s
19 708 Pages

Stefano
Stephen England.jpg
Roi d'Angleterre
crête
au bureau 22 décembre 1135 -
10 avril 1141 (détrôné[1])(Règne d'abord)
1 Novembre 1141 -
25 octobre 1154 (Règne deuxième)
couronnement 26 décembre 1135
prédécesseur Henri I
Matilde (En 1141)
successeur Matilde (En 1141)
Henri II
autres titres comte de Mortain, comte de Boulogne et Duc de Normandie
naissance Blois[1], c. 1096
mort château Douvres[1], Kent, 25 octobre 1154
enterrement abbaye Faversham, Kent
dynastie Maison de Blois (Tebaldingi)
père Stephen, comte de Blois
mère Adela de Normandie
épouse Matilde di Boulogne
enfants Baldwin
Eustachius
William
Mathilde et
Marie, légitime

Stefano Blois, en français Étienne d'Angleterre ou Etienne de Blois, en Anglais Stephen d'Angleterre ou souvent Stephen de Blois (Blois [1], 1096 - Douvres [1], 25 octobre 1154) Il a été Roi d'Angleterre, 22 décembre 1135 25 Octobre 1154. Il a également été le comte de Mortain, de 1112 A propos de la 1135, Duc de Normandie de 1135 un 1144 et le comte consort Boulogne de 1125 un 1151. Son règne a été marqué par une guerre de succession qui a pris le nom de anarchie, il a vu le cousin Stephen contrer Matilde, fille de l'ancien dirigeant Henri I et prétendant au trône.

petite fille Guillaume le Conquérant, Il est considéré comme le dernier roi normand d 'Angleterre. Toutes les sources le présentent comme personne douce et généreuse, mais il laisse les droits de la couronne (en particulier la perception des impôts) ont souvent été ignorées[2].

origine

Selon le Monaco et reporter Anglais, Orderico Vitale, Il était le troisième fils né de Comte de Blois, de Chartres, de Châteaudun, de Tours, de Provins, de Sancerre, de Meaux et Troyes, Stephen II, et Adela de Normandie[3] (environ 1062 - 1137) Qui, à la fois selon le Monaco et reporter normand Guillaume de Jumièges, auteur de son Scriptores Historiae Normannorum Antiqui, qui, selon la reporter et Monaco bénédictin dell 'Abbaye de Malmesbury, en Wiltshire (Wessex) Guglielmo di Malmesbury et Orderico Vitale, et encore la reporter et Monaco bénédictin Anglais, Matthew Paris, Elle était la fille de Duc de Normandie et Roi d'Angleterre, Guillaume le Conquérant, et Mathilde de Flandre[4][5][6][7] (1032 - 1083) Qui, en fonction de la Genealogical Comitum Flandriæ Bertiniana, Elle était la fille de Baldwin V, Comte de Flandre, et soeur de Roi de France, Henri I[6], Adele de France[8], qui, selon la Genealogiae de Fusniacensis Elle était la fille de Roi de France, Robert II, le Pieux[9].
Stephen II de Blois, qui avait été baptisé Henry, mais a été rebaptisé Stephen, qui, selon 'Hugonis Floriacensis, ici modernorum Liber Regum Francorum continet Actus Il était le fils aîné de Comte de Blois, de Chartres, de Châteaudun, de Tours, de Provins, de Sancerre, de Meaux et Troyes, Theobald III[10] et Gondrada, dont il n'y a pas de nouvelles de son ascendance.
Son deuxième frère, Thibault IV le Grand Il réunifié le comté de Blois Comté de Champagne, tandis que son frère cadet, le quatrième enfant Henri de Blois était évêque de Winchester de 1129 et légat du pape pour l'Angleterre de 1138.

biographie

début de la vie

Il a quitté rapidement perdu son père, mort en Terre Sainte, en 1102 (D'après le chroniqueur de première croisade, Albert d'Aix, son père, Stephen II, a été capturé et décapité dans la deuxième Bataille de Ramla la 1102[11]), Comme le fils aîné, le fils aîné, William, a été retardée capacité intellectuelle et bégayant, il a été désavoué par sa mère, Adele[12], le second fils, Theobald, encore mineur, a hérité des possessions de son père[13], tandis que le plus jeune fils, Enrico (1100-1171), Il a été envoyé au couvent Cluny[14]. Cependant, Stephen, a été envoyé 1111, à la cour d'Angleterre, où il a été éduqué par son oncle, le frère de la mère Adele, le roi, Henri I, qui a accordé de nombreux privilèges, tant en Angleterre que Normandie, elle a obtenu le comté Mortain[14], vers la 1115[1], et 1122, Il pourrait être considéré comme l'un des seigneurs féodaux les plus riches et les plus puissants du royaume et le duché[15].

en 1125, Stephen marié Matilde, qui, selon Genealogical Comitum Buloniensium, Elle était la fille et unique héritière du comte Eustace III et sa femme, Marie d'Ecosse[16](1082-1116), Qui, selon Orderico Vitale, était la fille de Roi d'Ecosse, Malcolm III et sa seconde épouse, Marguerite de Wessex[14], qui, selon la Les chroniques de Florence de Worcester avec deux continuations Elle était la fille du prince Edoardo (Fils de Roi d'Angleterre, Edmund II[17], qui, selon Orderico Vitale, il est descendu de Alfredo il Grande puis par le premier roi d'Angleterre, Egbert de Wessex[18]) Et Agata[17], que, selon la Les chroniques de Florence de Worcester avec deux continuations Il était le petit-fils de 'Empereur du Saint-Empire romain germanique, Henri II (fille du frère de l'empereur Henri)[17], alors que, selon la Albrici Chronica Monachi Trium fontium Elle était la sœur de la reine de Hongrie (Agatham reines Hunorem sororem)[19], tandis que Orderico Vitale était la fille de Roi de Hongrie[20]; Margaret était la sœur de Edgardo Atheling[17], dernier descendant de Maison de Wessex[21] et prétendant à la couronne d'Angleterre.
Matilde di Boulogne était le neveu du roi d'Angleterre, Henri Ier, comme sa mère, Maria était la sœur de l'épouse d'Henri Ier, Edith ou Matilde di Scozia[14].
Le mariage se sont révélés très heureux et le soutien de sa femme était très important pour Stefano.
Après le mariage, le père de Mathilde, Eustace, abdique en faveur de sa fille et se tint à Monaco Rumilly; Matilde di Boulogne Il est devenu comtesse et Stephen était le régent du comté Boulogne.

en 1127 le roi Henri Ier d'Angleterre appelé un conseil qui a réuni tous les nobles laïcs et l'église la plus importante, y compris son frère, David I de l'Ecosse, son neveu, Etienne de Blois (Matthieu Paris dit que Stephen était le premier à prêter serment[22]) Et son premier fils illégitime, Robert de Gloucester; tous ont prêté serment qu'ils accepteraient comme reine, sa fille, Matilde[23]. La plupart ont obéi, mais n'a pas été satisfait de la solution et aurait aimé encore moins si elle savait que Henry était en train de négocier le mariage de sa fille avec le fils de l'ancien ennemi des Normands, la Comte d'Anjou[23]. en Juin 1128, à Le Mans a été célébré le mariage de Mathilde et fils de V Folco conte, Geoffrey la Foire o Plantageneto, dix ans plus jeune[23]. Ce mariage signifiait que la plupart des barons ne reconnaissaient pas leur serment avant l'année[23]. Henry puis il est dit dans 1131[23]; la reporter, avant dell 'Abbaye du Bec et seizième abbé de Mont-Saint-Michel, par Robert Thorigny, écrit que, dans l'été 1131, Henry a conduit tous les anciens du royaume (et le duché de Normandie) avec eux leur fille, Mathilde, en Angleterre et a réuni il a été déterminé qu'ils accepteraient comme héritier de sa fille et son mari, le nouveau comte d'Anjou, Geoffrey V la Foire[24].

Roi d'Angleterre

Royaume d'Angleterre
normans
Fr Duche Normandie.svg Blason

William I
enfants
Guillaume II
Henri I
enfants
Stephen I
éditer

A la mort du roi Henri I 1135, Les barons étaient censés être libérés par le premier des serments, qui a été placé comme condition, non-respect par le roi, l'approbation préalable de toute la noblesse d'un mariage possible de Matilde[25]. Parmi les barons, il est né à cette occasion, une discussion s'il doit être élu roi de son frère Tybalt, Comte de Blois et Comte de Champagne[25]. Stefano était à Boulogne[26], seigneurie de sa femme, et tous les journalistes affirment qu'ils se sont lancés immédiatement pour l'Angleterre pour imposer sa candidature, comme il a presque toujours vécu en Angleterre, tandis que son frère d'un grand prestige en France seul avait créé[27]. Il est arrivé à Londres, selon le Les travaux historiques de Gervase de Canterbury, Vol., Stephen a été accueilli avec enthousiasme[28] et il a été invité à aller à Winchester, pour vous assurer que le vrai trésor. Face aux difficultés qui ont été posées par les barons damier, est intervenu en sa faveur de son jeune frère Henry[27], Évêque de Winchester 1129, qui a réussi à convaincre les barons de le soutenir[27], comme on dit Guglielmo di Malmesbury[29].

A ce stade, le plus notable, même parmi ceux qui avaient proposé Theobald, étaient en faveur de Stephen, le jour de Noël 1135, Il a été couronné en 'Westminster Abbey[27]; la Les travaux historiques de Gervase de Canterbury, Vol. Il dit qu'il a été couronné le 20 Décembre, tandis qu'à Noël il y avait la célébration solennelle[30], comme Florentia Wigornensis Monachi Chronicon, mais il dit que le couronnement a eu lieu le 22 Décembre[31]; Matthew Paris, dit qu'il était inoronato 22 jours après la mort d'Henri I de 'arcivescovo di Canterbury, William de Corbeil[32], il avait juré de défendre la cause de la fille d'Henri Ier, Matilde[33].
Il semble que le caractère faible de Stephen avait causé beaucoup de nobles qu'il préférait la Matilda énergique, souvent décrit le caractère acrimonieux et difficile. Theobald a également accepté la nomination de son frère comme roi d'Angleterre[27] et en son nom, il a accepté une trêve avec son mari de Mathilde[27], Geoffrey la Foire o Plantageneto[34].
La femme de Stephen, Matilde di Boulogne, a été couronné le 22 Mars[35].

cousin de Matilde, à ce moment-là en Normandie et enceinte de troisième enfant[36], Il ne pouvait pas aller directement à Angleterre, mais il oppose son couronnement[27], citant le serment emprunté à son père. Il a essayé de faire appel à Le pape Innocent II pour avoir violé le serment[27], en envoyant son propre évêque à Rome; mais après environ deux ans, le pape, influencé par le puissant Henry, archevêque de Winchester, pensait que le serment invalide parce qu'elle gâté par la clause de mariage conclu sans le consentement de la noblesse anglaise.

Elle a donc ouvert en Angleterre une période de guerres et de conflits connue sous le nom « »Anarchy (ou guerre civile) Anglais». Au départ, Stefano a gagné parce que Matilde et son mari, selon Orderico Vitale, étaient limitées à occuper des châteaux en Normandie[37] et que l'oncle de Matilde, David I de l'Ecosse, envahi le nord de 'Angleterre, mais Stefano au cours de la 1136 Il a voyagé à Northumberland, où il a rencontré David et a trouvé un accord[38]: David perçu comme Stephen King et Stephen reconnu David Cumberland et Huntingdon[39], tel que confirmé par Guglielmo di Malmesbury[40]. Et le frère de Mathilde, Robert de Gloucester, qui avait refusé de reconnaître Stephen, quelques mois plus tard, il a trouvé un accord à cet effet[40].

Stefano d'Inghilterra
Stephen, roi d'Angleterre

en Mars 1137[41], Stefano a finalement été en mesure de prendre soin de la Normandie[42], arrivant en Normandie, en fonction de la Florentia Wigornensis Monachi Chronicon, avant Pâques[43]; Stefano voulait combattre Godfrey Comte d'Anjou, mari de Mathilde, mais a fait l'erreur de confier le commandement de son armée anglo-normande à son ami flamand, Guillaume d'Ypres[44], mécontenter tous les barons normands qui ont commencé à l'abandonner et surtout son cousin, Robert de Gloucester, qui a quitté l'entreprise[44]. Stefano a quitté la Normandie, après neuf mois (en Décembre[45]), Pendant l'Avent[46], pas essersene a assuré un contrôle complet (avait assiégé Lillebonne[47], qui avait été conquis[38]) Et il a quitté Roberto gratuit Gloucester près de Mathilde[44], lui-même militairement à allier son mari Goffredo[44] Stefano et dénoncer comme un usurpateur; Guglielmo di Malmesbury dit que Roberto a commencé à soutenir la sœur sur 1138[48], tandis que Robert de Thorigny Les allégations selon lesquelles rassemblèrent autour de lui d'autres partisans de Matilde[49].

de plus en 1138, après cela, en fonction de la Florentia Wigornensis Monachi Chronicon, Stephen avait assiégé et conquis le château de Bedford[50], second Gervase de Canterbury, David I de l'Ecosse envahi[44] Angleterre à nouveau[51], mais après endurcissement, il a été mal battu en Bataille de la norme[52] et forcés de fuir pour sauver leur vie[51] et de soumettre, avec les survivants (Orderico Vitale dit qui a été fait abattage d'Ecosse et beaucoup ont péri dans la rivière Zedam[53] et que, après le carnage des deux rois réunis et ont convenu[53]). Robert de Thorigny a dit au lieu du comportement du roi David était si brutal et féroce qui a forcé le roi Stephen, à mettre fin à ces abus, d'intervenir, brûlant et détruisant la partie sud de l'Ecosse[54], puis David qui il était très courageux, les églises de paix[54].

Anarchy (ou guerre civile) Anglais

au printemps 1139, Stephen contrôlait encore le trésor, avait le soutien de la plupart des barons anglais et Norman et surtout qu'il avait le soutien du clergé, à l'influence forte de son frère, l'évêque Henry, maintenant légat du pape[55]; Enfin Matilde n'a pas encore franchi la Manche. Mais quand Stephen, au début de l'été, il emprisonna l'évêque Roger Salisbury, parce qu'il n'a pas retourné à son château roi[56], Il a perdu le soutien de l'église[57]; La situation de Stefano aggravée lorsque la mort de Roger, en cette même année[58], Il a pris possession de tous les actifs de l'évêque et fut condamné précisément par son frère[59].

Ce fut alors que, pendant que son mari Geoffrey d'Anjou a entrepris de poursuivre la conquête (il a commencé avec le siège de Falaise, octobre 1138[60]) de Normandie, où il a obtenu le surnom de "le comte Foire"(" Count Loyal « ), Matilde, été 1139, Il a débarqué en Angleterre avec Robert de Gloucester, comme cela est confirmé par tous les journalistes et 140 cavaliers[59], donnant le signal d'une insurrection de quelques barons mécontents de la faiblesse de Stephen[59] et le soutien de la Roi d'Ecosse David I; Guglielmo di Malmesbury prétend que, après l'arrivée de Mathilde et Robert, accompagné de quelques nobles, l'Angleterre a commencé la révolte contre Stefano[61], tandis que, comme presque tous les journalistes, Gervase de Canterbury dit Mathilde a atterri près d'Arundel, où il a reçu l'hospitalité de la belle-mère, l'ancienne reine, Adeliza di Lovanio[62], et que la guerre civile a commencé après avoir déménagé à Gloucester[63].

au début 1140, sa femme, Matilde di Boulogne a réussi à organiser un mariage entre son fils, héritier de Stephen, Eustachius et soeur de Roi de France, Louis VII, Constance, fille de Louis VI de la France, établissant ainsi une alliance avec le royaume de France[59], tel que confirmé par Matthew Paris[64]. Lors du mariage, à Paris, en Février, il était également présent Matilde di Boulogne[65].

L'armée Mathilde a obtenu un premier succès partiel (Roberto conquis Notthingam[65] et il a brûlé[66]), En particulier dans l'ouest de l'endroit où les barons ont souvent changé le drapeau pour obtenir plus d'avantages, tandis que Godfrey en Normandie a continué à la conquête du duché[65], et en Octobre 1140, Il a capturé et détruit le château Fontenay-le-Marmion[67], en Calvados.
Selon Guglielmo di Malmesbury, à la fin 1140, Il y a eu une tentative infructueuse, le légat du pape, Henri de Blois, pour parvenir à la paix[68].
Après 16 mois de guerre, la situation n'a pas beaucoup changé[69].

au début 1141, Stephen assiégée Lincoln[70], qui avait révolté[69], et le 2 Février[71], pendant la bataille[72], l'armée a été défait Stefano[73] et le roi lui-même, entouré par les hommes de Roberto, a été capturé[69][74], tandis que Guillaume d'Ypres, il a échappé[75]; Stephen a été menée par le cousin de Matilde[74], Gloucester[76] puis, le 9 Février[71], Il a été emmené au château de Bristol[77], où il a été retenu prisonnier dans la tour du château[73], où, selon Guglielmo di Malmesbury, il a été détenu, d'abord, avec le traitement d'un roi, puis empirer, selon certaines rumeurs, la nuit a été mis dans les actions[74] et où il a été suggéré que si elle reconnaissait son cousin comme reine serait libre d'aller en exil dans leurs possessions françaises; Orderico Vitale me souviens aussi que Stephen King a eu lieu, avec la dureté (Stephanus Anglorum dans Gemens rex de prison detinetur)[78].

Matilde puis se dirigea vers Winchester[76], assicurassi pour le trésor et la couronne royale[77] et où, évêque Henry[79], frère du roi détrôné, selon Guglielmo di Malmesbury, est allé rencontrer et reconnu comme "Dame du Inglese"[77] (Ou « Dame de l'anglais »)[74], en échange de la liberté complète dans les affaires religieuses[77]. Winchester se rendit et Matilde a été reconnu reine d'Angleterre par un concile dans la cathédrale[77] la même ville[80]. Situé à Winchester, Matilde a finalement été réalisée avec 'arcivescovo di Canterbury, Theobald de Bec[81] et il a reçu l'hommage de Oxford[81].
Maintenant toute l'Angleterre reconnaît la reine, à l'exception du sud-est, où la reine, Matilde di Boulogne, et Guillaume d'Ypres (Pour être considéré cette année Comte de Kent, troisième création), avait rassemblé des troupes fidèles au roi Stephen[82].

Enfin Matilde pourrait venir à Londres[83] pour le couronnement dans 'Westminster Abbey[77]; mais il semble que, avant le couronnement Matilde, après avoir refusé d'accorder la liberté de Stefano[84], rejeter les demandes de délégation à Londres pour confirmation des privilèges de la ville et de restaurer les lois du roi Edoardo il Confessore[85], traiter ses représentants dédaigneusement[85]. Les habitants de Londres devant la nouvelle taxe sont entrés dans la tourmente[77] et il a déclenché un soulèvement furieux[86] et Mathilde, avec Robert de Caen, Henri de Blois et David I de l'Ecosse a dû fuir[77] de Londres[87], Il a fui à Gloucester passant d'Oxford[86].

Peu de temps après que la relation entre Mathilde et Henri de Blois est tombé en panne[87] et celui-ci a reconnu son frère comme roi en retirant le soutien apporté à Mathilde qui, en Août, il a attaqué Winchester[77], assiégeant[88]; Henri de Blois a brûlé la ville[88]. Matilde a ensuite quitté la ville accompagné de son demi-frère, Reginaldo[89], tandis que l'armée de la reine Matilde di Boulogne et le William Flamand d'Ypres est venu à la rescousse[77] la ville[90] et peu de temps après, en Septembre, Robert de Gloucester a été fait prisonnier[91] par flamand Guillaume d'Ypres[90]. Ensuite, par la reine, Matilde di Boulogne, il y avait une proposition de paix que l'impératrice Mathilde a refusé[92], mais il a accepté de libérer Stefano (publié le 1er Novembre[77]) En échange de la libération du demi-frère, Robert de Caen, comte de Gloucester[92].
Au cours de cette année, quant à lui, il a procédé à la conquête de la Normandie par Mathilde, mari Geoffrey qui a conquis le château Montfort et Falaise[93].

Stephen est revenu à Londres et le jour de Noël 1141, Il a de nouveau été couronné roi dans la cathédrale de Canterbury; selon le Gesta Stephani regis Anglorum et ducis Normannorum il y avait une cérémonie de remerciement pour la libération du roi[94]. L'année suivante, Matilde, qui avait mis en place dans la maison Oxford[95], Stephen King avait subi l'attaque qui avait réussi à entrer dans la ville[96] et, pendant 'Avent[97], Il a été assiégé dans le château d'Oxford[98], où il est dit qu'il a réussi à descendre des remparts avec une corde et d'évasion[99], au cours d'une tempête de neige, grâce à une robe blanche: Gervase de Canterbury dit que le froid était intense et la Thames Il a été gelé et de l'impératrice, adoptée par une porte arrière accompagné de cinq soldats, a réussi à échapper à pied à pied pour cinq miles[100], Robert Thorigny se souvient qui était vêtu de blanc, il était camouflée dans les yeux des assiégeants, la nuit, il a réussi à échapper à la Tamise gelée[101], comme Matthew Paris, qui ajoute que le château d'Oxford est revenu à Stefano[102], Enfin Guglielmo di Malmesbury, après avoir rappelé que Stefano avait mis le feu à la ville, a dit que Mathilde est sorti d'une porte latérale, accompagné de quatre soldats, a traversé la Tamise à pied ATTEINT abingdon et à partir de là, il a continué à cheval jusqu'à Wallingford[103].

en 1143, Robert de Gloucester, en été de l'année précédente était allé en Normandie[93] de trouver des alliés prêts à se battre en Angleterre[100], Il est revenu de Normandie, près de l'atterrissage Southampton[104], avec 360 chevaliers[99] (Guglielmo di Malmesbury écrit qui étaient plus de trois cents, mais moins de quatre cent traversé la Manche avec 52 navires[104]), Qui n'a pas pu inverser la tendance de la guerre, et le fils de Mathilde, Enrico[105], dix ans, qui a été pris à Bristol, être poli[106].
Au cours de cette année, en Normandie, la Foire Geoffrey avait continué à se battre pour la conquête de la Normandie et vers la fin de cette année[107], ou, en Janvier 1144[108], Il avait réussi à conquérir la ville de Rouen, où il a été acclamé duc de Normandie (l'historien français, Louis Alphen, la conquête des dates Rouen retour au 23 Avril 1144[109]). Stephen, au début de 1144, Il avait finalement perdu Normandie, conquis par le mari de Mathilde Goffredo Plantageneto, Comte d'Anjou, maintenant reconnu Duc de Normandie, par le même Stefano[109].

La guerre civile entre Stephen et Mathilde, est allé en Angleterre sans résultats appréciables[105], pendant quatre ans: en 1144, Roberto construit un château Faringdon[110], mais Stefano a attaqué et a réussi à vaincre les partisans de Mathilde et de conquérir Faringdon[107]; en 1145, Stephen King, après avoir mis le siège à Wallingford[111], a réussi à capturer la Comte de Chester, Ranulph de Gernon[112], avec laquelle il a réussi à se mettre d'accord, donc regagner le château de Lincoln[113]; en 1146, Geoffrey la Foire, préoccupé par les progrès de la guerre civile en Angleterre, a organisé une expédition pour être en mesure de revenir au fils aîné Normandie, et son impératrice, Henry, au bout de quatre ans était à Bristol[114] et est arrivé en Normandie[112], a été bien accueillie et célébrée dans 'Abbaye du Bec, le jour de 'ascension[115]; en 1147, Roberto est mort comte de Gloucester[105], après avoir été soumis à une fièvre maligne[114], Cela correspond à Gesta Stephani Regis II ils écrivent que sont morts dans Bristol et le comté de Gloucester a été remplacé par son fils William[116] et, cette même année Stephen a de nouveau été couronné à Lincoln[117].

L'année suivante, la mort de Robert de Gloucester, en 1148, Mathilde cédait ses droits au fils aîné Enrico Plantageneto (plus tard Henri II d'Angleterre) Et, avant Carême, il est retourné en Normandie[118], parce que sans le frère aurait pas été en mesure de mener ses troupes.

en 1149, Enrico Plantageneto fait une incursion en Angleterre[119], pour essayer de lever la fortune de sa cause languissant[105], trouver le soutien du comte de Chester[120]; à ce moment-là, il a été anobli, le jour de Pentecôte par le roi d'Ecosse David I[119][120][121].
Henry et Mathilde retour en Normandie en Janvier 1150 quitter l'Angleterre dans la tourmente[122].
Pendant la guerre civile la condition des Juifs en Angleterre était assez calme et n'a pas été particulièrement lourde de dangers (l'Angleterre était pour eux un bon abri, par rapport aux dangers du continent européen), à l'exception de l'imposition lourde à laquelle ils ils ont soumis à la fois Stefano et Matilde[123].

La réconciliation et la mort

en 1151, Stefano a demandé à l'archevêque di Canterbury et plus tard, le pape pourrait couronner Eustachius, Son fils aîné, mais le couronnement a été rejetée par les deux[124].

en 1152, Stefano, après en vain (archevêque Théobald, plutôt que d'obéir Stefano a quitté l'Angleterre[105]) A tenté de couronner roi son fils Eustace[105], assiège Wallingford[125]; avant la chute de Wallingford, une nouvelle invasion en Janvier 1153[105], Elle a été réalisée par Enrico Plantageneto[125], fils de Matilde, et la ville a été libéré[126] et bientôt après avoir été terminé une trêve, il pas très apprécié par le fils et l'héritier de Stephen, Eustachius[127], que de 1140, Il était le mari de Constance, soeur du roi Louis VII de France[64].
Henry a ainsi pu visiter Bristol puis l'Angleterre centrale où il n'a pas été toujours bien accueilli[105].

Un an plus tard, Eustachio morì soudainement[128] et Henry, cette année-là, avec 36 navires[128], Il traversa la Manche et a débarqué en Angleterre '[129], où il a procédé à recommencer la guerre.
Stephen, qui un an plus tôt avait perdu sa femme Matilde di Boulogne[130], se sentait vieux et fatigué, ne voulait plus continuer le combat[105] au nom de leur deuxième enfant, William, pour qui a accepté un traité avec Enrico[129]. Stefano a rencontré Henry à Wallingford et l'a reconnu comme son successeur, alors que Enrico Plantageneto a accepté que Stephen a continué de régner paisiblement en Angleterre[129] (La paix avait été négocié entre le frère de Stephen, Henri de Blois, Évêque de Winchester, et l 'arcivescovo di Canterbury, Theobald de Bec[105]. Dans la prochaine ratification solennelle du traité, tenue à Winchester[131], Henry a rendu hommage à Stephen[105] et ils ont reconnu son fils cadet de Stephen, William, le comté de Surrey et l'héritage des biens de son père en France[105] et en particulier le comté Boulogne. Avec la guerre civile satisfaction générale était terminée[105].

Stefano est décédé le 25 Octobre, 1154[132], à Douvres (Selon l'historien britannique Alison Weir pour une crise cardiaque[1]), Et, comme convenu, il a réussi au trône d'Angleterre Henri II (couronné Roi d'Angleterre 18 décembre 1154[133]), Fondateur de la dynastie Plantagenet, a décidé de rétablir la gouvernance de grand-père[134], Henry I.
Stephen a été enterré dans Cluny de Faversham, construit par Matilde femme quelques années avant[132][133], à côté de sa femme, Matilde di Boulogne et son fils Eustace[132][133].

descente

La femme, Matilde di Boulogne, Elle avait cinq enfants:

  • Stephen II (1128-1150) a été associé au trône de son père en 1146, mais jamais jugé effettivamente.Si marié en 1143 et en 1144 a donné naissance à un fils, Stephen, sa mort est devenu l'héritier du trône et a été associé au trône de le grand-père de Stefano le nom de Stephen III (1144-1179) a perdu son trône par acesa de Henri II
  • Eustachius[135] (C. 1130-1153), Comte de Mortain et Comte de Boulogne;
  • William[136] (C. 1137-1159) Comte de Boulogne et Comte de Surrey;
  • Matilde (1133 - † après 1137), Ainsi qu'il ressort du document nº 509 Regesta Regum anglo-Normannorum, Vol III[135];
  • Marie[137] (1131-1182), Religieuse (Abbess[137]), Puis comtesse de Boulogne, forcé de se marier Matthieu de Lorraine († 1173).

Stefano avait trois enfants illégitimes par Dameta de Normandie, qui selon Orderico Vitale était la fille d'un certain Roberto et sa seconde épouse, Felicia[138]:

  • Gervase (1115 A propos de - † 1160) Abbé de Westminster, comme il ressort du document nº 859 Regesta Regum anglo-Normannorum, Vol III[139];
  • Amalric, cité dans Le Bâtards royal de l'Angleterre médiévale Chris Given-Wilson, Alice Curteis[138];
  • Rodolfo, cité dans Le Bâtards royal de l'Angleterre médiévale Chris Given-Wilson, Alice Curteis[138].

Stefano avait finalement deux enfants illégitimes par une maîtresse que vous ne connaissez pas ni le nom ni l'ascendant[138]:

  • William, cité par l'historien britannique Alison Weir, dans ses familles royales de Grande-Bretagne, à la page 54[1];
  • Sibilla, cité par l'historien britannique Alison Weir, dans sa famille royale de Grande-Bretagne, à la page 54[1] et d'autres, mais pas du nom, de Gesta Stephani Regis, comme épouse de Hervé, vicomte de Leon[140].

Stefano dans la littérature

Le chiffre de Stefano D'Angleterre est présent dans le roman historique de Ken Follett, Les piliers de la Terre. Dans ce livre, l'auteur présente ce chiffre dans le cadre de la guerre civile anglaise. Un autre auteur qui, dans ses histoires évoquent ces temps est l'auteur Ellis Peters (alias Edith Pargeter 1913-1995). Une série de 21 romans sous le titre Les enquêtes Cadfael Frère présente jaune résolu par une abbaye Monaco, remportant un succès international retentissant et le titre de Lady jaune médiévale. Dans les romans, ils apparaissent un grand nombre de personnages historiques qui ont réellement existé et description des événements de la guerre civile entre le roi Stephen et la Princesse Mathilde (Princesse Maud dans les romans)

ascendance

Stephen, roi d'Angleterre père:
Stephen, comte de Blois
Grand-père paternels:
Theobald III
grand-père paternel:
Odo II
grand-père paternel:
Odo I, comte de Blois
la grand-mère paternelle:
Bertha de Bourgogne
père Grand-mère:
Ermengarde d'Auvergne
grand-père paternel:
Guillaume IV d'Auvergne
la grand-mère paternelle:
Umberga
grand-mère paternelle:
Gondrada Maine
grand-père paternel:
Eriberto de Maine
grand-père paternel:
Hugh III du Maine
la grand-mère paternelle:
?
père Grand-mère:
?
grand-père paternel:
?
la grand-mère paternelle:
?
mère:
Adela de Normandie
Grand-père maternel:
Guillaume le Conquérant
Grand-père maternel:
Robert I
grand-père maternel:
Richard II, duc de Normandie
maternelle grand-mère:
Judith de Bretagne
Maternelle Grand-Mère:
Herleva
grand-père maternel:
Fulbert ou Herberto
maternelle grand-mère:
Duda o Duwa
grand-mère maternelle:
Mathilde de Flandre
Grand-père maternel:
Baldwin V, comte de Flandre
grand-père maternel:
Baudouin IV de Flandre
maternelle grand-mère:
Spinner Luxembourg
Maternelle Grand-Mère:
Adele de France
grand-père maternel:
Robert II de France
maternelle grand-mère:
Constance d'Arles

notes

  1. ^ à b c et fa g h la (FR) #ES Le pairie: Etienne de Blois, roi d'Angleterre
  2. ^ William John Corbett, "l'Angleterre, 1087-1154", chap. II, vol. VI, p. 97
  3. ^ (LA) Ordericus Vitalis, Histoire Ecclésiastique, vol.II, Liber V, par. XI, p. 393
  4. ^ (LA) Scriptores Historiae Normannorum Antiqui, Liber VIII, Sec. XXXIV, p. 310
  5. ^ (FR) Chronique des rois d'Angleterre: De la première période au Règne des enfants du roi William, p. 307
  6. ^ à b (LA) Histoire Ecclésiastique, vol. II, III liber, ch. VI, pp. 92 et 93
  7. ^ (LA) Matthæi Parisiensis, moines Sancti Albani, Historia Anglorum, vol. I, 1086 ans, Page 31
  8. ^ (LA) Monumenta Historica Germaniae, Scriptores, tomus IX, Genealogical Comitum Flandriæ Bertiniana, la page 306
  9. ^ (LA) #ES Monumenta Historica Germaniae, Scriptores, tomus XIII, Genealogiae de Fusniacensis, par. 2, p 252
  10. ^ (LA) Monumenta Historica Germaniae, Scriptores, tomus IXI, Hugonis Floriacensis, ici modernorum Liber Regum Francorum continet Actus, par. 11, page 391
  11. ^ (LA) HISTORIA HIEROSOLYMITANAE Expeditionis, Liber IX, ch. VI
  12. ^ (LA) Histoire Ecclésiastique, vol. II, Liber V, ch. XI, p. 394, note 1
  13. ^ (LA) Histoire Ecclésiastique, vol. unique II pars, Liber V, ch. XIV, colonne 414
  14. ^ à b c (LA) Histoire Ecclésiastique, vol. III, Liber VIII, page 399
  15. ^ William John Corbett, "l'Angleterre, 1087-1154", chap. II, vol. VI, p. 75
  16. ^ (LA) Monumenta Historica Germaniae, Scriptores, tomus IX, Genealogical Comitum Buloniensium page 301
  17. ^ à b c (FR) Les chroniques de Florence de Worcester avec deux continuations, année 1017, page 133
  18. ^ (LA) Histoire Ecclésiastique, vol.unicum, III pars, Liber X, colonne 754
  19. ^ (LA) Monumenta Historica germanique, tomus XXIII, Albrici Chronica Monachi Trium fontium, année 1100, à la page 814
  20. ^ (LA) Histoire Ecclésiastique, vol. III, Liber VIII, page 398
  21. ^ William John Corbett, "l'Angleterre, 1087-1154", chap. II, vol. VI, p. 66
  22. ^ (LA) Matthæi Parisiensis, moines Sancti Albani, Historia Anglorum, vol. II, page 153
  23. ^ à b c et William John Corbett, "l'Angleterre, 1087-1154", chap. II, vol. VI, p. 80
  24. ^ (LA) Chronique de Robert de Torigni, abbé du Mont-Saint-Michel, vol. I, page 185
  25. ^ à b William John Corbett, "l'Angleterre, 1087-1154", chap. II, vol. VI, p. 81
  26. ^ (LA) Scriptores Historiae Normannorum Antiqui, Liber VIII, Sec. XXXVIII, p. 313
  27. ^ à b c et fa g h William John Corbett, "l'Angleterre, 1087-1154", chap. II, vol. VI, p. 82
  28. ^ (LA) #ES Les travaux historiques de Gervase de Canterbury, Vol. I, p 94
  29. ^ (FR) Chronique des rois d'Angleterre: De la première période au Règne des enfants du roi William, p. 490 et 491
  30. ^ (LA) #ES Les travaux historiques de Gervase de Canterbury, vol. I, p 95
  31. ^ (LA) Florentia Wigornensis Monachi Chronicon, Continuatio page 95
  32. ^ (LA) Matthæi Parisiensis, moines Sancti Albani, Historia Anglorum, vol. II, page 162
  33. ^ (LA) Chronique de Robert de Torigni, abbé du Mont-Saint-Michel, vol. I, page 199
  34. ^ le surnom Plantagenet Il vient de la fleur balai (planta genêts) Qui sert à orner le couvre-chef et qui est devenu son symbole. Il a appelé la dynastie des rois anglais.
  35. ^ (LA) #ES Les travaux historiques de Gervase de Canterbury, vol. I, p 96
  36. ^ (LA) Matthæi Parisiensis, moines Sancti Albani, Historia Anglorum, vol. II, page 165
  37. ^ (LA) Orderici Uticensis Vitalis Monks, Historia, Ecclésiastique Liber XIII, page 903
  38. ^ à b (LA) Orderici Uticensis Vitalis Monks, Historia, Ecclésiastique Liber XIII, page 909
  39. ^ William John Corbett, "l'Angleterre, 1087-1154", chap. II, vol. VI, p. 84
  40. ^ à b (FR) Chronique des rois d'Angleterre: De la première période au Règne des enfants du roi William, p. 491 et 492
  41. ^ (LA) #ES Les travaux historiques de Gervase de Canterbury, Vol. I, p 99
  42. ^ (LA) Matthæi Parisiensis, moines Sancti Albani, Historia Anglorum, vol. II, page 166
  43. ^ (LA) Florentia Wigornensis Monachi Chronicon, tomus II, page 95
  44. ^ à b c et William John Corbett, "l'Angleterre, 1087-1154", chap. II, vol. VI, p. 85
  45. ^ (LA) #ES Les travaux historiques de Gervase de Canterbury, Vol. I, page 101
  46. ^ (LA) Chronique de Robert de Torigni, abbé du Mont-Saint-Michel, vol. I, page 206
  47. ^ (LA) Chronique de Robert de Torigni, abbé du Mont-Saint-Michel, vol. I, page 207
  48. ^ (FR) Chronique des rois d'Angleterre: De la première période au Règne des enfants du roi William, p. 497
  49. ^ (LA) Chronique de Robert de Torigni, abbé du Mont-Saint-Michel, vol. I, page 210
  50. ^ (LA) Florentia Wigornensis Monachi Chronicon, tomus II, Pag 102
  51. ^ à b (LA) #ES Les travaux historiques de Gervase de Canterbury, vol. I, page 105
  52. ^ (LA) Matthæi Parisiensis, moines Sancti Albani, Historia Anglorum, vol. II, page 169
  53. ^ à b (LA) Orderici Uticensis Vitalis Monks, Historia, Ecclésiastique Liber XIII, page 918
  54. ^ à b (LA) Chronique de Robert de Torigni, abbé du Mont-Saint-Michel, vol. I, page 209
  55. ^ William John Corbett, "l'Angleterre, 1087-1154", chap. II, vol. VI, p. 86
  56. ^ (LA) Chronique de Robert de Torigni, abbé du Mont-Saint-Michel, vol. I, page 214
  57. ^ William John Corbett, "l'Angleterre, 1087-1154", chap. II, vol. VI, pp. 86 et 87
  58. ^ (LA) Matthæi Parisiensis, moines Sancti Albani, Historia Anglorum, vol. II, page 171
  59. ^ à b c William John Corbett, "l'Angleterre, 1087-1154", chap. II, vol. VI, p. 87
  60. ^ (LA) Chronique de Robert de Torigni, abbé du Mont-Saint-Michel, vol. I, page 213
  61. ^ (FR) Chronique des rois d'Angleterre: De la première période au Règne des enfants du roi William, p. 498
  62. ^ (LA) #ES Les travaux historiques de Gervase de Canterbury, Vol. I, page 110
  63. ^ (LA) #ES Les travaux historiques de Gervase de Canterbury, Vol. I, page 111
  64. ^ à b (LA) Matthæi Parisiensis, moines Sancti Albani, Historia Anglorum, vol. II, page 170
  65. ^ à b c (LA) #ES Les travaux historiques de Gervase de Canterbury, Vol. I, page 112
  66. ^ (LA) Florentia Wigornensis Monachi Chronicon, tomus II, pages 128 et 129
  67. ^ (LA) Chronique de Robert de Torigni, abbé du Mont-Saint-Michel, vol. I, page 219
  68. ^ (FR) Chronique des rois d'Angleterre: De la première période au Règne des enfants du roi William, p. 513
  69. ^ à b c William John Corbett, "l'Angleterre, 1087-1154", chap. II, vol. VI, p. 88
  70. ^ (LA) #ES de Robert de Chronique Torigni, abbé du Mont-Saint-Michel, vol. I, page 220
  71. ^ à b (LA) Florentia Wigornensis Monachi Chronicon, tomus II, page 129
  72. ^ (LA) #ES Travaux historiques de Gervase de Canterbury, Vol. I, pp 113-117
  73. ^ à b (LA) #ES Matthæi Parisiensis, moines Sancti Albani, Historia Anglorum, vol. II, page 173
  74. ^ à b c (FR) Chronique des rois d'Angleterre: De la première période au Règne des enfants du roi William, p. 516
  75. ^ (LA) #ES de Robert de Chronique Torigni, abbé du Mont-Saint-Michel, vol. I, page 222
  76. ^ à b (LA) #ES Travaux historiques de Gervase de Canterbury, Vol. I, page 118
  77. ^ à b c et fa g h la j k William John Corbett, "l'Angleterre, 1087-1154", chap. II, vol. VI, p. 89
  78. ^ (LA) Orderici Uticensis Vitalis Monks, Historia, Ecclésiastique Liber XIII, page 924
  79. ^ Henry n'a pas encore pardonné à son frère Stefano pour les événements de 1139 relative à Vescovo Ruggero de Salisbury.
  80. ^ (FR) Chronique des rois d'Angleterre: De la première période au Règne des enfants du roi William, p. 517-520
  81. ^ à b (LA) Florentia Wigornensis Monachi Chronicon, tomus II, Pag 130
  82. ^ (LA) #ES de Robert de Chronique Torigni, abbé du Mont-Saint-Michel, vol. I, page 223
  83. ^ (LA) Florentia Wigornensis Monachi Chronicon, tomus II, page 131
  84. ^ (LA) #ES Travaux historiques de Gervase de Canterbury, Vol. I, page 119
  85. ^ à b (LA) Florentia Wigornensis Monachi Chronicon, tomus II, page 132
  86. ^ à b (LA) #ES Travaux historiques de Gervase de Canterbury, Vol. I, page 120
  87. ^ à b (FR) Chronique des rois d'Angleterre: De la première période au Règne des enfants du roi William, p. 521
  88. ^ à b (LA) Florentia Wigornensis Monachi Chronicon, tomus II, page 133
  89. ^ (LA) #ES Travaux historiques de Gervase de Canterbury, Vol. I, page 121
  90. ^ à b (LA) Florentia Wigornensis Monachi Chronicon, tomus II, pages 134 et 135
  91. ^ (LA) #ES de Robert de Chronique Torigni, abbé du Mont-Saint-Michel, vol. I, page 224
  92. ^ à b (LA) #ES Travaux historiques de Gervase de Canterbury, Vol. I, page 122
  93. ^ à b (LA) #ES de Robert de Chronique Torigni, abbé du Mont-Saint-Michel, vol. I, page 225
  94. ^ (LA) #ES Gesta Stephani regis Anglorum et ducis Normannorum page 86
  95. ^ (LA) #ES Gesta Stephani regis Anglorum et ducis Normannorum page 87
  96. ^ (LA) #ES Gesta Stephani regis Anglorum et ducis Normannorum page 89
  97. ^ (LA) #ES Matthæi Parisiensis, moines Sancti Albani, Historia Anglorum, vol. II, page 174
  98. ^ (LA) #ES Travaux historiques de Gervase de Canterbury, Vol. I, page 124
  99. ^ à b William John Corbett, "l'Angleterre, 1087-1154", chap. II, vol. VI, p. 90
  100. ^ à b (LA) #ES Travaux historiques de Gervase de Canterbury, Vol. I, p 124 et 125
  101. ^ (LA) #ES de Robert de Chronique Torigni, abbé du Mont-Saint-Michel, vol. I, page 228
  102. ^ (LA) #ES Matthæi Parisiensis, moines Sancti Albani, Historia Anglorum, vol. II, page 175
  103. ^ (FR) Chronique des rois d'Angleterre: De la première période au Règne des enfants du roi William, p. 535
  104. ^ à b (FR) Chronique des rois d'Angleterre: De la première période au Règne des enfants du roi William, p. 533 et 534
  105. ^ à b c et fa g h la j k l m William John Corbett, "l'Angleterre, 1087-1154", chap. II, vol. VI, p. 94
  106. ^ (LA) #ES Travaux historiques de Gervase de Canterbury, Vol. I, page 125
  107. ^ à b (LA) #ES Matthæi Parisiensis, moines Sancti Albani, Historia Anglorum, vol. II, page 177
  108. ^ (LA) #ES de Robert de Chronique Torigni, abbé du Mont-Saint-Michel, vol. I, pages 233 et 234
  109. ^ à b Louis Alphen, "France: Louis VI et Louis VII (1108-1180)", chap. XVII, vol. V, p. 721
  110. ^ (LA) #ES de Robert de Chronique Torigni, abbé du Mont-Saint-Michel, vol. I, page 236
  111. ^ (LA) #ES Travaux historiques de Gervase de Canterbury, Vol. I, page 130
  112. ^ à b (LA) #ES Matthæi Parisiensis, moines Sancti Albani, Historia Anglorum, vol. II, page 178
  113. ^ (LA) #ES de Robert de Chronique Torigni, abbé du Mont-Saint-Michel, vol. I, page 240
  114. ^ à b (LA) #ES Travaux historiques de Gervase de Canterbury, Vol. I, page 131
  115. ^ (LA) #ES de Robert de Chronique Torigni, abbé du Mont-Saint-Michel, vol. I, page 243
  116. ^ (LA) Gesta Stephani Regis II, p. 132
  117. ^ (LA) #ES Travaux historiques de Gervase de Canterbury, Vol. I, page 132
  118. ^ (LA) #ES Travaux historiques de Gervase de Canterbury, Vol. I, page 133
  119. ^ à b (LA) #ES de Robert de Chronique Torigni, abbé du Mont-Saint-Michel, vol. I, page 252
  120. ^ à b (LA) #ES Travaux historiques de Gervase de Canterbury, Vol. I, pages 140 et 141
  121. ^ (LA) #ES Matthæi Parisiensis, moines Sancti Albani, Historia Anglorum, vol. II, page 183
  122. ^ (LA) #ES Travaux historiques de Gervase de Canterbury, Vol. I, page 142
  123. ^ Cecil Roth, « Les Juifs au Moyen Age », chap. XXII, vol. VI, p. 872
  124. ^ William John Corbett, "l'Angleterre, 1087-1154", chap. II, vol. VI, p. 92
  125. ^ à b (LA) #ES Travaux historiques de Gervase de Canterbury, Vol. I, page 151
  126. ^ (LA) #ES Travaux historiques de Gervase de Canterbury, vol. I, p 152 et 153
  127. ^ (LA) #ES Travaux historiques de Gervase de Canterbury, vol. I, p 154 ​​et 155
  128. ^ à b (LA) #ES Matthæi Parisiensis, moines Sancti Albani, Historia Anglorum, vol. II, page 190
  129. ^ à b c (LA) #ES Matthæi Parisiensis, moines Sancti Albani, Historia Anglorum, vol. II, page 191
  130. ^ (LA) #ES de Robert de Chronique Torigni, abbé du Mont-Saint-Michel, vol. I, page 263
  131. ^ (LA) #ES Travaux historiques de Gervase de Canterbury, Vol. I, page 156
  132. ^ à b c (LA) #ES de Robert de Chronique Torigni, abbé du Mont-Saint-Michel, vol. I, page 287
  133. ^ à b c (LA) #ES Matthæi Parisiensis, moines Sancti Albani, Historia Anglorum, vol. II, page 204
  134. ^ William John Corbett, "l'Angleterre, 1087-1154", chap. II, vol. VI, p. 96
  135. ^ à b (LA) #ES Regesta Regum anglo-Normannorum, vol III, doc. 508, la page 190
  136. ^ (LA) #ES Matthæi Parisiensis, moines Sancti Albani, Historia Anglorum, vol. II, page 214
  137. ^ à b (LA) #ES Matthæi Parisiensis, moines Sancti Albani, Historia Anglorum, vol. II, page 216
  138. ^ à b c (FR) #ES Fondation pour Généalogie médiévale: les rois anglais - Etienne de Blois
  139. ^ (LA) #ES Regesta Regum anglo-Normannorum, vol III, doc. 859, 315 la page
  140. ^ (LA) #ES Gesta Stephani Regis, à la page 74

bibliographie

sources primaires

littérature historiographique

  • Louis Alphen, "France: Louis VI et Louis VII (1108-1180)", chap. XVII, vol. V (Le triomphe de la papauté et le développement municipal) de l'histoire du monde médiéval, 1999, p. 705-739
  • William John Corbett, « L'évolution du duché de Normandie et la conquête normande », chap. I, vol. VI (Le déclin de l'Empire et la papauté et le développement des Etats nationaux) de l'histoire du monde médiéval, 1999, p. 5-55.
  • William John Corbett, "l'Angleterre, 1087-1154", chap. II, vol. VI (Le déclin de l'Empire et la papauté et le développement des Etats nationaux) de l'histoire du monde médiéval, 1999, p. 56-98.
  • Cecil Roth, « Les Juifs au Moyen Age », chap. XXII, vol. VI (Le déclin de l'Empire et la papauté et le développement des Etats nationaux) de l'histoire du monde médiéval, 1999, p. 848-883.

Articles connexes

D'autres projets

liens externes

prédécesseur Roi d'Angleterre successeur
Henri I 1135-1154
jusqu'à 1141 contestée par Matilde
Henri II
Duc de Normandie successeur
1135-1144 Geoffrey la Foire o Plantageneto
prédécesseur Comte de Boulogne successeur
Matilde 1125-1151
avec Matilde
Eustace IV
prédécesseur Comte de Mortain successeur
Robert de Vitry 1112-1135 le Eustachian
autorités de contrôle VIAF: (FR265656958 · LCCN: (FRn50047291 · ISNI: (FR0000 0000 6700 5181 · GND: (DE118798693 · BNF: (FRcb12517564t (Date) · LCRE: cnp00400651