s
19 708 Pages

Carmelo Bene
Carmelo Bene

Carmelo Antonio Pompilio Realino bien, simplement connu sous le nom Carmelo Bene (Campi Salentina, 1 septembre 1937 - Rome, 16 mars 2002), Il a été un acteur, directeur, dramaturge, écrivain et poète italien.

biographie

« Gardons loin de notre temps loin de ce que la politique sociale glissement de terrain sur lui comme une montagne de rien. Je suis malade du social, dirigé par les partis politiques, les masses ou les gens ordinaires qui sont au pouvoir sous la forme d'opposition, mais ne sont plus minoritaires[1] »

né en Campi Salentina, en province de Lecce[2], à 9h30 le 1er Septembre 1937, aux parents de Vitigliano, fraction Santa Cesarea Terme. Ses parents, Umberto (1900 -?) Et Amelia siècle (1905-1992), a couru une usine tabac où ils ont travaillé plusieurs centaines de jeunes travailleurs. Eh bien, il était un enfant maladif, timide, introverti et taciturne. Sa mère était une fervente catholique et praticien, de sorte que le petit Carmel est de servir « une infinité de récolte », aussi bien dans Campi Salentina que Lecce, où il a vécu sa tante Raffaella, même trois ou quatre par jour[3]. Une vocation, ce qui laisse peu à peu, pour devenir allergique à toute forme de ritualisation religieux.

Il a assisté à l'École de Scolopi Lecce, montrant critique envers leurs enseignants, définis plus tard dans son autobiographie[4] incompétent en théologie, blasphémateurs et pédophiles. Il passe pour que les enfants la plupart du temps entre les charmes de cette multitude de filles, école excursions Scolopi et dimanche à Lecce. Après des études à l'Institut de Calasanz Piarist Campi Salentina, où il a fréquenté l'école secondaire et École secondaire classique jusqu'à la deuxième année, il a terminé ses études classiques au Collège de l'argent des Pères jésuites Lecce.

Carmelo Bene
Dessin représentant Carmelo Bene, faite par Graziano Origa

Plus tard, il inscrit, dix-sept ans, la Faculté de droit de l'Université de Rome « ​​La Sapienza », mais ne fréquente assidûment. Il inscrit en même temps dans la première année de 'Académie Sharoff. Pendant ce temps, de la Lecce est la carte postale précepte et si une partie de la militaire visite, mais, contrairement à l'utilisation de 18 mois de ses « nombreuses vies » en faisant des tâches jugées inutiles parvient à éviter le service militaire en prétendant jouer homosexuel. Même examen psychiatrique est son ambivalence, gagnant ainsi le certificat de RAM (aptitude réduite militaire)[5].

en 1957 il inscrit à 'Académie nationale d'art dramatique « Silvio D'Amico » et il a suivi des cours pour un an seulement, les considérant comme inutile[6]: Il y avait des frictions entre lui et les enseignants, et même Carmelo Bene résume les points de vue divergents en disant que « la méthode de susciter des sentiments était le 'académie Sharoff, ce addormentarli Silvio D'Amico ». Il a ajouté: « Heureusement, après une année passée en pas assister à Silvio D'Amico ». Il est vite devenu tristement célèbre blague: « Comment vas-tu? "Eh bien là merci[7]. Et bien se rappeler que la Silvio D'Amico, Seuls deux enseignants ont cru en lui: l'enseignant métrique et Mme Morino[8], trente ans avant actrice Ruggero Ruggeri.

Carmelo Bene
Pier Paolo Pasolini, celui qui a finalement jeté dans le film Carmelo Bene avec le film Œdipe roi (1967)

A Rome, les parents paient le loyer et un minimum de nourriture, donc dans ces premières années à Carmel, pour soutenir leur vie dissolue, il doit travailler à pratiquer la ruse et le subterfuge. Ces dernières années, souvent elle se saoule et fume beaucoup. Il finit souvent être arrêté: « Il suffisait de tourner mal rasé rasa d'un jour » pour être arrêté, interrogé ou même arrêté. Dans la seule année 1958 Carmelo Bene passé « trois cent vingt-cinq nuits dans les différents postes de police locaux[9].

Il a fait ses débuts au théâtre avec vingt-deux Caligula de Albert Camus en 1959, dirigé par Alberto Ruggiero[10]. Après les premières représentations romaines de retour à Campi Salentina avec l'intention de se marier Giuliana Rossi, actrice Florentine six ans de plus, largement détesté par la famille qu'il[11]. Le père, de mèche avec le primaire, obtient de l'avoir engagé dans un hôpital psychiatrique pendant deux ou trois semaines, avec l'intention de diminuer l'attrait et l'intention de réaliser le mariage; Giuliana subit alors des menaces explicites. Vous obtenez toujours marié à Florence le 23 Avril, 1960, «Plus pour plaire à sa belle-mère le droit que pour vocation réelle »[12] et leur union est né un fils, Alexandre, qui est surtout élevé par ses grands-parents maternels et meurt d'un cancer à un jeune âge[13] 3 octobre 1965 à l'hôpital Meyer à Florence.

Carmelo Bene
Carmelo Bene dans une scène du film Un Hamlet Moins

Dans cette période de Florence, il a lieu la rencontre littéraire fondamentale de sa vie; la loi 'Ulysse[14] de James Joyce[15] qui le fascine bouleversant la façon de penser, enlever les derniers vestiges de existentialisme[16]. Après ce premier impact littéraire Carmelo Bene quitte Florence, vivre une période pure de « errance »[17], « Discombobulated », sans but, avant de venir Gênes. en 1960 Il connaît et se lie d'amitié avec Aldo Braibanti et Sylvano Bussotti qui la musique de soins Divertissement concert Maïakovski Il a tenu à Bologne la même année. Avec la deuxième série de répliques Caligula la 1961 Eh bien, il devient « le réalisateur lui-même », et de Gênes, aucun délégué plus à aucun autre administrateur de son théâtre[18]. entre 1961 et 1962 Il réalise le premier Hamlet, « tout Shakespeare, pas pervertir Laforgue»[19], et le premier Pinocchio. de Compagnia D'Origlia-Palmi, en vogue à Rome entre trente et soixante-dix ans, Carmelo Bene façon de retirer des acteurs comme Manlio Nevastri (AKA Nistri) Luigi Mezzanotte et Alfiero Vincenti:

« Très jeune comédien, sans le sou, entouré par les joueurs flânant extraordinaires finalement récupérés à Borgo Santo Spirito par Mme D'Origlia et cavalier Palmi, mes bons amis[20]. »

De 1961 à 1963 constitue la soi-disant "Atelier de Théâtre« (En ce qui précède avec la société) acteurs cueillis, fabriqués à partir de local Trastevere, dans la cour à 23 San Cosimato. Il a fermé définitivement plus tard à cause du crime de « pisse » sur le plafond et l'Argentine sur l'ambassadeur attribué à Carmelo Bene, mais probablement perpétrée par le peintre argentin Alberto Greco. Au Laboratoire de Théâtre qui produisent, le cabaret montre avec des titres importants comme Au revoir porc, une espèce de événement, polisson collège ou une plaisanterie, qui a servi à ramasser l'argent attirer les gens snobs et chasse riche d'émotions fortes. le spectacle Cristo '63 (Enregistrement Alberto Grifi mais est censuré[21]) Unleashed plus un scandale, à des échauffourées avec la police. Eh bien, dit-il:

« Opening Night est arrivé une tourmente infernale. cette grec, peu accro à boire, ivre mauvais [...] L'apôtre Jean (grec) a commencé à faire rage [...] Au premier plan se trouve la robe, mettre le rabat entre les dents et commence à uriner dans la bouche de l'ambassadeur de l'Argentine, le consort de vison et attaché culturel.
Pendant ce temps, il se faisait passer pour des gâteaux destinés à dessert et amok face du diplomate et Mme [...] J'ai été condamné par contumace [... et] d'être acquitté sans lien avec les faits[22]. »

Le même événement sera répété plus tard dans une villa sur la Cassia Antica mis spécialement par la propriétaire de la galerie dans le seul but de faire revivre ce fatidique événement, y compris des échauffourées, et cette fois-ci ont été les trois rois qu'ils ont commencé à uriner sur lui pour les dames en manteaux de fourrure[23]. Dans ces premières années, de Caligula , jusqu'à ce que les supports de film, Carmelo Bene ne tire pas vraiment un succès par le scandale, comme nous le rappelons, entre autres, Franco Quadri[24], Lydia Mancinelli Carmelo Bene et même dans son autobiographie. En revanche Giuliana Rossi Carmelo décrit comme irresponsable, cynique, méprisant les autres, mais fascinant et captivant. Celui-ci est un comportement répréhensible, cependant, a été compensée par une force créatrice et une attention extraordinaire qu'il a consacré à ses spectacles.

De plus en 1963, presque immédiatement après la clôture du Théâtre Laboratoire, Carmelo Bene est par hasard à travers, pour la première fois, un laforguiana d'émission, qui sera ensuite concevoir alors son Hamlets. Déjà, il pense à sa Salomé; loi le Moine de Matthew Gregory Lewis qui sera ensuite l'étape 12 Octobre 1966 au Teatro delle Muse[25], en revisitant[26] intitulé Le rose et noir. Toujours en 1963, il a mis en place le 'Edward II adapté de Marlowe que, dans une de ses réponses Arlecchino, il voit parmi la société des acteurs de spectateurs Living Theater, en passant par Rome, avec qui il se lie d'amitié bien. Il travaille en même temps 'Ubu roi par Alfred Jarry que cela conduira au Théâtre des Satyres et Salomé par Oscar Wilde (avec le « extraordinaire » Franco Citti dans le rôle de Giovanni Battista) au Teatro delle Muse, devant un public féroce et intransigeant des détracteurs et partisans (Ennio Flaiano, Alberto Arbasino, John Francis Lane, Alberto Moravia).

Il commence dans cette période la longue relation artistique et sentimentale avec l'actrice Lydia Mancinelli qui, pour la première fois dans la récitation L'histoire de Sawney Bean (Texte par Roberto Lerici) de 1964. Dans les années soixante et soixante-dix Lydia Mancinelli[27] et Alfiero Vincenti Carmelo Bene sont deux chiffres clés et irremplaçables. 1964 marque également les débuts dans la Teatro delle Muse le premier Salomé Il vient de Oscar Wilde, avec la participation de Franco Citti dans la partie de Iokanaan[28]. Le spectacle est loué par Ennio Flaiano et Alberto Arbasino, ainsi que par le critique John Francis Lane temps; Il a plutôt été sévèrement critiqué par Giuseppe Patroni Griffi. La même année, le Manon, Théâtral tiré du spectacle Manon Lescaut Prevost, dont les avis de l'époque (comme ses autres spectacles) un goût pour attribuer le scandale et une tendance à vouloir impressionner une fin en soi, qui nie bien, affirmant que cette « représentation » était déjà son « théâtre du handicap » à venir pleinement, fut établie au années quatre-vingt[29].

Carmelo Bene
Carmelo Bene dans une photos de la scène Notre-Dame des Turcs

Après la fermeture saisie et finale du Théâtre Laboratoire passer six mois avec la mise en place de Théâtre Carmelo Bene un Amour divin (1967), L'expérience courte que l'autre précédente battre '72, l'ouverture qui a lieu dans 1966[30]. En outre, dans cette même période, entre 1965 et 1966, Eh bien, il écrit des romans Notre-Dame des Turcs et crédit italien, puis amené au théâtre. Mais, comme tous les travaux de beniana de cette période, le succès a eu plus d'une réponse élitiste. Il est mis en scène au Teatro delle Muse Le rose et noir, revisiter[26] de le Moine Matthew Gregory Lewis. A cette époque, un témoignage de l'émission de télévision 30 événements. Le doublage du rapporteur dit:

« Un jeune homme mince, nerveux, vif, est venu des Pouilles à Rome pour inventer un théâtre très personnel. Il est appelé Carmelo Bene. Il n'a pas encore trente ans. Il a déjà écrit un roman Notre-Dame des Turcs. Il a dirigé en tant qu'acteur, scénariste, réalisateur, dix spectacles. Dix montre dix controverse sensationnelle. Vous êtes un acteur? Ou: est un génie? Il est une fraude? Sur ces arrêts, le public et les critiques vont en découdre ...[31]. »

Carmelo Bene penser le temps d'abandonner la théâtre de poursuivre plus. en 1967 Pier Paolo Pasolini Elle l'invite à participer à son film Œdipe roi. en attendant Nelo Risi, ayant prévu un film sur Pinocchio, Il propose la fée Brigitte Bardot, celui de Pinocchio à Carmelo Bene et de Geppetto à toto; mais il est mort en plein 1967, l'envoi de la fumée dans le projet. Eh bien, la même année, a commencé son expérience en tant que réalisateur, arrive l'année suivante pour gagner la Lion d'argent un Festival du Film de Venise avec ce qui est considéré comme son chef-d'œuvre: Notre-Dame des Turcs. Parmi ses principaux amis et collègues de cette époque, il y avait l'acteur bien connu, écrivain et metteur en scène Tarantino Cosimo Cinieri, Mario Ricci, Leo de Bernardinis, Piero Panza et le peintre et scénographe bien connu Lecce Tonino Caputo. en 1969 Eh bien, vous voyez participer en tant qu'acteur Human inhumains, film Mario Schifano. la supports de film dure jusqu'à 1973, Il se compose d'une série de longs métrages caprices (1969), Don Giovanni (1970) Salomé (1972), Outre le déjà mentionné Notre-Dame des Turcs, qui produisent souvent en Italie, des réactions imprudentes violence gratuite et rift et la critique du public, entre les partisans et les détracteurs. Un Hamlet Moins Elle marque la fin de cette fulgurante apparition cinématographique de Carmelo Bene, l'expérience ne rejugé.

la 1970 Il est l'année où Carmelo Bene savoir Salvador Dalí et Emilio Villa[32], contribuant à marquer son expérience artistique. Dans cette même année, un Don Chisciotte commandé par des évanouissements de télévision RAI, parce que le projet est considéré comme « impopulaire ». Le casting exceptionnel envisagé, ainsi que Carmelo Bene, des artistes de renom tels que Eduardo De Filippo, le clown soviétique Popov Salvador Dalí (Scénographe)[33]. Le même sort a été réservé un autre projet de film réalisé en collaboration avec Eduardo, adapté de Le soir à Colone de Elsa Morante. Il écrit aussi A Boccaperta, Dans un premier temps considéré comme un scénario dédié à Saint-Joseph de Cupertino. Il a également participé en tant qu'acteur dans des films comme nécropole de Franco Brocani et Histoires de mille ans de Franco Indovina. En 1972-1973, avec le retour au théâtre après les supports de film, Carmelo Bene obtient un vrai triomphe. La première représentation théâtrale Notre-Dame des Turcs, rapporté de retour sur scène, avec ses vingt-cinq copies romaines, le public voit d'innombrables noms « qui comptent », y compris Ennio Flaiano, Alberto Arbasino, Vittorio Gasman, Mariangela Melato, Giuseppe Patroni Griffi, Alberto Moravia, Renzo Arbore, Gianni Morandi, Gigi Proietti, Elsa De Giorgi, Enzo Siciliano, Franco Franchi et bien d'autres[34]. En 1973, sont les interviews impossibles radio avec des textes de Ceronetti, Dale et Manganelli, où Carmelo Bene et d'autres acteurs imaginativement donnent la parole aux différents personnages historiques et préhistoriques.

Carmelo Bene
Carmelo Bene dans une scène de Notre-Dame des Turcs

L'année 1974 marque l'année de sa première apparition à la télévision avec « Quatre façons de mourir en vers: Majakowski, Blok, Essenine, Pasternak » avec la collaboration de Roberto Lerici Angelo Maria Ripellino, qui a été un grand succès auprès du public et des critiques et une cote d'audience élevée. Avec les années soixante-dix commencer la fréquentation assidue de Versilia Eh bien, où la culture rencontre des intellectuels et des hommes Eugenio Montale, Vittorio Bodini, le sculpteur Henry Moore. Il a commencé aussi l'intérêt fiévreux de bon pour l'histoire des Médicis et surtout pour Lorenzino de Médicis, dit Lorenzaccio, la « sphynx Médicis », qui le fera « fou » pendant une décennie. en 1975 Carmelo Bene a participé en tant qu'acteur dans des films Glauber Rocha Claro. Cette même année, au cours de la récitation du 'Hamlet Manzoni à Milan, il a appris la mort de son ami Pier Paolo Pasolini[35].

La saison se poursuit en 1976 au Teatro Metastasio de Prato Faust-Marlowe-Burlesque et Roméo et Juliette de W. Shakespeare. Dans les années soixante-dix et quatre-vingt premiers Eh bien, vous savez de grands succès. en 1977 Il est mis dans la vague Richard III télévision. Tout d'abord au Teatro Manzoni son S.A.D.E. Il est fait de mettre fin au surintendant de Milan pour l'obscénité, mesure apparemment motivée par la présence de femmes nues sur scène. Dans cette même année, Bene a réalisé un grand succès en France, menant à Paris (Opéra-Comique, Festival d'Automne) Ses prestations scéniques (onze répliques S.A.D.E., six Roméo et Juliette) Et savoir où Jean-Paul Manganaro et d'autres intellectuels français avec qui intesserà des relations durables et très fructueuses. Dans la capitale française, il a assisté Gilles Deleuze, Pierre Klossowski, Michel Foucault, savoir Jacques Lacan et d'autres.

la 1979 Elle marque le début de sa période dite concert et acteur de la machine, venir à effectuer à Scala un mémorable Manfred accompagné de la musique sous forme de concert Robert Schumann. De cette année est un Othello télévision, réalisé en turin avec Cosimo Cinieri, mais la restauration et l'installation a été seulement commencé à 2001, sous la vigilance direction Bene[36]. Les années 1980 ont vu la cinquième édition du Performance-concert Maïakovski Teatro Morlacchi Pérouse et l 'Hyperion. Dans cette période de sa comédie musicale « approfondissement », connaître et sont devenus des amis avec le ténor Giuseppe Di Stefano, qui aimait invoquer la « musique Carmelo Bene », défini par ces à son tour, en phase avec Toscanini, « la plus belle voix jamais entendue »[37].

en 1981, avec Lectura Dantis de Torre Asinelli Bologne, la lecture de la porte divine Comédie devant un parterre de plus de cent mille personnes, à l'occasion du premier anniversaire du massacre de la station. Troisième édition de Pinocchio à la Teatro Verdi de pise. À l'été 1982 Forte dei Marmi écrit Ils sont apparus à la Vierge Marie, titre qui est suggéré par le imperceptive Ruggero Orlando, dans les affres de l'un de ses boissons alcoolisées. Bien que contrit de divers maux physiques et abus continue fou, bien que par intermittence, à l'étape sur la scène théâtrale. en 1983 nous avons la représentation du Macbeth Théâtre lyrique de Milan, L 'Egmont Piazza Campidoglio à Rome; l 'Adelchi en 1984 Théâtre lyrique Milan; la deuxième édition Othello en 1985 au Théâtre Verdi à Pise; Lorenzaccio en 1986 le foyer du Teatro Comunale à Florence. Le 12 Septembre 1987 Carmelo Bene est Recanati de réciter les chansons de Leopardi et 10 Novembre de la même année au Théâtre Piccinni à Bari Hommelette pour Hamlet.

en 1988 Carmelo Bene est spectaculairement nommé directeur artistique de la section théâtre du Biennale de Venise, causant une certaine controverse et a fini par dégénérer en toutes les plaintes et contre-plaintes, fait appel à une question complexe de compétence et de responsabilité, et même le détournement d'œuvres d'art. Le 12 Janvier 1989 voir la deuxième édition Dîner de moquerie au Teatro Carcano de Milan (avec la participation de l'actrice Raffaella Baracchi, qu'il a épousée en 1992) et 26 Juillet de cette année, Penthésilée Castello Sforzesco qui, un an plus tard, le 19 mai, reprendra à Rome, au Teatro Olimpico. Malgré les divers maux et a subi des interventions chirurgicales, et qui souffriront encore plus en conséquence, il ne sera pas trahir sa réputation enfant terrible. Mémorable étaient ses apparitions à la télévision à Culture mixer (1988) et Maurizio Costanzo Afficher (1994 et 1995).

À la fin de Décembre 1990 Carmelo Bene est Moscou l'insistance et à l'initiative d'un grand admirateur de son, Valerj Shadrin[38], la création d'un succès remarquable. Dans son nous trouvons plus tard, entre autres, Camille Dumoulié, Jean-Paul Manganaro et Edoardo Fadini. Ce partenariat et sa « recherche théâtrale » sur le sol russe durera environ trois ans, provoquant, de dire bien, beaucoup clameur et d'hostilité dans le cadre de 'E.T.I.[39] en Février 1992 Carmelo Bene dépense 200 millions de livres laissés à[40] et réitérer les annonces ou la propagande sur le « messager » et « République » qui en fin de compte se révéler carrément armes puissantes nivelé principalement contre le « Ministère du spectacle » et Teatro Stabile. Cet événement sensationnel était en effet perçu comme une calomnie et les dommages causés par les initiés des parties intéressées, de sorte que puis suivre les plaintes, avec une demande de compensation de deux milliards de livres par le Teatro di Roma, révoltes contre les journaux précités et contre le même puits. Voici les premiers mots d'un extrait tiré de ces listes fatidique.

« Aujourd'hui, l'Etat a Performing dans ses sous-vêtements: pour survivre à tout prix, menaçant les contributions et subventions (à flot sans discernement des oisifs - » presque « sans exception - peut bénéficier le théâtre d'une seule façon: sur la voie = disoccuppandosene) [...][41] »

Après quelques mois de mariage avec Raffaella Baracchi, les journaux portent les nouvelles des sévices infligés par Eh bien la femme enceinte de six mois, heureusement sans conséquences graves soit à sa femme ou pour le fœtus. Il y aura alors des poursuites judiciaires et reconventionnelles dans lequel ils se trouvent aussi directement la police[42]. en 1994 Eh bien, nous voyons avec 'Hamlet Suite le 46e festival shakespearien au théâtre romain de Vérone. en 2000 avec la publication du poème 'Mal de l' fleurs est acclamé « poète impossible » de Schlesinger Fondation, institué par Eugenio Montale, dont la présidence d'honneur a eu lieu alors Rita Levi-Montalcini.

Carmelo Bene
Carmelo Bene dans une scène du film Un Hamlet Moins

Le 6 Octobre, 2000 Carmelo Bene confie, par la volonté publique, les droits de ses œuvres à la fondation 'Carmelo Bene immémoriale. Le 16 Mars, 2002 Carmelo Bene meurt à Rome. Giancarlo Dotto donc n'oubliez pas.

« Non seulement ami est absent, mais cette voix, qui sait où elle est, cette voix qui nous a donné la paix et de la force, cette voix qui donne la nostalgie de tout ce que nous avons perdu sans avoir jamais eu.[43] »

Pour exprimer sa volonté, son corps a été incinéré et ses funérailles non rendu public. La plaque indique que son nom et la date de naissance et la mort. Même après la mort, bonne nourriture ne cesse pas de controverse et de conflit[44]. Ils disent que certains témoins, y compris Roberto D'Agostino, que seulement pendant la suite, il y avait une altercation verbale, qui était sur le point de dégénérer en une rixe violente entre Luisa Viglietti (compagnon Bene dans ses neuf dernières années) avec Baracchi, qui était apparu avec sa fille Salomé avec la son avocat[42].

De plus, la prochaine enterrement officiel Ash dans le cimetière d'Otrante a été suivie d'une série de contrastes sur leur arrangement final et droit, qu'ils voient comme protagonistes opposés femme Raffaella Baracchi et sa sœur Maria Luisa et Luisa Viglione, tous deux absents à l'enterrement officiel, compte tenu de leur refus catégorique. La sœur en particulier a commémoré (sans la présence de l'urne) dans le cimetière de Vitigliano (Santa Cesarea Terme), Où reposent les cendres de sa mère Amelia[45]. Après plus de sept ans après la mort Salento, la fondation de l'artiste L 'Carmelo Bene immémoriale il est encore[quand?] empêché dans le lancement de ses activités pré-établies, principalement en raison de la stagnation de la bataille juridique n'est pas encore terminée entre les parties: Raffaella Baracchi, Viglione et Luisa Maria Luisa bien[46].

Le 13 Janvier 2009 Maria Luisa Eh bien, ma soeur Carmel, annonce aux médias de ne pas croire à la mort à des causes naturelles de son frère. "I, Maria Luisa bien - dit la femme - ayant connaissance de ma santé, je promulguant vous ne comptez pas quitter cette terre sans que le monde sache que mon frère, Carmelo Bene, nommé 'Chevalier des Arts et des Lettres« Du gouvernement Mitterrand, il est mort d'autres mains"[47]. Pour une raison ou une autre, pas moins la preuve de la maladie, le cas assassiner a été accueillie par le scepticisme des collègues et des proches de l'acteur.[46]

opéra

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Œuvres et la poésie de Carmelo Bene.

Son discuté et controversé, souvent fait l'objet d'une controverse sensationnelle, a divisé les critiques et le public depuis sa création: considéré par certains affabulante un séducteur et un présomptueux « boucher » de textes[48], Eh bien pour d'autres, il a été l'un des plus grands acteurs du XXe siècle. D'après les déclarations Eh bien, il est clair son dédain pour certains la critique théâtrale, qu'il considère comme « pleine de parvenus. » Parmi les premiers à rendre hommage à rappeler quelques-uns des membres les plus distingués du monde intellectuel de l'époque, tels que, par exemple, Eugenio Montale, Alberto Moravia, Ennio Flaiano et Pier Paolo Pasolini. Eh bien, il a eu l'occasion de travailler, entre autres, avec Pierre Klossowski et Gilles Deleuze, qui a écrit des essais sur la façon de faire de l'artiste théâtre italien. Le bon combat est dirigé contre le naturalisme et le drame bourgeois, contre les visions classiques du théâtre. Revendication acteur de l'art soulevant l'acteur de la simple maîtrise (tel que défini par Silvio D'Amico) Pour personnification artiste absolu du complexe de théâtre. Le texte, tel qu'il est né de la plume d'un écrivain souvent détaché du problème de la langue de la scène, ne peut pas être interprété[26]: Il doit nécessairement être recréée par l'acteur.

Carmelo Bene est contre le théâtre de texte, un théâtre qu'il décrit comme « scène d'écriture »[49], un théâtre de dire et ne pas dire. Faire « théâtre dit » ce serait une répétition par cœur les paroles des autres sans la créativité, ce qui Artaud Elle a appelé un « théâtre inversé, magasin d'alimentation, imbeciles, fenouil: un mot de l'Ouest ». Il est l'acteur, avec la scène d'écriture, faire du théâtre hic et nunc. Le texte est considéré comme « junk » parce que le spectacle doit être considéré dans sa totalité. Le texte a la même valeur d'autres éléments tels que les lumières, la musique, les scènes. Le théâtre de texte, l'empathie est définie ainsi qu'un théâtre de cabaret. Les acteurs se penchera sur certains des rôles qu'ils jouent, sont pour lui les animateurs, les colporteurs, le « maître ». Dans son théâtre, l'acteur est le fabricant. Le texte n'est plus soulignée comme un texte dans le théâtre, il est en effet meurtri, la poursuite d'une œuvre commencée par Artaud, qui avait déjà commencé la destruction du langage, mais qui a échoué sur la scène Eh bien, il est tombé dans l'interprétation[26].

Eh bien l'ego détruit sur scène, l'empathie dans un rôle[50], en faveur d'un théâtre sujet-acteur. Eh bien, il a été défini Acteur Artifex, à savoir l'acteur créateur de tout, et il se préférait qu'on l'appelle, avec un nouveau mot, un « acteur de la machine »: scénariste, réalisateur, acteur, scénographe, concepteur de costumes.[51] La plupart des œuvres littéraires de Carmelo Bene, nous pouvons trouver ensemble dans un volume, intitulé Fonctionne avec l'authenticité d'un portrait, Bompiani dans la série Classics. aussi La Fondation Carmelo Bene Immemorial est préoccupé par la "le stockage, la diffusion et la promotion du travail total national et étranger de Carmelo Bene, concert, cinéma, télévision, théâtre, littérature, poésie, théorique, ..."

Influences sur le travail beniana

Il serait trompeur de parler de « influence » carrément beniana sur le travail, étant donné l'impossibilité de trouver des comparaisons et / ou filiales historiques et géographiques, et écrit Piergiorgio Giacchè, « Eh bien, qui sait et son théâtre, il sait que son singularité Il est absolu ".[52] Il faut aussi tenir compte du fait que depuis le début bien déclaré une fois pour toutes « étudiant de lui-même. »[53]

Après avoir établi cette unicité et de donner à l'expression « influence » une valeur purement indicative et classique, alors on peut dire que parmi les non quelques « influences », plus ou moins décisive, a trouvé dans son travail, on peut citer: Dante Alighieri, Giacomo Leopardi, de Sade, Gabriele D'Annunzio, Dino Campana, Tommaso Landolfi, Antonio Pizzuto, Elsa Morante, Emilio Villa, Oscar Wilde, James Joyce, Eliot Thomas, Franz Kafka, Vladimir Majakovskij, Charles Baudelaire, William Shakespeare, Christopher Marlowe, John Donne, Jules Laforgue, Edgar Allan Poe, San Juan de la Cruz, Pier Paolo Pasolini, Buster Keaton[54], toto, Jean Genet, João César Monteiro, Ettore Petrolini, Peppino De Filippo, Eduardo De Filippo, Antonin Artaud, Living Theater, Bertolt Brecht (Avec quelques réserves)[55], Samuel Beckett, Friedrich Nietzsche, Emil Cioran, Jacques Lacan, Michel Foucault, Gilles Deleuze, Sigmund Freud, Thomas Hobbes, Ferdinand de Saussure, Pierre Klossowski, Leopold von Sacher-Masoch, Salvador Dalí, Francis Bacon, Giorgio De Chirico, Giuseppe Verdi, Gioachino Rossini, Maria Callas, et tant d'autres.

En dehors du domaine de l'art et de la philosophie, ont contribué à sa formation (en plus de la famille et l'environnement natif Salento bien sûr), les influences suspendues entre une histoire probable et l'imagerie comme Saint-Joseph de Cupertino, Lorenzaccio, la non-histoire des Saints.[56] Décisive étaient aussi les expériences de milliers de messes ont servi, où l'infant Carmelo a commencé presque inconsciemment avoir à faire avec « le théâtre incompréhensibilité et comment l'incompréhension entre officiant et spectateurs »[57]. Une autre expérience inoubliable était un mois, puis réduit à deux semaines, rester dans un hôpital psychiatrique où elle a commencé à réaliser la « langue institutionnelle normale » et que « foiré ou sans défaut» de fou, véritables « machines de démolition »[58].

Le Grand Théâtre

La langue et la terminologie utilisée pour expliquer sa façon de concevoir et de théâtre « non-faire » sont uniques et sans équivoque, jamais tentée auparavant, il se sent toujours Carmelo Bene nécessaire de préciser, en disant la grand Théâtre, ou autrement dit pas de théâtre de spectacle[59], il est:

» ... surtout un non-lieu; il est protégé de toute histoire. Vous intestimoniabile. Autrement dit, le spectateur comme martyr, témoin, étymologie [de martyr], Peut rendre difficile Comment le spectateur, il ne doit jamais être en mesure de dire ce qu'il a entendu, qui a eu lieu à son abandon au théâtre.[60] »

Dans ce grand actes de théâtre, ou plutôt le non-acteur agit ou acteur de la machine (Conséquence du grand acteur), il n'y a pas de représentation[61] et la représentation, la répartition des rôles, un message plus ou moins social, psicodrammaticità. Dans cette utopie ou « non-lieu », il est d'imposer la 'obscène (Off et sur lui-même) et le 'absence, la porno (La vie après la mort du désir): tous les « concepts » qui Bene démontré par des expériences de première main subsistance. Voilà pourquoi nous entendons toujours parler bien dis-prise et de ne pas faire (théâtre ou autre), l'écriture et de ne pas écrire ou décrire la Non-acteur et non un acteur[62], de non-lieu, de absence et non pas de la présence, de irreprésentable et non de représentable ou de représentation, de porno et non d'Eros, l'absence de rôles, supprimer scène et non de mettre en scène, la être agi et de ne pas agir, dire et ne veut pas dire, et ainsi de suite. La plupart des chercheurs conviennent que cet examen total du théâtre (se référant à sa langue, la manière, la forme et son essence), permet bien d'être compté parmi les « acteurs » de génie et non de talent.

La voiture de l'acteur

la machine de l'acteur (ou charbon) est la conséquence de la grand acteur[62] qui a été dépouillé des capacités expressives du corps humain (voix, expression du visage, des gestes, etc.), de porter un vêtement amplifié à la fois sonore et visuel, toujours lié et est sous-jacente téléphone. Tout d'abord il est important l 'amplification la voix, ce qui permet au demandeur de porter le bruit interne. La voix de la soi-disant acteur de la machine Il est pas un simple et simple amplification il est une extension de la gamme timbral et tonal, que, dans ce cas, il devient un lieu unique et inséparable, qui intègre cordes vocales, cavité buccale, les contractions diaphragmatique, égalisation, amplification, etc. la acteur de la machine Il est une fusion entre la machine et l'acteur; l 'amplification est donc pas une simple prothèse d'extension, mais en outre organique où la voix ne soit plus caractérisé par sa physicalité, mais surtout, pour ainsi dire, du mécanisme sonore. Tout comme il n'a pas de corps, mais il est le corps, de la même manière que vous êtes ou devenir amplification, égalisation, etc.

Et bien donner un exemple dit:

'L'amplification certainement pas un gonflage, un élargissement, mais comme un coup d'oeil à cette page: Si je regarde cette façon, ici aussi, donc je vois et je me sens; mais si je me suis approché ce [papier], plus l'approche, plus vaniscono contours. Les contours vaniscono et je ne vois rien. »

Il ajoute également que la voiture de l'acteur est:

» ... tout en lisant, comme dans la poésie, des concerts, ... (I) I need more [...] lire, à dire de ne pas le signaler ... pas [...] rappelez-vous, ou l'hypothèse que le script correspond à l'oral. [...] Je fais oublier. La lecture comme l'oubli. La lecture peut paradoxalement pas se rappeler comment[63]. »

Au cours du séminaire de 1984 Carmelo Bene explique très clairement pourquoi une « lecture que je ne me souviens pas » le grand acteur ou la voiture de l'acteur est obligé de détourner l'attention de la mémoire afin de contrôler ce que la musique est appelée bande (Qui comprend des timbres et des tons), dans laquelle est contenu l'ensemble « délire [point], la concentration », dont la limite de vous ne pouvez pas sortir. «C'est la raison fondamentale pour laquelle » en dépit C.B. sait « à la mémoire Leopardi aussi peu », est forcé de lire des vagues « contrôler ce groupe et au contrôle en même temps » idiosyncrasie « entre ce que vous lisez et ce qui devient de lui.[64] Détourner l'attention de tout « mnémotechnique cadaverina » est condition sine qua non acteur à utiliser la machine, étant donné qu'il ya une quantité considérable de travail et de concentration à consacrer ailleurs.

« Les beaux Phoniatre expliquent l'énorme effort qui doit être fait pour tirer une note, nous avons fait un SI, puis descendre, monter octave, puis passez sous deux nuances, un au-dessus, sans se départir de cette bande [...] Les cordes vocales jouent en bouche ... il est un gros mal de tête après un certain temps ... et vous devez être très prudent parce que vous perdez votre voix avec quoi que ce soit.[64] »

Quant à la partie visuelle de la voiture de l'acteur, rappelez-vous que Carmelo Bene, non seulement l'oreille, mais aussi.

» ... l'œil écoute. [...] appoggiature de la tête, un geste de broyage, une, deux, trois. etc. et désarticulation du corps ...[65] »

Scène d'écriture, le texte en amont et le théâtre de metteur en scène

L'écriture de la scène, comme le grand acteur, précède le développement représenté par la machine acteur C.B.

«J'ai repris la parole Artaud, [...] la Scène écriture est tout ce qui est pas En amont du texte, Il est le texte sur la scène.[66] »

Soulignant ensuite que l'importance du texte Scène écriture il est tout à fait la même chose que tout autre objet qui est scène, qui est plus ou moins importante n'a pas d'importance, comme par exemple les lampes du parc, une table, un morceau de tissu, etc ..
la En amont du texte, cependant, il n'y a rien de plus que le texte original, donc répété dans un plus ou moins fidèle. la théâtre de metteur en scène Ainsi, un plan, une direction, contrairement à champ de mines et à sprogettare de Scène écriture.[67]

le phônê

Le fait paradoxal est que son théâtre aussi bien incompréhensible Enfin, il avait, d'une manière prodigieuse, un vaste succès de la portée populaire. Cette idée fausse explique la même source, en disant que la langue du Grand Théâtre, incompréhensible par définition, il est compréhensible carrément écoute sur un autre étage, il est tout confié à signifiants et de ne pas sens ou sens. Alors, comme il arrive pour la musique, le Grand Théâtre est accessible, compréhensible par des personnes qui parlent des langues différentes, telles que Eskimos, ou chinois, depuis le Babel linguistique Il est résolu dans l'ensemble téléphone, et non sens. la téléphone Il est expressément défini ainsi que le bruit, qui comprend également la musique et dire.[67]

la téléphone il est encore un moyen, pas une fin, et à cet égard Carmelo Bene est un point essentiel:

« Si quelqu'un a été en mesure de définir la téléphone une dialectique de la pensée, je nie que cela ait quelque chose à voir avec téléphone. Je cherche le vide, ce qui est la fin de chaque art, chaque histoire, chaque monde.[68] »

Loi et de l'action, Kronos et aion

L'autre pilier sur lequel la manière typique de dis-prise Bon théâtre est l'impossibilité de toute action réaliser pleinement un but, si l'acte ne s'écarte pas. L'acte est ce que nous essayons de nier, d'entraver ou câpres autour de l'action, reste orphelin de son auteur[69]. Encore une fois, nous avons affaire signifiants et non significations. Par conséquent, Carmelo Bene malédictions et insultes lance contre le théâtre d'action ou de la « motion d'augmenter », c'est à se dérouler au fil du temps Kronos, contre les « piégeurs de l'avant-scène » (définit les acteurs) de théâtre de metteur en scène qui contraste avec celle de la Scène écriture (Et plus tard, celle de acteur de la machine) Happens au fil du temps Aion. Sur dichotomie Kronos / Aion est fortement influencée par Gilles Deleuze que Logique du sens (1969) Il a développé la théorie de la pensée stoïciens.

Les obscène, pornographie, eros

dit Carmelo Bene:

"...des moyens obscènes précisément, sur la scène, qui est auto visiblement invisible"[70]

Alors que vous essayez de définir la différence entre Éros et porno Il dit.

« Érotisme est aussi stupide romantiquement il peut [être] ... appartient à l'ego ... [...] ... le plagiat dans irreciprocità mutuelle absolue. [...] La place porn ... ne fait plus l'objet comme objet suspendu, mais [...] est Starsi d'un objet à, pas de personne à personne.[71] »

En outre, Carmelo Bene définit la porno comment l'excès du désir, et plus précisément l'annulation du sujet dans l'objet, puis, sans plus la possibilité d'une Je désire. en pornoenchantement, la perte, la dissolution, l'absence; à Eros (à cause de porter), Aucun désir, et la recherche ultérieure frénétique de son accomplissement de plus en plus frustrés et répétées. Eh bien, il donne encore un peu plus loin en disant définition.

» ... porno est établie après la mort du désir ... - Je sacrifiais eros morts - au-delà du désir.[72] Lorsque vous faites quelque chose au-delà du désir, le désir du désir, c'est porno. Il est un manque d'énergie.[73] [...] il est le porno manque, il est ce qui est pas, est ce que lui-même a en reste, est ce qu'il ne veut pas ...[74] »

Le théâtre est particulièrement à Carmelo Bene porno et 'obscène, il n'y a aucune possibilité de entente, comme il est y compris, comme d'ailleurs il peut y avoir représentation, parce qu'il appartient à la théâtre de metteur en scène, et de ne pas Scène écriture. Dans ce cas, perte de sens (Puisqu'il n'y a ni représentation, ni la compréhension) est la condition sine qua non de base obscène et de l'absence. Il est en porno, à ne pas confondre avec pornographie dans le sens habituel du terme. L 'obscène, ou plutôt le 'o-Scéno, est le 'autre part, pas où vous êtes, un espace-temps est dépassée, la être mis en scène; Eh bien, il a dit, et, paradoxalement, précisément, de supprimer et le décollage scène, perdre donc aussi et surtout l'identité, le but pour lequel Il a agi, la sens et la direction. Se perdre pour ne plus répondre. Il y a tout cela activités passives, Cette arrogance de l'ego en échec et son théâtre occidental.

Suspension du tragique

Carmelo Bene parle en ces termes.

« Arrêtez l'action dans la loi telle qu'elle est pour moi comme la définition suspension du tragique. Il en est ainsi que, grâce à l'intervention d'un accidentaccio, le couteau congelé comédien Il est des torches insoutenables dans la plaie inventée entre les plis risibles voilées de la représentation dans le théâtre sans spectacle.[75] »

la Théâtre de représentation essaie de faire tragédie fiable, des moyens et des manières crédibles, avec des moyens; Eh bien alors qu'il fragilise son sens ses fondations. Elles sont donc fondamentales, toute une série de handicap spécialement créé sur la scène qui vous permettent de violer les dispositions et la tradition consolidée. Voici donc, par exemple, Richard III déformer avec des implants, glisser mal, de façon inattendue; Hamlet où elle évite complètement (bien qu'il soit empêtré jusqu'au cou) de son rôle tragique avec différents trucs et astuce. Même au niveau de monologues et dialogues monologati il est ce sgambettarsi, cette courtcircuit la langue, de nature à rendre fiable l'événement. la tragédie Il est exagéré par comédien, ou autrement dit: il y a une continuité entre la tragique et comédien et pas efficace dissonance apparente; plus de deux côtés d'une même pièce, il y a une gradation de la double infinie. Il y a une marge qui peut endiguer la comédien de tragique ou vice versa: il est à la merci de la transgression. Par conséquent, dans le théâtre de Carmelo Bene, la sujet ne peut être sujet cette variabilité, fondateur perturbabilità et non le 'Je qui est représentant, jouer un rôle institutionnel et contrôle, même quand il semble vouloir transgresser.

le comédien

Carmelo Bene décrit comédien, ou plutôt, la façon dont il décrit ipercomico, comme "Comme plus insociable et libertins peut concevoir, si jamais il concevable« Affirmant que ...

« Le comédien est le cyanure. Il libère dans le corps du tragique, la cadaverizza et échappements attente sourire.[76] »

considère donc que les acteurs aussi bien Benigni, Dario Fo, Charlie Chaplin, la toto et même le bien qu'il appréciait Peppino De Filippo, à l'écart de la lame et de cadavre glacé comédien, comme ils sont, l'un d'un genre et l'un d'une autre, empêtré dans la vie sociale, dans le divertissement, la fiabilité. ils sont drôle, tout mouchetures, contrairement à ce qui se passe par exemple dans méprisante ironie un Ettore Petrolini. la comédien, selon Eh bien, reste en porno et il est en fin de compte rien que la épaule ou béquille la tragique.

La femelle et l'avènement de la femme dans le théâtre

À l'époque élisabéthaine rôles féminins Ils étaient récités par les hommes, et Carmelo Bene déplore l'abandon de cette pratique, l'avènement, fatale, la femme scène; ici et maintenant les hommes et les femmes sont reléguées à leur rôle spécifique, perdre à la fois la femelle. Il n'est plus porno; reste la double relation homme-femme, la caractérisation de leur genre et la sexualité. Il n'y a pas plus jeu, transgression. Et il est si grave ou en plaisantant, mais pas jeux plus (en anglais récitent dit jouer et en français jouer). Carmelo Bene considère également la petite femme ou rien femelle[77], et il montre ainsi contraint d'assumer la femelle que la femme est manquante.

Souvent, Carmelo Bene a été accusé par les féministes pour maltraitent les femmes au théâtre[78], auquel répond en fournissant l'exemple de 'Othello dont elle est la son le plus grand hommage fait à la femme, comme absent.

le dégénéré

la dégénéré ( « Déstabilisation de toutes sortes »[64]) Dans le théâtre Beniano il signifie, en plus de l'impossibilité d'une identification précise et sans ambiguïté du genre théâtral (farce, comédie, tragédie, etc.), même l'échec ou l'identification impossible dell 'acteur artisan ou intercalés dans les rôles qui doivent concourir, et cela implique une refonte complète et la transgression des En amont du texte, mis en œuvre Scène écriture. Dans un sens large, la dégénéré Il est tout ce qui contredit, au-delà des clichés du théâtre classique, et dans ce cas, les acquisitions académiques essentielles de l'acteur de bagages formation, peut servir, si miné et il n'a pas tenu compte, la machine de l'acteur, pour créer un handicap essentiel.

Outre les moyens

Gilles Deleuze Carmelo Bene définit comme celui qui Il a gagné le défi modal, et son théâtre est donc à considérer, et maintenant acceptée par la plupart des spécialistes et des préparatifs sérieux, pas façon de faire théâtre, mais surmonter les moyens. Ses locaux peuvent être tracés dans son travail de dix ans obsessionnel-maniaque déconstructiviste actif du langage théâtral, le cinéma, prosodique, etc. Il est le même puits pour fournir cette budget:

  • écartèlement de la langue et le sens dans discrittura pittoresque ...
  • désarticulation du succube du discours significatif
  • enlever scène (contre l'emballage cultic la « mise en service ... »)
  • démolition de fiction scène ...
  • et confection sur mesure de langue mise en scène
  • renouvellement radical du poème symphonique (s) dramatisé
  • la lecture acteur Je ne me souviens pas comment le Mort pré-écrite par voie orale.
  • dépassement de Artaud et la « langue des anges » expressionniste mystique (Blumner)
  • la suspension de la dramatique
  • cinéma comme image acoustique ...
  • télévision NEOTECNICA, record et radio / prémisse décisive phoniques d'instrumentation amplifiée
  • échantillonnage des sons et re-conversion de la voix
  • amplification du théâtre (enfin)
  • la machine acteur (tritalinguaggio-représentation-sujet-objet-Histoire)[79]

Le depensamento et le problème de la langue

la depensamento Il est, ce qui simplifie, à l'opposé de penser, non il reconnaîtra (comme neti neti yoga) ni ceci ni cela. la depensamento Il peut être considéré comme une forme de méditation ou comme rouages, ce qui conduit à une pas d'autre choix entre l'infini double. Cela se compare à se produire flux de conscience (flux de conscience). la depensamento mais pas catégoriquement appartient à une méthode de culture et aristocratique de l'expérimentation et de la connaissance, mais aussi et surtout fait partie du typique indolence Sud, la classe pour ainsi dire ignorant, saints que Saint-Joseph de Cupertino, à laquelle Carmelo Bene nourrit l'empathie et une attraction profonde.

Ici prend également de toute évidence l'interférence de la puissance de la parole langue et langue constitué de puissance à laquelle il est sujet. Alors, comment nous ne sommes pas nés de leur propre volonté[80], De même, il a langue succubes qui nous a, et dont nous n'avons pas activement; En effet, dit Carmelo Bene, en faisant tout ce qui a été réitéré par Lacan[81]« Quand nous croyons que nous disons, nous dit-on. » contrairement à grammaire la langue langue la sujet Il est celui qui souffre, qui est sujet.

La langue ainsi établie et réglée, comme un pêle-mêle de tyrannique poncifs, Il est considéré comme une menace constante et implicite qui doit être éradiquée à tout prix. Tout au long de sa vie, fonctionnement Carmelo Bene était de se livrer à une pratique minutieuse déconstruction du langage, la recherche de son trous noirs, brisant ainsi son institutionnalisation et la normalisation. En ce qui concerne le côté artistique, Le but de tout cela est de donner lieu à la possibilité de la réalisation grand Théâtre, ou, en d'autres termes, la pas de théâtre de spectacle. Cela montre clairement l'idée de la façon dont la depensamento et le craft a déposé déconstruction du langage aller de pair. Carmelo Bene et aucune illusion quant à la langue établie a priori, au-delà de la volonté[80] du sujet, il est bien conscient que vous ne pouvez pas éviter l'arrogance puissance de théâtre, institutionnalisée, dont le référent est toujours le Théâtre de puissance, ce qu'il appelle d'Etat, de représentation. Dans la transmission du mémorable MCS la 1994 Eh bien parle avec véhémence mots importants au sujet de la langue et sa puissance qui va bien au-delà du sujet et la volonté[80].

« Il est temps de commencer à comprendre, de se familiariser avec les mots. Je ne dis pas le mot, pas la Parole, mais avec des mots; Au lieu de cela la langue que vous baisez. Nous perçons. Il passe et vous ne remarquez pas "

Le sens; signifiant et signifié

les parties dialogues Carmelo Bene dans le théâtre sous forme de jeu monologue, avec la perte de sens du dialogue ou discours. Il perd également sens de la direction. Souvent, nous voyons dans performance C.B., par exemple, qu'un cri lancé avec force au lieu d'effarouchement est autospaventa, comme si elle était en face d'une paroi de caoutchouc qui lui a donné à l'expéditeur; l'un des nombreux autres exemples peuvent être quand Richard III Il crache dans le miroir où vous visez, penser ou faire semblant d'être craché. Il y a plus de cette perte sentiment d'identité, sens de cause à effet, Agent et a agi, pour conduire à la perte de 'identité du rôle, comme dans Hamlet qui n'aime pas précisément la partie comme écrit dans scénario. Dans une scène de Macbeth, C.B. cris et dit presque assuré: « Non, lequel de vous a fait cela .. je peux dire est que je ...? » Dans le théâtre de C.B. est inutile et non rentable cherchent sens, direction, sens ou pire encore, le message, car il a toujours à la merci de signifiants.

Être et non-être

Eh bien, il se fait sentir dans la conscience et d'être-une forme de strabisme qui nous identifie dans ce en fait, nous ne sommes pas et ne peut jamais être. Être quoi? si tout est en pleine mutation? Carmelo Bene propose les trois axiomes de Gorgias:

- rien n'existe
- Et si quelque chose là-bas, nous ne saurons jamais
- Et tout en reconnaissant que nous avons pu le rencontrer, nous aurions aucune possibilité d'être en mesure de communiquer.

Dans ces trois paradoxes Gorgiani est facile de retracer les concepts de absence, irreprésentable, incommunicabilité, avec le théâtre et la philosophie pragmatique du bien.

La devise de bien à ce sujet pourrait être, pour paraphraser le cartésien maximum « Je n'existe pas: donc je suis »[82]. En plus des journaux, des magazines et des œuvres littéraires, il est rare que même dans ses apparitions à la télévision l'artiste aborde le problème Salentine d'être, d'être et non-être, trouver carrément offensive (plutôt ennuyeux) ce contact pour lui d'une manière ontologique[83].

La conscience, la culture

La « conscience » [pas conscience elle-même ou noumène Kant], ou « connaissance » est ce qui est culturellement et socialement sédimenté, qui attaque bien sans réflexion, surtout si la « conscience » « devient elle-même ou est identifié dans civil. Ses ardillons sont jetés dans la colère même contre la culture (qui, par définition, est un Etat), le musée et le mausolée, l 'imbellettamento classiques, commémorations, famille, etc. La liste complète du reste serait trop vaste. Eh bien dans sa lecture derridienne, Il dérive étymologiquement « culture » (un abandon de l'ennemi juré et « bêtise divine ») de article, colonisent.

l'image

La relation avec Carmelo Bene a l'image est pas expressément iconoclasme, même si parfois il peut sembler le contraire[84]. En effet, bien dit que l'image est vulgaire.

cette deconstruction, plus que la destruction, l'image dont il a besoin pour faire écouter à un niveau différent, de sorte que l'image devient aussi fonctionnelle, cependant, toujours soumis à la téléphone, accentuant ou caractériser l'expression, l'amélioration de la même façon, les gestes d'un conducteur. Carmelo Bene « croit les visages », et postures, plus ou moins changeant, de sorte que l'arrière-plan de ses mises en scène est souvent, et surtout, seule couleur, de préférence noir ou parfois blanc. L'espace scénique, ou un cadre, notamment en ce qui concerne les faces de la première ou au premier plan, et les chiffres, il est souvent éclairé avec une lumière forte et l'ombre.[85]

la supports de film

Carmelo Bene
Carmelo Bene Salomé

La première apparition sur l'ensemble cinématographique Carmelo Bene en tant qu'acteur dans 'Œdipe roi de Pier Paolo Pasolini datant 1967. la parenthèse soi-disant film Il va de '67 un '72 et ce sera celui qui vous donnera la gloire et renommée internationale, et en Italie non sans scandales et des attaques féroces, non seulement par les critiques des critiques mais aussi par les spectateurs ordinaires, ce qui a causé des dégâts et des incendies sauvages dans les salles où les projections ont eu lieu. ermitage Il est son premier court-métrage. de sorte que la production est créée C.B. à la fin du film cinq ans souffriront d'une crise financière invalidante.

Le succès commence par Notre-Dame des Turcs, présenté à Festival International du Film de Venise, où il a remporté le prix spécial du jury, en concurrence avec les films de Nelo Risi, Liliana Cavani et Bernardo Bertolucci. Il y aura alors d'autres longs métrages: caprices (1969), Personnel de remaniement 'Arden de Feversham anonyme élisabéthaine Don Giovanni (1971) Salomé (1972) et Un Hamlet Moins (1973) Avec qui se termine l'intérêt du puits cinéma. Toutes les productions de C.B. et B.B.B.[86] Ils sont fabriqués à très faible coût.

Ses préférences du début à Buster Keaton[54], et le mépris total, sinon du mépris, pour Charlie Chaplin[87], Ils sont importants pour la compréhension matrice dont elle va évoluer son personnel style et son manière (Plus de moyens) pour faire des films. Cette période de cinq ans, il a servi pour démolir Le film, en fait Notre-Dame des Turcs Il est par ailleurs définie par le même puits un film de parodie impitoyable et féroce. Et même traitement immodérée Il est évident dans d'autres productions de cette période.

Considérations sur le support du film

Carmelo Bene
Carmelo Bene Notre-Dame des Turcs

Selon le Carmelo Bene cinéma, nouveau venu, est le oubliettes de tous les arts (Sauf dans de rares cas où la films lui-même filmé). Profitez João César Monteiro, en plus de Buster Keaton[54] et quelques autres[88], à-dire ceux qui ont passé le cinéma lui-même, « Parce que vous ne pouvez pas faire avec le film cinéma, poésie avec la poésie, peinture avec la peinture, vous avez toujours à faire ... ».[89] On retrouve dans les films, cependant, le même iconoclaste fureur et positions extrêmes qui caractérisent sa production théâtrale.

Pour le Carmelo Bene 'opéra art (le chef-d'œuvre) Doit représenter l'art exagéré et non d'un simple décorativisme ou boîte décorée avec des arcs, ou la technique comme se faisant passer; En d'autres termes, lors de la récupération, il a mentionné par Nietzsche, de l'œuvre d'art «elle a des chefs-d'œuvre ». Eh bien, il l'habitude de dire que, dans ce qu'on appelle film d'action pas « déplacer quoi que ce soit », contrairement à certains chefs-d'œuvre comme des toiles Francis Bacon ou des travaux de Bernin (Tel que Beata Ludovica Albertoni) Ce qu'ils possèdent une forme de « l'énergie dynamique suspendue. »

Carmelo Bene déteste effets spéciaux, la ralenti et zoom par exemple les trouve extrêmement vulgaire. Si un Art toréador[90], comme il tente de se définir, « met en jeu la peau », « le cinéma risque plutôt pas le film » est pas en jeu, il ne se sentait pas le contingent de besoin "être ici et là par la caméra» Pour être immédiat. Dans Notre-Dame des Turcs juste le film a été diversement piétiné, brûlé, ruiné d'une manière méthodique. Et bien se rappeler que l'expérience dit:

« Ma présence du film est obsédé par la nécessité continue de voler en éclats, maltraitent le visuel, parfois jusqu'à brûler et piétiner le film. Mission Street a pu filmer une qualité musicale des images qui ne sont pas visibles, de plus torturé par un montage frénétique.[91] »

La relation avec les critiques

Bene a toujours rejeté « tout médiateur de la critique »[92], au-delà de la méthode utilisée, son objectivité, le respect ou la bonne foi.[93] Selon Piergiorgio Giacchè, « Carmelo Bene a toujours nié le journaliste critique (et même le critique-savant, qui pour la plupart travailler reste en dehors fâcheusement) un vrai citoyen. »[94]

Le mépris qu'il réservait à critique théâtral et journalisme de "gazzettieri» Il est proverbiale.[95] Dès le début même, et pendant plusieurs années, a été éreinté Bene ou ignoré par les critiques et les médias italiens. De ses débuts à Rome Caligula, journaliste John Francis Lane a écrit une critique élogieuse sur temps, provoquant des réactions enthousiastes parmi les critiques italiens interpellarono Lane demander pour la même raison.

« Nous savions qu'il était un acteur incroyable et ferait bien au théâtre. [...] Et j'ai immédiatement écrit un article dans le Times de Londres, en disant que ce fut un nouveau grand homme du théâtre. Cela a obtenu un peu scandale à Rome, ils ont dit: « ... mais comment? Les discussions Times sur cette canaille? ... » Alors ce scélérat deviendrait une icône de la culture italienne.[96] »

Dans une interview télévisée 1968 Carmelo Bene a exprimé son opinion:

« Je n'ai pas vraiment ... relations avec la critique. Ce sont eux qui sont payés pour avoir avec moi. Donc, pour eux, il est une profession ... Je ne suis pas payé pour avoir des relations sexuelles avec eux. [...] Pour comprendre un poète, un artiste [...] il faut un autre poète, et il faut un autre artiste [...] vies critiques de 22 à 24, qui est de deux heures le soir. Vous ne pouvez pas deux heures le soir comprendre au lieu que je continue à vivre heure par heure [...][97] »

Giuliana Rossi, à cette femme de temps de Carmelo Bene, il décrit la relation litigieuse entre critiques et bons italiens:

« ... dès que Carmelo ouvrit la bouche, la plupart des critiques qui effectuaient les examens au laboratoire Theater lui a donné le » idiot « au minimum. La presse a parlé mal, très mal de lui [...] Le ostracisme du monde de la culture italienne se manifeste aussi envers ceux qui avaient travaillé avec lui. Lorsque certains acteurs se sont présentés dans d'autres compagnies de théâtre, en disant qu'ils avaient joué avec mon mari, se fermaient toutes les portes sans justifier la raison. Dès qu'il a été nommé « Carmelo Bene » le refus a été immédiat.[98] »

Carla Tatò Il confirme le boycott même contre lui le fait qu'il a travaillé comme actrice dans le théâtre de Carmelo Bene[99].

Selon bien, les premières années de sa carrière ont été les plus difficiles en raison de la critique[100], forcé de jouer le rôle de 'artiste sacrément, vivre aventureuses, pour pratiquer son activité théâtral avec subterfuge.

Surtout dans la période initiale de sa carrière, il est pas du tout rare que les critiques et les journalistes accaniscano contre les abus présumés commis par le bien des dommages moralité et poncifs. la Salomé la '64 Il avait un casting d'acteurs formés principalement par des prisonniers ou des ex-détenus, surnommés société Regina Coeli. Dans une revue de ce travail fait sur les pages de "Borghese« Il se lit comme suit:

« Devant des gens comme Carmelo Bene et comment Franco Citti rien ne peut la critique de théâtre. Ils doivent faire appel à la police. Et ne pas attendre le vilipendano religion ou prendre pour lancer les travailleurs, de procéder à leur arrestation; il vous suffit de vous assurer de leur identité et de les mettre en prison parce qu'ils indignation de bon goût, sont préjudiciables à l'hygiène publique, gâcher le paysage.[101] »

Il y a une fracture, au moins dans la première partie de sa carrière, entre les partisans et les détracteurs. selon Alberto Arbasino:

« Ce brillant Salomé [... pauses] ... le public en deux, mais avec la précision de ces réactions chimiques de type tournesol capable de séparer d'un seul coup la une proie facile ceux qui cherchent à comprendre.[102] »

cette soustractive critique menée depuis plusieurs années, il caractérisera l'attitude de bien critiques, de arriviste et "gazzettieri". Lydia Mancinelli Il se souvient: "La lutte Carmelo Bene était une lutte contre les critiques».[103] Le succès a commencé avec stratagème écrire et de soumettre à six examen des différents journaux de son exposition théâtrale, tous portant la signature d'un certain « dés ».[104] Ce succès a commencé avec les supports film[105] et précisément Notre-Dame des « Turcs qu'entre 1973 un 1974, Il a commencé à transposer à nouveau dans théâtre[106]. De là, il a toujours été un crescendo de critique et succès.

Sensational était la position prise par Carmelo Bene au Lido de Venise, lors de la présentation Notre-Dame des Turcs, déclarant avec véhémence, et qu'il n'a pas l'intention de parler à la presse italienne. Carlo Mazzarella, envoyé des Rai, commentaires:

« Carmelo Bene a déclaré qu'il abandonnerait la conférence de presse, si la presse italienne avait pas quitté la chambre, parce qu'il a dit avoir faits contre la presse italienne ... "

Important a été la confrontation Culture mixer[107], dans la transmission du 15 Février 1988, menée par Arnaldo Bagnasco, qui est apparu clairement les positions des critiques et des universitaires que ses partisans Jean-Paul Manganaro, de Maurizio Grande. parmi les critiques invité à la transmission Guido Davico Bonino Il prend des positions extrêmes, par rapport à la plus modérée Giovanni Raboni, Renzo Tian Guido Almansi, disant:

« Vous parlez ici de Carmelo Bene comme écrivain scène, vous parlez de Carmelo Bene en tant qu'acteur, mais je pense que la seule chose que vous pouvez parler est sa vraie profession, à savoir: l'odieux. Comment Carmelo Bene est désagréable absolument impossible à atteindre. [...] Ceci est la chose sur vous que j'aime le plus, parce qu'ici vous avez vraiment une vraie créativité ... Mais comme écrivain scénique de six modestie décourageante; vos scores, votre collage sont une vulgarité vraiment jeune [...][108] »

D'autres événements médiatiques sensationnel et relation significative avec la critique symbolique[109] et les journalistes[110] sont ses deux apparitions à la télévision MCS 1994 et 1995.

Les chercheurs travaillent beniana

le travail de Carmelo Bene Parmi les chercheurs et les défenseurs en Italie debout Maurizio Grande, Piergiorgio Giacchè et Goffredo Fofi. Ils étaient d'ardents défenseurs, entre autres, au début de sa carrière, deux chiffres clés: Ennio Flaiano et Alberto Arbasino. Si elles sont touchées, entre autres, Giuseppe Bartolucci, Oreste Del Buono, Franco Quadri, Umberto Artioli, Edoardo Fadini, Enrico Ghezzi, Giancarlo Dotto et Ugo Volli. Parmi les intellectuels étrangers rappellent Gilles Deleuze, Jean-Paul Manganaro, André Scala, Camille Dumoulié et Pierre Klossowski.

Un cas particulier est représenté par le chercheur Guido Almansi dont la critique littéraire a donné lieu à plusieurs décennies de controverse avec bien serré, avec la plupart des cas d'incompréhension mutuelle et idiosoncrasia en ce qui concerne certains aspects et définitions du jeu. Quelques concepts de base de bonne théâtre, obscène comme ça, par exemple, ne peut pas trouver un point commun ou controversé, comme en témoigne l'épisode mémorable de MCS 1994 où l'artiste Salento silencieux L'esthétique obscène Guido Almansi d'être « honteux », parce que « il y a le discours obscène du tout. »

travaux

Teatrografia

Sauf indication contraire, auteur, réalisateur et interprète[26] est Carmelo Bene

  • 1959 Caligula, de Albert Camus. Alberto Ruggiero et la version Carmelo Bene italienne. Réalisé par Alberto Ruggiero. Avec Antonio Salines, Flavia Milanta (La Spezia 1934 - Pérouse 2010). Décors et costumes de Titus Vossberg. Rome, Teatro delle Arti
  • 1960 Performance-concert Maïakovski, de Maïakovski, blok, Essenine et Pasternak. Musique en direct: Sylvano Bussotti. Bologne, Teatro alla Ribalta
  • 1961
    • Caligula, de Albert Camus (Deuxième édition). Scènes G. Bignardi. Gênes, Teatro Politeama
    • Étrange Cas du Dr Jekyll et Mr Hyde, de Robert Louis Stevenson. Scènes G. Bignardi. Gênes, Teatro Harlequin Bourse
    • Trois pièces en un acte de Marcello Barlocco. Gênes, Teatro Duse
    • Gregory: dix-neuvième cabaret. Avec Scerrino R. B., N. Casale, M. Nevastri, P. Falaja. Scènes de S. Vendittelli. Rome, Teatro réduit Elysée
    • Pinocchio, de Carlo Collodi. Avec Scerrino R. B., G. Lavaggetto. Rome, Théâtre Laboratoire
    • Hamlet, de William Shakespeare. Avec Scerrino R. B., C. Sonni, L. minuit. Rome, Théâtre Laboratoire
  • 1962
  • 1963
    • Au revoir porc (Édition II Gregory: XIXe Cabaret). Avec Scerrino R. B., L. minuit. Rome, Théâtre Laboratoire
    • Cristo '63. avec A. grec. Rome, Théâtre Laboratoire
    • Edward II, de Christopher Marlowe. Avec L. Minuit, M. Francis, H. Cameron, G. Ricci. Décors et costumes de Carmelo Bene. Rome, Arlequin Théâtre
    • Les pôles (Ubu Roi), de Alfred Jarry. Avec Minuit L., E. Torricella, A. Vincenti. Costumes Carmelo Bene. Rome, Théâtre des Satyres
  • 1964
    • Salomé, de Oscar Wilde. Avec R. B. Scerrino, A. Vincenti, F. Citti. Costumes Carmelo Bene. Scènes de S. Vendittelli. Rome, Teatro delle Muse
    • L'histoire de Sawney Bean, de Roberto Lerici. avec L. Mancinelli, L. minuit. Décors et costumes de Carmelo Bene. Rome, Teatro delle Arti
    • Manon, le roman de 'abbé Prévost. avec A. Vincenti, R. B. Sciarrino, L. Mancinelli. Décors et costumes de Carmelo Bene. Rome, Arlequin Théâtre
  • 1966
    • Faust et Margherita, Carmelo Bene et Franco Cuomo. avec L. Mancinelli, M. Tempesta, P. Vida, A. Angelucci, M. Kustermann, V. Nardone, R. Vadacea. Costumes Carmelo Bene. Scènes de S. Vendittelli. Rome, Théâtre des Satyres
    • Pinocchio, par Carlo Collodi (deuxième édition). Avec L.Mancinelli, L.Mezzanotte, E.Florio, P.Vida. Rome, Teatro Central
    • Le rose et noir, de « Monaco » de Matthew Gregory Lewis. Avec M. Monti, L. Mancinelli, S. Spadaccino, O. Ferrari, M. Spaccialbelli. Costumes Carmelo Bene. Scènes de S. Vendittelli. musique par Sylvano Bussotti et V. Gelmetti. Rome, Teatro delle Muse
    • Notre-Dame des Turcs (Première édition). avec L. Mancinelli, M. Puratich. Rome, Théâtre battre '72
  • 1967
    • Salomé, de Oscar Wilde (Deuxième édition). Avec L.Mancinelli, R.B.Scerrino, M. Nevastri, S.Siniscalchi, P.Prete. Rome, Teatro battre 72-81208107249 (msg) 17h48, le 13 Juin 2012 (UTC)
    • Hamlet ou les conséquences de la piété filiale, de Shakespeare à Laforgue (Deuxième édition). Avec buse A., P. Napolitano, P. Prete, A. Moroni, L. minuit, M.Francis, E. Florio, C. Tatò, L. Mancinelli, M. Puratich, M. Nevastri. Rome, Teatro 72 battre
    • Salvatore Giuliano, la vie d'une rose rouge Antonio Massari. Avec L. Minuit, L. Mancinelli, C. Tatò. Rome, Teatro 72 battre
  • 1968
    • Arden de Feversham, anonyme élisabéthaine. Refonte de Carmelo Bene et Salvatore Siniscalchi. Avec G. Davoli, M. Nevastri, L. Mancinelli, F. Gulà, N. Davoli, A. Vincenti. Rome, Théâtre Carmelo Bene.
    • Performance-concert Maïakovski (Quatrième édition). Musique en direct par V. Gelmetti. Rome, Théâtre Carmelo Bene
    • Don Chisciotte, de Cervantes. Sous la direction de Carmelo Bene et Leo de Bernardinis. avec L. Mancinelli, L. de Berardinis, P. Peragallo, C. Colosimo, G. d'Arpe, C. Orsi. Rome, Teatro delle Arti
  • 1973 Notre-Dame des Turcs (Deuxième édition). Avec I. Marani, I. russe, A. Vincenti, B. Baratti, F. Lombardo, G. Scala. Scène G. Marotta. Rome, Teatro delle Arti
  • 1974
    • Le dîner de moquerie, de Sem Benelli. avec G. Proietti, L. Mancinelli, M. Fedele, A. Haber, F. Leo, A. B. Dakar, R. Lattanzio, C. Colombo, R. Caporali, S. Ranieri, I. Russo, C. Cassola, S. Nelli. Compagnia del Teatro Stabile. Décors et costumes de Carmelo Bene. musique par V. Gelmetti. Florence, Théâtre La Pergola
    • Hamlet, de William Shakespeare et Jules Laforgue (Troisième édition). avec A. Vincenti, L. Minuit, L. Mancinelli, F. Leo, P. Baroni, B. Buccellato, M. N. de Cristofano, M. Fedele, M. A. Nobencourt, M. L. Serena, M. Tagliaferri, V. Venturini. Décors et costumes de Carmelo Bene. Prato, Teatro Metastasio
    • S.A.D.E. ou à la débauche et la décadence de toute la bande de gendarmerie Salento. Avec C. Cinieri, L. Mancinelli, L. Conte, F. De Rosa, M. Fedele, S. Nelli, G. Castronuovo, F. Cosolito, W. Francesconi V. Iadicicco, I. Russo, G. Tiegli, A. Vincenti, V. Waiman. Musique par Sante Maria Romitelli. Décors et costumes de G. Bignardi. Chef d'orchestre: Luigi Zito. Milan, Teatro Manzoni
  • 1976
    • Faust-Marlowe-Burlesque, de Aldo Trionfo et Lorenzo Salveti. Réalisé par Aldo Trionfo. Avec Franco Branciaroli. scènes Emanuele Luzzati. G. chiffons costumes. Prato, Teatro Metastasio
    • Roméo et Juliette, histoire William Shakespeare. Collaborateurs au texte et la traduction italienne: Roberto et Franco Cuomo Lerici. Avec L. Minuit, L. Mancinelli, E. Florio, F. Branciaroli, P. Baroni, M. Brancaccio, A. Vincenti, M. bronchiques, L. Bosisio, R. Lerici, B. Lerici, L. D'Angelo. Musique originale Luigi Zito. Décors et costumes de Carmelo Bene. Maître d'armes: E. Musumeci grec. Prato, Teatro Metastasio
  • 1977
  • 1979
    • Othello, ou l'insuffisance de la femme, de Shakespeare. Avec C. Cinieri, L. Bosisio J.P. Boucher, C. Dell'Aguzzo, L. Dotti, S. Javicoli, M. Martini. Musique de Luigi Zito. Décors et costumes de Carmelo Bene. Rome, Teatro Quirino
    • Manfred, poème dramatique George Gordon Byron. Traduction de Carmelo Bene. avec L. Mancinelli. Musique de R. Schumann. Chef d'orchestre: Piero Bellugi. Orchestre et chœur de Sainte-Cécile. Rome, Santa Cecilia Auditorium / Milan, Teatro alla Scala
  • 1980
    • Performance-concert Maïakovski (Cinquième édition). Musique par G. Giani Luporini. Percussion en direct: A. Striano. Pérouse, Teatro Morlacchi, XXXV Sagra Umbra Musicale
    • Hyperion, Suite de l'opéra pour flûte et hautbois Bruno Maderna, avec le texte Friedrich Hölderlin. Traduction du chef Carmelo Bene.Direttore Marcello Panni. Orchestre et chœur de Sainte-Cécile. Solistes: A. Persichilli (flûte), A. Loppi (hautbois). Rome, Santa Cecilia Auditorium
  • 1981
  • 1982 Chansons orphiques, la poésie et de la musique Dino Campana. Lead Guitar: Flavio Cucchi. Milan, Palais des Sports
  • 1983
    • Macbeth, à deux temps, à partir de W. Shakespeare. Avec S. Javicoli. musique par Giuseppe Verdi. Instrumentation et direction: F. Zito. Décors et costumes de Carmelo Bene. Instrumentation phoniques: R. Maenza. Milan, Teatro Lirico
    • Egmont, un portrait de Goethe. Traitement pour le concert et la voix en solo. Avec B. Lerici. musique par Beethoven. Chef d'orchestre Marc Albrecht. Chœur et Orchestre de Santa Cecilia. Rome, Académie Santa Cecilia
    • ... Je pris mes yeux ..., de Friedrich Hölderlin et Giacomo Leopardi. Musique par G. Giani Luporini. Turin, Teatro Colosseo
  • 1984 L 'Adelchi Alessandro Manzoni sous forme de concert, une étude de Carmelo Bene et Giuseppe Di Leva. Dans le bicentenaire de la naissance de Alessandro Manzoni. Par Anna Perino. Musique de Gaetano Giani Luporini. Chef d'orchestre: E. Hill. Orchestre et Chœur de la RAI à Milan. Percussion en direct: A. Striano. Milan, Teatro Lirico
  • 1985 Othello, de William Shakespeare (Deuxième édition). Avec C. Borgognoni, V. De Margheriti, B. Fazzini, Isaac George, F. Mascherra, A. Perino, M. Polla De Luca. Musique: Luigi Zito. Décors et costumes de Carmelo Bene. Pise, Teatro Verdi
  • 1986 Lorenzaccio, au-delà de Alfred De Musset et Benedetto Varchi. George I., M. Contini. Florence, Teatro Comunale réduit
  • 1987
    • Canti, de Giacomo Leopardi. Recanati, Piazza Leopardi
    • Hommelette pour Hamlet, par l'opérette non qualifiée Jules Laforgue (Quatrième édition). Avec Terrain U., M. Polla De Luca, A, Brugnini, S. De Santis, O, Cattaneo, W. Esposito, F. Felici, L. Fiaschi, D. Riboli, A. Zuccolo. Musique adaptée et dirigée par Luigi Zito. Décors et costumes de G. Marotta. Sculptures: G. Gianese. Bari, Théâtre Piccinni
  • 1989
    • Le dîner de moquerie, par Sem Benelli (deuxième édition). Avec D. Zed, R. Baracchi, Brugnini A., S. De Santis, D. Riboli. Point de Genève S. Javicoli. L. Ferrero Musique. Décors et costumes de Carmelo Bene. Milan, Teatro Carcano
    • Penthésilée machine de l'acteur - la machine Attorialità, maintenant nº 1 du projet de recherche-Achilléide. De Statius, Kleist, Homer. Avec A. Perino. musique par des effets électroniques Carmelo Bene. Milan, Castello Sforzesco
  • 1990 Penthésilée machine de l'acteur - la machine Attorialità, actuellement n ° 2 du projet de recherche-Achilléide. De Statius, Kleist, Homer. Rome, Teatro Olimpico
  • 1994
    • Suite Hamlet, spectacle concert Jules Laforgue (Cinquième édition). Avec M. Chiarabelli, P. Woods. Arrangements musicaux: Carmelo Bene. Scène: Carmelo Bene. Costumes: L. Viglietti. Lumières: D. RONCHIERI. Vérone, le théâtre romain, XXXVI festival shakespearien
    • Chansons orphiques, la poésie et la voix de la voix de la poésie, de Dino Campana. Ostia Antica, Théâtre romain
  • 1996 Macbeth - suites d'horreur, de Shakespeare (Deuxième édition). Sur le centenaire de la naissance de Antonin Artaud. Avec S. Pasello. musique par Giuseppe Verdi. Arrangements musicaux: Carmelo Bene. Scène: T. Fario. Costumes: L. Viglietti.Luci: D. Ronchieri. Rome, le Festival d'Automne, Teatro Argentina
  • 1997
    • Adelchi de Alessandro Manzoni, montrer sous forme de concert (deuxième édition). À la mémoire de Antonio Striano. Par E. Wells. Musique par G. Giani Luporini. Lumières: D. RONCHIERI. Costumes: L. Viglietti. Rome, Teatro Quirino
    • Voix de Canti - Giacomo Leopardi, montrer sous forme de concert. Musique par G. Giani Luporini. Piano: S. Bergamasco. Lumières: D. RONCHIERI. Rome, Teatro Olimpico
  • 1998 Pinocchio, ou le spectacle de la Providence, de Carlo Collodi (Quatrième édition). Avec S. Bergamasco. Des voix dans le play-back de Carmelo Bene, S. Bergamasco, Lydia Mancinelli. Musique: G. Giani Luporini. Scènes et masques: T. Fario. Lumières: D. RONCHIERI. Costumes: L. Viglietti. Rome Angel Theatre
  • 1999 Gabriele D'Annunzio - Concert d'auteur, la poésie "La fille de Iorio». Musique par G. Giani Luporini. Scène: T. Fario. Lumières: D. RONCHIERI. Costumes: L. Viglietti. Rome Angel Theatre
  • 2000Dans vulnérables Achille, des suites impossibles de Ilio et Skyros, show-ahurissement à la fois. De Statius, Kleist, Homer. Arrangements musicaux: Carmelo Bene. Scène: T. Fario. Costumes: L. Viglietti. Rome, Teatro Argentina
  • 2001 Lectura Dantis. Basse: F. Grillo. Otranto, Château Moat

écrits

Carmelo Bene Livres

  • Pinocchio Manon et des propositions pour le théâtre, Milan, Lerici, 1964.
  • Notre-Dame des Turcs, Milan, sucre, 1966 (nouvelle édition, avec une introduction par Ugo VolliMilan, SugarCo, 1978).
  • V.E.R.D.I. de crédit italien, Milan, sucre, 1967.
  • L'oreille manquante, Cambridge: Polity Press, 1970.
  • A Boccaperta (Contient: Giuseppe Desa de Cupertino, A Boccaperta; S.A.D.E. ou à la débauche et la décadence de toute la bande de gendarmerie Salento. Divertissement en deux aberrations; Portrait d'une dame du cavalier Masoch par l'intercession de Beata Maria Goretti. Divertissement en deux cauchemars), Torino, Einaudi, 1976.
  • Le rose et le noir, F. Quadri, l'avant-garde théâtrale en Italie, Einaudi, Torino, 1977.
  • Dramaturgie (Contient la traduction en français de S.A.D.E. édité par J. P. Manganaro et D. Dubroca et écrits de J. Guinot et F. Quadri), Garnier, Sarcelles, 1977.
  • superpositions (Avec Gilles Deleuze; il contient Richard III Carmelo Bene et Une affiche de moins de G. Deleuze), Feltrinelli, Milan, 1978 (réédition élargi: Quodlibet, Macerata, 2002).
  • Pinocchio, Giusti, Florence, 1978.
  • Manfred, Giusti, Florence 1980.
  • Pinocchio (avec G. Dotto, Pinocchio, ou le spectacle de Providence, distraction à deux voix entre la scène et cinquième) La maison Usher, Florence, 1981.
  • Othello, ou l'insuffisance de la femme (Contient des essais critiques G. Deleuze, Big M., P. Klossowski, J-P. Manganaro, G. Dotto), Feltrinelli, Milan, 1981.
  • La voix de Narcissus (Contient les opérations de St. Columba, Big M., A. Signorini), Basic Books, 1982 Milan.
  • Ils sont apparus à la Vierge Marie. Vie d « (h) Eros (s), Longanesi, Milan 1983.
  • Le Adelchi ou la vulgarité politique (Par G. Di Leva), Blackwell, 1984.
  • Lorenzaccio (Contient étude Big M., La grandeur de la pièce), Notre-Dame Editrice, Rome 1986.
  • La recherche théâtrale dans la représentation de l'Etat (ou le spectacle fantôme avant et après C.B.), en AA. VV., La recherche impossible. Théâtre Biennale '89 (Il contient des essais par U. Artioli, C. Dumoulié, E. Ladini, Big M., J-P. Manganaro, A. Scala), Marsilio, Venise, 1990.
  • Le théâtre sans spectacle (Il contient des essais par U. Artioli, C. Dumoulié, E. Ladini, Big M., P. Klossowski, J-P. Manganaro, A. Scala), Marsilio, Venise, 1990.
  • A Boccaperta (Réimpression du texte seulement A Boccaperta), Shadow Line, Milano 1993.
  • invulnérabilité vulnérables et nécrophilie dans Achille. La poésie orale d'accident écrit. Versions Stazius Omero Kleist, Notre-Dame Editrice, Rome, 1993.
  • Lorenzaccio et le bon théâtre et la peinture de Bacon (Sur édition imprimée pour les abonnés à The Shadow Line, attaché à n ° 78 de Janvier 1993.), Milan - Rome, The Shadow Line - Notre-Dame, 1993
  • Fonctionne avec l'authenticité d'un portrait, Bompiani, Milan 1995. (contient les œuvres complètes de bien, sélectionné et révisé par l'auteur, l'anthologie la plus critique).
  • Rien Prophète patrie, en AA. VV., L'immémorial (avec écritures G. Deleuze, G. Fofi, P. Pour, N. Savarese, F. Taviani, Argo, Lecco), 1995.
  • Discours sur place (football) (Avec E. Ghezzi), Bompiani, Milano 1998.
  • Carmelo Bene Vita (Avec G. Dotto), Bompiani, Milano 1998.
  • .'Mal de l' fleurs poème, Bompiani, Milano 2000.
  • superpositions (Avec G. Deleuze) (Reproduit avec l'ajout d'un nouveau matériau photographique), Quodlibet, Macerata en 2002.
  • Un dieu absent (Monologue à deux voix sur le théâtre) (Avec U. Artioli), Edizioni Medusa, Milan, 2006.

Articles et discours de Carmelo Bene dans les magazines, les journaux et plus

[111]

  • Avec Pinocchio à l'écran (et hors), Milan, Rideaux N ° 244-245, 1966
  • Arden de Feversham; C.B. et S. Siniscalchi; Rideau # 259, Milano, 1967.
  • A propos de Kenneth Tynan, Théâtre, n3-4, Milan, 1968.
  • Communicatif et la corruption, Théâtre, n. 1 (deuxième série), pp. 64-67, Milan, 1969.
  • Salomé, Les informations contenues dans les soins de dossier Office Imprimer dell'Italnoleggio Film Festival, Rome, 1972.
  • S.A.D.E. (Extrait), Théâtral Travail, n. 27, Lausanne, 1977.
  • Fragments pour un autoportrait, « Les Nouvelles Littéraires', Paris, le 22 Septembre de 1977.
  • Salomé de l'Oscar Wilde, Edizioni Rai pour la XXIXe Prix italienne, Rome, Septembre de 1977.
  • Ne faites pas le nom en vain, "Paese Sera", Rome, 28 mai 1978.
  • Discours sur l'acteur - L'avènement de la femme; "Paese Sera", Rome, 7 Juillet 1978.
  • Discours sur l'acteur, "Paese Sera", Rome, le 10 Juillet de 1978.
  • Petite histoire de l'acteur - Entre la cérémonie et la vérité, "Paese Sera" 20 Juillet, 1978
  • Cher critique, mais croyez-vous mon théâtre éducatif?, "La Stampa", Turin, le 16 Février 1979.
  • pas d'écoles (Sous la direction de S. Dove), "Rideau d'acteurs", année XXXV, 405, pp. 54-55, deuxième trimestre 1980
  • Macbeth. Libretto et la version carrosserie de Shakespeare Carmelo Bene, dans "Macbeth" (salon programme), 1983.
  • Brutti fou, "Où est Zaza, le magazine de la culture du sud" nn.3-4, Pironti ed., Naples, 1994.
  • Carmelo Bene, fragments du "Maurizio Costanzo Show" du 27 Juin 1994, sélectionnés et révisés par Sergio Fava, "Panta" - conversations, n. 15, pp. 57-63, 1997.
  • Conférences sur l'art, "L'Étranger", année VI, 22, en Avril., 2002

Les volumes de Carmelo Bene

  • Alberto Arbasino, Merci pour les belles roses, Feltrinelli, Milan, 1965.
  • Giuseppe Bartolucci, Carmelo Bene ou de subversion, en: L'étape d'écriture, Lerici, Rome, 1968.
  • M. Moretti, Carmelo Bene Histoire, "Le Théâtre", 1970, I, Ed Bourgois., Paris, 1970.
  • Goffredo Fofi, Les maîtres du cinéma italien et domestiques, Feltrinelli, Milan, 1972.
  • Franco Quadri, L'avant-garde théâtrale en Italie (1960-1976 matériaux), Einaudi, Torino, 1977.
  • F. Quadri, Le théâtre de Carmelo Bene, en: Le théâtre des années soixante. Tradition et de la recherche, pp. 309-327, Einaudi, Torino, 1982.
  • Oreste del Buono, Le spectateur commun, Garzanti, Milan, 1979.
  • Dante Cappelletti, Le théâtre expérimental en Italie entre la norme et la déviance, Étaient ed., Rome, 1981.
  • Gianfranco Dotto, absence Prince (Carmelo Bene), Giusti, Florence, 1981.
  • Roberto Tessari, Pinocchio « summa atheologica Carmelo Bene, Liberoscambio, Florence, 1982.
  • Ennio Flaiano, Le spectateur endormi, Rizzoli, Milan, 1983.
  • Gilles Deleuze, Cinéma 2. Le temps image, Ubulibri, Milan, 1985.
  • L. Caffo, Vocis flatulences. Appel rapide à l'action animale, Novalogos, Aprilia, 2012.
  • Maurizio Grande, L'utilisation de l'instrumentation électronique dans le dernier puits, dans: Tomassino R. (eds), Le son de théâtre, ed Aquarium., Palerme, 1982.
  • M. Grande, Le sauvetage de Lucifer, Bulzoni, Rome, 1985.
  • M. Grande, échec lettre (Une étude de Le dîner de moquerie Carmelo Bene), Marchesi ed., Rome, 1988.
  • Big M. (eds), Carmelo bien circuit baroque, monographique (extrait de White et Black Studies, numéro 11/12) noir et blanc, Roma, 1973.
  • G. Bartalotta, Hamlet en Italie au XXe siècle, ed Adriatica., Bari, 1986.
  • G. Bartalotta, Carmelo Bene et Shakespeare, Bulzoni, Rome, 2000.
  • Sergio Colomba, Absolument moderne (figures, les thèmes et les accessoires du spectacle du XXe siècle), introduction de C. Meldolesi Nouvelle Alfa ed., Bologne, 1994.
  • A. Attisani, Western Scene, Cafoscarina, Venise, 1995.
  • AA. VV., Pour C. B. (Avec les écrits de A. Aprà, A. Attisani, R. Castellucci, C. Cecchi, V. Dini, G. Fofi, P. Depuis, G. Giani Luporini, M. Grande, S. Lombardi, J.-P. Manganaro, N. Savarese, E. Tadini, G. Turchetta), ombre ed ligne., Milan, 1995.
  • E. Bayard - R. Trouvé, Un remake classique. Le hameau de Carmelo Bene, Omnes ed., Genova 1996.
  • Enrico Ghezzi, Il (jamais) a, Bompiani, 1996.
  • E. Villa, Letania pour Carmelo Bene (Sous la direction de A. Tagliaferri) et Vanni Scheiwiller., Milano, 1996.
  • E. Bayard - F. De Lucis, La moralité des sept voiles. Salome Carmelo Bene, Omnes ed., Genova 1997.
  • Cosetta G. Saba, Carmelo Bene, Milan, The Beaver, 1999.
  • J.-P. Manganaro, Homo illudens - préface: C. Eh bien, Notre-Dame-des-Turcs Suivi de Autographie d'un portrait, traduction de J.-P. Manganaro, P.O.L., Paris, 2003.
  • J.-P. Manganaro, Portrait sans corps - préface: C. Eh bien, Théâtre. II complète d'œuvres Suivi de Autographie d'un portrait, traduction de J.-P. Manganaro, P.O.L., Paris, 2004.
  • T. Conte, bien-aimé, Einaudi, Torino, 2002.
  • G. Costa (éditeur) Un CB. A Carmelo Bene, édition Divertissement, Rome, 2003.
  • G. Di Leva, (ed), Carmelo Bene à Milan, Editions du Teatro alla Scala, Milan, en 2003.
  • A. Attisani - Dotti M. (eds), bien cruelle, Alternative Press, Viterbo, 2004.
  • L. Maiorano - P. De Florio, Carmelo Bene Giuseppe Desa de Cupertino. Visions et contemplations, ed loup., Cupertino 2004.
  • A. Petrini, Hamlet de Shakespeare à Laforgue pour Carmelo Bene, éditions ETS, Pise, 2004.
  • F. Ponzetta (eds), Carmelo Bene à Costanzo Voir"Ce soir Zombies Eye va se fissurer votre cerveau" « Jubal, Sienne, 2005.
  • Giuliana Rossi, Mes années avec Carmelo Bene, Editions Meridiana (collier studio de théâtre), 2005.
  • Armando Petrini, Hamlet de Shakespeare à Laforgue pour Carmelo Bene, Edizioni ETS (série dirigée par Anna Barsotti, 2005.
  • A. Valcalda, Anthologie pour Carmelo Bene, avec un texte de J.-P. Manganaro, éd. l'Oblique, Brescia, 2006.
  • Piergiorgio Giacchè, Carmelo Bene, un acteur Machine Anthropologie, Bompiani (Bompiani série d'études), 2007.
  • P. Boioli, Carmelo Bene, le cinéma de dépense, Falsopiano, Alexandrie, 2011.
  • Emiliano Morreale (ed) Carmelo Bene au cinéma, Fax minimum, Rome, 2011.
  • Luca Buoncristiano (ed) Panta Carmelo Bene, Bompiani, Milano, 2012
  • L. Liberatore, Le Salento Carmelo Bene Métaphysique, Obtenir. Carlo Coppola, F.A.L. Vision, Bari, 2012.
  • C. Temple - D. ombre, Ce qui fait défaut. L'essai critique et Carmelo Bene, Village questions maories, Catane en 2012.
  • Marco Sciotto, Luisa Viglietti (préface) A Carmelo Bene moins. Discritture de Notre-Dame des Turcs, Village questions maories, Catane en 2014.
  • Simone Giorgino, "Le dernier troubadour. Les œuvres littéraires de Carmelo Bene", Milella, Lecce 2014
  • G. Leone, « Sur, au sommet de la tour ancienne. Giacomo Leopardi et Carmelo Bene suspendu entre le silence et la voix », publié par le Melabo, Lecco, 2015.
  • G. Leone, "Sur, au sommet de la tour ancienne. Giacomo Leopardi et Carmelo Bene suspendu entre le silence et la voix", deuxième édition, Graphics Rusconi, Bellano-Lecco, 2016.

Articles, journaux et plus Carmelo Bene

[111]

  • M. Sardina, L'homme qui est apparu à la Vierge Marie - Carmelo Bene dix ans plus tard, "Amedit", n ° 10, pp. 4-7 Mars de 2012.
  • Aldo Busi, Busi propre entrevue bien, "Amedit", n ° 10, pp. 8-11, Mars de 2012.
  • M. Cavalli, Carmelo Bene sur la littérature, "Amedit", n ° 10, p. 12, Mars de 2012.
  • Corrado Augias, Le antiphysis Carmelo Bene, "Théâtre", n ° 2, pp. 86-90, automne-hiver 1967-1968.
  • Edoardo Bruno, Notre-Dame des Turcs, "Filmcritica" 193, Décembre de 1968.
  • Italo Moscati, Une révolution qui commence par le théâtre, "Rideau", 270, 1968.
  • I. Moscati, Notre-Dame des Turcs, « Magazine du cinéma », n.9-10, de Septembre à Octobre en 1968.
  • I. Moscati, Après le théâtre et la télévision de cinéma selon Carmelo, "Cineforum," a. XVIII, 10, en Octobre de 1978.
  • E. Hongrois, Les Nus et les morts, « Films et cinéma», 9, 1969.
  • Alessandro Cappabianca, caprices, "Filmcritica", non. 202, Novembre-Décembre 1969.
  • M. Grande, Cape et poignard, « Films et cinéma», 9, pp. 257-259, Été 1969.
  • Big M. (eds), Carmelo Bene. Le circuit baroque, "Noir et blanc", n.11-12, Novembre-Décembre 1973;
  • M. Grande, La pratique de la théorie dans le théâtre et le cinéma. Un exemple: Carmelo Bene, "Cahiers de la bibliothèque U. Barbaro", # 1, Bulzoni, Rome, 1973.
  • M. Grande, l'esthétique vide de sens. Le dîner nu bien, 'Proposition', n.12-13, pp. 20h23, Mars-Juin 1974.
  • M. Grande, L'art annulé, le programme de théâtre de Hamlet Carmelo Bene (de Shakespeare à Laforgue) Ormagrafica, Rome, 1975.
  • Adriano Aprà, fleurs de glace, "Films et cinéma", nn.11-12, 1970.
  • Francesco Bolzoni, Don Giovanni, "Magazine du cinéma", n.8-9, Août-Septembre 1970.
  • S. Arecco, Don Giovanni, "Filmcritica", 211, 1970.
  • Guido Aristarco, Carmelo Bene, forme baroque et déguisement ego, "Films et cinéma", nn.11-12, 1970.
  • G. Turroni, caprices, "Lectures", n ° 4, 1970.
  • G. Aristarco, Carmelo Bene, forme baroque et
  • M. Abati - G. Raboni, Notre-Dame des Turcs, Caprices, Don Giovanni, "Cineforum", 104, 1971.
  • Franco La Polla, Les raisons de travail garde de Carmelo Bene, "New Cinema", 212, 1971.
  • Giuseppe Bartolucci, Pour une lecture de Carmelo Bene 60 à 70, "Noir et blanc", n.11-12, pp.6-18, 1973.
  • Franco Pecori Les voiles de Salomé, "Filmcritica", 231, 1973.
  • Giovanni Grazzini, Un Hamlet Moins, "Corriere della Sera" de mai 1973.
  • Vittorio Giacci, Carmelo Bene: le sens brillant du non-sens, "Cineforum" nn.135-136, 1974.
  • Rino Mele, Note à un Amleto moins, "Filmcritica", 247, 1974
  • Enzo Natta, Un Hamlet Moins, "Magazine du cinéma", n.10-11, Octobre-Novembre 1974.
  • Alberto Arile, attendant Carmelo, "Cinéma soixante", 102, Mars-Avril de 1975.
  • Filippo Bettini - Francesca Salina (ed) Le nouveau théâtre de Carmelo Bene (Avec la contribution de G. Bartolucci, F. Bettini, M. Grande, I. Moscati, P. Perrotti, F. Salina), "Quadrangle", n ° 5, pp. 55-114, Janvier-Mars la loi de 1976.
  • Cesare Garboli, Eh bien, grand acteur « à titre posthume », "Le Monde", n ° 17, le 22 Avril 1976.
  • Fernando Trebbi médaillon blanc Endimioni: surface et en profondeur Salome Carmelo Bene, « Nouvelle puissance», 70, 1976;
  • H. Ginette, L'énergie sans Cesse renouvellée de L'utopies, « Travail Théâtral», 27, 1977.
  • J.-P. Manganaro, Carmelo Bene, « Lumiere du Cinéma», 9, pp.38-47, Novembre de 1977.
  • Toni S., Narcisses et la mort du sujet, "Rideau", 369, 1977.
  • Franco Quadri, Du théâtre à la radio (via film), en La « Salomé » d'Oscar Wilde Carmelo Bene deuxième, XXIX Prix italienne, Venise, italienne RAI Television, 1977.
  • Sergio Colomba, L'orgasme divisé par deux (un bien mourir), "Scène", n.3-4, 1978.
  • Antonio Costa, Carmelo Bene, en L'histoire du cinéma, vol. IV, Venezia, Marsilio, 1981.
  • Bruno Venturi, "Le texte comme une partition," dans des festivals de théâtre, n ° 4, Juin-Juillet., 1986
  • Erik Bullot, Sur les films de Carmelo Quelques Bene, "Trafic", 22, 1997.
  • Alessandro Bertani, Salome Carmelo Bene, "Cineforum", # 377, Septembre 1998.
  • Ciriaco Tiso, Le film Carmelo Bene ou extase imagination huée, "Close-Up", # 7, mai 1999.
  • Alessandro Bertani, Infinity panneau d'affichage. la Hamlets Carmelo Bene, "Cineforum", 437, pp. 44-46 Août à Septembre 2004.
  • Lorenzo Mango "a été liquidée le bandage et non le" bras "Filmcritica" n.491-492, p.13, Janvier-Février 1999.
  • A. Taverna. "The Manfred Carmelo Bene" MUSIC 140 pp. 56-61 Mars 2001
  • P. Pour, Carmelo Bene, un acteur de la culture, "L'étranger", année VI, 22, en Avril., 2002
  • C. Dumoulié, Carmelo Bene ou éclat à vide, "L'étranger", an VII, 34, en Avril., 2003
  • P. Pour, Perdre un ami, « Magazine de la psychologie analytique. Une nouvelle série », 17, pp. 87-97, 2004.
  • R. Censi, Anamorfosi. Don Giovanni, "Cineforum", 437, pp. 39-41 Août à Septembre 2004.
  • G. Manzoli, Actes purs. Carmelo Bene sport, "Cineforum", 437, pp.53-56 Août à Septembre 2004.
  • E. Morreale, Histoire, géographie, la cécité. Notre-Dame des Turcs, "Cineforum", 437, pp.42-43 Août à Septembre 2004.
  • G. Pisanò, Saint-Joseph de Cupertino dans la littérature du XXe siècle (I. Silone, V. Bodini, C. Eh bien, A. Prete), "Les études Salento", année 49, LXXXI, pp.148-184, 2004.
  • A. Soncini, Fottersene Shakespeare. Carmelo Bene à la télévision, "Cineforum", 437, pp.50-52 Août à Septembre 2004.
  • P. Spaziani, La voiture d'un acteur, "Cineforum", 437, pp.47-49 Août à Septembre 2004.
  • B. Filippi, L'est de humilité conditio premier. Les renvers de chez EXCES Carmelo Bene, "Théâtre / Public", 178, pp. 31-35, 2005.
  • R. Cirio, "All for Good", "noir sur blanc", "Le schiacciavoci" pp "honneur du soir". 279-285, 1983 Bompiani
  • R. Cirio, "Carmelodramma" L'Espresso 10 Janvier, 1988
  • G. Podestà, « L'aventure du réalisme en Italie », dans « La plasticité teatrica », Mondini et Siccardi Publishers, Gênes en 1982.
  • Marco Sciotto, « Le poème informes.l mal de « Fiori Carmelo Bene "dans" Engramma. La tradition classique dans la mémoire occidentale », n 115., Avril ici 2014.
  • Carlo Alberto Petruzzi, « ... de ce fils. » Intertextualité et motifs autobiographiques dans l'œuvre de Carmelo Bene, dans "La Fusta", Université Rutgers, Nouveau-Brunswick, vol. 22, 2014 (http://italian.rutgers.edu/images/PDFs/9-Petruzzi-Fusta2014.pdf)
  • Giuseppe Leone, « Montale, Carmelo Bene et Jeux paralympiques en 2016 à Rio, Nouvelles-Pomezia, Rome, Novembre 2016, pp.1-3.

cinéma

Regie

  • ventriloquie (1970), de longueur moyenne (17 « ). Avec Carmelo Bene, Lydia Mancinelli. montageMauro Contini. Introuvable.
  • ermitage (1968), de longueur moyenne (25 « ). Avec Carmelo Bene, Lydia Mancinelli. musique: Vittorio Gelmetti. Photo: Giulio Albonico. Montage: Pino Giomini. productionfilms Nexus. Taille: 35 mm. Copier dans l'archive national du film.
  • Le baroque Leccese (1968), un court métrage (6 « ). Documentaire.
  • A propos de "Arden of Feversham" (1968), de longueur moyenne (20 « ). Avec Carmelo Bene, Giovanni Davoli, Manlio Nevastri.
    Introuvable. A l'Archive national du film, il a été identifié sans bande son négatif.
  • Notre-Dame des Turcs (1968), un film de caractéristique (124 « ). Avec Carmelo Bene, Lydia Mancinelli, Ornella Ferrari, Anita Masini Salvatore Siniscalchi, Vincenzo Musso. Prix ​​Spécial du Jury au Festival du Film de Venise XXIX ( « la liberté avec laquelle il a exprimé sa force créatrice à travers le milieu du film »).
    musique: Tchaïkovski, 'Capriccio italien'; 'Lucia di Lammermoor' de Donizetti; Musorgksij, Nuit sur le mont Chauve », « Tableaux d'une exposition »; Faust de Gounod; 'Manon Lescaut', 'La Fanciulla del West' de Puccini; Concerto de Rachmaninov pas. 2 pour piano et orchestre « ; Rossini, « La Pie Voleuse »; Stravinsky, « Petrouchka; Verdi, 'Un Bal Masqué', « La Traviata; Jarre, le thème de « Lawrence d'Arabie; Karas, le thème de 'The Third Man'.
  • caprices (1969), long métrage (89 « ). Avec Carmelo Bene, Anne Wiazemsky, Tonino Caputo, Giovanni Davoli, Ornella Ferrari, Gian Carlo Fusco, Poldo Bendandi. Présenté au Festival de Cannes XXII Quinzaine 1969 Administrateurs.
    musique: Tchaïkovski, 'Capriccio italien'; 'La Bohème' de Puccini; de Verdi Macbeth ', 'La Traviata'.
  • Don Giovanni (1970), long métrage (90 « ). musique: De Bizet 'Carmen'; 'Don Pasquale' de Donizetti; 'Don Giovanni' de Mozart; « Tableaux d'une exposition » de Moussorgski; Prokofiev, 'Aleksandr Nevski'; 'Simon Boccanegra' de Verdi.
  • Salomé (1972), long métrage (80 « ). Avec Carmelo Bene, Lydia Mancinelli, Alfiero Vincenti, Donyale Luna, Veruschka, Piero Vida, Franco Leo, Giovanni Davoli.
    musique: Brahms 'Ein Deutsches Requiem'; Schubert Symphonie « Inachevée » '; Sibelius Valse Triste '; R. Strauss danse des sept voiles.
  • Un Hamlet Moins (1973), un film de caractéristique (70 « ). Avec Carmelo Bene, Luciana Cante, Sergio Julius, Franco Leo, Lydia Mancinelli, Luigi Mezzanotte, Isabella Russo, Giuseppe Tuminelli, Alfiero Vincenti.
    Sujet librement adapté de: Jules Laforgue, "Hamlet, les suites de ous Pitié- la branche" (1877).
    musique: Musorgksij, « Tableaux d'une exposition »; Rossini, « La Pie Voleuse », 'Le turc en Italie, la jeune fille italienne à Alger; Stravinsky 'L'histoire du soldat'; Wagner, 'Tannhäuser', 'Tristan et Isolde'.

investissements

  • Une heure avant Hamlet + Pinocchio, de Paolo Brunatto, 1965
  • bis, Paul Brunatto, 1965
  • Œdipe roi, de Pier Paolo Pasolini, 1967
  • le déchaîné, de Franco Indovina, 1967
  • La Chanson d'amour de J. Alfred Prufrock, de Nico D'Alexandrie, 1967 (narrateur)
  • Humain, non humain, réalisé par Mario Schifano (1969)
  • souffler le chaud, Piero Zuffi, 1969-1970
  • nécropole, réalisé par Franco Brocani (1970)
  • Trois sur mille Franco Devinez 1970 (mais a été diffusé en Rai avec le titre Histoires de mille ans en Janvier / Février 1973)
  • Claro, de Glauber Rocha, 1975

télévision

  • 1973 Histoires de l'année Mille (épisodes de télévision originaux 6); Franco Parenti, Giancarlo Dettori, Carmelo Bene; dirigé par Franco Indovina; histoire et scénario de Tonino Guerra et Luigi Malerba.
  • 1974
    • Eh bien! Quatre façons de mourir en vers. Blok-Essenine-Maïakovski-Pasternak; textes d'adaptation à C.B. et R. Lerici; traductions I. Ambrose, R. Poggioli, A. M. Ripellino, B. Carnevali; la réduction, l'adaptation, la direction et agissant C.B vocal;. scènes M. Fiorespino; la photographie G. Abballe; musique par V. Gelmetti; soliste C: B;. directeur adjoint C. Tempestini; mélangeur vidéo A. Lepore; opérateurs de RVM: m: Nicoletti, E. Piccirilli; production RAI; Durée 1 h 20 », transmis en deux parties 27 et 28/10/1977, Rai 2.
    • Hamlet, Carmelo Bene (de Shakespeare à Laforgue); mise en scène, décors, costumes et interprète[26] Principal C.B;. la photographie G. Abballe; montage RVM G. Marguccio; L. musique Zito; autres artistes: A. Vincenti, J. P. Boucher, F. Leo, P. Baroni, L. minuit, D. Silverio, S. Javicoli, L. Bosisio, M. A. Nobencourt, L. Morante, L. Mancinelli, C. Cinieri; déléguée à la production R. Carlotto; production RAI; durée 63 « ; diffusé sur 22.04.1978, Rai 2.
  • 1977 Richard III (Shakespeare) selon Carmelo Bene; mise en scène, décors, costumes et interprète[26] Principal C.B;. la photographie G. Abballe; éditeur RVM S. Spini; L. musique Zito; autres artistes: L. Mancinelli, G. M. Grassini, D. Silverio, S. Javicoli, L. Morante, L. Dotti; directeur adjoint A.M. Les anges; ingénieur du son B. Severo; mélangeur vidéo G. Casalinuovi; traitement électronique pour la couleur G. Virgili; déléguer au programme R. Carlotto; production RAI; durée 76 « ; diffusé sur 12.07.1981, Rai 2 (et le 01/05/1984)
  • 1979 Version Manfred concert sous forme d'oratorio; dirigé et joué dans[26] Principal C.B;. la photographie G. Abballe; directeur adjoint M. Fogliatti; éditeur RVM F. Biccari; traitement électronique pour la couleur M. Taruffi; régisseur M. Contini; mélangeur vidéo M. Agrestini, S. Di Paolis; pupitres de mixage audio A. Bianchi; autres interprètes: Astarte - L. Mancinelli, (soprano) A. Tammaro, (alto) S. Mukhametova, (ténor) D. Di Domenico, (faible) F. Tasin, B. Ferracchiato, A. Picciau, A. Santi; Orchestre Municipal et le chœur de Bologne; conducteur P. Bellugi; choirmaster L. Magiera; enregistrement en externe, la réalisation et la production RAI; coordination pour l'édition L. Stefanucci; diffusé sur 09.12.1983, Rai 2
  • 1984 Le Adelchi, Alessandro Manzoni en concert; d'une étude de C.B. et Giuseppe Di Leva « Le Adelchi ou la vulgarité de la politique »; dirigé et joué dans[26] principale C.B .; télévision diriger C. Battistoni; musiques G. G. Luporini; autres artistes: Ermengarde - A. Perino; percussions en direct A. Striano; enregistré au Teatro Lirico de Milan en 1984; diffusé sur 09/09/1985, Rai 2
  • 1987
    • Carmelo Bene et les chansons Giacomo Leopardi; premier entretien avec M. Grande et Vanni Leopardi et lecture C.B Canti;. vivre images de Villa Leopardi et Piazza Leopardi à Recanati; direction TV F. Di Rosa; diffusé sur 12.09.1985, Rai 3.
    • Hommelette pour Hamlet, opérette sans réserve (par J. Laforgue); dirigé et joué dans[26] Principal C.B;. scènes et costumes G. Marotta; la photographie G. Abballe; musique originale adaptée et réalisé par L. Zito; sculptures G. Gianese; régisseur M. Contini; Mélangeur phonique S. Santori; détenteur du record phoniques M. Corazzini; autres artistes: le roi - Plot U., Kate - Marina Polla De Luca, Orazio - A. Brugnini, Gertrude - S. De Santis, Will - V. Waiman, anges - O. Cattaneo, W. Esposito, F. Felice , L. Fiaschi, D. Riboli, A. Zuccolo; production Notre-Dame srl - RAI; durée 62 « ; diffusé sur 25.11.1990, Rai 3.
  • 1996
    • Macbeth horreur Carmelo suite bien par William Shakespeare; dirigé et joué dans[26] Principal C.B. Musique de G. Verdi; montage P. Centomani; autres artistes: Lady Macbeth - S. Pasello; scènes T. Fario; costumes L. Viglietti; lumières de l'employeur D. Ronchieri; édition audio E. Savinelli; technicien vidéo P. Murolo; mélangeur vidéo C. Ciampa; directeur adjoint M. Lamagna; Optimisation A. Loreto; Directeur de production G. Pagano; production Notre-Dame srl et RAI; construit en Production TV Centre de Naples; durée 60 « ; diffusé sur 05/04/1997, Rai 2.
    • Lectura Dantis, dirigé et joué dans[26] Principal C.B;. montage P. Centomani; édition audio E. Savinelli; technicien vidéo P. Murolo; mélangeur vidéo C. Ciampa; directeur adjoint M. Lamagna; Optimisation A. Loreto; Directeur de production G. Pagano; production Notre-Dame srl et RAI; construit en Production TV Centre de Naples; Rai 2. non publié.
    • Chansons orphiques, dirigé et joué dans[26] Principal C.B;. montage P. Centomani; édition audio E. Savinelli; technicien vidéo P. Murolo; mélangeur vidéo C. Ciampa; directeur adjoint M. Lamagna; Optimisation A. Loreto; Directeur de production G. Pagano; production Notre-Dame srl et RAI; construit en Production TV Centre de Naples; durée 62'33 », diffusée par la RAI 2.
  • 1997 Carmelo Bene - Des vulnérabilités dans-Achille (y compris Skyros et Ilium), la version poétique libre Stazius, Kleist, Homer Il Carmelo Bene; mise en scène, décors, costumes et solo voix C.B.; ingénieur du son A. Macchia; Montage M. Contini; production Notre-Dame Srl, Rai; 50'50 « la vie.
  • 1998 Carmelo Bene et la voix des chansons, par G. Leopardi Canti, dirigé et joué dans[26] C.B; musique par G. Giani Luporini; piano solo S. Bergamasco; les techniciens du son D. D'Angelo, A. Macchia; Montage M. Contini; Directeur de l'étude T. Fario; Lumières D. RONCHIERI; production Notre-Dame Srl, Rai et le ministère de la Culture de Rome; diffusé en sept épisodes de 30 « Juin-Juillet 1998 par Rai 2.
  • 1999 Pinocchio, ou le spectacle de la Providence; la réduction et l'adaptation de Collodi Cher Carmelo Bene; dirigé et joué dans[26] principale C.B., musique G. Giani Luporini; des scènes et des masques T. Fario; costumes L. Viglietti; la photographie G. Caporali; F. Lolli montage; d'autres acteurs: S. Bergamasco; D. spectacle de lumière Ronchieri, ingénieur A. Macchia; directeur adjoint M. Lamagna; postproduction audio C. Bocci; post-production en zone Modifier C. Bonavita; Directeur de production G. de Vizio; production RAI et Notre-Dame S.r.l;. durée 75 « ; diffusé sur 29.05.1999, Rai 2.
  • 2001 Carmelo Bene Carmelo Bene - quatre moments de rien, de C.B;. lumières P. Rachi; cameraman N. Confalonieri; Directeur de production R. Romoli; montage A. Buonomo; directeur technique C.B;. production srl Notre-Dame, S. et P. Giussani -Sacha Film Ruspoli - Rai Trade, Durée1 h 45 « ; Rai Etape 2
  • 2002 Othello ou d'une déficience de la femme William Shakespeare selon Carmelo Bene, le tournage de 1979; tourné en deux pouces, qui a duré environ 15 heures, dans les studios de la RAI de Turin; montage 2001/2002 de C.B. et M. Fogliatti; diriger des scènes, des costumes et interprète[26] Principal C.B;. L. musique Zito; autres interprètes: C. Cinieri, M. Martini, L. Bosisio, C. Dell'Aguzzo J.P. Boucher; production RAI; en l'honneur de Carmelo Bene, il a eu sa première internationale au Teatro Argentina 18 Mars 2002.; durée 76 '46 ».
  • 2003 Lorenzaccio, au-delà de Musset et Benedetto Varchi, Carmelo Bene. Réalisé par Carmelo Bene, interprètes[26]Carmelo Bene, Isaac George, Mauro Contini. L'enregistrement de la pièce en 1986, l'assemblage de Mauro Contini avec supervision Carmelo Bene. Direction de la télévision: Mauro Contini, Production: Fondation de l'immémorial Carmelo Bene en collaboration avec la RAI International et la municipalité de Rome, d'une durée de 90 », 2003 italienne, la couleur, la vidéo. (Projeté dans internationale avant l'Auditorium Parco della Musica à Rome, une partie de la « Roma pour Carmelo » le 1er Septembre 2003)

radio

production RAI
  • 1973
    • Les interviews Impossible
      • Giorgio Manganelli rencontre De Amicis
      • Giorgio Manganelli rencontre Tutankamon
      • Giorgio Manganelli rencontre Nostradamus
      • Giorgio Manganelli répond Casanova
      • Giorgio Manganelli rencontre Dickens
      • Giorgio Manganelli rencontre le Calife de Bagdad
      • Guido Ceronetti rencontre Jack the Ripper
      • Guido Ceronetti rencontre Attila
      • Oreste Del Buono a rencontré Leopold von Sacher Masoch
      • Oreste Del Buono répond Dostoevsky
      • Vittorio Sermonti a rencontré Marco Aurelio
      • Alberto Arbasino rencontre Ludwig II de Bavière
      • Alberto Arbasino rencontre Oscar Wilde
      • Nelo Risi rencontre Jean-Paul Marat
      • Italo Calvino rencontre Montezuma
    • Règles Cassio Chypre; G. Manganelli. Les personnages et interprètes[26]Othello: Carmelo Bene; Jago: Cosimo Cinieri; Desdemona: Lidia Mancinelli; Cassius: Giacomo Ricci; Emilia: White Rose Scerrino; Bianca: Renata Biserri; Roderigo: Alessandro Haber; Brabantio: Piero Baldini; Ludwig: Rodolfo Baldini.
    • Notre-Dame des Turcs
  • 1974
    • Dans un inconnu lieu; G. Manganelli.
    • Hamlet; de Shakespeare et Laforgue
    • Pinocchio, deux actions sur le roman de Carlo Collodi. Lorenzini Les personnages et interprètes[26]Pinocchio: Carmelo Bene; La jeune fille avec Turchini cheveux: Lidia Mancinelli; Candlewick: Luigi Mezzanotte; La Volpe: Blanc Doriglia, cerise Mastro, Jiminy Cricket, le perroquet, Barker: Cosimo Cinieri; Geppetto, Eater, le chat, le Conteur: Alfiero Vincenti; Un garçon, White Rose Scerrino; Le Petit Vedetta Lombarda: Irma Hall.
  • 1975
    • Salomé par O. Wilde
    • Tamerlan le Grand; C. Marlowe; mettant en vedette C.B;. direction C. Quartucci
  • 1976 Roméo et Juliette; par W. Shakespeare
  • 1979
    • cœur; E. de Amicis
    • Manfred; Byron - Schumann
    • Othello; par W. Shakespeare
  • 1979 Hyperion; par F. Hölderlin - Maderna
  • 1983 Egmont; Goethe - Beethoven
  • 1984 le Adelchi; par A. Manzoni
  • 1997
  • 1998
    • Carmelo Bene et de la voix de Giacomo Leopardi de Canti
    • Pinocchio, ou le spectacle de la Providence; C. Collodi
  • 1999
    • Gabriele D'Annunzio - La fille de Iorio; par G. D'Annunzio
    • Pinocchio, ou le spectacle de la Providence; la réduction et l'adaptation de Collodi Cher Carmelo Bene; dirigé et joué dans[26] principale C.B., musique G. Giani Luporini; des scènes et des masques T. Fario; costumes L. Viglietti; la photographie G. Caporali; F. Lolli montage; d'autres acteurs: S. Bergamasco;
  • 2000 En-Achille vulnérabilités, Stace, Homer et Kleist

Discographie

  • 1962 -Le théâtre de laboratoire Maïakovski et Garcia Lorca; acteur soliste C.B;. musique de lentilles G.; Rome, éditions littéraires RCA.
  • 1976 - Une nuit de Carmelo Bene avec Romeo, Juliet and Co.; par R. Lerici - enregistrements au Teatro Valle à Rome lors du procès de Roméo et Juliette en 1976; Livres audio Mondadori
  • 1980
    • Carmelo Bene - Manfred - Byron-Schumann; poème dramatique par G. G. Byron; musique de R. Schumann; traduction italienne, la direction et la voix solo de C.B. et avec: L. Mancinelli (narrateur), S. Baleani (soprano), W. Borelli (mezzo), E. Buoso (ténor), C. del Bosco (bas); orchestre et choeur du Teatro alla Scala, directeur D. Renzetti; chef de chœur R. Gandolfi; production par R. Maenza; Enregistrement directeur musical F. Miracle; Directeur du mélange C.B;. enregistrement live réalisé au Teatro della Scala à Milan le 01/10/1980; Double LP stéréo, Fonit Cetra.
    • Carmelo Bene - Maïakovski, dédié à Sandro Pertini, le cinquantième anniversaire de la mort de Maïakovski et le centenaire de la naissance de Blok, concert pour voix et percussions; paroles de A. Blok, V. Majakovskij, Essenine S., B. Pasternak; traductions: R. Poggioli, A. M. Ripellino, B. Carnevali; la réduction, l'adaptation, la direction et agissant C.B vocal;. musique par G. Giani Luporini; solistes: M. ilie, (violon), S. Verzari (Trompette), V. De Vita (piano); enregistrement Directeur P. Chiesa; ingénieur R. Citterio; production par R. Maenza; enregistrement live fait sur 10/10/1980 - Rome - Teatro dell'Opera LP à double Fonit Cetra.
  • 1981
    • Carmelo Bene - Lectura Dantis; narrateur C.B;. musique d'introduction par S. Sciarrino; soliste D. Bellugi (flûte); R. Maenza de production; enregistrement live Bologne, Asinelli, 31 luglio.- CGD.
    • Carmelo Bene Pinocchio (Histoire d'une marionnette par Collodi); le centenaire de la naissance de Pinocchio; dirigée, le traitement de texte et le point principal C.B;. musique par G.Giani Luporini; la fée L. Mancinelli; dossier technique: G. Ravines, M. Contini, B. Bucciarelli; Mixer L. Torani; production par R. Maenza; enregistrement effectué Forte dei Marmi - CGD.
  • 1984 Carmelo Bene - "Le Adelchi Alessandro Manzoni"; une étude de Carmelo Bene et Giuseppe Di Leva; musique par G. Giani Luporini, orchestre symphonique et choeur de Milan Rai; E Réalisateur: Hill, M. choirmaster Balderi; C.B principal de l'article;. Ermengarde: A. Perino; percussion A. Striano; enregistré lors des représentations à l'Opéra de Milan de Février à Mars 1984; par la production de A, Pischedda; Directeur du mélange C.B;. techniciens du son L. Cavallarin, G. JAMETTI; Fonit-Cetra.
  • 1994 Carmelo Bene dans Hamlet Suite - show-concert; collage de textes et de la musique C.B;. interprète[26] Principal C.B;. Kate-Ophélie: M. Chiarabelli, P. Woods; P. Lovat mélangeur; assistant L. Viglietti; production par M. Bavera; enregistré au Teatro Morlacchi 25 Novembre 1994, Notre-Dame srl
  • 1999 Dino Campana - Carmelo Bene - orphiques Songs - Changements pour les voix - extraits et variantes, narrateur C.B., en collaboration avec la RAI; Sons Mastering S.r.l;. ingénieur du son A. Macchia; disque livre et compact - Bompiani, Juin

Les enregistrements audio-visuels des répétitions et des ateliers

  • prince saccagé, (La conversation philosophique avec satyrique et Carmelo Bene), créé par Carlo Refele et Maurizio Grande, au cours des essais Un Hamlet Moins, Lydia Mancinelli et Alberto Arbasino 1972.
  • L'image de phônê, Teatro Argentina, Rome, 18 et 20 Novembre 1984. Archives historiques d'art contemporain, La Biennale, Venise.
  • Séminaire à huis clos sur la machine acteur, Théâtre Biennale 1989, Venise, Septembre 1989. Archives historiques d'art contemporain, La Biennale, Venise.
  • Macbeth de William Shakespeare. Enregistrement vidéo en temps réel des essais en édition théâtrale de 1983. Teatro Ateneo, Rome, le 22 Octobre à 23 Novembre 1982. Centro Teatro Ateneo, Archive du spectacle, Rome.
  • Macbeth de Carmelo Bene, programme vidéo en deux parties: Concert pour seul acteur et Les techniques d'absence. Projet F. Marotti et M. Grande. Centro Teatro Ateneo, Archive du spectacle, Rome, 1985.
  • Quatre séminaires extraordinaires Carmelo Bene, Palazzo delle Esposizioni, Rome, 12-15 Décembre de 1990.

curiosité

  • Une parodie de Carmelo Bene était représentée par Emilio Solfrizzi tandis que la production télé de télévision et Durres l'Octopus (1993), sous le nom de Carmelo mieux.
  • Le Negramaro single « Je ne laisse pas de traces » est dédié à Carmelo Bene.

notes

  1. ^ Carmelo Bene le dernier pornographe, Antonio Gnoli dans la République, 19 novembre 1995.
  2. ^ Carmelo Bene fait référence à la région des Pouilles à appeler au pluriel « Pouilles ». la dialecte Salento appartient à groupe sicilien (En plus du Sicile), La différence des voisins idiomes Puglia.

    « Il y a des Pouilles, il y a des Pouilles. Je suis né dans le pays d'Otrante, dans le sud du sud des saints. Remonté Bari et Otrante serait comme dire que Milan et Rome sont la même chose. La terre d'Otrante est à côté de lui-même "

    (C. Bonne et G. Dotto, Carmelo Bene Vita, op. cit. pag. 12)
  3. ^ Carmelo Bene et Giancarlo Dotto. C.B. de la vie, op. cit., p. 22
  4. ^ Carmelo Bene et Giancarlo Dotto, op. cit., p. 23-24
  5. ^ Carmelo Bene et Giancarlo Dotto, op. cit., pp. 47-48.
  6. ^ Difficile de déterminer si les différents témoignages bien a volontairement renvoyé de l'école ou a été plutôt entraînée. Tonino Conte, en le bien-aimé (Op. Cit., P. 15), entre autres, témoigne de cette seconde possibilité, en disant que bon « a été tiré après un spectacle-sage (un Caligula Camus) délabrée considéré comme scandaleux par la faculté, mais a fait l'éloge dans un article Nicola Chiaromonte».
  7. ^ Carmelo Bene et Giancarlo Dotto, op. cit., p. 44 et 47. Giuliana Rossi dans son livre Mes années avec Carmelo Bene, pag. 18, rapporte que l'Académie d'art dramatique Silvio D'Amico jeune Carmelo Bene a d'abord été refusé. Il a réussi à inscrire plus tard, grâce à son opiniâtreté, en combinant toutes les couleurs pour son « irrévérencieux et inappropriée », la fatidique blague ici « Il est bien merci. »
  8. ^ « Ne sont-ils remarquent, ici il n'y a qu'un seul vrai acteur. » (Carmelo Bene Vita, op. cit., p. 45
  9. ^ Carmelo Bene et Giancarlo Dotto, op. cit., pag. 50
  10. ^ Connu pour Silvio D'Amico. ( G. Rossi, Mes années avec Carmelo Bene, op. cit, p. 18.)
  11. ^

    « La présente mes très simplement. « Ceci est ma femme. » « Vous n'êtes pas fait, mon fils, cette folie? », A ma mère. « Non, mais nous le ferons le plus tôt possible », je lui ai assuré que je ne l'ai pas. « Au moment où je suis venu présenter » [...] Il marcha ma sœur Marie à la maison. Nous sommes en pleine traviata. Je pouvais sentir dans l'air d'une manière étrange d'être patient. tolérance ambiguë. Un silence gêné. Ils nous regardaient de travers [...] »

    (C. Bonne et G. Dotto, Carmelo Bene Vita, op. cit., p. 102-103)
    Giuliana Rossi, se référant à une hostilités profondément enracinées, motivées par le biais, la famille Bon pour lui.

    « Tous [la famille bien] étaient convaincus que j'avais corrompu Carmel à installer dans une famille aisée, car ils considéraient [...] Ils me ont accusé d'avoir drogué, en lui donnant la cocaïne, d'être un aventurier à la recherche d'argent. »

    (G. Rossi, Mes années avec Carmelo Bene, op. cit. pp. 21-22)
  12. ^ Carmelo Bene et Giancarlo Dotto, op. cit., pag. 119. - Dans la biographie de Ils sont apparus à la Vierge Marie le mariage de Florence est défini comme « grotesque ». (Fonctionne avec l'Aut. op. cit., p. 1061)
  13. ^ «J'ai appris les nouvelles que quinze jours plus tard. Un télégramme très sec. « Tu ne baise rien », était l'explication. J'ai demandé à deux millions peloter désespérément d'intervention en Suisse. Ils ont nié cet argent. Pour eux, Alexandre était « le fils du blâme. » Ce fils a finalement été en vain travaillé en Suisse. Six mois plus tard, il est mort. Il n'a pas été encore sept ans. le mien Stramaledissi ". Carmelo Bene et Giancarlo Dotto, op. cit., pag. 188. Dans l'autobiographie de Ils sont apparus à la Vierge Marie il semble que son fils Alexandre « est mort cinq ans » (Fonctionne avec l'Aut. op. cit., p. 1062).
  14. ^ Carmelo Bene sur James Joyce Interview Antonio Debenedetti, tiré de l'émission de télévision RAI « Un soir, un livre » (Youtube)
  15. ^ Bien qu'il a publié en 1922, en Italie la première traduction complète a eu lieu seulement 1960, travailler Giulio De Angelis pour la maison d'édition mondadori
  16. ^ C. Bonne et G. Dotto, Carmelo Bene Vita, op. cit., p. 113
  17. ^ C. Bonne et G. Dotto, Carmelo Bene Vita, op. cit., p. 115
  18. ^ C. Bonne et G. Dotto, Carmelo Bene Vita, op. cit., p. 118
  19. ^ Carmelo Bene et Giancarlo Dotto, op. cit., p. 124
  20. ^ Carmelo Bene, Fonctionne avec l'Aut., op. cit., p. 1071
  21. ^ lasinovola.it
  22. ^ Carmelo Bene et Giancarlo Dotto, op. cit., p. 131-132
  23. ^ Carmelo Bene et Giancarlo Dotto, op. cit., p. 152
  24. ^ Programme Rai. La voix estompa, le premier épisode
  25. ^ Carmelo Bene et Giancarlo Dotto, op. cit., p. 163
  26. ^ à b c et fa g h la j k l m n ou p q r s t u Vous devez évaluer le fait que bien compte tenu de ses versions (cinéma, papier, radio, cinéma ...) non réinterprétations ou réinterprétations d'un texte, mais un retour bien défini par Klossowski « signification métaphysique du théâtre ». Carmelo Bene Vita, op. cit., p. 331
  27. ^ « Bien au-delà de l'amant femme écoeurante. Une grande partie de 'Infirmière pour l'amour de l'art. Après l'échec du film a été le PDG de la société pendant huit ans. Il a également participé à tous mes films, à l'exception caprices [...] Carmelo Bene et Giancarlo Dotto, op. cit., p. 202
  28. ^ La compagnie de théâtre de cette Salomé a été appelée « Regina Coeli », parce que, d'une manière ou d'une autre, ils avaient tous à voir avec la prison.
  29. ^ Carmelo Bene et Giancarlo Dotto, op. cit., p. 182
  30. ^ Lydia Mancinelli Il se souvient: «J'ai trouvé cet endroit à ... battre 72 où j'ai payé 150.000 lires par mois, Ulysse [Benedetti], [...] Je louais pour la saison d'hiver; J'ai donné l'ordinaire de la classe, parce que nous avions pas d'argent pour les sièges, donc nous avons fait une sorte d'amphithéâtre, marches en pente, la scène était faible et avec debuttammo Notre-Dame des Turcs». (À partir du programme TV de la RAI La voix estompa)
  31. ^ à partir de la transmission Eh bien! Bravo! RAI Marco Giusti
  32. ^ Emilio Villa consacrera le livre "Letania Carmelo Bene" early seventies artiste Salento. (Voir aussi Marco Palladini, Carmelo Bene - Emilio Villa. La grande poésie? Il ne parle que de poètes. )
  33. ^ Carmelo Bene et Giancarlo Dotto. C.B. de la vie, op. cit., p. 299-300
  34. ^ Carmelo Bene Vita, op. cit., p. 319
  35. ^ Carmelo Bene et Giancarlo Dotto. C.B. de la vie, op. cit., p. 179
  36. ^ L 'Othello télévision a été projeté pour la première fois, pour commémorer la mort récente de l'artiste, le 18 Mars 2002 un Argentine Théâtre Rome à partir de 17h00 jusqu'à minuit; Il a également été diffusé sur Rai Tre Rai Edu Culture avec des performances diverses et suivantes.
  37. ^ Ils sont apparus à la Vierge Marie, op. cit., p. 1070
  38. ^ Valerij SADRIN était président de 'Union des artistes soviétiques et ancien ministre de la culture Gorbatchev. - C.B. de la vie, op. cit., sect. XIV ONU ZAR MOSCOU, p. 378
  39. ^ dans son autobiographie nous lisons que la tournée du bien en Russie a été mal toléré par l'ancien directeur de 'E.T.I, Bruno D'Alessandro, et plus tard par Carmelo Rocca reprocha qui - comme indiqué dans bien MCS 1994 - menacé de représailles contre.
  40. ^ Lors de sa comparution à MCS Cependant, 1994, dit bien, au sujet de ces annonces, ce qui était sa production et il ne l'a pas publié.
  41. ^ Carmelo Bene et Giancarlo Dotto. C.B. de la vie op. cit., sect. VI, DEBUT, p. 63
  42. ^ à b Décès de Carmelo Bene, carmelobene.it. 9 Octobre Récupéré, 2010.
  43. ^ Giancarlo Dotto, Le dernier spectacle de l'attention méticuleuse aux détails. L'obscurité. Les cris. Les invocations. Le buzz des femmes. Portrait d'un génie qui a mis en scène sa mort (PDF) immemorialecarmelobene.it. Récupéré 22 Octobre, 2010.
  44. ^ Carmelo Bene, se battre pour l'héritage, en Print, 20 mars 2002, p. 31. Récupéré 19 Novembre, 2010.)
  45. ^ Contrastes entre les membres de la famille. Deux cérémonies funéraires pour Carmelo Bene avec une queue de controverse, en L'Union Sarda.it, 25 mars 2002. 9 Octobre Récupéré, 2010.
  46. ^ à b Paolo Russo, Carmelo Bene, six ans après sa mort jaune, en la République, 14 janvier 2009, p. 11. 20 Octobre Récupéré, 2010.
  47. ^ Jaune sur la mort de Carmelo Bene, en la République, 13 janvier 2009. 20 Octobre Récupéré, 2010.
  48. ^ Le massacre des « classiques » et leur traitement complet: il est un autre élément à compter en faveur de Carmelo Bene, un tel conditionnement d'une écriture dramatique à une étape d'écriture. Le « tuer » se produit, cependant, le moins libre que possible, telles que la suppression d'un côté de l'immeuble réticulé idéologique et de l'autre côté pour l'insertion du plus grand nombre d'éléments de « simultanéité ». (Giuseppe Bartolucci, de "écriture scénique" lerici, Milan 1969). En d'autres termes, ce qui peut sembler trompeusement profanation ou massacre le « texte en amont », pour le bien et pour les savants les plus astucieux n'est qu'un ou relectures ré-écriture de l'œuvre originale à plusieurs niveaux. Un magnifique essai d'explication à cet égard est Une affiche de moins Gilles Deleuze.
  49. ^ L'explication de ce que la scène d'écriture a été entièrement expliqué de manière assez complète, à la fois par Carmelo Bene que les chercheurs ... Une source parmi les autres est, par exemple, l'explication claire donnée par Carmelo Bene Culture mixer
  50. ^ Carmelo Bene a réalisé sa propre interprétation de Hamlet dans lequel il a joué les parties les plus importantes de priver un soulagement mérité. Le monologue « Etre ou ne pas être » a été confiée à un autre acteur, qui a agi comme son alter ego. Dans les différentes éditions de son Hamlets (Un Hamlet Moins, Hamlet Suite, Hommelette pour Hamlet, ...), Carmelo Bene, prive non seulement la monologue dell ' « être ou ne pas être », mais diffère de toutes les parties importantes (corroborées par action tradition théâtrale) de En amont du texte; Il est libéré son rôle dramatique, qui est soutenu par Orazio en colère, forcé de lire (ces parties non son), Dans les cartes fortuites, déchiré à partir du script, et qui leur sont livrés par un Hamlet qui ne veut pas sa connaissance de son partie, qui évite entaillé intercale dans rôle qui lui appartient, qui ne se sent pas du tout lié ou partageur, plus préparé. Dans l'habituel « massacre » de En amont du texte, la figure de Hamlet Il semble être quelque chose qui énigmatique, troublé par le spectre paternel, ou de son devoir de branche de vengeance; Le prince danois devient si habile et opportuniste qui finit réellement d'accord avec l'oncle Claudius, qui lui verse une certaine somme, rateata de temps en temps, lui permettant de payer si son silence ou plutôt l'exemption de rôle Il mérite, comme prévu. Souvent, en plus de fil rouge laforguiano, Carmelo Bene convient, si admirable dans ses Hamlets, la insérer étrangers (provenant Gozzano, par exemple) encore plus compliquer la En amont du texte, Et bien défini par le « vieux papiers ». vue Un Hamlet Moins
  51. ^ En raison de cette fonctionnalité dans sa sentence-récrire le travail accompli par l'artisan et l'automate, Piergiorgio Giacchè pense que la définition la plus appropriée est celle de « l'homme-théâtre » (et non homme de théâtre), Attribuée à bien pour la première fois par Ferdinando Taviani, mais déjà référence à Antonin Artaud par Jean-Louis Barrault. (Carmelo Bene. Anthropologie d'une machine acteur, op. cit., p. 57.)
  52. ^ Piergiorgio Giacché, Carmelo Bene. Anthropologie d'une machine acteur, op. cit., pl. XV.
  53. ^ Gilles Deleuze a écrit: « On pourrait dire que le bien est pas le premier à faire un théâtre de non-représentation. Vous pouvez mentionner au hasard Artaud, Bob Wilson, Grotowski, la vie ... Mais nous ne croyons pas l'utilité des filiales. Les alliances sont plus importantes que les filiales et bien a conclu des alliances très différentes avec eux tous. Il appartient à un mouvement qui a remué profondément aujourd'hui le théâtre. Mais il appartient à un seul mouvement comme il s'invente, et non vice-versa ". (à partir de Une affiche de moins, en superpositions, op. cit. pag. 89).
  54. ^ à b c Carmelo Bene sur Keaton, youtube.com. Récupéré le 13 Octobre, 2010.
  55. ^ de Brecht vous ne pouvez dire ce que ce serait, si elle ne fait en [...] de certains administrateurs embrayages L'intention de Brecht Il est un tâtonne deplacement de la représentation, mais tout ce que je reçois, de ses textes, l'aliénation, est une représentation de la place [...] - Carmelo Bene et Giancarlo Dotto, C.B. de la vie, op. cit., p. 322
  56. ^ Piergiorgio Giacchè précise que: » ... sont trop importants pour la son l'art, les bases et les éléments qui offrent peu à peu la vie et les œuvres des saints, poètes, philosophes, écrivains, peintres, musiciens ... Une liste serait trop incomplète et leur propre hiérarchie serait inacceptable, car il ne saisit ici et là des contributions ou de piller des citations pour une bonne « la culture doit être l'air (pas d'air ou de la zone) » [...] et si vous choisissez de vivre 'air, Il ne peut être un besoin nécessaire de la liberté d'association et ce qui nous motive dans une recherche qui est encore à la fin de la « poésie ». Dans l'ensemble repos, qui est en fait que « le théâtre », Carmelo Bene laisser aller plutôt à la débauche excessive et l'excès ». (Carmelo Bene. Anthropologie d'une machine acteur, op. cit., p. 59-60)
  57. ^ Carmelo Bene Vita, op. cit., p. 25
  58. ^ Carmelo Bene Vita, op. cit., p. 102-111
  59. ^ Carmelo Bene parle de idiosyncrasie absolu du « théâtre et spectacle. Là où il n'y a pas de théâtre de spectacle. Le théâtre peut donner obscène, son étymologie, porno dans sa manière grecque « . (Un dieu absent, op. cit., p. 33)
  60. ^ vidéo, La voiture de l'acteur, édité par Pietro Ruspoli Tonino del Colle.
  61. ^ Pour Carmelo Bene « représentation » (État) est un héritage millénaire, a repris déjà Eschyle, Sophocles, Euripide et Aristophane. L'artiste considère Salentine plutôt comme celui qui a rapporté le théâtre à sa forme originale barbare.
  62. ^ à b Gilles Deleuze souligne que « le théâtre » L'homme n'est plus « auteur, acteur ou réalisateur, » mais un « opérateur », et que « la fierté de bien faire plus dans le déclenchement d'un processus dans lequel il est le contrôleur, mécanicien ou opérateur [...] plutôt que l'acteur ". (Une affiche de moins, en superpositions, op. cit., p. 88)
  63. ^ « Il faut oublier, il faut lire! Parce que si cela occupe aussi dix pour cent de la mémoire, la mémoire de l'acteur, le jeu est terminé. » (Un dieu absent, op. cit., p. 87)
  64. ^ à b c séminaire 1984
  65. ^ vidéo, La voiture de l'acteur, édité par Pietro Ruspoli Tonino del Colle, op. cit.
  66. ^ Vidéo, Culture Mixer, en 1987, dirigé par Arnaldo Bagnasco
  67. ^ à b Gilles Deleuze affirme que « l'écriture et les gestes musicaux sont bien ... » (Une affiche de moins, en superpositions, op. cit., p. 102). Piergiorgio Giacché rappelez-vous que le nom Carmelo a fait l'objet d'une série de suggestions qu'il serait par exemple en tirera certainement d'imagination poème et Melos (Carmelo Bene. Anthropologie d'une machine acteur, op. cit., pl. IX). Tel est le cas par exemple du poète Emilio Villa qui parle de Carmelo et sa voix Charmehêlée voix.
  68. ^ Un dieu absent, op. cit., p. 131-132
  69. ^ « Aucune action ne peut atteindre son but, si vous perdez dans l'acte. L'acte, à son tour, aura lieu comme un événement immédiat, doit oublier le but de l'action. Non seulement. Oblivion du geste ( dans ce cas tyrannicidal) Les câpres agissent autour de l'action, reste orphelin de son créateur « . (Carmelo Bene Vita, op. cit., p. 237). Ailleurs indique bien que plus « pour sortir de la syntagmatique: vous devez paralyser l'action », conduisant à ce qu'il appelle « la 'acte. Alors que l'action est quelque chose d'historique, lié au projet, le 'acte il est oubli: Cela change, il est nécessaire d'oublier, sinon vous ne pouvez pas agir. Dans ce mot en tant qu'acteur GOES certainement reformulé. Alors que l'acteur se réfère généralement à celui qui avance l'action, tendant sa voix au personnage, je me déplace dans la direction opposée. Je vais à la 'acte, à savoir la mise en place du vide. Tel est le sens de la souveraineté ou de l'humanité super-acteur. Mais pour ce faire, vous devez déconstruire la langue, mettant l'accent non sens à ce qui signifie que, comme le dit Lacan, sont stupides, sont le sourire de l'ange. Il devrait atteindre l'inconscient, on ne sait pas, l'oubli de soi-même. « (Un dieu absent, op. cit., p. 124)
  70. ^ De la transmission de Maurizio Costanzo Afficher 1990.
  71. ^ à partir de la transmission le diplômé, menée par Piero Chiambretti
  72. ^ Il est en fait une simplification impromptue, aussi bien préfèrent parler plutôt excès le désir que vie après la mort du désir.
  73. ^ définition impromptue fournie par le puits tout en parlant avec D'Agostino à Maurizio Costanzo Afficher la 1994
  74. ^ Eh bien, ajoute enfin l'analogie se réfère l'érection masculine et qui est que le porno Il est ce qui tire pas, tout en tirant tracte. Vous repassé. Pour toujours.
  75. ^ Carmelo Bene, travaille avec l'Aut., Op. cit., pl. X
  76. ^ Carmelo Bene et Giancarlo Dotto, C.B. de la vie, op. cit., p. 31
  77. ^ Ceci est également confirmé la théorie jungienne âme et animus, respectivement, l'attitude intérieure de l'homme et la femme
  78. ^ Afin de résoudre le malentendu, Gilles Deleuze explique: « Il est étrange à cet égard que certaines femmes en colère, et même certains critiques, ont pu blâmer bien sa mise en scène du corps féminin, l'accusant de sexisme ou phallocratie. La femme-objet S.A.D.E., la jeune fille nue, passe à travers toutes les métamorphoses que le sadique maître exige, en le transformant en une série successive d'objets usuels; mais précisément à travers ces métamorphoses, ne présumez jamais poses humiliantes [...] ". (Une affiche de moins, en superpositions, op. cit., p. 101)
  79. ^ Carmelo, Works, avec l'Aut. op. cit. pl. XIII-XIV
  80. ^ à b c Au lieu d'environ volontaire ou volonté, Eh bien essayer de marcher sur le chemin de ce qu'on appelle Unwill Schopenhauer a appelé « volonté sans oggettità », ou « pas de représentation, pas de monde. Il est au-delà du principe de plaisir. » (Un dieu absent, op. cit., p. 121)
  81. ^ dit bien: « ... Lacan était intéressé à avoir l'inconscient structuré comme un langage je commence en articulant la langue comme incosncio, mais confiant au sens et non à sens, à la merci des signifiants .... » (Un dieu absent, op. cit., p. 97)
  82. ^ La voix de Narcissus, en Fonctionne avec l'authenticité d'un portrait, op. cit., p. 995
  83. ^ Au MCS, Un contre tous, épisode du 27 Juin, 1994 Eh bien, éclate violemment furieux dans une certaine Sonia Cassiani qui, selon lui, abusait le verbe « être » contre lui: « Je ne parle pas à ceux qui enfreignent mes couilles d'être et la « là, je ne parle pas à l'ontologie. A bas l'ontologie. gazonnement me. parler professeur Heidegger, pas avec moi, et aller en enfer".
  84. ^ le film Notre-Dame des « Turcs Il a été piétiné par lui et ses collaborateurs, brûlé avec des mégots de cigarettes et déchiquetés, méthodiquement, sous les yeux du noble Franco Jasiello napolitain choqué et désorienté qui avait financé la construction. Bien que cela puisse paraître destructrice, cette dégradation du film a été utilisé pour créer les effets spéciaux pour l'ensemble des séquences consécutives en noir et blanc, qui semblent principalement rééditer le look de perte de film d'antan.
  85. ^ Au cours du séminaire de 1984 Carmelo Bene encore plus clair en disant que

    » ... la scène est parti, il n'y a plus rien, même je garder les lumières faibles, je ne vois rien, aussi peu que possible [...] Je dois travailler quand je travaille; Je veux que le public ne soit pas distrait de regarder mon visage se déformant pour obtenir certains sons, dans une presque monstrueuse. [Il est] de fermer, de laisser les portes de sauter vraiment ouvert] »

  86. ^ Le B.B.B. il produit caprices et est sur le point Barcelloni, Eh bien, Brunet
  87. ^ Dans l'interview vidéo réalisée par Piero Panza, datant du « film entre parenthèses, bien parler de Keaton comme » anti-Chaplin « formule et ailleurs plus ou moins en même temps, l'artiste Salento Chaplin appelle un » guittetto révoltante « qui, avec beaucoup d'autres, y compris Luis Buñuel (Accusé carrément comme « secousse »), ils sont « tous les phénomènes petits et petits ». (Interview du « Cinéma Film », 11-12, été-automne 1970, pp. 276-279, Rome, mai 1970. ( Adriano Aprà, Gianni Menon, Conversation avec Carmelo Bene (PDF) agenziax.it, 1970, pp. 84-98. Récupéré le 8 Novembre, 2010.)
  88. ^ De toute la filmographie de son ami Carmelo Bene Pasolini apprécier juste quelques choses Salò ou les 120 journées de Sodome qui, selon l'artiste Salento « pas de cinéma »
  89. ^ L'expression est cité par Va Rien Tommaso Landolfi. Adelphi, Milan, 1998, p. 108. ISBN 88-459-1345-7. Carmelo Bene de rappeler souvent, comme Maurizio Costanzo Show, en un contre tous 1994, ajoutant que « vous ne pouvez pas vivre avec leur vie. »
  90. ^ C. Eh bien, G.Dotto, Carmelo Bene Vita
  91. ^ De la transmission de Rai Quatre moments de rien.
  92. ^ Adriano Aprà, Gianni Menon, Conversation avec Carmelo Bene (PDF) agenziax.it, 2007, p. 85. Récupéré le 8 Novembre, 2010.
  93. ^ Carmelo Bene Culture mixer, citant Léon Bloy, stipule que « le critique est celui qui cherche obstinément un lit chez quelqu'un d'autre » et, citant Oscar Wilde, ajoute que « il n'y a pas critique par l'artiste, » concluant que « l'artiste est critique, si critique est . l'artiste critique ne sont pas des artistes, je suis critique de mes spectacles ».
  94. ^ Carmelo Bene. Anthropologie d'une machine acteur, op. cit., p. 77
  95. ^ « [...] Ils écrivent que la masse veut entendre [...] Les journalistes sont imperméables à tout. S'ils bidouiller. Ils arrivent sur le cadavre chaud, à gauche, au théâtre, sur le tremblement de terre frappé village, et ont déjà construit pièce. Le monde du glissement de terrain sous leurs pieds, coule devant leurs ordinateurs portables, et tout est pour eux de façon interchangeable fumier se traduisent par une pré-compulsive de la merde sur le clavier. Cyniques? Non, glaciales. Et arrogant. L'arrogance des Singes. Ils font de la gymnastique d'un cadavre. S'ils bidouiller. Donnez-lui deux arachides, quatre livres, un misérable cadeau, assez ". (Carmelo Bene et Giancarlo Dotto, Carmelo Bene Vita, op. cit., p.
  96. ^ John Francis Lane, La voix estompa, op. cit.
  97. ^ Tiré de Bravo! Eh bien!, Rai de transmission Marco Giusti - Carmelo Bene a interviewé pour son Don Chisciotte, de Miguel de Cervantes, avec Leo de Bernardinis et Perla Peragallo.
  98. ^ Giuliana Rossi, Mes années avec Carmelo Bene, op. cit., p. 55
  99. ^ La voix estompa, op. cit.
  100. ^ en Carmelo Bene Vita, Bien parler de son partenaire Lydia Mancinelli (Qu'il avait pris la charge des pratiques bureaucratiques et juridiques) comme point de référence clé, sans laquelle, selon lui, le plus probable, serait forcé d'abandonner le théâtre.
  101. ^ Carmelo Bene Vita, op. cit., p. 155
  102. ^ Fonctionne avec l'authenticité d'un portrait, op. cit., p. 1402
  103. ^ Je lui ai dit: « ... mais ça ne fait rien, fregatene » mais ne pouvait pas parce qu'il a dit: « Non, je ... dommage [...] au moins ont été limités à expliquer l'histoire, aider le public ». Mais étaient les slating. (Témoignage de Lydia Mancinelli, l'émission de télévision de Rai La voix estompa, le premier épisode)
  104. ^ « Une fois, pour un spectacle, nous avons écrit nous la critique et nous avons pris six documents différents, signé il dit... Cela envoie le il dit, Cela envoie le il dit. Ce fut un déchaînement après le spectacle. Le lendemain, ils sont sortis six identiques critiques dans tous les journaux. Ovations, vingt minutes, tous à genoux ... « (témoignage de Lydia Mancinelli, l'émission de télévision de Rai La voix estompa, le premier épisode)
  105. ^ Bien que le succès pour Bene commence seulement après que les supports de film éblouissant, Piergiorgio Giacchè insiste sur le fait qu'il était peut-être seulement « avec la direction de la 87 Biennale [qui] vient la reconnaissance magistrale qui fond par le vote et vide de nombreuses controverses et de provocation, nécessaire car il ne lui garantit pas la visibilité de son caractère, mais dès que l'habitat d'un acteur ». (Carmelo Bene, l'anthropologie de la voiture d'un acteur, op. cit., pl. VII)
  106. ^ La première édition théâtrale Notre-Dame des Turcs Elle a lieu le 1er Décembre 1966 à Rome, au Teatro battre '72.
  107. ^ La véhémence envers les critiques et les journalistes sont régulièrement reconfirmé dans deux épisodes de Maurizio Costanzo Afficher (1994 et 1995).
  108. ^ Ajout: [...] Laforgue écrit beaucoup mieux que la malbouffe vous faire sortir la porte ... Je pourrais même dire ... qu'en tant qu'acteur, vous êtes très modeste. Vous avez la voix de Buce, ce Gadda en Pasticciaccio appelé la voix de Buce, vous avez un physique que vous ne savez pas tout à fait ... Le spectacle en apportant Laforgue il ne voyait très clairement. Vous êtes également truqué avec une frange du coiffeur du village, bref, pour l'amour de Dieu, nous allons encore sérieusement nous occuper de vous ...
  109. ^ comment Luigi Lunari, Guido Almansi, en 1994.
  110. ^ comment Marinella Venegoni de Print, Maria Latella la Corriere della Sera, 1994 édition du Salon Maurizio Costanzo; Giordano Bruno Guerri, dans l'édition de 1995
  111. ^ à b N.B. - Les articles, discours, critiques, livres, monographies, etc. rapporté ici ne sont qu'une partie de la production de papier de et sur Carmelo Bene.

sources

bibliographique

  • Carmelo Good-Giancarlo Dotto, Carmelo Bene Vita, Milan, Bompiani-RCS 2005 (1re éd. 1998). ISBN 88-452-3350-2
  • Carmelo Bene, Fonctionne avec l'authenticité d'un portrait, Classics Bompiani, Milan, 2002, ISBN 88-452-5166-7
  • Antonio Attisani - Marco Dotti, Et bien cruel. Cattivario Carmelo Bene, nouvel équilibre, Rome, ISBN 88-7226-826-5
  • Cosetta G. Saba, Carmelo Bene, Le cinéma Castoro n. 195 Editrice Il Castoro, 2005. ISBN 88-8033-133-7
  • Giuliana Rossi, Mes années avec Carmelo Bene, Edizioni della Meridiana, Florence, 2005. ISBN 88-87478-79-1
  • Piergiorgio Giacchè, Carmelo Bene. Anthropologie d'une machine acteur, Bompiani, Milano, 2007 (1ère éd. 1997). ISBN 88-452-5823-8
  • Carmelo Bene - Gilles Deleuze, superpositions, Quolibet, Macerata, 2002 (2à ed. 2006), ISBN 88-86570-91-0
  • Umberto Artioli - Carmelo Bene, Un dieu absent. Monologue à deux voix sur le théâtre, ed Medusa., Milan, 2006, ISBN 88-7698-051-2
  • Tonino Conte, le bien-aimé, Giulio Einaudi Ed., Turin, 2002. ISBN 88-06-16116-4
  • Temple - ombre, Ce qui fait défaut. L'essai critique et Carmelo Bene, Village questions maories, Catane 2012, ISBN 88-98119-09-7
  • Sous la direction de Bruno Di Marino, Marco Meneguzzo, Andrea La Porta, Le regard élargi. Cinéma artiste italien 1912-2012, Silvana Editoriale, 2012

vidéo

Articles connexes

D'autres projets

  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations liées à Carmelo Bene
  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Carmelo Bene

liens externes

autorités de contrôle VIAF: (FR67732044 · LCCN: (FRn79006796 · SBN: IT \ ICCU \ CFIV \ 004379 · ISNI: (FR0000 0001 1068 8636 · GND: (DE119035553 · BNF: (FRcb12451205p (Date)

Activité wiki récente

Aidez-nous à améliorer BooWiki
Commencez