s
19 708 Pages

Domenico Turitto
25 mai 1847-1 Mars 1896
né en Cassano delle Murge
mort en Adua
Les causes de décès tué en action
données militaires
pays servi Italie Italie
Forces armées Armée royale
corps Corps royal des troupes coloniales de l'Érythrée
spécialités infanterie
Années de service 1866-1896
degré Majeur
Wars Troisième Guerre d'Indépendance
Guerre de l'Erythrée
guerre Mahdi
guerre d'Abyssinie
campagnes Campagne italienne contre les derviches
batailles Bataille de Kassala
Bataille d'Adoua
commandant indigène IV bataillon d'infanterie
Le bataillon d'infanterie indigène
décorations voir ici
Des études militaires Académie royale militaire de Modena
[citation nécessaire]
entrées militaires sur Wikipédia

Domenico Turitto (Cassano delle Murge, 25 mai 1847 - Adua, 1 mars 1896) Ce fut un militaire italien, attribué à Corps royal des troupes coloniales de l'Érythrée. Il a participé à la Guerre de l'Erythrée prendre part à l'occupation de Kassala Le chef de la bataillon infanterie indigène, distingué comme suit combat contre derviches. au cours de la guerre d'Abyssinie combats au cours de Bataille d'Adoua avec son département, affecté à l'avant-garde indigène Brigade sous les ordres de major général Matteo Albertone. Décoré avec un médaille d'argent et Médaille de bronze de la vaillance militaire, et avec la Croix de chevalier de l'Ordre des Saints Maurice et Lazare.

biographie

Il est né à Cassano delle Murge,[N 1] puis une partie de Royaume des Deux-Siciles, 25 mai 1847, fils de 'avocat Sante et Antonia Recchia. Après avoir terminé le lycée, il est enrôlé dans Armée royale entrant dans la Académie royale militaire de Modena dont il est sorti avec le degré de lieutenant le 17 Juin 1866, à temps pour participer à la Troisième Guerre d'Indépendance, mais il a été envoyé en service 60e régiment d'infanterie « Calabre » stationnée à Naples où il a participé aux opérations de répression des émeutes qui ont éclaté au sein de la population civile en cette année-là.

Il a suivi son régiment quand il a été envoyé à la garnison turin, être promu lieutenant en 1873 et capitaine en 1882, puis l'assistant Armée War College. Transféré au 37e régiment infanterie sur 1885[1] Il a pris part à l'expédition menée par colonel Tancredi Saletta qui a finalement conduit à l'occupation de Massawa.[1] Resté à Cologne, le 3 Mars 1886 Il a reçu une mention honorable, puis transformé en Médaille de bronze de la vaillance militaire. De retour en Italie, il est allé servir à nouveau dans le 37e régiment d'infanterie, devenant plus tard aide général Carlo Genè.

Le 2 Novembre 1887 a navigué de nouveau à l'Afrique de l'Est à la suite de l'expédition dirigée par le général Alessandro Asinari San Marzano,[2] destiné à la servir bataillon autonome Chasseurs d'Afrique,[N 2][3] en passant 1888 Les indigènes du régiment d'infanterie. en 1889 Il a pris le commandement du quatrième bataillon de all'accupazione participants autochtones 'Asmara dirigé par le général Antonio Baldissera en Août, et il revient dans son pays le 25 Décembre 1890 pour servir comme aide-de-camp 5e Régiment de brigade Infanterie « Aoste ». Il est retourné en érythrée vers la fin de 1892, en supposant que le commandement du bataillon indigène I,[4] et il a été promu plus grand sur 1893. Le 17 Juillet[5] l'année suivante, il a participé à l'occupation de la ville soudanais de Kassala,[6] Il est décerné Croix de chevalier de l'Ordre des Saints Maurice et Lazare pour le service distingué dans combat[7] contre derviches.[5]

le général Oreste Baratieri[8] Il est resté à Kassala jusqu'au 23 Juillet avec la majeure partie des troupes en donnant en même temps les mesures nécessaires pour un emploi stable. Il est parti jusqu'au 29 général Arimondi[9] avec un bataillon à la tâche d'aider l'aîné Turitto dans la construction du fort,[10] et une fois qu'il a terminé la dernière réalisation s'y sont installés avec 4 entreprises, les bandes de Sabderat, Ad Omar et à l'article artillerie avec deux pièces sur la montagne, pour un total de 1.000 hommes.[10]

Domenico Turitto
Les principaux mouvements des grandes unités italiennes au cours de la bataille d'Adoua

Il était stationné dans cette ville jusqu'au début de la guerre d'Abyssinie. A la veille de Bataille d'Adoua son bataillon a été mis à l'avant-garde de la brigade autochtone du général Matteo Albertone.[11] et envoyé par le général d'occuper une colline dans la direction Adua. A l'aube du département a été ici attaqué par une armée éthiopienne colonne marchante, en commençant ainsi la bataille.[4] Au lieu de retraite à la majeure partie de la brigade, il a préféré prendre la lutte pour donner le temps à la schiersi Alberton générale en position défensive.[4] Engagé pendant plusieurs heures de combat contre l'armée négus Ménélik II, Il a été tué dans l'attaque éthiopien, 1er mars 1896, et il a reçu le Médaille d'argent de la vaillance militaire à la mémoire. Son corps n'a jamais été retrouvé. Depuis lors, le premier bataillon autochtones Erythréens a été fait à son nom, jusqu'à sa dissolution en Juillet 1941.[12]

Une rue de sa ville natale porte en son nom, ainsi qu'un Bari.

honneurs

médaille' src= Médaille d'argent de la vaillance militaire
"Commandant du bataillon d'avant-garde de la Brigade indigène a prétendu être que le premier choc des masses ennemies, expliquant les spécimens d'énergie et de courage. Il a laissé sa vie sur le terrain.»
Médaille de bronze pour bravoure - pour ruban uniforme ordinaire Médaille de bronze de la vaillance militaire
chevalier de' src= Chevalier de l'Ordre des Saints Maurice et Lazare
"Pour l'habileté et de l'énergie a expliqué lors de combats, et le courrier de la persévérance à tâtons pour atteindre la fuite de l'ennemi.»

notes

remarques

  1. ^ Le pays se trouve dans le courant province de Bari.
  2. ^ Aussi appelé Bataillon « Morandi » du nom de son commandant.

sources

bibliographie

  • Emilio Bellavita, La bataille d'Adoua, Rome, Gherardo Casini Editore, 1930.
  • Salvatore Caponio, Le Domenico Maggiore Turitto. La vie et les exploits d'un « soldat de l'Italie » pendant la Première Guerre de l'Afrique, P. Lacaita, 2006 ISBN 978-8-88950-651-6.
  • (FR) Anthony D'Avray, Richard Pankhurst, Les documents Nakfa: Les Dépêches, mémoires, de rapports et de la correspondance et explaning décrivant les histoires des sociétés féodales de la mer Rouge Littorial des guerres entre chrétiens et musulmans du XVIe siècle à la Extablishment 1885-1901 de la colonie italienne de l'Erythrée, Wiesbaden, Harrasowitz Verlag, 2006 ISBN 3-44704-198-6.
  • Angelo Del Boca, Les Italiens en Afrique de l'Est. Vol. 1: de l'unité de marcher sur Rome, Bari, Laterza, 1976.
  • Sean McLachlan, Les armées de la campagne Adoua, Botley, Osprey Publishing Company, 2011 ISBN 978-1-84908-458-1.

Articles connexes