s
19 708 Pages

Remarque disambigua.svg homonymie - Si vous êtes à la recherche de Prince angevines Naples (1271-1295), voir Charles Martel d'Anjou.
Carlo Martello
Charles Martel 01.jpg
Statue de Carlo Martello par Jean-Baptiste Joseph Debay (1802-1862). galerie Château de Versailles.
souverain (De facto) de tous Franks
au bureau 737-741
prédécesseur Théodoric IV[1]
successeur Childéric III, qui il a été nommé peu de temps devant le roi[2] (Ou quelques mois plus tard[3]) La mort de Carlo Martello
autres titres maire du palais
naissance sur 690
mort Quierzy, 11 novembre 741[4]
Lieu d'inhumation Basilique de Saint-Denis, France.
dynastie Carolingiens
père Pépin de Herstal
mère Alpaïde
conjoints Rotrude de Trêves
Swanachilde
enfants Carlomanno
Dit Pippin III Short (En raison de sa hauteur) et
Iltrude, première chambre
et Landrade de Munsterbilzen
Alda, premier ou deuxième lit
Grifone, deuxième chambre
Bernardo
Geronimo et
Remigius de Rouen, illégitime

Carlo dire Martell (Carolus Martellus ou Carolus Tudes, dans certains anciens chroniqueurs[5]) Ou encore Marcello (690 à propos - Quierzy, 11 novembre 741[4]) Il a été palais Butler des royaumes mérovingienne de Austrasie de 716, de Bourgogne de 717 et Neustrie de 719 jusqu'à sa mort; pendant quatre ans, de 737 un 741, Il a exercé le pouvoir royal en dépit de ne pas avoir le titre.

origine

Charles était le seul fils de palais Butler de Austrasie puis maire du palais de tous les royaumes des Francs[6], Pépin de Herstal (O Pipino II, qui était le fils de Ansegisel) Et Alpaïde[7], (Ca. 650- † 717), Qui ne sont pas connus dans la ligne ascendante, mais selon 'Ex Chronico moines Sigeberti Elle était la sœur d'un certain Dodone, la maison de Pépin II, qui martyrisé l'évêque de suzerain, San Lamberto[8]. Le marteau de titre (diminutif de Mars), selon une hypothèse, est attribuée par certains journalistes de la dynastie carolingienne pour souligner sa capacité de guerre en particulier.[9]

biographie

Les premières années

Le suiveur anonyme reporter Fredegar Pépin II nous dit que, après Plectrude[10], Elle a épousé une autre femme noble et élégante nommée Alpai, qui lui donna un fils, nommé Charles, un nom qui signifie courageux. L'enfant grandit, audacieux et élégant, si son nom lui convenait bien[7].

A la mort du frère[11], en 708[12][13], Drogone, l'autre demi-frère, Grimoald, Butler déjà le palais de Neustrie[14][15], Butler est également devenu la Bourgogne[8] et il a gouverné les deux royaumes, même avec l'aide de Charles[16].

Charles est né d'un mariage d'une importance secondaire entre Pépin de Herstal et Alpaïde, par rapport à Grimoald né de son premier mariage, plus important encore, le père avec Plectrude (fille du comte palatin, Ugoberto (- † 698) Et Sant'Erminia). Charles avait alors moins droit frère de recevoir l'héritage de son père. Mais la mort de Pépin (en Décembre 714), Un renversement de fortune, Charles avait tous les pouvoirs pour assumer la fonction de palais Butler déjà couvert par le parent décédé, comme Grimoald avait été assassiné quelques mois plus tôt (en 714, Grimoald était allé rendre visite à son père qui était en suzerain, malade[17] et tandis que dans cette ville, il a prié sur la tombe de Saint Lambert de Maastricht[18] Il a été assassiné par ce Rangario[17], l'homme de main de son père, le roi Redbad Frise[8] et Teodoaldo, fils Grimoald, a été nommé intendant de Neustrie et le palais de Bourgogne[17] par le roi Dagobert III[15], à la demande de son grand-père, Pépin II[18]).

Mais puisque Carlo était considéré comme illégitime, Plectrude, la première épouse de Pépin, il a tout fait pour le chasser du pouvoir et protéger l'avenir du petit-fils Thibaut, à peine six ans, ayant hérité de la mort de son grand-père, Pépin, aussi Austrasie, Butler se trouvait tous les royaumes franques[15], sous la régence de sa grand-mère, Plectrude[17], qu'il emprisonné son beau-fils, Charles[8], qui aspirait à être maître d'hôtel Austrasie[17]. Mais tout cela n'a pas tenu compte des vues des Francs, qui n'a pas accepté qu'une femme a décidé tous les trois royaumes. Le soulèvement a éclaté en Neustrie qui a commencé une sédition contre Teodoaldo[8] et a rassemblé une armée, en forêt Cotia[18], près de Compiègne, le Neustriani en conflit avec l'immense armée de austrasiano Thibaut[19] qui a fui[17]. Ainsi, il a commencé, dans le royaume des Francs, une période de turbulence et guerre civile Neustrie et, dans cette même année, il a été nommé Butler Rainfroi[20].

La guerre civile

Rainfroi a formé une alliance avec le roi de Frise Redbad[21], avec lequel, toujours 715, Austrasie venir a attaqué les rives de la Meuse[17] ravage la région[18]. Ce fut au cours de cette période que Charles a réussi à échapper à la tête et à la fois face Austrasiani Redboldo[22] que Alamans qui avait révolté, dirigé par le duc Lantfrido, dont le successeur Tybalt, expulsé de 'Alsace Pirmin Murbach[23].

de plus en 715, la mort du roi des Francs, Dagobert III, Rainfroi il a appelé sur le trône le désormais ultra quarante Monaco Daniele (Le deuxième fils du roi de Francs saliens dynastie mérovingienne, Childéric II et Bilichilde[24])[8][12], qui, après la repousse des cheveux[18], Il est monté sur le trône en tant que Chilpéric II[15][25].

Rainfroi et Chilpéric II, qui avait renouvelé l'alliance avec le roi de Frise Redbad[17][18], en 716, traversé la Ardenne[7] et ils ont envahi Austrasie et, après avoir dévasté[26], ils sont arrivés à Reno[18] et atteint Cologne[27], Plectrude où il était enfermé avec son neveu Teodeoaldo, ils assiégèrent[28]. Carlo Martello, ayant vaincu et dispersé les Frisons[29], Cologne a essayé de libérer du siège, mais après avoir subi des pertes énormes (Bataille de Cologne) A dû se retirer[28]. Ainsi Plectrude et son neveu ont accepté Chlperico II comme roi des Francs et Rainfroi maître d'hôtel de Neustrie[29], et aussi leur a donné une grande partie de Borgundia et dell'Austrasia partiel[27].

Charles, quant à lui, avait été nommé par la noblesse de Austrasie Butler[27], Il se positionna à Amblava, près de suzerain, et il surprend l'armée neustriano[27], sur le chemin du retour[29], et Chilpéric II et ont été submergés Raginfredo[30]. Plus tard, Carlo les poursuivirent et 717, après leur paix vain offert[4], le dimanche des Rameaux[27], il les a vaincus[31] à Viciago[27], Il les mit en déroute[32] et il les poursuivit jusqu'à Paris[28], ravage les territoires à la rivière Wifera[32], parvenant ainsi à libérer le Austrasie. Charles est ensuite retourné à Cologne du gagnant[29], Plectrude devait lui donner tous les pouvoirs et titres[29] qui avait été son père[33]. Carlo Martello, en cette même année, en opposition à Chilpéric II, proclamé roi d'Austrasie Clotaire IV[26], héritier légitime Dagobert III.

en 718, Chilpéric II et Rainfroi, après la défaite Vinciago, Ils se sont alliés avec Duc d'Aquitaine et Duc de Gascogne, le Oddone[26], reconnaissant le titre de roi[33] que, en intervenant avec son armée de Vasconi,[33] Il a participé aux batailles contre le royaume d'Austrasie [8] et son maire du palais, Carlo Martello[34], jusqu'à ce que la bataille de Soissons la 719, où il a fui. Il a réussi à échapper[8] Charles Martel, Odo a fui à Orléans[33] en même temps que Chilpéric II, quant à lui, il avait traversé la Loire a sauvé le trésor putting royal[29], tandis que Rainfroi, qui avait pris sa retraite dans ses dominations en Anjou, a été démis de ses fonctions[35] du palais de Neustrie Butler.

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Guerre civile de 715-719 Franchi.

Pacification du royaume franque

Carlo Martello
Les royaumes de Franks, la mort de Pépin de Herstal. Notez que le 'Aquitaine (En jaune), il n'a pas été contrôlée par Arnolfingi, tandis que Neustrie et Bourgogne (En rose), ils étaient unis à opposer à la règle du Arnolfingi. Seulement l 'Austrasie (En vert), il se pencha assez, avant Teodoaldo et, après la défaite de ce dernier, Carlo Martello.
A noter également que tous les royaumes et duchés des peuples germaniques à l'est de Reno, à ce moment-là, ils étaient en dehors des royaumes FRANCS de la souveraineté.


La guerre civile peut être considérée comme terminée en 719, mais il y avait encore deux épisodes qui peuvent être considérés comme faisant partie de celui-ci: en 720[36] et 721, Carlo Rainfroi chassé et dévasté l 'Andegavis[22]; en 724, après avoir été soulevée, Charles envahi 'Andegavis, ils assiégèrent la capital et il a dévasté la région, en revenant à la charge Austrasie du butin[33].

Juste Butler est devenu les Trois Royaumes, Carlo mettre de l'ordre autour de lui, a évincé Évêque de Reims Rigoberto, faveur Plectrude. Puis, peu à peu, a repris le contrôle de tout le royaume franc, rétablir les frontières qui avaient à l'époque de son père, Pépin de Herstal, attaque et les combats Saxons en 718[32] et 720[26]. en 719, la mort de Clotaire IV[26][29][37], Charles a envoyé ses ambassadeurs[33], Il a offert un accord d'amitié en Odo[37] en échange de la prestation de Chilpéric II[29] il a été donné[33] avec le vrai trésor[34][37]. Après Chilpéric II était revenu au royaume des Francs, Carlo Martello, le roi a réaffirmé[37] de tous les Francs[12].

Chilperico MORI, après cinq ans de règne, entre 720[26] et 721[27] et Charles a essayé dans 'Abbaye de Chelles fils de Dagobert III, que, après un an d'attente[33], Il est devenu roi de tous les Francs avec le nom de Théodoric IV[37].

en 723, la Petaviani Annales et Altahenses Annales[citation nécessaire] rapporter les nouvelles de la rébellion de deux neveux, les fils de Drogone[38], probablement Arnolfo avec un de ses frères (o Goffredo o Pipino)[citation nécessaire], mais il les a vaincus pendant le soulèvement et l'un des deux frères, probablement Pepin[citation nécessaire], elle est morte[38]. Après avoir mis dans cette famille de soulèvement, en dépit du fait que Charles était malade[38], et écrasé l'année suivante Andegavis, cité ci-dessus, le royaume pourrait être considéré comme définitivement pacifiée, bien que l'ennemi de Charles, Rainfroi, est mort seulement 731, après avoir gouverné la région avec l'autorisation Charles[39]. seulement en 733 Il y avait une tentative de rébellion dans Bourgogne, mais Charles est intervenu et a occupé Lyon[40] et toutes les autres villes en Bourgogne[39], et après avoir accepté une trêve mis fin à la révolte[40].

Le renforcement et l'expansion des limites

Carlo depuis le début de sa puissance n'a jamais cessé de combattre les ennemis extérieurs, tous les peuples du royaume voisin de 718, il est entré Saxe, causant de graves destructions[38], en 720 Il est revenu à la Saxe[38][41], après que 719, Saxons avaient subi des pertes en Soissons et dans la région environnante[41]. en 725, Charles a réuni une armée massive, a franchi la Reno[42], tamisé Alamans et Suèves[22], à travers leurs territoires, pour atteindre le Danube[42] Traverser le pont et combattu Bavarois[43], Conquérant[37]. Il est revenu au royaume des Francs avec d'énormes trésors et une matrone nommée Bilitrude et sa nièce, Sonechilde[42], qui est devenu sa seconde épouse.

en 728, Charles est même allé à la guerre avec les Saxons et les Bavarois[44]. en 730, Il a combattu les Allemands qui étaient serviteurs[37] et leur duc, Lanfrido, est mort. Puis aussi dompté les Souabes et les Bavarois[37]. en 731, Charles a appris, par des messagers, qui Odo le Grand, il avait l'intention de se retirer de l'alliance avec le royaume des Francs, a rassemblé l'armée, deux fois[29] Il traversa la Loire et deux fois une évasion Odo, il a dévasté Blavia[peu clair][29] et après partie attenante de la région de retour avec un grand butin[42].

en 733, pour la poursuite du rapporteur Fredegar (tandis que pour Mettenses Annales était le 736[45]) Charles est hardiment équipé d'une force navale, tant en Austrasie Neustrie que, en pénétrant entre les îles de la Frise, campé sur la rivière Burdine, pour attaquer Frisoni, un peuple maritime, qui avait révolté; le nouveau (l'ancien roi, Redboldo, était mort en 719[46]) Roi des Frisons, Poppo a été tué et leur armée a été vaincue, la grande population[47] et détruit en brûlant leurs idoles païennes sacrées. Il est retourné dans le royaume des Francs charge du gagnant du butin et des prisonniers[42].

en 735, Charles a attaqué en Vasconia, La défaite Oddone qui est mort[2]. Puis Carlo, lutte contre les fils de Odo I, Hunaldo et Hattone[47] il est venu à la Garonne Il a conquis la ville de Bordeaux et le château Blavia, Il a pris possession de toute la région[42] Hattone et a été capturé et emprisonné[47]. Certes si le duché au fils de Odo I, Hunaldo, qui a promis fidélité à Charles et ses fils, Carlomanno et Pippin III, appelé Short[45].

en 737, Charles a battu encore Saxons, faire ses affluents[36]. en 738, Saxons, qui occupaient un territoire au-delà Reno, ils se sont rebellés. Charles a passé le Rhin au confluent avec lippia. La population a prouvé sage et a offert des otages et a continué à être la taxe, si Charles est revenu vainqueur[48].

invasion arabo-islamique d'arrêt

Carlo Martello
Charles à Bataille de Poitiers. huile Charles de Steuben, peint entre 1834 et 1837 (Musées Château de Versailles, France).
icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: l'expansion islamique.

en 732 Carlo a dû faire face aux armées musulmans le gouverneur de andalusi Abd al Rahman al-Ghafiqi. En fait, dès 711, Arabes et leurs auxiliaires Berbers Ils avaient occupé péninsule Ibérique, en continuant à avancer lentement vers la Nord, ce côté Pyrénées, et autour de la 720 la Saracens qui avait envahi Septimanie ils occupaient Narbonne; Après avoir envahi Aquitaine et assiégés Toulouse[18]. Odo le Grand, avec une armée de Aquitains et Franks[18], 9 juin 721, tout à coup, il a attaqué et a remporté une victoire écrasante sur Wali de andalusi (Règle de l'Espagne) l'Émir al-SAMH b. Malik al-KhawlaniDans cette bataille, connue sous le nom Bataille de Toulouse, Saracens a pris son envol et beaucoup d'entre eux est mort[18], libérant ainsi l'Aquitaine[49].

Oddone je me suis arrêté en Bourgogne le raid du nouveau Wali de andalusi, l'émir « Anbasa Suḥaym Ibn al-Kalbi (Ambiza appelé par les chroniques chrétiennes de l'époque), en 725 à Sens, le forçant à arrêter le pillage et le retour en Espagne après avoir conquis Carcassonne et il était venu à Nîmes, sans combattre, d'envoyer les otages Barcelone[18] et il a fait un grand butin après le pillage Autun[29]; puis dans 726, Ambiza a battu au début du raid, et l'a tué dans la bataille[43].

Les Sarrasins, à l'automne 731, en profitant du fait que Carlo Martello, ne pas aimer l'indépendance Aquitaine, envahissant, et attaqué à Bordeaux, en 732, 'Abd al-Rahman ibn' Abd Allāh al-Ghafiqi, Il a remporté une victoire écrasante sur Oddone, en Bataille de la rivière Garonne[18]. Selon le suiveur anonyme reporter Fredegar et Mettenses Annales « Abd al-Rahman al-Ghafiqi a été appelé par le même Odo pour contrer Carlo Martello[42][50], mais une fois que vous êtes Bordeaux Ils ont commencé à tuer[50] et brûlant des églises[42]. Toujours selon chronique Ermanno du contrat, les Sarrasins, appelé par Odo I, a dévasté la Gaule[51], y compris Aquitaine[39]. Puis Odo a été forcé de se tourner vers son adversaire plus impopulaire, Carlo Martello, qui, après la réconciliation[2], Il est intervenu et Poitiers, par abattage des Sarrasins[51], vaincu[50] et il a tué Abd al-Rahman al-Ghafiqi[4][42], un samedi en Octobre 732 (Cent ans après la mort de Mohammed). Selon le chronique de Sigebert de Gembloux, Charles a tué 375.000 Sarrasins, y compris leur roi Abdaraman[2].

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Bataille de Poitiers (732).

La bataille de Poitiers, selon certains historiens modernes, devait être de taille modeste, la vie quotidienne, et sans gagnants ni perdants[52]. La « bataille » n'a pas empêché les Sarrasins en Gaule-France 734, Saracens, dirigé par Yusuf, fils d'Abd al-Rahman, était installé à Narbonne et un an plus tard, après la Rhône, ils avaient conquis Arles et sa province entière qui occupait alors pendant quatre ans, ce qui porte la mort et la destruction[29] et ils avaient conquis Avignon. Carlo a réagi et maintenant, en 735, Lyon a continué à faire un raid sur Arles et Marseille[45].puis, en 737, Avignon a déchiré les Sarrasins, aidés par Mauronto, Duc de Provence, et les poursuivirent, les détruire,[2]. Puis Carlo à nouveau, il a rassemblé une grande armée de Francs et Burgondes, son frère Childebrando dirigé en Provence et est apparu sur la région d'Avignon, en allant à la mer. Mettez fuyant le duc Mauronto, subjugué toute la région, la conduite musulmans[48]. Puis, après la Rhône, Il les poursuivit jusqu'à Narbonne où le roi assiégea Athima[2]. de péninsule Ibérique Il est venu comme une armée de renfort Andalousie, dirigé par Amor ( « Amr?), fils de Charles Calet, partie gauche de son armée pour poursuivre le siège, il fait face à la rivière Berre[4], Il est sorti vainqueur. Charles est ensuite retourné dans son pays natal, après avoir tué deux commandants[2] et après l'expulsion des musulmans de toute Gotia[2], charge du butin après avoir détruit Magdalena et après avoir mis le feu dans l'arène et les portes Nîmes[4].

en 739, Arles était encore entre les mains de Charles ibérique et alliés musulmans Longobardi pour reprendre Provence, avec l'aide du roi Liutprando[8](Carlo Martello puis il a remboursé Liutprando, refusant, deux fois, au large Italie combat Longobardi, comme il était tenu par papa Gregorio III, qui l'a envoyé de nombreux cadeaux[53]) Il a repris Arles, semant la terreur parmi les ennemis, il les mit en déroute et recapturé la région jusqu'à Marseille[47]. Donc, les musulmans ont été arrêtés. Mauronto vaincu Charles, duc de Provence qui avait appelé les Sarrasins[2] et tous ceux qui avaient collaboré avec les Arabes ont été punis et leurs biens donnés aux guerriers francs. Les Arabes sont restés à la seule possession de Narbonne et est certain que toutes ces batailles ont grandement contribué à unifier le royaume franque sous Carlo Martello.

L'épuisement de la pression arabe était graduelle et était probablement la conclusion d'un processus naturel d'épuisement des forces. Si vous deviez choisir un événement important de cette arrestation, il serait plus logique pour indiquer la destruction de la flotte arabe pendant 'siège de Constantinople la 717, mais le fait que cela se soit produit en raison d'un empereur « hérétique » Leo III, l'événement aux yeux du monde occidental latin a été mis, même alors, une lumière latérale.

La création d'une dynastie carolingienne et la mort

Carlo Martello
Tombeau de Carlo Martello Saint-Denis.

Comme la puissance de la dynastie mérovingienne, il a diminué au cours de la période connue sous le nom « rois fainéants », le palais majordomes Pépinides ils ont augmenté leur pouvoir, qui manquait désormais le seul titre.
En fait, quand le roi est mort Théodoric IV, en 737, Carlo, en tirant parti de son immense pouvoir, il a décidé de ne pas choisir un successeur, était devenu si insignifiant le rôle joué par les monarques mérovingiens. Il a engagé donc directement le pouvoir royal français et régna si complètement illégale jusqu'à la mort. en 740, mettre un terme à toutes les rébellions[48], enfin il régna la paix[54].

De retour au royaume, Charles est tombé malade Verimbrea bord de l'eau Issara[53]. Charles est mort à Paris[55], le 11 Novembre, 741, après 23 ans et 6 mois en fonction et a été remplacé par son fils Pippin (qui avait attribué la Bourgogne, avec Neustrie et Provence) et Carloman (auxquels il avait attribué Austrasie, Alemannia et Thuringe)[4]. Selon Sigebert, roi étant déjà Childéric III qui avait remplacé Théodoric IV[2]. Son corps a été enterré dans Saint-Denis[55].

Charles est mort, son royaume fut partagé entre ses deux fils[53]:

En dépit d'avoir jamais gagné le titre de roi, il avait plus de pouvoir que tous les rois des Francs, depuis la dynastie mérovingienne Il était déjà à cette époque en pleine décadence. Sa puissance a marqué les premiers pas de la ligne carolingienne, a confirmé l'investiture Pépin le Bref le 28 Juillet 754.

réforme et militaire terrestre

Important a été la réorganisation du royaume des Francs en vue de sa militarisation, la restructuration de la propriété agricole de façon à avoir une classe de guerriers avec des chevaux, rapides et forts grâce à l'adoption de nouvelles techniques et / ou des outils tels que étrier, qui permettait de collision frontale à cheval au moyen de l'ancrage des lances. Charles a commencé en tant que propriétaires fonciers membres les plus importants des familles qui lui sont fidèles, ouvrant la voie à un consensus pour une appropriation future du trône. Il a rencontré une forte résistance ecclésiastique, depuis qu'il a exproprié beaucoup de terres diocèses et des monastères, qui ont répondu durement contre les adversaires les plus hostiles, esautorandoli et les remplacer par la confiance et les gens plus prudents sur l'franca Chiesa en général, en regardant mieux relation directe avec la papauté, par exemple en soutenant des campagnes missionnaires vers Frisoni, la Alamanni et Thuringiens.

Mariages et descendants

Carlo Martello
Carlo Martello divise le royaume franc entre les deux fils aînés, Carlomanno et Dit Pippin III Short.

Carlo Martello marié, entre le 708 et 709, Rotrude de Trêves (Ca. 690-725), Avec qui il avait:

  • Carlomanno (707-754), Butler du royaume d'Austrasie jusqu'à 747, puis tout Monaco 'Abbaye de Montecassino. Beato.
  • Pepin dit « court » en raison de sa taille, parce que, par rapport aux autres Franks, était très faible (715-† 768), Butler du Palais de Bourgogne (741), De Neustrie (741) Et Austrasie (747) Roi des Francs (751). Il a épousé en 744 Bertrada o Bertha de Laon, ledit par Big Foot
  • Iltrude (720-† 754), Qui a épousé Odilo de Bavière de Agilolfings).

Un veuf, il épousa, en 725, Swanachilde de Bavière, qui lui donna un fils:

  • Grifone (726-† 753), Duc de Le Mans.

Carlo de la première ou la deuxième femme avait deux autres filles:

  • Landrade de Munsterbilzen (-?), Qui a épousé le noble Sigramno et était la mère de Chrodegang, évêque de Metz[56].
  • Alda o Audana (- † 751) Qui a épousé Théodoric[57], Comte d'Autun et sa mère Guillaume d'Aquitaine, comme il est écrit dans un document de '804, à l'occasion de la fondation du monastère de Gellone.

En même temps, Charles avait au moins deux concubines, qui lui a donné trois enfants. Avec Rodaide avait:

  • Bernardo (725-† 787), Comte de San Quentin

Avec une autre concubine, il ne connaît pas le nom était:

  • Geronimo (- † ca.775), Abbé de San Quentin
  • Remigius de Rouen (- † 771) Archevêque de Rouen.

Dans les œuvres musicales

Carlo Martello revint de la bataille de Poitiers Il est une chanson satirique par le chanteur-compositeur-interprète italien Fabrizio De André, dont le texte a été écrit en collaboration avec l'acteur Paolo Villaggio, publié en 1963.

« Le roi Charles est revenu de la guerre,
Il salue sa terre
qui l'entoure dans allor "

(Fabrizio De André, Carlo Martello revint de la bataille de Poitiers)

notes

  1. ^ A la mort de Théodoric IV, Carlo Martello a remplacé, en fait, le pouvoir du roi
  2. ^ à b c et fa g h la j (LA) Gallicarum et Scriptores Rerum Francicarum, tomus tertius: moines Ex Chronico Sigeberti, p. 347
  3. ^ (LA) Gallicarum et Scriptores Rerum Francicarum, tomus tertius: Ludovici Dufour Francorum Annales, p. 704
  4. ^ à b c et fa g (LA) chronicon Moissiacensis, p. 292
  5. ^ surnom de marteau serait attribué par des journalistes après une longue période (XIe siècle), peut-être un diminutif de Mars, le dieu romain de la guerre, ou Carlo a frappé tous les peuples voisins, comme le marteau de forgeron métaux bat
  6. ^ (LA) Marbacenses Annales, pp. 415-20
  7. ^ à b c Fredegar, Fredegarii scholastici chronicum continuatum, Pars secunda, auctore Anonymo austrasyo, CIII
  8. ^ à b c et fa g h la (LA) Gallicarum et Scriptores Rerum Francicarum, tomus tertius: moines Ex Chronico Sigeberti, p. 345
  9. ^ Voir (eds Francesco Gabrieli) Alberto Ventura, James E. Carretto, Claudio Lo Jacono, Mohammed en Europe, Milan, Mondadori, 1982, p. 33.
  10. ^ Fredegari, Fredegarii scholastici chronicum continuatum, Pars secunda, auctore Anonymo austrasyo C
  11. ^ (LA) chronicon Moissiacensis, p. 289
  12. ^ à b c (LA) Gallicarum et Scriptores Rerum Francicarum, tomus tertius: Ludovici Dufour Francorum Annales, p. 697
  13. ^ (LA) Mettenses Annales, p. 18
  14. ^ (LA) Mettenses Annales, p. 16
  15. ^ à b c (LA) Monumenta Historica Germaniae, tomus II: Domus Carolingiae Généalogie, p. 311
  16. ^ (LA) Gallicarum et Scriptores Rerum Francicarum, tomus tertius: la vie Ex S. Leutfredi, p. 645 C
  17. ^ à b c et fa g h Fredegar, Fredegarii scholastici chronicum continuatum, Pars secunda, auctore Anonymo austrasyo, CV
  18. ^ à b c et fa g h la j k l (LA) chronicon Moissiacensis, p. 290
  19. ^ (LA) Mettenses Annales, p. 20
  20. ^ (LA) Gallicarum et Scriptores Rerum Francicarum, tomus tertius: Ex Chronico virdunensi Hugonis abattis, pp. 362-363
  21. ^ (LA) Mettenses Annales, p. 21
  22. ^ à b c (LA) Monumenta Historica germanique, Tomus primus: Annalium Fuldensium avant pars, pp. 343-345
  23. ^ (LA) Gallicarum et Scriptores Rerum Francicarum, tomus tertius: Ex Hepidanni moines S. Galli, p. 316
  24. ^ (LA) Gallicarum et Scriptores Rerum Francicarum, tomus tertius: Ludovici Dufour Francorum Annales, p. 691
  25. ^ (LA) Marbacenses Annales, p. 4
  26. ^ à b c et fa (LA) Gallicarum et Scriptores Rerum Francicarum, tomus tertius: Ex Chronico Hermanni contracti, p. 329
  27. ^ à b c et fa g (LA) Gallicarum et Scriptores Rerum Francicarum, tomus tertius: Ludovici Dufour Francorum Annales, p. 698
  28. ^ à b c Fredegar, Fredegarii scholastici chronicum continuatum, Pars secunda, auctore Anonymo austraso, CVI
  29. ^ à b c et fa g h la j k l (LA) chronicon Moissiacensis, p. 291
  30. ^ (LA) Mettenses Annales, p. 22
  31. ^ (LA) Mettenses Annales, p. 24
  32. ^ à b c (LA) Gallicarum et Scriptores Rerum Francicarum, tomus tertius: Ex Chronico S. Benigni, p. 318
  33. ^ à b c et fa g h Fredegar, Fredegarii scholastici chronicum continuatum, Pars secunda, auctore Anonymo austraso, CVII
  34. ^ à b (LA) Mettenses Annales, p. 26
  35. ^ (LA) Marbacenses Annales, p. 5
  36. ^ à b (LA) Monumenta Historica germanique, Tomus primus: Laurissenses minores Annales, pp. 114-115
  37. ^ à b c et fa g h (LA) Gallicarum et Scriptores Rerum Francicarum, tomus tertius: moines Ex Chronico Sigeberti, p. 346
  38. ^ à b c et (LA) Monumenta Historica germanique, Tomus primus: Petaviani Annales, p.7
  39. ^ à b c (LA) Gallicarum et Scriptores Rerum Francicarum, tomus tertius: Ludovici Dufour Francorum Annales, p. 701
  40. ^ à b Fredegar, Fredegarii scholastici chronicum continuatum, Pars secunda, auctore Anonymo austrasyo, CIX
  41. ^ à b (LA) Monumenta Historica germanique, Tomus primus: Laureshamenses Annales, p. 24
  42. ^ à b c et fa g h la Fredegar, Fredegarii scholastici chronicum continuatum, Pars secunda, auctore Anonymo austrasyo, CVIII
  43. ^ à b (LA) Gallicarum et Scriptores Rerum Francicarum, tomus tertius: Ludovici Dufour Francorum Annales, p. 699
  44. ^ (LA) Gallicarum et Scriptores Rerum Francicarum, tomus tertius: Ludovici Dufour Francorum Annales, p. 700
  45. ^ à b c (LA) Mettenses Annales, p. 28
  46. ^ (LA) annales xantenses, p. 36
  47. ^ à b c (LA) Gallicarum et Scriptores Rerum Francicarum, tomus tertius: Ludovici Dufour Francorum Annales, p. 702
  48. ^ à b c Fredegar, Fredegarii scholastici chronicum continuatum, Pars Tertia, auctore Anonymo austrasio, CIX
  49. ^ (LA) Gallicarum et Scriptores Rerum Francicarum, tomus tertius: Ex Heridanni moines S. Galli, p.316 d
  50. ^ à b c (LA) Mettenses Annales, p. 27
  51. ^ à b (LA) Gallicarum et Scriptores Rerum Francicarum, tomus tertius: Ex Chronico Hermanni contracti, p. 330
  52. ^ Franco Cardini et Marina Montesano, Histoire médiévale, p. 144.
  53. ^ à b c Fredegar, Fredegarii scholastici chronicum continuatum, Pars Tertia, auctore Anonymo austrasio, CX
  54. ^ (LA) Mettenses, p.30 Annales
  55. ^ à b (LA) Gallicarum et Scriptores Rerum Francicarum, tomus tertius: Ludovici Dufour Francorum Annales, p. 703
  56. ^ (LA) Monumenta Historica Germaniae, tomus II: Pauli Gesta Episcoporum Mettensium, p. 267
  57. ^ (LA) Monumenta Historica germanique, Tomus primus: Einhardi Annales, p. 163

bibliographie

sources primaires

littérature historiographique

  • Ulrich Nonn Das Bild Karl Martells lateinischen in den Quellen des vornehmlich VIII und IX Jahrhunderts, dans "Frühmittelalterliche Studien", 4, 1970, pp. 70-137.
  • Pierre Riché, Les Carolingiens, Une famille ici adapter l'Europe. 1983 (2e éd., 1997) ISBN 2-01-278851-3
  • Ulrich Nonn: Die Schlacht bei Poitiers 732. Probleme historischer Urteilsbildung, en Beiträge zur Geschichte des Regnum Francorum, édité par Rudolf Schieffer, Sigmaringen 1990, p. 37 et suiv. ISBN 3-7995-7322-4
  • Karl Martell Zeit senneur, édité par Jörg Jarnut, Sigmaringen 1994, ISBN 3-7995-7337-2 (en ligne Perspectivia.net sur place).
  • Christian Pfister, Gaule sous les Francs mérovingiens. événements historiques, en Histoire du monde médiéval, vol., Cambridge, Cambridge University Press, 1978, pp. 688-711.
  • Jean-Charles Volkmann, Bien Connaitre les généalogies des Rois de France, Ed. Jean-Paul Gisserot, 1999. ISBN 2-87747-208-6
  • Waltraud Joch, Intégration Legitimität und. Untersuchungen zu den anfangen Karl Martells, Husum 1999.
  • Paul Fouracre: L'âge de Charles Martel, Harlow 2000.
  • Matthias Becher, Carlo Magno, Il Mulino, Bologna 2000.
  • Michel Mourre, Frédéric Haboury, Le petit Mourre. Dictionnaire de l'Histoire, Larousse, 2001, ISBN 2-03-505169-X
  • Franco Cardini et Marina Montesano, Histoire médiévale, Florence 2006. ISBN 88-00204-740
  • Alessandro Angelucci, Carlo Martello et la bataille de Poitiers: de nouvelles interventions à un mythe historiographique, dans "Les Cahiers de MAES" X (2007), pp. 91-119.
  • Marco Kamradt, Die frühfränkische Historiographie und die Schlacht von Vinchy am 21. März 717, X "Concilium Medii Aevi" (2007), pp. 153-166 (en ligne).
  • Andreas Fischer, Karl Martell, Stuttgart 2011.

Articles connexes

D'autres projets

  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Carlo Martello
prédécesseur Palais d'Austrasie Butler successeur
Teodoaldo 716-741 Carlomanno
prédécesseur de Bourgogne Palais Butler successeur
Rainfroi 717-741 Pépin le Bref
prédécesseur Butler Palais de Neustrie successeur
Rainfroi 719-741 Pépin le Bref
prédécesseur souverain tous Franks successeur
Théodoric IV 737-741 Childéric III
autorités de contrôle VIAF: (FR807219 · LCCN: (FRn80121045 · ISNI: (FR0000 0000 6629 310x · GND: (DE118720910 · BNF: (FRcb11936305g (Date) · ULAN: (FR500354859 · LCRE: cnp00398879

Activité wiki récente

Aidez-nous à améliorer BooWiki
Commencez