le second avait deux canons Madsen M / 38 à partir de 20 mm contenus dans des récipients sous les ailes. Les 10 autres ont été construits sous licence à Haerense Flyvetjeneste Fly-industrie (à savoir l'armée usine) Vaerlose, près de Copenhague, Ils étaient armés de deux mitrailleuses, 7,92 mm ou deux canons de 20 mm.[5]
  • D-XXI-2: Deuxième version produite en Pays-Bas, 36 exemples ont été construits pour la Luchtvaartafdeling et 7 pour Suomen ilmavoimat. L'avion néerlandais étaient équipés de moteurs Bristol Mercury VIII 825 hp et l'armement de quatre mitrailleuses Browning FN-M36 7.92mm. L'avion finlandais, désigné Sarja I, possédé du même moteur, alors que l'armement était basé sur deux canons Oerlikon de 20 mm.[5]
  • D-XXI-3: Troisième version produite en Finlande, sous licence, par Valtion Lentokonetehadas (IVL). N'ont été faites deux lots, l'un des 14 machines (Sarja II) et l'un des 21 (Sarja III). Tous les avions étaient équipés de moteurs Bristol Mercury VII 760 hp, produits sous licence Pologne (PZL) et Finlande (Tampella).[5]
  • D-XXI-4: Version du quatrième produit Finlande, sous licence de Valtion Lentokonetehadas (IVL). Sarja IV, désigné a été construit en cinquante spécimens, équipés de moteurs Pratt Whitney R-1535 Double Wasp junior SB4C G-14 cylindres, refroidi air, prêteur 825 hp, et l'actionnement d'une hélice à trois pales en bois. Larmamento était basé sur quatre mitrailleuses Browning 7,7 mm. La cellule des différences, telles que l'augmentation de la surface du plan vertical et le prolongement vers l'arrière du vitrage du cockpit.[5]
  • D-XXI-5: Cinquième version produite Finlande, sous licence de Valtion Lentokonetehadas (IVL), en utilisant les pièces de rechange allouées. Désigné Sarja V, a été construit en cinq exemplaires, équipé d'un moteur Bristol Pegasus X 9 cylindres, refroidi air, prêteur 920 hp.[5]
  • D.XXI Experimenteel: Un prototype a été entièrement redessiné aile, caractérisé par la plante avec conicité accrue. Pour équiper ce modèle ont été consideerate moteurs altrenative, tels que Rolls-Royce Kestrel 650 hp, , l 'Hispano-Suiza 12Y par 925 hp, et Pratt Whitney R-1535 Wasp double junior SB4C-G 825 hp
  • projet 150: Projet d'une version avec un moteur radial plus puissant Bristol Hercules à partir de 1 375 hp.[5] Non construit.
  • projet 151: Projet d'une version avec un moteur plus puissant en ligne Rolls Royce Merlin de 1050 hp.[5] Non construit.
  • projet 152: Projet d'une version avec un moteur plus puissant en ligne Daimler-Benz DB 600H de 1090 hp.[5] Non construit.

utilisateurs

Fokker D.XXI
Une paire de Fokker D.XXI finnois Suomen ilmavoimat au cours de la Guerre mondiale .
Danemark Danemark
  • Haerens Flyvertropper
Finlande Finlande
  • Suomen ilmavoimat
Allemagne Allemagne
Pays-Bas Pays-Bas
  • Luchtvaartafdeling
Espagne Espagne
  • Armée de l'Air espagnole républicain

Les spécimens existants

Le seul spécimen complet survécu à la guerre existe actuellement appartient à Suomen ilmavoimat et affiché au Musée Central Aviation Finlande Halli. Ce modèle FR-110 série, avec 10 victoires à son actif.

épave incomplète d'un D.XXI de chasse (numéro de série 229) appartenant à Luchtvaartafdeling Il a été récupéré à partir du site de l'accident à Nieuwkoop 22 Juin 1993. Il est l'avion de sergent Koos Roos, abattu par un Messerschmitt Bf 110 11 mai 1940. Les restes de 229, au moins le moteur et la partie avant du fuselage, y compris le poste de pilotage, sont exposées au musée Stichting crash Lisserbroek, non loin de l'aéroport de Schiphol. Une belle réplique d'un chasse D.XXI, construit par Fokker école d'ingénieurs, est exposée au Musée Soesterberg Militaire Luchtvaart, en Pays-Bas.

La culture de masse

cinéma

un avions d'entraînement Amérique du Nord Harvard Il était déguisé en Fokker D.XXI pour le stade des exigences et utilisé en 1977 lors du tournage du film Soldat d'Orange, quatrième travail directeur Paul Verhoeven.

littérature

Le D.XXI est cité dans ses deux livres par le pilote et écrivain Néerlandais Bram van der Stok, également connu pour être l'un des trois fugitifs de Stalag Luft III, épisode relaté par le film La grande évasion 1963 et réalisé par John Sturges.

notes

  1. ^ (RU) D XXI Fokker, sur Уголок неба, http://www.airwar.ru. 9 Octobre Récupéré, 2012.
  2. ^ Raunio, Jukka. Lentäjän näkökulma 2 (en finnois). Forssa, Finlande, 1993. ISBN 951-96866-0-6.
  3. ^ Heinonen, Timo. Thulinista Hornetiin - 75 vuotta Suomen ilmavoimien lentokoneita (en finnois). Tikkakoski, Keski-Suomi, Finlande: ilmailumuseo Keski-Suomen, 1992, ISBN 951-95688-2-4.
  4. ^ (FR) D XXI Fokker, sur ZAP16.COM, http://www.zap16.com/index.html. Récupéré 24 Novembre, 2009.
  5. ^ à b c et fa g h la j k l m n Sgarlato, Nico. Fokker D.XXI, Avions Classé n ° 86 en histoire, Delta Publishing, Parme, Octobre-Novembre de 2012.
  6. ^ à b c Sgarlato, Nico. Les impressions d'un pilote de chasse néerlandais sur Fokker D.XXI, Avions Classé n ° 86 en histoire, Delta Publishing, Parme, Octobre-Novembre de 2012.
  7. ^ Maksim Starostin. Fokker D XXI; 1936 Musée virtuel Avion.
  8. ^ Kamphuis G. H., 1966; pag. 12.
  9. ^ Stenman et de Jong, 2013; pp. 90-91.
  10. ^ selon certaines sources, l'avion aurait été démoli en 1941.
  11. ^ à b c Jong, Pierre de. Le Fokker D.21 (Collection 9 Profils Avions) Outreau, France, Éditions Lela Presse, 2005.
  12. ^ à b c Jong, Pierre de. Le Fokker D.21 (Collection 9 Profils Avions) Outreau, France, Éditions Lela Presse, 2005.

bibliographie

  • (FR) Peter De Jong, Le Fokker D.21 (Collection 9 Profils Avions, Outreau (France), Editions Lela Presse, 2005 ISBN 2-914017-26-X.
  • (FR) Warren Eberspacher, Fokker D-XXI, Volume 1: néerlandais et danois aéronefs (n ° 1 international Escadron Monographie), St. Paul, MN, Phalanx Publishing Co. Ltd., 1994 ISBN 1-883809-05-3.
  • (DE) Frits Gerdessen, Nederlandse Militaire Luchtvaartt VI: Fokker D-XXI (deel 2), Spijkenisse, Pays-Bas: Stichting Vrienden van het Musée Militaire Luchtvaart / Afdeling Luchtvaartkennis KNVvL, 1991.
  • (FRDE) Gerdessen, Frits et Luuk Boerman. Fokker D.XXI: Histoire, camouflages et marques - Opérations du LVA / ML Fokker D.XXI (Profil Néerlandais 5) (Bilingue Néerlandais / Anglais). Zwammerdam, aux Pays-Bas: Decal Néerlandais 2007. Aucun ISBN.
  • (FR) Vert, William. "D-XXI: Ancêtre de l'Alliance". RAF Flying Review Vol. XVII, n ° 12.
  • (FR) Vert, William. « Quatre armes à feu et Canopy. » RAF Flying Review, Vol. 19, No. 2.
  • (FR) Vert, William. "Le 'A mi-chemin-House' Fokker". AIR Passionné, Août 1971.
  • (FR) Vert, William. « Le dernier des Fokker de combat ». RAF Flying Review.
  • (FR) William Green, De la deuxième avions de guerre Guerre mondiale, Volume One: Fighters, Londres, Macdonald Co. (Publishers) Ltd., 1960 (dixième impression 1972), ISBN 0-356-01445-2.
  • (FR) William Green, De la deuxième avions de guerre Guerre mondiale, Volume trois: Fighters, Londres, Macdonald Co. (Publishers) Ltd., 1961 (impression septième 1972), ISBN 0-356-01447-9.
  • (FI) Heinonen, Timo. Thulinista Hornetiin - 75 vuotta Suomen ilmavoimien lentokoneita. Tikkakoski, Keski-Suomi, Finlande: ilmailumuseo Keski-Suomen, 1992, ISBN 951-95688-2-4.
  • (DE) Hooftman, Hugo. Fokker D-XXI (Nederlandse Vliegtuig Encyclopédie 5). Bennekom, les Pays-Bas: Cockpit Uitgeverij, 1978.
  • (FR) Kamphuis, G.H. Le Fokker D.XXI (aéronefs en nombre de profils 63). Leatherhead, Surrey, Royaume-Uni: Profile Publications Ltd, 1966.
  • (FI) Keskinen, Kalevi, Kari Stenman et Klaus Niska. Fokker D.XXI (Suomen Ilmavoimien Historia 3) (En finnois avec résumé en anglais). Espoo, Finlande: Tietoteos, 1974 (2e édition 1977). ISBN 951-9035-15-X.
    • quatrième réimpression a été réédité en deux parties que:
      • (FI) Keskinen et Kari Kalevi Stenman. Fokker D.XXI [Mercury] (Suomen Ilmavoimien Historia 3a). Helsinki, Finlande: Hobby kustannus Oy, 2000. ISBN 952-5334-02-3.
      • (FI) Keskinen et Kari Kalevi Stenman. Fokker D.XXI [guêpe] (Suomen Ilmavoimien Historia 3b). Helsinki, FinlandeHobby kustannus Oy, 2000. ISBN 952-5334-03-1.
  • (PL) Ledwoch, Janusz. Fokker D.XXI (Wydawnictwo Militaria 5). Warsawa: Wydawnictwo Militaria, 1995. ISBN 83-86209-34-8.
  • (FR) Luukkanen Eino. Fighter sur la Finlande, Les Mémoires d'un pilote de chasse, MacDonald, Londres, 1963.
  • (FI) Raunio, Jukka. Lentäjän näkökulma 2. Forssa, Finlande, 1993. ISBN 951-96866-0-6.
  • (IT) Sgarlato, Nico. Fokker D.XXI, Avions Classé n ° 86 en histoire, Delta Publishing, Parme, Octobre-Novembre de 2012.
  • (IT) Sgarlato, Nico. Les impressions d'un pilote de chasse néerlandais sur Fokker D.XXI, Avions Classé n ° 86 en histoire, Delta Publishing, Parme, Octobre-Novembre 2012
  • (PL) Skulski, Przemysław. Fokker D.21 (Seria "Pod lupa" 10) (En polonais avec résumé en anglais). Wrocław, Pologne: Ace Publications, 1999. ISBN 83-86153-79-2.
  • (FR) Kari Stenman, Peter de Jong, As Fokker D.XXI de la Première Guerre mondiale 2, Londres, Osprey Publishing, 2013 ISBN 978-1-78096-062-3.
  • (FR) Taylor, John W. R. "Fokker D.XXI" Avions de combat du monde de 1909 au présent. New York: G.P. Sons de Putnam, 1969. ISBN 0-425-03633-2.
  • (FR) Toll, Karl. « Le dernier des Fokker de combat ». Airpower, Janvier 1982.

des avions comparables

Japon Japon

D'autres projets

  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Fokker D.XXI

liens externes