s
19 708 Pages

Aliénor d'Aquitaine
Alienor.jpg
Reine Eleanor
consort reine de France
crête
au bureau 9 avril 1137 - 11 Mars 1152
prédécesseur Adélaïde de Savoie
successeur Constance de Castille
consort de la Reine d'Angleterre
au bureau 25 octobre 1154 - 6 Juillet 1189
prédécesseur Matilde di Boulogne
successeur Bérengère de Navarre
Duchesse d'AquitaineDe l Blason' src=
Comtesse de PoitiersComte de Poitiers Arms.svg
Duchesse de GascogneBlasonGASCOGNE.PNG
au bureau 1137-1204
prédécesseur William X d'Aquitaine
successeur Jean
naissance Bordeaux, 1122
mort Abbaye de Fontevraud, Fontevraud-le Abbaye, 1 Avril 1204
Lieu d'inhumation Abbaye de Fontevraud, Fontevraud-le Abbaye
dynastie Ramnulfidi
père William X
mère AENOR de Chatellerault
épouse Louis VII de France
Henri II d'Angleterre
enfants Maria de la France
Alix de France
William
Enrico
Matilde
Riccardo
Goffredo
Eleanor
Giovanna
Jean

Aliénor d'Aquitaine (Bordeaux, 1122 - Fontevrault, 1 Avril 1204) était Duchesse d'Aquitaine et gascogne et Comtesse de Poitiers, de 1137 sa mort, et était consort reine de France de 1137 un 1152 puis d 'Angleterre de 1154 un 1189.

Il était aussi un patron de troubadours, Aquitane dans sa luxueuse cour.

origines

Selon le Albrici Chronica Monachi Trium fontium, Elle était la fille aînée de Duc d'Aquitaine, Duc de Gascogne et Comte de Poitiers, William X le Tolosano[1] et sa première femme, AENOR Chatellerault († après 1130), Fille de visconte Americo Le Chatellerault et Maubergeon, qui, au moment de sa naissance était l'amant de son grand-père William IX le Troubadour[2].
Selon le Chronicon sancti Maxentii Pictavensis, Chroniques des Églises d'Anjou et Chronique de Robert de Thorigny, William X le Tolosano était le fils aîné (appelé le fils et héritier aîné du duché d'Aquitaine de 'archevêque, William, ville tournage, aujourd'hui Liban, dans son Historia rerum in partibus transmarinis gestarum[3]) de Duc d'Aquitaine, Duc de Gascogne, Comte de Poitiers et Comte de Toulouse, Dit Guillaume IX le Troubadour et sa seconde épouse[4], Philippa de Toulouse[5][6], la seule fille de Comte de Toulouse, Comte d 'Albi et Marquis de Provence, William IV et Emma de Mortain († ca. 1126), La fille du comte Mortain et Cornouailles, Robert de Mortain et Mathilde de Montgomery, fille de Roger Lord Montgomery, vicomte Hiémois et futur Comte de Shrewsbury et Mabel d'Alençon.

biographie

début des années

Eleonora a été baptisé Alienor (plus tard interprété plus tard comme l'Alien, l'étranger) que langue d'oc Cela signifie « l'autre AENOR » (plus tard dans francisé d'oïl dans Eleanor). Il a été élevé à la cour d'Aquitaine, un des plus beaux de XIIe siècle, qui, grâce à son grand-père à la fin du siècle précédent, avaient vu la naissance de l'esthétiquel'amour courtois dans différentes résidences de ducs d'Aquitaine, surtout Poitiers et Bordeaux; Il a reçu l'éducation d'un jeune noble de son temps: il a appris à lire et à écrire en latin, la musique, les mathématiques et la littérature de l'époque, mais aussi appris à monter et à chasser.

Selon le Chronicon sancti Maxentii Pictavensis, Chroniques des Églises d'Anjou, Son grand-père, William IX est mort le 10 Février 1126[7] et son père, William X a succédé[7].

Le 3 Mars 1130, selon l'historien et archéologue français, Jacques-Joseph Champollion, son père William X a fait un don à l'église de Saint-Hilaire de La Celle (dans un environnement de Poitiers) qui a été contresigné par lui-même, par la femme AENOR, Eleonora et son frère William le Téméraire (Willielmi DUCIS Aquitanorum, Aenordis Comitissae, Alienordis filiae eorum, Wilelmi aigres filii eorum)[8].

L'héritière d'Aquitaine

Vous ne connaissez pas l'année exacte, mais entre 1130 et 1137, Eleanor a hérité des duchés d'Aquitaine et de Gascogne, les domaines les plus importants du royaume de France (sans être vassaux de la couronne), pour la mort de son frère, William le Téméraire.

En même temps, un veuf, après 1130 selon Ex Chronico Gaufredi Vosiensis, son père William a épousé son second mariage d'Emma Limoges (Ennoa Seu Emma)[9], fille du comte de Limoges, Ademaro III (aliam tamen filiam [Ademari])[9].

En fait, son oncle, Raymond de Poitiers (Ca. 1115-1149), Dans 1136 mariée Princesse Constance d'Antioche (Comme il est rappelé par 'archevêque Guglielmo di Tiro dans son Historia rerum in partibus transmarinis gestarum[3]), Âgé de 10 ans, la fille et héritière de Bohémond II prince d'Antioche, et Alice de Jérusalem pourquoi, alors, il est devenu Prince d'Antioche.

William X, à la fin de 1136, Il a commencé un pèlerinage à Saint-Jacques-de-Compostelle, mais il est mort, peut-être pour une intoxication alimentaire pendant le voyage (il semble que le jour de vendredi Saint la 1137); selon Guillaume de Chronique de Nangis, Eve est mort Pâques, 9 avril[10] et il a été enterré dans Saint-Jacques-de-Compostelle[11]. Il a laissé deux filles, Eleanor et Pétronille[11]. Mais avant de mourir, il a recommandé que la fille aînée Eleanor, qui a repris dans les titres de la duchesse d'Aquitaine et la Gascogne et la comtesse de Poitiers, apportant Aquitaine, a été donnée en mariage à Luigi[11], fils et héritier du roi de France, Louis VI.

Louis VI, pensant que de cette façon la Royaume de France de la Loire serait prolongé jusqu'à la Pyrénées et mer Méditerranée, accepté avec plaisir[10] et ainsi, en fonction de Orderico Vitale dans son ecclésiastique Histoira, Louis le Jeune avec un grand entourage marchait Aquitaine[12].

Le mariage d'Aliénor et Louis de France a été célébré en Bordeaux le 22 Juillet 1137[13][14], en Cathédrale Saint-André[13]. La nuit de mariage était dans le château de Taillebourg. Selon la coutume des festivités ont duré quelques jours et a eu lieu à la périphérie de Bordeaux, le palais Ombrière; les parties accompagnaient le couple bien sur leur voyage à Paris.

Les époux ont été couronnées ducs d'Aquitaine dans la cathédrale de Poitiers, mais le duché n'a pas été atteint à la couronne française, était duchesse Eleonora et consort Luigi Duke; il a également été convenu que leur premier enfant serait roi de France et duc d'Aquitaine, et la fusion des deux domaines se produirait avec la prochaine génération. Selon Orderico Vitale, Louis VII fut couronné roi de France à Poitiers et consort roi d'Aquitaine[15], après la mort de son père, Louis VI, qui est mort le 1 août de 1137[15] (Après être tombé malade dans la forêt près de Compiègne[12]), Quand le couple voyageait toujours à Paris[16].

Le mariage précoce au roi Louis VII

Eleonora d'Aquitania
Louis VII de France

Dans la, elle a été le jour de Noël 1137 Eleanor couronné en Bourges, tandis que son mari était reincoronato (ayant déjà été couronné à l'âge de 11, 25 Octobre, 1131, à Reims). Orderico Vitale mentionne l'événement, avec une grande participation de tout le royaume de France et le duché d'Aquitaine, citant seulement le couronnement de Louis VII[17].

Comme un esprit libre et vivant, Eleanor n'a pas été bien accueilli à la cour de France, à l'inverse froid et réservé; a été critiqué pour sa conduite indécente jugée (comme cela avait déjà eu lieu avec une autre reine du sud de la France, Constance d'Arles, femme Robert II de France, environ un siècle avant); son luxe, des bijoux aux tapisseries, surpris les courtisans, et même les troubadours qu'elle allait venir à la cour étaient pas les bienvenus: le Marcabruno, En effet, il a été expulsé par le roi en personne aux chansons, un peu pousser, composé pour son bien-aimé, peut-être que c'était la reine elle-même; le troubadour avait plus tard d'aller devant les tribunaux espagnols pour être en mesure de continuer à vivre dans son art.

Eleanor a été particulièrement critiqué pour l'influence qu'il exerçait sur le roi. Le jeune couple (les deux avaient moins de vingt ans) de prendre des décisions hâtives, comme celle qui résolu expédition contre un échec Comté de Toulouse, qui se vantait d'Eleonora parce que les droits de grand-maman Philippa de Toulouse[16] (Le siège de Toulouse est également rappelé par Orderico Vitale[18]); ou le conflit avec Le pape Innocent II, pour la nomination du nouvel archevêque de Bourges (Pierre de La Châtre) que le roi lui a interdit d'entrer dans la ville[16]; ou la pression exercée sur Rodolfo de Vermandois donc il répudie sa femme, Eleanor de Blois, de se marier avec le jeune Pétronille d'Aquitaine, soeur Eleonora[16], entiché Rodolfo mûre; Rodolfo accepté, le pape a été excommunié avec Pétronille et 1142 Il a dû mener une guerre victorieuse contre le comte de Champagne IV thibaut de Blois (Dont il avait fui la Châtre-Pierre), la femme de son frère divorcé Eleanor[19].

Pendant le conflit, où le roi se pencha Rodolfo, il y avait la conquête de la ville de Vitry-en-Perthois; les habitants de la ville, regarde autour de 1300, ils se sont réfugiés dans l'église, qui a été incendiée[19]. Le royaume de France et le couple royal, encore sans enfant, est tombé l 'interdit l'Eglise.

Eleanor a demandé au Conseil de Bernardo di Chiaravalle, qui l'a invité à régler les conflits; Qu'est-il arrivé: le Champagne a été retourné à Tybalt, et Peter a pu obtenir l'archevêché de Bourges. L'excommunication a été retirée et 1145 Le couple royal avait une fille, Marie.

Pour que l'a été retiré Interdit et aussi pour obtenir la naissance du fils tant désiré Eleonora, influencé en cela par la prédication de Bernardo di Chiaravalle (qui avait été commandée par Le pape Eugène III pour prêcher la croisade en France[20]), Poussé Louis pour assister à la deuxième croisade[20]; elle l'accompagner dans Terre Sainte en pèlerin, tel que revendiqué par l'historien Steven Runciman, dans le volume II de son Une histoire des croisades[13].

La deuxième croisade

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: deuxième croisade.

La croisade française, ralentie par la présence de la reine et plusieurs dames des croisés, a commencé en Juin 1147, alors que le jeu de croisade allemande en mai, est arrivé en tête Terre Sainte. Avec la croisade a commencé des désaccords entre conjoints:

Eleonora d'Aquitania
Eleonora dans une peinture antique, cheval
  • elle était accompagnée de troubadour Jaufré Rudel,
  • le massacre à la bataille du mont Cadmus, en 1148, où le bord de coupe (avec la reine), contrôlée par un vassal de l'Aquitaine, Geoffrey de Rancon, en violation des commandes n'a pas attendu l'arrière (avec le roi) et les pèlerins, qui ont subi un massacre par les Turcs; Le roi a miraculeusement survécu. Le blâme est tombé sur Godfrey, mais des doutes subsistaient à propos de Eleanor.
  • la rencontre avec son oncle Raymond de Poitiers, qui a accueilli les croisés en Antioche, mais il n'a pas été payé de retour en aucune façon. Puis la rumeur qui a circulé entre l'oncle et le neveu est né d'un adultère incestueux, dans les mois où Louis et les Français étaient en Jérusalem, tandis que la reine et Aquitains sont restés à Antioche.
  • aussi le résultat négatif de la Croisade (l'échec de la conquête Damas) Et mensonge colossal byzantin qui a caché la catastrophe aux Français qui avait rencontré les Allemands, a conduit à des désaccords entre conjoints.

en 1149 Louis VII et Aliénor retour de la croisade et sont arrivés en Italie par la mer, séparément. Ils ont rencontré le Le pape Eugène III dans 'Abbaye de Montecassino, qui a été en mesure de les concilier.

Ils sont allés en France et 1150, Il est né une seconde fille, Alice.
en 1151 la relation entre le couple était encore bonne, comme le confirme le document de la XXIXe Cartulaire de l'Abbaye Royale de Notre-Dame de Saintes, Roi de France et duc d'Aquitaine (où Eleonora avec l'approbation de son mari,Ludovici regis Francorum et ducis Aquitanorum nos collateralis), Confirme les privilèges de l'abbaye Notre-Dame de Saintes[21].

Mais les désaccords ont continué. Le 11 Mars 1152 Ils se sont réunis à synode de Beaugency[22] les archevêques de Bordeaux, Rouen, Reims et le primat de la France, qui le 21 Mars, devant Louis et Eleanor, sanctionné, avec la bénédiction du pape, que leur mariage était nul pour endogamie[22] quatrième degré, à la fois ils sont descendus de Robert II de France (Le premier-né Henri Ier de France par Philippe Ier de France et Louis VI de la France Luigi est descendu; tandis que le second fils, le duc de Bourgogne Robert de France par Hildegarde de Bourgogne (qui avait épousé William VIII) Guillaume IX d'Aquitaine et William X Eleanor est descendu). Les deux filles ont été déclarés légitimes et seraient restées à la cour française, et toutes les possessions de l'Aquitaine et la Gascogne ont été retournés à Eleanor.

Le second mariage

Eleonora d'Aquitania
Henri II d'Angleterre
Eleonora d'Aquitania
Le mariage d'Aliénor d'Aquitaine à Enrico Plantageneto et la succession suite au trône d'Angleterre de Henry a créé un empire.

Dès que Eleonora a été retourné à sa succession, sur la route de Poitiers, deux nobles, Thibault de Blois, fils de Comte de Champagne, Theobald II le Grand et Geoffrey d'Anjou, frère Henry, le comte d'Anjou et duc de Normandie (Il a succédé à son père Geoffrey V la Foire, 7 septembre 1151[22]), Ils ont essayé de kidnapper et de l'épouser, puis prendre possession de ses domaines. A peine arrivé à Poitiers, il a envoyé un message au duc de Normandie, Enrico, afin de la rejoindre et de l'épouser.

Six semaines après l'annulation du mariage précédent, le 18 mai 1152, le jour de Pentecôte, Eleanor et Henry se sont mariés, semble sans aucune pompe; Henry, comme sa femme, il a ajouté à son domaine duchés d'Aquitaine et la Gascogne et le comté de Poitiers[23].

Elle était plus âgée de 11 ans; à la fois qu'ils descendaient de la fille de Foulques III Nerra, Ermengarde d'Anjou, (de son premier mariage Geoffrey II de Gâtinais, par Foulques IV, Foulques et Geoffrey V la Foire Enrico est descendu; tandis que le second mariage avec le duc de Bourgogne Robert de France par Hildegarde de Bourgogne (qui avait épousé William VIII) Guillaume IX d'Aquitaine et William X Eleanor est descendu). Un mariage possible entre Henry et Marie, fille d'Eleanor, avait été exclu pour endogamie. De plus, le père de Henry, Geoffrey la Foire, l'un des amants présumés d'Eleanor, jusqu'à ce qu'il était en vie, avait vivement conseillé à son fils de se marier en elle.

Henry n'a pas été très fidèle à Eleanor et avait la réputation d'un conquérant. Il avait plusieurs enfants illégitimes; l'un d'entre eux, Geoffrey York, né d'une prostituée nommée Ykenai, il est né la même année de l'enfant légitime William, Il a été reconnu par Henry et élevé en Westminster sous la direction de la reine.

Le 19 Décembre 1154 Eleanor est devenue reine d'Angleterre, couronnée en 'Westminster Abbey avec son mari[13], qui prit le nom de Henri II d'Angleterre.
Eleonora, ainsi que l'action autonome en Aquitaine et Gascogne, au lieu de Henry, il pouvait le faire en Angleterre, comme le montre Rolls tuyaux la première période de règne de Henri II[24].

Eleonora d'Aquitania
La Reine Eleanor

La période du règne de Henri II, y compris le couronnement et la naissance du dernier enfant du couple, Jean (1166), Il a été plutôt turbulent, bien qu'il Eleonora a été légèrement impliqué, pour plusieurs raisons:

  • Aquitaine a refusé l'autorité d'Henri;
  • les tentatives d'acquérir le comté de Toulouse, en faisant appel aux droits héréditaires de la grand-mère Philippa de Toulouse, puis le père a fait faillite;
  • les nouvelles de France, en ce qui concerne le remariage de Louis, qui a suivi le mariage de Henri le Jeune et Marguerite, fille de Louis;
  • les contrastes entre le roi et San Tommaso Becket, premier Greffier et arcivescovo di Canterbury; Thomas a été contraint de fuir vers la France, mais pour revenir en 1170, il a été assassiné en Cathédrale de Canterbury, pendant les fonctions de vespertinas; probablement ils ont interprété les meurtriers d'une sortie du roi, qui n'a jamais donné un ordre précis. En dépit du doute, Eleanor, comme le reste de l'Europe, a été saisi d'horreur.
  • entre la fin 1166 et 1167 la relation entre Henry et Rosamund Clifford Il est devenu connu, et son mariage avec Aliénor semblait à la fin.

en 1167 Il y avait le mariage du troisième enfant Matilde et le duc de Bavière et de Saxe Enrico Leone il; la reine est restée en Angleterre avec sa fille, préparer pour le mariage, début d'une période de séparation; Il est revenu en France que pour Noël.

le patron

Quand la reine était en France a eu lieu la cour à Poitiers (réactivant après des années de négligence), et puis surtout son intérêt en Aquitaine. en 1170 Eleonora a réussi à donner à son fils le quatrième enfant Riccardo les possessions de gascogne, Aquitaine et Poitou.

La cour était repaire d'artistes et troubadours, y compris Bernard de Ventadour, avec qui Eleanor avait une relation éphémère mais intense, et les Normands Benoît de Sainte-Maure et Robert Wace; il avait également des contacts avec Arnaut Guilhem de Marsan, Marsan monsieur, il avait composé un bon comportement de la conduite du pilote.

selon André le Chapelain, Eleanor a établi une cour littéraire avec sa fille Marie, patronne de trouvère Chrétien de Troyes, environ 1170; Mais il semblerait que l'amour loué par cours André ont été exagérations Flatter contre Filippo Augusto (dont il était un clerc) pour diffamer Eleonora.

Révolte et capture

Le deuxième fils et héritier du trône Henri le Jeune, faible de caractère et entouré d'ennemis de ses conseillers père, il a commencé une rébellion, en 1173. Il est allé à Paris, où, sur les conseils de Louis VII, des accusations et des calomnies lancées contre son propre père; puis il est allé secrètement en Aquitaine, où les frères Richard et Goffredo Ils vivaient à la cour Poitiers, avec sa mère; Henri le Jeune a exhorté les frères, il semble, avec le consentement de la mère, de le rejoindre dans la rébellion[13]. Eleanor a poussé leurs enfants à aller à Paris pour rejoindre son frère aîné contre leur père Enrico[25]; puis il a poussé ses vassaux Aquitains et gascogne de rejoindre la rébellion[24]. Puis Eleonora, en Avril, Poitiers gauche a commencé sur la route de Paris pour rejoindre ses trois enfants, mais il a été intercepté et arrêté[24] puis envoyé au roi Henri à Rouen. Il a été secrètement emprisonné dans Chinon[13] et pendant environ un an le secret a été gardé. Le 8 Juillet 1174 Le roi fit voile pour l'Angleterre Barfleur, Eleonora apportant avec eux et juste débarqués dans Southampton, Il l'a emprisonnée dans le château de Winchester puis dans celui de sarum[13]. Les trois enfants peu de temps après avoir fait un acte de soumission au père et à la rébellion terminée.

Les années de captivité

Eleonora d'Aquitania
Eleonora et fils Jean sans Terre

Eleanor est resté en prison en Angleterre pendant environ 15 ans. En prison, il a été tenu à l'écart des enfants, en particulier Richard, qui avait toujours été son favori; Il n'eu l'occasion de les rencontrer souvent, comme des occasions spéciales comme Noël, elle a le droit de sortir librement.

en 1176 Rosamunda Clifford (1150-1176), le grand amour d'Henri, est mort. Le lien est né en 1166 et 1173 par Henry hébergeait l'idée du divorce Eleanor et 1175 Il a décidé de fermer en le couvent de Fontevraud, ce qui les rend prennent les vœux de pauvreté et de donner ainsi toutes les titres et les domaines. A la mort de Rosamund, Henry pensait qu'il avait été empoisonné avec la complicité d'Eleanor, qui a toujours l'innocence professait (elle avait l'habitude de dire que quand Dieu avait pris Rosamund elle était constamment surveillée par les espions de Henry, même si désireux, incapable de poison).

en 1183 Henri le Jeune, ne se contente pas de son application du duché de Normandie (dont il était nominalement duc), se révolta à nouveau et avec l'aide de son frère les troupes de Geoffrey et celles des rois de France, Filippo Augusto (1165-1223), il a tendu une embuscade à son père en Limoges. Le père assiégea la ville forçant Henry Young pour échapper à l'Aquitaine et errer jusqu'à ce qu'il est tombé malade avec dysenterie. Le 11 Juin 1183, sentant proche de la mort et pris par le remords, il a présenté ses excuses à son père pour lui-même et sa mère et tous ses compagnons de fortune, et que tous ont été libérés. Eleanor a reçu les nouvelles de la mort de son fils dans le château de Sarum (elle a alors dit papa Celestino III, en 1193, ce rêve avait prédit la mort, ce qui lui a fait souffrir encore beaucoup).

A la mort d'Henri le Jeune, Filippo Augusto a demandé, au nom de Sœur Margaret, certaines propriétés en Normandie; mais le roi Henri ne les mains dans cette pensée qu'ils étaient à la mort de son fils reprendre possession d'Eleanor, qui est la raison pour laquelle elle a été convoqué en Normandie, à l'été 1183 et il a résidé pendant six mois. Il a commencé pour elle une période de probation, il est retourné en Angleterre au début de 1184; Eleonora dans les années qui ont suivi était souvent en compagnie de son mari, même dans les actes gouvernementaux, en essayant de maintenir la succession au trône Riccardo, mais n'a jamais été vraiment libre, parce qu'ils ont toujours gardé.

en 1186 Il est mort son fils Geoffrey, duc de Bretagne, lors d'un tournoi à la cour française.

Régent du royaume d'Angleterre

Le 6 Juillet, 1189 le roi Henri est mort et Richard, son ayant repris le titre de roi d'Angleterre, il a immédiatement envoyé William Marshal pour libérer la mère, mais avait déjà été libérés et de l'équitation à Westminster a reçu l'hommage des nobles et des prélats. Eleonora, flanqué de Guillaume le Maréchal, a gouverné l'Angleterre pour son fils[26], qui est revenu de la France le 13 Août, a reçu avec beaucoup d'enthousiasme; Il a continué à régner au nom de son fils, même quand Richard est parti pour troisième croisade, après le couronnement a eu lieu en Westminster 3 septembre 1189[26] (Comme l'a confirmé par la Albrici Chronica Monachi Trium fontium Richard a été couronné 3. de Nonas[27]).
L'une des premières mesures d'Eleanor, sur les conseils de Guillaume le Maréchal, était le 'amnistie contre tous ceux qui avaient été illégalement emprisonnés en même temps, il a ordonné à tous les hommes libres de faire un acte de soumission à Richard Cœur de Lion[26].

au cours de la 1191 Il a quitté l'Angleterre dans les mains de lord Chancellor William Longchamp et il est allé Messina d'organiser le mariage de son fils Riccardo[28]. Quand il est revenu en Angleterre, il met son fils Jean sans Terre dans son litige contre le chancelier. Lorsque, sur le chemin du retour de Terre Sainte, Richard a été capturé en Autriche, Eleanor a réussi avant, en 1193, pour déjouer la conspiration contre Richard tenté par son fils John, puis mis en place la somme de la rançon, qui a personnellement apporté à Mainz[29] empereur Henry VI et enfin, l'année suivante, a encouragé la réconciliation entre les deux frères, Richard et John.

Les dernières années de la vie

Eleonora d'Aquitania
Abbaye de Fontevraud: Les tombes de Eleanor et Henri II

Eleanor a survécu à Richard, qui est mort en 1199, et alors que le plus grand en Angleterre et en Normandie reconnu John, le plus jeune fils d'Aliénor, autour de laquelle les Aquitains, les barons des terres de l'Ouest avait rassemblé les Maine, dell 'Anjou et Touraine Ils ont soutenu les aspirations de son neveu Arthur Ier, duc de Bretagne, fils à titre posthume de Geoffrey[30].

Finalement, même avec le soutien du roi français Filippo Augusto la succession, sous réserve des droits de Arturo (qui a été temporairement confiée à la prise en charge de Filippo Augusto[30]) En Grande-Bretagne, il a été assuré à Jean sans Terre[30] et, avant de livrer l'Aquitaine à John, Eleanor avait rendu hommage au roi français, Filippo Augusto[30].

Parmi les termes de la trêve établie entre Jean d'Angleterre et de France Philippe Auguste, il y avait aussi la promesse de mariage entre douze ans Louis, fils de Philippe, et l'un des deux petits-fils de John, filles sœur Eleanor et Alphonse VIII de Castille. John a demandé à la mère d'aller Castille de choisir la petite-fille. Juste à gauche Poitiers, Eleanor a été capturé par Hugh IX de Lusignan, qui, dans le passé, il avait des désaccords avec le roi Henri, son mari. Il promet de Hugh ce qu'il voulait et a continué le voyage à travers Pyrénées, la Navarra et Castille, où il est arrivé en Janvier 1200.

A la cour de Castille il a arrêté deux mois et entre Urraca et blanc, il a choisi le blanc le plus jeune. Ils sont revenus en France et sont arrivés à Bordeaux pour Pâques. Un guerrier célèbre, Mercadier, a offert de les accompagner, mais quelques jours plus tard, il a été tué lors d'un affrontement avec un rival. La tragédie a frappé la vieille reine qui ne fut plus en mesure de poursuivre leur voyage; Blanc a confié à l'archevêque de Bordeaux, Eleanor a pris sa retraite dans 'Abbaye de Fontevrault, où début de l'été son fils John lui a fait une visite; au début 1201 Il n'a pas encore complètement récupéré.

Quand il a repris la guerre entre Jean et Philippe, Eleanor a soutenu son fils; et quand le petit-fils Arturo, allié de Philippe, a essayé de prendre le contrôle d'Aquitaine, qui avait été attribué par le roi de France[31], Eleanor a quitté l'abbaye pour atteindre Poitiers; Arturo quand il savait qu'il pouvait le verrouiller et assiéger le château mirebeau[31]. John vit alors au secours de sa mère, a vaincu les attaquants et il a capturé le neveu[31], qui a été emprisonné, il a été tué le 3 Avril 1203 (a jeudi saint), Peut-être empoisonné par son oncle[31].

Eleonora dans 1202 re-elle entra dans l'abbaye de Fontevrault, où elle a pris le voile, et 1204 Il est mort, après avoir enterré huit de ses dix enfants; John et Eleanor ont survécu.
Selon le Florentia Wigornensis Monachi Chronicon Continuatio, Reine Eleanor est morte le 21 Mars (XII Kal. aprilis) De 1204 et il a été enterré dans 'Abbaye de Fontevrault (sepulta est à Fontem Ebraldi)[32], où, selon la Albrici Chronica Monachi Trium fontium Il avait déjà été enterré son mari, Henri II[27].

enfants

Eleanor a donné deux filles Louis[33][34]:

  • Marie[1] (1145-1198), Elle a épousé en 1164 Henri Ier le Libéral (1126- † 1182) Comte de Champagne, Blois et Brie[1],
  • Alice[1] (1151-1198), Elle a épousé en 1164, Tybalt V de Champagne et de Blois, dit le Bon (1129-1191) Comte de Blois, Châteaudun et Chartres[1].

Et Henry huit enfants[35][36]:

  • Guglielmo Plantageneto (1153 comme il est confirmé par le rapporteur Robert de Torigni, dans son Chronique de Robert de Torigni, abbé de Mont-Saint-Michel[37]-1156 comme il est toujours confirmé par Robert de Torigni[38]), Après quoi, en 1156, avait été juré fidélité des vassaux britanniques[38],
  • Enrico[39][40] (1155-1183), Couronné roi d'Angleterre en 1170, mais n'a jamais eu une puissance réelle, il a épousé Margherita, fille de Louis VII, Roi de France,
  • Matilde[40][41] (1156-1189), Elle a épousé en 1168 le duc de Bavière et de Saxe Enrico Leone il (1130-1195)
  • Riccardo[40] (1157-1199), Roi d'Angleterre,
  • Goffredo[40] (1158-1186), Duc de Bretagne, marié, en 1181, Constance Richemont (-1201?)
  • Eleanor[40] (1162-1214), Elle a épousé en 1177, Alphonse VIII de Castille (1155-1214)
  • Giovanna[42](1165-1199), Elle a épousé en 1176, la Roi de Sicile, Guillaume II (1166-1189) Et dans un second mariage, Comte de Toulouse Raymond VI (1156-1222)
  • Jean sans Terre[40] (1166-1216), Roi d'Angleterre.

cinéma

De l'histoire d'Aliénor et Henri II l'écrivain américain James Goldman Il a appelé le jeu Le Lion en hiver. En 1968, Goldman a écrit le scénario de la version du film Le Lion en hiver réalisé par Anthony Harvey, gagnant pour cette raison, la lauréat d'un Oscar, le prix Writers Guild of America et le Prix « Writers Guild of Great Britain. en 2003 directeur Andrej Končalovskij Il tire un film de télévision.

Dans le film de 1968 Aliénor d'Aquitaine est joué par Katharine Hepburn, tandis que Henri II Peter O'Toole en ce que du 2003 de Glenn Close et Stewart Patrick.

Il a été consacré un roman écrit par Mireille Calmel, appelé Le mariage de Eleonora.

ascendance

Aliénor d'Aquitaine père:
William X
Grand-père paternels:
William IX
grand-père paternel:
William VIII
grand-père paternel:
William V, duc d'Aquitaine
la grand-mère paternelle:
Agnès de Bourgogne
père Grand-mère:
Hildegarde de Bourgogne
grand-père paternel:
Robert I, duc de Bourgogne
la grand-mère paternelle:
Ermengarde d'Anjou
grand-mère paternelle:
Philippa de Toulouse
grand-père paternel:
William IV, comte de Toulouse
grand-père paternel:
Pontius II de Toulouse
la grand-mère paternelle:
Almodis de la Marche
père Grand-mère:
Emma de Mortain
grand-père paternel:
Robert de Mortain
la grand-mère paternelle:
Mathilde de Montgomerie
mère:
AENOR de Châtellerault
Grand-père maternel:
Aymery, le vicomte de Chatellerault
Grand-père maternel:
Boson, II Châtellerault
grand-père maternel:
Hugues, Le Chatellerault
maternelle grand-mère:
Gerberge de La Rochefoucauld
Maternelle Grand-Mère:
Alienor de Thouars
grand-père maternel:
Aimery IV de Thouars
maternelle grand-mère:
Aremgarde de Mauleon
grand-mère maternelle:
Dangerose de l'Isle Bouchard
Grand-père maternel:
Barthélemy de L'Isle Bouchard
grand-père maternel:
Archimbaud Borel de Bueil
maternelle grand-mère:
Agnès de L'Isle Bouchard
Maternelle Grand-Mère:
Gerberge de Blaison
grand-père maternel:
Eon de Blaison
maternelle grand-mère:
Tcheletis de Treves

notes

  1. ^ à b c et (LA) #ES Monumenta Historica Germaniae, Scriptores, tomus XXIII, Albrici Chronica Monachi Trium fontium. année 1152, à la page 841
  2. ^ (FR) #ES Fondation pour Généalogie médiévale: Noblesse Aquitana - Guillaume d'Aquitaine
  3. ^ à b (LA) Historia Rerum in partibus transmarinis gestarum, liber XIV, habitant IX
  4. ^ (LA) Chronicon sancti Maxentii Pictavensis, Chroniques des Églises d'Anjou, p 411
  5. ^ (LA) Chronique de Robert de Thorigny, l'abbé du Mont-Saint-Michel, 1159 ans, page 319
  6. ^ (LA) Chronicon sancti Maxentii Pictavensis, Chroniques des Églises d'Anjou, année MXCIX, à la page 419
  7. ^ à b (LA) Chronicon sancti Maxentii Pictavensis, Chroniques des Églises d'Anjou, à la page 431
  8. ^ (LA) #ES Contemporaines Inédits Tirés des collections de manuscrites la Bibliothèque royale, Tomes II, doc. No. VII, pp 13:14
  9. ^ à b (LA) #ES Rerum Gallicarum et Francicarum Scriptores, Tomus XII Ex Chronico Gaufredi Vosiensis, par. 41, p. 425
  10. ^ à b Louis Alphen, France: Louis VI et Louis VII (1108-1180), p. 718
  11. ^ à b c (LA) #ES Guillaume de Chronique de Nangis, p. 18
  12. ^ à b (LA) Histoira Ecclésiastique, III pars, Liber XIII, chapitre XVI, colonne 958
  13. ^ à b c et fa g (FR) #ES Fondation pour Généalogie médiévale: Noblesse Aquitana - ELEONORE d'Aquitaine
  14. ^ (FR) #ES Généalogie: Poitou - Eleanor / Aliénor
  15. ^ à b (LA) Histoira Ecclésiastique, III pars, Liber XIII, chapitre XVI, colonne 959
  16. ^ à b c Louis Alphen, France: Louis VI et Louis VII (1108-1180), p. 719
  17. ^ (LA) Histoira Ecclésiastique, pars III, liber XIII, Chapitre XVII, la colonne 966
  18. ^ (LA) Histoira Ecclésiastique, pars III, liber XIII, Chapitre XXII, 981 colonne
  19. ^ à b Louis Alphen, France: Louis VI et Louis VII (1108-1180), pag. 720
  20. ^ à b Louis Alphen, France: Louis VI et Louis VII (1108-1180), pag. 722
  21. ^ (LA) #ES Cartulaire de l'Abbaye Royale de Notre-Dame de Saintes, Doc. XXIX, p. 36
  22. ^ à b c Louis Alphen, France: Louis VI et Louis VII (1108-1180), pag. 724
  23. ^ William John Corbett, Angleterre: 1087-1154, pag. 93
  24. ^ à b c Doris M. Stenton, Angleterre: Henry II, pag. 124
  25. ^ Doris M. Stenton, Angleterre: Henry II, pag. 116
  26. ^ à b c Frederick Maurice Powicke, Angleterre: Richard I et John, pag. 144
  27. ^ à b (LA) #ES Monumenta Historica Germaniae, scriptores, tomus XXIII, Albrici Chronica Monachi Trium fontium. 1189, p 862
  28. ^ Frederick Maurice Powicke, Angleterre: Richard I et John, pag. 148
  29. ^ Weir, p. 71
  30. ^ à b c Frederick Maurice Powicke, Les règnes de Filippo Augusto et Louis VIII de France, pag. 802
  31. ^ à b c Frederick Maurice Powicke, Les règnes de Filippo Augusto et Louis VIII de France, pag. 805
  32. ^ (LA) Wigornensis Monachi Chronicon Continuatio, année 1204, à la page 166
  33. ^ (FR) #ES Fondation pour Généalogie médiévale: Roi de France - ELEONORE d'Aquitaine (Louis de France)
  34. ^ (FR) #ES Généalogie: Capétiens - Eleanor / Aliénor (roi Louis VII "le Jeune")
  35. ^ (FR) #ES Fondation pour Généalogie médiévale: roi d'Angleterre - ELEONORE d'Aquitaine (Henri d'Anjou)
  36. ^ (FR) #ES Généalogie: Anjou (II) - Eleanor / Aliénor (roi Henri II)
  37. ^ (LA) Chronique de Robert de Torigni, abbé de Mont-Saint-Michel, 1053 ans, p. 280
  38. ^ à b (LA) Chronique de Robert de Torigni, abbé de Mont-Saint-Michel, année 1156, p. 293
  39. ^ (LA) Chronique de Robert de Torigni, abbé de Mont-Saint-Michel, 1155 ans, p. 291
  40. ^ à b c et fa (LA) Wigornensis Monachi Chronicon Continuatio, année 1204, à la page 137
  41. ^ (LA) #ES Monumenta Historica Germaniae, Scriptores, tomus XXIII, Chronicon Sancti Michaelis Luneburgensis, p 396
  42. ^ (LA) Chronique de Robert de Torigni, abbé de Mont-Saint-Michel, 1165 ans, p. 357

bibliographie

sources primaires

littérature historiographique

  • Jean Markale, Aliénor d'Aquitaine. La Reine des Troubadours, Traduction par Marina Bianchi, Histoire Collier, Milan, Rusconi, 1980, p. 301.
  • Alison Weir, Aliénor d'Aquitaine. La reine des deux nations, Rizzoli, 2002.
  • Louis Alphen, France: Louis VI et Louis VII (1108-1180), en: l'histoire du monde médiéval, vol. V, 1980, p. 705-739
  • Frederick Maurice Powicke, Les règnes de Filippo Augusto et Louis VIII de France, en: l'histoire du monde médiéval, vol. V, 1980, p. 776-828
  • William John Corbett, Angleterre: 1087-1154, en: l'histoire du monde médiéval, vol. VI, 1980, pp. 56-98
  • Doris M. Stenton, Angleterre: Henry II, en: l'histoire du monde médiéval, vol. VI, 1980, pp. 99-142
  • Frederick Maurice Powicke, Angleterre: Richard I et John, en: l'histoire du monde médiéval, vol. VI, 1980, pp. 143-197.
  • Régine Pernoud, Aliénor d'Aquitaine (La vie, les légendes, l'influence de Alienor, comtesse de Poitou, duchesse d'Aquitaine, Reine de France, d'Angleterre PUI, dame des troubadours et des bardes Breton), traduction par M. Manganelli et C. Marabelli, éditorial de Jean Leclercq, Collier Faced culture médiévale et attraverso.Biblioteca 104, Milan, Jaca Book, 1983-2012, pp. 284, ISBN 978-88-16-40104-4.

Articles connexes

D'autres projets

liens externes

prédécesseur Reine de la France successeur Fr FranceAncienne.png paie Blason
Adélaïde de Savoie 1137-1121 Mars 1152 Constance de Castille
prédécesseur Reine d'Angleterre successeur Armoiries royales de England.svg
Matilde di Boulogne 25 Octobre 1154-6 Juillet 1189 Bérengère de Navarre
prédécesseur Duchesse d'AquitaineDe l Blason' src=
Comtesse de PoitiersComte de Poitiers Arms.svg
Duchesse de GascogneBlasonGASCOGNE.PNG
successeur
William X 1137-1204
1189-1199 avec son fils Riccardo
1199-1204 avec son fils Jean
Jean
autorités de contrôle VIAF: (FR3262107 · LCCN: (FRn81007375 · ISNI: (FR0000 0000 6628 6866 · GND: (DE118529757 · BNF: (FRcb119384862 (Date) · BAV: ADV10035431