s
19 708 Pages

Remarque disambigua.svg homonymie - Si vous êtes à la recherche d'autres utilisations, voir Cristoforo Colombo (désambiguïsation).
Cristoforo Colombo
Posthume Portrait de Cristoforo Colombo réalisée par Sebastiano del Piombo, 1519
Cristoforo Colombo
Signature Christophe Colomb

Cristoforo Colombo (en latin: Christophorus Columbus, en espagnol: Cristóbal Colón, en Portugais: Cristóvão Colombo; Gênes, entre le 26 Août et le 31 Octobre 1451[1] - Valladolid, 20 mai 1506) Ce fut un capitaine et navigateur italien, citoyen du République de Gênes avant et sous réserve de la Royaume de Castille puis, célèbre pour son Voyage qui a conduit à colonisation européenne des Amériques.

Colombo était parmi les meilleurs marins[2] étoiles de grandes découvertes à cheval géographique du XV et XVIe siècle. Marin de sa jeunesse, a eu l'idée de l'existence d'une terre d'outre-mer (lui, selon la 'Asie) Vous possédez lors de ses voyages de capitaine les navires de mer dirigés vers le trafic marchand.

Sécuriser l'exactitude de leurs croyances, au premier Columbus, il a demandé le financement d'inaugurer la nouvelle route vers le roi Jean II du Portugal, mais voyantes fonds niés essayé avec roi de Castille et Aragon, Qui, après quelques discussions et surtout grâce au soutien de la reine de Castille Isabella, Ils ont accepté de financer la société et les privilèges subvention en cas de succès du même. Une fois que vous appareillé de Palos de la Frontera 3 août 1492, il est venu aujourd'hui San Salvador le 12 Octobre de la même année. A ce premier voyage suivi trois autres - toujours pour les Amériques - moins de chance qui l'a conduit à la ruine et discréditer à la cour de Castille.

Les jeunes et les premiers voyages sourds

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Origines Columbus.
Cristoforo Colombo
Gênes, Castello d'Albertis, Musée des Cultures du monde, Loggia, la « jeunesse statue de Christophe Colomb », le Giulio Monteverde

Ce fut le premier-né de quatre enfants (trois garçons et une fille)[3] de Domenico Colombo et Susanna Fontanarossa, Les gestionnaires d'abord à une petite entreprise de textile puis, après le transfert de Gênes à Savone, une taverne.[4] Columbus a passé son enfance suite à ses parents dans votre nouvelle maison située dans la droite allée de Ponticello[5], tandis que ses informations de compte est connu depuis 1470, lorsque la famille a déménagé à Savona. Très probablement, il est né dans la région de Gênes.[6]

Cristoforo Colombo
Gênes, reste de bâtiment du XVIIIe siècle courrier où il est traditionnellement ce fut la maison de la naissance de Colombo. Une partie du quartier portoria, où se trouvait la maison, a été détruite au cours de la bombardement naval français de 1684 et reconstruit dans les décennies suivantes.[7][8]

Colomb lui-même dit dans une lettre avoir commencé à naviguer à l'âge de quatorze ans.[9] Au cours de ses voyages latinisé son nom (comme la coutume du temps) dans les signatures placées sur des lettres et des documents; plus tard, il a utilisé comme signature le nom en castillan, Cristóbal Colón.[10]

Cristoforo Colombo
Columbus Armoiries mis en place par les dirigeants de Castille et d'Aragon le 20 mai 1493[12]
Cristoforo Colombo
Armoiries de la famille Colombo ont adopté leur propre initiative par Christopher de 1502[11]

Après avoir servi sous René d'Anjou en 1473, il a commencé un apprentissage en tant que marchand dans le service des familles génoises centurion, di Negro, Imperiali et Spinola.[13] En 1473, il partit pour Chio en Grèce, la voile sur un bateau nommé Roxana, et il y est resté environ un an.[14] Puis vint la Portugal. En 1476, il a été Bristol, arrivé à Angleterre sans doute le résultat de la flotte génoise a été attaqué par des navires français au large de la Cape Vincent où à peine, selon des sources, elle n'a trouvé aucune échappatoire.[15] Puis il a atterri à Galway en Irlande et enfin en 1477, il a atteint le 'Islande.[16]

Vers 1479, en continuant à traiter les opérations pour le compte d'un Centurion de famille, Colombo a déménagé temporairement Lisbonne car alors, après un certain temps, est revenu à Ligurie.

En 1480, après le retour de son voyage à la mer du Nord et les îles britanniques, Colombo marié Filipa Moniz Perestrello,[17] fille de Bartolomeo Perestrello l'Ancien (origines du navigateur portugais de Plaisance et le gouverneur 1419 Porto Santo[18]) Et Isabel Moniz, à partir de laquelle, en 1481, avait un fils (le seul né du rapport), Diego. Le couple a déménagé d'abord à Porto Santo où il est resté pendant deux ans et par la suite à Madère.[19] Dans cette période, il se consacre Colombo, sans succès, au commerce de leur propre chef.[20]

Un peu plus tard, il retourne à Madère à Lisbonne, où Frère bartolomeo il a travaillé comme cartographe (Profession populaire parmi les nombreux génoise qui à l'époque vivait dans la ville portugaise). Il était probablement au cours de cette période de sa vie dans l'esprit de Christophe Colomb a commencé à prendre forme à la conception courte de route pour Indes. De plus dans cette période dates sauvegarder la rencontre entre le navigateur génois et un naufragé qui, sur son lit de mort, il a dessiné une carte des terres lointaines à travers l'océan qui a été l'inspiration pour Colombo.[21] En 1485, sa femme est morte.

La route courte aux Indes

Cristoforo Colombo
Cristoforo Colombo sur ses genoux devant la Reine Isabelle de Castille

Basé sur le frère de cartes (résident en Espagne), sur les récits des marins et des découvertes (roseaux, bois et autres) situées au large des côtes des îles de la « Océan » (l 'atlantique), Columbus a commencé à être convaincu qu'au-delà Açores il devrait y avoir une terre et que cela ne pouvait être autre que le 'Asie.

A Lisbonne, Columbus a commencé à recueillir des informations et à lire des textes tels que le géographique 'Historia rerum ubique gestarum de Papa Pio II imprimé en 1477, l 'imago mundi de Pierre d'Ailly (1480) et The Million de Marco Polo. Une influence notable sur la décision qui a été prise par Christophe Colomb a dû exercer une lettre en 1474 Paolo Toscanelli Il adressée au canon de Lisbonne Fernando Martins de Reriz, en réponse à la question posée par Alfonso V du Portugal par le même canon.[22] Dans la lettre, ce qui est presque certain que Colomb avait connu, le physicien florentin croyait une voie viable vers l'ouest pour atteindre l'Inde.

Colombo a rencontré le roi Jean II du Portugal en 1483[23] et dans le public, elle lui a demandé la somme nécessaire à son projet, mais après consultation avec ses experts, le roi a refusé la proposition.[24]

Cristoforo Colombo
Statue dédiée à Colombo Madrid

Colombo en 1485, après la mort de sa femme, est allé au royaume de Castille, à Palos de la Frontera, ainsi que son fils,[25] puis il est allé Séville. Christopher cherchait quelqu'un qui pourrait financer l'entreprise: d'abord essayé avec Medina Sidonia Duke, mais ils n'ont pas gagné le soutien de la Couronne et a été forcé de refuser; plus tard, il a essayé avec Don Luis de la Cerda, duc de medinaceli convaincu que la reine partiellement Isabelle de Castille, qui a décidé de répondre à Colombo.[26]

Il est allé Cordova[27] atteint le 20 Janvier 1486, en présence d'Alphonse de Quintanilla, trésorier de la décision,[28] en prélude à la rencontre avec la Reine à ce moment absent. L'éclaireur alors qu'il vivait dans la ville assister aux frères Luciano et Leonardo Barroia, qui lui ont présenté Diego de Arana,[29] dont il a rencontré sa femme Constance et sa cousine Béatrice (Beatriz Enríquez de Arana). Ce dernier, vingt ans famille consacrée au commerce du vin et à long orphelin, avait une liaison avec Colombo[30] qui ne sont pas venus au mariage. Le navigateur avait aussi une relation avec la marquise de Moya.[31] Au début de mai de la même année, les monarques sont arrivés dans la ville et, enfin, Ferdinand II d'Aragon et Isabella a rencontré Christopher.[32] L'explorateur a présenté son projet pour atteindre la mer Cathay et Cipango. entre 1486 et 1487 une commission, présidée par le Père Hernando de Talavera (confesseur des Rois Catholiques) et composé d'hommes instruits (letrados) Rodrigo Maldonado de Talavera, il est réuni pour envisager la possibilité réelle pour le succès du voyage. Il a suivi le réel dans la ville de Cordoue jusqu'à ce que la nouvelle année, puis transféré à leur après Salamanque. Le verdict de ce qu'on appelait la « bataille de Christophe Colomb » est venu seulement à la fin de 1490 et les experts de la fin a opposé son veto à la proposition.[33]

En 1488, Christophe Colomb avait un autre fils, Fernando, par Béatrice. Dans les années qui ont suivi Columbus essayé à plusieurs reprises d'être entendu par la cour de Castille et a décidé de chercher aussi, par son frère bartolomeo, à rois d'Angleterre et France. Pendant ce temps, il savait Martín Alonso Pinzón. En 1492, la durée d'attente, le navigateur était venu maintenant aux limites de l'endurance et, après sept ans de vie dans le royaume de Castille, même leurs ressources économiques ont été réduites au point d'être presque incapable de prévoir sa famille,[34] le forçant à vendre des livres et dessiner des cartes.[35]

Réalisation du projet

Cristoforo Colombo
Les trois navires à une presse Gustav Adolf Closs, 1892

Père Juan Pérez, confesseur personnel de la Reine, par Sebastiano Rodriguez[36] il a remis une lettre à la reine elle-même, qui deux semaines plus tard, il appelle son père. Le tesoriere Luis de Santangel, Ferdinando Pinello et d'autres quant à lui obtenu le financement peut être nécessaire.[37] Ils se sont rencontrés à nouveau les experts, alors que Christophe Colomb a reçu par lettre la communication d'une nouvelle audience. Décisive a également été la contribution de l'évêque Alessandro Geraldini originaire de Amelia, il confesseur de la reine Isabelle et un ami personnel de Columbus et le frère Antonio; pour son insistance, la reine est devenu convaincu de permettre le voyage du grand navigateur. Colombo a été nommé plus tard l'une des îles de nouveau Monde à la mère de Géraldine Graziosa, et le prélat aussi, il est devenu le premier évêque résidentiel des Amériques.

Colombo est allé Séville, mais le vrai avait déménagé Santa Fe. Colombo et les a rejoints à la réunion, où la royauté étaient susceptibles d'accepter de financer l'entreprise, dicté ses conditions. titre églises amiral et la charge de vice-roi et « gouverneur des terres découvertes » (titre qui devait être héréditaire), la possibilité de donner une sorte de rendez-vous dans les territoires conquis[38] et, en outre, une pension d'un montant de 10% de tous les futurs commerce maritime. Les demandes ont été jugées excessives et ne se fait pas d'un accord auquel Christophe Colomb est parti, mais il a été rappelé[39] et les demandes ont été acceptées en cas de succès du voyage. Au cours des négociations, qui ont duré trois mois, Isabella était représentée par Juan de Coloma, tandis que les projets ont été écrits par le même père Perez. Le contrat (Capitolaciones), Signé le 17 Avril 1492, il comprenait cinq paragraphes.[40]

La somme nécessaire pour l'équipement de la flotte, à hauteur de 2 000 000 Maravedí, serait payé la moitié par le tribunal et la moitié de Colombo, Genovese financé par un établissement de crédit, la Banco di San Giorgio et le marchand florentin Giannotto Berardi. Il a été, en fait, une somme modeste pour ces temps: on estime, en effet, que ce qui se révélera être l'une des expéditions les plus importantes dans l'histoire humaine, a été financé par une dépense globale variables parmi les 20 000 existants et 60 000 €.[41] Après la signature de Colombo a quitté la ville le 12 mai, alors qu'il était déjà décidé le lieu de départ, Palos.[42] Ils étaient bien préparés trois navires (généralement définis caravelles[43]), Dont deux - la Santa Maria et pinte - avec des arbres voiles carrées et un - la Niña - avec voile latine (Donc techniquement pas navires naviguer à partir du point de vue, car pas équipée de trois mâts avec voiles carrés).

la Santa María[44] (En fait, il était un Caracca) stazzava 150 tonnes et, comme un phare, il a été commandé par le capitaine Christophe Colomb lui-même. la pinte, que stazzava 140 tonnes, et le petit Niña[45], qui ils ont été contrôlés respectivement à 100, stazzava par deux propriétaires palos, Martín Alonso Pinzón et son frère cadet Vicente Yáñez Pinzón.[46] Dans un premier temps que deux navires étaient prêts, récupérés sans frais importants à payer par la Couronne de Castille,[47] alors qu'il a été décidé que ceux qui avaient participé à la compagnie avait suspendu toute accusation pente juridique (à la fois civile et pénale).[48] Dans le recrutement des 90 marins,[49] Columbus a été valablement aidé par Martín Pinzón qui jouissait d'une excellente réputation dans la ville.[50] Un rôle Martín Pinzón était le commandant en second de Columbus et l'exécution pratique du voyage, tandis que Christophe Colomb était le guide en tant que commandant de l'idée.[51] Le pilote de la flotte a été cantabrique Juan de la Cosa, propriétaire Santa Maria.

pour le Voyage Amériques

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Voyage Columbus.

premier voyage

Cristoforo Colombo
Les quatre voyages de Christophe Colomb
Cristoforo Colombo
Premier voyage dans la mer des Caraïbes

Le départ a eu lieu à six heures du matin du 3 Août, 1492 par Palos de la Frontera,[52] par saccades à la Îles Canaries pour profiter des vents. Le 6 Août[53] Il a cassé la barre des pinte et cru un travail de sabotage,[54] ils ont été contraints à un arrêt d'environ un mois La Gomera pour les réparations.[34] la pinte Il est arrivé deux semaines de retard en raison de l'échec, de sorte que Christophe Colomb a décidé de le remplacer par un autre caravelle. Il a profité de la pause pour changer aussi les voiles de Niña, transformant d'un carré latin pour mieux adapter à la navigation de l'océan. Il faut dire que La Gomera était présent la jeune veuve du gouverneur, Béatrice Bodabilla, qui avait apparemment déjà eu un échange de politesses avec le navigateur.[55]

Les trois navires ont repris 6 Septembre conduit hors de Tradewinds, dont Colombo savait exister. Ces vents soufflent toujours de l'est à l'ouest, formant de manière stable une bande de nuages ​​flottant dans l'air, de sorte que l'amiral dans le journal de bord enregistré: « Nous naviguons entre les bords d'une rivière. » Un autre, des suggestions du premier voyage transatlantique, était la position constante adressée navires dans le coucher du soleil, ainsi que le sentiment de passer à de grandes surfaces jamais touchées.[56] Les caravelles embarquent pour un mois sans que les marins ont pu voir toute la terre. Le 16 Septembre, les caravelles ont commencé à entrer dans la mer des Sargasses et Colombo a profité du spectacle algue flotteurs (un phénomène typique de cette mer) pour faire valoir que ces plantes étaient sans aucun doute des signes de terre la plus proche (ce qui est faux dans la réalité), calmer temporairement ses hommes.[34]

Dès le premier jour 17 a été observé avec étonnement le phénomène totalement inconnu déclinaison magnétique: La boussole a la pôle magnétique de plus en plus loin de la rupture Le nord vrai, au risque d'enlever les vaisseaux de leur route.[57] Ces phénomènes étranges ont eu pour effet d'effrayer les marins et la tension a augmenté inévitablement. Le 6 Octobre, Colombo a enregistré avoir parcouru 3.652 miles, déjà pour cent de plus que vous aviez prévu il. Le jour même il y avait une assemblée générale des commandants à bord Santa Maria, au cours de laquelle Martín Pinzón a suggéré de changer de cap de l'ouest à sud-ouest.[58] Le 7 Octobre, Colombo a décidé de virer de bord puis vers le sud-ouest, après avoir vu quelques oiseaux se dirigent vers cette direction.

Le 10 il y avait un principe de mutinerie;[59] Colombo, plus que jamais fidèle à sa vision et forte des études qu'il avait fait pendant le voyage, il pourrait peut-être obtenir un accord[60]Si, dans trois ou quatre jours, les belvédères avaient pas vu les terres caravelles retourneraient[34] ou serait-il décidé autrement.[61] Jeudi, 11 Octobre, il y avait des signes positifs ont été repérés divers objets dont une canne, un bâton et une fleur fraîche[62] Il pêchait qu'un marin en mer:[34] seule la proximité de la masse terrestre pourrait expliquer ces résultats. Pendant la nuit, Colombo il a dit qu'il était convaincu d'avoir entrevu au loin une lumière, "una COME candelilla hausse y que si se adelantaba« ( » Comme une petite bougie qui rose et agité « ). Ce ne fut qu'à deux dans la nuit du vendredi 12 Octobre 1492 que Rodrigo de Triana, à bord du pinte, Enfin, il a fait la côte[63]; (Cependant, l'argent du prix promis d'abord qu'il avait aperçu la terre a été attribué à Colombo).[64]

Cristoforo Colombo
Christophe Colomb a débarqué dans le Nouveau Monde

Le matin du 12 caravelles réussi à trouver un espace dans la récif de corail et les équipages ont pu atterrir sur une île appelée, dans la langue locale, Guanahani, Colomb nommé San Salvador Island; bien que l'identité moderne de cette île correspond, sans doute, avec celle d'une île de bahamas. Les Espagnols ont été accueillis avec une grande gentillesse et par condescendance Taino[65], L'habitant de la tribu. Colomb lui-même, dans son rapport, souligne à plusieurs reprises la gentillesse et l'esprit pacifique de ses clients:

« Les habitants de ce [...] manque d'armes, qui sont presque à leur insu, ou ceux-ci sont appropriés, et non pour la déformation du corps, étant en fait très bien formés, mais parce que timide et craintif [...] après tout, quand on voit que, mettre de côté toutes les peurs, ils sont très simples et de bonne foi, et de tout ce que la plus libérale qu'ils possèdent: à ceux des richieggia ne nie ce qu'il a, en effet, car ils nous invitent à nous demander

(Cristoforo Colombo, le premier rapport sur le voyage vers le Nouveau Monde, le 14 Mars 1493[66])

Le soir du 27 Octobre[67] caravelles sont arrivés à l'ancre dans la baie Bariay,[68] à Cuba, dans le province de Holguín. en registre du dimanche 28 Octobre, nous lisons: "Es la isla mas hermosa Que ojos humanos hayan vu« ( » Il est la plus belle île que les yeux humains ont jamais vu « ). Cependant, étant donné le manque d'or et la condition primitive des indigènes, l'amiral qu'il pensait que est arrivé à un avant-poste éloigné des grandes civilisations asiatiques décrites par Marco Polo.[69] Martín Alonso Pinzón Il avait entendu des indigènes de la richesse immense de l'île de Babeque[70] et après plusieurs tentatives avec Colombo a décidé de poursuivre les recherches sans autorisation.[71] Le fait est que pendant environ deux mois, la flotte a été réduite à deux soleil caravelles, qui a été exploré la côte nord de Haïti, nommé "Hispaniola". Ils sont venus dans la baie pour que Christophe Colomb a appelé « Bahia de los Mosquitos » (un autre nom qui a survécu aux siècles), et on parlait d'une île en forme de tortue appelée le navigateur "Tortuga».[72]

Toujours convaincu d'être en Asie, Colombo a confondu le mot indigène Cibao avec riche Cipango, à savoir le Japon,[73] à la recherche dont il a immédiatement commencé à voyager au-delà du Cap Haïti. Vers minuit, le 25 Décembre, juste à côté de la côte, Santa Maria Il a échoué été allé lavé par l'arc sur un récif de corail. Le amiral se réveilla, il ordonna haler jeter l'ancre vers l'arrière, puis le remorquage par un treuil afin de repousser le navire. Il a ensuite été jeté dans la mer une lance qui a également grimpé Juan de la Cosa, mais, de façon inattendue, il a décidé de se diriger vers la Niña.[74] la Santa Maria est resté en mauvais état et a été abandonnée; quoi que ce soit servi le dernier des efforts de marins.[75]

L'amiral, à gauche avec un seul caravelle, il a dû laisser une partie de l'équipage (39 personnes en tout)[76] avec la promesse qu'il reviendrait à les reprendre au cours du deuxième voyage transatlantique. puis il construit un fort - La Navidad[77] - à une courte distance du lieu de l'accident. Ensuite, les indigènes ont dit qu'ils avaient vu « une autre maison sur l'eau » (la pinte) Mais pour rien le message que Christophe Colomb a essayé d'envoyer.[78] Le 4 Janvier, il a essayé à nouveau d'entrer en contact alors que 5 la flotte sont rassemblés près de Monte Christi. Ils ont suivi la réunion et les justifications de Martín Alonso Pinzón.[79]

Le capitaine pinte Il a déclaré qu'il est allé sans succès Babeque et ont fait des échanges fructueux avec Caonabo, un puissant cacique indium.[80][81] Colombo ne le croyait pas, mais lui a pardonné parce qu'il était incapable d'entreprendre le voyage de retour avec un bateau.[82] Sur le chemin du retour, ils ont décidé de prendre dans les deux sec aux navires Cap Samana pour les travaux de restauration. Le 13 Janvier, ils ont été attaqués par une tribu hostile, que Colomb pensait être les Caribs redoutables.[83] Dans les affrontements, il y avait seulement quelques blessés, mais encore Columbus ont décidé de quitter le plus tôt possible à l'aube le 16 Janvier 1493.[84]

Conscient du fait que pour le voyage de retour de la flotte devrait se déplacer vers le nord pour sortir du régime des alizés, Colombo a grimpé au parallèle 35º, presque en ligne avec le parallèle Cap St Vincent au Portugal. Puis, le 23 janvier, il vise l'arc à l'est.[85] Le navigateur ne pouvait pas savoir que l'hiver, dans ces latitudes, l'océan Atlantique est bouleversé par les tempêtes violentes, comme celle où il est venu sur le 13 Février.[86] La tempête a duré environ deux jours, réduit à la résistance extrême de petites caravelles et séparés sans aucune marge de manœuvre. Colombo, craignant le pire, a sauté dans l'eau un baril qui contenait les documents et les comptes de la société (le baril n'a jamais été retrouvé).[87] enfin apaisé la tempête, Christophe Colomb débarqua fortuitement aux îles Açores, l'île de Santa Maria. De là, le malmené Niña Il a quitté le 24 Février huit jours après son arrivée à Restelo, près de Lisbonne. Rui de Pina, humaniste Portugais à la cour John II, Il a écrit de son arrivée au Portugal:

« Le 6 Mars, 1493 est arrivé des Antilles de Castille Cristoforo Colombo, italienne ... »

En dépit de l'hostilité des Portugais, Columbus a été courtoisement reçu par le roi Jean II[88] à Vale do Paraíso, près Azambuja, la mise à disposition du port de Lisbonne pour la restauration de la caravelle. Martín Alonso Pinzón, Pendant ce temps, il avait réussi à atteindre Baiona dans la Galice actuelle au début de Mars (et donc vient dans la péninsule ibérique avant Christophe Colomb)[89]; puis il a navigué pendant quelques heures après son arrivée, il Palos Niña, souffrant déjà d'une maladie mystérieuse qui l'a conduit bientôt à la mort (probablement le syphilis).[90]

Colomb avait apporté avec lui un peu or, tabac et quelques-uns perroquets d'offrir souverains tels des signes tangibles du potentiel des « îles de l'Inde au-delà du Gange ». Il a mené même dix Indiens Taino. Ils étaient jours de fête dans les villes de Séville, Cordoue et Barcelone, où l'amiral est arrivé le 20 Avril reçu par les souverains avec honneurs du triomphe. La réception continue dans la chapelle de Sainte-Anne pour célébrer Te Deum[91] puis consommer un déjeuner avec le rituel de « sauver », habituellement réservé à la lignée de sang royal.[92] Souverain enfin le poussait à entreprendre une seconde expédition.

deuxième voyage

Cristoforo Colombo
deuxième voyage

L'amiral Christophe Colomb ensemble voile sur son deuxième voyage de Cadix 25 septembre avec 17 navires, y compris le maintenant appelé Niña Santa Clara,[93] et une équipe d'environ 1 200 hommes, parmi lesquels se trouvaient le fils Diego, frère Jacques, Père Las Casas, alors que les documents relatifs au voyage proviennent des chroniques de Diego Alvarez Chanca[94] et Michele da Cuneo; En fait, le journal a été perdu.[95] Columbus est venu à la commande du nouveau navire amiral Santa Maria, ci-après Mariagalante.[96] Le 3 Novembre la flotte a atteint Dominique et navigué entre les petits et grands Antilles. Le 19 est arrivé à Puerto Rico et 22 du même mois Columbus est revenu à Hispaniola, où il a découvert que l'équipage qui avait quitté avait été tué et le fort rasés.[97]

Il a fondé un nouvel avant-poste "La Isabela» Construit sur les rives du Rio Bahonito le début de l'année 1494. Les conditions du site et de la nourriture indigestes fait des centaines de malades d'ici la fin du mois. L'amiral avait inquiété de Antonio de Torres avec douze navires vers Europe[98] une position d'or très court.[99] Columbus a passé plusieurs mois à explorer l'intérieur des terres à la recherche d'or et a créé une nouvelle forte, San Tomás.[100] Le 24 Avril 1494 a quitté l'île, et le 30 Avril atteint Cuba. 12 Juin, 1494, il fait face à l'île de San Giovanni Evangelista à 100 miles de la fin de l'île. Columbus fit signe à chacun des membres des caravelles serment avec lequel il a affirmé qu'il était arrivé aux Indes, sur le continent.[101]

Colombo est tombé malade quand il est revenu à La Isabela le 29 Septembre; Pendant ce temps, il était venu avec trois caravelles son frère Bartolomeo, juste à temps pour être nommé par son frère, pas à l'époque, Adelantado (Titre castillan de la nomination royale qui spécifiquement conjugué les pouvoirs de gouverneur avec ceux du juge, mais pour une région encore à conquérir, alors les pouvoirs ont été conférés à l'avance, en adelante en espagnol) de la colonie, qui est lui délègue tout pouvoir.[102] Les Espagnols étaient pas contents de ce geste: le même Margarit avec le père Buyl à la remorque a décidé de mutinerie et de prendre les trois caravelles de Barthélemy pour revenir à l'Europe;[103] beaucoup ont suivi. Ils ont commencé les combats contre les Indiens, qui a vu après la victoire espagnole.

Juan est venu Aguardo publié par les Hispaniques réels en Octobre 1495,[104] Butler Court, dont le travail était d'observer, enregistrer les témoignages demander maintenant des colons et de faire rapport. Colombo a alors décidé de retourner en Europe, mais avant le départ d'une violente tempête a éclaté sur La Isabela, détruisant tout sauf les caravelles Niña,[105] assez pour retourner tous les hommes restants. Il construit alors une autre caravelle, prêt en 1496 Mars, et ce bateau a été donné le nom Inde. Deux cents hommes sont allés sur ces navires qui ont été ajoutés trente esclaves dont Caonabo, précédemment capturés,[106] qui est mort pendant le voyage. Ils sont partis le 10 Mars 1496 est venu le 11 Juin, 1496 Cadix.

troisième voyage

Cristoforo Colombo
troisième voyage

Après deux ans en Castille, il a rencontré en Burgos Rois hispaniques et les a convaincus de la nécessité d'une nouvelle expédition. Les rois ont réglé le montant nécessaire pour le voyage et Colombo a alors pu armer six navires avec un équipage d'environ 300 marins.[107] La flotte, qui a commencé le 30 mai 1498 dirigé La Gomera où six navires ont été divisés: trois sont allés à Columbus, tandis que le reste est allé aux routes déjà établies,[108] à la Dominique. L'amiral a souligné la flotte réduite aux îles Cap-Vert, d'où ils ont atteint Trinidad Au 31 juillet. En Août de cette même 1498 Christophe Colomb a exploré la Golfe de Paria et la rive est de la Venezuela, aventurer dans la delta de l'Orénoque. Convaincu d'être en face des petites îles plutôt que d'un continent, il a décidé de ne pas débarquer, envoyer seulement les marins qui se sont réunis les terres riches de perles.

La flottille est arrivée sur Hispaniola le 11 Août 1498. Columbus a essayé la nouvelle ville fondée par son frère, Santo Domingo, où il est arrivé à la fin du mois. Là, il a été rejoint sur l'autre frère, Diego. Après que la ville a éclaté en 1499, une révolte dirigée par Francisco Roldán (l 'Alcalde Isabella)[109] rois hispaniques, alertés par des vétérans de l'agitation sur l'île et la lecture réclamations étranges faites par Christophe Colomb dans sa lettre, envoyée en 1500 Francisco de Bobadilla à la lumière sur l'incident.[110] A l'arrivée de Adrian Muxica, l'un des deuxième Roldán, a été capturé et tué.[111]

Se rendant compte de la situation, avant que Diego Bobadilla arrêté puis Colombo[112] et Barthélemy. Il a décidé de les ramener dans leur patrie. Les trois partîmes Octobre à bord Gorda, une caravelle, et ils sont venus dans le même mois à Cadix. À l'arrivée, Colombo, toujours enchaîné comme sa demande, il a remis à l'un de ses hommes de confiance une lettre à livrer à Donna Juana, sœur d'Antonio de Torres, confidente de la reine. Isabella a libéré Colombo, mais a dû abandonner le titre de vice-roi.[113]

quatrième voyage

Cristoforo Colombo
quatrième voyage

Après avoir rencontré le vrai a eu lieu en 1500 Décembre à Grenade, le 3 Septembre 1501 réel et a pris la position de vice-roi à Colombo et proclamé gouverneur et juge en chef des îles et sur le continent des Indes Nicolás de Ovando.[114] L'amiral a organisé un autre voyage et les demandes insistantes du 14 Mars, 1502 la réelle a accepté la proposition, mais en échange n'apporterait d'autres esclaves et ne devrait pas avoir des vols directs à Hispaniola, au moins la première étape; Pendant ce temps Ovando est parti avec 32 navires et 2500 hommes dirigés vers Hispaniola.[115] Colomb partit accompagné de son frère bartolomeo et fils de Fernando.

Les quatre navires dont l'acquis Santiago,[116] la Gallega, tirée par Pedro de Terreros, et Vizcaina, commandée par Bartolomeo Fieschi, ils firent voile de Cadix 9 mai 1502. Le pilote Juan Sanchez, placé sous les ordres du commandant Diego Tristan:[117] Colombo avait vieilli tellement qu'ils ne peuvent pas prendre les devants. Après l'escale à Gran Canaria,[118] Il a récupéré la traversée qui a pris fin 20 jours plus tard, Martinique. Après quelques jours de séjour tourné vers Hispaniola, la ville qui avait été interdit d'atteindre. Colomb avait prévu l'arrivée d'un ouragan, donc il a demandé un abri pour les bateaux Ovando il a refusé. L'amiral a trouvé un autre endroit pour Abritez mais vingt jeux navires pour retourner en Espagne sur lequel nous avions entrepris de Torres, Francisco de Bobadilla et Francisco Roldán, ont été détruits et il n'y avait pas de survivants de la catastrophe,[119] tandis que les navires de Christophe Colomb ont été sauvés. Il partit versAmérique centrale Continental avec l'intention de trouver un passage aux Indes.[120]

Entre Juillet et Octobre de cette année Christophe Colomb a navigué sur le 'Honduras, la Nicaragua et Costa Rica. Parmi les pluies continues, en 28 jours, ils ont parcouru 170 miles.[121] 5 Octobre est arrivé à ce que, placer les indigènes appelés Ciguara que dans l'avenir sera la canal de Panama, pour atteindre la ville de Panama, 16 octobre. En entendant parler de Veragua, une région riche en or, pensait-il à l'exploitation de la zone, cependant, si imperméable à abandonner le projet. indigènes hostiles, armés de battes en bois de palmier dur, dans un affrontement tué Diego Tristan et quelques marins qui étaient partis avec lui en patrouille et blessant plusieurs autres, y compris la même Barthélemy. Colombo, après une longue maladie, il a décidé de renoncer à tout, Gallega y compris avec l'aide de Diego Mendez, puis promu à la place de Tristan décédé; les pertes ont été limitées.[122]

16 Avril, 1503 Christophe Colomb a quitté les lieux, pour le partage Hispaniola, découvert la Îles Caïmans et il les nomma Las Tortugas pour les nombreux tortues de mer Ils étaient présents, mais tout en surfant sur les coques ont été identifiées comme infestées par les parasites, taret, commune dans les eaux des Caraïbes qui ont affaibli la structure des trois navires restants. Le premier à se rendre a été la Vizcaina dont il a été abandonné dans une entrée. Le 25 Juin, ils sont arrivés dans la Sainte Gloire Bay. Les équipages ont été contraints de débarquer sur la côte nord de Jamaïque. Les navires ont été arraisonnés en fait trop d'eau et l'expédition étaient arrivés en Jamaïque avec des pompes de vidange et le conseil d'administration à sec. Peu de temps après son arrivée, ils ont traîné les navires à terre et calées pour créer un abri et une défense contre les indigènes. Ils étaient près d'un village, Maima.[123]

Cristoforo Colombo
Colombo et l'éclipse lunaire

Colombo a interdit à quiconque de descendre du navire et envoyé Diego Mendez avec trois hommes à l'obtention de permis de remorquage pour la chasse et la pêche. Il a été pensé à l'arrière et l'amiral a eu l'idée de créer un canot permettant à un homme d'atteindre Hispaniola: la tâche a été confiée à Méndez.[124] A la fin des canoës étaient deux et exemple de Mendez a été suivi par Bartolomeo Fieschi;[125] avec eux est allé beaucoup d'Indiens, dont l'un est mort de soif étant largué alors. Au bout de trois jours en mer sont venus à Navassa et en Septembre étaient en Santo Domingo. Au cours des longues négociations et Francisco Porras Diego Porras,[126] suivi de 48 hommes, ils se sont rebellés à Colombo, a voulu à tâtons la traversée en canoë comme il y a deux temps, mais pas eu de chance et est retourné se rendre.

Les indigènes étaient sur le point de se rebeller, mais Columbus a pu peu après de prévoir une 'éclipse lunaire 29 Février, puis envoyé pour les Indiens affirmant que son dieu était en colère avec eux et aurait obscurci le ciel. La nuit, la lune est devenu rouge et le lendemain, les indigènes effrayés a repris de fournir des vivres aux survivants.[127] Au mois de Juin 1504, il est arrivé Diego de Salcedo avec un navire qu'il a payé pour un petit bateau en remorque.[128] Les sauveteurs étaient arrivés. Le 28 Juin, ils partirent pour Hispaniola, le 12 Septembre en Espagne, en payant de leurs propres poches le voyage aller-retour. Il est arrivé en Espagne le 7 Novembre.[119]

La mort à Valladolid

Cristoforo Colombo
Le tombeau de Christophe Colomb en La cathédrale de Séville

A la fin de 1504, il a décidé de ne plus laisser le royaume de Castille, bien que dans un environnement hostile à lui. Il a résidé à Séville en réel Segovia. Il a envoyé des lettres à son fils, Diego, est devenu un tribunal de courtisan demander des réunions avec réel qui n'a jamais eu lieu. La reine Isabelle, sa protectrice, malade depuis un certain temps, était mort depuis, tandis que le roi et la cour ne comprenaient pas l'importance de ses découvertes, ni accepté son "Mémorial des Agravios« Long mémoire sur les torts.

Le fils a réussi à obtenir son père une rencontre avec le roi Ferdinand,[129] et ses demandes a été décidé la création d'un rôle particulier, un arbitre, tombant sur le père Deza cette tâche qui a joué avec dévouement,[130] mais les résultats ne sont pas le meilleur pour Colombo. ils ont offert Carrión de los Condes en échange de toutes ses demandes, mais il a refusé, à venir à la suite de Valladolid. Il est mort à Valladolid le 20 mai 1506 en raison d'un crise cardiaque en raison de la Le syndrome de Reiter, comme le suggère le chercheur Antonio Rodriguez Cuartero dell 'Université de Grenade et a déclaré dans une publication de Février de 2007.

Les symptômes de cette maladie ont été trouvés dans les journaux de Colomb et les écrits de ses contemporains: la douleur au cours miction, le gonflement et l'affaiblissement des genoux et conjonctivite, Il est devenu évident au cours des trois dernières années de la vie.[131] Il a d'abord été enterré dans une église dans la ville, mais ses restes ont ensuite été inhumé dans la crypte d'une Monastère La Cartuja (Séville, dont il a été plus tard aussi enterré son fils Diego) Et par la suite, en 1509, placé dans cathédrale le même Séville. En 1537, les restes de Christophe et Diego ont été transportés à Hispaniola Cathédrale de Saint-Domingue où ils sont restés jusqu'en 1795, quand l'île était à céder aux Français. Les Espagnols alors déplacé les restes à La Havane puis, en 1898, après la victoire des États-Unis en Guerre hispano-américaine, Retour à Séville dans un complexe catafalque.[132][133]

Le différend sur la tombe « vrai »

En 1877, lors de la construction de la restauration de la cathédrale de Saint-Domingue, on a découvert une boîte contenant 13 grands plombé fragments d'os et 28 petits; à ce sujet était un signe qui a attribué ces restes à « Cristobal Colón ». Actuellement, ces restes reposent au phare de Colomb, voulu par gouvernement dominicain (Convaincu que 1795 sera rapporté par hasard en Espagne os de son fils Diego) pour une mémoire perpétuelle du découvreur des Amériques.[132][134]

En Juin 2002, les professeurs d'espagnol Marcial Castro et Sergio Algarrada ont essayé de résoudre le problème du lieu de sépulture de Colomb, il a prétendu être précis de la cathédrale de Saint-Domingue et de Séville. L'intention des deux chercheurs était d'extraire, à l'aide de l'Université de Grenade, ADN les restes humains des deux cathédrales, puis le comparer avec l'ADN du second Fernando (Fils Illégitime avait union avec Beatriz Enriquez de Arana), dont l'identité est certain.[134] Si les autorités Andalousie (communauté autonome où Sevilla) ont formellement demandé la permission de la cathédrale de Séville à exhumer les restes du présumé Colombo, tout comme ils l'ont fait les autorités de République dominicaine.[132] L'Université de Grenade, en Juin 2003, il a procédé à la prise de l'ADN des os à Séville[135] et l'observation de la même.

Cristoforo Colombo
Cristoforo Colombo sur le pont du navire indique le chemin vers le Nouveau Monde. Détail d'une affiche d'art pour l'exposition italo-américaine de 1892, tenue à l'occasion de la découverte de l'Amérique quattrocentenario

Juste à ce stade, il semblait que les os ne coïncident pas avec ceux d'une personne sur les caractéristiques physiques ou l'âge au moment du décès, Christopher,[136] mais l'ADN isolé (en fait un petit fragment de ADNmt) Montré un match avec celui de son frère Jacques, la preuve que les deux avaient la même mère.[137][138] Cette preuve, combinée à une analyse anthropologique et historique, a renforcé les chercheurs l'idée que la vraie tombe de Cristoforo Colombo est celui placé dans la cathédrale de Séville.[139] Comme il n'a pas été possible d'examiner des fragments humains de Santo Domingo, on ne sait pas si elles appartiennent aussi à Cristoforo Colombo.[138][139]

erreur de calcul

La Société navale de Columbus, motivée par le désir d'atteindre les Indes et commerciarvi directement et plus rapide, a été rendu possible grâce à la détermination du voyageur génoise mais aussi - comme dans le cas de nombreuses découvertes - de son erreur. En effet, il a fait valoir que la terre avait un diamètre plus petite que celle réelle.[140] À ce moment-là, en fait, aucun navire serait en mesure d'accomplir plus 20000 km que l'Espagne du Japon, si seulement parce qu'il n'y avait aucun navire qui peut être stocké à bord d'une quantité de provisions suffisantes pour la réalisation du voyage, ce qui aurait exigé - dans des conditions optimales - plus de quatre mois. Les calculs Colombo ont eu tort, alors que ceux de ses adversaires étaient essentiellement correct: Colombo estimé en seulement 4400 km la distance à partir de îles Canaries la côte asiatique, une valeur cinq fois plus petit que le vrai.

La grande fortune de Colomb que son voyage était très court, car sur la route des Indes a trouvé la Amériques, sinon son expédition aurait sûrement péri dans l'océan, ou il reviendrait. La forte opposition que Colomb a rencontré découlait du fait que la traversée de l'océan a été considéré trop long pour être réalisable et non par la conviction que la Terre était plate. En effet, la conscience de la sphéricité de la Terre était déjà opinion commune des gens instruits du Fin du Moyen Age (Pour tous, on peut citer Thomas d'Aquin et Dante Alighieri). Depuis les temps anciens, les observations dans l'environnement astronomique-mathématique hellénistiques (Lorsque la circonférence de la Terre a été mesurée avec précision par Eratosthène) Ils ont été enregistrés et perfectionnent par des scientifiques musulmans, qui ont traduit et étudié les textes, et par les savants occidentaux.

De plus, au moment où Christophe Colomb effectue ses calculs pour la réalisation du premier voyage, procédure d'Eratosthène est disponible et peut être répétée (qui fournit une estimation de l'étendue de la circonférence de la terre avec une plus petite marge d'erreur de 5%). Colomb lui-même ne savait pas d'être sur un continent différent de ce qu'il attendait: plus tard, il a noté sur son journal, il a baptisé les terres découvertes nuevo mundo et mis en doute troisième voyage en sont venus à un nouveau continent.[141] La légende que la terre a été considérée comme plat dérive d'un roman 1828, La vie et les voyages de Cristoforo Colombo de Washington Irving, que je déteste le Eglise catholique, Il a décrit la fausse image d'un défenseur de Colombo unique de la théorie d'une Terre ronde contre la demande imposée par l'ignorance médiévale catholicisme[142]. En fait, comme nous l'écrivions plus haut, le soutien administratif à Colombo a contribué à gagner leurs forces de ses adversaires l'organisation et le financement du premier voyage.

Colombo et l'apocalyptique médiévale

«J'ai commencé à naviguer en mer à un âge très jeune, et je continue jusqu'à présent. Cette profession crée en moi une curiosité sur les secrets du monde. Au cours des années de mes études, j'ai étudié les textes de toutes sortes: cosmographie, histoires, chroniques, la philosophie et d'autres disciplines. A travers ces écrits, la main de notre Seigneur m'a ouvert l'esprit à la possibilité de naviguer vers les Indes, et m'a donné la volonté de ce voyage à tâtons. Qui pourrait douter que ce flash de la connaissance n'a pas été l'œuvre du Saint-Esprit? »

(Cristoforo Colombo, Livre des prophéties, 67)

Les premiers explorateurs nouveau Monde apporté avec eux, dans ce qui allait être appelé « l'Amérique », une grande richesse des croyances, des attentes, des prévisions, qui appartenaient au patrimoine des attentes apocalyptiques et eschatologique la Fin du Moyen Age. Dans cette transmission, Cristoforo Colombo a joué un rôle très important. Homme caractérisé par une grande dévotion personnelle[143], Colomb était certain de jouer un rôle important dans l'avenir des royaumes hispaniques providentiel. Dans cette vision apocalyptique, ses voyages ont été l'avant-dernier épisode, avant de reprendre Jérusalem, l'événement qui aurait donné le début de dernièrement et la mise en place de millénaire de la paix, en prélude à leur tour fin du monde.

Cristoforo Colombo
Statue de Cristoforo Colombo à Gênes

Dans cette perspective, Colombo a vu les rois de Castille et d'Aragon comme des acteurs clés dans le renouvellement du monde, « Heights, pensez à combien peu d'argent et d'efforts ont coûté la reconquête la Royaume de Grenade! L'abbé calabrais Joachim de Fiore dit que celui qui reconstruira sanctuaire sur Mount Zion Il sera d'Espagne ".[144] Columbus a également été sûr qu'un endroit spécial était réservé franciscain dans les activités missionnaire qui seraient initiés et les Amériques a vu que la nouvelle arène où le prosélytisme chrétien pourrait être réalisé. En fait, même les missionnaires européens qui ont commencé à rencontrer des Américains autochtones, contestualizzavano ces populations, dans le cadre de leur vision providentiel dans l'histoire comme les derniers païen dont la conversion (avant celle de Hébreux et le rétablissement de Jérusalem comme capitale de l'humanité) accomplirait les attentes médiévales de l'avenir révélation.[145]

Colombo a également compilé un travail prophétique et propagande, la Livre des prophéties (Liber prophetiarum), Dans lequel a fait l'éloge d'Isabelle de Castille et Fernando d'Aragon et les royaumes hispaniques sur lesquels ils régnaient, étant entendu que "rois catholiques« Occuperait un rôle providentiel dans l'histoire chrétienne. Dans ce travail, Colombo a insisté pour que, dans tous les voyages qu'il avait entrepris, il avait agi conformément aux deux rois et la puissance spirituelle Le pape Alexandre VI. Colombo a écrit ce livre pour placer ses découvertes dans une séquence plus grande d'événements qui serait cruciale pour le salut de l'humanité: ses yeux, la découverte de la nouvelle route vers l'Orient a été la première étape vers la libération de Jérusalem et Terre Sainte par domaine musulman. Cependant, malgré tout cela, parce que le seul manuscrit Livre des prophéties est resté dans la bibliothèque de la famille Colombo à Séville, il semble raisonnable de supposer que ce travail n'a jamais été envoyé aux souverains hispaniques et que Christophe Colomb a apporté avec lui le code dans son voyage quatrième et dernier.[146]

Antidater la découverte de l'Amérique

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: la colonisation européenne des Amériques § antidatage de la découverte de l'Amérique.

D'abord Columbus déjà certaines personnes avaient fait quelques tentatives vers le nouveau continent, comme Vikings (Ce qui certainement est venu Terre-Neuve) Et les Portugais, qui ont colonisé la Açores, situé au large de l'Atlantique; certains colons Icelanders avait également atteint la Groenland tôt deuxième siècle.[34]. Cependant, en dépit de 'Amérique a été presque certainement déjà été atteint par d'autres peuples, Columbus est crédité d'avoir déclenché un processus extraordinaire colonisation le Nouveau Monde, portant la véritable découverte de celui-ci par tous. la Vikings et Icelanders pas à grande échelle colonisée nouvelles terres découvertes, de les abandonner après un certain temps, probablement parce qu'une partie très lointaine et inhospitalière.

Selon le journaliste Ruggero Marino[147] la découverte de l'Amérique par Christophe Colomb était d'anticiper quelques années. Selon cette thèse, le navigateur aurait été déjà en 1485 un voyage qui le mènera au Nouveau Monde. Vous pouvez déduire de différents indices: la route suivie par Colomb lors de sa première visite en 1492 suit exactement le courant, également sur la tombe de Le pape Innocent VIII Il montre l'expression « Au cours de son règne, la découverte d'un nouveau monde. » cependant, le pape, est décédé le 25 Juillet 1492, quelques jours avant le début officiel. L'auteur de cet enregistrement peut avoir à la fois simple référence faite à la dernière année civile dans lequel il a vécu Innocent VIII, en fait 1492, comme on le sait le rôle actuel de jour de « protecteur » que le pape avait dit contre Colombo[148]. Notez également que le navigateur turc Piri Reìs, dans son célèbre carte, construit dans les premières décennies de XVIe siècle, a noté que la zone du Antilles Il a été découvert dans l'année calendrier islamique 896 (ce qui correspond à 1490/1491 de l'ère chrétienne) par un mécréant génoise nommé Colombo.[149].

La cause de l'héritage et de la lignée

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: en raison du majorat de Cristoforo Colombo.

En 1497, les rois de Castille et d'Aragon accordés à Columbus le droit d'établir un primogéniture, Qu'est-ce que le navigateur l'année suivante par testament (une autre testament a été fait en 1502 et d'autres codicilles en 1506). Colombo a souligné que la primogéniture ne serait héritée par un descendant mâle, ou, à défaut, par des parents.[150] Décédé Colombo, le aînesse passa à son fils Diego, puis, à la mort de ce fait, son fils Louis, qui avait des différends avec l'empereur Charles V de la manière qui lui confèrent les charges et mettre en œuvre les recettes fiscales. Il a finalement été conclu un accord par lequel Luigi appartenait au titre Marquis Jamaïque, au lieu du gouverneur, Duché de Veragua et une rente fixe pour la vie à la place du dixième répondant aux capitulations par son grand-père Christopher. Luigi morì sans descendants mâles, alors l'héritage est allé à son neveu Diego, dernier descendant mâle en ligne droite de Cristoforo Colombo est mort en 1578 sans enfants.[151]

Puis il y eut un différend entre les héritiers présomptifs, compliquée par le fait qu'ils n'ont pas trouvé la volonté de 1502, mais seulement celle de 1498 et codicilles de 1506. Le 4 Octobre 1583 roi Philippe II d'Espagne Il a écrit une lettre à Duc de Mantoue et Duc de Monferrato Guglielmo Gonzaga pour l'informer que sa cour avait un différend entre Christopher Cardona (amiral des Indes), Francesca Colombo, Alvaro de Portugal (comte de gelves), Jeanne de Toledo, abbesse et les religieuses du couvent de Valladolid, Maria Colombo (moine du même monastère de Valladolid), Cristoforo Colombo (frère de Louis, avec le même nom du découvreur du Nouveau Monde) et Baldassare Colombo.

Juste les prétentions de Philippe II Baldassarre poussé à demander Guglielmo Gonzaga à interroger les témoins sous serment Monferrato et, dans les six mois, un rapport écrit à la Cour suprême d'Espagne.[152] Les points litigieux étaient les anciens membres de la famille Colombo Cuccaro Monferrato; la relation familiale entre les ancêtres Cristoforo Colombo et ceux de Baldassarre; la présence du nom de Domenico Colombo, le père de Christopher, parmi les écrits publics de Cuccaro; et le fait que Cristoforo Colombo était un descendant de Colombo du château de Cuccaro. Ils ont ensuite été de recueillir le plus grand nombre possible de témoignages sur le sort et l'emplacement de la branche de Cuccaro Colombo et pourquoi tout le monde parlait de Christophe comme génoise au lieu d'un Cuccarese.[153]

Le duc de Mantoue délégué puis sénateur Ferrari et deux notaires de procéder à l'enquête, puis revalidé par le Sénat et l'évêque de Mantoue Casale Monferrato et envoyé dans la péninsule ibérique.[154] Le procès, célébrée avant la Conseil des Indes, Cela a duré jusqu'à ce que, le 22 Décembre 1608,[155] la primogéniture a été affecté à Pedro Nuño Colón de Portugal, mais descendant mâle dans la ligne femelle (fils d'Alvaro de Portugal, en fils de tour d'Isabella Colombo, fille de Diego Colombo et son neveu Christopher).[156] Baldassarre Colombo, qui a également été reconnu comme un parent de l'amiral,[157] Il a été exclu parce qu'il se sentait comme Pedro Nuño, le plus proche parent du découvreur du Nouveau Monde.

Cependant, Baldassarre a reçu le titre de comte et a reçu une somme de 2000 duchés[155] dans le cadre du revenu d'état de Veragua. L'étude réalisée au début de 1800 par Gian Francesco Galleani Napione autres documents détenus par Guglielmo descendant Fedele Colombo,[158] Il a essayé l'extinction des deux lignes de la famille Colombo: un Baldassarre, l'autre Ascanio Colombo était encore en vie en 1652. Guglielmo Fedele a lieu descendant de la seule branche connue de la famille Colombo encore en vie, celle de Cuccaro, éteinte puis aussi cela en 1877 avec Luigi Colombo, prélat de Gregory XVI et Pie IX.[159][160] Luca Antonio Colombo, père de Guglielmo Fedele, a été investi du fief de parties Cuccaro du 8 Juin, 1737, passa ensuite avec cérémonie solennelle avec son frère Francesco Veremondo 27 Juin, 1769.[161]

aspects controversés

mémorial

en Mémorial de Cristobal Colon à los Reyes Catolicos las cosas para sobre necesarias abastecer un Indias las,[162] ( « Mémorial de Cristoforo Colombo aux rois catholiques sur les choses nécessaires aux Indes »), il écrit: « Le nouveau monde devrait être organisé, tant qu'ils ne sont pas établis le commerce avec les riches empires asiatiques, dans un certain nombre d'exploitations agricoles, telles que celles créé par les Portugais en Afrique au cours de la XVe siècle donc: obtenir de l'or, des esclaves et d'autres produits par l'abandon pacifique ou par le troc avec les indigènes «ou par l'exploitation directe des ressources, » en utilisant le travail des indigènes, ce qui est moins cher que l'importation du travail, les loisirs ou « esclave.[162] De plus, une importance particulière est accordée « à la bonne conscience des gens nécessaires pour[162] administrer la justice, tant pour les Espagnols et pour les indigènes, qui, au lieu sont traités à la fois plus le long de la cruauté que la raison "[162]. Le mémorial montre que:

  • le découvreur, au cours des dernières années de sa vie, il a maintenu la même idée ( « idée non violente »), en ce qui concerne l'organisation du Nouveau Monde qu'il avait mûri dans la période antérieure à la découverte;[162]
  • bien que les crimes ont été commis pendant la vie et après la mort de Colomb, la plupart d'entre eux ne sont pas imputables à Colomb lui-même;[162][163][164]
  • Colombo n'a pas créé un système « esclave », mais simplement appliquer un système existant (qui a été acceptée comme normale par la société de cette époque). Un exemple est le fort d'Elmina dans le courant Ghana, Il construit par les Portugais en 1482 et la broche de la traite des esclaves, encomiende et servage);[162]
  • Colomb était, en quelque sorte, forcé d'utiliser des méthodes violentes,[165] mais ils allaient à l'encontre de ses idées.[162][163][164]

Caractéristiques physiques

Cristoforo Colombo
Giulio Monteverde, Colombo jeunes, Gênes, Castello d'Albertis

Malgré le nombre abondant d'œuvres d'art représentant Cristoforo Colombo, vous n'avez pas les portraits authentiques qui dépeignent.[166] Tous les survivants sont en fait des peintures faites après la mort du célèbre navigateur, fait selon les descriptions de ses contemporains ou dans certains cas, de véritables œuvres d'imagination des temps plus tard, parmi les plus célèbres à Sebastiano del Piombo 1519 où le navigateur de cheveux colorés cuivre.[167] Cela explique pourquoi la quantité énorme d'effigies qui décrivent Colombo et qui donnent une grande variété d'aspects, ce qui rend difficile d'établir avec certitude quelles étaient ses véritables caractéristiques physiques. La première partie de la découverte du Nouveau Monde, où vous pourrez admirer le visage de Christophe Colomb, est considéré comme le La Vierge des Navigators de Alejo Fernández, construit entre 1505 et 1536 pour la Casa de Contratación Séville.[168]

Selon les quelques témoignages de son apparence, elle avait les cheveux blonds de feu, peau claire légèrement taches de rousseur, plus grand que 1,80 m,[169] aux yeux bleus, bleu ou gris.[170] Exposition universelle de Colombo en 1893 ont été mis sur l'affichage 71 portraits,[171] représentants Colombo avec cheveux Biondi rouge o, qui en réalité sont devenus grisonnants relativement tôt, les yeux clairs[172] et un teint clair de la peau rougit à l'exposition prolongée au soleil.

Débat sur la nationalité

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Origines Columbus.
Cristoforo Colombo
Monument dédié à Cristoforo Colombo en Rapallo en Ligurie

Il y a différentes idées sur le lieu de naissance de Christophe Colomb. Dans la théorie classique et note universellement indiquant Gênes comme le berceau du navigateur, sont opposés en Italie Savona, cogoleto, toujours Ligurie; terrarossa Colombo, fraction de la ville ligure Moconesi, Cuccaro Monferrato et Bettola, en Plaisance, tous les lieux qui étaient encore dans la région au moment de la République de Gênes. Loin de l'Italie d'aujourd'hui, les pays qui réclament le lieu de naissance de Christophe Colomb sont les Espagne (Avec origine juive possible), la Portugal (Engagé espion pour détourner l'attention de l'Afrique espagnole) et Pologne (Fils du roi Ladislao III). Le premier livre qui mentionne l'origine génoise de Christophe Colomb est le De Dictis factisque memorabilibus collectanea: Camillo Gilino latine factums le Doge de Gênes Battista Fregoso (1440-1504), publié à Milan en 1509[173] et où il est appelé « Christophorus Columbus natione Genuensi ». Francesco Guicciardini, dans son Histoire de l'Italie de 1538,[174] João de Barros, dans son Asie (1552)[175] et Torquato Tasso (1544-1595), dans Jérusalem délivrée 1581[176] indiquer Columbus comme Gênes ou Ligurie. D'autres célèbres écrivains portugais et, comme humanistes Damião de Góis et Garcia de Resende, dans leurs chroniques officielles a confirmé l'origine génoise de Christophe Colomb.[177]

Date de naissance

Cristoforo Colombo
Inscription au Musée Colombo Cuccaro Monferrato affirmant la naissance présumée du navigateur dans les terres Monferrato

Pour regarder, comme mentionné ci-dessus, plus exactement à sa naissance à Gênes juste entre le 26 Août et le 31 Octobre, 1451 sont en effet considérés comme particulièrement deux documents fondamentaux. La première a été trouvée par Marcello Staglieno dans l'État à Gênes.[178] Il est un document daté du 31 Octobre Gênes 1470, dans les actes de Nicola Notaro Ray (. strand 2, 1470, n 905) dans lequel Cristoforo Colombo, fils de Domenico, a prétendu être de plus de 19 ans: il n'a pas encore atteint la maturité, ou 25 ans, sa date de naissance a été placée entre 1446 et 1451. Cependant, en 1904 un autre savant, le général Ugo Assereto, déterré dans les Archives d'Etat de Gênes un second document[179] Il est connu des spécialistes comme « document Asseretos ».

Dans ce document, Gênes le 25 Août, 1479 dans les actes de notaire Gerolamo Ventimiglia (volet 2, n. 266), Cristoforo Colombo a prétendu être né à Gênes et d'avoir « environ » l'âge de 27 ans (ce document est d'une extrême importante aussi parce que sa présence courte à Gênes est le dernier documenté, et surtout depuis Cristoforo Colombo, ont fourni des données biographiques coïncidera avec celles-ci, été déterminée aussi par ceux qui ne veulent pas originaire de Gênes, précisément liée à l'avenir "Cristóbal Colón de las Descubridor Yndias« Cristoforo qui a également fait d'avoir séjourné à Lisbonne pour plus d'un an, d'avoir fait un voyage à Madère et être sur le point de retourner dans le même Lisbonne en tant que voyageur d'affaires et en tant que service à la clientèle fiduciaire marchands génoises, établis à Lisbonne, ces mêmes Lodisio CENTURIONE et Paolo Di Negro dont les héritiers ont ensuite été enregistrées par lui et par son fils Diego dans leur testament, respectivement de 1506 et 1523).

Cristoforo Colombo
A gauche de la signature de Christophe Colomb avant 1492, à droite l'amiral de signature à la couronne de Castille service

Pour revenir à sa naissance, sur la base de deux documents trouvés par Staglieno et Asseretos, il doit se situer entre 26 Août et 31 Octobre, 1451, ce qui est précisément la période où - basée sur un document sur Gênes 16 Avril, 1451, conservée Archives d'Etat des Archives Gênes-secrètes, « Manuels Decretorum », non. 1, no. janvier 734, c. T 418 - père de Domenico et la mère Susanna Fontanarossa déjà vécu dans une maison dans la ruelle à droite dell'Olivella.

Dans ce document, il est resté pendant environ quatre ans. Cela découle d'un document supplémentaire en date du 18 Janvier, 1455 (conservée dans Bibliothèque apostolique du Vatican - Dieu. 9452, Partie II, 219 Papier T., « Extrait du livre de la lnstrumenti était Giovanni Recco notaire, c. 391 « ), qui stipule que, immédiatement après, Domenico Colombo a dû déménager avec sa famille dans une nouvelle maison avec jardin dans l'allée de la loi Ponticello, en dehors de la porte de Saint-André, au rez-de-chaussée où il a ouvert sa boutique en tisserand (textor pannorum) Où il vivait le jeune Christopher, il ne quattrenne. Telle est la « maison de Christophe Colomb », dont les restes sont conservés à ce jour, en ce qui continue d'être appelé Vico Droit de Ponticello, dont il se retira en 1470 quand ses parents ont déménagé à Savone.[180]

D'autres études,[181] également publié par le Comité national pour les célébrations du cinquième centenaire de la découverte de l'Amérique, ils concluent que la famille de Christopher était d'origine espagnole, appartenant à une souche juive juifs convertis (Ou, comme on les appelait en Castille, de "Marranes« ) Et son grand-père Giovanni a couru sans doute loin de l'Espagne à Gênes l'aube XVe siècle, pour échapper aux persécutions qui même les « nouveaux chrétiens », ou marranes morisques ils ont été, ont été présentées: en direction de Gênes aussi largement antisémite.

Cette hypothèse, cependant, n'est pas quelque chose de nouveau, comme il a fait en 1940 par un autre partisan sémitique: Salvador de Madariaga; apportant confort de la thèse de la non-présence, dans les archives de l'Église et ceux de l'État consulté par les chercheurs au cours des deux derniers siècles, de tout document autre que les ancêtres Christopher: les seuls documents sont en fait liés à son père Domenico et son grand-père Giovanni.

notes

  1. ^ Son origine est incertaine, mais voici les données les plus documentés et considéré comme le plus probable.
  2. ^ Parfois, ces grands navigateurs ont été rejoints dans une série de cinq personnages: les quatre autres seraient Giovanni da Verrazzano, Amerigo Vespucci, Giovanni Caboto et Sebastiano Caboto. vue Dainelli, p. 94.
  3. ^ Les trois autres ont été nommés John-Pellergino, Barthélemy et James (canal, p. 103; selon d'autres biographies, le nom du dernier fils était Diego), la seule sœur était Bianchinetta (canal 1892, p. 4).
  4. ^ haricots, p. 241; Robin Santos, p. 15.
  5. ^ Granzotto, p. 37.
  6. ^ « Les ancêtres Colombo vivaient sur les hauteurs de Sori, » Edward Meoli, article de journal publié sur Il Secolo XIX, 5 décembre 2008, p. 11.
  7. ^ Une journée dans la ville, édité par Corinna Praga et Laura Monaco, Sagep Editrice, Gênes 1992, p 14
  8. ^ Columbus Maison, Alfredo Preste, Alessandro Torti, Remo Viazzi, Six itinéraires à Portoria, Graphics Frassicomo, Gênes, en 1997, rapporté par le site ortidicarignano.it
  9. ^ La lettre a été cité par son fils Ferdinand. L'écriture en 1492, le même Christopher a prétendu surfer depuis 23 ans, alors qu'en 1501 il a parlé de plus de quarante ans de navigation. voir Granzotto, pp. 39-40; Markham, p. 122.
  10. ^ Irving, p. 5.
  11. ^ En 1502, Colombo, pour défendre ses privilèges, a changé son emblème en mettant les quartiers d'origine de Castille et Leon, en changeant l'arrangement des îles ajoutant aussi une « terre » au troisième trimestre et au quatrième trimestre, au lieu de la déplacé précédente ci-dessous, il met cinq points d'ancrage pour souligner son titre d'amiral. vue (FR) Armas Colón, sur grandesp.org.uk. Récupéré 17 Août, 2011..
  12. ^ Le blazon est quatre fois: Au premier trimestre est situé, avec des couleurs ont changé, les armoiries Royaume de Castille, dans la seconde celle de la Royaume de León, toujours avec des couleurs altérées, le troisième est composé d'un groupe d'îles dans la mer, le quatrième est la couche d'origine des armes au lieu de la famille Colombo. vue (FR) Armas Colón, sur grandesp.org.uk. Récupéré 17 Août, 2011..
  13. ^ Le fils Fernando a pris dans son Historie, daté 1564, des histoires qui préoccupaient comme ça contre l'histoire que Christophe, commandant du navire, exécute la tâche, la vie, objet de nombreuses critiques de son père, qui lui est confiée par René d'Anjou, de se rendre Tunis pour récupérer Galeazza aragonais ferrandina (Voir pour plus de détails Granzotto, pp. 43-46 et le fonctionnement en détail Lorgues, Dandolo, p. 74) et contre l'affirmation selon laquelle il a assisté à la 'Université de Pavie. Il convient de noter à cet égard Reta, p. 9, critiques Spotorno, p. 112.
  14. ^ Christopher a écrit les détails du voyage sur une marge d'un livre. Granzotto, p. 41.
  15. ^ Columbus a été l'un des cinq navires attaqués par les pirates Guglielmo Casenove dit Coullon de Vieux. Le nom se traduit par Coullon gallique avec Columbus, donnant lieu à plusieurs malentendus dans leur identification. Dans la bataille qui a suivi le pirate a perdu quelques bateaux, trois génoise. Le navire voyageait où Christopher a subi beaucoup de pertes, alors qu'il se sauva en nageant jusqu'à atteindre les côtes du Portugal, approchant Lagos. Colón, pp. 170-171; Taviani, p. 495.
  16. ^ Lord Dufferin en Lettres de la latitude nord (Hautes latitudes de lettres) Il a déclaré que, en Février 1477, il était venu Reykjavik un marin génois de Bristol. voir aussi de Lollis 1895, p. 46.
  17. ^ Ils se sont rencontrés en assistant à la All Saints Church. Voir référence Malaspina, p. 130. L'année suivante, selon les sources, est 1478 ou 1479. Voir aussi Malaspina, p. 45.
  18. ^ Perestrello, Bartolomeo, article à partir du site Web de Treccani
  19. ^ Benge, p. 34.
  20. ^ Granzotto, p. 61.
  21. ^ L'histoire a ensuite été adaptée en vers par le poète Garcilaso de la Vega. Granzotto, pp. 63-64.
  22. ^ La lettre était en latin et en date du 25 Juin 1474. Martins était en droit de Colomb et en tout cas le même présent sur la carte dans les documents apportés par Toscanelli est alors également rapporté par Christopher plus tard, grâce à 'historia rerum Pie II; certains biographes finalement pris en charge un échange de correspondance entre les deux. Voir, parmi d'autres Uzielli, p. 9 et Vignaud, pp. 9-10.
  23. ^ Selon certains auteurs, 1484 comme l'année de l'audience. voir fer, p. 241.
  24. ^ Le roi d'experts aux conseils des églises, se sont réunis dans "Junta dos mathematicos« Il se composait de plusieurs éléments importants de l'époque: le président était évêque Don cosmografo Diego Ortiz et parmi les composants inclus les scientifiques vizinho et Jose Rodrigo. Reportez-vous à la liste Vincent, p. 47 et Mathew, p. 89. La rencontre entre le roi et le navigateur a été plus tard l'objet d'une pièce de Lope de VEGRA.
  25. ^ Il a quitté le Portugal en secret, comme dit son fils, voir: de las Casas, p. 19.
  26. ^ La reine a demandé Celi de les vendre dans les navires construits entre-temps (Lorgues, Dandolo, pp. 147-148), trois ou quatre, comme dans carabelas Irving 1828, pp. 147-148.
  27. ^ Colombo, p. 296.
  28. ^ La réunion a eu lieu à Alcala de Henares, tel que confirmé par Andres del Corral dans "Pleitos». Voir Davidson, p. 150.
  29. ^ Diego puis a navigué avec Christophe Colomb qui l'a laissé entre autres de la commande La Navidad, le règlement qui a fondé plus tard à Colombo Haïti. Sanguineti, p. 203.
  30. ^ L'attention que Colomb réservée Beatrice a été soulignée par ses legs, comme le démontre les 10 000 Maravedí de verser chaque année, voir Davidson, pp. 152-153.
  31. ^ On dit que c'était la même marquise de contribuer à la condamnation de la reine, d'être son ami. voir Irving 1842, p. 210.
  32. ^ Lorsque Ferdinand a quitté la rencontre alors que le public en laissant tout à Isabelle, qui a pris soin des affaires sur l'océan. La réunion, décrite par Andrea Bernaldez, Colombo a vu exposer son imagination en faisant en sorte que la reine voulait encore l'entendre parler de contes de fées et des contrées lointaines. Las Casas a déclaré que Colombo avec ses discours autres ont amené à considérer avec amour, et que cela était sa vertu. Granzotto, p. 96.
  33. ^ Columbus a écrit qui a été considéré comme une comparaison ignorant marin des canaux, tandis que l'historien Francisco López de Gómara Il a écrit de lui "mais il était pas Docto bien entendido« ; Voir Granzotto, pp. 101-102. D'autres ont dit que la plus grande difficulté était à Columbus désapprendre les connaissances acquises. vue aide, p. 41. Dans tous les cas Colombo a soutenu sa thèse avec sa volubilité habituelle. Voir. F. Fernandez-Armesto, Cristoforo Colombo, Laterza, Roma-Bari, 1992 éd. RCS Livres, 2005, pp. 79-81
  34. ^ à b c et fa Piero Angela et al. Cristoforo Colombo - histoire d'un incroyable voyage, en Promotions SuperQuark.
  35. ^ Granzotto, p. 109.
  36. ^ Tarducci, p. 174.
  37. ^ Il y a une statue d'Isabella Santo Domingo qui donne le cercueil de ses bijoux en gage pour le pecunio demandé (un Santangel), mais cette représentation n'est pas vrai; voir aussi Granzotto, pp. 114 et 115.
  38. ^ Ces privilèges ont ensuite été retirés de la couronne. Granzotto, p. 123.
  39. ^ Au moment où il était arrivé sur le pont de Pinos, vers Cordova. Granzotto, p. 118.
  40. ^ Dans le premier, on a souligné que l'amiral de la mer Océane, dans le second il est nommé vice-roi et gouverneur général de ce que nous trouvons dans la mer Océan, le troisième donne un dixième de tous les biens occupés dans cette mer, dans le quatrième comme ils ont nommé le juge dans le cas de litiges riguardassero ses attentes, dans le cinquième pourrait avoir leur capital dans certaines limites du trafic avec les pays conquis. voir Colombo, Napione Conti, p. 304.
  41. ^ Asimov, p. 36.
  42. ^ Les principaux ports étaient en fait occupés par le tribunal de 'inquisition qui prévoit l'expulsion des Juifs aussi par voie maritime. Granzotto, p. 124.
  43. ^ Martinez-Hidalgo a noté peu de différence entre les trois navires de voile, mais il dit qu'il n'y a pas possibilité de les reproduire fidèlement, et il n'y a pas d'images ou des représentations fidèles de même. En 1892, et même plus tard, quelques exemplaires ont été reconstruits avec des détails inexacts. voir Granzotto, p. 133.
  44. ^ appartenant à Juan de la Cosa, le bateau a été initialement appelé Gallega comme il construit en Galice; Colomb lui-même était de donner son nom Santa Maria. Bernard, vache, Corvetto, p. 52.
  45. ^ Juan Di Nino, qui a participé à l'entreprise. Taviani, p. 24.
  46. ^ (FR) L'histoire de la Niña, sur thenina.com. Récupéré le 16 Août, 2011..
  47. ^ Ils ont demandé à la ville, par ordonnance du 23 mai comme un signe de la rédemption pour diverses charges plus ou moins fondées pour fournir deux caravelles et les préparer dans les 10 jours. voir de Lollis 1895, p. 99.
  48. ^ Sur les 90 hommes en charge, ils avaient 4 pentes au départ, ainsi que de Torres qui Bartolomeo avait tué un homme et quelques-uns de ses amis, y compris de Alfonso Clavijo Vejer et Juan de Moguer qui a fait une carrière dans Voyage. Martini, p. 107.
  49. ^ Les sources sont en désaccord sur le nombre total, D. Ferdinand a cité 90 autres comme Pierre Martyr d'Anghiera et Agostino Giustiniani dire 120. Voir Spotorno 1823, p. XXVIII.
  50. ^ Il a été un monument dédié à Palos. Témoignages comme celui de Yanez de Montilla voyaient en lui une ferveur qui semblait être pour lui l'entreprise. Granzotto, p. 129.
  51. ^ Granzotto, p. 129.
  52. ^ Le journal de bord a été perdu et la seule information que nous proviennent indirectement des textes de Las Casas. A la fin du voyage Christophe Colomb a remis le journal à la reine, qui a fait des copies; le fils de Christophe, Diego, lors de ses voyages lui a apporté une copie du journal qui a été partiellement copié à partir du premier biographe de Colomb, Las Casas de la note. voir Granzotto, pp. 147-148.
  53. ^ Ruggero, p. 29.
  54. ^ On a supposé que l'auteur était Gomez commandes Rascón de Cristoforo Quintero, propriétaire du navire, qui ne voulait pas égarer trop loin du continent européen. voir Colomb, p. 7 et Sanguineti 1891, p. 55.
  55. ^ Taviani, pp. 4 et 6.
  56. ^ Granzotto, pp. 151 et 146.
  57. ^ Colomb lui-même pour décrire le phénomène a écrit qu'il ne pouvait pas comprendre comment les aiguilles spostassero de plus en plus vers le nord-ouest, "las agujas noruesteaban"(la" aiguilles de nordovestavano »); Journal de bord de Columbus du 13 Septembre 1492 voir Fontoura, p. 174.
  58. ^ Granzotto, p. 162.
  59. ^ Les plaintes indique qu'il y avait, bien que n'a jamais obtenu aux véritables menaces de mutinerie. voir Almagià, p. 85
  60. ^ Accord ne mentionne pas Ferdinand et Las Casas, et les deux ont lu le journal original. Voir pour plus de détails Tarducci, p. 242.
  61. ^ Les calculs effectués avant de partir en compte un peu plus de 2.000 miles, mais cette limite semblait pas à jour, même si Christophe Colomb a convaincu ceux qui étaient présents à l'effet contraire. Granzotto, p. 171.
  62. ^ de Lollis 1895, p. 113.
  63. ^ colomb, p. 83.
  64. ^ Ruggero, pp. 38-39 La pension annuelle de 10 000 récompense maravedis est allé à Béatrice. Quant à Rodrigo, sa fin était incertain, même si pas agréable. voir Granzotto, p. 175.
  65. ^ ethnique amérindienne Arawak.
  66. ^ Cristoforo Colombo, Lettre au roi et la reine d'Espagne, sur classicitaliani.it. Récupéré le 16 Août, 2011..
  67. ^ Taviani, p. 496.
  68. ^ Taviani, p. 42.
  69. ^ Taviani, pp. 26 et 40.
  70. ^ « Un Indien avait assuré la Pinzón de la manière la plus formelle que Babeque aurait été une immense quantité d'or, « dit-il de Lollis 1895, p. 134, pour plus d'informations de Lollis 1895, pp. 138 et 142, Granzotto, p. 192.
  71. ^ La défection de Pinzón situé dans le quartier historique et les témoignages des désaccords: selon Ruggero Marino embauchait probablement la tâche par le roi et la reine qui lui est confiée de Castille et d'Aragon, qui est de faire de l'or pour la couronne (Ruggero, p. 51). Gianni Granzotto rappelle un incident alors discuté lors de l'un des essais pour l'héritage Christophe Colomb à travers le témoignage des marins a ouvert les navires en mer avaient distancé la recherche de l'île et pinte il ne pouvait plus suivre le cours de Santa Maria, puis décidé de pointer directement à Babeque. Le même Granzotto ajoute la motivation de la nature indisciplinée de Pinzón qui en voulait l'amiral impérieux (Granzotto, pp. 192-193). Le même avis est Salvador de Madariaga et Paolo Emilio Taviani, ils voient la défection d'une sorte de « vacances » du caractère égocentrique de Columbus (Taviani, pp. 27 et 65). Roselly de Lorgues, qui met en évidence l'envie du matelot, ajoute à l'histoire de Granzotto le fait que Colomb avait allumé une lanterne, espérant en vain remarquer Pinzón (Lorgues, Dandolo, p. 232). selon Fernando Colombo (Fils de Christopher), il était un véritable acte de mutinerie.
  72. ^ Irving 2004, p. 133.
  73. ^ Le Cibao était une région dans le centre de Haïti. Étant donné que les indigènes du lieu ne donnent aucune importance à l'or, Christophe Colomb avait la confirmation que ce fut le Cipango narré par Marco Polo. haricots, p. 46.
  74. ^ Version Morison présente dans Davidson, p. Les Indiens ont aidé 240. les Espagnols à fournir la charge (Ruggero, p. 57) en raison de la demande d'aide de Diego de Harana et Pedro Gutierrez. Juan de la Cosa se justifie en disant que lorsque vous marchiez il n'y avait aucun signe d'une catastrophe imminente. Granzotto, p. 208.
  75. ^ Colombo a demandé de descendre le mât et jeter la cargaison pas indispensable. Le navire a été frappé par les vagues plusieurs fois arriver au point que « la caravelle ne pouvait plus respirer » (de Colón, p. 136).
  76. ^ Taviani, p. 74.
  77. ^ Construit en partie avec des épaves Santa Maria. Taviani, p. 497.
  78. ^ Le messager ne répond pas à la caravelle. en Granzotto, pp. 212-213.
  79. ^ Il était perdu dans le brouillard. Granzotto, p. 215.
  80. ^ COLOMBO (côlon), Bartolomeo, sur Dictionnaire biographique de l'italien, treccani.it. Récupéré le 22 Novembre 2011,..
  81. ^ Selon le fils de Pinzón, Arias Pérez. Martini, p. 107.
  82. ^ Granzotto, p. 207.
  83. ^ Armés d'arcs et de flèches. Des Caribs l'amiral avait entendu dans le pays: ils étaient indigènes qui ont tué d'autres hommes et puis manger avec leur corps, ou anthropophages. vue Finazzi-Agro, Pincherle, p. 83. Les notes du journal des Caraïbes ont commencé le 26 Novembre, plus tard le 11 renforcé Décembre. Le mot changé dans les Caraïbes, le 2 et le 13 Janvier dans la description de la rencontre avec les indigènes appelés Carib eux. Münkler, p. 91.
  84. ^ Ruggero, p. 63.
  85. ^ Taviani, p. 55.
  86. ^ Everett, p. 52.
  87. ^ Granzotto, p. 216.
  88. ^ Lors de la réunion du roi a été étonné de voir de nouvelles personnes, écrit le juge de Barros dans son de l'Asie. voir aussi Ruggero, p. 81.
  89. ^ Il a demandé à rencontrer le réel de Castille et d'Aragon, mais n'a pas été accordé cet honneur. voir Granzotto, p. 231.
  90. ^ Taviani, p. 293.
  91. ^ Davidson, p. 288.
  92. ^ Préliminaire consistait à échantillonner le roi de la nourriture de l'hôte et, après la dégustation, la nourriture était recouverte d'un couvercle. Pour plus de détails, voir Grazotto, p. 236.
  93. ^ Taviani, p. 24
  94. ^ Henige, p. 173.
  95. ^ Taviani, p. 134
  96. ^ Phillips, Phillips,  p. 194.
  97. ^ Les coupables étaient, selon les habitants, les Caraïbes ont débarqué il y a longtemps. Colombo a visité le Guacanagari suspect, le chef de la population locale qui faisait semblant d'être blessé à la jambe pour mettre en évidence ses efforts de résistance contre les vrais coupables de l'attaque (Tarducci, p. 483), plus tard démasqué par le médecin du navire Chanca et le chirurgien qui l'avait accompagné (Lorgues, Dandolo, pp. 331-332). L'amiral a refusé de condamner à mort le menteur, pas sûr de ce que sa culpabilité. Puis il est venu pour savoir ce qui est arrivé: les mêmes Espagnols, fatigués de vivre confiné et l'orpaillage, les attaques organisées sur les villages voisins; dans un de ces Pedro Gutiérrez, l'un des leaders espagnols, a été capturé et exécuté, puis il y avait l'attaque contre le fort de La Navidad. Guacanagari a tenté d'avertir Diego de Harana est restée forte, mais sans succès. Granzotto, pp. 254-255 et Almagià, p. 110.
  98. ^ Taviani 1984, p. 11.
  99. ^ Il a été calculé que l'or transporté vaut environ 30 mille ducats. en Granzotto, p. 258.
  100. ^ Il a quitté 56 places hommes sous le commandement de Pietro Margarit dans Lorgues, Dandolo, p. 342
  101. ^ Juan de la Cosa, homonyme du premier voyage, cartographe, a attiré comme Cuba faisait partie de l'Asie; cette erreur, même corrigées par le même Juan quelques années plus tard, il a continué dans les éditions ultérieures des cartes jusqu'à 1516. Granzotto, pp. 266-268
  102. ^ Ajouter habituellement donnée aux gouverneurs de la province dans le royaume de Castille et accordé que par les monarques. en Granzotto, p. 269
  103. ^ Colón, p. 206
  104. ^ aide, p. 91.
  105. ^ Almagià, p. 122.
  106. ^ aide, p. 92.
  107. ^ Taviani, p. 174.
  108. ^ Taviani, p. 234.
  109. ^ Martini, p. 612
  110. ^ Granzotto, pp. 292-293
  111. ^ Il devait être pendu, à sa demande, il a attendu le retour d'un moine depuis longtemps qu'il confesse ses péchés finalement il y est parvenu, il les a oubliés. Colombo fatigué d'attendre l'avait jeté dans la mer d'une falaise. Pour l'histoire voir aussi Varela, pp. 127-128.
  112. ^ S'opposer à l'arrestation, il a été enchaîné par leur chef. en Granzotto, p. 295.
  113. ^ Martini, pp. 409 et 415
  114. ^ Taviani, p. 236.
  115. ^ Granzotto, p. 306.
  116. ^ appel bermudes parce que le propriétaire, Franciso Bermudez. Morison, p. 238.
  117. ^ Vida y Viajes de Cristóbal Colón, chapitre VIII
  118. ^ Le 20 mai, de Lollis 1895, p. 313.
  119. ^ à b Taviani, p. 222.
  120. ^ Martini, p. 435.
  121. ^ Granzotto, pp. 311-312.
  122. ^ Tarducci, p. 496.
  123. ^ La ville a ensuite été appelé Séville, un nom qui va durer pendant des siècles. voir Lorgues, Dandolo, p. 258.
  124. ^ Au départ, il a refusé de noter qu'il était une tâche impossible, a alors demandé de fournir ce service à tous les hommes survivants disant que c'était la seule chance gauche et que seulement dans le cas d'un rejet global, il serait la fête. Tous ont refusé et Méndez accords ont accepté le travail. Granzotto, pp. 320-321.
  125. ^ Leur entreprise a été appelée miraculeuse, voir Tarducci, p. 536.
  126. ^ Le premier était le capitaine de l'un des caravelles, le second avait le titre Escribano et il avait dressé une liste avant le départ, voir Taviani, pp. 286 et 310.
  127. ^ Dans un premier temps, ils riaient alors en regardant le spectacle insolite est devenu convaincu de la puissance des dieux invoqués par Christophe Colomb. Voir une description précise de l'incident: Lorgues, Dandolo, pp. 242-243.
  128. ^ Granzotto, p. 324.
  129. ^ Il est arrivé fatigué et malade. Tarducci, p. 622
  130. ^ Ils ont parlé du « dixième », qui était de savoir comment le suspect sur les actifs à l'étranger, et non le brut, mais le net qui semblait être un cinquième. L ' « huitième » est la partie que Colomb aurait reçu sur le commerce produit par lui que la couronne n'a pas été inclus dans ces calculs. Enfin, le « troisième », à laquelle Colomb aurait pensé en unifiant le titre de son amiral de la mer Océane avec le grand amiral Séville qui aperçut un tiers comme un hommage personnel, Deza impossible selon. Voir pour plus de détails Granzotto, p. 329
  131. ^ (ES) Esclarecen causas de muerte de Cristóbal Colón, sur eluniversal.com.mx, 25 février 2007. Récupéré 17 Août, 2011.
  132. ^ à b c L'ADN pourrait résoudre le mystère de Christophe Colomb, sur edicolaweb.net, 11 juin 2002. Récupéré le 16 Août, 2011.
  133. ^ (ES) Cristóbal Colón: traslación de SUS à la mortales Restos ciudad de Sevilla, sur cervantesvirtual.com. Récupéré 17 Août, 2011.
  134. ^ à b Les résultats d'ADN pourraient identifier Cristoforo Colombo, sur antikitera.net, 21 janvier 2004. Récupéré 17 Août, 2011.
  135. ^ Test ADN pour Cristoforo Colombo, sur edicolaweb.net, 4 juin 2003. Récupéré 17 Août, 2011.
  136. ^ (FR) Giles Tremlett, Les jeunes laïcs os mythe Christophe Colomb pour se reposer, en The Guardian, 11 août 2004. Récupéré 17 Août, 2011.
  137. ^ (FR) Rossella Lorenzi, ADN Suggère Columbus reste en Espagne, en Nouvelles découverte, 6 octobre 2004. Récupéré 17 Août, 2011 (Déposé par 'URL d'origine 16 décembre 2012).
  138. ^ à b (FR) ADN Columbus Vérifie reste en Espagne, sur msnbc.msn.com, 19 mai 2006. Récupéré 17 Août, 2011.
  139. ^ à b (ES) M. J. Álvarez-Cubero, L.J. Martínez-González; M. Saiz; J.C. Álvarez; J. A. Lorente, Nuevas Aplicaciones en identificación genética, en Cuadernos de médecine légale, vol. 16, numéros 1 et 2, 8 Mars 2010, pp. 5-18, ISSN 1135-7606. Récupéré 17 Août, 2011.
  140. ^ Elle avait rassemblé les données que Ptolémée avait calculé 180 degrés couverts par les terres connues, et seulement 180 de la mer. Colombo a également étudié les données Marino di Tiro il considérait 225 degrés de terrain connue (et donc 135 de la mer), et Toscanelli, qui a évalué à 160 degrés de la mer, y compris des Canaries 20 et Açores (Taviani, p. 161). De 135 degrés à 28 degrés Marino Colombo ajoutée apportée par Marco Polo pour ses découvertes et 30 que la distance estimée entre Cathay (Chine) et Cipango (Japon) (Yeh, p. 90), puis il a pris 9 degrés, comme signifié en traversant ce qui restait des îles Canaries, et 8 autres pour Colombo les mêmes calculs. Colombo réduit si le rayon de la Terre, que les calculs de Ptolémée, environ 2/3. Le degré correspond à 60 miles, tel que décrit Aristote, Colombo a choisi la théorie de Ptolémée qui a fourni 50, également étudié Alfraganus Il a estimé que dans 56 miles le degré, mais la pensée Colombo qui traitait chacun des miles identiques à celles calculées romaine donnée à 45 miles (Granzotto, pp. 71-75) et le continent eurasien plus étendue qu'elle ne l'est en réalité: la composition de ces deux erreurs, respectivement origine par Toscanelli et Marco Polo, Elle a eu pour effet de croyance, en fait sans fondement, d'être en mesure d'accomplir le voyage de l'Europe vers l'Asie.
  141. ^ Dans une note en date du 14 Août 1498 de la revue, transcrit par Las Casas, il est dit que le doute était un nouveau continent avait vu le jour dans l'esprit de Colomb, bien qu'il croyait officiellement qu'il était proche du Paradis terrestre. Lettre de Colomb aux rois catholiques de Castille et d'Aragon, mai-Août 1498 pp. 154-155, cité dans Bossi, p. 234.
  142. ^ Quelques mystères au sujet de la découverte, sites.google.com. Récupéré 17 Avril, ici à 2015.
  143. ^ Cristoforo Colombo, un amiral génois et "Defensor Fidei" (M. Parenti et M. Tangheroni), alleanzacattolica.org. Consulté le 14 Août, 2012.
  144. ^ Livre des prophéties, 77.
  145. ^ Michael A. Ryan, Un royaume de Stargazers: Astrologie et autorité dans la fin de la Couronne médiévale d'Aragon, Londres, Cornell University Press, 2011, pp. 178-180, ISBN 978-0-8014-4984-0.
  146. ^ Roberto Rusconi, éd. Le Livre des Prophéties, édité par Christophe Colomb. Berkeley: University of California Press, 1997, pp. iii-vi.
  147. ^ « Innocent VIII, le pape qui a redécouvert le Nouveau Monde », en le Journal, 11 octobre 2005. Récupéré le 16 Août, 2011.
  148. ^ Geraldini Menestò.
  149. ^ (FR) La clé de la carte Piri Re'is, sur sacred-texts.com. Récupéré le 16 Août, 2011.
  150. ^ Napione 1808, p. 65.
  151. ^ Napione 1808, p. 66.
  152. ^ Napione 1808, p. 67.
  153. ^ Napione 1808, pp. 68-69.
  154. ^ Napione 1808, p. 69.
  155. ^ à b Napione 1808, p. 248.
  156. ^ Napione 1808, p. 247.
  157. ^ Napione 1808, pp. 70-71.
  158. ^ Napione 1808, p. 244.
  159. ^ Cuccaro et Colombo, sur ilmonferrato.info. Récupéré le 30 Août, 2011.
  160. ^ Napione 1808, pp. 244-245.
  161. ^ Napione 1808, p. 245.
  162. ^ à b c et fa g h (ES) Cristoforo Colombo, Mémorial de Cristobal Colon à los Reyes Catolicos las cosas para sobre necesarias abastecer un Indias las (PDF) rah.es, Août 1501. Récupéré 18 Août, 2011.
  163. ^ à b (ES) Cristóbal Colón, sur bib.cervantesvirtual.com. Récupéré 18 Août, 2011.
  164. ^ à b (ES) Cristóbal Colon, et cruel, sur xpoferens.cat. Récupéré 18 Août, 2011.
  165. ^ Samuel Eliot Morison,Cristoforo Colombo. Amiral de la Mer Océane, Il Mulino, Bologna, 1962 « La politique cruelle inaugurée par Christophe Colomb et poursuivi par ses successeurs a le génocide total »
  166. ^ Alden; Loewen.
  167. ^ Granzotto, p. 59
  168. ^ Noble, Forsyth, Maric, p. 100; salle, p. 46.
  169. ^ (FR) des tests d'ADN sur les os de Christophe Colomb, sur christopher-columbus.eu. Récupéré 18 Août, 2011.
  170. ^ aide, p. 32. Les différents témoins sont dus, en plus de son fils, à Las Casas, le Père Barthélémy et Angelo Trevisan. en Martini, p. 56.
  171. ^ Morison 1942, pp. 47-48.
  172. ^ de las Casas 1951, p. 282.
  173. ^ Baptistae Fulgosi de dictis factisque memorabilibus - Fregoso Battista - 1509, sur vialibri.net. 20 Août Récupéré, 2011.
  174. ^ Guicciardini, p. 316. Guicciardini parle d'un "Christofano Colombo Genovese."
  175. ^ de Barros, p. 57. De Barros a écrit « Vous aimez tout état Christoforo Colombo était natione Genouese [...] Et percioche à cette époque une province de l'Italie [...] a été le natione Genouese, celle-ci suivant la coutume de son pays [... ] navigué vers la mer orientale si longtemps ".
  176. ^ taux, Canto XV, p. 133. Le taux indique Colombo ligure.
  177. ^ (ES) Documentos Cristovão Colombo sobre, sur colombodocs.com.sapo.pt. Récupéré le 21 Août, 2011.
  178. ^ Marcello Staglieno, en Journal Ligustico, A.XIV, 1887, p. 239, puis publié sous forme d'extrait: Quelques nouveaux documents autour de Columbus et sa famille, Sourds-muets, 1887 Royal Typographie de.
  179. ^ Ugo Assereto, "Journal de la Ligurie historique et littéraire", La Spezia, 1904, 25, vol. 5, pp. 5-16),
  180. ^ Dédié à Hispanic Patrimoine et enjeux de la diversité, somosprimos.com. Récupéré 24 Août, 2011.
  181. ^ Libro de las Profecias (en Nouvelle collection colombienne, vol. III, Volume I, Comité national pour les célébrations du cinquième centenaire de la découverte de l'Amérique, Rome, Istituto Poligrafico e Zecca dello Stato, 1993; Le livre a également été traduit et publié par William Melczer à Palerme, Twentieth Century Press, 1992)

bibliographie

  • (FR) Henry Mills Alden, nouveau magazine mensuel, vol Harper. 84, 499-504 numéros, Harper Frères, 1892, ISBN inexistante.
  • Roberto Almagià Cristoforo Colombo a vu Géographe, édité par Osvaldo Baldacci, Florence, L.S. Olschki, 1992 ISBN inexistante.
  • Isaac Asimov, Exploration de la Terre et le Cosmos, Milan, Mondadori, 1983 ISBN inexistante.
  • Joao de Barros, Asie, Vincenzo Valgrisio, 1562, ISBN inexistante.
  • (FR) Janet Benge, Geoff Benge, Christophe Colomb à travers la mer de l'océan, JEM Publishing, 2005 ISBN 978-1-932096-23-1.
  • Vincent Bernard, S. Vacca, Pier Luigi Crovetto, Pourquoi l'Europe a découvert l'Amérique, EDT srl, 1992 ISBN 978-88-7063-151-7.
  • Giovanni Bossi, Voyage Imaginaire et imaginaire utopique: le rêve du ciel sur la terre au mythe du bon sauvage, Mimesis Edizioni, 2003 ISBN 978-88-8483-159-0.
  • Michele Giuseppe Canale, La vie et les voyages de Cristoforo Colombo: précédé d'un récit historique du commerce, la navigation et les colonies des anciens et les Italiens du Moyen Age en Asie en Afrique devant lui, A. Bettini, 1863, ISBN inexistante.
  • Michele Giuseppe Canale, Cristoforo Colombo et ses cendres, Conseil. G. Ricci, 1892 ISBN ne pas exister.
  • Christophe Colomb, Collection complète des écrits de Christophe Colomb pour illustrer et documenter la découverte de l'Amérique, 1864. ISBN inexistante.
  • Cristoforo Colombo, De la planche à Diaries, Guaraldi, ISBN 978-88-8049-384-6.
  • Giotto Dainelli, explorateurs Italiens en Afrique, Volume 1, Typographical Union-éditeur de Turin, 1960, ISBN inexistante.
  • Fernando Colón, Alfonso de Ulloa, Rinaldo Caddeo, Historie de la vie et les actes de Cristoforo Colombo, Erre emme, 1990 ISBN inexistante.
  • Abel Fontoura Costa, A Marinharia dos Descobrimentos: por A. Fontoura da Costa, 3ème édition, Agência Geral do Ultramar, 1960, ISBN inexistante.
  • Bartolomé de las Casas, Vida de Cristóbal Colón, Fundacion Bibliothèque Ayacuch, 1992 ISBN 978-980-276-185-2.
  • Bartolomé de las Casas, Historia de las Indias, Vol. I, chapitre II, Mexico, Agustín Millares Carlo éditeur, 1951 ISBN 978-980-276-185-2.
  • Miles H. Davidson, Columbus alors et maintenant: une vie réexaminées, University of Oklahoma Press, 1997 ISBN 978-0-8061-2934-1.
  • Cesare de Lollis, La vie Columbus, Fratelli Treves, 1895. ISBN inexistante.
  • Robin Santos Doak, Christophe Colomb: Explorateur du Nouveau Monde, Compass Point Books, 2006 ISBN 978-0-7565-1057-2.
  • Cristoforo Colombo, les journaux de bord, Beans Maria Luisa, Edizioni studio Tesi, 1992 ISBN 978-88-7692-330-2.
  • Pino Farinotti, Rossella Farinotti Le Farinotti 2010, Newton Compton, 2009 ISBN 978-88-541-1555-2.
  • Ettore Finazzi-Agro, Maria Caterina Pincherle, La culture Cannibal Oswald de Andrade: Manifeste du Pau-Brasil Cannibal, Meltemi Editore, 1999 ISBN 978-88-86479-79-0.
  • Luigi Colombo, Gian Francesco Galleani Napione, Vincenzo de Conti, Patrie et biographie du grand amiral D. Cristoforo Colombo: Comptes de » et seigneurs de Cuccaro, Château en Ligurie dans le Monferrato, scopritor Amérique, Typographie médico-légale, 1857, ISBN inexistante.
  • Francesco Guicciardini, L'histoire de l'Italie, Apresso Lorenzo Torrent, 1561, ISBN inexistante.
  • Gaetano Ferro, Les voyages lusitaniens dans l'Atlantique et Cristoforo Colombo au Portugal, 2e édition, Murcia, 1984 ISBN 978-88-7063-151-7.
  • Alessandro Geraldini, Itinerarium à Regiones Sub Aequinoctiali Plaga Constitutas, par Enrico Menestò, réimprimer au nom du ministère de l'Éducation et de la Culture de la Région de l'Ombrie, Todi, Tuderte Typographie Artisan, 1992 ISBN inexistante.
  • Gianni Granzotto, Cristoforo Colombo, éditeur Ugo Mursia, 2010 ISBN 978-88-425-4493-7.
  • (FR) Biesele Linda Hall, Teresa Eckmann, Marie, mère et guerrier: la Vierge en Espagne et dans les Amériques, University of Texas Press, 2004 ISBN 0-292-70595-6.
  • Arthur Helps, La vie Columbus, G. Barbèra Editeur, 1870, ISBN inexistante.
  • (FR) David P. Henige, Les chiffres de nulle part: le débat de contact de la population des Indiens d'Amérique, University of Oklahoma Press, 1998 ISBN 978-0-8061-3044-6.
  • (FR) Henry L. Hunker, Columbus, Ohio: une géographie personnelle, Ohio State University Press, 2000 ISBN 978-0-8142-0857-1.
  • Washington Irving, Christophe Colomb, Wordsworth Editions, 2008 ISBN 978-1-84022-069-8.
  • Washington Irving, Une histoire de la vie et les voyages de Christophe Colomb, G. C. Carvill, 1828, ISBN inexistante.
  • Washington Irving, Voyage et découvertes des compagnons de Colomb, Conseil. le P.A. Molina, 1842, ISBN inexistante.
  • (FR) Max Yeh, Le début de l'est, Université de l'Alabama Press, 1992 ISBN 978-0-932511-63-8.
  • (FR) James W. Loewen, Mon professeur est Told Me, New Press, 2008 ISBN 1-59558-326-2.
  • Roselly de Lorgues, Tullio Dandolo, Cristoforo Colombo: histoire de sa vie et de ses voyages sur le support des documents authentiques recueillis en Espagne et en Italie par le comte de Lorgues Roselly, Volpato et comp., 1857, ISBN inexistante.
  • Elena Malaspina, Ars temperans, D.AR.FI.CL.ET, 1988 ISBN inexistante.
  • Christophe Colomb, Clements R. Markham, Cambridge University Press, 2010, Journal de Christophe Colomb (Au cours de son premier voyage, 1492-1493): Et les documents relatifs Voyages de John Cabot et Gaspar Corte-Real, ISBN 978-1-108-01284-3.
  • Dario G. Martini, Cristoforo Colombo entre la raison et l'imagination (deuxième édition), p. 435, Ecig, 1987 ISBN 978-88-7545-203-2.
  • K. M. Mathew, S. Vacca, Pier Luigi Crovetto, Mittal Publications, 1988 Histoire de la navigation portugaise en Inde, 1497-1600, ISBN 978-81-7099-046-8.
  • Daniela Mazzon (ed) 1992 - 1492. De la réalité à l'histoire, p. 127, Isonomy édition, Este, 1992 ISBN 88-85944-05-1.
  • (FR) Samuel Eliot Morison, La découverte européenne de l'Amérique: Les voyages du Nord, A. D. 500-1600, (Réimpression), Oxford University Press, 1993 ISBN 978-0-19-508271-5.
  • (FR) Samuel Eliot Morison, Amiral de la Mer Océane: Une vie de Christophe Colomb, Boston, Little, Brown and Company, 1942, ISBN inexistante.
  • Marina Münkler, Marco Polo: La vie et la légende, Vita e Pensiero, 2001 ISBN 978-88-343-0124-1.
  • Gian Francesco Galleani Napione De la maison Columbus, A Molini, et Landi comp., 1808, ISBN inexistante.
  • (FR) John Noble, Susan Forsyth, Vesna Maric, Andalousie, Lonely Planet, 2007 ISBN 1-74059-973-X.
  • (FR) William D. Phillips, Carla Rahn Phillips, Les mondes de Christophe Colomb, réimprimer, Cambridge University Press, 1993 ISBN 978-0-521-44652-5.
  • Const Reta, La vie Columbus, Volpato comp, 1846, ISBN inexistante.
  • Marino Ruggero, L'homme qui est allé au-delà des frontières du monde, Sperling Kupfer, 2010 ISBN 978-88-200-4912-6.
  • (FR) Roberto Rusconi, Le Livre des Prophéties, édité par Christophe Colomb, trans. Blair Sullivan, University of California, 1997 ISBN inexistante.
  • Angelo Sanguineti, La vie Columbus, A. A Bettolo, 1846, ISBN inexistante.
  • Angelo Sanguineti, La vie Columbus, 2ème édition, Conseil. R. Institut des sourds-muets, 1891, ISBN inexistante.
  • Giambattista Spotorno, De l'origine de la maison de Christophe Colomb, A Andrea Frugoni, 1819, ISBN inexistante.
  • Giovanni Battista Spotorno (ed) Code diplomatique Colombo-américain: à savoir, une collection de documents originaux et inédits, appartenant à Cristoforo Colombo découvrir l'Amérique et le Gouvernement, De l'impression Ponthenier, 1823, ISBN inexistante.
  • Francesco Tarducci, La vie Columbus, Fratelli Treves, 1885. ISBN inexistante.
  • Torquato Tasso, Jérusalem délivrée, Avec les personnages de P. Didot Maj., 1812, ISBN inexistante.
  • Paolo Emilio Taviani, Christophe Colomb: La genèse de la grande découverte, De Agostini Institut géographique, 1982 ISBN inexistante.
  • Paolo Emilio Taviani, Les voyages de Christophe Colomb: la grande découverte, Vol. 2, De Agostini Institut géographique, 1984 ISBN inexistante.
  • Gustavo Uzielli, Toscanelli, Columbus et la légende du pilote, Typographie M. Ricci, 1902, ISBN inexistante.
  • Consuelo Varela, La caída de Cristóbal Colón: el juicio de Bobadilla, Marcial Pons Historia, 2006 ISBN 978-84-96467-28-6.
  • Henry Vignaud, Paolo del Pozzo Toscanelli, Ayer Publishing, 1902, Toscanelli et Columbus: La lettre et carte de Toscanelli sur la route des Indes par voie de l'ouest, envoyé en 1474 aux Portugais, Ferman Martins, et plus tard à Christophe Colomb; une étude critique ... Suivi par les différents textes de la lettre, avec des traductions ... (réimpression) ISBN 978-0-8369-5717-4.
  • Fausto De Sanctis, Cesare De Lollis et la culture de son temps. Cristoforo Colombo, la vie académique, Abruzzes, 1992 Vieux Hêtre, Chieti, ISBN 88-7113-093-6.

Articles connexes

D'autres projets

  • Il contribue à Wikisource Wiktionnaire: Il contient une page dédiée à Cristoforo Colombo
  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations liées à Cristoforo Colombo
  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Cristoforo Colombo
  • Livre ouvert Nae 02.svg Cet article est inclus dans le livre wikipedia Cristoforo Colombo.

liens externes

autorités de contrôle VIAF: (FR17231583 · LCCN: (FRn78085478 · SBN: IT \ ICCU \ CFIV \ 007642 · ISNI: (FR0000 0001 2122 2444 · GND: (DE118564994 · BNF: (FRcb119304566 (Date) · ULAN: (FR500237956 · NLA: (FR35784235 · BAV: ADV11303130 · LCRE: cnp01259751
Wikimedaglia
C'est La qualité vocale.
Il a été reconnu comme tel le 9 Décembre 2011 - aller à la signalisation.
Bien sûr, d'autres sont les bienvenus conseils et les changements qui améliorent encore le travail accompli.

notifications  ·  Critères d'admission  ·  qualité dans d'autres langues Voices