s
19 708 Pages

Oscar Wilde
Oscar Wilde 1882

Oscar Fingal O'Flahertie[1] Wills Wilde, connu sous le nom Oscar Wilde (Dublin, 16 octobre 1854 - Paris, 30 novembre 1900), Il a été un écrivain, aphoriste, poète, dramaturge, journaliste et essayiste irlandais.

Oscar Wilde
signature Oscar Wilde

auteur écrire en apparence simple et spontanée, mais très raffiné et sensiblement inclinée à la recherche de la bon mot, avec un style impertinent et parfois il voulait saisissage éveiller l'attention de ses lecteurs et de les inviter à la réflexion.[2] Il est surtout connu pour l'utilisation fréquente de aphorismes et paradoxes, pour lequel il est encore souvent cité.[3]

L'épisode le plus remarquable dans sa vie, ce qui est une voie plus large dans les chroniques de l'époque,[4] a été le procès et la condamnation à deux ans prison pour "outrage aux bonnes mœurs« Comme il a été appelé 'homosexualité par le droit pénal qui codifie les règles, même morales, en ce qui concerne la sexualité de son propre classe sociale.[5]

beaucoup livres écrit sur ses expériences et ses œuvres,[6] y compris - en particulier - ses pièces, ils sont considérés par les critiques chefs-d'œuvre la XIXe théâtre.[7]

biographie

Les origines et les relations avec les parents

le père

Oscar était le fils de deux personnages remarquables: le père, Sir William, Il a été noté ophtalmologiste irlandais, fondateur d'un hôpital à Dublin (Saint-Marc)[8] et auteur de plusieurs traités médecins considéré depuis longtemps.[9] Parmi ses patients, depuis 1863, Il pouvait compter sur roi Oscar I de la Suède, et Queen Victoria Angleterre, où il est devenu oculiste personnel. Sir William a également écrit des livres de archéologie et folklore.[10]

La passion pour les femmes sciupò sa réputation en tant que médecin et scientifique: il a été accusé de viol au détriment d'une jeune fille de dix-neuf ans, Mary Travers.[11] Le processus qui a suivi, presque une préfiguration de ce qui plus tard souffriront le fils Oscar, qui à l'époque avait huit ans, a été résolu avec une injonction de payer des dommages-intérêts pour un montant de 2000 livres.[12]

la mère

Oscar Wilde
Oscar Wilde dans une image de Napoleon Sarony (1882)

La mère, Jane Francesca Elgee, né le 27 Décembre 1821, Il était un poète irlandais des origines éloignées Anglais et d'inspiration byronien connu sous le « espoir » le nom, pseudonyme qui découle de sa devise « Fidanza, l'espoir, la persévérance. » Le poète prétend être issu d'une famille noble toscan, réclamation manifestement faux[13]. Tout comme le fils, la mère avait tendance à cacher son âge véritable, il a ensuite été obtenu à partir de sa demande de financement au « Royal Literary Fund » dans 1888.

La femme a mis sa nature rebelle à la cause de « serviceirrédentisme irlandais, tandis que sa passion pour la critique littéraire comparaison et a conduit à la fondation d'un salon culturel dans Dublin et plus tard d'un à Londres.[14] Il était un causeur intelligent et d'organiser des rassemblements étaient des événements importants pour la société Dublin.

Oscar Wilde avait peu en commun avec son père, beaucoup à voir avec la mère, qui ressemblait en apparence, dans la voix, dans l'excentricité et sa passion pour littérature. De sa mère, il avait hérité petites manies, comme l'habitude de cacher son âge véritable.[15]

A l'occasion des anniversaires Oscar a été utilisé pour plaisanter et robe en deuil, prétendant se sentir deuil pour la mort d'un autre de ses années.[16] Oscar avait en commun avec son père la capacité art oratoire[17] et le manque de considération pour l'opinion publique.

Lorsque le père a écrit un livre, Lough Corrib, qui dit immédiatement le processus épineux des événements,[18] Oscar se vantait qu'il avait hérité de son père un nom célèbre.[19] Au moment de la naissance du père de Wilde était 39 et sa mère 33. Ceci, il espérait la naissance d'une femme,[20][21] plus tard, il a exprimé à plusieurs reprises le désir de voir le fils inattendu suivre une carrière parlementaire.[22]

le nom

Le couple a eu trois fils: l'aîné, William Robert Wills Wilde Kingsbury (Né le 26 Septembre 1852), Le second fils, Oscar, dont le nom complet était Oscar Fingal O'Flahertie Wills Wilde et plus jeune, Isola Francesca Emily Wilde (né le 2 Avril 1857).

En choisissant le nom pour les frères Oscar et sa mère signifierait de nombreuses références:[23]

  • Oscar, selon la mythologie irlandaise, Il était le nom du fils de Oisin (L 'Ossian de poèmes), il est né dans le pays de l'éternelle jeunesse, d'où le désir de rester jeune pour toujours;
  • Kingsbury, en hommage à la famille de la mère;
  • O'Flahertie, la parenté ancienne de sa grand-mère paternelle.

Oscar a changé souvent signature et la façon dont il se faisait appeler; Université, par exemple, a choisi le nom de Wills Wilde.[24]

Oscar libéré de la prison adoptera le nom Sebastian Melmoth, protagoniste du roman Melmoth the Wanderer, écrit par son oncle maternel Charles Robert Maturin.[25]

Pour ceux qui ont fait valoir que le nom de famille irlandais précédé de « Mac » était plus important que celui avec « O » «a déclaré Oscar que, parmi les origines nobles familles, il y avait aussi le » O « Wilde ».[26]

Au cours de la vie aussi a utilisé d'autres noms:

  • O.FO.F.W.W., à l'occasion des collaborations avec le magazine kottabos, (Dans les années du collège);
  • . C.3.3, il a inventé la signature en captivité;[27]
  • Sant'Oscar Oxford, préparé peu de temps avant sa mort.[28]

Il n'a pas aimé quelqu'un a remarqué que son nom était en fait que Oscar Wilde,[29] ou pire encore, que Oscar.[30] Il a été plus tard aussi appelé « Gray Crow » (corneille gris).[31]

Sa femme Constance aimait appeler l'Oscar français.

enfance

Oscar Wilde
statue Oscar Wilde à Dublin, Merrion Square (archevêque Ryan Park)
icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Apparence physique et le caractère d'Oscar Wilde.

Oscar est né le 16 Octobre, 1854 à Dublin, en Irlande (À l'époque pays constituant la Royaume-Uni), Dans une maison de modeste au numéro 21 Westland Row[32], dans une période de privation temporaire de la famille qui peu après a été en mesure de se déplacer dans une maison pleine de Dublin Merrion Square, où il a déclaré qu'il y était né Oscar qui a été baptisé le 1er Avril 1855Pour l'occasion, la mère a demandé, la réception d'un refus, monsieur William Rowan Hamilton, être son parrain.

De son baptême, peut-être une source d'inspiration opéra L'importance d'être constant, et sa première rencontre avec le la foi catholique, le même Oscar admettre plus tard qu'ils ont pas de mémoire.[33] Il y a peu de nouvelles que de sa première vie: en jouant avec son frère cassé le bras[34] et une fois qu'il a couru loin de la maison; On sait aussi qu'il aimait poisson.[35]

Parmi les amitiés de jeunesse qui compte avec Edward Carson, Oscar savait que l'été sur les plages de Dungarvan, et qui, plus tard, il est devenu célèbre pour être celui à qui il attribue la division du royaume d'Irlande.[36]

Un exemple du caractère de l'enfant Wilde est dans l'anecdote suivante: et son frère avait été confié à une nounou. En l'absence temporaire de ce dernier, les vêtements pour enfants, qui étaient devant le feu pour sécher, se feu. Face à cet épisode, il a applaudi Oscar amusé, tandis que son frère a crié peur. Après que la femme avait mis les flammes, Oscar a pleuré parce que le spectacle intéressant était terminé.[37]

études

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Oscar Wilde Études.
Oscar Wilde
Les abonnés qui se souviennent de la maison où vécut l'écrivain Oscar Wilde à Dublin entre 1855 et 1878

Oscar Wilde a fait ses études à la maison jusqu'à l'âge de neuf ans; en suivi 1864 un 1871 il a étudié à Portora Ecole Royale à Enniskillen (Comté Fermanagh), Sur les traces de son frère aîné.[38]

à partir de 1871 un 1874[39] ont assisté à la Trinity College Dublin où, pour ses études sur louables lyrique grec[40] (Oscar se vantait à long-interrogatoire sur « Fragments de Meineke poètes comiques grecs » qui ont soutenu[41]) A remporté la médaille d'or Berkeley, le prix le plus prestigieux de l'école.

en 1873 pour le bénéfice obtenu gagné une bourse d'études, en réussissant à gagner un autre en 1874 pour la fréquentation des classes dans les classiques qu'il a pu suivre la Magdalen College de Oxford. Ses années à l'Université d'Oxford où il a étudié avec passion les classiques grecs ont ensuite été comparés à Wilde à une fleur que le reste de sa vie.[42]

Au cours de ses études à Oxford, elle a commencé en Franc-maçonnerie en Lodge Université Apollo, dont il est devenu un maître maçon, et de qui a ensuite été exclu pour non-paiement des cotisations annuelles [43]

les voyages
Oscar Wilde
Wilde à temps de parcours Grèce, dans la coutume locale

Au cours de la période des études universitaires à l'été 1875, Oscar a jugé important ne manque pas sa connaissance de fond culturel des lieux d'art et des classiques italiens. Il voyage ainsi REMPLI Italie William Goulding dans l'entreprise, et le révérend John Pentland Mahaffy, Son tuteur au cours des années passées, connu pour sa pensée conservatrice[40] qui ne partagent pas toujours les idées de Wilde.[44].

Pour ses dépenses excessives, ne pouvait pas visiter toutes les villes qu'il avait lui-même promis et a dû retourner au collège où exaspéré par ses paroles désobligeantes à l'examen théologie le prêtre William Archibald Spooner, déjà agacé par son manque de ponctualité.[45]

en 1876 son père est mort[38]. Dans ces mêmes années (1876-1879) Oscar a réussi à publier sept et treize poèmes lyriques. L'année suivante, les vacances de printemps, Oscar est retourné en Italie en compagnie de ses anciens amis, auquel a été ajouté George Macmillan.

Après un voyage aventureux en Grèce a finalement atteint Rome, où il a été reçu par Le pape Pie IX Wilde qui a consacré un sonnet. En raison du congé longue est venu encore une fois en retard au collège, donc il a été suspendu des études; La résidence est interdite sur le campus pour le trimestre est resté période, et a même été privé de tous les avantages.

Wilde à cette époque était considéré dans la pauvreté attribuant l'impossibilité de son mariage avec Florence Balcombe, qui résoudrait ses problèmes économiques. En fait, ses difficultés dépendait du niveau de vie trop cher. Il a essayé tellement réconfortant et les ressources à sa mère qui a refusé d'aider, en disant que pour l'héritage reçu Oscar aurait pu vivre en paix pendant de nombreuses années.[46]

Pour deux Wilde avait parfois de se présenter à la cour pour payer les dettes.[47] 13 Juin, 1877 Henry Wilson est mort, son demi-frère où Oscar attendait un grand héritage, mais il a été déçu: il avait la somme de £ 100 et la demeure de Illaunroe (les deux étaient copropriétaires), mais seulement à la condition qu'au moins 5 ans ne devrait pas revenir au catholicisme.[48]

apprivoiser Walter Pater

A cette époque, il a écrit pour Oscar Dublin University Magazine non sans quelques petits désaccords avec le directeur, Keningale Cook.[49]

Il a envoyé une copie de l'article publié dans Walter Pater qui voulait savoir. Plus tard, quand Wilde a poursuivi l'échange de lettres en insérant les sonnets, lui a demandé de PATER essayer à la prose, qu'il considérait comme tâche beaucoup plus ardue.[50]

Au cours des premières rencontres entre les deux, le comportement Oscar ne vous inquiétez pas à propos de son ami Bodley rapport que Hardinge, connaissance, reçu des lettres de faisant suspecter ainsi PATER une histoire d'amour possible entre les deux.[51] Ils ont un comportement déjà connus de Pater, qui aimait à s'entourer de jeunes garçons d'apparence féminine.[52]

Oscar pense de lui qu'il avait peur du mauvais nom et a dit que[53] il parlait si doucement que vous avez dû écouter plus origliarlo.[54] Oscar, mais il a toujours fait preuve de déférence appeler les lettres « grand maître ».[55]

La fin de l'université

en Juin 1878 Oscar a montré pour les « écoles finales », qui a remis la tâche demi-heure avant le temps imparti expire.[56]

Le comité, composé de 'haut-parleur officier de professeur de la poésie et de trois autres membres de la congrégation, le 11 Juin déclaré vainqueur Oscar Wilde qui examinait encore théologie à surmonter, puis discuté avec succès en Novembre. À Oxford, il a gagné la poésie Ravenne Aussi l 'Oxford Prix Newdigate, déjà prestigieuse reconnaissance attribués à des chercheurs distingués comme Ruskin et Matthew Arnold.

Suite à ce succès, le albo de l'école ont été écrits en lettres d'or ses initiales des qui ont été annulées après le procès et la condamnation. Seulement, ils ont été beaucoup plus tard insérés à nouveau.[57]

après des études

Vous cherchez une bourse

A reçu le diplôme de Bachelor of Arts, Wilde est revenu d'Oxford Londres où il est allé à la recherche d'autres moyens d'existence. Il a demandé à la Trinité pour obtenir une « bourse » (bourse), mais au cours de l'épreuve écrite Oscar notò que les questions ont été posées à la bonne façon. Peut-être à cause de ces conflits a été rejeté.[58]

Wilde n'a pas cherché à épouser une riche héritière, comme conseillé à la mère, qui, cependant, son frère a essayé de le faire en vain. Willie fait était trop pressé: il voulait se fiancer à une riche héritière, quelques heures après avoir rencontré elle et aussi lui a demandé aussi de maintenir la plus stricte confidentialité. La femme pas convaincu de son amour bien sûr, je refuse.[59] Wilde quant à lui se consacre à l'étude des 'archéologie et la recherche d'une bourse d'études.[60]

aidé par Frank Benson Il a réussi à mettre sur scène la représentation théâtrale de 'Agamemnon de Eschyle le 3 Juin 1880. Il a affirmé avoir été d'une grande aide à la représentation, offrant des conseils et des instructions. Cette version ne se reflète pas dans les commentaires de Benson.[61] Le 4 Septembre 1879 Wilde a écrit de façon anonyme pour l'Athénée une série d'articles de revues des voix de 'Encyclopédie Britannica, avec la collaboration de Richard Claverhouse Jebb Wilde avec qui il était en désaccord sur de nombreux points.[62]

Oscar quant à lui, a continué d'étonner avec son extravagance: une fois que l'actrice Louise Jopling Elle l'a rencontré un serpent la torsion cou.[63] Il pourrait répondre en nature à toute attaque sur lui, comme le temps d'un spectateur lui adressa la parole offensivement: Wilde a répondu à ces sereins "Il est incroyable de voir comment il est connu simple Londres».[64] Oscar Bien sûr aimé être connu en disant, avec fausse modestie, qu'il avait été facile de le devenir.[65]

la maison

Maison de Wilde à Dublin
L'une des premières maisons où il a vécu Oscar Wilde Dublin entre 1855 et 1878. A la suite va changer de résidence de nombreuses fois et la ville, se terminant à Londres d'abord à proximité Thames[66], puis Chelsea

Wilde a décidé de vendre les maisons de Bray obtenir 2.800 livres et, il espère la même chance que joue Shakespeare En résidence à Londres avait acquis la réputation qu'il avait pas auparavant,[67] Il n'a pas pu trouver au début 1879 une maison à 13 Salisbury Street, à vivre avec son ami Frank Miles.

La maison, qui était en mauvais état, vieux et sombre, avec les yeux d'Oscar avait une atmosphère romantique et a appelé maison Thames, la rivière vous pouvez la voir en regardant les fenêtres.[66]

Le bâtiment se compose de trois étages, le second Oscar toccò et arrangé ses premiers livres. Il décore la partie habitée par lui de lys, objets de porcelaine panneaux chinois et blanc. Ils étaient fièrement affichés dans les chambres aussi statuettes de Tanagra, tapis grecs, une peinture par Edward Poynter qui dépeint Lillie Langtry et meubles coûteux.[68] Wilde au cours de sa vie a changé souvent résidence d'habitation également à Chelsea, rue Tite.

La rencontre avec James McNeill Whistler

(FR)

« Oscar: » Comment je voudrais avoir dit que ". Whistler: "Vous voulez, Oscar, vous allez" »

(IT)

« Oscar, » Comment je souhaite que je lui avait dit ". Whistler: "Je dis, Oscar, je dis" '

(James McNeill Whistler Il répond à Oscar Wilde, dans une partie de '1883 chez soi Louise Jopling[69])
Oscar Wilde
James McNeill Whistler (10 Juillet 1834 - le 17 Juillet 1903) Autoportrait 1872, un des amis-ennemis Wilde

Le 5 mai 1880, il a examiné une exposition de Wilde James McNeill Whistler, célèbre peintre du temps, pour le féliciter de sa peinture intitulée La fille d'or[70]». Cette réunion a commencé une entente entre les deux composés de rencontres et d'affrontements.

A propos de cette relation puis écrire leur Ellen Terry, qui il les jugeait à la fois parmi les hommes les plus célèbres de son époque pour leur cruauté.[71]

« Seuls ceux qui ont pas d'imagination invente[72] »

William Schwenck Gilbert avec l'aide des compétences en peinture George du Maurier il a publié sur poinçon Oscar diverses caricatures, en jouant sur le mot « Wilde sauvage » (en Anglais sauvage signifie sauvage) taquiné pour sa passion pour les lis et comment porter leurs cheveux.

Un jour tout en discutant avec Oscar Maurier approchèrent Whistler, en demandant lequel d'entre eux avaient inventé l'autre[73]. Wilde répondra plus tard quand il a écrit qu'ils étaient deux d'entre eux qui a inventé Whistler.[74]

Célèbre échange avec gouaille Gilbert écoula un soir à Haymarket Théâtre:

« Gilbert, » Je souhaite que je pourrais parler comme elle. Terrei la bouche fermée et soutiendrait que est une vertu ". Oscar: « Quel égoïsme! Je pouvais me refuser le plaisir de parler, jamais nier à d'autres d'écouter[75] »

Plus tard, leur gouaille est devenu de plus en plus amer, mais alors que Whistler a plaisanté à mal, Oscar a utilisé le mot pour séduire. poinçon dans un article il les décrit tous les ragots occupés à l'égard de certaines actrices: Wilde a écrit le magazine qui n'a pas été parce que dans leurs réunions, ils aimaient à ne parler que d'eux-mêmes: Whistler a ajouté que, en réalité, il était tout à propos de Oscar. Wilde a dit: « Nous avons parlé de vous, mais je pensais à moi-même. »[76]

Pour leur gouaille irrévérencieuse les deux se sont retrouvés séparés jusqu'à ce que Wilde a fait la paix avec le peintre 29 Novembre, 1887 l'occasion de l'exposition à la Galerie Suffolk, où il a reçu les visiteurs Oscar.[77]

Premiers travaux et voyages

Oscar Wilde
Scène de bande dessinée Keller de « la Guêpe de San Francisco dépeignant Oscar Wilde », à l'occasion de sa visite en 1882

Après avoir passé un peu de temps avec sa mère, Wilde a trouvé une nouvelle résidence située au troisième étage de la rue Charles, qui était situé près de Grosvenor Square. Depuis le milieu années quatre-vingt, Il est devenu un collaborateur régulier de la Pall Mall Gazette gestion comme auteur anonyme d'un livre intitulé Le coin du poète, pour commentaires de nouveaux livres vient de publier des poèmes.[78]

Le 7 mai 1879, le frère Willie et sa mère l'a rejoint à Londres, aller vivre à 146 Oakley Street (Chelsea). Lady Wilde a ouvert un salon culturel qui est devenu si bien connu pour attirer l'attention du Prince de Galles qui a dit: « Je ne connais pas M. Wilde, et ne sachant pas M. Wilde signifie ne pas être connu. »[79]

en 1881 à l'occasion de la publication du livre intitulé poèmes (poèmes) Wilde qu'il avait envoyé une copie à la bibliothèque de l'Oxford Union, a été déçu par l'examen Oliver Elton et Henry Newbolt qui l'accusaient d'immoralité, incohérence et plagiat si bien que son livre a été rejeté par la bibliothèque[80]

Les accusations d'immoralité sont devenues plus fréquentes, le père de son ami Frank Miles avec Oscar qui cohabite enjoignit à son fils de rompre leur relation.[81]

Le célèbre Oscar est venu aux États-Unis où directeur de théâtre, Richard D'Oyly Carte, Wilde a proposé une tournée de conférences aux Etats-Unis avec l'intention de se présenter près du public les esthètes qui faisaient fureur en Europe.[82]

Le séjour a été marquée par l'hostilité et les incidents au point que Oscar était en danger d'aller en prison pour que quand il a décidé de retourner en Europe les journaux appelés l'aventure américaine un échec.[83]

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Oscar Wilde aux Etats-Unis d'Amérique.

le mariage

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Oscar Wilde et les femmes.
(FR)

« Les femmes sont destinées à être aimé, de ne pas être compris. »

(IT)

« Les femmes sont faites pour être aimé, de ne pas être compris. »

(Oscar Wilde Le mystère sans sphynx, Trad. Alberto Rossatti[84])
La trahison par Oscar Wilde

La pensée d'Oscar Wilde sur les femmes trahi dans l'amour, il l'a exprimé au cours de sa promenade en compagnie Sherard dans les rues de Paris. Il avait remarqué comment, dans France Ils avaient ce qu'il considérait comme une mauvaise habitude, ça, ça aussi l'amour des femmes: ce qui a inévitablement conduit à la trahison avec d'autres femmes qui ressemblent beaucoup aimé ceux. en Angleterre Cependant, cela n'a pas eu lieu, parce que les Britanniques pas trop aimé les femmes.[85]

A pris note à cet égard était son commentaire à une histoire qui concerne son ami Ernest La Jeunesse: Pour éliminer tout doute sur son impuissance hypothétique, il avait séduit la femme de l'homme qui l'avait offensé. « La plus grande réponse de l'histoire », a déclaré Wilde[86]

Wilde a décidé de rester dans France, à Paris, où il a réglé avec l'aide de Robert Harborough Sherard.[87] Lui et Wilde a rencontré presque tous les jours, salutation de baisers sur les lèvres, qui alimentaient les ragots à leur sujet.[88]

A Paris, Wilde se consacre au travail, même si il aimait plaisanter à ce sujet avec fait Sherard une fois dit que pour toute une matinée ne put soulever un point d'un de ses poèmes, et dans l'après-midi, il avait récupéré.[89]

Oscar a décidé de changer sa façon de présenter et a adopté une nouvelle coiffure qui imitait celui de empereurs romains: Cheveux très courts avec de petites boucles. Pour sa nouvelle coiffure, un modèle a conduit chez le coiffeur un buste de Néron, peut-être, ou peut-être d'Antinoüs.[90] Mais il n'y avait pas de malice manque à ce sujet. Certains insinué que ses cheveux bouclés se comme ses dents.[91]

De retour à Londres, Wilde était très heureux que personne ne le reconnaîtrait et que tous d'accord sur ce temps se sont avérés moins années qu'il ne l'avait.[92] Oscar a été tellement changé au point qu'il a été victime d'une nouvelle satire poinçon qui fait semblant de vendre des tournesols, des lys, des vieilles plumes et perruques, Bref, toutes les caractéristiques anciennes de Wilde.[93] Wilde a commencé à planifier de se marier est d'échapper aux moralistes, à la fois pour sauver les prêteurs d'argent.

En mai 1881, il a accompagné sa mère à la maison de leurs amis et là, il a rencontré Constance Lloyd, une fille de trois ans plus jeune que lui,[94] qui pouvait lire Dante en italien.

Oscar Wilde
Robert Harborough Sherard, un des plus grands amis de Oscar Wilde, qui a édité plusieurs biographies sur l'écrivain[87]
Oscar Wilde
Constance Lloyd, La femme d'Oscar Wilde

La jeune fille a tellement impressionné que Oscar vient de quitter la maison, il dit à sa mère qu'il pensait de l'épouser.[95]

De leur première réunion le 6 Juin 1881, il a parlé à la fois avec son grand-père[96] qui, avec son frère, en disant qu'il aimait sa naturalité et le fait que, dialogandoci, a donné l'impression d'être un niveau culturel supérieur à la moyenne.[97]

Pour récupérer économiquement, en attendant le premier des Etats-Unis Vera, il a accepté une petite tournée de conférences qui a commencé de Londres où a dit, entre autres, son voyage américain. Il a dit à la façon dont le début, Texas, Ils l'appellent le capitaine et éventuellement en Mexique, Dans l'ensemble,[98] et il a été offensé quand il a été nommé professeur.

Aspro était un article paru dans trois colonnes de Labouchere, annonçant le déclin de Wilde;[99] laquelle il a répondu en faisant remarquer que si le défaut d'annoncer un article qu'il a écrit trois colonnes il n'y avait pas de différence entre la gloire et l'oubli.[100]

Le 2 Août 1883, pour assister au spectacle de sa tragédie, Wilde a un peu de temps aux États-Unis dans un voyage où ils se moquaient de lui et avec lui.[101] De retour en Europe a repris sa tournée de conférences. Au cours des deux réunions tenues à Dublin il rencontra de nouveau Constance, avec qui elle se fiance le 25 Novembre.[102]

Après quelques désaccords avec ses parents et des lettres de salutation de ses parents,[103] le moment le plus difficile de rembourser les dettes et a échoué dans le temps, ni le mariage, ni de fournir la maison.[104]

La vie conjugale

Le mariage prévu pour Avril, a ensuite été transféré au 29 mai 1884 et célébrée dans l'église de Saint-Jacques Paddington[105]. Après la lune de miel semblait avoir regrettée se mariant.[106]

Il a passé pas d'économies au point que 50 livres Donnez-leur à sa tante pour les frais de mariage d'acheter deux cuillères à soupe.[107]

La tendance selon Oscar Wilde

Pour Oscar Wilde l'ennemi numéro un des 'vêtements était le mode, « Une chose tous les six mois si mauvais que vous avez dû changer »[108] De ses vêtements que certains étaient absolument fou,[109] Wilde plutôt apprécié la commodité. Il a fait de son mieux pour donner à la recherche de confort dans les choses à porter, mais ne trouva personne qui les suivre.[110] Juste sur les vêtements a ensuite tenu une tournée de conférences sans succès, également critiquée par presse.

Quant à la paire d'affinité, le début était prometteur: Oscar en plaisantant se plaignait que, bien que sa femme était si beau qu'il ne pouvait pas être jaloux. rue reconnu ont été appelés Hamlet et Ophélie;[111] les deux jeunes mariés avaient des problèmes de logement, parce que la maison n'a pas été prêt à temps.

Wilde se disputait avec la première entreprise de construction (vert), Qui ne payer aucune indemnité,[112] Ensuite, grâce à l'aide de Godwin, les revenus de la femme ne pas en fait assez pour payer toutes les dépenses importantes,[113] Sharpe et le fabricant a réussi à la fin d'avoir un logement permanent, au 16, rue au 1er Tite Janvier 1885.[114]

Le couple, cependant, Wilde a dû aller avant même de payer les anciens constructeurs, qui avait entre-temps déposé plainte. La maison a été composée de 4 étages, sans compter le sous-sol où la cuisine était située.

Dans le hall, on pouvait voir deux incisions: Diane et son nymphes à la salle de bain et Apollon et muse; Morris dans la salle à manger un tapis de bleu-vert couvrait le sol, dans la bibliothèque, il y avait une chaise et une table orientale, mais les chaises étaient manquantes. Au premier étage, il y avait les deux chambres, l'un Oscar est devenu la chambre des enfants.[115] Wilde a dit qu'il avait choisi de vivre dans l'est parce que, selon lui, à cet endroit les gens ne portait pas de masque, était sincère.[116]

La femme se livrait chaque conseil Oscar aussi dans leur robe, parfois avec succès.[117] Wilde était à la recherche de travail, depuis la dernière conférence n'a pas eu l'effet désiré, mais il a vu lui-même refusé le poste d'inspecteur de l'école.

Pendant ce temps, sa femme, qui était enceinte, dégoûté Oscar à cause des nausées fréquentes et le corps enflé.[118]

Le premier fils Cyril est né le 5 Juin, 1885 et, après un an et demi, le second fils Vyvyan, 5 novembre 1886[119] qui a été déclarée par erreur né le 3 Novembre.[120]

Après la naissance des enfants, Constance et Oscar ont commencé à ne plus être le couple heureux pendant un certain temps. Elle a repris pour chaque erreur et démasqué ses petits mensonges,[121] Wilde pour sa part montré à leurs enfants l'amour d'un père, mais n'a pas cessé d'assister les hommes entre eux Henry Marillier.

La rencontre avec Robert Ross

Oscar Wilde
Oscar Wilde (photographe inconnu)
Oscar Wilde
Une ed photographie Napoleon Sarony (A propos de 1882)

En 1886, Wilde a rencontré Robert Ross, il avait fait seulement 17 ans et pour révéler son homosexualité à sa famille ont dû quitter leur domicile.[122] Oscar a appelé le jeune Robert de San Phillmore[123] pour sa capacité à charmer les gens en les amenant à la tentation[124] comme il était arrivé à lui-même.[125]

Robert, après avoir récité quelques poèmes de Wilde, sur la demande pressante du même professeur Arthur Tilley, le 8 Mars 1889, a été battu et jeté dans une fontaine par quelques camarades de classe, qui se sont repentis plus tard pour avoir causé tant pneumonie[126] et un accident vasculaire cérébral.[127]

Ross n'a pas été le seul amant de Wilde: l'homme a également assisté André Raffalovich dans la même période du scandale qui a impliqué Lord Arthur Somerset dans plusieurs épisodes de nature sexuelle, ce qui lui a coûté l'exil de l'Angleterre.[128] L'amitié entre les deux se termina peu remplacé par d'autres garçons Wilde l'a invité à sa maison que l'ancien Richard Le Gallienne et Bernard Berenson dix-sept années, mais a refusé tout contact avec l'écrivain.

Le magazine World de la femme

Pendant ce temps, se sentant négligé, Constance a essayé d'acheter la notoriété parler lors des réunions féministes.[129] Thomas Reid Wemyss, directeur de « Leeds Mercury » en Février 1887 Wilde pensait que, grâce à son talent dans l'examen de nouveaux livres, il serait d'une grande aide pour un nouveau journal.

Dans le magazine de Reid, « Le Monde de la Dame: Un magazine de mode et la société », il discutait le féminisme et a demandé un avis Wilde, a exprimé un effet positif sur l'éditeur qui l'a engagé.[130] Le 18 mai 1887 Oscar a commencé à travailler avec un salaire de 6 livres par semaine.[131] Wilde n'a pas hésité à demander à la Queen Victoria une collaboration avec le magazine avec la publication d'un de ses poèmes, mais la reine ont refusé en disant qu'il avait jamais écrit.

Poussé par Mme Dinah Craik[132] Wilde, en se fondant sur l'aide d'Arthur Fish, proposé et obtenu après une discussion qui allait changer le nom du magazine "Le Monde de la Femme« En Novembre 1887.[133]

Plus tôt Wilde était ponctuel dans l'exécution de son travail, qui a commencé à 11 heures, mais il avait pris l'habitude de laisser toujours avant l'heure au point de se rendre au travail que deux fois par semaine pendant une heure,[134] probablement parce que, qu'il y ait une interdiction de fumer dans les bureaux, n'a pas pu se retenir pendant longtemps. En 1889, maintenant ennuyé de son travail, il a quitté le bureau.

les réunions

Oscar Wilde
"Une conversation avec Oscar Wilde" - statue de Maggi Hambling - Adelaide Street, près de Trafalgar Square, Londres

Wilde a eu de nombreuses rencontres avec des hommes qui ont suscité son intérêt:

  • chez soi Edward Burne-Jones il a rencontré alors dix-sept ans ans Aubrey Beardsley (2 Juillet 1891).[135] Suite à Wilde a prétendu avoir inventé l'avoir connu;
  • John Gray, Jeune comme il a été décrit Bernard Shaw, parmi les plus « abjecte » parmi ceux Wilde se mentionnés entouré.[136]

D'origine modeste, son père était charpentier, Gray a quitté l'école à 13 ans.

Pas la date à laquelle il a rencontré Wilde est sûr à la fois, puis de leur réunion menti, qui a eu lieu au moins en 1889. Les tests que vous avez leurs premiers rapports sont un dîner il a été témoin Frank Liebich.[137]

  • Lionel Johnson, qu'il a rencontré à l'occasion de son retour à Oxford en Février 1890, pour la mise en scène du Browning Strafford.

Oscar décrit plus tard à son ami de cette rencontre, lui disant que Johnson avait fumé tous ses cigarettes et avouant qu'il était amoureux de lui.[138]

  • John Barlas, qui dans le passé avaient menacé de faire sauter le Parlement et arrêté avait été libéré grâce à Wilde.

Barlas croyait être un personnage de la Bible. Wilde avait compassion, parce qu'il a dit que la Bible avait été la cause des maux de l'humanité.[139]

  • max Beerbohm, que apostropha Wilde comme « divine », et Oscar qui à son tour l'a appelé comme la personne qui possédait « l'âge éternel. » Beerbohm a écrit dans ces années, le travail Bonne Hypocrite Il était un homme et son masque.[140] Wilde était très heureux avec ce « cadeau délicieux », comme il a été décrit dans une lettre au même Beerbohm où il écrit: « L'hommage implicite et accepté Dorian Gray dans votre histoire, elle me rend heureux. « Wilde a commenté positivement cet hommage aussi dans une lettre à Reginald Turner.[141] Beerbohm a également écrit un autre ouvrage, Zuleika Dobson, rappellent ceux de Wilde.

D'autres œuvres

en 1888 Wilde a publié Le Prince heureux et autres contes, une collection de contes de fées écrit pour ses deux fils, Cyril et Vyvyan.

Ce fut le moment de la publication 1890 de Le Portrait de Dorian Gray, le travail était si heureux avec sa mère,[142] mais peu aux lecteurs, de sorte que Constance a fait valoir que, pour ce livre maintenant ne voulait plus y assister.[143]

Lionel Johnson a écrit un poème en latin pour célébrer Le Portrait de Dorian Gray que son ami, son cousin, avait lu au moins 9 fois (peut-être 14) et a insisté sur pour répondre Wilde. Lionel a accepté de l'accompagner: ce fut la première rencontre entre Oscar et Lord Alfred Douglas.

Le retour en France

Oscar Wilde
Wilde en 1899

Oscar Wilde revient à Paris, créant « le plus grand événement des salons littéraires parisiens » comme il l'écrit l'Echo de Paris. il a rencontré Émile Zola, 11 mars 1891 à Paris, qui a apprécié la recherche quasi obsessionnelle de la documentation nécessaire pour écrire un bon travail,[144] alors qu'il a affirmé qu'il était une corvée qu'il ne ferait jamais.[145] Au cours de ces séjours renforcé ses relations avec de nombreux intellectuels locaux, qui ont utilisé pour vous divertir avec des anecdotes, des histoires et des paradoxes s'exprimant directement en français. Wilde ne parlent que apologistes comme lui-même avait à plusieurs reprises avoué à la même André Gide et probablement sa meilleure production ne restait plus que dans la mémoire de ceux qui ont eu la chance d'entendre. Plusieurs lignes d'études sont d'accord beaucoup plus lumineux Wilde en tant que personne qui parle que comme un écrivain.[146].[147]

Il voulait savoir même Marcel Proust, mais elle a réussi à le voir en passant, et à la fin de son seul commentaire sur le grand auteur concerné la laideur de sa maison.[148] Lors d'une réunion de dîner avec Jean Moréas et ses disciples Wilde a demandé à plusieurs reprises le poète de réciter quelques vers, mais ce qui, fait l'éloge sans cesse par ses admirateurs, il a refusé chaque fois. Ce comportement agacé Wilde qui a pris d'assaut.

Lorsque Wilde a eu l'occasion d'inviter Moréas et ses compagnons, était-il parler tout le temps, de sorte que Moréas l'a appelé une douleur dans le cul, alors que Wilde à son tour ironiquement se demandait si le poète avait jamais existé ou si elle était juste un mythe.[149] Wilde a également atteint 24 Février, 1891 Stéphane Mallarmé, qui n'a jamais apparu en public. Mallarmé était un ami de Whistler a écrit que médire de Wilde.[150]

Selon Wilde, quand Mallarmé a réussi à être incompréhensible, il était parfait, pourquoi il a dû écrire en français et non en anglais, une langue qu'ils comprennent bien.[151] Oscar n'a pas toujours été accueilli à l'amiable, comme passé avec le traducteur des œuvres de Wilde Marcel Schwob, qui l'a décrit comme un consommateur avide de cigarettes égyptien oppiate[152] et d 'absinthe.[153]

Oscar métaphoriquement comparé à un agresseur et de meurtrière femmes innocentes.[154]

La rencontre avec André Gide
Oscar Wilde
André Gide en 1893

Les vingt-deux André Gide Wilde atteint 26 Novembre 1891, et depuis lors, les deux ont commencé à fréquenter une base quotidienne.

A une princesse dîner Olga Ouroussoff Gide a dit que Wilde a donné une lumière.[155] Entre les deux il n'y avait pas de relation amoureuse, même si par certains soupçonnaient.

Gide a comparé le caractère de Wilde Ménalque qui décrit une relation qui allait au-delà de l'amitié, mais ce n'était pas l'amour. Wilde pour sa part dit qu'il aimait Gide pas pour sa beauté, mais parce que, comme dans le mythe de la rivière dieu et Narcissus, chaque fois pourrait se voir reflété dans ses yeux.[156]

Retour à Londres

Oscar Wilde
Mars 1892, photo prise dans l'étude Alfred Ellis walery

Le 22 Décembre 1891 Wilde est retourné à Londres pour rencontrer son frère qui, dans l'intervalle, avait contracté un mariage à New York avec un riche de 55 ans (il était près de 20 ans de moins) que pour l'argent.[157] Willie puis réconcilié avec sa femme et retourna en Amérique où elle a parlé du mal de son frère, les deux ne parlaient pas encore.

Lors de la première Lady Windermere Oscar a eu l'idée que lui et quelques-uns de ses amis pour orner leur robe avec une carnation verte, comme une vaste appartenance à une société secrète, bien que, en réalité, la fleur ne signifiait rien, mais l'important était de le croire.[158]

Puis vint le drame Salomé,[159] Mais il était difficile d'être dans les salles. La déception suscitée a essayé de Wilde l'aggravation des conditions de santé. Les médecins l'ont forcé à renoncer à fumer, conseiller un régime fer.

maison de Wilde Blanche Roosevelt vous avez bien lu les mains par un conteur célèbre fortune du temps, (par exemple cheiro), Qui, ne sachant pas qui ils étaient, il a dit que les mains de Wilde étaient comme ceux d'un roi, et que sa main droite a révélé que, à quarante ans, il serait tombé sur le monde et il serait exilé. Il a toujours été superstitieux, il suffit d'écouter ces mots ont quitté la maison sans dire un mot.[160]

La relation avec Alfred Douglas

(FR)

« Je peux résister à tout sauf à la tentation. »

(IT)

« Je peux résister à tout sauf à la tentation. »

(Oscar Wilde Eventail de Lady Windermere, Traduction de Alberto Rossatti[161])

L'histoire de la relation avec Wilde Alfred Douglas Elle diffère selon la personne qui dit: ils ont prétendu avoir été harcelé par le tribunal de Wilde qui a dit que l'initiative avait été l'ensemble d'Alfred.

Douglas 1892 Il a montré à la maison des Oscars de l'aide parce qu'il était victime de chantage. Oscar, grâce à son avocat George Lewis, Il a tout résolu.[162] Les deux ont commencé dans les fréquentations et l'amour, Oscar a rencontré la mère d'Alfred, Lady Bracknell, et fait de lui un personnage L'importance d'être constant.

En Novembre 1892 Wilde vit que Alfred, le jeune Domitien comme il l'appelait,[163] Il dépense beaucoup d'argent sans hésitation qui a gardé feignant comme pour l'humilier.[164] Douglas Wilde a fait connaître au monde de la prostitution des jeunes. À l'automne de 1892 entre les deux il y avait presque une compétition pour atteindre ces gars-là.

Wilde a ainsi pu avoir des relations avec Alfred Taylor (fils d'un industriel), Sidney Mavor (futur prêtre), Maurice Schwabe et Freddy Atkins avec qui il était comme « festoyer avec panthers »[165], Edward Shelley pour un court laps de temps,[166] et Alfred Wood, dix-sept ans, qui victime de chantage l'obtention de 30 livres.

Décadence et amis inquiets

Depuis 1893 Wilde a préféré rester à l'hôtel de se réunir librement et secrètement les jeunes dont plus les faveurs, de peur qu'il ne reçut, a cherché le climat d'ambiguïté et disorderliness. Pour sa part, Douglas ne souhaitait pas se cacher, depuis l'entrée principale, voulait tout le monde sache qu'il était Oscar favori du garçon.[167]

En mai 1893 Wilde est allé à Oxford pour rencontrer Alfred et l'été de cette année, les deux sont restés dans une maison Goring-on-Thames, où il a rencontré Oscar Theodore Wratislaw et le Biondo Cyril.[168]

Beaucoup regrettaient la situation dans laquelle il a été conduit Wilde qui a ouvertement violé "Loi modifiant le droit pénal« 1885 (section 1, 1), modification qu'il puni jusqu'à un maximum de deux ans d'emprisonnement les hommes qui pratiquent des actes sexuels entre eux.[169]

Max Beerbohm a écrit à Ross comme il a vu l'âme d'Oscar maintenant perdu.[170] Même John Gray, Oscar favori avant Douglas, se sentait maintenant abandonné.[171]

l'ami Pierre Louys Wilde est allé voir l'hôtel avec Constance qui a plaidé pour les larmes aux yeux de son mari rentre à la maison.[172] Wilde a répondu aux questions de Pierre en disant qu'il avait en fait marié trois fois dans la vie, l'une avec une femme et deux autres hommes.[173]

Les arguments, l'enlèvement et l'aide à l'autre

Oscar Wilde
Oscar Wilde et Lord Alfred Douglas au moment de leur relation. Image tirée du livre "Wilde" Jonathan Fryer, p. 85
icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Esthète Oscar Wilde socialiste.

Durant cette période, il y avait le cas de Philip Danney, un fils de seize ans d'un colonel qui il était dans la maison de Robert Ross, qui a écrit la disponibilité Douglas Boy le samedi est allé au lit avec Douglas, Wilde dimanche et le lundi avec une fille dans les dépenses Douglas. Quand le jeune homme est ensuite retourné à l'école injustifiée, il a été découvert la chose.[174]

Aussitôt le père est allé à la police, mais sous les conseils d'un avocat et compte tenu de la réticence de l'enfant à nommer Wilde était convaincu qu'il était préférable de laisser seul, puisque son fils risquait la prison.[175] Ross a alors choisi d'aller Davos pour échapper à la scandale que la famille ne lui pardonnera pas.[176]

Après un combat furieux contre Oscar, Douglas, comme le suggère sa mère, il est parti pour la Caire,[177] tandis que Wilde a caché à Paris (il a aussi donné une fausse adresse pour la sécurité), retrouver une certaine sérénité et aller applaudir Paul Verlaine récemment libéré de prison.[178]

en 1894 Wilde est allé rendre visite à sa mère, aujourd'hui âgée, qui voudrait que Oscar est riappacificasse avec son frère.[179] Dans cette période, il a écrit Wilde Tragédie Florentine et Le Saint Courtisane travaux restés inachevés, et « Le cardinal d'Avignon »; Il a réussi à terminer Un mari idéal.

Un autre travail important à mentionner est Le Fantôme de Canterville (Le Fantôme de Canterville), Publié en Février 1887, dont le protagoniste est une famille américaine qui a déménagé en Angleterre, où il pactise avec l'esprit d'un homme méchant qui hante leur nouvelle maison; le fantôme serait leur faire peur à tout prix, mais il ne peut pas. Le retour de Douglas terminé son désir d'écrire.

En ces temps, il avait aussi trouvé la disponibilité du voisin d'antan qui a aidé la mère de Nelly Sickert, la veuve d'un homme qui avait refusé à plusieurs reprises de rencontrer avec lui, auquel il ne retrouver le sourire.[180]

Les tests ont laissé une lettre dans laquelle un Wilde anonyme a remercié pour sauver sa maison;[181] Edgar Saltus Il a dit qu'il a été approché par un homme à moitié nu, auquel Wilde a donné son manteau.[182]

Gertrude Pearce, l'instructeur du fils de Wilde Vyvyan[183] Il raconte les mille façons dont Wilde était l'aide.

les processus

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: La procédure judiciaire contre Oscar Wilde.

Les événements sensationnels qui ont marqué sa vie et qui l'ont vu comme un personnage scandaleux, aux compatriotes bien-pensants publics, les processus riguardarono que Wilde a dû souffrir à cause de son homosexualité. Il a été jugé et condamné à deux ans de prison et de travaux forcés.

l'emprisonnement

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: De Profundis (Oscar Wilde).

Condamné strictement à la peine maximale, Wilde, dans l'uniforme de prisonnier, il a été transféré à la prison de Holloway et Pentonville là où il devrait servir au moins trois mois de la peine avant d'être autorisé tout contact avec l'extérieur.

Il a travaillé 6 heures par jour à une roue de moulin. Il dormait sans matelas, connaissait la faim, l'insomnie et les maladies (diarrhée). Les mêmes gardes, tout en affirmant que le prisonnier était en parfaite santé, ils se sentaient de voir les conditions du prisonnier qui avait perdu du poids de 10 livres.[184]

Il était célèbre dans la littérature anglaise de Profundis, une longue lettre que Oscar Wilde a écrit en prison le 29 Avril en 1895, après avoir été éprouvé, à son amant Alfred Douglas.

les visites

Richard Burdon Haldane Il a été membre de la commission d'enquête sur les prisons qu'il visitait Wilde 12 Juin, 1895.[185] A cette occasion, Oscar a demandé et obtenu par Haldane 15 livres à lire.[186]

Le 4 Juillet, Oscar a été transféré à Wandsworth, où il est venu lui rendre visite le frère de Constance, Otho Holland, l'avertissant que Constance pensait de procéder à la cause de divorce contre lui[187] et que s'il ne voulait pas perdre la famille a dû faire quelque chose. Wilde était convaincu d'accorder le divorce, à condition que sa femme est allée vivre en Amérique.[188]

Le 26 Août Oscar a été visité par Robert Sherard, que bien qu'il ait eu la permission d'amener une personne avec eux, il ne pouvait pas trouver quelqu'un qui l'accompagnerait. Ils étaient sur le point d'être rendus publics, de Douglas, d'autres lettres compromettantes. Sherard a été chargé par Oscar de l'arrêter, mais Douglas a menacé de le tuer.[189]

21 Septembre, 1895 Constance Wilde rencontre que même s'il avait changé son nom en Hollande, il a promis qu'il se serait attendu à la sortie de prison.[190] Que ce soit à Londres (par Plus Adey) et Paris, avec peu de succès ont été signés des pétitions appelant à une réduction de la peine pour Wilde. Émile Zola, Victorien Sardou et Jules Renard Ils ont refusé de se joindre.[191]

Pendant les premiers jours de captivité Wilde il est tombé et blessé tout 'oreille Droit, pourquoi il a été hospitalisé deux mois à l'hôpital de la prison où il était se moquait des gardes.[192] Le 21 Novembre, il a été transféré à Reading Gaol,[193] où, parmi les souffrances habituelles, elle a eu l'occasion de rencontrer l'amitié.

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Oscar Wilde à Reading Gaol.

Encore une fois gratuit

Il est sorti le 19 mai 1897, la gestion pour éviter les journalistes, accompagnés par Adey et Stewart Headlam, il est allé à leur domicile dans une voiture. Il a décidé de demander l'asile pendant des mois de jésuites Farm Street qui a refusé de le recevoir.[194] Il embarqua pour Dieppe où Reggie Turner et Ross attendaient pour lui.

Wilde, alors en correspondance avec Douglas, écrit à sa femme, encore lui légalement marié, mais de concilier Constance se ferme.[195]

D'autres, comme Fritz von Thaulow, étaient heureux de passer du temps avec lui. Le marquis de Queensberry ne se sentait pas à l'aise et il a été découvert que Wilde étant occulté parti de la ville regardé Berneval où beaucoup lui ont visité: Lugné-Poë, Ernest Dowson, Charles Conder, Dalthousie Young, André Gide, Charles Wyndham, Fernand et Xau Leonard Smithers.

A Naples

Oscar Wilde
Wilde avec Douglas à Naples en 1897, quelques mois après.

Nous avons rencontré à nouveau « Bosie » (Alfred Douglas) est allé avec lui Naples rester à Villa del Giudice (Via Posillipo 37)[196]. il a vu Eleonora Duse et il a envoyé une copie de la Salomé que l'actrice a reçu avec plaisir[197]. L'arrivée à Naples Wilde était une sensation, au point que Matilde Serao Il a écrit sur le Matin[198].

Constance a entendu parler de la relation renouvelée avec Douglas et Wilde lui écrit pour le convaincre de quitter enfin son amant, mais Oscar a répondu qu'il était à cause de lui s'il avait pris en charge la norme de vie passé.[199] Lady Constance et Douglas ensuite utilisé l'argent du chantage à la fois comme Douglas Wilde avait aucun revenu, sauf ce qu'ils ont reçu des deux femmes. Les deux ont donc été contraints d'abord vivre dans deux maisons séparées, puis laisser en permanence.[200]

Wilde pour qu'il puisse obtenir 200 livres de sa femme, qui a continué à l'aimer.[201]

pauvreté

Impossible de continuer à écrire et toujours à court d'argent, Wilde a approché tout le monde parlait anglais chaparder à manger.[202]

Églises de l'argent à son traducteur Henry Davray et pour l'obtenir, il lui a offert un exemplaire dédicacé de La duchesse de Malfi Webster.[203] Frédéric Boutet le vit en Juillet 1899 à la pluie dans un bar qui était sur le point de fermer, mais Oscar ne est pas allé parce qu'elle avait pas d'argent pour payer la facture.[204]

Même quand il est revenu à assister à l'argent Douglas lui a échoué: une fois pris la moitié du public se demandant si quelqu'un pouvait payer le billet. Ceux-ci ont refusé de l'aider et a été obligé de descendre et prendre un taxi, bien sûr que Alfred payerait la course.[205]

Il est venu presque cambrioler une chanteur lyrique, Nellie Melba. Il a approché son chancelant, il a dit: « Oscar Wilde et je suis sur le point de faire une chose terrible. Je vais demander de l'argent, « la femme dans la panique lui a donné tout ce que je devais.[206]

une autre fois Ellen Terry a vu faim devant une boulangerie, en regardant la faim, il sentait mordre ses mains.[207] réduction sans dents avant et sans prothèses dentaires, il a été reconnu par quelques uns de ses vieux amis, y compris Bodley et Emma Calvé,[208] à qui il a dit qu'il avait réduit de cette façon pour le rejet d'un monastère où il y a longtemps cherché asile.

la fin

Oscar Wilde
Wilde à Rome, photographié sur la Piazza San Pietro (1898)
Oscar Wilde
Détail de « baisers » imprimé sur la tombe d'Oscar Wilde.

Après avoir déménagé à Paris, il a terminé The Ballad of Reading Gaol. Le travail vient d'être publié a été un succès, Wilde a envoyé de nombreuses copies dédicacées à ses connaissances: J'ai aussi reçu une femme, mais pas de dévouement; la femme le trouva écrit merveilleux.[209] Constance morì à Gênes, à 40 ans, le 7 Avril, 1898, après une double opération chirurgicale, avant l'arrière, puis un fibrome utérin. Le chirurgien Luigi Maria Bossi a attribué la mort à des complications de la chirurgie qui avaient causé 'occlusion intestinale. Selon des études récentes, menées par le grand-petit-fils de Wilde et Constance, Merlin Holland, la femme souffrait de la sclérose en plaques, véritable cause de la complication qui a conduit à sa mort prématurée.[210] Sur la tombe de Cimetière Monumental de Staglieno Il a été apposé épitaphe « épouse d'Oscar Wilde », en anglais.

On dit que Wilde avait rêvé la veille de la mort, en disant « Allez-vous, laissez-moi tranquille. »[211] En mai 1898, des causes inconnues, Wilde a été opéré à gorge.

Dans les deux ans Beardsley également 16 Mars est mort, 1898 (il avait vingt ans), Dowson 23 Février 1900 et son frère Willie, le 13 Mars 1899. Après la mort de Beardsley, il a atteint son ami Frank en Décembre 1898 et a résidé à l'Hôtel des Bains, près de La Napoule Cannes. A cette occasion, parler à son ami, a déclaré que, alors qu'il se vantait d'avoir connu Balfour, Balfour se vantait d'avoir connu Wilde.[212]

Elle arrêta les voyages Gênes dans le cimetière de Staglieno où ils ont été enterrés au pied de la colline reste Constance,[213] que plus tard, il a reçu un écrit et rappeler ceux qui avaient été sa femme. Pendant une courte période est allé vivre par Mellor à Gland Suisse, mais fatigué d'être rejeté toute demande de prêt a décidé de nouveau commencer presque immédiatement: d'abord allé à Santa Margherita où Ross l'a sauvé des dettes qu'il avait contractées, le Marsollier d'hôtel à Paris, où il était obligé de ne pas consommer alcool pendant 6 mois.

Parmi les nombreux voyages qu'il a rencontré à nouveau en Fontainebleau le scientifique Peter Chalmers Mitchell qu'il lui a fait une invitation à dîner, qui a refusé Wilde pour lui de ne pas faire une mauvaise impression, car il savait qu'il était pas le bienvenu.[214] Il est retourné en Italie où il a eu la bénédiction de Papa Leone XIII six fois dans un court laps de temps et dit que grâce à ce que lui a été guéri éruption.

Au cours des dernières années de la vie Wilde a montré une importante repensant ses choix de vie sexuelle et déjà dans le célèbre « De Profundis », une longue lettre à l'ancien amant Alfred Douglas, écrivait: « Seulement dans la boue que nous avons rencontré, » elle raillé, et un aveu autocritique: « mais surtout je fais des reproches à la dépravation éthique complète à laquelle vous laisser me traîner »[215]. Trois semaines avant sa mort, dit un correspondant du « Daily Chronicle »: « Une grande partie de ma perversion morale est due au fait que mon père ne m'a pas permis de devenir catholique. L'aspect artistique de l'Eglise et le parfum de ses enseignements me aurait guéri de ma dégénérescence. Je vais être accueilli le plus tôt possible "[216].

A cette même époque, il a rencontré John Gray. Harris a écrit Wilde au lieu de son travail M. et Mme Daventry, dont le produit a payé les dettes de Oscar.

Le 31 Janvier, 1900 Queensberry est décédé en laissant 20 000 £ à Alfred, qui a même pas un sou à Wilde.[217] Dans ces jours Wilde ont assisté à diverses cafés littéraires, où elle a rencontré Anna de Brémont à laquelle il a dit:

(FR)

« Quand je l'ai écrit que je ne connaissais pas la vie; Que je ne sais maintenant le sens de la vie, je n'ai plus à écrire. La vie ne peut pas être écrit; La vie ne peut être vécue "

(IT)

«J'ai écrit quand je ne savais pas la vie. Maintenant que je connais le sens de la vie, je n'ai rien à écrire. La vie ne peut pas être écrite: la vie ne peut être vécue "

(Oscar Wilde en réponse à la demande de Anna de Brémont[218]. Trad. Alberto Rossatti[219])

malade de neurasthénie ou empoisonnement de moules, selon la même Wilde, il a souffert d'une sévère démangeaisons et avait sans cesse de gratter les différents endroits sur le corps. Le médecin, qui, selon Ross bientôt dans le diagnostic correct, lui a rendu visite 68 fois.[220]

Il a été confiné au lit depuis Septembre 1900 et a été opéré pour une paracentèse la tympans (Ou peut-être pour le retrait de polypes)[221] A midi le 29 Octobre est sorti du lit, il marchait après le déjeuner avec Ross et bu au bar de 'absinthe.[222]

Le lendemain a empiré pour 'otites probablement en raison de syphilis tertiaire, une maladie qui avait eu lieu plusieurs années auparavant.[223] morphine, opium et chloral Les produits ont été donnés pour soulager la douleur, mais boire champagne tous les jours. La vieille oreille droite suppuration pire; l novembre 'inflammation il est venu cerveau provoquant une méningo. Selon certaines études, la cause réelle de la maladie Wilde n'a pas été la syphilis, mais un simple otite, dégénéré en une infection plus grave en raison des soins inappropriés.[224]

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Oscar Wilde et religion.

Wilde, qui ne pouvait plus parler, soulevant deux fois sa main, en réponse a clairement indiqué à Ross qu'il voulait voir un prêtre pour convertir[225]. Robert Ross a apporté avec lui le révérend catholique irlandais Cuthbert Dunne. Ne pas être capable de parler Wilde, Ross lui a demandé s'il voulait voir le prêtre et lui a dit de lever la main pour répondre affirmativement. Wilde levée. Le prêtre lui a demandé, de la même manière s'il voulait convertir, et Wilde à nouveau levé la main. Alors Père Dunne, il lui a donné la baptême Sous condition, il l'a acquitté de ses péchés et lui a donné le 'extrême onction[226]. Alors, il a gardé la foi avec son discours habituel dans lequel il a déclaré: « Le catholicisme est la seule religion dans laquelle il vaut la peine de mourir »[216].

Le lendemain, le 30 Novembre, sur la rue des Beaux-Arts 13, à l'âge de 46 ans, après avoir vomi du sang, Oscar Wilde est mort à 14h00.[227] « Pendant ce temps est venu la mort du sérum à chaque port. »[228]

Les funérailles

(FR)

« Et les larmes étrangères rempliront pour lui
Pitié de l'urne longue brisée,
Pour ses personnes en deuil seront des hommes paria,
Et toujours des parias dans le deuil "

(IT)

« Les larmes remplissent inconnu
l'urne de la Pitié pour lui. volonté
les gémissements des hommes exilés,
pour les exilés là juste pleurer. »

(épitaphe de tombe Oscar Wilde, tiré de The Ballad of Reading Gaol Trad.: Ettore Capriolo[229])
Oscar Wilde
Tombeau de Oscar Wilde et Robert Ross

DUPOIRIER soignait les corps, Dunne a rempli le cercueil avec des icônes catholiques et Gilbert a fait une photo avec flash. Quatre voitures ont suivi le corbillard. Wilde a dit à André Gide:

« Vous voulez savoir quel était le grand drame de ma vie? Ce que je mets mon génie dans ma vie; tout ce que je mets dans mon travail est mon talent. »

Ce qui restait de Wilde, il a été enterré dans le cimetière de Bagneaux. Dans le cimetière de Bagneaux, sur sa tombe, des amis, en dépit de tout ce qui était resté fidèle même très difficile ces dernières années, avait construit un monument modeste sur lequel ils avaient eu un impact l'expression (du livre emploi): « Rien osé ajouter mes paroles, et les ruisselant goutte à goutte mon discours. »

à partir de 1909 ses restes reposent dans le cimetière de Père Lachaise, sous un monument imposant par costruitogli Jacob Epstein, représentant un sphinx, et l'épitaphe de Ballad of Reading Gaol. Le transport a eu lieu par Mme Carew, mère de Sir Coleridge Kennard.

Ross mort, ses cendres ont été enterrés dans la même tombe Wilde. Au fil des ans, un grand nombre d'admirateurs Oscar Wilde ont eu lieu devant ce monument, en laissant comme trace de leur passage, les marques de baisers.

la critique littéraire

« La beauté est la seule chose que la force du temps ne peut pas nuire. Philosophies tombent comme du sable, se succèdent les croyances, mais ce qui est beau est une joie pour toutes les saisons et une possession pour toute l'éternité.[230] »

« Une fois que vous mettez la roue vous mettre maintenant sur la presse.[231] »

Tous ont parlé d'Oscar Wilde et son écriture, même ceux qui candidement admis ne sachant presque rien de l'auteur,[232] l ' "artiste martyr" tel que défini par Hugues Rebell;[233] cette période, renforcée en ajoutant la définition d'un martyr même ceux héros et mentor, dans un paragraphe qu'aucun accident est appelé « culte Oscar »[234] Il veut mettre en évidence la simplicité du langage et la facilité de compréhension de son travail en dehors de son pays d'origine, comme l'a souligné Jorge Luis Borges.[235] Dans ses écrits critiques Karl Beckson a remarqué que, peu importe ce que le sujet était visible, de prouver sa capacité à prévoir le moment, postmodernisme,[236] mais son habileté plutôt que la poésie a été exprimée avec la prose, en raison de ses phrases expressives et de l'imagination qui sont nés des mots, comme il l'avait dit dans Osbert Burdett 1925.[237] Mario Praz le compare à plusieurs reprises Byron, en admettant que les deux ont donné une grande importance à l'art que de tenir leur vie sont devenus, faisant remarquer que même leurs œuvres les moins réussies étaient en fait un impact identique, plus que ce que vous pourriez penser, grâce à leur personnalité[238] et Wilde, le plus grand représentant de l'esthétisme, ayant peu à offrir pour contrer la supériorité de Byron, pourrait apporter à la table que sa capacité à converser avec brio, en réussissant à arracher un sourire.[239]

Arthur Nethercot a parlé de la coexistence d'un Wilde et un anti-Wilde dans son exposé se trouve aussi parler dandy, celui qui voulait être connu à tout prix, celui qui a proclamé l'esthétisme était l'autre partie connue par quelques-uns: une personne normale, sentimentale et pénitent.[240] Ce paradoxe a été mis en évidence par de nombreux auteurs, définissant comme le pécheur qui est saint, le clown qui a vu la tragédie de la réalité.[241] Après tout, il reconnaît lui-même que des concepts comme les larmes de joie étaient pour lui l'effet dramatique de la nature, qui aimait à extérioriser ses œuvres.[242] Après tout, comme d'autres auteurs ont noté, Wilde avait deux routes qui ont fonctionné à la fois: la voie cynisme qu'il a évolué dans 'ironie, que l'on retrouve dans ses pièces de théâtre et comédies, et l'esprit idéaliste qui se reflète dans les dialogues imaginaires créés par lui, que l'on trouve dans ses romans et la prose, la même prose qui séduit le spectateur.[243]

A William Butler Yeats, qui le connaissait bien, il ressemblait à un auteur inachevé, définissant comme « presque le gagnant du Graal, »[244] tandis que Walter Pater Il a dit que en lisant ses écrits pensent plus d'un grand bavard qu'autre chose.[245] Selon Renaud astuces non pour répondre à pas, Wilde a obtenu ses meilleurs résultats avec facilité.[246]

La culture de masse

Le nom propagation Oscar Wilde, à la frontière de l'impression, même au moment du voyage en Amérique: ils ont été créés pour valse avec les titres de « Forget-me » Wilde, le « Jeune homme ballants » et « Cher Oscar ». En plus de nombreux caricatures sur le papier, l 'humoriste Eugene Field Il est arrivé à prendre, déguisé, sa ressemblance. Il y avait aussi un version piratée de son premier opéra[247]. Sur Wilde nous a organisé des conférences internationales après presque cent ans après sa mort[248] et son nom a été appelé veine Argent ( "Oscar").

Il y a aussi agences touristiques dans lequel les programmes sont offerts en tant que destinations de voyage les lieux les plus distingués de la vie de Wilde Londres.[249]

Ses phrases sont vus partout, imprimés sur T-shirt qui ont marqué les tasses café, ce qui rend plus populaire qu'il avait été 'époque victorienne[250].

En 2008, Oscar Wilde, a été intitulé "Prix ​​littéraire européen de la concurrence Wilde« Chaque année qui revient, parrainé par l'Observatoire MEP, Ministère de la jeunesse et de la Présidence de la République italienne.

Des années après sa mort, Reggie Turner a écrit à Robert Sherard indiquant que, selon lui, n'aurait écrit un livre qui pourrait être considéré comme satisfaisant à tenir un personnage aussi grand que Oscar Wilde.[251]

Sur lui, ils ont écrit prix Nobel, et une biographie, écrite par Richard Ellmann, Il a reçu une Prix ​​Pulitzer.

travaux

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Les œuvres d'Oscar Wilde.
Type de conte[252] titre italien titre original année
poésie Ravenne Ravenne 1878
poésie poèmes poèmes 1881
poésie le sphynx le Sphinx 1894
poésie The Ballad of Reading Gaol The Ballad of Reading Gaol 1898
romans Le Portrait de Dorian Gray Le Portrait de Dorian Gray 1891
Essais intentions Les intentions 1891
Essais L'âme de l'homme sous le socialisme L'âme de l'homme sous le socialisme 1891
Essais Impressions d'Amérique Impressions personnelles de l'Amérique
théâtre Vera, ou les nihilistes Vera, ou les nihilistes 1880
théâtre La duchesse de Padoue La duchesse de Padoue 1883
théâtre Salomé Salomé 1893
théâtre Eventail de Lady Windermere Eventail de Lady Windermere 1892
théâtre Une femme sans importance Une femme sans importance 1893
théâtre Un mari idéal Un mari idéal 1895
théâtre L'importance d'être constant L'importance d'être constant 1895
théâtre La courtisane sainte ou la femme couverte de bijoux La Sainte Courtisane ou la femme couverte de bijoux 1908
théâtre Une tragédie florentine Une tragédie florentine 1908
prose Le Fantôme de Canterville Le Fantôme de Canterville 1887
prose Le Prince heureux et autres contes Le Prince heureux et autres contes 1888
prose Le crime de Lord Arthur Savile Crime de Lord Arthur Savile 1891
prose La Chambre des Grenades Une maison de Grenades 1891
prose Le portrait de M. W.H. Le portrait de M. WH 1889
courrier de profundis de profundis 1905
courrier Les lettres d'Oscar Wilde Les lettres d'Oscar Wilde 2000
La poésie en prose Poèmes en prose Poèmes en prose 1894
  • Teleny (Teleny ou le revers de la médaille, roman Paris, 1893) attribué à Wilde, même si le travail de son trait distinctif ne se trouve pas.[253]
  • des Grieux (1899): roman thème homosexuel, jamais mis à la disposition du public, sera publié par l'Université de la Colombie-Britannique chercheur de Justin O'Hearn. Il existe en seulement 3 exemplaires[254].

aphorismes

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Le style narratif d'Oscar Wilde.
Oscar Wilde
Une maison grenadier (titre)

Wilde n'a jamais publié une collection de aphorismesQui parle alors il les extrapole à partir du corps de travail. Et pourtant, les aphorismes sont l'essence même de son mode de vie, la pensée et l'écriture. Dans la vie, l'idée de créer cette collection est venu quand, peu de temps avant sa visite en France, en 1897, quand il était encore en prison à Reading, mais ce projet n'a jamais suivi une réalisation.[255] L'idée d'une collection de ce genre a été partagé par d'autres, en fait, il est apparu un peu déjà avant le procès: Phrases et Philosophies pour l'usage des jeunes[256] et la préface du roman Le Portrait de Dorian Gray (En date du 1891), composé entièrement de ses aphorismes.[257] Ross a publié pour sostentarlo économique après la prison, la collecte Aphorismes de Sebastian Melmoth.

Beaucoup ont osé exprimer une vérité avec un aphorisme, mais personne n'a jamais se révélera tout aussi habile.[258]

Film d'Oscar Wilde

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Filmographie de Oscar Wilde.
Oscar Wilde
illustration par Le Fantôme de Canterville

Au fil des ans la figure Oscar Wilde est apparu nombre incalculable de fois sur étape de TV, la cinéma et théâtre, tandis que les œuvres qu'il a créées ont été largement utilisés directement ou indirectement. de tous Le Portrait de Dorian Gray il savait, dès 1910,[259] et plus 1945,[260] où il a été nominé pour trois prix Oscar Awards[261] grâce à l'interprétation de Angela Lansbury, donner des idées à de nombreux directeurs et les producteurs de télévision. En 2009, il a été projeté dans les salles de thriller psychologique Dorian Gray réalisé par Oliver Parker et mettant en vedette Ben Barnes.

Théâtre sur Oscar Wilde

Au fil des années, les interprétations théâtre des histoires de Wilde sont innombrables; vous êtes parmi les plus célèbres: Diversions et délices, L'invention de l'amour, - Les actes impudiques trois processus Oscar Wilde et Le baiser de Judas.[262]. parmi les acteurs qu'au fil du temps, ils ont joué le rôle que vous étiez entre autres: Vincent Price, Simon Callow, Liam Neeson, Rupert Everett et Romolo Valli.

notes

  1. ^ Dans d'autres sources "O'Flaherty" (par exemple: Robert Harborough Sherard, La vie d'Oscar Wilde, Brentano, 1911)
  2. ^ « Le public bourgeois aime avoir le sentiment qu'il fera appel à son intelligence », comme il l'écrit Masolino D'Amico en Masolino d'Amico, Dix siècles de théâtre britannique, Milan, Mondadori, 1981, p. 327.
  3. ^ en Dictionnaire grande utilisation, réalisé par De Mauro Tullio, turin, UTET, 2000 Dictionnaire, « d'exprimer des paradoxes' se réfère à » Les paradoxes Wilde O. "
  4. ^ Oscar Wilde, article James Joyce publié dans le « Piccolo de Trieste soir » le 24 Mars 1909 et écrit en italien par l'auteur. L'article rapporté Oscar Wilde, Le Portrait de Dorian Gray, Roma, Newton Compton, 1993, p. 9.
  5. ^ Neil Bartlett, Qui était cet homme? Un cadeau pour M. Oscar Wilde, Londres, la queue de serpent, 1988, p. 41.
  6. ^ Barbara Belford, Oscar Wilde: A Certain Genius, Random House, 2000, p. XII, ISBN 978-0-679-45734-3.
  7. ^ de tous L'importance d'être constant, qui a été défini par W.H. Auden comme « le seul opéra purement verbal en anglais » (Dans son essai « Une vie Improbable » sur New Yorker 9 mars 1963)
  8. ^ Greta Jones, Elizabeth Malcolm, La médecine, la maladie et l'Etat en Irlande, 1650-1940, New York, Cork University Press, 1999, p. 88 ISBN 978-1-85918-230-7.
  9. ^ De son « enregistrement de Wilde » elle est encore parlée aujourd'hui a publié deux études: l'épidémie de ophtalmie en 1851 et la chirurgie auditive en 1853 Diamant H, Hultcrantz M., Histoire de Otite, en Nord Medicinhist ARSB., 1996.
  10. ^ Superstitions irlandais populaires, 1852, ouvrage consacré à sa femme.
  11. ^ A partir d'une correspondance avec des collègues de son mari qui est l'épouse de Sir Wilde a cru que la jeune fille était folle. (Voir: les lettres de Lady Wilde à Mme Olivecrona 1 Janvier et 23 Mars 1865)
  12. ^ Richard Ellmann, Oscar Wilde, Milan, Mondadori, 2001, p. 122-123, ISBN 88-04-47897-7. Traduction de Ettore Capriolo
  13. ^ Masolino d'Amico nous rappelle comment sa fameuse descente italienne (spécifiquement toscane) a été simulé réalité est descendu d'humbles travailleurs britanniques, comme écrit dans Oscar Wilde, Works Wilde, édité par Masolino D'Amico, Milan, Mondadori, 2004, p. XII, ISBN 88-04-47906-X.
  14. ^ Richard Ellmann, Oscar Wilde, Londres, Hamish Hamilton, 1987, p. 16
  15. ^ Comme il l'a fait pendant le procès Old Bailey, au cours de laquelle elle a prétendu avoir trente-neuf ans quand il avait quarante. (Voir: Jonathan Fryer, Wilde, Haus Publishing, 2005, p. 97, ISBN 978-1-904341-11-6.). La poursuite de ce magistrat occasion a été évacué sur cette contradiction en montrant comme preuve un certificat de naissance et de soutenir le manque de fiabilité de son témoignage. (Voir: Richard Ellmann, Oscar Wilde, Rocca San Casciano, Mondadori, 2001, p. 421, ISBN 88-04-47897-7. Traduction de Ettore Capriolo)
  16. ^ Oscar Wilde, Ces et Aphorismes, cinquième édition, Milan, BUR, 2004, p. 218 ISBN 978-88-386-3917-3. Traduction de Alberto Rossatti
  17. ^ A Dublin Il se souvenait des compétences dialectique de Sir William qu'une fois il a été contrecarrée par un autre bavard intelligent comme il est, et à cette occasion, Sir William ne pas donner gagné semblant d'être fort ronflement endormi. (De Lady Wilde, Lettres 1852, 22 novembre 1854.)
  18. ^ Terence De Vere White, Les parents d'Oscar Wilde, Londres, 1967, p. 210-211.
  19. ^ Richard Ellmann, Oscar Wilde, Rocca San Casciano, Mondadori, 2001, p. 24, ISBN 88-04-47897-7. Traduction de Ettore Capriolo
  20. ^ Sherard, La vie d'Oscar Wilde, Londres, pp. 5-6.
  21. ^ Arthur Ransome, Oscar Wilde: une étude critique, M. Secker, 1912, p. 29.
  22. ^ Joyce Bentley, L'importance d'être Constance, Londres, 1983, p. 32.
  23. ^ « Les noms sont tout » (les noms sont tous) lit le portrait de Dorian Gray, p. 231. La mère pensait que la taille du nom décrit avec précision Barbara Belford, Oscar Wilde: A Certain Genius, Random House, 2000, pp. 3-4, ISBN 978-0-679-45734-3.
  24. ^ Douglas Sladen, Vingt années de ma vie, Londres, 1915, p. 109.
  25. ^ Christopher John Murray, Encyclopédie de l'époque romantique, 1760-1850, New York, Taylor Francis, 2004, p. 717, ISBN 978-1-57958-422-1.
  26. ^ Vincent O'Sullivan, Aspects de Wilde, Londres, 1936, p. 80.
  27. ^ « C33 » était son prisonnier première année comme écrit dans: André Gide, Les dernières années de Oscar Wilde, dandy déchus, Viterbo, Fiabesca, Mars 2008, p. 51, ISBN 978-88-6222-027-9. Traduction par Stefano Lanuzza
  28. ^ Oscar Wilde, Les lettres d'Oscar Wilde, édité par Rupert Hart-Davis, London, 1962, p. 720.
  29. ^ Coulson Kernahan, La bonne compagnie, 2e édition, Londres, 1917, p. 208.
  30. ^ Wilde est modifié pour voir l'article publié dans le journal « budget Pall Mall » par William Archer, article paru dans 10 Janvier, 1895
  31. ^ Frank Harris, Bernard Shaw, Oscar Wilde: y compris mes souvenirs d'Oscar Wilde, Michigan State University Press, 1959, p. 15.
  32. ^ Siobhán Marie Kilfeather, Dublin: Une histoire culturelle, Oxford University Press US, 2005, p. 82, ISBN 978-0-19-518201-9.
  33. ^ Stuart Mason, Bibliographie d'Oscar Wilde, Londres, 1914, p. 118.
  34. ^ Robert Sherard, Real Oscar Wilde, Londres, 1917, p. 163.
  35. ^ Pearson Haskett, La vie d'Oscar Wilde, Londres, 1946, pp. 20-21.
  36. ^ Cette information est due à Murroe Fitzgerald dans une lettre adressée au directeur du Irish Times, en date du 28 Août 1954. Il a dit que 1919 Il avait collaboré avec une action en justice pour indemnisation pour une femme qui a dit d'être leur fournisseur de soins dans la ville de Dungarvan.
  37. ^ Reginald Turner lettre à A.J.A. Symons, le 26 Août 1935, l'histoire avait été racontée par le même Wilde.
  38. ^ à b Oscar Wilde, Aphorismes. Humour anglais avec la signature de l'artiste, deuxième édition, Colognola ai Colli, Demetra Ltd., 1998, p. 5, ISBN 88-7122-433-7. Traduction de Bettina Della Casa
  39. ^ histoire
  40. ^ à b Oscar Wilde, aphorismes, 21e édition, Milan, Mondadori, 1998, p. 53 ISBN 88-04-47791-1. Traduction de Alex R. Falzon
  41. ^ Robert Sherard, le vrai Oscar Wilde,, Londres, 1946, p. 148.
  42. ^ Examen de Henri IV à Oxford « dramatique Revue 23 mai 1885 » Henry James, Personnes et lieux, 1883, p. 246
  43. ^ http://www.freemasons-freemasonry.com/beresiner8.html
  44. ^ Un nouveau livre de « Pall Mall Gazette » de M. Mahaffy du 9 Novembre 1887
  45. ^ Wilde avait confondu le temps pour deux tests différents. Il est venu se présenter à 13 quand il devrait déjà être présent dans la matinée. En ce qui concerne la peine qui a été imposée à Wilde, il y a deux versions différentes: soit vous avez fait copier le chapitre 27 des Actes, ou une traduction de l'épisode grec de la trahison de Jésus par Judas; dans les deux cas, lorsque le professeur lui a dit d'arrêter Oscar ne cessait de dire qu'il voulait savoir comment il mettrait fin à l'histoire racontée. Pour les deux versions de l'épisode: Douglas Ainslie, Adventures p. 93 par Aldo Camerino, Londres, Casini, 1922. et Douglas Sladen, Vingt années de ma vie, Londres, 1915, p. 110..
  46. ^ Lady lettre Wilde Wilde à l'automne 1876 (Clark)
  47. ^ Le 16 et 30 Novembre 1877. Wilde a confondu les deux phrases de penser à avoir à payer 3 livres en frais de justice pour la dette de 5. En fait, il était quelques shillings. Comme il est rapporté dans Oscar Wilde, Plus de lettres d'Oscar Wilde, Londres, 1985, p. 82 édité par Rupert Hart-Davis.
  48. ^ Oscar Wilde, Les lettres d'Oscar Wilde, Londres, 1962, p. 23, édité par Rupert Hart-Davis.
  49. ^ Oscar Wilde, Les lettres d'Oscar Wilde, édité par Rupert Hart-Davis, London, 1962, p. 39.
  50. ^ La plainte de Wilde pater, Volume dernier de M. PATER I, n. 12 « Le Président », Londres, le 22 Mars, 1890, p. 319-320.
  51. ^ Bodley dans un article sur "New Yor Times" le 20 Janvier 1882
  52. ^ D'après le journal du recteur de Lincoln College Mark Pattison 5 mai 1878; les autres descriptions que nous trouver Thomas Wright du biographe en 1907 Pater, où il raconte aussi ses attentions à un coiffeur. Lettre à Brasenose College, Oxford
  53. ^ Lettre de Robert Ross cité dans Eduard J. Bock, Oscar Wildes persönliche frühste literarische Beziehngen und zu Walter Pater, Bonn, "Cornhill Magazine" LXVI, 1913, p. 11.
  54. ^ William Rothenstein, Les hommes et les souvenirs, New York, Galerie, 1931, p. 139.
  55. ^ Thomas Wright, La vie de Walter Pater, Londres, galerie, 1907, 2 volumes, Volume II, p. 126.
  56. ^ Ils forment Robert Horton, une Autobiographie, 1917, p. 44.
  57. ^ Richard Ellmann, Oscar Wilde, Milan, Mondadori, 2001, p. 36, ISBN 88-04-47897-7. Traduction de Ettore Capriolo
  58. ^ Wilde avec les examinateurs de discuter du terme « Métaphysique » dans le texte, alors que selon lui aurait dû être écrit « métaphysique ». Pour cet événement est enregistré en présence de Lewis Farnell Lewis Farnell, Un Oxonian regarde en arrière, Londres, pp. 70-71.
  59. ^ Ethel Smyth, Impressions qui se sont poursuivies, Londres, 1919, 2 volumes, Volume I, pp. 115-117.
  60. ^ lettres à Archibald Henry Sayce, professeur de philologie par rapport à Oxford et A. H. Sayce date du 28 mai 1879 (Bodleian)
  61. ^ Frank Benson Wilde a dit qu'il était d'aucune aide, tandis que la version Wilde se trouve dans « NewYork Télégramme » du 13 Janvier, 1882
  62. ^ De « Athenaeum » du 4 Septembre 1880, pp. 301-302. la partie attribuée à Wilde commence l'article de M. Jebb avant de se terminer à Athènes.
  63. ^ Louise Jopling, Vingt années de ma vie, 1867-1887, Londres, 1925, p. 79.
  64. ^ Frank Benson, cet épisode, décrit la scène Frank Benson, Mes souvenirs, Londres, 1925, p. 138.
  65. ^ Mme Julia a dit Hawthorne a écrit dans "Harper 's Bazaar" 18 Juin, 1881
  66. ^ à b Claude Beddington, Tout ce que j'ai rencontré, Londres, 1929, p. 34.
  67. ^ Elizabeth Robins, Les deux côtés du rideau, Londres, 1940, p. 9.
  68. ^ Description détaillée du logement se trouve dans Laura Troubridge, La vie Parmi les Troubridges, édité par Jacqueline Hope Nicholson, Londres, 1966, p. 152.
  69. ^ Nigel Rees, Humphries L.Roger, Brewer Citations célèbres: Citations 5000 et les histoires derrière eux, Weidenfeld Nicolson, 2006, p. 491, ISBN 978-0-304-36799-3.
  70. ^ Oscar Wilde dans une revue publiée par le Irish Daily Nouvelles Saunders du 5 mai 1879
  71. ^ Ellen Terry, souvenirs, , édité par Edith Craig et Christopher Saint John, 1933, p. 231.
  72. ^ Oscar Wilde dans une revue de Whistler « Olivia » image du 30 mai 1885
  73. ^ Joseph Pennell, É.R., La vie de James McNeill Whistler, Londres, 1911, p. 724.
  74. ^ Le Trilby était un ouvrage écrit par le du Maurier Léonée Ormond, É.R., Georgedu du Maurier, Londres, 1969, p. 468-469.
  75. ^ échange de mots tirés de Hesketh Pearson, Gilbert Sa vie et Strife, Londres, 1957, p. 110.
  76. ^ Don C. Seitz, Histoires de Whistler, New York, 1913, p. 66-67.
  77. ^ M. Oscar Wilde à "The Bat" de M. Whistler du 29 Novembre, 1887
  78. ^ Oscar Wilde, travaux, , édité par Masolino D'Amico, Milan, Mondadori, 2004, p. 1654, ISBN 88-04-47906-X.
  79. ^ Tel que rapporté par Mme Julia Hawthorne dans « Harper 's Bazaar »
  80. ^ Oxford et Cambridge Journal de premier cycle du 17 Novembre, 1881
  81. ^ Le père de Frank est mort peu de temps après Miles et il a fini ses jours maison de fous Frank Harris, Sa vie et les aventures, Londres, 1947, p. 303.
  82. ^ Les contacts ont eu lieu grâce à colonel W.F. Morse. W. F. Morse, Conférences américaines dans les œuvres d'Oscar Wilde, , La lettre se trouve dans un volume connu sa vie (Il y a une liste des pages qu'il contient), Boston - New York, 1999.
  83. ^ "Tribune" du 10 Janvier 1883 et 4 Février 1883
  84. ^ Oscar Wilde, Ces et Aphorismes, 5ème édition, Milan, BUR, 2004, p. 34 ISBN 978-88-386-3917-3.
  85. ^ Louis Latourette, Dernières Oscar Wilde Avec heures, , "Nouvelles Littéraires", Décembre de 1928.
  86. ^ John Augustus, Chiaroscuro Fragments d'Autobiographie, , Première série, Décembre 1952, p. 433-434.
  87. ^ à b Robert Harborough Sherard a été l'un des plus grands biographes d'Oscar Wilde, a écrit plus tard trois livres: L'histoire d'une amitié malheureuse de 1902, La vie d'Oscar Wilde 1906 Real Oscar Wilde 1915, ainsi que d'autres petites collections.
  88. ^ Robert Sherard, lettres à A.J.A. Symons du 31 mai 1937 et 3 Juin 1937.
  89. ^ Robert Sherard, Oscar Wilde Histoire d'une amitié Malheureux, Londres, 1917, p. 72.
  90. ^ Louise Jopling, Vingt années de ma vie, 1867-1887, Londres, 1925, p. 80.
  91. ^ E. Terry, mémoires, p. 253.
  92. ^ Le « Le Monde » pour l'occasion avait écrit un petit poème, selon l'article du 23 mai 1883
  93. ^ Comment poinçon 31 Mars 1883
  94. ^ Description détaillée du « hebdomadaire du Père » 30 mai 1913
  95. ^ De coupure de journal dont il vient les nouvelles ne comprenait pas la date ou quel journal a été, en tout cas, les nouvelles sont également rapporté dans Richard Ellmann, Oscar Wilde, Milan, Mondadori, 2001, p. 275, ISBN 88-04-47897-7. Traduction de Ettore Capriolo
  96. ^ Merlin Holland, L'album Wilde, Londres, 1997, p. 112.
  97. ^ Constance Lloyd, Otho lettre Lloyd au 7 Juin, 1881
  98. ^ Oscar Wilde, Alvin Redman, L'esprit et l'humour d'Oscar Wilde, Londres, Courier Dover Publications, 1959, p. 123 ISBN 978-0-486-20602-8.
  99. ^ "La vérité", le 18 Juillet, 1883
  100. ^ "Herald" à de New York 12 Juillet, 1883
  101. ^ Kenneth Rose, personne supérieure, Cambridge, 1969, p. 72.
  102. ^ Constance Lloyd, pointez sur Otho Lloyd 26 Novembre, 1883
  103. ^ Parmi les différentes lettres à Lady Oscar Wilde adressée au 27 Novembre, 1883 a été signé en italien « La Mère ».
  104. ^ Il a été moqué du fait que, dans ses conférences ont toujours parlé de la « belle maison », maintenant, selon ses interlocuteurs ont eu l'occasion de montrer un. de Sir Johnston Forbes-Robertson, Un joueur sous trois REGINS, édition 1925, p. 110.
  105. ^ H. Montgomery Hyde, Oscar Wilde, Les essais d'Oscar Wilde, Courier Dover Publications, 1973, p. 45, ISBN 978-0-486-20216-7.
  106. ^ E. A. Brayley Hodgett, Moss D'un Rolling Stone, 1924, p. 130.
  107. ^ L.B. Walford, Souvenirs de Victoria, Londres, 1912, p. 147-153 et 230-233.
  108. ^ Jonathan Fryer, Wilde, Haus Publishing, 2005, p. 53 ISBN 978-1-904341-11-6.
  109. ^ "The Bat" du 30 Mars, 1886
  110. ^ Richard Ellmann, Oscar Wilde, Milan, Mondadori, 2001, p. 307-308, ISBN 88-04-47897-7. Traduction de Ettore Capriolo
  111. ^ Louise Jopling, Wilde, pp. 79-82.
  112. ^ Anne Clark Amor, Mme Oscar Wilde: Une femme d'une certaine importance, Sidgwick Jackson, 1988, p. 51, ISBN 0-283-99743-5.
  113. ^ Jonathan Hyde, Oscar Wilde, pp. 21-23.
  114. ^ Mikhail E. H, Oscar Wilde: Interviews et Recollections, Barnes Noble, 1979, p. XVI.
  115. ^ Une description plus détaillée dans la maison Charlotte Gere, Lesley Hoskins, Geffrye Museum, Wilde, Londres, Lund Humphries, p. 79-82, ISBN 978-0-85331-818-7. L'original est situé à l'Université du Michigan
  116. ^ Coulson Kernahan, La bonne compagnie, 2 édition, Londres, 1917, p. 217.
  117. ^ Anna Dunphy. De Brémont, Oscar Wilde et sa mère en mémoire, Londres, Everett, 1914, p. 89.
  118. ^ Frank Harris, Oscar Wilde et sa vie Confessions, Kessinger Publishing, 2005, pp. 337-338, ISBN 978-1-4179-0483-9.
  119. ^ Peter Raby, Le Compagnon de Cambridge à Oscar Wilde, Londres, Cambridge University Press, 1997, p. XX, ISBN 978-0-521-47987-5.
  120. ^ Oscar Wilde, Anya Clayworth, Le journalisme sélectionné, Oxford University Press, 2004, p. XXXVII, ISBN 978-0-19-280412-9.
  121. ^ Claude Beddington, Tout ce que j'ai rencontré, Londres, 1929, p. 41.
  122. ^ Arthur Ransome, Oscar Wilde: une étude critique, Londres, 1912, p. 32.
  123. ^ Oscar Wilde, Renato Miracco Vers le soleil: chronique du séjour à Naples, Colonna, 1988, p. 75, ISBN 978-88-87501-14-8.
  124. ^ Ada Leverson, Lettres du sphinx de Oscar Wilde et Réminiscences de l'auteur, Londres, 1930, p. 48-49.
  125. ^ Oscar Wilde, Le meilleur de Oscar Wilde: Lectures et critique Selected littéraire, Londres, Signet Classic, 2004, p. 80, ISBN 978-0-451-52934-3.
  126. ^ Maureen Borland, Consacré ami de Wilde: Une vie de Robert Ross, 1869-1918, Londres, Lennard, 1990, p. 23, ISBN 978-1-85291-085-3.
  127. ^ Terme utilisé librement dans l'usage populaire, probablement une transcription des sources d'erreur. Le terme correct est œdème cérébral Il a montré entre les différents symptômes et les signes cliniques mal de tête, vertiges, venir syncope. Pour la comparaison des termes, voir Joseph C. Segen, Concise Dictionary de médecine moderne, New York, McGraw-Hill, 2006, p. 171 ISBN 978-88-386-3917-3.
  128. ^ Parmi les divers documents Morris B. Kaplan, Sodome sur la Tamise: le sexe, l'amour, et Scandale Wilde Times, p. 167, Cornell University Press, 2005 ISBN 978-0-8014-3678-9. et Harford Montgomery Hyde, Le Scandale Cleveland Street, Coward, McCann Geoghegan, 1976, p. 59, ISBN 978-0-698-10775-5.
  129. ^ De l'article est sorti sur Pall Mall Gazettes du 17 Avril, 1888
  130. ^ Barbara Belford, Oscar Wilde: A Certain Genius, Random House, 2000, p. 145, ISBN 978-0-679-45734-3.
  131. ^ D'après une lettre adressée à Robert Ross Frank Harris du 2 mai 1914
  132. ^ Simon Nowell-Smith, Cassell société, La Chambre des Cassell, 1848-1958, Cassell, 1958, p. 149.
  133. ^ Alvin Sullivan, Revues littéraires britanniques, Greenwood Press, 1983, p. 454 ISBN 978-0-313-22871-1.
  134. ^ Ces informations que nous avons reçues en réponse aux demandes de W.E. Henley, un autre directeur de rédaction se plaint de la surcharge de travail comme indiqué dans Morley Sheridan, Oscar Wilde, Holt, Rinehart et Winston, 1976, p. 69 ISBN 978-0-03-017586-2.
  135. ^ W. Rothenstein, Alors que nous, p. 187.
  136. ^ Bernard. Shaw, Am Autobiographie, 1970 p. 50. édité par Stanley Weintraub
  137. ^ Rudolf Von Frank Liebich, mémoire non publié, Clark.
  138. ^ Lionel Johnson, Arthur lettre Galton du 18 Février 1890 (tenue à Hart-Davis)
  139. ^ Il était écrit dans Henry Champion Hyde, Wilde Comme je l'ai vu, Book Lover, Décembre 1914, p. 244-245.
  140. ^ Jean Paul Leverson, Raymond, Oscar Wilde Recollections, London Nonesuch Press, Janvier 1932, p. 42.
  141. ^ Oscar Wilde, courrier, par Silvia De Laude, Luca Scarlini, traduit par Silvia De Laude et Luca Scarlini, Milan, ilSaggiatore, 2014, p. 864-865, ISBN 978-88-428-1927-1.
  142. ^ Lady Wilde dans la lettre Wilde, Juin 1898
  143. ^ David Bispham, Les Recollections de chanteur Quaker, New York, 1920, p. 150.
  144. ^ Robert Sherard, Esthète et Réaliste Matin Journal le 22 Mars, 1891
  145. ^ dans Max Beerbohm, Oscar Wilde dans les pays anglo-américain Times, du 25 Mars 1893
  146. ^ à Richard Ellmann, Biographie Oscar Wilde, Milan, Rizzoli, 1993.
  147. ^ Beaucoup de ces apologistes toujours cru perdus ont été recueillis dans un volume intitulé "Les paroles du lys« Publié en Italie par les éditions Verba en Novembre 2010 Volant.
  148. ^ Ce commentaire a été entendu par ses parents alors que Wilde a regardé la maison en attendant le retour de Proust Julian Philippe, Oscar Wilde, Paris, 1967, p. 246.
  149. ^ Stuart Merrill, Prose vers et Maâ: oeuvres posthumes, Paris, 1925, pp. 142-145.
  150. ^ Les différentes lettres ont été recueillies à Whistler C. F. Barbier, Corrispondance, Paris, 1962, pp. 98-99.
  151. ^ Gil Blas Spilett Gédéon dans 2 Novembre, 1897
  152. ^ Barbara Belford, Oscar Wilde: A Certain Genius, Random House, 2000, p. 185 ISBN 978-0-8129-9261-8.
  153. ^ Absinth sera alors interdite en Suisse en 1908, aux États-Unis en 1912, la France en 1915, mais pas en Grande-Bretagne Phil Baker, Le livre de l'absinthe: une histoire culturelle, Grove Press, 2001, p. 30, ISBN 978-0-8021-3993-1.
  154. ^ Pierre Champion, Marcel Schwob et son temps, Paris, 1927, p. 99.
  155. ^ Mikhail E. H., Oscar Wilde: Interviews et Recollections, Barnes Noble, 1979, p. XX.
  156. ^ André Gide, œuvres complètes, Paris, 1932-1939, vol. III, pp. 476-477.
  157. ^ Hesketh Pearson, Les filles Pilgrim, Londres, 1961, p. 185.
  158. ^ Robertson Graham, Le temps était, Londres, 1931, p. 135.
  159. ^ Pour que l'opéra Richard Strauss Il tira de ce drame voir Fausto Cercignani, Le tétrarque, la vierge et le prophète dans le drame d'Oscar Wilde et le livret de Richard Strauss, en « Salomé » de Richard Strauss, édité par F. Degrada Milan, les Editions Teatro alla Scala, 2002, pp. 81-109. L'essai se trouve aussi dans Il a étudié theodisca IX, Milan, 2002, p. 171-192.
  160. ^ Conte Louis (Cheiro) Hamon, Mémoires cheiro. Les Réminiscences d'une société chiromancien, Philadelphie, 1913, p. 152-153.
  161. ^ Oscar Wilde, Ces et Aphorismes, Milan, BUR, 20045. ISBN 978-88-386-3917-3
  162. ^ George Lewis payé 100 livres le maître chanteur d'avoir le matériel avec lequel le chantage exercé comme dans Brian Roberts, La ligne Bad Mad: La famille de Lord Alfred Douglas, Philadelphie, H. Hamilton, 1981, p. 155, ISBN 978-0-241-10637-2.
  163. ^ Gary Schmidgall, L'Étranger Wilde, Londres, Dutton, 1994, p. 302, ISBN 978-0-525-93763-0.
  164. ^ Le "Daily Telegraph" le 18 Avril, 1913
  165. ^ Bernard J. Taylor, Panthers avec régalant, iUniverse, 2004, p. 1 ISBN 978-0-595-31294-8.
  166. ^ H. Montgomery Hyde, Sentiers d'Oscar Wilde, Paris, 1928, p. 298, ISBN 978-0-486-20216-7.
  167. ^ André Gide, œuvres complètes, Paris, 1932-1939, vol. III, pp. 30-33.
  168. ^ Jarlath Killeen, Les contes de fées d'Oscar Wilde, 2007, p. 109 ISBN 978-0-7546-5813-9.
  169. ^ Publié par la reine elle ne couvrait que les actes accomplis chez les hommes, quand on lui demande la raison de l'exclusion des femmes dans des actes sexuels avec le même sexe reine répondu que les femmes ne font pas des choses comme ça comme dans Herbert F. Tucker, Un compagnon à la littérature victorienne et culture, Blackwell Publishing, 1999, p. 418, ISBN 978-0-631-21876-0.
  170. ^ Max Beerbohm, lettre à R. Ross (texte, il se trouve par Hyde)
  171. ^ Il a ensuite été courtisée par Marc André Raffalovich, un homme qui avait de nombreux désaccords avec Wilde
  172. ^ George Percy Jacomb Hood, Avec Brosse Et Pencill, Londres, 1924, p. 116.
  173. ^ Dianne Jacomb, journal, Paris, 1956, intervient dans 4 volumes, Volume IV, p. 395.
  174. ^ Trevor Fisher, Oscar et Bosie: Une passion fatale, Londres, Sutton, 2002, p. 67, ISBN 978-0-7509-2459-7.
  175. ^ Jonathan Fryer, André et Oscar: L'amitié littéraire d'Andre Gide et Oscar Wilde, Londres, 1998, p. 82, ISBN 978-0-312-30387-7.
  176. ^ G.T. Atkinson, Oscar Wilde à Oxford, Londres, "Cornhill Magazine", LXVI, 1895 (9 Janvier), p. 561.
  177. ^ William Freeman, La vie de Lord Alfred Douglas: Enfant gâtée de génie, Londres, H. Joseph, 1948, p. 94.
  178. ^ Comme il nous dit Emma Calvé, My Life, Londres, 1922, pp. 97-98
  179. ^ Lady Wilde dans la lettre Wilde du 29 Mars, 1894
  180. ^ Richard Ellmann, Oscar Wilde, Vintage Books, 1998, p. 412, ISBN 978-0-394-75984-5.
  181. ^ La lettre du 28 Avril 1891 basée à Clark
  182. ^ Edgar Saltus, Wilde: Impression de oisif, Chicago, 1914, p. 18 ISBN 978-1-58617-026-4.
  183. ^ Joseph Pearce, Le démasquage d'Oscar Wilde, Londres, Ignatius Press, 2004, p. 308, ISBN 978-1-58617-026-4.
  184. ^ Hugues Rebell », Défense d'Oscar Wilde, Paris, num ° XV, 1895, p. 174.
  185. ^ Marie Belloc Lowndes, Les Joyeuses Commères de Westminster p. 174, 1946.
  186. ^ Richard Burdon Haldane, une Autobiographie, 1929, pp. 164-164.
  187. ^ Wilde avait également eu trois enfants hors mariage Richard Ellmann, Oscar Wilde, Milan, Mondadori, 2001, p. 438, ISBN 88-04-47897-7. Traduction de Ettore Capriolo
  188. ^ Oscar Wilde, Les lettres d'Oscar Wilde, édité par Rupert Hart-Davis, London, 1962, p. 871-872.
  189. ^ Robert Sherard, Oscar Wilde Histoire d'une amitié Malheureux, Londres, 1917, p. 214.
  190. ^ Constance Wilde lettre à Hannah Smith Withhall du 15 Octobre, 1895
  191. ^ Stuart Merrill, Verser Oscar Wilde: Epilogoe "La Plume" de Janvier 1896
  192. ^ Frank Harris, Oscar Wilde et sa vie pp Confessions. 232-235, Kessinger Publishing, 2005 ISBN 978-1-4179-0483-9.
  193. ^ John Gardiner, À l'époque victorienne: un âge Retrospect, Hambledon, 2002, p. 182, ISBN 978-1-85285-385-3.
  194. ^ Martin Fido, Oscar Wilde, Viking Press, 1973, p. 132, ISBN 978-0-600-36714-7.
  195. ^ A.C. Amor, Mme Oscar Wilde, pp. 210-214.
  196. ^ Renato, Oscar Wilde, Vers le soleil: chronique du séjour à Naples, Colonna, 1998, p. 32.
  197. ^ William Tydeman, Oscar Wilde, Steven Price, Salome vie, Cambridge University Press, 1996, p. 31, ISBN 978-0-521-56545-5.
  198. ^ Matilde Serao, Est-il ou est-il, « Le Matin », 10/07/1897
  199. ^ Constance Wilde, lettre à Otho Holland (Lloyd) du 7 Octobre 1897, se trouve à Hart-Davis
  200. ^ lettre Alfred Douglas Edward Strangman du 29 Novembre, 1897
  201. ^ Comme les lettres de Constance Wilde adressées à Otho Holland, Carlos Blacker du 10 Mars 1898, Arthur Humphreys du 27 Février, 1898
  202. ^ Sa pauvreté a été déplacé « Le Journal » à Paris qu'il a essayé de faire un peu d'argent pour lui. Greene Graham, Une sorte de vie, 1971, p. 26.
  203. ^ Henry Davray, lettre à Walter Ledger, le 26 Février 1926, est situé dans Hart-Davis
  204. ^ Frédéric Boutet, Les dernières d'Oscar Wilde Années, 3 décembre 1925
  205. ^ Claire De Pratz, G. de Saix, Souvenirs Inédits - La Cruelle Charité, pp. 249-250.
  206. ^ Dame Nellie Melba, Mélodies et souvenirs, 1925, pp. 74-75.
  207. ^ M. Steen, Une fierté de Terrys, 2004, p. 206.
  208. ^ Emma Calvé, My Life, pp. 96-98.
  209. ^ Constance Wilde, lettre à Otho Holland (Lloyd) 15 Décembre 1897, est situé dans Hart-Davis
  210. ^ Ashley Robins et Merlin Holland, La maladie et la mort énigmatique de Constance, épouse d'Oscar Wilde, en The Lancet, vol. 385, nº 9962, Elsevier, le 3 Janvier, 2015, pp. 21-22, DOI:10.1016 / s0140-6736 (14) 62468-5.
  211. ^ Charlie Lewis Broad, Amitiés et Les Folies d'Oscar Wilde, Crowell, 1955, p. 257.L'original est disponible à l'Université du Michigan
  212. ^ Frank Harris, Sa vie et les aventures, Londres, 1947, p. 351.
  213. ^ Anthony Stokes, Theodore Dalrymple, Pit of Shame: The Real Ballad of Reading Gaol, Waterside Press, 2007, p. 77, ISBN 978-1-904380-21-4.
  214. ^ Peter Chalmers Mitchell, Remplir de mes jours, 2004, p. 183-184.
  215. ^ Mondadori édition, 1988, p. 17
  216. ^ à b R. Ellmann, Oscar Wilde, Rizzoli, Milano 1991, p. 669
  217. ^ Frank Harris, Sa vie et les aventures, Londres, 1947, pp. 361-364.
  218. ^ Anna de Brémont, Oscar Wilde et sa mère, pp. 178-188.
  219. ^ Oscar Wilde, Ces et Aphorismes, cinquième édition, Milan, BUR, 2004, p. 87 ISBN 978-88-386-3917-3.
  220. ^ Oscar Wilde, Plus de lettres d'Oscar Wilde, édité par Rupert Hart-Davis, London, 1985, p. 186.
  221. ^ Terence Cawthorne, La dernière maladie d'Oscar Wilde Actes de la Société royale de médecine pp LII. 123-127, Février 1959.
  222. ^ Frank Harris, Sa vie et les aventures, Londres, 1947, p. 572.
  223. ^ Ross, dans la lettre Sherard du 3 Janvier 1934 (Situé à Reading)
  224. ^ Oscar Wilde: la recherche révèle, mor « sur une simple infection de l'oreille ADNKRONOS, 23/11/2000
  225. ^ Max Meyerfeld, Gedenkblatter Robert Ross, dans "Das Literarische Echo", XXI, Janvier 1919, p. 779-785.
  226. ^ R. Ellmann, Oscar Wilde, Rizzoli, Milano 1991, p. 670
  227. ^ John Augustus, Chiaroscuro Fragments d'Autobiographie, Première série, Décembre 1952, p. 396.
  228. ^ Lettre Reginald Turner à R.S. Meickeljohn du 31 Décembre 1936. Le commentaire a ensuite été démentie par le même Turner
  229. ^ Richard Ellmann, Oscar Wilde, Milan, Mondadori, 2001, p. 672, ISBN 88-04-47897-7.
  230. ^ aphorismes, par Alex R. Falzon, Mondadori, 2000.
  231. ^ Richard Ellmann (ed) L'artiste Critique: Critical Writings d'Oscar Wilde, Londres, W. Allen H, 1970, p. 276
  232. ^ par exemple Giulio Andreotti. Voir: Préface à Oscar Wilde Elu et traduit par Alex R. Falzon édition spéciale n.1973 sortie Période du 25/07/1988 Mondadori
  233. ^ Hugues Rebell, Défense d'Oscar Wilde num ° pp XV. 182-190, Paris, 1895.
  234. ^ Philip Hoare, Last Stand Oscar Wilde: Decadence, conspiration, et le procès les plus scandaleuses du siècle, Londres, Arcade Publishing, 1998, p. 15, ISBN 978-1-55970-423-6.
  235. ^ Jorge Luis Borges, Sur Oscar Wilde dans d'autres inquisitions, Cambridge: Polity Press, 1973, p. 85. traduction Francesco Montalto Tentori
  236. ^ Oscar Wilde, Russell Jackson, Bobby Fong, Ian Small, Karl Beckson, Joseph Bristow, Les Œuvres complètes de Oscar Wilde: Poèmes et Poèmes en prose, Oxford, Oxford University Press, 1925, p. X, ISBN 978-0-19-811960-9.
  237. ^ Osbert Burdett, La période Beardsley, Londres, 1925, p. 57, ISBN.
  238. ^ Mario Praz, La littérature anglaise du romantisme au XXe siècle, Firenze, Sansoni, 1971, p. 191.
  239. ^ Mario Praz, Oscar Wilde, le pacte avec le serpent, Milan, Mondadori, 1972, p. 254.
  240. ^ Patrick M. Horan, L'importance d'être Paradoxal: Présence maternelle dans les œuvres d'Oscar Wilde, Londres, Fairleigh Dickinson Univ. Press, 1997, p. 30, ISBN 978-0-8386-3733-3.
  241. ^ Jonathan Fryer, Wilde, Haus Publishing, 2005, p. 3 ISBN 978-1-904341-11-6.
  242. ^ Oscar Wilde, Les lettres d'Oscar Wilde, édité par Rupert Hart-Davis, London, 1962, p. 143.
  243. ^ Regenia Gagnier, Idylles du marché: Oscar Wilde et le public victorien, Stanford University Press, 1986, p. 80, ISBN 978-0-8047-1334-4.
  244. ^ Le Graal ou la coupe mythique que tout le monde cherchait et qui a donné en fonction de l'immortalité des légendes de l'âme ou la souveraineté. La comparaison a exposé dans une interview accordée à Sybil Bristowe, M. W. B. Yeats, poète et mystique Il est apparu le 4 Avril, 1913 le « Daily Mail et Record »
  245. ^ Walter Pater, A Novel de M. Oscar Wilde, Bookman, 1891.
  246. ^ J J Renaud, Dans la préface à la traduction des intentions, Paris, 1905, pp. VII-XII.
  247. ^ Charles H Dennis, Creative Years Eugene Field, New York, 1924, p. 213.
  248. ^ Comme ceux du 1993 et 1997, tenue à Birmingham, avec la présence, entre autres, les écrivains Russell Jackson et Ian Small
  249. ^ Oscar Wilde, travaux, édité par Masolino D'Amico, Milan, Mondadori, 2004, p. XIX, ISBN 88-04-47906-X.
  250. ^ Oscar Wilde, Linda C. Dowling, L'âme de l'homme sous le socialisme et la sélection Prose Critique: Selected Prose Critique, Londres, Penguin Classics, 2001, pp. VII-VIII, ISBN 978-0-14-043387-6.
  251. ^ Peter Raby, Le Compagnon de Cambridge à Oscar Wilde, Londres, Cambridge University Press, 1997, p. 55, ISBN 978-0-521-47987-5.
  252. ^ Suivant le schéma proposé Richard Ellmann, Oscar Wilde, Milan, Mondadori, 2001, p. 710-711, ISBN 88-04-47897-7. Traduction de Ettore Capriolo
  253. ^ L'analyse se trouve dans Barbara Belford, Oscar Wilde: A Certain Genius, Random House, 2000, p. 218 ISBN 978-0-679-45734-3.
  254. ^ « Rareté. Université canadienne achète deux romans attribués à Wilde », le 16 Janvier 2015 »Corriere della Sera« P.48
  255. ^ Oscar Wilde, Aphorismes: « Avertissement », par Alex Falzon, Milan, Mondadori, 2000, p. 63 ISBN 88-04-47791-1.
  256. ^ brève anthologie d'aphorismes publiés en 1894 sur « Le caméléon », le magazine de l'Université d'Oxford.
  257. ^ En Mars 1891, un mois avant que le travail est apparu dans le livre, l'avant-propos a été publié dans le « Fortnightly Review».
  258. ^ Oscar Wilde, L'édition complète Works Limited, Londres, éditions Bibliothèque de collection, 2006, p. VIII, ISBN 978-1-904633-98-3.
  259. ^ Films sur Dorian Gray 1910
  260. ^ Titre original « Le portrait de Dorian Gray », où quatre tableaux nécessaires au film a été utilisé à la place du sang rouge normal de divers animaux. Comme rapporté dans Patrick Robertson, Les dossiers de film. Encyclopédie des faits, des anecdotes et primat du cinéma mondial, de l'aujourd'hui silencieux, Gremese, 2004, p. 218 ISBN 978-88-8440-273-8.
  261. ^ Oscar Wilde, Camille Prudent, Le Portrait de Dorian Gray, Spark Educational Publishing, 2003, p. 239, ISBN 978-1-59308-025-9.
  262. ^ Pour une liste plus détaillée, voir Oscar Wilde, travaux, édité par Masolino D'Amico, Milan, Mondadori, 2004, p. XVIII-XIX, ISBN 88-04-47906-X.

bibliographie

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Bibliographie d'Oscar Wilde.
  • (FR) Oscar Wilde, Avis. 1, Toronto, Musson Book Company; John WLuce Co., 1909. Récupéré le 16 Avril, ici à 2015.
  • (FR) Oscar Wilde, Avis. 2, Toronto, Musson Book Company; John WLuce Co., 1909. Récupéré le 16 Avril, ici à 2015.
  • (FR) Oscar Wilde, [Travaux. poésie], Toronto, Musson Book Company; John WLuce Co., 1909. Récupéré le 16 Avril, ici à 2015.
  • (FR) Oscar Wilde, Miscellanies, Toronto, Musson Book Company; John WLuce Co., 1909. Récupéré le 16 Avril, ici à 2015.

Articles connexes

  • La procédure judiciaire contre Oscar Wilde

D'autres projets

  • Il contribue à Wikisource Wiktionnaire: Il contient une page dédiée à Oscar Wilde
  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations liées à Oscar Wilde
  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Oscar Wilde
  • Livre ouvert Nae 02.svg Cet article est inclus dans le livre wikipedia aphoristes Ouest.

liens externes

autorités de contrôle VIAF: (FR34464414 · LCCN: (FRn79042038 · SBN: IT \ ICCU \ CFIV \ 000261 · ISNI: (FR0000 0001 2127 2652 · GND: (DE118632779 · BNF: (FRcb11929190h (Date) · ULAN: (FR500094070 · NLA: (FR35607711 · BAV: ADV10215611

Activité wiki récente

Aidez-nous à améliorer BooWiki
Commencez