s
19 708 Pages

Safiya bint Houyay (en arabe: صفية بنت حيي بن أخطب; Yathrib, 610 à propos - Medina, 670) C'était une femme, la culture juif, de Mohammed.

pris à tribu juif Yathrib de Banu Nadir à 17 ans,[1] Elle est devenue une femme de prophète islamique Mohammed, recevoir plus tard, elle aussi le surnom honorific Umm al-Mu'minin (Mère des croyants).[2]

Après la mort de son mari, il est devenu peu à peu impliqué dans la première politique oumma islamique, gagne de plus en plus d'influence et suivi jusqu'à sa mort.[3]

jeunesse

Safiyya est né en Yathrib par Ḥuyyay b. Akhtab, le chef du Banu Nadir. Sa mère, bint bar Samaw'al, était au lieu de Banu Qurayza. Selon une source, il était l'épouse de Sallam ibn Mishkam, qui a divorcé plus tard.[4]

Lorsque le Nadir Banu ont été expulsés de Médine en 625, sa famille déménage à Khaybar, un 'oasis près de Medina.[5] Son père et son frère ont ensuite déménagé à Khaybar pour rejoindre le païen Jouets et Bedouins leurs alliés pour assiéger le soi-disant Mohammed Bataille du Fossé. Lorsque les Mecquois se sont retirés sans avoir accompli leur but, Mohammed immédiatement assiégea les résidences (Utum) De Banu Qurayza.

En 627 ou au début de 628, Safiyya marié Kinana b. al-Rabi »,[5] trésorier du Banu Nadir. Au moment où il avait environ 17 ans.[5] On dit que Safiyya a informé Kinana d'un rêve qu'il avait fait, la lune était tombée à terre sur ses genoux. Le mari a interprété le rêve comme un désir de se marier Muhammad et l'a frappée sur le visage, laissant une marque qui était encore visible quand elle a eu son premier contact avec le Prophète.[6]

La conquête de Khaybar

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: La conquête de Khaybar.

En 629 mai, musulmans résistance à boucle de diverses tribus juives (y compris Banu Nadir dans victorieuse La conquête de Khaybar). Les Juifs se sont rendus et ont été autorisés à rester sur le terrain, sous réserve de la vente de la moitié de leur récolte (principalement dates). Cependant, la terre, il est devenu la propriété de l'Etat arabe-islamique.[7] Cet accord - dit Stillman - n'a pas été étendue aux Banu Nadir, qui n'a pas été donné quoi que ce soit.[8]

Les femmes israélites ont été réparties entre Muhammad et ses disciples et Safiyya a été attribué à Dihya ibn Khalifa, mais le prophète la plainte elle-même, remboursant Dihya avec deux cousins ​​Safiyya,[9] ou, selon d'autres traditions, avec sept têtes et les animaux, selon une autre source, avec sept autres femmes.[10]

Safiyya converti en raison de 'Islam, devenir l'épouse de Mahomet. La dot qu'il a reçue était sa libération.[11] En revenant de Khaybar, les musulmans campent à un endroit appelé Al-Sadd Rawha. En ce moment-là, il avait son Safiyya menstrues et le mariage était tellement consommé. Alors Muhammad a donné un banquet de mariage (walima), Offre un plat (hays) Fabriqué avec des dates et beurre, Enfin le retour à Médine.[12]

Safiyya (comme d'ailleurs toutes les autres épouses du Prophète, à moins que Maryam al-Qibtiyya) N'a pas eu d'enfants.[13]

Malgré sa conversion, elle a dû faire face aux soupçons des autres épouses de Mahomet sur la sincérité de sa conversion, même si le mari ou Omar Ibn al-Khattab Ils ont affirmé avec vigueur toute bonne foi.[14][15]

À cet égard, Muhammad lui a dit: « Si vous avez encore le chat sur vous, dites-leur que votre mari est Muhammad, que votre père est Haroun, votre oncle est Musa. Dans ce que je suis supérieur à vous ".[14]

patrimoine

En 656, Safiyya dérapé avec calife Uthman ibn Affan et il a pris parti dans sa dernière rencontre / confrontation avec B Alî. Abi Talib, Aïcha bt. Abi Bakr et « Abd Allāh b. al-Zubayr. Au cours de la période où le troisième Calife a été assiégé dans sa résidence, Safiyya fait une vaine tentative de rattraper son retard pour l'alimenter avec de la nourriture et de l'eau, à l'aide d'une planche placée entre sa maison et le califat.[16]

Safiyya est mort pendant le califat de Mu'awiya et il a été enterré dans Jannat al-Baqi ».[17] Il a laissé un héritage de 100 000 dirham dans l'immobilier et le mobilier, dont un tiers était destiné à sa volonté à son neveu, le fils d'une sœur, est resté fidèle à judaïsme. Sa maison à Médine a été acheté par Mu'awiya à 180.000 dirhams.[18]

notes

  1. ^ Ahmad Thompson, Safiyya bint Huyay, Fatima az-Zahra.
  2. ^ Stowasser, Barbara, « Les mères des croyants dans le Hadith », en: Le monde musulman, 82, 1-2, pp. 1-36.
  3. ^ sous vide « Safiyya « (Virginia Vacca), Dans: L'Encyclopédie de l'Islam, édité par J. P. Bearman, Th. Bianquis, C. E. Bosworth, E. van Donzel et W. P. Heinrichs, Leiden, Brill Academic Publishers, ISSN 1573-3912, vol. VIII, p. 817 isbn = 9004098348, 1995
  4. ^ Voir le lemme ci-dessus « Safiyya» sur l'assurance-emploi2
  5. ^ à b c ibid
  6. ^ Stowasser, Barbara, op. cit., pp. 378-379
  7. ^ sous vide "Khaybar" (Virginia Vacca), De: L'Encyclopédie de l'Islam ed II.
  8. ^ Norman A. Stillman, Les Juifs des pays arabes: un livre d'histoire et de la source, Philadelphie, Jewish Publication Society of America, 1979, ISBN 0-8276-0198-0 =, p. 18
  9. ^ Ibn Hisham al-Sira al-Nabawiyya (La vie du Prophète)
  10. ^ Abou Daoud, Sunan, vol. 2 pas. 2988 p. 848.
  11. ^ Watt (1964) p. 195
  12. ^ Awde, Nicholas (2000) p. 85.
  13. ^ Peters, F. E., Muhammad et les origines de l'islam, Université d'État de New York Press, 1994, pp. 179, ISBN 0-7914-1876-6.
  14. ^ à b Stowasser, Barbara. « Les mères des croyants dans le Hadith », en: Le monde musulman, Volume 82, 1-2, pp. 1-36.
  15. ^ Voir aussi le lemme mentionné ci-dessus de L'Encyclopédie de l'Islam
  16. ^ l'assurance-emploi2.
  17. ^ Al-Shati », 1971, p. 181
  18. ^ Ibid.

bibliographie

  • (AR) Ibn Hajar, al-Isaba fī tamyīz al-Sahaba, Alī Muhammad Bajāwī ed., 9 vol., Le Caire, Maktabat al-Dirasat al-Islamiyya, 1970-2, VII, n. 11401
  • (FR) Awde, Nicholas Les femmes dans l'Islam: Une Anthologie du Coran et Hadits, Londres, Routledge (Royaume-Uni), 2000, ISBN 0-7007-1012-4
  • (FR) John Esposito et Yvonne Yazbeck Haddad, Islam, genre et changement social, Oxford, Oxford University Press, 1997, ISBN 0-19-511357-8
  • (FR) Leila Ahmed, Les femmes et le genre dans l'Islam: Les racines historiques d'un débat moderne, Yale University Press, 1992
  • (FR) Valentine Moghadam (ed.), Sexe et identité nationale. Femmes et politique dans les sociétés musulmanes, Londres-Karachi, l'Université des Nations Unies, 1994
  • (FR) Karen Armstrong, La bataille pour Dieu: Fondamentalisme dans le judaïsme, le christianisme et l'islam, Londres, HarperCollins / Routledge, 2001
  • (FR) Barbara Stowasser, « Les mères des croyants dans le Hadith », en: Le monde musulman, Volume 82, 1-2, pp. 1-36

Articles connexes

  • Rayhana bint Zayd
  • Sahaba non-arabes
autorités de contrôle VIAF: (FR75761603 · LCCN: (FRn2007015661