s
19 708 Pages

Raymond VII
Raymond VII de Toulouse.jpg
Raymond VII
Comte de Toulouse
au bureau 1222 - 1249
prédécesseur Raymond VI
successeur Giovanna
Marquis de Provence
au bureau 1222 -
1249
prédécesseur Raymond VI
successeur Giovanna
naissance Beaucaire, juillet 1197
mort Millau, 27 septembre 1249
Lieu d'inhumation Abbaye de Fontevraud (Fontevraud)
dynastie rouergue
père Raymond VI
mère Jeanne d'Angleterre
conjoints Sancha d'Aragon
Marguerite de Lusignan
enfants Giovanna, première chambre
Raymond VII de Toulouse
Raymond Seal le Jeune

Raymond VII de Toulouse, dire Raymond le Jeune (Beaucaire, 1197 - Millau, 1249), Il a été Comte de Toulouse, Marquis de Provence, de 1222 à sa mort et le duc de Narbonne de 1222 un 1229.

origine

Son premier-né de Comte de Toulouse, Marquis de Provence et duc de Narbonne, Raymond VI et Jeanne d'Angleterre (Comme cela est évident à partir de Burton Annales de[1]), Qui, selon le Chronique de Robert de Thorigny, tome I Il était le (septième) fille Roi d'Angleterre Henri II (1133-1189) Et Eleanor, duchesse d'Aquitaine[2] (1122-1204). Sa mère, en tant que femme Guillaume II le Bon (Comme l'a confirmé par le Séquenceur Guglielmo di Tiro[3]), Il a été consort de la Reine de la Sicile.
Raymond VI de Toulouse était le fils premier-né de Comte de Toulouse, Marquis de Provence et duc de Narbonne, Raymond V et Constance de la France (Comme cela est évident à partir de Albrici Chronica Monachi Trium fontium,[4] et Histoire Générale de Languedoc, Avec des notes, Tome IV[5]), Fille de Roi de France, Louis VI dit le Gros[6], et Adelaide Maurienne[7], fille de Umberto II[7](1065 - 1103) Comte de Savoie, dire Reinforced, et Giselda de Bourgogne, fille de Guillaume Ier de Bourgogne.

biographie

Raymond VII de Toulouse
Le comté de Toulouse en 1154.
Raymond VII de Toulouse
L 'Occitania, en 1209.

la Histoire Générale de Languedoc, Preuves, Tome V rappelle à la fois le mariage de ses parents Raymond naissance[8]; et la naissance Raymond sont également rappelé Guillaume de Chronique de Puylaurens, qu'il précise que, est né en 1197, à Beaucaire, en Diocèse d'Arles[9].

en 1205, son père, Raymond VI, selon Spicilegium Tome III, p. 621, il qu'énoncées, avec Roi d'Aragon, Pierre II, un contrat d'engagement entre Raymond et la fille de Pierre II, Sancha, qui était quelques semaines, et elle était la nièce de sa belle-mère, Eleonora d'Aragon[10]. Sancha morì un an plus tard.

Selon le Historia Albigensium Petrus Vallis Caernaii son père Raymond VI, après Simon de Montfort, Il avait pris la tête de la Croisade des Albigeois, sous serment, il a promis que Simon Raymond se marier une de ses filles, qui est sans nom)[11]; mais Raymond VI, selon le Historia Albigensium Petrus Vallis Caernaii, Il ne vivait jusqu'à serment[11].

en Septembre 1209, selon Histoire Générale de Languedoc, Avec des notes Tome V, Raimondo se souvient que son héritier dans la volonté de son père Raymond VI, où son oncle ont également été cités, la belle-mère de Baldwin, Eleanor et frères, les enfants illégitimes de Raymond VI[12].

Raimondo, en 1210, premier mariage, elle a épousé Sancha d'Aragon (1186-ca.1241) Qui, en fonction de la Ex Gestis Comitum Barcinonensium, Elle était la fille du troisième enfant Roi d'Aragon Alfonso le Chaste (1157-1196) Et Sancha de Castille[13], fille du roi de Castille, Alfonso VII. Le mariage a été célébré en 1210 comme il nous informe Maître Guillaume de Chronique de Puylaurens sur la guerre des Albigeois[14]. Selon la note de CXX Histoire Générale de Languedoc Avec des notes, Tome II, mariage, mais plus probablement, l'engagement de mariage (Raimondo avait environ six ans), il avait eu lieu dans 1203[15]. Sancha était plus jeune sœur de sa belle-mère Eleanor Raimondo. Raymond puis, 1241, Elle a divorcé Sancha, qui était d'environ 55 ans, parce qu'il ne pouvait plus lui donner un héritier mâle.

en Novembre 1215, son père, Raymond VI, était à Rome pour plaider sa cause devant la Quatrième Concile du Latran, qu'il a condamné l'hérésie catharisme et il a soutenu la croisade sans condition. Simon de Montfort a été reconnu Comte de Toulouse[16], tandis que la manière du roi de France pour rendre le comté de Toulouse son vassal ont été anéantis. En outre, le Conseil de Latran, Raymond ont également été pris hors des territoires qu'il possédait au sein de l'Empire, et sans consulter l'empereur, Otto IV[17]. Avignon et Comtat Venaissin, Ils ont été assignés à l'homme qui avait mené la croisade, Simon de Montfort[17]. Cependant, les territoires non encore conquis par les Croisés, seraient maintenus par l'église et livrés à l'avenir Raymond VII, l'avènement de l'âge[16].

au cours de la Croisade des Albigeois, selon le document du LXXXII Histoire Générale de Languedoc, Avec des notes, tome V, avril 1216, Simon de Montfort, qui, depuis deux ans, était maître de tout Languedoc de Pyrénées un Rhône[18], il est allé à Paris pour rendre hommage au roi de France, Filippo Augusto de ses nouveaux domaines: le duché de Narbonne, le comté de Toulouse, Béziers et vicomté de Carcassonne Visconti[19]; Mais alors que Simon était à Paris, Raymond, avec son père, Raymond VI, il a débarqué à Marseille et assiégée Beaucaire qui a pris le 24 Août, en commençant la guerre de libération de Comté de Toulouse.
Avec le n ° XXXIV du document Histoire Générale de Languedoc, Avec des notes, Tome V, janvier 1217, Raymond a donné sa propriété à un certain Raymond de Rochafolio[20].
Il a continué la guerre contre Simon de Montfort et, le 12 Septembre 1217, Il a été l'architecte de la reconquête de Toulouse, qui a apporté son père au gouvernement de la ville[21]. Simon de Montfort a immédiatement commencé le siège à Toulouse, qui, après sa mort en Juin 1218, Il a été poursuivi par son fils Amaury Amalric ou de Montfort, qui il avait le tempérament de son père et n'a pas été à contrer Raymond VI[22], qu'en plus de règle une partie du comté, qui avait été repris, avec l'aide de Raymond, il a continué dans la Reconquête. L'avant a commencé à tomber crusading à part et 1221 Fanjeaux et Montréal ont été repris, avec beaucoup de catholiques contraints à l'exil.

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: catharisme et Croisade des Albigeois.

en 1222, la mort de son père, Raymond VI[23], Elle lui a succédé comme Raymond VII, dans les titres de Comte de Toulouse, duc de Narbonne et Marquis de Provence[10], Il a continué à se battre croisés de Croisade des Albigeois, qui ils ont été vaincus par lui et son allié le comte de Foix Ruggero Bernardo le Grand et, peu après, pratiquement mis fin à la guerre, avec la défaite des croisés.

Mais la situation a changé en raison de la disponibilité à l'intervention dans la croisade, proclamée en 1223 le nouveau roi de France, Louis VIII. Après deux années de paix relative après les grands conseils de Paris et Bourges, Louis VIII a obtenu le excommunication Nouveau comte Raymond VII, et a lancé une croisade 1226. Rassembler l'armée Lyon, territoire appartenant à l'empire[17], Il se dirigea vers Toulouse en passant par Avignon (Et conquis Assiégé, au bout de trois mois[17]) Béziers et Carcassonne et les zones précédemment perdus par les croisés ont été repris et la région était à ses pieds. en Octobre pamiers, Louis VIII a déclaré que toutes les terres conquises hérétiques appartenaient de droit à la couronne de France et organisé le Languedoc en tant que domaine de la France.
Un tirage au sort, cependant, le fruit était Louis IX, Il a succédé à son père en 1226; Louis VIII il est mort en Novembre de cette année et ses efforts contre les Cathares ont été poursuivis par la règle suivante, le fils de Louis IX, qui a défendu les intérêts de la France dans le conflit avec l'église, et le comte de Toulouse. en 1228 Il y avait encore un autre siège de Toulouse, qui a pris fin avec la capture de la ville et la destruction de ses fortifications.
en 1229 les principaux antagonistes sont venus à un compromis. Le comté de Toulouse et marquis de Provence, territoires privés du duché de Narbonne et les Visconti de Nîmes et les territoires qui étaient dans l'Empire perdu par Raymond VI, en 1215 (Celui-ci, Avignon et Comtat Venaissin, Raymond VII avait enfin leur donner à l'église[17]), Ils étaient les Raimondo VII conte, bien que vassal de la France, avec l'engagement de l'épouser seul héritier, Giovanna, frère du roi Louis IX, Alfonso (Mariage Giovanna et Alfonso, selon Chronique de Guillaume de Nangis, Il a été célébré plus tard dans 1241[24]).

avec Traité de Paris de 1229, la croisade était terminée et la persécution, ils devraient mettre fin à vrai[25], Mais Raymond VII, qui étaient favorables à une politique tolérante envers les hérétiques était gardée par les évêques et les légats du pape l'excommunia chaque fois qu'il était considéré comme doux dans l'hérésie de combat[25]; en 1233, Raimondo a dû prendre des mesures contre l'hérésie, y compris le début de l'Inquisition dans ses terres[26].

en 1234 l'empereur Federico II Raymond a donné le diplôme impérial qui a confirmé, malgré l'église que le privé avait ses droits, à la suite du Traité de Paris 1229[17], de toutes ses propriétés dans le cadre de l'empire, comme indiqué dans le document n ° CLXXVI[27].

en 1235, comme son rival, Comte de Provence, Raimondo Berengario IV, Raymond VII a participé à la réunion Haguenau, L'empereur Frédéric II dans le côté, où il a renforcé l'alliance entre les deux[28] dans la clé antiprovenzale (Raimondo Berengario IV était auparavant un allié de Frédéric II, dans la lutte entre le pape et l'empereur, il avait pris le parti en faveur de l'église, le pape[28] et Roi de France, Louis IX, le Saint, qui pendant un an était devenu gendre de Raimondo Berengario, épousant la fille Margherita[29]).
Raymond VII, se présentait comme le chef du parti anticlérical contre Raimondo Berengario, qui, au lieu avait pris le parti en faveur de l'église[28].

Raymond VII est resté neutre (tout en espérant un succès insurgé[30].) Lorsque le fils de Raimondo Ruggero Trencavel, vicomte de Béziers et Carcassonne décédé, Raimondo Trencavel, réfugié en Aragon et excommunié par 1227, Fini les Pyrénées avec une bande de Catalans ont essayé de soulever le Languedoc contre le roi de France, occupé Carcassonne, mais pas conquis la citadelle, qui a résisté à ses attaques du 17 Septembre au 10 Octobre 1240, puis fui vers les nouvelles de l'arrivée de l'armée royale[30]. La réaction contre les insurgés catholiques aussi était très difficile.

Après avoir divorcé de Sancha d'Aragon, en 1241, Raymond VII est devenu engagé (contrat de selon le fiançailles Spiciliegium Tome III, p 621., A été publié le 11 Août, 1241[10]) avec Sancha de Provence, fille troisième né de Comte de Provence et Comte de Forcalquier, Raimondo Berengario IV (1198 - 1245), Et sa femme, Beatrice di Savoia (1206 - 1266), Ainsi qu'il ressort de chronique la Monaco bénédictin Anglais, reporter de histoire anglaise, Matteo Paris (1200 - 1259), Quand il décrit le mariage avec le frère du Roi d'Angleterre, la Comte de Cornwall, Riccardo[31] et même du n ° 154 documents Peter Graf von der Zweite Savoyen, Markgraf in Italien, Haus und seine sein Lande, l'historien, Ludwig Wurstenberger, lorsque nous avons rapporté le contrat d'engagement 1242[32]. Cependant, comme le mariage avait besoin d'une dispense papale et la mort (1241) de papa Celestino IV, le conclave a fallu plusieurs mois pour élire un nouveau pape,[33] L'engagement a été rompu.

encore Guillaume de Chronique de Nangis nous dit que, quelques jours après le mariage de sa fille Giovanna avec Alfonso, le roi de Francia Luigi IX, anobli Alfonso, lui donnant, à perpétuité, la Poitou, l 'Auvergne et les domaines que sa femme hériteraient, dans le pays de albigeoise[24] et en même temps il a demandé Hugh X de Lusignan, Comte de la Marche pour rendre hommage à son frère Alfonso, Comte de Poitiers[24]; Ugo X rebellé[24].
Lorsque, le 12 mai 1242, la Roi d'Angleterre Henri III il a débarqué à Royan, Raymond VII, en soutenant la rébellion contre son fils, Alfonso de Poitiers, la Hugh X de Lusignan[34], Il se hâta d'occuper Narbonne et Béziers[34], mais après que les rebelles avaient été vaincus par Louis IX et la retraite de Henri III Saintes[35], les rebelles sont démoralisés, Ugo X remis[35], le comte de Foix et Raymond a quitté la coalition anti-française, menacé d'excommunication, il a plaidé avec le roi Louis IX, qui lui accorda le pardon en échange d'une promesse de combattre l'hérésie et de suivre le Traité de Paris 1229[34]. Depuis lors Raimondo est devenu très zélé dans l'hérésie anéantissant[36], si bien que l'année de sa mort (1249), envoyé au bûcher à Agen, quatre-vingts, catharisme même si elles avaient retiré leurs erreurs[37].

en 1243 Raymond VII épousa Marguerite de Lusignan (? -1288) Fille du comte de La Marche, Ugo X Bruno dit, Seigneur de Lusignan (1195-1249) Et sa femme, Isabella Comtesse d'Angoulême (? -1246)[10], tandis que son ex-petite amie, Sancha dans cette même année, il épouse le frère du roi de l'Angleterre, Henri III (1207 - 1272), Le premier Comte de Cornwall, Riccardo[38], que de 1240 Il était veuf de sa première femme, Isabella di Pembroke.
selon Layettes du trésor des Chartes II, le mariage de Raymond VII et Margaret n'a pas été consommé[10] et il a été dissous dans 1245, pour endogamie: le document n ° 3360, du 13 Juin, montre l'ouverture de la lettre de la procédure de dissolution[39]; le document n ° 3367, le 13 Juillet, montre le rapport d'enquête a montré que l'époux de consanguinité[40]; et enfin le document n ° 3382, le 25 Septembre, montre la bulle de l'Innocent IV approuvant et confirmant la dissolution du mariage pape[41].

En approchant de la mort de Raymond VII, le 23 Septembre, 1249, il a fait sa volonté, en nommant sa fille successeur Giovanna (heredem instituimus filiam nostram Johannam, uxorem illustre viri Alfonsi comitis Pictavensis), La volonté est donnée au document de 413 Histoire Générale de Languedoc Avec des notes, tome VIII[42].
La mort de Raymond VII, aussi 1249, quelques jours après avoir rédigé un testament est rappelé par les deux ANNALES Sancti victoris Massilienses[43], que le Histoire Générale de Languedoc Avec des notes, tome V[44], et aussi par De Généalogie Comitum Tolosanorum qui montre la date et le lieu (Année MCCXLIX, VI Kal Octobris, Raymundus ultimus vient Tolosanus, apud Amiliacum)[45]. Raymond VII a été enterré dans 'Abbaye de Fontevraud, comme il l'avait demandé dans son testament[42].
il a succédé à sa mort par sa fille Giovanna tandis que le fils, Alfonso, Il a participé à la septième croisade.

descente

Raymond et Sancha avaient une fille:

  • Giovanna[15](1220-1271), Comtesse de Toulouse et de Provence MARQUISE, marié en 1241 Alfonso Comte de Poitiers (1220-1271), frère du roi de France, Le Saint Louis.

ascendance

Raymond VII de Toulouse père:
Raymond VI de Toulouse
Grand-père paternels:
Raymond V de Toulouse
grand-père paternel:
Alfonso Jordan
grand-père paternel:
Raymond IV de Toulouse
la grand-mère paternelle:
Elvira de Castille
père Grand-mère:
Faydiva d'Uzès
grand-père paternel:
?
la grand-mère paternelle:
?
grand-mère paternelle:
Constance de la France
grand-père paternel:
Louis VI de la France
grand-père paternel:
Philippe Ier de France
la grand-mère paternelle:
Berthe de Hollande
père Grand-mère:
Adélaïde de Savoie
grand-père paternel:
Umberto de Savoie
la grand-mère paternelle:
Gisela de Bourgogne
mère:
Jeanne d'Angleterre
Grand-père maternel:
Henri II d'Angleterre
Grand-père maternel:
Geoffrey Plantagenet
grand-père maternel:
Foulques
maternelle grand-mère:
Eremburga Maine
Maternelle Grand-Mère:
Mathilde d'Angleterre
grand-père maternel:
Henri Ier d'Angleterre
maternelle grand-mère:
Matilde di Scozia
grand-mère maternelle:
Aliénor d'Aquitaine
Grand-père maternel:
William X
grand-père maternel:
William IX
maternelle grand-mère:
Philippa de Toulouse
Maternelle Grand-Mère:
AENOR de Chatellerault
grand-père maternel:
Aimery Le Châttellerault
maternelle grand-mère:
Dangereuse de L'Isle Bouchard

notes

  1. ^ (LA) Vol Monastic Annales. I, Annales de Burton, p. 192
  2. ^ (LA) Chronique de Robert de Thorigny, tome I, 1165 ans, p. 357
  3. ^ (FR) Historia rerum in partibus transmarinis gestarum, continuateur, livre XXIV, chapitre V, page 112
  4. ^ (LA) Monumenta Historica Germaniae, Scriptores, tomus XXIII, Albrici Chronica Monachi Trium fontium, 1162 ans, p. 846
  5. ^ (FR) Histoire Générale de Languedoc, Avec des notes, Tome IV, Chapelles XII, par. VI, p. 329
  6. ^ (LA) Monumenta Historica Germaniae, Scriptores, tomus XIII, Genealogiae de Fusniacensis, par. 2, p 252 et la note 6
  7. ^ à b (LA) Monumenta Historica Germaniae, Scriptores, tomus XIII, De Genre Comitum Flandrensium, notae Parisienses, p 258 et note 12
  8. ^ (LA) Histoire Générale de Languedoc, Preuves, Tome V, ch. VII, p. 34
  9. ^ (FR) Guillaume de Chronique de Puylaurens, chap. V, page 20
  10. ^ à b c et (FR) #ES Fondation pour Généalogie médiévale: comtes de Toulouse - RAYMOND de Toulouse
  11. ^ à b (LA) Petrus Vallis Caernaii Historia Albigensium, Patrologia Latina Vol. 213, chap. XXXIV, le colonel 582
  12. ^ (FR) Histoire Générale de Languedoc, Avec des notes Tome V, Cap- LIV, pp. 571-573
  13. ^ (LA) Gallicarum et Scriptores Rerum Francicarum, tomus XII Ex Gestis Comitum Barcinonensium, p. 380
  14. ^ (FR) Guillaume de Chronique de Puylaurens, p. 82
  15. ^ à b (LA) Histoire Générale de Languedoc Avec des notes, tome II CXX connu, p. 680
  16. ^ à b E. F. Jacob, innocent III, pag. 36
  17. ^ à b c et fa Austin Lane Poole, L'interrègne en Allemagne, pag. 148
  18. ^ E. F. Jacob, innocent III, pag. 35
  19. ^ (LA) Histoire Générale de Languedoc, Avec des notes, tome V, Doc. LXXXII, p. 598
  20. ^ (LA) Histoire Générale de Languedoc, Avec des notes, Tome V, Doc. XXXIV, p. 599
  21. ^ (LA) Histoire Générale de Languedoc, Tome IV, Preuves, 10 chapelles, Chronicon Sancti Saturnini Tolosæ, col. 51
  22. ^ Frederik Maurice Powike, Les règnes de Filippo Augusto et Louis VIII de France, p. 819
  23. ^ en 1223, Aussi l'antagoniste Raymond VI de Toulouse, le roi de France, Philippe II Il est descendu dans la tombe.
  24. ^ à b c (FR) Guillaume de Chronique de Nangis, à la page 150
  25. ^ à b Charles Petit-Dutaillis, Louis IX, pag. 842
  26. ^ Charles Petit-Dutaillis, Louis IX, pag. 843
  27. ^ (LA) Histoire Générale de Languedoc, Avec des notes, Tome V, Doc. CLXXVI, p. 679
  28. ^ à b c Paul Fournier, Le royaume de Bourgogne ou d'Arles XIe au XVe siècle, pag. 396
  29. ^ (LA) Monumenta Historica Germaniae, Scriptores, Tomus XXIV Ancentii Bellovacensis Memorial Temporum omnium, 1233 ans, p 161
  30. ^ à b Charles Petit-Dutaillis, Louis IX, pag. 844
  31. ^ (LA) Matthæi Parisiensis, Monachi Sancti Albani, Chronica Majora, Volume IV, p 263
  32. ^ (LA) Peter Graf von der Zweite Savoyen, Markgraf in Italien, Haus und seine sein Lande, Doc. 154, p. 87
  33. ^ le nouveau Le pape Innocent IV Il a été élu seulement 1243.
  34. ^ à b c Charles Petit-Dutaillis, Louis IX, pag. 845
  35. ^ à b (FR) Guillaume de Chronique de Nangis, à la page 151
  36. ^ Charles Petit-Dutaillis, Louis IX, pag. 848
  37. ^ Charles Petit-Dutaillis, Louis IX, pag. 849
  38. ^ (FR) #ES Fondation pour Généalogie médiévale: Noblesse de Provence-SANCHA de Provence
  39. ^ (LA) Layettes du trésor des Chartes II, doc. 3360, p. 571 et 572
  40. ^ (LA) Layettes du trésor des Chartes II, doc. 3367, p. 574-576
  41. ^ (LA) Layettes du trésor des Chartes II, doc. 3382, p. 582 et 583
  42. ^ à b (LA) Histoire Générale de Languedoc Avec des notes, tome VIII Doc. 413, p. 1255-1259
  43. ^ (LA) Monumenta Historica Germaniae, Scriptores, tomus XXIII, Sancti victoris Massilienses Annales, 1249 ans, p. 5
  44. ^ (LA) Histoire Générale de Languedoc Avec des notes, tome V, connu IV, p. 531
  45. ^ (LA) Gallicarum et Scriptores Rerum Francicarum, tomus XIX, De Généalogie Comitum Tolosanorum, p. 228

bibliographie

sources primaires

littérature historiographique

Articles connexes

D'autres projets

liens externes

prédécesseur Comte de Toulouse et Marquis de Provence successeur Languedoc.png Armoiries
Raymond VI 1222-1249 Giovanna
autorités de contrôle VIAF: (FR8772067 · LCCN: (FRn83225772 · ISNI: (FR0000 0001 2119 9205 · BNF: (FRcb119404761 (Date)

Activité wiki récente

Aidez-nous à améliorer BooWiki
Commencez