s
19 708 Pages

Fokker C.x
CX Fokker Finland.jpg
description
type avion de reconnaissance
bombardier lumière
équipage 2
fabricant Pays-Bas Fokker
Finlande Ilmailuvoimien Lentokonetehdas
Finlande valtion Lentokonetehdas
Date premier vol 19 octobre 1934[1]
Date d'entrée en service 1935
retrait Date du service 1958
l'utilisateur principal Finlande Suomen ilmavoimat
Les autres utilisateurs Indes orientales néerlandaises ML-KNIL
Pays-Bas Luchtvaartafdeling
Espagne FAIRE
Les dimensions et poids
longueur 9,20 m
envergure 12,00 m
hauteur 3,30 m
surface de l'aile 31,50 m²
poids à vide 1400 kg
poids de charge 2 250 kg
poids maximum au décollage 2900 kg
propulsion
moteur un Rolls-Royce Kestrel
puissance 650 hp (485 kW)
performance
vitesse de pointe 320 km / h
Vitesse d'escalade 8.3 m / s
autonomie 830 km
tangent 8 300 m
armement
Mitrailleuses 3 calibre 7,9 mm
bombes 2 175 kg ou 4 100 kg au cours des attaques underwing
notes données relatives à la version C.X série I

Les données sont extraites de Un Guide illustré Bombers de la Seconde Guerre mondiale[2]

entrées d'avions militaires sur Wikipédia

la Fokker C.x Il était un monomoteur biplan multirôle développé par 'compagnie d'aviation néerlandais Fokker dans le premier une trentaine d'années et de produits, ainsi que de la même, même licence en Finlande par Ilmailuvoimien Lentokonetehdas (IVL) et valtion Lentokonetehdas (VL).

Il caractérise par la possibilité d'utiliser des moteurs différents, en fonction des deux Les moteurs en V celle de radial, Il a servi dans des avions militaires de la Finlande, les Pays-Bas et dans les territoires coloniaux de Indes orientales néerlandaises, utilisés dans des actions militaires au cours de la Guerre civile espagnole.

Historique du projet

en 1933 la Koninklijke Landmacht, l 'armée Pays-Bas, a émis une spécification pour la livraison d'une nouvelle reconnaissance de l'aéronef et le bombardement de lumière, destiné à remplacer les pupilles de Luchtvaartafdeeling, la composante de l'air, et Aviation militaire du Royal Indes néerlandaises Armée (ML-KNIL), dans le composant de l'air de retour du Koninklijk Nederlandsch-Indisch Leger (KNIL), l'armée colonial tout Indes orientales néerlandaises, multi-rôle Fokker C.v, plus précisément sa variante C.V-E, maintenant considéré comme obsolète. Parmi les caractéristiques requises du nouveau modèle était de préserver le cadre monoplan monomoteur avec un équipage de deux personnes.

la prototype, Il équipé d'une hélice Hispano-Suiza 12Y, Il a été volé pour la première fois le 19 Octobre 1934[1] et après la période nécessaire d'essais en vol présentés à l'attention du comité d'examen de l'armée qui le considérait comme apte au service. Le gouvernement néerlandais a ensuite signé un contrat de fourniture de 10 unités adressées aux territoires de l'Inde Est et 20 pour l'armée nationale.[3] L'avion a connu un certain succès ventes à l'étranger, exportés Finlande et Espagne. En Juillet 1936, le Fokker a été présenté par une délégation de responsable de l'aviation principal de Lettonie, mais en dépit de l'intérêt n'a pas été formalisé un ordre d'achat. L'usine anglaise Airspeed Ltd a acheté le Fokker C.x la licence de production avant la commercialisation sous le nom Airspeed AS.22, mais n'a reçu aucun ordre de production.[4]

histoire opérationnelle

En 1934, la Luchtvaartafdeeling formalisé un ordre de 4 Fokker C.x (700/703 première année), équipé d'une hélice Rolls-Royce Kestrel IIS, suivie par une 16 première année Fokker C.x (704/719 et 750)[3] équipé Rolls-Royce Kestrel V (le 15 dernier aéronef devaient avoir fermé le toit et la roulette de queue). Les quatre premiers avions, livré en 1935, ont été équipés ultérieurement avec la version Kestrel V, parce que le Kestrel IIS jamais été prouvé très fiable. Les 16 autres départements sont arrivés en 1936. À l'époque, le coût de chaque avion était d'environ 30 000 florin. Le Fokker C.x ont été affectés à Strategische Verkenningsvliegtuig Afdeling (Division du transport aérien de reconnaissance stratégique) de la 1ère base Luchtvaartregiment de Bergen. Pendant les essais en vol de l'avion a fait enregistrer une vitesse maximale 316 km / h (croisière 270 kmh), avec une portée maximale de 830 km. L'armement défensif était constitué par une mitrailleuse synchronisée avant et une partie arrière actionné par l'observateur. Sous l'aile inférieure était lieu une charge utile égale à 8 bombes 50 kg (16 ou 25 kg, ou de 4 à 100 kg). Au début de la Guerre mondiale l'avion était maintenant considérée comme dépassée.

Le 10 mai 1940 claqua la attaco allemand contre les Pays-Bas, avec Luftwaffe qui ont bombardé l'aéroport Waalhaven, Valkenburg Bergen et alors que les troupes wehrmacht Ils ont fait remarquer Moerdijk[5]. À cette date, certaines machines étaient réparés ou étaient en mauvais état, de sorte que seulement 10 avions ont participé aux combats contre les troupes allemandes[3]. Pendant la courte guerre menée contre Allemagne, entre 10 et 15 mai 1940 Le Fokker C.x servi intensivement dans le rôle de scout / bombardier léger. Seuls quelques avions étaient équipés de toit fermé, tandis que leurs cavaliers portaient des casques armée de l'acier au lieu de casque aviateur en cuir[5]. Les missions ont été effectuées à une altitude aussi basse que la portée de fusil prouvé inutilisable et les bombes ont dû être abandonnées en vue à l'oeil nu[5]. Le C.X était trop lent pour échapper plus vite chasse Allemands comme Messerschmitt Bf 110, mais la tactique néerlandaise appelée hu-bo-être (huisje-Boompje-beestje), il a permis à la C.X d'atteindre un certain degré de succès. Pendant la guerre de cinq jours ont été perdus trois Fokker C.x détruits au sol et deux en vol[3]. Seuls deux C.X, avec leurs équipages, ont pu fuir en France après la capitulation des Pays-Bas. Leur sort est inconnu. Sur les deux équipes, un plus tard atteint l'Angleterre, tandis que l'autre sont revenus en Pays-Bas.

En 1935, le gouvernement des Indes orientales néerlandaises a ordonné un lot de 14 bombardiers de reconnaissance / lumière Fokker C.x (étudiants de première année FCX-450-FCX-463)[3], avec armement défensif amélioré, avec deux avant et une mitrailleuse arrière. Ces avions ont été rapidement remplacés dans le rôle des bombardiers américains des avions Martin B-10. Lorsque la guerre éclate avec entre États-Unis et Japon, 6 décembre 1941, le Luchtvaart Afdeling-Koninklijk Nederlands Indisch Lager possédait 6 Fokker C.x, rétrogradé à un avion de liaison. Deux ont été affectés à Verkenningsafdeling basé sur Tjililitan A.1, A.2 un à Verkenningsafdeling basé sur Djokjakarta trois à Depôt Vliegtiugafdeling basé sur Andir. Jusqu'à ce que l'attaque japonaise de 1942, le C.X est resté en tant que formateur et les objectifs de remorquage. Aucun d'entre eux a survécu à l'invasion japonaise des Indes orientales néerlandaises.

Finlande

Le 18 mai 1936 le gouvernement finlandais a acheté 4 reconnaissance Fokker C.x (étudiants de première année FK-78 / -81) et a acquis la licence de production de l'avion. Les avions ont été envoyés en Finlande en Novembre 1936 et ont été livrés à Air Depot 16 Janvier 1937. L'avion est entré en service officiellement le 11 Juin de cette année. , Le gouvernement finlandais a par la suite autorisé, le 12 Février 1937, la licence de production à la valtion Lentokonetehdas deux ensembles d'appareils: la série II, qui est composée de 13 C.X (première année FK-82 / -94) et de série III de 17 appareils (première année FK-95 / -111). Les avions de la série II ont été livrés en Janvier-Juin 1938 et la série III entre Juin et Décembre 1938. Une autre série d'avions, la quatrième série CX 5 (étudiants de première année FK-111 / -115), a reçu l'ordre sur 24 avril 1942 et il était prêt à la fin de l'année. L'avion était équipé moteur radial Bristol Pegasus XXI à 9 cylindres, refroidi à l'air, à partir de 830 hp hélice en bois à deux pales de propulsion Weybridge ou VL. L'armement a été basé sur 2 mitrailleuses Browning de 7,7 mm dans le fuselage, une mitrailleuse L-33/34 observateur pivotant 7,62 mm et 400 kg (RMS / 100/1) ou 600 kg (RMS / 25 / 4) de bombes. FK-79 sur l'échantillon testé était un moteur radial Bristol Persée XII qui entraîne un Ratier métallique de l'hélice.

au cours de la guerre d'hiver le Novembre 1939-Mars 1940 reconnaissance Fokker C.x effectué 587 missions tomber sur les troupes ennemies 61 372 kg de bombes. Dans le cadre de Guerre mondiale le C.X a continué à fonctionner avec le Suomen ilmavoimat au cours de la guerre de continuation, des affrontements avec les forces armées de 'Union soviétique, et Guerre de Laponie, face aux forces de la Wehrmacht allemande.

Après la guerre, les spécimens sont restés en service depuis longtemps, remplacé en première ligne par les droits des modèles plus récents et utilisés dans la formation de nouveaux équipages et le rôle des cibles de remorquage des avions. Le dernier exemple opérationnel, le FK-111, est resté en service comme cibles de remorquage jusqu'au 21 Janvier 1958 lorsque, en raison d'un mauvais fonctionnement, il est écrasé dans une forêt tuant le pilote (le lieutenant Aimo Allinen) et l'opérateur affecté au câble de remorquage (2 Ltn Antti Kukkonen).

Espagne

Vers le milieu de 1937, le gouvernement républicain, aux prises avec le soulèvement nationaliste (Guerre civile espagnole), En établissant Elle a abordé des relations d'affaires avec Fokker aux Pays-Bas et Koolhoven. L'ordre qui a pris forme inclus la fourniture de 50 monomoteur Fokker D.XXI, 25 bimoteur G.I et 25 éclaireurs C.X.[6] ils iraient à équiper les départements de Armée de l'Air espagnole républicain. Le gouvernement a également décidé d'acheter une licence de production chasse D.XXI et reconnaissance C.X. la prototype de ce dernier, en fait un plan de la LVA déjà construit en 1936, a été équipé d'un moteur en V Hispano-Suiza 12Y Il équipé d'un canon de 20 mm[3]. L'avion a été acquis officiellement le 21 Janvier 1938 par la Société Française de Transport (Aérienes) de SFTA Paris et expédiés par voie maritime, d'abord Tallinn, en Estonie puis en Espagne via Union soviétique[6]. L'avion a été livré comme modèle à l'usine El Carmoli en vue de la production en série du lot d'avions. Pénurie d'approvisionnement des unités de puissance prévues Bristol Pegasus XXI a conduit à un retard dans le calendrier de production. Les techniciens de l'usine a décidé, alors, de s'adapter à la cellule du moteur soviétique Klimov M-100, mais seulement un autre avion a été produit avant l'arrivée des troupes nationalistes, qui a mis fin au programme de production.

Le Hispano-Suiza motorisé Fokker C.x a été utilisé dans les vols de correspondance entre l'aérodrome de Onil et la mise en place de Servicios Aéreos de Fabricación (SAF-15) Rabasa, à la périphérie de Alicante, qui l'a utilisé comme avion de piste d'essai produit là-bas. Ici, il a été abandonné pendant un certain temps jusqu'à ce que, a conclu le conflit, a été repris par la nouvelle situation de l'aviation franquiste état, l 'Ejército del Aire, et identifié par les initiales R.7. Dans l'Armée de l'Air espagnole, il refondé est resté en service jusqu'à ce que les premiers mois de 1953 quand, à cause d'un atterrissage forcé Torrente de Cinca, Il a été déclaré hors service et radié du barreau.[7]

variantes

C.X série I
la version construite par Fokker et équipé d'un V12 Rolls-Royce Kestrel Refroidissement liquide, puissance 650 hp (485 kW), Aux Pays-Bas pour Destinées.
C.X série II
la version construite par Fokker destinées à la Finlande, a fait en 4 exemplaires. Caractéristiques techniques: un moteur radial Bristol Pegasus XXI à neuf cylindres, refroidi à l'air, à partir de 850 hp (634 kW); 12,00 m d'envergure supérieure, inférieure à 10,50 m; longueur 9,01 m; 3,31 m hauteur; surface de l'aile 31,50 m²; masse à vide 1890 kg, maximale au décollage de 2 700 kg; vitesse maximale 356 kmh à 4000 m 299 km / h à 0 m; monter à 1 000 m en 1'30 », 3 000 m en 5'20" , 5 000 m en 11 « ; autonomie horaire de 4 h; tangence 8000 m. Armement 2 mitrailleuses Browning de 7,7 mm dans le fuselage, une mitrailleuse de L-33/34 observateur pivotant 7,62 mm et 400 ou 600 kg de bombes.
C.X Series III
la version construite sous licence en Finlande, équipé d'un moteur radial Bristol Pegasus XII de 850 ch (634 kW), également localement sous licence.
C.X Série IV
la version construite sur licence en Finlande, équipé d'un radial Bristol Pegasus XII ou XXI, a également fait localement sous licence.

utilisateurs

Fokker C.x
L'un des C.X ML-KNIL garé devant hangar l'aéroport de Bandung, puis en Indes orientales néerlandaises.
Finlande Finlande
  • Suomen ilmavoimat
Il a travaillé avec 39 spécimens, la plupart du temps fabriqués localement sous licence.
drapeau Indes orientales néerlandaises
  • Aviation militaire du Royal Indes néerlandaises Armée
Il a travaillé avec 13 spécimens.
Pays-Bas Pays-Bas
  • Luchtvaartafdeling
Il a travaillé avec 20 spécimens.
Espagne Espagne
  • Armée de l'Air espagnole républicain
Il a travaillé avec 2 spécimens.
Espagne Espagne
  • Ejército del Aire

notes

  1. ^ à b (FR) (NL) Fokker C-X, sur Nederlandse Luchtvaart Historie Militaire, http://www.nmlh.nl/, 21 mai 2006. Récupéré le 13 Décembre, 2012.
  2. ^ Gunston 1980.
  3. ^ à b c et fa (RU) Fokker C.x, sur Уголок неба, http://www.airwar.ru. Récupéré le 13 Décembre, 2012.
  4. ^ Taylor, H.Une .. Airspeed avion depuis 1931. Putnam. 1970. Londres. ISBN 0-370-00110-9.
  5. ^ à b c (FR) Fokker C.10, sur aviation néerlandaise, http://www.dutch-aviation.nl. Récupéré le 13 Décembre, 2012.
  6. ^ à b Jong, Pierre de. Le Fokker D.21 (Collection 9 Profils Avions) Outreau, France, Éditions Lela Presse, 2005.
  7. ^ (ES) Fokker C-X, sur Aviación España Sobre. Récupéré le 13 Décembre, 2012.

bibliographie

  • (FR) David Donald (ed.), L'Encyclopédie des aéronefs du monde, Leicester, Royaume-Uni, Editions Blitz, 1997 ISBN 1-85605-375-X.
  • (FR) Bill Gunston, Illustrées Répertoire des Aéronefs de lutte contre la Seconde Guerre mondiale, Londres, Salamandre Books Ltd, 2001 ISBN 0-7603-0722-9.
  • (FR) Bill Gunston, Un Guide illustré Bombers de la Seconde Guerre mondiale, Londres, Salamandre Books Ltd., 1980 ISBN 0-86101-069-8.
  • (FI) Timo Heinonen, Thulinista Hornetiin, Keski-Suomen ilmailumuseo, 1992 ISBN 951-95688-2-4.
  • (FI) Jukka Raunio, Valtion Lentokonetehtaan historia. Osa 2: Tampereella ja sodissa 1933-1944, Jukka Raunio 2007 ISBN 978-951-96866-8-4.
  • (FR) H. A. Taylor, Airspeed avion depuis 1931, Londres, Putnam, 1970 ISBN 0-370-00110-9.
  • (FR) Michael John H. Taylor, L'encyclopédie de Jane de l'aviation, 2e édition, Londres, Editions Studio, 1989, p. 405, ISBN 0-517-10316-8.

D'autres projets

  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Fokker C.x

liens externes