s
19 708 Pages

Auréole
Aureolus.jpg
Auriol Image.
usurpateur romain
au bureau 268
prédécesseur Gallieno
successeur Claudio gothique
Nom complet M. Acilius Auréole
naissance Sirmio, ca. 220
mort Mediolanum, 268

M. Acilius Auréole[1] (Dacia, ... - 268) Ce fut un militaire romain.

Fu stationné commandant de cavalerie Milan au service de Gallieno, arguments à ce dernier dans le trône 267 tandis que l'empereur légitime était engagé dans une campagne contre la Goths.

biographie

A l'origine, il semble que le Dacia,[2] Il a combattu avec un grand courage pour l'empereur armée Gallieno, contre ceux de l'usurpateur naïf en mesia, en 258.[2] Les forces commandées par les troupes étaient Auriol cavalerie. Il pourrait, selon Christol, ayant occupé le poste de commandant EQUITES Augusti singulares.[3][4]

Ce succès a conduit en haute estime avec l'empereur, qui, peu de temps après, lui a confié la défense de 'illyrian (Illiricianos de régénérations de[5]), Contre deux autres usurpateurs qui sont venus de l'Est, Macrien avec ses fils Macrianus Minor et Mirna (Dans le 261), Alors que Gallien était engagé dans la Gaule contre posthume.[2][4][6] Amélioration ajoute qui peut avoir été placé à la tête, dès 260, les nouveaux escadrons de la nouvelle cavalerie reformé récemment par Gallien.[7]

Il semble que, pendant la 267, Gallien, grâce à Auriol[8] (magister equitum[9][10]) Et l'habileté militaire de son magister militum, Claudio (Dux totius Illyrici)[11] Il a combattu avec succès Gaulois armé sécessionniste de posthume,[8] qui il avait préféré associer à une certaine puissance Vittorino, également demander de l'aide à des tribus voisines de germanique Franks.[2][12]

Il a été laissé à Gallien Mediolanum à la tête des cavaliers, chargé de surveiller l'arrivée éventuelle de posthume en Italie.[10] Lui, comme les autres, sous la pression de l'armée qui, au mépris pouvoir Gallieno, pris en 268.[5] Il semble aussi avoir offert son alliance posthume, qui, cependant, il a préféré rester neutre dans le conflit entre le même et Gallien.[13] A les nouvelles que Auréole rassemblait une grande armée pour passer Rome, Gallieno il est retourné à Italie forçant son adversaire à se réfugier dans les murs de Mediolanum (Milan)[9] après l'avoir battu sur la rivière Adda, la bataille de Pontirolo (pons Aureoli).[14]

Alors que le siège était encore en cours, Auriol, qui avait tenté en vain de se réconcilier, d'abord avec Gallien (qui en Septembre 268 a été tué par une conspiration de ses généraux[15]) Et puis avec Marco Aurelio Claudio, le nouvel empereur, a été tué fin 268 par ses propres officiers.[16][17] Selon d'autres a été mis à mort par Aureliano, contre l'avis du même Claudius.[18]

notes

  1. ^ William Smith, Dictionnaire de Biographie grecque et romaine et Mythologie, 1, Boston: Little, Brown and Company, Vol.1 p. 443
  2. ^ à b c Zonara, La quintessence des histoires, XII, 24.
  3. ^ 1998 christol, p. 121.
  4. ^ à b amélioré en 2013, p. 9.
  5. ^ à b Augusta historia, triginta tyranni, 11.1.
  6. ^ Augusta historia, triginta tyranni, 11.2.
  7. ^ amélioré en 2013, p. 10.
  8. ^ à b Augusta historia, triginta tyranni, 11.3.
  9. ^ à b Zonara, La quintessence des histoires, XII, 25.
  10. ^ à b Zosime, I.40.1.
  11. ^ Augusta historia, divus Claudius, 15.2.
  12. ^ Augusta historia, duo Gallieni, 7.1.
  13. ^ Watson 1999, pp. 40-41.
  14. ^ Augusta historia, triginta tyranni, 11.4.
  15. ^ Watson 1999, p. 41. Parmi les généraux qui ont participé directement, ou au moins qu'ils ont accepté de faire dans l'assassiner de Gallien, il semble qu'il y avait en plus Aureliano, Claudio et préfet du prétoire Aurelio Eracliano, Marciano également que les opérations contre les Goths avait été confiée.
  16. ^ Zonara, La quintessence des histoires, XII, 26.
  17. ^ Augusta historia, divus Claudius, 5.1-3.
  18. ^ Augusta historia, divus Aurelianus, 16.2.

bibliographie

sources primaires
historiographie moderne
  • (FR) Averil Cameron, L'Empire romain tardif, Bologne, Il Mulino, 1995 ISBN 88-15-04887-1.
  • Jean-Michel Carrié, Les armées et les stratégies, en Histoire des Grecs et des Romains, Vol XVIII.: La Rome de l'Antiquité tardive, pour une pré-histoire de l'idée européenne, Milano, 2008.
  • M. Christol, Auréole et l'Histoire Auguste, en Historiae Augustae Colloque Argentoratense, Bari, 1998.
  • John F. Drinkwater, L'Empire des Gaules. Séparatisme et continuité dans les provinces du Nord-Ouest de l'Empire romain après Jésus-Christ 260-274, Stuttgart, Franz Steiner Verlag Wiesbaden, 1987 ISBN 3-515-04806-5.
  • (ES) Julio Rodríguez González, Historia de las Legiones Romanas, Madrid, Ediciones Almena, 2003 ISBN 84-96170-02-0.
  • Michael Grant, Les empereurs romains: l'histoire et les secrets, Roma, Newton Compton, 1984 ISBN 88-541-0202-4.
  • Yann Le Bohec, L'armée romaine. D'Auguste à la fin du IIIe siècle, Roma, Carocci, 2001 ISBN 88-430-1783-7.
  • Santo Mazzarino, L'Empire romain, Roma-Bari, Laterza, 1973 OCLC 817979.
  • Guido Migliorati, Chap. I, Auréole à Rhaetia en 268 D.C.:. Un ducum dux, en histoire militaire problèmes du troisième siècle après Jésus-Christ, Milano, 2013 ISBN 9788867800551.
  • J.Morris, John, et. al., La prosopographie du Bas-Empire, Cambridge University Press, 1992, ISBN 0-521-07233-6, p. 209.
  • Roger Remondon, Agostino Pastorino, La crise de l'Empire romain, Marc-Aurèle à Anastase, Milan, Murcia, 1975.
  • (FR) Christopher Scarre, Chronique des empereurs romains, New York, Tamise Hudson, 1999 ISBN 0-500-05077-5.
  • Marina Silvestrini, La puissance impériale de Severo Alessandro Aureliano, dans Arnaldo Momigliano Aldo Schiavone (ed) Einaudi Histoire des Grecs et des Romains, vol. 18, Torino, Giulio Einaudi Editore pour Il Sole 24 Ore 2008.
  • (FR) Richard Weigel, Valériane (253-260 apr. J.-C.) et Gallien (253-268 apr. J.-C.), sur Imperatoribus De Romanis. Récupéré le 30 Novembre, 2012.
  • (FR) Pat Southern, L'Empire romain: de Sévère à Constantine, Londres New York, Routledge, 2001 ISBN 0-415-23944-3.
  • Ronald Syme, Ammien et l'Histoire Auguste, Oxford, Clarendon Press, 1968.
  • (FR) Ronald Syme, Historia Papers Augusta, Oxford, Clarendon Press, 1983 ISBN 0-19-814853-4.
  • (FR) Alaric Watson, Aurelian et le troisième siècle, Londres New York, Psychology Press, 1999 ISBN 0-415-30187-4.

Activité wiki récente

Aidez-nous à améliorer BooWiki
Commencez