19 708 Pages

Publius Sittius
La Numidie à l'époque romaine

Publius Sittius Nucerinum (Nuceria Alfaterna, ... - Afrique du Nord, 44 BC) Ce fut un militaire et mercenaire romain.

Il a obtenu plusieurs victoires en Afrique du Nord dans le déploiement de Giulio Cesare. Après la réorganisation territoriale de César est devenu gouverneur de Numidie occidentale.

Publius Sittius Nocerino (en italien a également écrit Publius sitio), il était un aventurier, un financier, et la tête d'une armée mercenaire[1] Roman. Sa famille, qui appartient à Sittia Gén Il était à l'origine de Nuceria Alfaterna. Son père avait pris part en faveur des Romains au cours de la guerre Marsi. Sittius local appartenait à l'élite de sa ville. Selon le témoignage de Cicéron (qui prétendait être un ami de son), il était un homme d'affaires talentueux[2].

au cours de la les guerres civiles entre César et Pompée, en 46 a.C.si Il a déménagé à Afrique. Ici, il a réussi, avec le soutien de la Maurétanie, pour vaincre le roi de Numidie occidentale, Massinissa II, engagé aux côtés de Juba cousine. Les Numides et les pompéiens ont été pris entre deux feux, et ont été défaits à la bataille de Thapsus. Le roi Juba suicidé, ainsi que Caton d'Utique, chef du parti pompéien. César a réorganisé les territoires africains: le royaume de Numidie moitié ouest est rattachée au royaume de Maurétanie et la moitié affectée à Sittius (alors que le royaume Numidie orientale est devenu au lieu d'une nouvelle province: l 'Afro-Néo).

Plus d'événements de guerre pendant la lutte triumvirs Marco Antonio, Ottaviano Lepidus contre Assassinat de Jules César encore ils ont affecté la province. Prince numida Arabione, fils du dernier roi de Numidie occidentale éliminé Sittius et a repris le trône au printemps 44 BC.

Les activités de financiers et de mercenaires

Sittius a commencé sa carrière en tant que source de financement[3]. Il semble qu'il était assez prudent quand il est venu à la gestion des sommes importantes (également en ce qui concerne les provinces et royaumes).

en 64 BC il liquider ses affaires en Italie Publio Cornelio Silla neveu Lucio Silla Cornelio, PRIMES ses dettes à Rome, conclure un accord avec le roi de mauritanie[4]. Après son départ, il était soupçonné de sédition en faveur de Publio Cornelio Silla, réfutée que Cicéron dans son le Pro. Les raisons précises et les raisons de son départ ne sont pas claires, cependant, certains auteurs suggèrent l'espoir d'une proscription. selon Sallustio, En fait, P. Sittium Nucerinum Il faisait partie des conspirateurs Catilina, et il était en Mauritanie avec une armée, probablement prêt à tirer parti des promesses de Catilina: Catilina a promis que les dettes seraient effacées, que les riches seraient interdits et que les conspirateurs obtiendraient les postes des magistrats et des prêtres[5].

Après avoir voyagé largement en Espagne et notamment mauritanie, Afrique Sittius a formé une armée de mercenaires composée principalement d'exilés italiens qui lui sont consacrés, la plupart des hommes mécontents ou ruinés par les guerres civiles. Il a mis ses troupes au service des puissants d'Afrique du Nord, une région caractérisée par de nombreux conflits, ne pas hésiter à participer à des ventes aux enchères réelles pour basculer entre le déploiement. Merci à ces stratagèmes mis en place une véritable fortune, et au fil du temps, il a gagné la réputation d'être un bon stratège.

de César

Quand à la fin de 47 BC Giulio Cesare Il est arrivé en Afrique pour lutter contre les derniers partisans Pompey commandé par Metello Scipione, Sittius était le chef d'une bande et une flotte qu'ils avaient décidé de servir César, bien que les deux prétendants ne savaient pas[6].

César avait rassemblé ses troupes à Ruspina (moderne Monastir en Tunisie), Mais il était en difficulté. Sittius une alliance avec le roi de Maurétanie Bocco II, envahi Numidia gouverné par Juba et il a conquis Cirta (aujourd'hui Constantine), Sa capitale ravage la campagne et les villes en difficulté[7]. Juba a été contraint de faire demi-tour pour défendre son royaume, ce qui retarde le temps d'unir leurs forces à celles de Cecilio Metello Scipione contre César.

Après l'atterrissage en Afrique César en personne, Juba a quitté son lieutenant Saburra la tâche de combattre en arrière Bocco et Sittius, et rejoint l'armée de Pompée qui a été battu en Bataille de Thapsus (46 BC). Bien que vaincu, Juba a réussi à échapper aux Romains, mais dans une situation désespérée, il a tué dans un duel d'accord avec le commandant Marco Petreio. Selon les descriptions des historiens (Romains), le caractère de Juba était courageuse, sauvage et apporté à la trahison. La mort de Juba a permis aux Romains d'annexer son royaume. Pendant ce temps, avec une petite troupe Sittius capturé grâce à une embuscade la connexe Pompey Lucio Afranio et Fausto Cornelio Sulla qui avait tenté de se réfugier en Espagne à la tête de 1.500 cavaliers[8]. La flotte de Sittius, stationné à hippopotame, Il a coulé de la même manière les navires de Scipion et d'autres perdants qui essayaient de fuir en Espagne.

africa Nova

après la 46 BC, avec la défaite de Pompéi et le roi Juba travailler César en Bataille de Thapsus, le royaume numide a été incorporé dans la nouvelle province dell 'Afro-Néo,

En contrepartie des services rendus, César accordé Sittius et ses troupes pour mettre la main sur la région nord-ouest de la Numidie. Ce fut le territoire de la ville de Cirta, qu'il avait conquis dans la guerre, et les trois autres: Rusicada, aujourd'hui skikda) Mila et Chullu (cou, aujourd'hui Algérie) Regroupés en Respublica IIII coloniarum Cirtensium[9]. Ce territoire autonome est devenu la province de l'Afrique Nova.

Intéressant que le siècle Cirta est toujours cité par Pline l'Ancien[10] comment Cirta colonie Sittianorum.

Après la mort de César 44 BC, Prince de Numidie Arabione, fils du feu roi de Numidie occidentale Massinissa, revenu d'Espagne, où il avait fui avec un fils de Pompée. alors il a essayé de retrouver son royaume et, après avoir conduit Bocco du trône de son père, a attaqué le territoire contrôlé par Sittius. Il est dans ces circonstances que Sittius Publio a été tué, grâce à un stratagème[11].

Arabione a ensuite pris les parties de Augusto et il allia avec Ottavio T. sixième, déjà lieutenant de César, maintenant gouverneur de l'Afrique Nova, comme le sittiani, la loyauté au déploiement de César[12]. La fidélité de Arabione n'a pas duré longtemps, et bientôt pris parti en faveur de Sesto Pompeo. Pour cette raison, il a été éliminé par Ottavio à Sesto 41 BC.

après Sittius

Si le territoire de Sittius reste pas indépendant après la mort de Giulio Cesare, et est soumis à l'Afrique Nova, colonies de ses mercenaires, conservent toutefois les privilèges accordés à la suite de leurs campagnes. D'après les noms, qui se trouvent sur les épitaphes dans cette région, il semble qu'au moins une partie de mercenaires Sittius sont venus de Campanie, comme leur chef, et l'autre par Espagne. De plus, la nobiliaire Sittius Il devient très courant dans cette partie de l'empire.

notes

  1. ^ En termes modernes, une sorte de capitaine
  2. ^ Cicéron, Pro Sur oratio, 58.
  3. ^ Jean Andreau, Banque et affaires in the world romain, Paris, 2001, p. 102: « Cette personnalité n'a rien à voir avec un banquier de profession, qui est principalement un homme d'affaires qui travaille dans la même ville [...] a pris soin principalement de l'intermédiation entre les grands hommes d'affaires » .
  4. ^ Certains auteurs parlent de faillite plus tard
  5. ^ Sallustio, La conspiration de Catilina, XXI.
  6. ^ Dione Cassi, Histoire de Rome, XLIII, 1-5
  7. ^ (Pseudo-) Giulio Cesare, De bello Africo, XX
  8. ^ (Pseudo-) Giulio Cesare, De bello Africo, XCIV
  9. ^ Jacques Heurgon, "Les origines campaniennes de la Confédération cirtéenne", en Libyca, 5, 1957, pp. 7-27; François Bertrandy, "L'État de P. Sittius et la région de Cirta - Constantine (Algérie) avant J.-C. I er siècle - après I er siècle J.-C.", en Information L'historique, 1990, p. 69-73.
  10. ^ Pline l'Ancien, Naturalis historia, V, 22.
  11. ^ Appien, La guerre civile, IV, 54
  12. ^ Ibid.

bibliographie

Antica

  • Cicero Letter n ° F 05:17 A P. Sittius exilé de Rome (52 B.C.).
  • Dione Cassio, Histoire de Rome, XLII-XLIII.
  • (Pseudo-) César, De Bello Africo, 25, 2; 36, 4; 48, 1; 95, 1-2; 96, 1-2.

contemporain

  • François Bertrandy, L'Etat de Publius Sittius et la Numidie cirtéenne (avant J. I er siècle-C.-après J.-C. I er siècle), Thèse d'État sous la direction de G.-Ch. Picard, Université de Paris IV - Sorbonne, juin 1989.
  • François Bertrandy, L'État de P. Sittius et la région de Cirta - Constantine (Algérie) avant J.-C. I er siècle - après I er siècle J.-C., Information L'historique, 1990, p. 69-73.
fiber_smart_record Activités Wiki:
Aidez-nous à améliorer Wikipedia!
aller