s
19 708 Pages

Mithridate VI
(Mithridate Eupatore Dionisio)
Mithridate VI Louvre background.jpg blanc
Mithridate représenté dans une statue romaine le siècle (Musée du Louvre, Paris)
Roi de Pontus
au bureau 111 BC - 63 BC
égale à 48 ans[1]
prédécesseur Mithridate V
successeur Pharnace II[2]
Nom complet Μιθριδάτης Ευπάτωρ Διόνυσος, Mithridate Eupator Dionysos
autres titres Roi du Bosphore Cimmérien
naissance 132 BC[1]
mort Panticapée, 63 BC[2]
à l'âge de 68-69 ans[1]
dynastie Mithridate
père Mithridate V
mère Laodicée
épouse Laodicée, Monima, Berenice de Chios, Stratonice de Pontus, Ipsicratea
enfants De Laodicée: Arcathius,[3] Macare, Pharnace II,[4] Cléopâtre a augmenté, Dripetina
De Monima: Atenaide
De Stratonice: Sifare[5]
De concubines et illégitime: Mithridate I du Bosporus (de plus Adobogione), mineur Adobogione (d'une plus grande Adobogiona), Cyrus,[6] Serse,[6][7] Dario,[6][7] Ariarathe IX,[8] Artapherne,[6][7] Osatre,[6][7] Phoenix (de la Syrie), Esipodra, Nisa,[2] Eupatra,[6][7] Cléopâtre mineur,[7] Mithridate et Orsabari.[6]

Mithridate Eupatore Dionisio[9][10] (en grec ancien: Μιθριδάτης Ευπάτωρ Διόνυσος, Mithridate Eupator Dionysos; 132 BC[1] - Panticapée, 63 BC[1]), Connu sous le nom Mithridate le Grand (Μέγας Μιθριδάτης, mégas Mithridate) Et appelé dans l'historiographie moderne Mithridate VI ou tout simplement Mithridate VI, était souverain pontique, huitième Roi de Pontus de 111 BC sa mort.

Il est connu comme l'un des adversaires les plus redoutables de République romaine, qui l'a forcé à trois guerres Mithridate, engager trois des plus grands généraux romains, Lucio Silla Cornelio, Lucio Licinio Lucullo et Gneo Pompeo Magno. On dit aussi que ce fut le seizième descendant de Darius le Grand de Perse et le huitième depuis Mithridate I Il avait abandonné Macédoine et a fondé le royaume de Pontus.[1]

biographie

origines

Mithridate VI
Pièce en argent représentant le profil de Mithridate VI

fils de Mithridate V (150-120 BC) Et Laodicée de Syrie; sa date de naissance est une question de discussion entre les anciens historiens: en effet, Strabon Mithridate dit qu'il avait 11 ans quand son père est mort dans une conspiration (x. P. 477) et son témoignage est d'accord avec Appiano selon laquelle le Mithridate devint roi en 120 av. J.-C. et il est mort en 68/69 régnant 57; Memnon, cependant, il déclare qu'il avait treize ans et Cassio Dioné seize ans, quand il est arrivé au pouvoir[11]. La naissance (ou la conception) de Mithridate sont associés à une comète (symbole de malheur à Rome, mais le grand espoir parmi les Perses), une comète particulièrement grande visible était celle de 135 BC, bien indiqué de diverses sources anciennes aussi non classiques, comme les dossiers chinois[12]

jeunesse

Pas beaucoup est connu de son enfance et de la jeunesse, et certaines informations reçues est suspect. En fait, selon Giustino, la naissance de Mithridate était accompagné d'une comète et après l'accession au trône, a dû subir les intrigues et les complots de leurs tuteurs (peut-être le même qui a assassiné son père à l'époque) mais a réussi à échapper à leurs machinations en supposant antidotes pour se protéger contre les poisons et le retrait d'une longue période dans les régions les plus reculées de son royaume à chasser et à pratiquer au combat[13]. Une deuxième comète a annoncé son couronnement (bien que probablement pris le pouvoir après plusieurs années), cette comète peut être associée à une étoile (aussi particulièrement visible et connu des sources anciennes) de 120 BC (Voir. Le poison roi, op. Cit.).

En plus de la capacité de gymnastique, il avait aussi une culture considérable: comme un garçon, en fait, avait été éduquée dans Sinope, où il avait reçu l'éducation traditionnelle grecque; Il était d'une excellente mémoire, capable de parler plus de 25 langues et connaissait parfaitement tous les dialectes du peuple de son royaume[14][15][16].

Montée sur le trône

Dans tous les cas, tout crédit peut être accordé à ces histoires, il est certain que, après avoir atteint l'âge adulte, a pris personnellement l'administration de son royaume en mettant à mort son frère et sa mère qui jusque-là avait lieu la régence le royaume[1].

Comme il a consolidé son pouvoir, Mithridate a décidé d'étendre leur royaume conscient que l'Occident royaumes de Bithynie et Cappadoce Ils ont été soumis à la protection romain, Il se tourna vers l'est.

Après avoir vaincu et subjugué les tribus barbares vivant entre mer noire, l 'Arménie et Colchide, étendu les limites de sa règle à la populations scythes au Tanaïs l'obtention d'une renommée considérable; en fait, Parisade, roi du Bosphore, et les cités grecques de Chersoneso et pontique Olbia, Ils se proposés comme vassaux et en contrepartie de l'aide contre Mithridate Sarmates et Roxolans. Mithridate a délégué le commandement de l'expédition à ses généraux, Diofanto et Neottolemo, qui a obtenu un succès en menant l'armée pontique de Tanaïs rivière Tyras, Ils ont vaincu les Roxolans, a fait toute la région de l'impôt Chersoneso Taurico du royaume de Pontus et consolider la conquête par la construction d'une forteresse, connue sous le nom « Tour de Néoptolème »[17].

Enfin, la mort de Parisade, Mithridate a pris la couronne du Bosphore incorporant dans leurs domaines[18][19].

Les efforts d'expansion en Asie Mineure

Bien que engagés dans l'expansion du royaume, Mithridate n'a pas manqué de renforcer les frontières des alliances avec les pays voisins, en particulier avec Tigrane, Roi d'Arménie (dont il a donné sa fille Cléopâtre dans le mariage) ainsi qu'avec les populations de belligérant parties et Ibères.

Après avoir obtenu ces résultats avec des ressources considérables, il a décidé de tourner leur attention à Rome avec laquelle il y avait fort temps de désaccords: la république, en fait, en profitant de la minorité du roi, avait annexé la province de Phrygie que dans le temps en raison de la console Aquilio Il avait donné à Mithridate V[20], et il avait invalidé la volonté du chef de Paphlagonia, qui avait quitté son royaume à Mithridate[21].

Dans les deux cas, Mithridate n'a pas contesté les prétentions de Rome, mais prit bientôt le but de subjuguer les royaumes d'Asie qui étaient sous la protection romaine afin d'obtenir la domination absolue du Moyen-Orient. Constant but de ses ambitions était la Cappadoce, à l'époque dirigé par Ariarathes VI, mari de Laodicée, sœur du roi pontique: Mithridate, a organisé l'assassinat du frère, a tenté de réclamer le trône, mais les Romains interposés et l'a forcé à abandonner; Il a subi le même sort effort presque parallèle à se positionner comme un maître de Paphlagonie[22].

Dans tous les cas, même si elle avait conforme à rescrits Rome, ne se repent pas de son ambition d'unir son royaume états voisins et il n'a pas été si longtemps avant de Mithridate est revenu à tourner leur regard vers la Cappadoce. En fait, après l'assassinat de Ariarathes VI, la reine Laodicée, sœur des rois pontiques, elle a statué comme régent au nom de l'enfant mineur, et de se protéger contre les désirs de son frère Mithridate, a conclu une alliance avec Nicomède II Bithynie[23].

Mithridate fait, quelques mois plus tard envahi Bithynie, Nicomède forcé de retirer ses forces de la Cappadoce dont le souverain, après une première collaboration avec son oncle, se retourna contre. Il n'a pas vécu longtemps: en effet, a invité son neveu à une conférence de paix, Mithridate l'a assassiné et remplacé par un de leurs enfants, Ariariate; la nomination fixée par les rois pontiques, cependant, a déclenché la révolte populaire qui a renversé le roi étranger et restauré le second fils Ariarathes VI et Laodicé[24].

Mithridate a essayé de réagir, encore une fois envahi Cappadoce et il a battu le rival (qui est mort peu de temps après), mais a été arrêté par le Sénat romain en 93 avant JC, nommé à son tour Ariobarzane. Mithridate, ne pas être en mesure de contester ouvertement la décision de Rome, il incité à commettre Tigrane, roi d'Arménie, de poser Ariobarzane qui a fui à Rome. L'année suivante, Silla, nommé praetor en Cilicie, Ariobarzane restauré sans Mithridate, qui a continué à se nominalement professer un ami des Romains, n'a rien fait pour l'empêcher[25][26][27].

La paix sanctionnée par Silla a duré moins d'un an: en effet, la mort de Nicomède II, Mithridate a contesté la succession de son fils, Nicomède IIJe mets sa prétention au trône de Socrate (le second fils du défunt) et envahirent Bithynie, Nicomède III forcé de fuir à Rome et laisser le trône à son frère cadet. Non content de cela, il a envoyé une seconde armée en Cappadoce, en imposant sur le trône son fils Ariarathe, alors que Ariobarzane a fui à Rome. À la demande pressante des princes déchus, Rome envoya deux consulaire liée: Un, Marco Aquillio, Il a été envoyé à traiter Mithridate, d'autre part, Lucio Cassio, Il a pris le commandement des troupes romaines dans la province de l'Asie[28][29].

De rares sources possèdent est extrêmement difficile de comprendre le comportement de Mithridate: en effet, bien qu'il ait été trouvé son désir de conquête de l'Asie Mineure, et il était bien conscient que les forces romaines travaillaient pour réprimer la guerre sociale, ne s'opposait pas ouvertement pour que Lucio Cassio, la tête de quelques cohortes, Il pourrait être restauré sur le trône Nicomedes (dont le frère, l'usurpateur Socrate Cresto, fut bientôt mis à mort par le même Mithridate) et Ariobarzane[30][31].

Guerre de Mithridate

Mithridate VI
la première année de la guerre (89 BC) Avec l'avance des troupes de Mithridate (jusqu'à occuper toute la royaume de Bithynie) Et l'alliance romaine défaites: le premier au rivière Amnia, le deuxième en Protophachium.
icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Guerre de Mithridate.

Mort aussi Nicomède III, monta sur le trône, Nicomède IV, une marionnette manipulée par les Romains. Mithridate comploté pour le renverser, mais ses tentatives ont échoué et Nicomède, incité à commettre par ses conseillers romains, a déclaré la guerre à l'Pontus. Mithridate envahi Bithynie et marcha sur l'ensemble, menant ses troupes au Propontide. Il, comme fin politique, il se montra comme le champion de la cause grecque, le seul qui pourrait être en mesure de voler les Grecs au joug romain. Nous ne pouvons pas savoir si et comment cela se sentait cause réelle, et combien n'a pas été déplacé par simple ambition. Cependant, les villes grecques ont fait défection en faveur de Mithridate et l'ont accueilli comme un libérateur sur le continent, alors que dans la mer flotte pontique Il met en état de siège les Romains à Rhodes.

puis Tigrane le Grand, King of 'Arménie, Il a établi une alliance avec Ponto, qui a été cimentée par le mariage de Tigrane lui-même et la fille de Mithridate, Cléopâtre. Les deux souverains auraient soutenus mutuellement dans la guerre naissante contre Rome.

Après avoir remporté le 'Anatolie Ouest, Mithridate a ordonné le meurtre des Romains qui étaient là. L'épisode, qui est entré dans l'histoire comme Vêpres asiatiques, Il fit à Rome, selon les historiens anciens (bien que le chiffre est certainement exagéré) quatre-vingt mille victimes. au cours de la Première Guerre Mithridate, Lucio Cornelio Silla (entre '88 BC et l '84 BC) A réussi à conduire Mithridate de la Grèce, mais a dû retourner à Rome immédiatement. Alors Mithridate fut finalement vaincu mais pas battu. En dépit des protestations de ses légionnaires, il Silla décontracté dans les limites de Pontus avant le déclenchement de la guerre (ce qui est contraire à l'habitude romaine, qui, au lieu appelé à l'ennemi de se rendre de vastes territoires) et a imposé une compensation forte. un La paix a été signé entre Rome et Pontus, mais ce fut seulement un moment de répit.

Mithridate a retrouvé sa force, et quand Rome a tenté d'annexer Bithynie (par disposition testamentaire de Nicomède), il a envahi le petit royaume avec une plus grande armée. Il a bien commencé Seconde Guerre Mithridate qui a duré de '83 BC tous '82 BC Lucio Licinio Lucullo Il a été envoyé contre lui et a obtenu un certain succès, mais une mutinerie l'a forcé à perdre le commandement de l'expédition. Enfin, Troisième guerre de Mithridate (75 BC - 65 B.C.) Gneo Pompeo Magno Il a vaincu la règle pontique.

Après la défaite, Mithridate fui vers Crimée où il a essayé de former une nouvelle armée pour se venger sur les Romains, mais a échoué. en 63 BC, Il a pris sa retraite dans la citadelle de Panticapée,[32] où il a mis à mort son fils cadet, Sifare, fils de Stratonice,[5] ne voulant pas concéder la défaite, d'autant plus que Pompée était arrêté Syrie, Il a conçu le plan stratégique, jamais réalisé, la tête d'une armée Italie, passant d'abord par la Scythie puis après la Danube supérieur[33].

« Mithridate était un homme conduit à de grandes entreprises, et ayant déjà essayé de défaites, mais aussi de nombreuses victoires, il a cru qu'il n'y avait rien qu'il pouvait faire. Si l'entreprise [pour atteindre l'Italie] avait échoué, il a préféré faire faillite avec son royaume, ainsi que sa dignité, plutôt que de vivre sans cela, oublié de tous. »

(Cassio Dioné Cocceiano, Histoire romaine, XXXVII, 11.2.)

Plus tard, il marcha vers le nord avec un petit groupe d'hommes. En Colchide, il a réquisitionné une flotte disparus et est allé à son fils aîné. Quand elle est venue à lui, mais il a constaté qu'il avait été trahi. Disparus se sont suicidés et Mithridate a pris le commandement de royaume Kimmerikon. Mithridate a ordonné de recruter un grand nombre Scythes pour retrouver son royaume, mais son fils Pharnace II Il a mené une rébellion contre son père. Ce soulèvement a été fomentée par des exilés romains qui Mithridate prises pour rendre le noyau de son armée.

Ces dernières années

en 63 BC, après Pompée avait mené une série de guerres victorieuses, est contre nabatéens Arabes, contre les deux Juifs, les deux Cilicie, les deux Syrie, placer sous la domination romaine la plupart des territoires à l'est de 'Euphrate (Y compris la région Cœlé, de Phénicie, Palestine, Edom et Iturée)[34], Mithridate a terminé son voyage autour du Euxin et il a occupé la ville de Panticapée. Peu de temps après avoir tué le plus jeune de ses enfants, Sifare, en raison d'une dispute avec la mère du garçon, qui voulait le protéger, parce qu'il avait échangé avec le même Pompée les trésors de Mithridate en échange pour le salut de son fils.[5]

Le roi de Pontus a décidé, alors, d'envoyer des ambassadeurs à Pompée, qui était encore en Syrie et n'a eu aucune idée d'où il était le roi. Mithridate a promis des cadeaux aux Romains, quand il a été autorisé à revenir le royaume de son père. Pompey a alors demandé que le roi lui-même d'aller en personne proconsul romain de demander, comme il l'avait déjà fait Tigrane. Mithridate a répondu qu'il enverrait à sa place, les enfants et les amis. Et comme il a répondu de cette façon, il a continué à recruter et à armer une nouvelle armée, même avec des esclaves et freedmen, la production de nouvelles armes, des projectiles et des machines de siège, et la perception des impôts, même par la force.

Il semble qu'il a souffert de ulcère[5] et quand il a récupéré de la maladie, car il avait été enrôlé une grande armée (estimée à 60 cohortes de 6000 armés chacun, y compris une grande multitude d'autres troupes, ainsi que des navires et forts capturés par ses généraux, alors qu'il était malade), elle a envoyé partie jusqu'à Phanagoria, afin de prendre possession du détroit entre cette ville et Panticapée, Pompée alors qu'il était encore en Syrie.[7] Appian dit que dans la ville il y avait six de ses enfants, qui ont tous été capturés. La prise d'assaut de la ville, cependant, a conduit d'autres villes environnantes de se rebeller aussi l'ex-roi de Pontus: Chersonèse, Theodosia, nymphée et d'autres. Mithridate, observant ces défections continue, ayant également des soupçons sur la fidélité de sa propre armée, en disant qu'elle avait imposé un projet militaire et des impôts élevés, et se rendre compte que les soldats ont peu confiance dans le commandant malheureux, a décidé de se marier une de ses filles certains principes entre alliés Scythes, en leur demandant de lui envoyer des renforts le plus rapidement possible. Mais la malchance aurait-il, les 500 soldats qui accompagnaient leurs filles, ils ont décidé de tuer tous les dignitaires, eunuques y compris, et diriger les jeunes femmes à Pompey.[7]

Suite à ces événements, mais il a été privé d'un certain nombre de forteresses, dans son royaume, une armée suffisante pour la guerre qu'il voulait mener, et l'aide des Scythes, Mithridate nourrissait encore l'espoir de mener une nouvelle guerre contre Rome , grâce à l'alliance possible avec Galli, avec qui il avait des relations de longue date et amicales. Avec eux voulait envahir l'Italie, en espérant que alors beaucoup de italiques, Ils se sont alliés à lui la haine des Romains, comme cela était arrivé au cours de la Deuxième Guerre punique à Hannibal, après que les Romains avaient fait la guerre contre lui en Espagne. Il savait aussi que presque toute l'Italie avait révolté contre les Romains à deux reprises au cours des trente dernières années: au moment de guerre sociale la 90-88 BC et le récent guerre serviles gladiateur Spartacus, les années 73-71 BC[35] L'idée, cependant, n'a pas aimé ses soldats, la transaction pour la taille et la distance à fait de l'expédition, au motif que Mithridate:

« [...] maintenant dans un état de désespoir total et il voulait mettre fin à sa vie dans une courageuse et royale, plutôt que de l'oisiveté. Ce fut la raison pour laquelle [ses soldats] et est resté tolérer calme, parce qu'il n'y avait rien à dire contre lui ou même méprisable dans son malheur. »

(Appiano di Alessandria, Guerre de Mithridate, 109.)

mort

en attendant Pharnaces, le fils préféré, Mithridate avait désigné comme son successeur, inquiet au sujet de l'expédition de son père Italie ce serait certainement le pardon refusé par les Romains (avec un retour sur trône de Pontus), Elle a formé un complot contre son père, mais il a été découvert.[4] Tous les conspirateurs furent mis à mort, sauf celui qui, au lieu a été pardonné. Mais celui-ci craignant la colère de son père, a commencé à répandre la parole de ce malheurs auraient rencontré, si elles avaient suivi son père dans son entreprise folle pour atteindre le sol italien. Beaucoup ont commencé à déserter, craignant un nouvel échec, y compris la flotte qui a été utilisé pour le transport initial. Mithridate, ayant senti que quelque chose avait changé, il envoya des messagers pour être informés de ce qui se passait, la réception de la demande formelle de quitter définitivement le royaume entre les mains de son jeune fils, Pharnace, d'autant plus qu'il avait commis de nombreux et horrible aux dépens de son assassiner propres enfants, de ses amis et généraux.[4]

Mithridate, puis, hors de lui, craignant aussi d'être livré aux Romains, avant qu'il a essayé de se tuer avec du poison, qui était, cependant, à l'abri, et peu de temps après elle a donné la mort grâce à un Bituit général nommé Galli, qui l'a aidé à se poignarder avec une épée. Ce fut la fin du roi de Pontus, qui se sont battus Rome depuis près de trente ans.[2]

« Mithridate a ensuite pris du poison qu'il portait toujours avec lui, à côté de son épée, et les mélanges. Donc, deux de ses filles, même les filles (on les appelait Mithridate et Nyssa), qui avait été promis au roi d'Egypte et à Chypre et avaient grandi ensemble, ils lui ont demandé de les laisser prendre d'abord le poison, et a beaucoup insisté et ils l'ont interdit de boire jusqu'à ce qu'ils ont pris et avalé un peu. La concoction a pris effet sur eux immédiatement; mais Mithridate ne se posait pas tout le monde, bien qu'il marchait rapidement autour d'accélérer son action toxique. En effet, le roi avait lui-même habitué à d'autres poisons toujours coll'assumerne, afin de se protéger contre les bombardiers potentiels. [...] Ayant ensuite vu à proximité de certains Bituit, un fonctionnaire de la Galli, a déclaré:. «J'ai eu un grand profit de votre arme, utilisée contre mes ennemis Maintenant, ricaverò un plus grand avantage que jamais si vous me tuez, et si vous économiserez du danger d'être pris pour un triomphe romain, qui est toujours autocrate pendant tant d'années et les dames d'un tel grand royaume, mais maintenant ne peut pas mourir par le poison parce que, comme un fou, il se fortifia contre le poison des autres. Bien que je sois parti pris contre tous les poisons que l'homme peut ingérer avec de la nourriture, je ne partiale contre le péril national, qui a toujours été le roi le plus dangereux, la trahison de l'armée, les enfants, les amis ". Bituit, cependant, qui avait été plaidé, a fait la faveur du souverain qu'il désirait. »

(Appiano, Histoire romaine, XVI, paragraphe 111)

D'autre part, Cassio Dioné Il se souvient de sa mort comme assassiner:

« Mithridate, après avoir essayé de se débarrasser de lui, avec le poison devant ses femmes, puis les autres enfants, il a avalé le contenu du flacon; Cependant, ni dans ces termes, ni par l'épée, il avait pu détruire de ses propres mains. Le poison, en fait, était si mortelle, mais elle n'a pas prévalu sur lui (depuis qu'il avait façonné sa constitution pour résister, en prenant chaque jour l'antidote en grandes doses); et la course de l'épée n'a pas été mis en vigueur si l'on tient compte de la faiblesse de sa main, causée par les malheurs d'âge et en cours, ainsi que la suite du poison, quelle qu'elle soit. Lorsque, par conséquent, a échoué dans une tentative de mettre fin à sa vie avec sa propre force, et il semblait s'attarder sur le moment, ceux qu'il avait envoyés contre son fils se sont jetés sur lui et probablement accéléré la transition avec les lames d'épées et des lances.
Cependant Mithridate, qui avait cependant vécu des choses dans la vie plus variée et remarquable, ne fut pas une fin ordinaire à cette existence. Parce qu'il voulait mourir, mais pas de sa propre volonté; et même si elle avait hâte de se suicider, il ne pouvait pas réussir; mais en partie au moyen de poison et en partie par l'épée, il se suicida alors qu'il a été tué par ses ennemis. »

(Cassio Dioné, Histoire romaine, XXXVII.13)

L'immunité à empoisonner Mithridate est également rappelé par martial.[36] Sur les ordres de Pompée, fut enterré le corps du roi avec ses ancêtres Sinope. Malgré Panticapée mourir, en Crimée est la ville de Eupatoria qui se souvient de son nom.

Jugement historique et célèbre

de lui Velleius Paterculus dit-il:

« Mithridate, Roi de Pontus, l'homme qui ne peut pas passer sous silence, et qui devrait être noté avec quelques éloges, très fort dans la guerre, d'une grande valeur, très chanceux mais toujours pour son courage, véritable chef de file dans ses décisions, vrai soldat à faire des choses, d'autres Hannibal pour sa haine du Romains, occupé l 'Asie et là, il a massacré tous les citoyens romains. »

(Velleius Paterculus, Historiae Romanae à M. Vinicium livres duo, II, 18.1.)

« [...] quatre ans ont suffi pour vaincre Pirro, quatorze Hannibal, tandis que Mithridate résisté pendant quarante ans,[37] jusqu'à ce que, battus trois grandes guerres, Il a été vaincu par la ruse Silla, la valeur de Lucullus et la taille Pompey. »

(Floro, Recueil de Tito Livio, I, 40,2.)

de lui Appiano di Alessandria se souvient qu'il était:

« Il était sanglant et cruel à tout le monde, avait tué sa mère, son frère, trois enfants[38] et trois filles. Il avait un grand corps, comme son armure, ils ont envoyé à Némée et Delphes, prouvant être assez fort pour se tenir dans le dos d'un cheval et de lancer un javelot dernier, être en mesure de rouler à 180 km en une journée, en changeant les chevaux à intervalles réguliers. Il avait l'habitude de conduire un char avec seize chevaux à la fois. Il avait appris le grec, pour en savoir plus sur la religion de la Grèce, il aimait aussi la musique. Il était un abstinent et surtout travailleur infatigable qui ne fait plaisir aux femmes. »

(Appiano di Alessandria, Guerre de Mithridate, 112.)

De toutes les histoires et anecdotes concernant ce souverain, survit aujourd'hui surtout la mémoire de deux caractéristiques, décrites par les historiens anciens: sa dépendance aux poisons et son poliglottia.

Résistance aux poisons

La résistance aux poisons que Mithridate aurait procuré en supposant chaque doses croissantes jusqu'à devenir son immunitaire a donné lieu à italien les termes mitridatizzazione, mithridatisme, mitridatizzare, tous par rapport à un processus d'immunisation avec cette procédure.

polyglottisme

Mithridate VI a été également connu comme un exemple de la mémoire prodigieuse et polyglottisme. Tel que rapporté par Pline l'Ancien et d'autres auteurs de l'antiquité, a pu parler plus de vingt langues, « Mithridate, qui a régné plus de vingt-deux nations, administré leurs lois dans autant de langues (...) sans avoir besoin d'un interprète. »[39].

En raison de sa réputation multilingue, était associée au nom de Mithridate antonomase la connaissance de plusieurs langues, et le savant suisse Conrad von Gesner (1516-1565) intitulé Mithridate de differentiis linguarum un livre de 1555 qui a recueilli des données sur environ 130 langues, en les illustrant avec 22 versions de Pater Noster dans différentes langues. Dans la foulée, le savant allemand Johann Christoph Adelung (1732-1806), Un précurseur de linguistique comparative, Elle lui a donné le titre Mithridate son plus grand travail, en quatre volumes, qui contenait des informations sur un grand nombre de langues et la traduction de Pater Noster dans presque cinq cents d'entre eux[40].

notes

  1. ^ à b c et fa g Appiano, 112.
  2. ^ à b c Appiano, 111.
  3. ^ Appiano, 17.
  4. ^ à b c Appiano, 110.
  5. ^ à b c Appiano, 107.
  6. ^ à b c et fa g Appiano, 117.
  7. ^ à b c et fa g h Appiano, 108.
  8. ^ Plutarque, Pompey, 37,1.
  9. ^ Appiano, 113.
  10. ^ Le nom « Mithridate » vient persan et des moyens « à accorder Mitra».
  11. ^ Cassio Dioné, XXXV, 9.
  12. ^ Le poison du roi, la vie et la légende de Mithridate, ennemi juré de Rome, le Adrienne Mayor, Einaudi, 2010
  13. ^ Giustino, XXXVII, 2.
  14. ^ Pline, Naturalis Historia, VIII, 4
  15. ^ Valerio Massimo, Factorum ac dictorum memorabilium libri IX, 8.7.ext.16
  16. ^ Aulo Gellio, Noctes Atticae, XVII, 17
  17. ^ Appiano, 112-115
  18. ^ Appiano, 115.
  19. ^ Giustino, XXXVII, 3
  20. ^ Giustino, XVIII, 5.
  21. ^ Giustino, XXXVII, 4.
  22. ^ Appiano, 10.
  23. ^ Appiano, 11-12.
  24. ^ Giustino, XXXVIII, 1-2.
  25. ^ Plutarque, Sulla, 5.
  26. ^ Giustino, XXXVIII, 3.
  27. ^ Appiano, 14.
  28. ^ Giustino, XXXVIII, 3-5.
  29. ^ Memnon, C, 30.
  30. ^ Appiano, 11.
  31. ^ Giustino, XXXVIII, 5.
  32. ^ Livio, Periochae ab Urbe livres chevronnés, 101,6.
  33. ^ Cassio Dioné, XXXVII, 11.1.
  34. ^ Appiano, 106.
  35. ^ Appiano, 109.
  36. ^ livres Epigrammaton, V, 76.
  37. ^ ici Floro considère une période de guerre de 102 av, pour les accidents Cappadoce, un 63 BC année de la mort pontique souverain.
  38. ^ Il semble que le fils Ariarathe IX de la Cappadoce Il a été tué par Miridate poison (Plutarque, Vie de Pompey, 37,1).
  39. ^ La citation est de Pline l'Ancien, Naturalis historia, VII.4; De même Valerio Massimo, Factorum ac dictorum memorabilium libri IX, 8.7.ext.16 et Aulo Gellio, Noctes Atticae xvii.17.
  40. ^ Le titre complet est: Mithridate oder allgemeine Sprachenkunde. Mit dem Vater unser als Sprachprobe dans bey Nahe fünfhundert Sprachen und Mundarten, Berlin, Vossische Buchhandlung, 1806-1809-1812-1817 (les trois derniers volumes publiés à titre posthume édité par Johann Severin Vater).

bibliographie

sources primaires
  • Plutarque, vies parallèles, Lucullus, Sulla, Pompey.
  • Appiano, Guerre de Mithridate.
  • Marco Giuniano Giustino, résumé Histoires de Filippiche Pompey Trogue.
  • Floro, Recueil de Tito Livio.
  • Velleius Paterculus, Historiae Romanae à M. Vinicium livres duo.
Sources de historiographiques modernes
  • (FR) William Smith (Eds), Mithridate VI, en Dictionnaire de Biographie grecque et romaine et de la mythologie, 1870.
  • Mithridate VI Eupator, treccani.it. Récupéré le 11 Août, 2014.
  • Jean De Maleissye, Histoire des poisons. De Socrate à nos jours, Bologne, Odoya 2008. ISBN 978-88-6288-019-0.
  • Luca Fezzi, La tribune Clodius, Rome / Bari, Laterza, 2008. ISBN 88-420-8715-7.
  • Giuseppe Antonelli, Mithridate, l'ennemi mortel de Rome, Roma, Newton Compton, 1992.

Articles connexes

  • Guerre de Mithridate
  • Mitridate, par Wolfgang Amadeus Mozart
  • mithridatisme

D'autres projets

  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Mithridate VI
prédécesseur Roi de Pontus successeur
Mithridate V 120-63 BC Pharnace II
autorités de contrôle VIAF: (FR70313624 · LCCN: (FRn83206563 · ISNI: (FR0000 0001 1667 3187 · GND: (DE118734210 · ULAN: (FR500355379 · LCRE: cnp00586837

Activité wiki récente

Aidez-nous à améliorer BooWiki
Commencez