s
19 708 Pages

Cléomène III
Sparta-02.jpg
tétradrachme la III siècle avant JC représentant Cléomène III sur le droit et Artemis Orthia au verso.
Roi de Sparte
au bureau 235 - 222 BC
prédécesseur Leonidas II
successeur Agésipolis III (à partir de 222 un 219 BC République a été proclamée)
Nom complet Κλεομένης, Kleomenês
naissance Sparte, 260 BC sur
mort Alexandrie, 219 BC
Maison Royale Agiadi
père Leonidas II
mère Cratesiclea

Cleomenes (en grec ancien: Κλεομένης, Kleomenês; Sparte, 260 BC à propos - Alexandrie, 219 BC), Appelé dans l'historiographie moderne Cléomène III, était souverain grec ancien, Roi de Sparte de dynastie agiade de 235 un 222 BC

Il est monté sur le trône en 235 avant JC son père est mort Leonidas II, qui cinq ans plus tôt, il avait exécuté d'autres rois euripontide Agis IV et il l'avait fait pour épouser la veuve Agiatide à son fils. Selon le témoignage de Plutarque Agiatide Cléomène était d'illustrer le projet de réforme de son premier mari, qui, à cause de ce qui avait été fait par Leonida tuer et de le convaincre de suivre une fois que le projet est arrivé au pouvoir.

Le projet Agis a consisté en une réforme financière qui a sanctionné la remise de la dette totale et une réforme agraire qui comprenait la redistribution des terres entre les Spartiates. L'objectif était de bien équilibrer la richesse entre les citoyens afin de rétablir les conditions sociales et économiques de Sparte pour revenir à une position hégémonique dans Péloponnèse.

Bien conscient de l'échec de son prédécesseur Agis, qui avait réussi à appliquer le pardon de la dette, mais pas la réforme agraire, Cléomène, pour atteindre son but, d'abord augmenté son prestige militaire suscitant la soi-disant guerre de cléomène contre Achéens. ennemis défaits à Suspendue Haute école, à Ladocea (227 BC) Et pièce de dix cents (226 BC) Et éliminé avec une tentative d'assassinat du Efori, les Spartiates suprêmes magistrats, ainsi obtenus les pouvoirs absolus pour mettre en œuvre la réforme agraire. Pour rendre le pouvoir absolu moins odieux, le trône son frère Euclidas, au mépris du roi spartiate dyarchie qui comprenait deux familles différentes d'exercer leur souveraineté en même temps.

en attendant Arato, la Stratego la Achéens, alliée Roi de Macédoine Antigonus III Doson et avec son aide, il a pu vaincre définitivement Cleomenes Sellasie. Sparte a conquis Antigonus, il a aboli la millenary dyarchie Il a établi et à sa place une vraie république dans le royaume de Macédoine. Cleomenes gérés au lieu de fuir vers Alexandrie, à la cour roi d'Égypte Ptolémée III (222 BC).

Ici Cleomenes a vécu pendant quelques années dans un état de prison d'or jusqu'à ce que, a échoué une ultime tentative de rébellion et d'évasion, le suicide commis avec ses compagnons qui étaient restés fidèles (219 BC).

biographie

Les origines et l'élévation au trône

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Agis IV, Leonidas II et Lisandro (Ephorus).
Cléomène III
Cléombrote II fut envoyé en exil par Leonidas II (peinture Benjamin West).

Cléomène était le fils aîné du roi Leonidas II et sa femme Cratesiclea. Ses frères étaient Euclidas, qui à son tour devenir roi, et Chilonides, future épouse Cléombrote II.

Selon le témoignage de Plutarque, son professeur de philosophie était Sphéros, l'un des disciples les plus célèbres de Zenone di Cizio.[1]

Cléomène avait une vingtaine d'années, lorsque le roi euripontide Agis IV, collègue de son père Leonidas,[2] Il a été adopté avec le soutien de 'éphore Lisandro une réforme qui comprenait l'annulation des dettes et de la redistribution des terres entre les citoyens.[3] Le but de Agis était de rééquilibrer la richesse des Spartiates: l'abolition de l'interdiction de la vente de biens fonciers, a décidé de cent cinquante ans avant dall'eforo Épitadeus, Il avait en effet conduit à l'accumulation de presque tous les grands domaines dans les mains de quelques personnes, en particulier les femmes,[4][5] le dénuement en laissant la grande majorité des Spartiates. Beaucoup d'entre eux avaient pour ce contrat de dettes élevées et versé dans l'extrême pauvreté.[6]

Leonidas, cependant, osteggiò collègue réformiste de ne pas se priver de sa grande richesse et pour cela, il a été déposé et envoyé en exil dall'eforo Lisandro (242 BC), Sur le terrain d'une ancienne loi qui interdit le roi d'épouser des femmes étrangères (Cratesiclea fait était d'origine persane). Leonidas a été remplacé sur le trône par son fils Cléombrote II.[7][8]

Agis a réussi à appliquer le pardon de la dette, mais la baisse de Lysandre de ses fonctions (le mandat du fait Efori a duré seulement un an et n'a pas été renouvelé), les obstacles imposés par la nouvelle éphore Agesilao, il ne voulait pas se priver de ses terres, et la participation à une campagne militaire contre la Ligue étolienne Cependant, ils ont retardé la mise en œuvre de la réforme agraire,[9] Leonidas jusqu'à ce qu'il puisse revenir au trône (241 BC).

Leonidas, après l'envoi à son tour en exil Cléombrote et sa femme Chilonides, Elle était sa fille (et soeur de Cleomenes), ont remplacé les éphores à ce moment-là en charge avec d'autres juges nommés par lui et l'avait condamné à mort son collègue Agis. Pour la première fois depuis sa fondation, un roi de Sparte fut exécuté; avec lui ont été étranglées mère Agesistrata et grand-mère Archidamia, les partisans de sa politique de réforme.[10]

Après la mort d'Agis, le trône passa à euripontide Eudamida III, fils enfant du roi, alors que Leonidas forcé Agiatide, la veuve et mère de Agis Eudamida III, de se marier son fils Cléomène, qui était encore trop jeune pour le mariage selon les traditions spartiates.[11][12]

Selon le récit de Plutarque, il était le second mari Agiatide pour illustrer la conception du premier conjoint, le convaincre de poursuivre sa réforme, au mépris de la politique conservatrice de Leonidas père.[11][13] Plutarque témoigne que Cléomène était très amoureux de sa femme, de sorte que, au cours de la guerre de cléomène, Il n'a pas manqué de revenir à Sparte chaque fois qu'elle le pouvait, même pour quelques heures, dans le seul but de la revoir.[14]

A la mort de Léonidas, Cleomenes devint roi (235 BC), À l'âge de vingt-cinq ans environ, et aussitôt il met en place son plan d'amélioration de la réforme Agis. Selon le témoignage de Plutarque, Au départ, le roi a confié ses intentions à personne, sauf son ami senare.[15]

Flambée de guerre cleomenea

Cléomène III
Grèce au moment de la guerre cleomenea.
icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Bataille de Monte lycée et Bataille de Ladocea.

Cleomenes ont profité de provocations Achéens, qu'il avait causé plusieurs incidents à la frontière avec 'Arcadia, pour obtenir par Efori le mandat de mener la guerre contre la même ligue, en commençant le soi-disant guerre de cléomène (228 BC). Selon le témoignage de Plutarque, Cleomenes jugé plus approprié pour mener à bien son plan en temps de guerre, les puissances militaires fortes exercées le roi, plutôt qu'en temps de paix, quand les éphores avaient plutôt plein contrôle politique.[15]

Le jeune roi a occupé le temple Athena Belbina à la frontière entre la Laconie et Arcadia, mais a ensuite été forcé de se retirer de Efori parce qu'il avait seulement trois cents hoplites avec lui.[16] quand Arato, Stratego alliage, cofiee occupé, Cleomene réagir ravage l 'Argolide et agitation de la réaction de Aristomaque, le chargement de l'alliage en Stratego 228 BC, qui a préparé pour la bataille royale. Cependant, Aristomaque a été contraint de se retirer immédiatement de Arato, bien que les Achéens disposait de vingt-sept mille hoplites et seulement cinq mille Spartiates. Le prestige de Arato était en fait si remarquable qui a réussi à imposer sa volonté dans les années où il n'a pas été officiellement chargé de stratège (généralement exercé ce poste en alternance).[16]

Puis Cleomenes sauvé alliés Elci, qui avait à son tour été attaqué par la Achéens, en battant l'armée Achéens dans Bataille de Monte lycée, la frontière entre Arcadia et Ilia (227 BC)[17] La défaite des troupes achéens,[18] qui avait été pris par surprise par les Spartiates comme ils se retiraient de l'Elide, il était tel qu'il répandit même la rumeur selon laquelle le même Arato était mort. Le stratège en alliage Mais ne donnent pas et peu de temps après ont réussi à arracher Mantinea les Spartiates.[19][20]

Il était à cette époque qu'il est mort l'autre roi Eudamida III, Cleomenes beau-fils, et il a été remplacé par Archidamo V, frère d'Agis, qui a été rappelé pour l'occasion d'exil à Sparte où il était. Archidamo cependant, a été assassiné peu de temps après avoir été intronisé[19] et Cleomenes a été élu à sa place son frère Euclidas, créant le précédent, seulement pour une autre dans l'histoire de Sparte, les deux rois de la même dynastie simultanément sur le trône.[21]

En été de 227 B.C. Cléomène, dans le après avoir occupé la forteresse Leuctres mégapoles, encore une fois, il fait face à l'armée des Achéens, dirigée par Aratus de Sicyone et Lydiadas of Megalopolis Megalopolis, et le vaincu dans Bataille de Ladocea,[17] tué au combat le même Lydiadas of Megalopolis.[22] Armés de cette nouvelle victoire, Cleomenes a préparé le coup d'Etat d'imposer la réforme agraire qui a longtemps était prévu. Selon le témoignage de Plutarque, le roi de Sparte avait confié ses intentions à son beau-père Megistonoo, le second mari de Cratesiclea, et d'autres amis de confiance.[23]

Violation des éphores et la réforme

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: éphore.
Cléomène III
Les éphores ont exercé leurs magistrats assis cinq sièges placés dans la même pièce[23] (Conception du XIXe siècle Ludwig Löffler).

Pour mettre en œuvre son projet de réforme, Cleomenes a décidé tout d'abord éliminer Efori, d'exercer un pouvoir absolu sur Sparte.[24]

Selon le témoignage de Plutarque, alors qu'il rentrait à la ville après la victoire Ladocea, le roi envoya le messager de Efori Euriclida la cafétéria, où les cinq juges dînaient ensemble, comme d'habitude, pour signaler un faux message. Alors que les éphores avaient l'intention d'écouter les paroles du messager, ils sont entrés dans la salle à manger plusieurs assassins envoyés par le roi, tirèrent leurs épées, attaqués par surprise les juges. Quatre d'entre eux sont morts sur place tandis que le cinquième, dont le nom était Agileo, Il a été frappé seulement Glancing mais est tombé au sol faisant semblant d'être mort. Puis, dans la confusion, il a réussi à échapper.[25]

Cleomenes alors saisi le pouvoir absolu (partagé avec son frère Euclidas qui avait associé que la connexion au trône), ce qui justifie le coup d'Etat sous prétexte d'Etat Efori que le pouvoir judiciaire n'a pas été introduit par le législateur ancien Lycurgue, mais plus tard, à l'époque que dans l'ère de la guerres Messénie, lorsque les deux rois étaient militairement tellement occupés qu'ils avaient besoin de quelques assistants pour l'administration ordinaire de la ville. Par la suite, ces magistrats avaient saisi plus en plus d'autorité, à la royauté de toute la puissance presque complètement vide.[26]

Supprimé éphores, Cleomenes utilisé les pouvoirs ainsi obtenus pour compléter la remise totale des dettes engagées par Agis et de distribuer 4000 lots égaux de terres, les exigences des propriétaires fonciers, à autant de nouveaux citoyens, choisis parmi hypomeiones (Ie appartenant aux familles Spartiates qui ont été exclus des droits politiques pour les besoins de recensement inadéquates) et la Périèques. La citoyenneté a également été étendue à certains étrangers, qui avaient été jugés aptes à devenir un citoyen de Sparte et vers la fin du royaume, et aussi beaucoup Iloti en mesure de payer pour leur propre libération. Pour intégrer les nouveaux citoyens dans les institutions restaurées Spartan Cleomenes de obligatoire 'Agoge, à savoir le système rigide traditionnel de l'éducation dont l'établissement a été attribué à Lycurgue.[27]

Hégémonie sur le Péloponnèse

Cléomène III
Portrait de monetale Antigonus III Doson, Cleomenes adversaire au cours des dernières années guerre de cléomène. Sur le revers de la médaille, l'inscription « ΒΑΣΙΛΕΩΣ ΑΝΤΙΓΟΝΟΥ » (le roi Antigonus).
icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Bataille de Dime.

L'augmentation massive du nombre de citoyens a permis de renforcer l'armée spartiate, qui a également amélioré son efficacité grâce à diverses réformes militaires introduites par le roi; la réforme sociale a également attiré la sympathie de plusieurs poleis contre Sparte: l'effet combiné de ces deux facteurs ont permis Cleomenes mettre en œuvre une politique d'expansion réussie, la conquête de plusieurs villes, y compris Mantinea, Tegea et pièce de dix cents, où les Spartiates ont infligé une autre défaite les Achéens, dirigé par le Stratego occasion Iperbata (Bataille de Dime, automne 226 BC)[17][18] et rétablissant ainsi l'hégémonie de Sparte sur le Péloponnèse (226 BC). A alliés Elci Cleomenes retournés plusieurs territoires, y compris le même Dime, qui avait déjà tombé dans la main Achéens.[28]

Selon le témoignage de Plutarque, après la défaite de Dime et le retrait temporaire de Arato de la direction de la ligue, les Achéens invités Cleomenes à une conférence de paix Lerne mais le roi de Sparte n'a pas pu participer en raison d'une maladie soudaine (225 BC).[29] Le Chéronée attribue à cette mésaventure inattendue historique ruiné la Sparte et toute la Grèce, comme Arato a l'occasion de se mettre d'accord avec les ennemis historiques de la Achéens, la Macédoniens.

En particulier, après l'envoi Pella deux ambassadeurs megalopoliti d'ouvrir des négociations, allié avec le roi Antigonus III Doson.[29] En contrepartie de son soutien, le roi macédonien Arato a promis de retourner la forteresse de 'Acrocorinthe, dix-huit ans avant qu'il avait déchiré le prédécesseur Doson: Antigone II Gonatas.[13][30]

alliance forte avec les Macédoniens, Arato a empêché le déroulement d'une nouvelle conférence de paix qu'une fois guéri Kleomenês par la maladie, a été prévue pour Argo. Cleomenes puis a continué la guerre, d'abord conquérante, avec l'aide de Aristomaque (qui avait passé de son côté), l'Argo lui-même, qui n'a jamais été gagné par avaient les Spartiates avant, puis Phlionte, Sicione et Corinthe, à l'exception de la forteresse Acrocorinthe, où il est resté une garnison achéenne.[31]

Macédoine va à la guerre

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Antigonus III Doson.
Cléomène III
Cratesiclea et le fils de Cléomène partir pour l'Egypte en otage Ptolémée III (conception Bartolomeo Pinelli, 1805).

en 224 BC Antigone III Doson, la tête de son armée, est arrivé en Grèce par une étape du mont Gerania. Cléomène lui faire face à une tactique de guérilla, évitant ainsi la bataille en essayant de pente et de gagner du temps jusqu'à ce que l'ennemi n'a pas épuisé les provisions de nourriture. Toutefois, il est venu tout à coup les nouvelles de la perte d'Argos, qui était révolté.[32]

Cleomenes puis envoyé son beau-père Megistonoo pour reprendre la ville, mais cela a été vaincu et tué dans la bataille. Suite à la perte d'Argos, Cleomenes a dû se retirer également de Corinthe. Après avoir essayé en vain de retrouver Argos, le roi de Sparte a décidé de battre en retraite à Sparte [14] et, alors qu'il était en transit à Tégée, il a été rejoint par un messager qui lui a dit la mort subite de femme Agiatide.[14]

De retour à Sparte, il a reçu de roi d'Égypte Ptolémée III un projet d'aide, à condition que le roi de Sparte enverrait à Alexandrie mère en otage Cratesiclea et l'un de ses deux enfants mineurs. A demandé le consentement de la mère, Cleomenes acceptée.[33]

Antigonus a gagné Tegea, Mantinea et Orcomeno, tandis que les prises Cléomène mégapoles avec une attaque surprise (223 BC).[34] Tout d'abord, le roi de Sparte a tenté de convaincre Megalopoliti de dissoudre l'alliance avec la Ligue des Achéens, mais, le refus Philopoemen,[34][35] Cleomene rasa la ville et se retira à Sparte, laissant toute la consternation achea en alliage, pour la rapidité de l'action et la destruction complète de l'une des villes les plus importantes dans l'ensemble Péloponnèse.[36] Plus tard, Cleomenes a commencé à ravager les Argolikos jusqu'aux murs d'Argos, où il était Antigonus, à la recherche de la bataille. Le roi macédonien, cependant, malgré les insultes des Argiens qui l'a poussé à se battre, jugé plus prudent d'attendre et d'organiser une contre-offensive plus structurée.[37]

Défaite et vol

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Bataille de Sellasie.
Cléomène III
Portrait de monetale Ptolémée III, à la cour duquel a trouvé refuge après Cléomène défaite de Sellasie.

en 222 BC, dans la plaine de Sellasie, les forces rassemblées en alliage et les Macédoniens enfin face à l'armée des Spartiates. Pour renforcer son armée, Cléomène avait racheté la liberté de six mille ilotes et il leur avait permis d'enrôler.[13]

Malgré les renforts, la défaite des Spartiates était complète:[13] selon le témoignage de Plutarque, les six mille soldats spartiates, ils ont survécu à seulement deux cent aussi les mercenaires ont été décimés.[38]

Selon le récit de Plutarque, qui à son tour cite Filarco, la défaite Spartan a été causé par la trahison de Damotele, la tête cryptie, l'ancienne institution spartiate à cette époque sans doute organisée comme une sorte de police secrète. Damotele Cleomenes serait en fait induits en erreur sur la position réelle occupée par les Illyriens dans le déploiement et l'Achaïe Acarmani, mercenaire redoutable service macédonien, ce qui porte la règle spartiate d'une stratégie erronée à la disposition des services de son armée. Un Sellasie est également mort Euclidas, frère de Cléomène et son collègue sur le trône.[38]

Cleomenes a réussi à échapper au lieu de fuir à Sparte.[13] De là, il se dirigea rapidement vers le port de Gytheio, d'où il a navigué d'abord pour la première Cythère, puis à l'île de Egialia et enfin pour Cyrène en Libye. Ici, il a atterri à voyager par voie terrestre Alexandrie,[39] où Ptolémée III Il le reçut avec tous les honneurs, aussi en fournissant, selon le témoignage de Plutarque, un salaire annuel de vingt-quatre talents, somme qui Cleomenes utilisé pour aider ses amis déplacés.[40]

Pendant ce temps, Antigonus entra dans Sparte, où la population traitée avec douceur: Mais il a aboli les lois qui ont été promulguées par Cléomène, a rétabli l'Ephorate et mis en place, pour la première fois depuis la fondation de Sparte (qui était, selon la tradition, un millier ans plus tôt), une forme de république au lieu du traditionnel dyarchie.

Peu de temps après, le roi de Macédoine a dû rentrer précipitamment en Macédoine, qui avait depuis été envahie par les Illyriens.[13] Plutarque témoigne que les messagers porteurs des nouvelles de l'invasion illyrienne sont venus juste après la bataille de Sellasie, de sorte que le Chéronée historique a noté que si Cléomène avait réussi à mettre hors la bataille de deux jours, le roi macédonien aurait pas embauché lui choc mais il se retirerait en Macédoine à intervenir dans la défense de la patrie, laissant Cleomenes de négocier la paix avec Achéens avait toute condition souhaitée.[41]

fin

Cléomène III
Tête en marbre de Ptolémée IV (Musée des Beaux-Arts, Boston)

Peu de temps après l'arrivée de Cleomenes à Alexandrie, le roi Ptolémée III est mort, avant qu'il avait rempli sa promesse de ramener l'ancien roi de Sparte en Grèce. Le successeur au trône d'Egypte Ptolémée IV au lieu tenu Cléomène, sa famille et ses amis pendant trois ans, dans un état de prison dorée, sans espoir de retour dans leur pays d'origine, sur les conseils de son ministre Sosibio.[42] L'ancien roi de Sparte avait plutôt cherché refuge en Egypte juste pour obtenir de l'aide pour lutter contre les Macédoniens au moment des opposants politiques dynastie ptolémaïque.[13]

en 219 BC Cleomenes essayé tout pour essayer d'échapper à Alexandrie, et, en profitant d'un voyage Ptolémée IV Canopus, il a répandu le mot que le roi avait livré, en obtenant de nombreux cadeaux au palais où il était, comme il les avait envoyé le même souverain d'Egypte. De cette façon, il a pu duper les gardes et sortit dans les rues d'Alexandrie avec ses amis (selon le témoignage de Plutarque étaient treize en tout), a tenté de déclencher une révolte populaire contre le roi, ne pas réussir en aucune façon. Showy donc perdu, a ordonné à ses disciples de tuer et d'être supprimés les uns des autres, recommandant son ami Panteo pour rester en vie et finalement se suicider à son tour qu'après s'être assuré que tous les autres étaient morts.[43]

Ptolémée IV, est revenu à Alexandrie, ordonné de tuer Cratesiclea, les deux enfants mineurs de Cleomenes (dont avait à son tour tenté en vain de se suicider) et les femmes ont suivi l'ancien roi de Sparte, y compris Panteo de sa femme, qui ironiquement, selon le récit de Plutarque , il venait de retrouver son mari après avoir fait face un long voyage et aventureux.[44]

historiographie

Cléomène III
Buste de Plutarque, Chéronée.

Les sources anciennes sur période hellénistique Ils sont peu nombreux et, en particulier, les œuvres uniques dont nous devons analyser la figure de Cléomène III sont vies parallèles de Plutarque. l'historique Chéronée, en fait, en consacrant un de ses vis en même Cleomene et donne d'autres détails dans vie de Agis (associé à celui de la même Cleomene) et en ce que des Arato.

Les autres auteurs anciens, comme Pausanias,[45] ne nommer que d'ailleurs le roi de Sparte, à l'exception de Polybe que, dans sa histoires, décrit avec précision la guerre de cléomène, Mais ne pas insister sur la figure du roi et de se concentrer plutôt sur les aspects politiques et militaires.[46]

pour écrire vis de Agis et Cléomène, Plutarque principalement utilisé comme source Filarco, qui a écrit une attitude pro-spartiate,[15] tandis que le vie historien Arato de Chéronée fait usage de mémoires autobiographiques de la même Stratego, qui ont été écrit avec une intention apologétique de soi et donc hostile à Cleomene même.[47]

Merci à la diversité entre ces deux points de vue présents dans les sources anciennes, il est possible pour les historiens modernes ont à la fois la main autoritaire et despotique du roi de Sparte, qui se disaient ses adversaires comme « hors la loi et tyran » (en grec ancien: παράνομος καὶ τυραννικός, parànomos kai tyrannikòs)[48] tant du côté réformateur et bienfaiteur du pays, qui a révolutionné Cleomene l'appareil financier et politique pour atteindre, même pendant une courte période, l'hégémonie sur le Péloponnèse.

Toujours selon Polybe, qui utilise mémoires Arato comme source, Cléomène était un tyran,[49][50] mais, pour le reste, l'historien de Megalopolis ne mentionne pas toutes les réformes économiques et institutionnelles menées par le roi de Sparte, en venant à la conclusion que Polybe moderne a délibérément omis ces faits que pour mettre en évidence le caractère autoritaire du roi[47][51] et ainsi justifier l'alliance Achéens-macédonien contre Sparte.

Selon l'historien Françoise Lefèvre, Cleomenes mis en œuvre une politique qui mélange traditionalisme et de l'innovation: d'un côté, il avait restauré les lois de Lycurgue et l 'Agoge et il avait introduit le système judiciaire de patronomoi, gardiens des traditions, l'autre avait éliminé les éphores, promulgue la réforme financière et agraire et une réforme de l'armée, en introduisant l'utilisation de phalange par analogie avec les troupes macédoniennes.[30]

Dans la littérature

Un dramaturge Kleomenês John Dryden Il a consacré une tragédie, écrite en Avril 1692, intitulé Cléomène, le héros spartiate.

notes

  1. ^ Plutarque, Cleomenes, 2.
  2. ^ A Sparte était en vigueur dyarchie qui a fourni deux rois en charge en même temps, de la famille agiade et une famille de euripontide.
  3. ^ Pozzi, 388.
  4. ^ Plutarque, Agis, 7.
  5. ^ Pomeroy, 87-88.
  6. ^ Plutarque, Agis, 5.
  7. ^ Plutarque, Agis, 11.
  8. ^ Pozzi, 389.
  9. ^ Plutarque, Agis, 13.
  10. ^ Plutarque, Agis, 18-19.
  11. ^ à b Plutarque, Cleomenes, 1.
  12. ^ Pozzi, 390.
  13. ^ à b c et fa g Musti, pag. 726-727.
  14. ^ à b c Plutarque, Cleomenes, 21.
  15. ^ à b c Plutarque, Cleomenes, 3.
  16. ^ à b Plutarque, Cleomenes, 4.
  17. ^ à b c Bears, 53.
  18. ^ à b Polybe, histoires, 2, 51.
  19. ^ à b Plutarque, Cleomenes, 5.
  20. ^ Plutarque, Arato, 36.
  21. ^ Plutarque, Cleomenes, 11.
  22. ^ Plutarque, Cleomenes, 6.
  23. ^ à b Plutarque, Cleomenes, 7.
  24. ^ Pozzi, 392.
  25. ^ Plutarque, Cleomenes, 8.
  26. ^ Plutarque, Cleomenes, 10.
  27. ^ Plutarque, Cleomenes, 10-11.
  28. ^ Plutarque, Cleomenes, 14.
  29. ^ à b Plutarque, Cleomenes, 15-16.
  30. ^ à b lefèvre, pag. 326.
  31. ^ Plutarque, Cleomenes, 18-19.
  32. ^ Plutarque, Cleomenes, 20.
  33. ^ Plutarque, Cleomenes, 22.
  34. ^ à b Plutarque, Cleomenes, 24.
  35. ^ Plutarque, Philopoemen, 5.
  36. ^ Plutarque, Cleomenes, 25.
  37. ^ Plutarque, Cleomenes, 26.
  38. ^ à b Plutarque, Cleomenes, 28.
  39. ^ Pozzi, 393.
  40. ^ Plutarque, Cleomenes, 30-32.
  41. ^ Plutarque, Cleomenes, 27.
  42. ^ Plutarque, Cleomenes, 33.
  43. ^ Plutarque, leomene, 37.
  44. ^ Plutarque, Cleomenes, 38.
  45. ^ Pausanias, périégèse Grèce, 2, 9, 1
  46. ^ Polybe, histoires, De 2,47 à 2,70.
  47. ^ à b Bears, 39.
  48. ^ Plutarque, Arato, 38.
  49. ^ Polybe, 2, 47, 3.
  50. ^ Bears, pag. 23.
  51. ^ Shimron, 147-155.

bibliographie

sources primaires
sources secondaires
  • (FR) William Smith (Eds), Cléomène III, en Dictionnaire de Biographie grecque et romaine et de la mythologie, 1870.
  • Dimanche Paola Orsi, L'alliance Achéens-macédonien: l'étude de Polybe, Edipuglia, 1991 ISBN 88-7228-076-1.
  • Françoise Lefèvre, Histoire du monde grec ancien (traduction par Valeria Zini), Einaudi, 2012, ISBN 88-06-21019-X.
  • Domenico Musti, Histoire grecque: lignes de développement époque mycénienne à l'époque romaine, Laterza, 2006 ISBN 88-420-7514-0.
  • (FR) Sarah B. Pomeroy, les femmes spartiates, Oxford University Press, 2002 ISBN 0-19-513066-9.
  • Ernst Baltrusch, Sparte, Bologne, Il Mulino, 2002, pp. 106-108, ISBN 88-15-08461-4.
  • (FR) B. Shimron, Polybe et les réformes des Cleomenes III, en historia, vol. 13, 1964, pp. 147-155.
  • Francesco Pozzi, Les réformes économiques et sociales et les ambitions tyranniques de Agis IV et III Cléomène, roi de Sparte, en aevum, 42, fasc. 5/6, Septembre-Octobre 1968 pp. 383-402.

Articles connexes

prédécesseur Agiade roi de Sparte successeur
Leonidas II 235-222 BC république
autorités de contrôle VIAF: (FR17614005 · GND: (DE102385173
Wikimedaglia
C'est La qualité vocale.
Il a été reconnu comme tel le 24 Juin 2014 - le aller à la signalisation.
Bien sûr, d'autres sont les bienvenus conseils et les changements qui améliorent encore le travail accompli.

notifications  ·  Critères d'admission  ·  qualité dans d'autres langues Voices