s
19 708 Pages

San Carlomanno
page Titre du Fuldensium Antiquitatum Livres IIII par Christoph Brouwer, représentant Saint-Boniface gauche et à droite Carlomanno
page Titre du Fuldensium Antiquitatum Livres IIII Christoph Brouwer, représentant Saint-Boniface gauche et à droite Carlomanno

Monaco

naissance 705 sur
mort 17 août 754
vénérable de Eglise catholique
canonisation vénéré pendant des siècles, il n'a jamais été canonisé
récurrence 17 août

Carlomanno (707 à propos - Vienne, 17 août 754) était Palazzo Maître le royaume franc d 'Austrasie de 741 un 747.

origine

Il était le fils aîné de palais Butler de Austrasie[1] puis maire du palais de tous les royaumes des Francs[2], Carlo Martello (Qui était le fils de Pépin de Herstal Pepin II ou maire du palais de tous les royaumes des Francs[3] et Alpaïde[4], (Ca. 650- † 717), Que vous ne connaissez pas l'ascendant, mais le moines chronicon Sigeberti Il nous informe qu'il était la sœur d'un certain Dodone, la maison de Pépin II, qui martyrisé l'évêque de suzerain, San Lamberto[5]) Et sa première femme, Rotrude de Trêves (695-724) Que, pendant une longue période a été considérée comme la fille de Willigarda de Bavière et de Saint-Liévin, Liutwin ou Leudin (- † 713), Archevêque de Trèves; mais des études plus récentes ont établi que c'était la fille de Lambert de Hesbaye conte (- † 714), ancêtre de Robertiens (plus tard Capétiens); à partir de laquelle est aussi descendu Ermengarde (778-818), épouse de Louis le Pieux.

biographie

Carloman (fils de Carlo Martello)
Carlo Martello Il divise le royaume franc entre les deux fils aînés, Carloman et Dit Pippin III Short.

en (736), En collaboration avec son père, Carlo Martello, et son frère, Dit Pippin III Short, traversé la Loire et, la lutte contre le duc d'Aquitaine, Hunaldo, ils sont venus Garonne Ils ont conquis la ville de Bordeaux, château Blavia, Ils ont pu soumettre toute la région et de prendre possession[6]. Cependant accordé à Hunaldo pour gouverner le duché après un serment de fidélité à Charles et ses fils, Carloman et Pépin III[7].

en 741, Le père de Carlo a divisé le royaume en deux parties: un Carlomanno le premier-né a donné l 'Austrasie, la souabe, maintenant appelé Alemannia et Thuringe; le second fils, Pépin a la Neustrie, la Bourgogne et Provence. Cette même année, Charles, saisi par la fièvre, est mort[8].
selon Mettenses Annales son père, Charles, a voulu diviser le royaume en trois parties, comme l'exige sa seconde épouse Swanachilde, mais suivant les conseils de Franks ils considéraient le fils du second lit, Grifone, illégitimes, Carloman et Pippin refusé[9].

Griffin révolté contre les frères, d'avoir une partie ou même l'ensemble du domaine paternel[10]. Ensuite, Carloman et Pippin se sont réunis l'armée pour capturer Griffin qui avait fui les nouvelles il avec sa mère et lui-même enfermé dans Laudunum (maintenant Laon)[10], où les frères assiégèrent[9]. Voyant qu'il ne pouvait échapper au siège, Griffin se sont rendus aux frères et soeurs[9]. Il a été emprisonné par Carloman, dans un château (Nova Castella) en Ardenne, près de suzerain[11] où il est resté jusqu'à 747, l'année où son demi-frère Carloman est allé à Rome[10].

Carloman et Pippin, après le trône des royaumes francs étaient vacants depuis plusieurs années, a décidé, ou à la fin de 741[12], ou, 742[13], de reconnaître comme roi Childéric III[14] qui, selon la Ludovici Dufour Francorum Annales Il était un parent de son prédécesseur, Théodoric IV[13] (Peut-être frères et soeurs ou enfants).

en 742, Carloman et Pippin sont allés à Aquitaine Hunaldo de se battre, que, après la mort de Carlo Martello n'a pas respecté l'engagement de fidélité à ses enfants. Ralliées l'armée et a passé la Loire à Aurélianis, le courant Orléans[11], Ils sont venus à Beturigas, le courant Bourges, pour mettre le feu[15]. En continuant, Hunaldo vaincu et l'a forcé à fuir et pendant la chasse, capturé le château[16] et la ville de Lucas, le courant Loches[10], résidents sauver[11]. Puis Vetus-Pictavis (Vieux-Poitiers)[16] les deux frères ont divisé la proie et les otages[15].
À l'automne de cette année, après la Reno, Carlomanno dévasté Alemannia[16], à venir jusqu'à Danube où les Allemands, conduits par Theobald, fils du duc Godfrid[17], se voyant battus, se sont rendus et délivrer des otages et offrant des cadeaux pour la paix poursuivi en justice[15].

en 743, le duc de Bavière Odilon, qui l'année précédente, il avait forcé la sœur Carlomanno et Pippin, Iltrude, de se marier contre la volonté des frères[15] (D'après le moines chronicon Sigeberti Il avait enlevé[18]), Elle se révolta contre l'autorité de Franks[11], forçant ainsi Carloman et Pippin à rallier l'armée pour attaquer la Bavière[19]. Ils ont campé sur les rives de la rivière Lech, tandis que sur la rive opposée non seulement avait rassemblé Bavarois mais aussi Saxons, Suèves et Alamans[11]. Ne pas être en mesure de traverser la rivière à ce moment-là, après quelques jours, Carloman, après avoir divisé en deux groupes l'armée, traversa la nuit, dans les zones marécageuses et inhabitées, et portant les opposants de façon inattendue[19], ils les ont vaincus[20], tandis que Odilo et Théodoric Duc des Saxons ont fui à travers la rivière auberge[19], Les Francs a fait beaucoup de prisonniers dont le messager du pape, Sergio, qui a persuadé les Francs de rentrer chez eux[20].
Cette même année Carlomanno a combattu les Saxons et a conquis le château de Hoohseoburg[21] (maintenant Seeburg près de Eisleben) Et tamisée Théodoric Duc des Saxons[19], il les a vaincus[22] et il les contraint à la paix[18].

de plus en 743, Hunaldo, la Duc d'Aquitaine, traversé la Loire, Il a conquis et brûlé Carnotis, le courant Chartres[13]. Carloman et Pippin, en 744, Ayant à l'esprit dell'ingiuria Hunaldo[23], réagi, ils ont passé la Loire et campèrent en Aquitaine[22].
Hunaldo voyant qu'il ne pouvait pas résister à ses adversaires ont décidé d'abdiquer[24].

Puis, toujours en 744, Carloman et Pippin sont intervenus avec l'armée en Saxe qui avait révolté, et après avoir capturé à nouveau le duc Théodoric[24][25], selon le suiveur anonyme reporter Fredegar, après un grand nombre de prisonniers et a constaté qu'ils étaient une race semblable aux habitants de son royaume, Carlomanno les acquis en tant que sujets[26] et beaucoup d'entre eux ont été convertis à la foi chrétienne et a demandé à être baptisé[24].
Aussi cette année Carloman et Pippin sont intervenus en Bavière[27] et après l'avoir vaincu Carlomanno fait la paix avec Odilon[28].

Dans cette période, entre le 742 et 744, Carloman a été le promoteur, sous l'influence de l'avenir[29] Archevêque de Mayence, Saint-Boniface, qui était sous sa protection, une moralisation des clercs politiques manières et le respect des biens de l'Église et des évêchés des laïcs.

en 745, encore une fois, ils se révoltèrent Vasconi, que l'armée des Francs ont été recueillies sur les bords de la Loire. Effrayé de ce que le Vasconi poursuivi pour la paix[30].
en 745, Theobald, fils de Godfrid, duc des Allemands rebellé[24], qui il a été battu par son frère, Pippin[18][23].

en 746, Il reprit la rébellion des Alamans[17]; Carloman et Pippin se sont battus les[23]. Carlomanno pestait contre ce qui les rend un massacre[31], en particulier Candistat (aujourd'hui district CANSTAT Stuttgart)[32].

Après de nombreuses batailles, Carlomanno Pippin a avoué qu'il voulait quitter la vie laïque[17] et, 747, Ils ne bougent pas l'armée, mais étaient prêts à faciliter la voie choisie par Carlomanno[33]; Il a donné le pouvoir, qu'il a remis à son frère Pépin[34], laissant également la protection de son fils Drogo[34], il se rendit à Rome avec plusieurs de ses ministres et avec beaucoup de cadeaux[35], où il a rencontré Papa Zaccaria, il fut tonsuré et est devenu Monaco[18], recevoir l'habit monastique par papa Zaccaria[35]. Au début, il est allé au mont Soratte, dans un monastère qu'il a fondé[18], en l'honneur de San Silvestro[36]. Puis, sur les conseils du pape, il est allé à Cassino[36], dans le monastère de Monte Cassino, le monastère San Benedetto et il a pris à la vie monastique[35]. frère Pépin le Bref Il est entré en possession de tous ses titres et ses biens[34].
Selon certains historiens, corroborées par 'Annalium Petavianorum continuatio, Carloman se retira dans un couvent pour expier les péchés des massacres commis dans diverses batailles, en particulier contre Alamans[37](voir massacre Canstatt la 746). D'autres prétendent que son frère Pépin, avec la complicité du pape, a facilité cette décision.

autour 750, son demi-frère, Remigio, sur demande et Carlomanno Saint-Siège, a été commandée par Pépin II, de se rendre à Saint-Benoît-sur-Loire, près de Orléans, à la demande de l'Abbé 'Abbaye de Fleury le retour des os Saint-Benoît[38] tous 'Abbaye de Montecassino[39]

en 751 Il a essayé d'intervenir pour empêcher le couronnement de son frère comme roi Franks, mais le pape a pu l'arrêter dans Provence et il lui a ordonné de retourner immédiatement à Montecassino.

en 753, Carloman, par ordre de son abbé, il fut envoyé à France[40], suite à un voyage en France Le pape Etienne II (Pour la protection du roi des Francs, Pépin contre les abus de Longobardi dirigé par le roi Astolfo), Une mission de paix[40] qui est de convaincre son frère, le roi Pipino envahit pas 'Italie (D'après le Mettenses Annales à la demande du roi Astolfo[41]).
Mais, à la fin de la mission infructueuse, il est tombé malade et est resté dans la ville de Vienne, en présence de la reine Bertrade, pendant plusieurs jours et il est mort en paix, en 754[42].
Carloman a été enterré à Vienne[43].
Plus tard, ses restes ont été enterrés dans 'Abbaye de Montecassino.

descente

Carloman, sa femme dont on ne connaît ni le nom ni la ligne ascendante, avait plus d'un enfant:

  • Drogone[34] (- ca.753), maître du palais d'Austrasie, associé à la société mère; après la 747 Il a été envoyé au monastère par son oncle Pépin le Bref.
  • selon l'historien français Christian Settipani, expert en généalogies[44], Il aurait pu avoir plus d'enfants (sans mentionner les sources primaires).
    Selon le Généalogie Carloman un deuxième enfant aurait le nom Bernardo (- ca. 784), Il était le comte de San Quentin et générerait une fille qui serait le cousin de sa femme, Pepin, Roi d'Italie[45]

culte

L'Eglise catholique, alors qu'il exclut de Martyrologe, se souvient de la 17 août.

notes

  1. ^ (LA) Gallicarum et Scriptores Rerum Francicarum, tomus tertius: Francorum Ludovici Dufour Annales, page 698
  2. ^ (LA) Fredegarii scholastici chronicum continuatum, Pars secunda, auctore Anonymo austraso, CVII
  3. ^ (LA) Annales Marbacenses, p 15-20 4
  4. ^ (LA) Fredegarii scholastici chronicum continuatum, Pars secunda, Anonymo de la auctore, CIII
  5. ^ (LA) Gallicarum et Scriptores Rerum Francicarum, tomus tertius: moines Ex Chronico Sigeberti, page 345
  6. ^ (LA) Fredegarii scholastici chronicum continuatum, Pars secunda, auctore Anonymo austraso, CIX
  7. ^ (LA) Annales Mettenses, p 28
  8. ^ (LA) Fredegarii scholastici chronicum continuatum, Pars Tertia, auctore Anonymo austraso, CX
  9. ^ à b c (LA) Annales Mettenses, p 32
  10. ^ à b c (LA) Monumenta Historica germanique, Tomus primus: Einhardi Annales, page 135
  11. ^ à b c et (LA) Annales Mettenses, p 33
  12. ^ (LA) Cronicón Moissiacensis, page 292
  13. ^ à b c (LA) Gallicarum et Scriptores Rerum Francicarum, tomus tertius: Francorum Ludovici Dufour Annales, p 704
  14. ^ (LA) Gallicarum et Scriptores Rerum Francicarum, tomus tertius: Ex S. Benedicti, page 672
  15. ^ à b c (LA) Fredegarii scholastici chronicum continuatum, Pars Tertia, auctore Anonymo austraso, CXI
  16. ^ à b c (LA) Annales royales franques, année 742
  17. ^ à b c (LA) Gallicarum et Scriptores Rerum Francicarum, tomus tertius: Ex Chronico Hermanni Contracti, page 331
  18. ^ à b c et (LA) Gallicarum et Scriptores Rerum Francicarum, tomus tertius: moines Ex Chronico Sigeberti Page 348
  19. ^ à b c (LA) Fredegarii scholastici chronicum continuatum, Pars Tertia, auctore Anonymo austraso, cxii
  20. ^ à b (LA) Annales Mettenses, p 34
  21. ^ (LA) Annales royales franques, année 743
  22. ^ à b (LA) Annales Mettenses, p 35
  23. ^ à b c (LA) Gallicarum et Scriptores Rerum Francicarum, tomus tertius: Francorum Ludovici Dufour Annales, p 705
  24. ^ à b c (LA) Annales Mettenses, p 36
  25. ^ (LA) Annales royales franques, année 744
  26. ^ (LA) Fredegarii scholastici chronicum continuatum, Pars Tertia, auctore Anonymo austraso, CXIII
  27. ^ (LA) Monumenta Historica germanique, Tomus primus: Analium Petaviarum continuatio, Page 11
  28. ^ (LA) Monumenta Historica germanique, Tomus primus: enhardi Fuldensis Annales, page 345
  29. ^ San Bonifacio il a été élu évêque de Mayence, en 745.
  30. ^ (LA) Fredegarii scholastici chronicum continuatum, Pars Tertia, auctore Anonymo austraso, CXIV
  31. ^ (LA) Fredegarii scholastici chronicum continuatum, Pars Tertia, auctore Anonymo austraso, CXV
  32. ^ (LA) Annales Mettenses, p 37
  33. ^ (LA) Annales royales franques, année 745
  34. ^ à b c (LA) Fredegarii scholastici chronicum continuatum, Pars Tertia, auctore Anonymo austraso, CXVI
  35. ^ à b c (LA) Annales Mettenses, p 38
  36. ^ à b (LA) Annales royales franques, année 746
  37. ^ (LA) Monumenta Historica germanique, Tomus primus: Annalium Petavianorum continuatio, Page 11
  38. ^ Les os de Saint-Benoît Ils avaient été transférés de 'Abbaye de Montecassino tous 'Abbaye de Fleury, environ un siècle avant, quand Longobardi, Ils ont menacé de saccager l'abbaye.
  39. ^ (LA) Gallicarum et Scriptores Rerum Francicarum, tomus tertius: Ex S. Benedicti, page 673
  40. ^ à b (LA) Annales royales franques, année 753
  41. ^ (LA) Annales Mettenses, p 46
  42. ^ (LA) Annales royales franques, année 755
  43. ^ (FR) Fondation pour mérovingienne Noblesse: Carloman
  44. ^ Settipani (1993), p. 181
  45. ^ (FR) Généalogie du Carlomanno

bibliographie

sources primaires

littérature historiographique

  • Christian Pfister, Gaule sous les Francs mérovingiens. événements historiques, en l'histoire du monde médiéval - Vol., Cambridge, Cambridge University Press, 1978, pp. 688-711.
  • Gerhard Seeliger, Réalisations et couronnement comme empereur Charlemagne, en l'histoire du monde médiéval - Vol II., Cambridge, Cambridge University Press, 1979, p. 358-396.

Articles connexes

  • Histoire de la Gaule ancienne fin et au début du Moyen Age
  • Franks
  • souverains francs
  • Histoire de France

D'autres projets

  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Carlomanno

liens externes

prédécesseur Palais d'Austrasie Butler successeur
Carlo Martello 741-747 Pépin le Bref
autorités de contrôle VIAF: (FR231923533 · LCCN: (FRno2008117272 · ISNI: (FR0000 0000 7988 4689 · GND: (DE118560220