s
19 708 Pages

Margrethe II
Seclin - Hôpital Marguerite de Flandre - Statue de Marguerite de Flandre.JPG
Monument à Margherita Seclin
Comtesse de Flandre
au bureau 1244 -
1278
prédécesseur Joan I
successeur Guido
Comtesse de Hainaut[1]
au bureau 1244 -
1280
prédécesseur Joan I
successeur John I
Nom complet Marguerite de Flandre et du Hainaut
naissance Valenciennes, 2 juin 1202
mort Gand, 10 février 1280
Maison Royale Dynastie des Flandres
père Baudouin IX de Flandre ou VI du Hainaut
mère Marie de Champagne
conjoints Burchard d'Avesnes
Guillaume II de Dampierre
enfants Baldwin
Jean et
Baldwin, le premier lit
William
Guido
Jean
Giovanna
Maria, le deuxième lit
religion catholicisme

Marguerite de Flandre, ou du Hainaut ou Constantinople (Valenciennes, 2 juin 1202 - Gand, 10 février 1280), Il a été Comtesse de Flandre de 1244 un 1278 et Comtesse de Hainaut (Margaret) de 1244 un 1253 et encore de 1257 la mort.

origine

Margherita, selon la Genealogical Comitum Flandriæ Bertiniana, Continuatio Marchianensis Elle était la deuxième fille de Comte de Flandre, Comte de Hainaut, et aussi le premier empereur dell 'l'empire latin de Constantinople, Baudouin de Flandre et du Hainaut et Marie de Champagne[2], fille, selon la Gisleberti Chronicon Hanoniense, la Comte de Champagne et Brie, Henri I et Maria de la France[3], qui, selon Albrici Chronica Monachi Trium fontium Elle était la fille aînée de Roi de France, Louis VII et Duchesse d'Aquitaine et gascogne et Comtesse de Poitiers, Eleanor[4].
Baldwin de Flandre ou Hainaut, selon à la fois la Gisleberti Chronicon Hanoniense, qui, selon la Albrici Chronica Monachi Trium fontium et Flandria Generosa (Continuatio Bruxellensis), Il était le fils premier-né de Comte de Hainaut, Marquis de Namur et Comte de Flandre, Baldwin V du Hainaut et Comtesse de Flandre, Marguerite d'Alsace[5][6][7].

biographie

Margaret II
Portrait de Margherita.
Margaret II
Sceau de Margaret.
Margaret II
représentation romantique de Margherita, inspirée de son sceau.

Même avant la naissance de Margherita, le 23 Février 1200, son père, Baldwin se sont engagés à partir pour Terre Sainte, avec son frère Enrico et son frère, le Comte de Champagne et Brie, Theobald III[8], à laquelle la commande a été attribué à l'unanimité quatrième croisade[8].
Selon le Monasterii Chronica Sancti Bertini auctore Iohanne Longo de Ipra, deux ans plus tard, il est parti pour Baldwin quatrième Croisade, laissant en Flandre la fille aînée, Giovanna et sa femme Mary Margaret enceinte[9].

Les premières années

Après la naissance de Margaret II, le 2 Juin, 1202, aussi sa mère, Marie de Champagne, selon l'historien britannique, connu médiéviste et byzantiniste, Steven Runciman, tôt 1204 Il est parti pour l'Orient pour rejoindre son mari[10], comptant pour revenir à la Flandre dans la tête quelques années; toujours selon le Monasterii Chronica Sancti Bertini auctore Iohanne Longo de Ipra, mère, escortée par quelques nobles et trois cents soldats, en 1203, Il longea l'océan Atlantique jusqu'à Maroc, puis il a marché Marseille et enfin arrivée à Ptolémaïs en Phénicie, où il pensait trouver son mari et où il est mort[11]. Au moment du départ de la comtesse Maria, la régence de la Flandre et la garde de leurs filles, Jeanne et Marguerite, passa à son frère Baudouin, Philippe Ier de Namur, tandis que la régence du Hainaut passa à Guillaume de ton oncle.
Toujours selon Runciman, avant d'arriver à Constantinople, Marie a visité la Palestine[10], Elle est en train de mourir dans cette même année Jérusalem[10]; tandis que Flandria Generosa (Continuatio Claromariscensis) Il confirme que Marie était venue par mer Acres[12], où la suite d'une maladie grave (gravibus egretudinibus macéré), Elle est morte[12]. Il a appris l'élection de son mari, mais il est mort de la peste en Août 1204 avant de pouvoir réunir à lui; En fait, son père, après la conquête de Constantinople, en Avril, le 9 mai 1204 avait été élu empereur, puis couronné le 16 mai, Santa Sofia lors d'une cérémonie qui a suivi de près le cérémonial byzantin, où Bonifacio del Monferrato, qui avait combattu le trône impérial à son père, il a affirmé la couronne lors de la cérémonie et a rendu hommage à son rival[13].

Mais en Février 1205 les Grecs, ils n'aimaient pas que leurs églises étaient gouvernés par des évêques latins se sont rebellés et ont été aidés par le tsar de Bulgarie Kaloyan, dont l'alliance proposée avait été rejetée par Baldwin[14]. pour Andrinople, son père, Baldwin est tombé prisonnier du tsar Kaloyan[15].

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Bataille d'Andrinople (1205).

Pendant un certain temps, le sort de son père est resté incertain et pendant plus d'un an, il était pas sûr de sa mort[16]jusqu'au milieu de Juillet 1206[15]. La confirmation de la mort de Baldwin en prison a été donnée par quelques chevaliers franques, sauvé dans Stenimaco[15]. A Baldwin a succédé sur le trône impérial son frère Enrico, tandis que l'autre frère en Flandre Namur Philip Il a occupé le poste de régent d'accord avec le roi de France Philippe Auguste[17] et les deux filles de Baldwin, Giovanna et Margherita, vers la 1208, Ils ont été menées dans Paris être éduqués[10]. Tout en restant dans France, susceptibles d'influer sur l'avenir Reine de la France, Blanche de Castille, Les deux sœurs sont entrées en contact avec les moines de 'Ordre cistercien[18].

Les deux mariages contrastés

Margaret II
Les comtés de Flandre et du Hainaut dans le temps de Joan I et Margaret.
Margaret II
Margherita avec second mari Guillaume II de Damperre.

en 1 212, l'âge de dix ans, Margaret était mariée à Burchard (1182-1244) Les lords de Avesnes[19], de vingt ans de plus qu'elle et membre éminent de la noblesse »Hainaut, il a entrepris la vie religieuse: il était diacre, comme le confirme la Monasterii Chronica Sancti Bertini auctore Iohanne Longo de Ipra[11]; le mariage est également confirmé par le bénédictine Monaco Anglais, chroniqueur de histoire anglaise, Matthew Paris, nous informant qu'il avait été gardé secret[20]. Cette même année, Sœur Jeanne avait épousé Ferdinando del Portogallo, et il avait pris possession des comtés de Flandre et Hainaut[21]. Au début, le mariage a été accepté par Le pape Innocent III, mais, à la suite de la défaite Bataille de Bouvines, infligé à l'empereur et ses partisans, y compris Burchard, le pape a été persuadé de donner une décision déclarant nul et non avenu[19]. Margaret et son mari étaient excommunié et ils se sont enfuis à Luxembourg, continuer à vivre ensemble. Dans cette même période, les deux sœurs ont eu une dispute amère au sujet de la division de leur héritage, de sorte que Joan a tenté d'annuler le mariage entre Marguerite et Burchard; le problème a duré plusieurs années jusqu'à ce que Margaret a divorcé Burchard d'Avesnes[22]: Dans le 1219 Burchard a été capturé et emmené à Gand; Il a été libéré en 1221 seulement après Margaret avait consenti à l'annulation du mariage. Parcourir, selon Matthieu Paris, elle est allée plaider sa cause à Rome[23], mais Margaret, avait entre-temps changé d'avis et a décidé de le laisser[19].

Tout en naviguant à Rome plaida sa cause, selon Matthieu Paris, Margaret tenait des relations secrètes avec les dames Dampierre, Guillaume II[24] et 1223, avec l'approbation de sa sœur, Jeanne, elle épousa Guillaume II de Dampierre[24], fils de Guy II de Dampierre et Mathilde de Bourbon; le mariage est également confirmé par le Iohannis de Thilrode Chronicon[25]; Cette union a créé un scandale pour les liens de parenté qui les unissaient (la grand-mère maternelle était Guglielmo Marie de Champagne ou Blois, Le grand-père de sa sœur Margaret, Henri Ier de Champagne. Le litige sur la légalité ou non de ses deux mariage a duré pendant des décennies et 1244, conduit à la guerre de succession Flandre et du Hainaut qui a duré, avec quelques interruptions, jusqu'à ce que la 1254; cependant, ses enfants de Burchard ont été jugées illégales par l'église alors qu'ils étaient légitimes pour 'empereur, Federico II[19].

la comtesse

Margaret II
Vieux manteau des bras de Hairnaut

Sa sœur Giovanna morì 1244 à Marquette[22][26]Le 5 Décembre, selon la Nécrologique Sanctæ Waldetrudis[27] et il a été enterré dans Marquette, comme le confirme la Blandinienses Annales[28], à côté de son premier mari, Ferdinando del Portogallo. A Joanna, comme la comtesse de Flandre et du Hainaut, selon le Blandinienses Annales, Il a été remplacé par sa sœur cadette, Margherita[28] (Margrethe II, Flandre et Margaret I, Hainaut); parce que les enfants nés de ses deux mariages se disputaient au sujet de leurs droits en ce qui concerne l'héritage maternel (les Avesnes avaient été créés avant, mais considérée comme illégale par l'église et par sa mère, alors que la Dampierre, enregistré après ont été considérés comme légitimes[19]), Elle est intervenue dans le litige, 1246, la Roi de France, Louis IX, qui a décidé que les possessions Hainaut seraient héritées par les enfants et les Flandres Avesnes d'enfants Dampierre[19].
en 1246, Margaret, qui était à la fois la comtesse de Flandre que Hainaut et qu'il détestait son fils aîné, Jean Ier, comte de Hainaut[29], beau-fils (en 1246 il avait épousé Adélaïde de Hollande) Et allié de Guillaume II, avait offert le frère de Roi de France, Louis IX, la Comte de Provence, Charles Ier d'Anjou, le comté de Hainaut et de Flandre protection au nom de la Maison de Dampierre[29], comme son fils, William, Il avait été associé à elle dans le comté terme de la Flandre, comme le confirme la Nécrologique Sanctæ Waldetrudis[27]. fils, Jean Ier le plus âgé, le Margherita comte de Hainaut, n'a pas été satisfait de l'accord et a convaincu son beau-frère, Guillaume II des Pays-Bas, élu Roi d'Allemagne, en 1247[19] (Demandé par le pape par opposition à Conrad IV de souabe), À mettre en état de siège Hainaut et cette partie de la Flandre (Namur et Zélande) Qui ont été soumis à l'empire[19], poussant Margaret et Charles d'Anjou à allier avec Corrado IV souabe[30]. Ce qui a suivi était une guerre civile qui a finalement vu la victoire et Avesnes Dampierre vaincu; en 1252, Guillaume II des Pays-Bas a confisqué les fiefs impériaux de Margaret et les a remis à Jean Ier, comte de Hainaut[31]; selon le La formation du Collège allemand des électeurs au milieu du XIIIe siècle (Non consulté) Guido de Dampierre (Qui 1251 Il a succédé à son frère, William, est mort sans descendance[32], comme comte de Flandre[32][33]), Dans 1253 Il envahit les Pays-Bas et ont occupé l'île de Walcheren, en Zélande, mais Fiorenzo, le frère de Jean Ier, comte de Hainaut, face à lui et, en Juillet, le défit à West-Cappel[34], la capture de la flotte flamande et faisant de nombreux prisonniers, y compris Guido de Dampierre et son frère John (comme cela est confirmé par Parchenses Annales [35]), Qui n'ont été capturés et relâchés dans la 1256, après la mort de Guillaume II des Pays-Bas. En fait, après avoir mené une campagne réussie contre Margherita, au début 1256, William a procédé à soumettre Frisoni qui avait révolté. Pendant les opérations près de Hoogwoud, à travers un miroir d'eau glacée, son cheval a cassé la croûte de glace, et il est tombé dans l'eau glacée. Ainsi, il a été capturé par les Frisons, qui l'a tué[36]; puis il est intervenu à nouveau Louis IX, qui, avec un nouveau traité, 1256, Hainaut attribué à Jean d'Avesnes, et d'autres biens, y compris Namur et Zélande, ils sont restés à Margherita[19].
Le conflit - aidé par la nouvelle intervention de Louis IX - était plus pour le fils premier-né de la mort de Marguerite, Jean Ier, comte de Hainaut, en Décembre 1257[37][38].

en 1263, Margherita a reçu officiellement le prix du marquis de Namur, achetée par son fils Guido dall 'Latin empereur de Constantinople, Baldwin II,[39].
en 1263, Margaret a concédé le droit au commerce des Flandres deux villes qui avaient donné lieu à Ligue hanséatique: Lübeck Hambourg[40], ouvrant ainsi le commerce Flandre avec la Ligue

Margaret a gouverné le Flandre et le marquis de Namur, jusqu'à 1278, année où il a abdiqué en faveur du second lit enfant, Guido, tandis que le Hainaut est resté propriétaire jusqu'à sa mort en Février 1280[41][42], qui lui a succédé son héritier légitime, son neveu, John I, fils de Jean Ier, comte de Hainaut; Margherita, selon la Nécrologique Sanctæ Waldetrudis, Il est mort le 10 Février[27].

les fils

Dès le premier mari Bouchard d'Avesnes, Margaret avait trois enfants[37][38]:

  • Baudouin (1217-1219), Cité par Matthieu Paris, qui ne nomme pas[20]
  • Jean Ier, comte de Hainaut[32] (1218-1257), Comte de Hainaut de 1246 à la mort
  • Baldwin d'Avesnes[32] (Sept 1219-10 avril 1295), Seigneur de Beaumont

Avec son second mari Guillaume de Dampierre, Margherita place avait cinq enfants[43][44]:

  • William[32], Comte de Flandre (Guillaume II), ainsi que sa mère (1224-6 juin 1251), La mort est rappelé par Nécrologique Sanctæ Waldetrudis[27]
  • Guido[32], Comte de Flandre (1226-1305)
  • Jean[32], seigneur de Dampierre et le vicomte Troyes (Ca. 1230-1258)
  • Giovanna (1225-1245 ou 1246), Qui a épousé Hugh III comte de Rethel, tel que confirmé par le Iohannis de Thilrode Chronicon[25]
  • Maria (ca. 1230-1302), Qui est devenu une religieuse, comme l'a confirmé par le Iohannis de Thilrode Chronicon[25]

notes

  1. ^ de 1246 par opposition à son fils Jean Ier, comte de Hainaut puis à la petite-fille John I
  2. ^ (LA) Monumenta Historica Germaniae, Scriptores, tomus IX, Genealogical Comitum Flandriæ Bertiniana, Continuatio Marchianensis, à la page 306
  3. ^ (LA) Monumenta Historica Germaniae, Scriptores, tomus XXI, Gisleberti Chronicon Hanoniense, la page 528
  4. ^ (LA) #ES Monumenta Historica Germaniae, Scriptores, tomus XXIII, Albrici Chronica Monachi Trium fontium. année 1152, à la page 841
  5. ^ (LA) Monumenta Historica Germaniae, Scriptores, tomus XXI, Gisleberti Chronicon Hanoniense, page 519
  6. ^ (LA) Monumenta Historica Germaniae, Scriptores, tomus XXIII, Albrici Chronica Monachi Trium fontium, 1191 ans, page 868
  7. ^ (LA) Monumenta Historica Germaniae, Scriptores, tomus IX, Flandria Generosa (Continuatio Bruxellensis), à la page 326
  8. ^ à b D. M. Nicol, "La quatrième croisade et les empires grecs et latins, 1204 - 1261", chap. XIV, vol. III, p. 504
  9. ^ (LA) Monumenta Historica Germaniae, Scriptores, tomus XXV, Monasterii Chronica Sancti Bertini auctore Iohanne Longo de Ipra, capitule 46, 11 pars, pages 823 et 824
  10. ^ à b c (FR) Fondation pour Généalogie médiévale: Comptes FLANDRE - BAUDOUIN de Hainaut
  11. ^ à b (LA) Monumenta Historica Germaniae, Scriptores, tomus XXV, Monasterii Chronica Sancti Bertini auctore Iohanne Longo de Ipra, capitule 46, 11 pars, la page 824
  12. ^ à b (LA) Monumenta Historica Germaniae, Scriptores, tomus IX, Flandria Generosa (Continuatio Claromariscensis, par 12, à la page 330.
  13. ^ D. M. Nicol, "La quatrième croisade et les empires grecs et latins, 1204 - 1261", chap. XIV, vol. III, pp. 514 et 515
  14. ^ M. Dinic, "Les Balkans (1018 - 1499)", chap. XVII, vol. IV, p. 603
  15. ^ à b c D. M. Nicol, "La quatrième croisade et les empires grecs et latins, 1204 - 1261", chap. XIV, vol. III, p. 520
  16. ^ K.M. Setton, « Les Latins en Grèce et la mer Egée par la quatrième croisade, à la fin du Moyen Age », chap. XVI, vol. III, p. 622
  17. ^ Frederick Maurice Powicke, "Les règnes de Filippo Augusto et Louis VIII de France", chap. XIX, vol. V p. 807
  18. ^ Wheeler, B. et Parsons, J. (2002). Aliénor d'Aquitaine: Lord et Lady. Palgrave Macmillan
  19. ^ à b c et fa g h la Austin Lane Poole, "L'interrègne en Allemagne", chap. IV, vol. V, p. 149
  20. ^ à b (FR) Grande Chronique de Mathieu de Paris, tomus VIII, p. 19
  21. ^ (LA) #ES Monumenta Historica Germaniae, Scriptores, tomus IX, Flandria Generosa (Continuatio Claromariscensis), par. 13h14, pp 330 et 331
  22. ^ à b (FR) Fondation pour Généalogie médiévale: comptes de FLANDRE - JEANNE de Fland
  23. ^ (FR) Grande Chronique de Mathieu de Paris, tomus VIII, pp. 19h20
  24. ^ à b (FR) Grande Chronique de Mathieu de Paris, tomus VIII, p. 20
  25. ^ à b c (LA) Monumenta Historica Germaniae, Scriptores, tomus XXV, Johannis de Thilrode Chronicon, capitule 19, à la page 574
  26. ^ (FR) Généalogie: Flandre 2 -Jeanne
  27. ^ à b c (LA) Monumenta Historica Germaniae, Scriptores, tomus XXI, Obituary Sanctæ Waldetrudis, année 1244, à la page 619
  28. ^ à b (LA) Monumenta Historica Germaniae, Scriptores, tomus V, Blandinienses Annales, 1244 Page 31
  29. ^ à b Charles Petit-Dutailis, Louis IX, cap. XX, vol. V, p. 862
  30. ^ Austin Lane Poole, "L'interrègne en Allemagne", chap. IV, vol. V, p. 130
  31. ^ Austin Lane Poole, "L'interrègne en Allemagne", chap. IV, vol. V, p. 129
  32. ^ à b c et fa g (LA) Monumenta Historica Germaniae, Scriptores, tomus IX, Genealogical Comitum Flandriæ Bertiniana, Continuatio Leidensis et Divionensis, la page 308
  33. ^ (LA) Monumenta Historica Germaniae, Scriptores, tomus V, Blandinienses Annales, année 1250 Page 31
  34. ^ (FR) #ES Fondation pour Généalogie médiévale: Comptes néerlandais - FLORIS
  35. ^ (LA) Germanique Monumenta Historica, Scriptores, tomus XVI: Parchenses, 1253 Annales ans, p. 607
  36. ^ Austin Lane Poole, L'interrègne en Allemagne, pp. 132 et 134
  37. ^ à b (FR) #ES Fondation pour Généalogie médiévale: Seigneurs de Avesnes- MARGUERITE de Flandre (BOUCHARD d'Avesnes)
  38. ^ à b (FR) #ES Généalogie: Flandre 3 -Css Margareta des Flandres (Bouchard et d'Avesnes d'Etroen)
  39. ^ Austin Lane Poole, "L'interrègne en Allemagne", chap. IV, vol. V, p. 150
  40. ^ Austin Lane Poole, "L'interrègne en Allemagne", chap. IV, vol. V, p. 152
  41. ^ (FR) #ES Généalogie: Flandre 2 - Margueritte II
  42. ^ (FR) #ES Fondation pour Généalogie médiévale: Comptes FLANDRE - MARGUERITE de Flandre
  43. ^ (FR) #ES Généalogie: Flandre 4 -Margaret de Flandre (Guillaume II, sn de Dampierre)
  44. ^ (FR) #ES Fondation pour Généalogie médiévale: Comptes FLANDRE - MARGUERITE II de Flandre et de Hainaut CTSS CTSS (Guillaume II de Dampierre)

bibliographie

sources primaires

littérature historiographique

  • D. M. Nicol, "La quatrième croisade et les empires grecs et latins, 1204 - 1261", chap. XIV, vol. III (L'Empire byzantin) de l'histoire du monde médiéval, 1999, p. 503-558
  • K.M. Setton, « Les Latins en Grèce et la mer Egée par la quatrième croisade, à la fin du Moyen Age », chap. XVI, vol. III (L'Empire byzantin) de l'histoire du monde médiéval, 1999, p. 619-658
  • M. Dinic, "Les Balkans (1018 - 1499)", chap. XVII, vol. IV (La réforme de l'Église et la lutte entre les papes et les empereurs) de l'histoire du monde médiéval, 1999, p. 596-643
  • Austin Lane Poole, "L'interrègne en Allemagne", chap. IV, vol. V (Le triomphe de la papauté et le développement municipal) de l'histoire du monde médiéval, 1999, p. 128-152
  • Frederick Maurice Powicke, "Les règnes de Filippo Augusto et Louis VIII de France", chap. XIX, vol. V (Le triomphe de la papauté et le développement municipal) de l'histoire du monde médiéval, 1999, p. 776-828
  • Charles Petit-Dutaillis, "Louis IX", chap. XX, vol. V (Le triomphe de la papauté et le développement municipal) de l'histoire du monde médiéval, 1999, p. 729-864
  • Henry Pirenne, "Pays-Bas", chap. XII, vol. VII (L'automne du Moyen Age et la naissance du monde moderne) de l'Histoire du monde médiéval, 1999, pp. 411-444.

Articles connexes

D'autres projets

  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Margaret II

liens externes

prédécesseur Comtesse de Flandre successeur
Joan I 1244-1278 Guido
Comtesse de Hainaut successeur
1244-1280 John I
autorités de contrôle VIAF: (FR261991328 · LCCN: (FRn98041830 · GND: (DE120723875 · BNF: (FRcb13188954r (Date) · LCRE: cnp00561715