s
19 708 Pages

Remarque disambigua.svg homonymie - Si vous êtes à la recherche pour le type de bière, voir Lager (bière).
bière blonde
La localisation des principaux camps de concentration nazis en Europe

bière blonde est un mot allemand qui signifie que le camps de concentration[1] (En allemand: Konzentrationslager, raccourcie KL ou KZ[2]), Le camps de la mort[3] (En allemand: Vernichtungslager) Et la camps de travaux forcés[4] (En allemand: Arbeitslager), Commandée par Adolf Hitler et utilisé par gestapo; la loi dit Endiguer et rééduquer, mais le nazis en fait, ils les ont fait pour la répression des opposants politiques (communistes, sociaux-démocrates, objecteurs de conscience) De 1933 et de Schutzstaffel dans la campagne antisémite, de pogrom de Kristallnacht[5] les 9 et 10 Novembre 1938 en Allemagne, Autriche et Tchécoslovaquie et ils ont ensuite été utilisés pour la détention, pour peine de mort et exterminer les Juifs et d'autres catégories de indésirable (gitans[6], les homosexuels[7], Personnes apatrides, Les Témoins de Jéhovah et d'autres minorités), marquées avec des étiquettes de couleur[8],[9].

le terme bière blonde[10] en allemand signifie les « champ » et « stock »[11], puis il a choisi ce mot pour signifier que ce fut un lieu (par analogie au goulag soviétique) où d'exercer une surveillance stricte d'un nombre considérable d'individus, appelés « pièces ».

Les gardiens de la bière blonde ont été les SS-fanées (SS-Totenkopfverbände), Assistée par kapo et Sonderkommando.

bière blonde
Auschwitz, 1944 reconnaissance photo aérienne de la Royal Air Force. Vous pouvez voir la fumée du crématoire.
bière blonde
Classement des prisonniers Mark

Le gouvernement allemand 1933-1945, il a construit 20 000 lager[1]. Les camps de concentration les plus connus[12] de Allemagne, Autriche, Pologne, Ils étaient ceux de Auschwitz, Buchenwald, Birkenau, Dachau, Mauthausen[13],[14],[15]. la bière blonde en Italie, recherché par Benito Mussolini[16], ont été les Ferramonti, la Rice Mill de San Sabba, la camp Fossoli[17],[18] et d'autres à Bolzano[19],[20], à Borgo San Dalmazzo[21], à Grosseto[22], dans les Pouilles[23].

Les victimes des camps de concentration dans les différents états (Allemagne, Autriche, Pologne, Italie, France ...) Se sont élevées à environ 11 millions de personnes sont mortes, dont 6 millions de religion juive (5.919.482 est le nombre de Juifs qui est obtenu en ajoutant les grandes et petites victimes de champs) 1933-1945[24].

Le modèle de bière blonde allemande

Les camps ont été établis presque dès le moment où les nazis sont arrivés au pouvoir. Dachau, le premier, a été créé par Heinrich Himmler[25] 20 mars 1933, comme un lieu où concentrer et détenir les communistes, les sociaux-démocrates et d'autres prétendus « ennemis politiques allemands »[26]. Ces « ennemis » ont été arrêtés en grand nombre après le décret d'urgence de « détention préventive » délivré le 28 Février. Dachau, après une première phase de visionnaire brutalité par l'administration de la SS et précisément à cause de cela, est devenu le camp de concentration de modèle, sur lequel construire le reste.

Hitler a donné la lager le statut de « unités administratives juridiquement indépendantes du régénérés code pénal et la procédure judiciaire commune ». Depuis les catégories milieu de la trentaine de détenus ont été étendus pour inclure les personnes considérées "criminels habituels""des éléments anti-sociaux« (prostituées, mendiants, gitans, alcooliques, Violateurs des lois, psychopathes), "les homosexuels""Les Témoins de Jéhovah« Et »Juifs« (Ce dernier surtout après la pogrom de Kristallnacht novembre 9/10 1938).

La théorie juridique et lager sociale, qui a été formulée en 1936, avait une teinte distincte « biologique et thérapeutique ». Werner meilleur, conseiller juridique Himmler, Il a identifié le « principe politique du totalitarisme » par « principe idéologique de la communauté nationale organique indivisible » et a déclaré que « toute tentative de fournir un accusé de réception des idées politiques différentes ou même pour les soutenir, sera coupée de la manière la plus impitoyable, comme un symptôme d'un maladie menaçant l'organisme national sain unité indivisible "[27].

Ainsi, il a commencé le 'euthanasie de handicapé, dire programme T4[28][29], un Schloss Hartheim[30] Interne aux lagers, qui est flanquée par le fameux « traitement spécial » et l ' « opération 14F13 »[31].

En Italie, l'extermination des personnes handicapées a commencé dans les asiles de Venise[32], 11 Octobre, 1944.

Le processus d'assassiner de masse administrative

bière blonde
Un camion plein de corps des prisonniers des nazis dans le camp de concentration de Buchenwald à Weimar, en Allemagne. Les corps étaient sur le point d'être éliminés par combustion, lorsque le camp a été capturé par les troupes américaines 3e Armée, le 14 avril 1945.

Le assassiner en masse a été gérée par 'Central Bureau économique et administratif de la SS, SS-Wirtschafts und Verwaltungshauptamt, abrégé WVHA. WVHA ainsi que face à la gestion des finances, des fournitures et de l'équipement de la SS, a également dirigé un certain nombre d'industries et d'activités artisanales qui ont eu lieu directement par ce Schutzstaffel. Coordonner la meilleure exploitation[33] du travail forcé enfermé dans la bière blonde, WVHA avait charge également la supervision de l'ensemble du système de camp de concentration allemand (à travers 'Amtsgruppe D). Il est direct, il a été fondée en 1942 jusqu'à la fin de conflit, dall 'SS-Obergruppenführer Oswald Pohl[34].

Les méthodes d'extermination ont évolué au fil du temps: au début prévalut tir, puis utilisé le chambres à gaz mobiles montés sur des camions, qui utilise les gaz d'échappement du milieu sous forme de gaz létale, puis passer à grandes chambres à gaz stationnaires. [35]

La destruction physique et morale des opposants III Reich (Y compris parmi eux aussi Juifs), Dont le « crime » était généralement appartenant à un groupe détestée le régime, est présenté comme un processus conduit pour les étapes ultérieures et progressives, au moyen d'une législation adéquate[36]. Ce processus, qui a nécessité une machine administrative large et efficace, développé selon un modèle définissable, mais qui ne correspondait pas à un plan prédéfini, selon les études de Raul Hilberg. Hilberg Le schéma est le suivant:

  1. définition du sujet à détruire[37] psychophysique[38]. Cette définition apporte l'expulsion psychologique du même sujet par l'Allemand aryen civils et militaires[39],[40];
  2. l'expropriation des actifs du sujet à détruire[41]. Cette opération est évidemment bénéfique pour l'économie du Reich, mais qui vise aussi le processus d'isolement du sujet; il est arrivé en Italie depuis 1938[42];
  3. dans les camps de concentration[43], afin de déshumaniser et rendre ainsi la destruction physique et mentale de l'individu amoral. La psychologie joue ici un rôle crucial: l'objectif principal était de rendre tolérable l'extermination dans les yeux du spectateur et le peuple du soldat qui a tué[44].

Le travail forcé ont été menées par quelques jeunes officiers SS, rejoints par un grand nombre de troupes auxiliaires formées par des étrangers et des détenus de la première date (kapo)[45], généralement des criminels habituels et les prisonniers politiques et Sonderkommando Les groupes spéciaux qui étaient d'origine juive, l'obligation de coopérer; sonderkommandos tâche principale a été la suppression des corps des chambres à gaz et l'incinération subséquente des morts étouffés.

Le processus de destruction est divisée en deux périodes: le premier pour les années 1933 un 1940, les années où, qui est l'objectif proposé était de « rééduquer » les gens qui se sont opposés au régime, effraient ceux qui avaient l'intention de se rebeller en quelque sorte et « invitent » la Juifs d'émigrer ailleurs; la deuxième période comprend les années 1941 un 1945, années où la meilleure solution retenue à la source était celle de l'extermination systématique de tous ou civile défavorable unique, prétend être, et au régime de tous les Juifs. Le SS est allé à la maison de ' « indigne » et a exigé une rançon pour éviter l'arrestation immédiate si cela a été payé, la SS laisse dans une semaine, pour donner le temps de la « indésirable » à partir. Après une semaine, le SS retourné et si encore trouvé quelqu'un, cette fois arrêté et envoyé dans un camp de transit, dont alors les personnes arrêtées ont été engagées, sans procès, dans un camp de travail forcé ou d'un camp de la mort . La maison appartenant à l'arrêté a été vendu aux enchères et l'argent de la vente ont été confisqués par les SS.

Pour arriver à la vraie mort était donc nécessaire de prendre un chemin qui conduirait du monde du droit public à celui des opérations secrètes.

L'extermination, en fait, a été rendue possible par la fusion de quatre hiérarchies distinctes:

  • ministre de la bureaucratie, à savoir l'application principale de l'agent et des mesures anti-juives anticommunistes; Ces fonctionnaires, rédaction des décrets et règlements, définir la notion de « Juifs »[46] et les opposants politiques, ainsi que la « vie indigne »; organisé l'expropriation de la propriété, ils ont entrepris la concentration des communautés juives de Allemagne en ghettos.
  • Hiérarchie des forces armées. L 'Office central de sécurité du Reich Il était l'un des exécuteurs principaux de 'holocauste. Le ministère des Affaires étrangères a négocié avec les différents États axe la déportation les Juifs vers les centres d'extermination; l'administration des chemins de fer a pris en charge leur transport[47]; la police ont été largement utilisés dans les opérations d'abattage; l 'armée Il concentre principalement sur les massacres dans les territoires occupés et la bonne volonté des Juifs aux camps de la mort.
  • hiérarchie économie. Les ministères de l'industrie et de la finance ont joué un rôle important dans l'expropriation, le système de travail forcé et le fonctionnement de chambres à gaz.
  • le parti, qui il a pris en charge toutes les questions « sensibles » qui concernaient les relations entre les Allemands et les Juifs, et entre les Allemands et combien ont été répertoriés comme subversive.

La fonction de lager dans une analyse de la structure totalitaire de Hannah Arendt

Une analyse en profondeur de lager est assurée par Hannah Arendt dans son travail "Les origines du Totalitarisme"[48]. Dans ce Arendt elle écrit que les camps sont utilisés pour le régime totalitaire comme les tests de laboratoire, afin de vérifier sa demande de domination sur la personne humaine en général. La domination totale, même la population allemande en général, vise à effacer l'individualité de la personne, qui doit aller à mettre en place une masse corporelle unique et anonyme. La constitution de l'individualité et la diversité infinie de l'individu dans la masse est seulement possible si chaque personne est réduite à une identité immuable des réactions communes, de sorte que chacun de ces faisceaux de réactions peuvent être échangées avec les autres.

Les camps servent non seulement à exterminer et à dégrader les individus, de faire l'expérience terrible d'éliminer, dans des conditions scientifiquement contrôlées et contrôlables, la spontanéité elle-même comme une expression du comportement humain et de transformer l'homme en question[49].

Les camps ne sont pas seulement « la société la plus totalitaire jamais créé, » l'idéal social qui guide le pouvoir totalitaire. Comme la stabilité du système dépend de l'isolement de l'extérieur de son monde fictif, de sorte que l'expérience de domaine total lager, exige que ceux-ci sont scellés hermétiquement aux yeux du monde de tous les autres, du monde vivant libre en général[50]. Ainsi, le sort de la règle totalitaire sont liés à l'existence des camps de concentration, parce que ce sont la véritable institution centrale du pouvoir totalitaire. Pourtant, dans l'histoire il y a eu presque toujours des guerres d'agression; le massacre des populations ennemies après la victoire a continué sans relâche jusqu'à ce qu'il soit un peu retenu par les Romains "parcere subiectis« (Pour enregistrer), pendant des siècles l'extermination des peuples autochtones est allée de pair avec la colonisation des Amériques, des 'Australie et dell 'Afrique; la esclavage Il est l'une des plus anciennes institutions contre l'humanité et tous les anciens empires étaient basés sur le travail des esclaves appartenant à l'Etat qui a érigé leurs bâtiments publics. Même les camps sont un original d'invention, car ils sont apparus pour la première fois au cours de la guerre des Boers, au début du siècle, et a continué à être utilisé dans Afrique du Sud comme dans Inde pour « éléments indésirables. »

Ces champs correspondent à bien des égards à ceux du régime totalitaire; ils ont salué la « suspicion » qu'ils ne pouvaient pas condamner un processus normal manque le crime.

selon Emilio Gentile, La thèse de Hannah Arendt sur les origines du totalitarisme, ne convainc pas parce que le savant allemand un régime ne pouvait être défini sans la terreur et le dictateur totalitaire esprit criminel[51].

Dépersonnalisation, Assassiner et administrative de masse Extermination

Quel sens peut prendre le concept de "assassiner« Quand nous avoir à parler d'un la production de masse de cadavres?

Un homme peut être tué et détruit l'âme, sans être nécessairement physiquement tué "la chose vraiment à comprendre est que la « âme » peut aussi être détruite sans détruire l'homme physique, que l'humanité, le caractère et l'individualité semble dans certaines circonstances, apparaissent seulement dans la vitesse ou la lenteur avec laquelle se désintégrer[52]. Le résultat final est en tout cas se compose d'hommes sans âme, les hommes qui ne peuvent plus être psychologiquement ENTENDU, et dont le retour au monde humain psychologiquement ou autrement intelligible ressemble étroitement à la résurrection de Lazare».

À cet égard, il peut être considéré comme représentatif du concept "Nebel und Nacht« (Sous le couvert de la nuit et le brouillard)[53] sous le nom de nazis, avec la précision et la rigueur qui les caractérisait jusqu'à la fin, ils ont utilisé pour enregistrer leurs activités dans les camps. La radicalité des mesures visant à traiter les hommes comme si elles ont jamais existé, les faisant disparaître dans le sens littéral du mot, est souvent perçue au premier abord, parce que le système nazi, ainsi que Staline, n'est pas uniforme, mais se compose d'un nombre de catégories dans lesquelles les gens sont traités différemment.

Dans le cas de lager en particulier, la séparation des catégories était interne au même domaine, mais sans jamais entrer en contact les uns avec les autres; souvent la séparation entre les prisonniers était isolement plus stricte du monde extérieur.

Extermination et anonimico administrative de masse anonyme

La véritable horreur des camps de concentration et d'extermination est que les détenus, même si par hasard ils parviennent à rester en vie, ils sont coupés du monde des vivants plus efficacement que si elles étaient mortes parce que la terreur impose l'oubli[54]. Ici assassiner est impersonnel comme l'écrasement d'un moustique. Il y a donc des parallèles avec la vie dans les camps de concentration. L'horreur que les résultats ne peuvent jamais être pleinement perçus par l'imagination humaine, parce qu'elle reste en dehors de la vie et la mort. Il ne peut jamais être décrit en détail, parce que le survivant de nouveau au monde vivant qui l'empêche de pleinement croire à ses expériences passées. Il qui tue physiquement, alors, devient seule pièce d'équipement[50].

la SS qui régnaient dans les camps, les soldats du bataillon 101, ils se perdaient leur propre personnalité pour devenir de véritables mécanismes anonymes et anonimici un engrenage très grand nombre d'entre eux. D'où la crainte, parfois dénoncé lors d'essais, de désobéir; par conséquent "J'obéis aux ordres que j'obligé« Par conséquent »si je ne l'avais pas fait, il aurait encore fait une autre et je serait probablement mort avec mes proches« Par conséquent, peut-être, l'incapacité de voir un petit quelque chose de soi: aucun mécanisme fonctionne sans tous les engrenages fonctionnent parfaitement et, peut-être, il peut ne pas fonctionner parfaitement que des engrenages, si vous ne voulez pas être tel autre.. question est la relation entre la conscience, la responsabilité et la culpabilité avant que l'image enfer nazi[55].

Fonctionnalité ou disfonctionnement économique de bière blonde

bière blonde
Les travailleurs des esclaves hébreux le camp de concentration de Buchenwald. La septième personne à partir de la gauche de la deuxième rangée Elie Wiesel, Nobel de la paix en 1986.

La force économique de la SS était essentiellement basée sur la main-d'œuvre des camps de concentration.

Un élément controversé parmi les chercheurs, est le disfonctionnement économique de bière blonde. En fait, si nous prenons tout manuel Histoire de l'Allemagne et essayer de comprendre les raisons économiques qui pourraient pousser la Reich la construction des camps, nous voyons sans trop de difficulté que la déportation était un vrai affaires. Les industries les plus célèbres (de I.G. Farben[56], un OSRAM[57], un Bayer[58]; Bayer, dont l'usine en ont été forcés de travailler des centaines de déportés, a produit le gaz mortel Zyklon B, utilisé pour l'extermination de millions de Juifs dans les chambres à gaz; un Messerschmitt (société)[59], le même organisation Todt[60] pour ne citer que quelques-uns), ils ont attiré un profit considérable de la déportation. Les usines privées, qui représentaient la plupart des « acheteurs » des déportés, payés généralement trois à Warden marques quotidiennes pour une journée de travail de douze heures. Cet argent, une somme dérisoire par rapport à l'argent qu'ils auraient à débourser pour un travailleur civil, ne sont pas payés aux déportés, comme cela semble évident, mais la SS.

Considérant qu'une femme a été déporté au coût quotidien pour Reich à peu près une marque et 22 cents, tandis qu'un homme expulsé coût d'un marco et 34 cents, les comptes sont faciles à obtenir. Le bénéfice moyen pour chaque homme par jour déportés vers le Reich est environ deux marques et 16 cents, tandis que le bénéfice par les femmes déportées est environ deux marques et 28 cents.

Ne pas oublier que les entreprises d'État (telles que Luftwaffe[61], même Todt, l'armée, les armes, l'organisation Speer, etc.), bien sûr, avait tout à gagner sur un travail gratuit[62].

Hannah Arendt, contrairement à ce qui vient d'être signalé, il fait valoir que les camps de concentration comme une institution n'a pas été créée en vue d'une performance de production possible, étant donné que leur seule fonction économique permanente était de financer l'appareil de surveillance; puis, en ce qui concerne l'économie, ils existent principalement pour eux-mêmes. Le Arendt estime donc que ces camps sont autonomes, mais pas rentable. Tout travail effectué à l'intérieur des camps, explique Arendt, il aurait pu faire mieux et à moindre coût dans des conditions différentes. Le Arendt confirme sa thèse, conduit à témoigner Bettelheim, qui soutient que "une grande partie du travail imposé dans les camps était inutile ou superflu, ou si mal conçu qui devait être fait deux ou trois fois. En particulier, les nouveaux prisonniers ont été obligés d'accomplir des tâches absurdes ... Ils se sentaient dégradés ... et même préféré un travail plus lourd quand ils ont produit quelque chose d'utile».

Le Arendt soutient que la futilité du travail forcé, également dans le système stalinien, a été porté à l'extrême, l'extérieur anti-quand au milieu de la guerre, en dépit de la rareté des matériaux de construction et du matériel roulant, construit des usines d'extermination énormes et coûteuses transportant des millions de personnes avant et en arrière.

Probablement, à un niveau potentiel du budget, il a été structuré de façon efficace et apparemment indestructible, mais à un niveau de courant qui échoue après quelques années (trop en fait, si l'on considère le nombre de personnes innocentes qui ont dû payer de sa vie physique et / ou mentale). Donc, en conclusion, je dirais que nous pouvons résumer en une thèse et antithèse synthèse faisant valoir que ceux qui ont conçu le pouvoir n'ont pas été suivis de près par les hommes communs qui étaient censés réaliser l'idée d'une extermination physique rentable.

Ainsi, les détenus ont sans aucun doute, au moins dans de nombreux cas (ceux-ci, à savoir, où le fuhrerlager n'a pas agi différemment du plan initial) a contribué à maintenir le Reich, puis, le paradoxe des paradoxes, la même guerre et de l'idéologie qui les avait réduits en esclavage et de l'individualité privée.

Destruction du sujet du droit

bière blonde
Les détenus souffrant de famine, en Ebensee Concentration Camp, 7 mai 1945 Ebensee[63] Il était un sous-champ du champ principal Mauthausen, libéré de la 80e Division.

Une autre question clé est celle qui concerne la destruction de l'entité qui est dans l'homme[64]. La destruction de droits de l'homme Il est considéré comme la première étape vers la domination totale.

En fait, la seule chose impossible est ce qui a fait des conceptions traditionnelles de supportables punition: le dernier jugement, l 'idée d'un principe absolu de la justice, associée aux possibilités infinies de grâce. Parce que là-bas l'estimation humaine crime ou péché qui est à la hauteur des peines éternel dell 'enfer. D'où la perturbation du sens commun, qui demande: qu'est-ce que commettait ces gens d'avoir à souffrir si inhumaine? D'où aussi l'innocence absolue des victimes: aucun homme n'a jamais mérité un tel traitement, et il y a absence d'accusations criminelles. D'où enfin le caractère aléatoire grotesque du choix des détenus des camps de concentration dans l'état parfait de la terreur et de l'injustice, ce qui pourrait être infligée à quiconque.

Mélange des délinquants avec les non-délinquants

Un ensemble de considérations concerne les conséquences résultant du mélange des criminels communs avec d'autres catégories de détenus.

Chaque prisonnier lui avait confié une tâche par SS. Parmi les tâches assignées, il y avait des particuliers, mais non exclusive, les criminels de droit commun « internés »; ce sont les accusations de « blokowy », "kapo"Et" Oberkapo ».

Mettre ensemble les criminels de droit commun avec d'autres catégories de détenus montre des preuves de refroidissement que celui-ci est tombé au niveau le plus bas de la société, et, plus tard, vous avez toutes les raisons d'envier le voleur ou le plus sinistre meurtrière, que au moins il est puni pour un crime qu'il a commis. Pour mettre les criminels dans un poste de direction n'est pas tant l'affinité entre eux et le personnel de surveillance, comme le fait que seul leur internement est liée à une activité particulière: ils savent au moins pourquoi vous êtes dans un camp de concentration et ensuite conservé un reste de leur statut juridique. Pour les politiciens internées ce n'est subjectivement vrai: leurs actions - et donc leur peine - ne sont pas normalement fournis par le système juridique régulier du pays ou légalement défini.

le même Bettelheim décrit, à cet égard, la estimation auto manifesté par criminels de droit commun par rapport à ceux qui avaient rien fait pour être arrêté (avant tout arrondi). Ceux-ci étaient moins capables de résister au choc initial et le premier à céder à la désintégration de la personnalité[65]. Bettelheim attribue ce fait à leur origine bourgeoise ou petite bourgeoise.

Personnalité de mort

L'étape suivante dans la préparation des cadavres vivants a été le meurtre de la personnalité morale. Ceci a été réalisé en empêchant, pour la première fois dans l'histoire, le martyre, le témoin. Bettelheim se demander prouve "combien de personnes dans le camp croient encore qu'une protestation a une signification historique? Ce scepticisme est le vrai chef-d'œuvre SS. Leur grand accomplissement. Ils ont corrompu toute solidarité humaine. Ici, la nuit est tombée sur l'avenir. Quand il n'y a pas de témoins, il ne peut plus être témoin. Démontrer que la mort ne peut plus être reportée est une tentative de donner la mort d'un sens, d'agir au-delà de leur propre mort. Pour réussir un geste doit avoir une signification sociale. Il y a des centaines de milliers d'entre nous, tous ceux qui vivent dans la solitude absolue. Voilà pourquoi nous sommes sujet, peu importe ce qui se passera».

Le camp et l'assassiner des opposants politiques ne constituaient qu'une partie de l'oubli a jugé que, en plus de frapper les outils publics comme la parole et de la presse, les familles élargies et les amis des victimes. Le monde occidental, même dans ses périodes les plus sombres, avait jusque-là accordé à l'ennemi tué le droit de se rappeler que la reconnaissance claire que nous sommes tous les hommes (et seuls les hommes). Faire même la mort anonyme (avec l'impossibilité de déterminer si un prisonnier était vivant ou décédé), la bière blonde du sens dépouillé de son à la fin d'une vie complète. D'une certaine manière, ils ont pris la mort d'une personne, montrant qu'à partir de ce moment, ne lui appartenait plus et il n'appartenait à tout le monde. La mort ne fit que sceller le fait que cette personne n'a pas été vraiment jamais existé.

Dans cette attaque contre la personnalité morale qu'il pouvait encore opposer la conscience de l'homme, qui lui a rappelé qu'il valait mieux mourir comme une victime plutôt que de vivre comme un assassinat de bureaucrate. La terreur totalitaire a donné son triomphe le plus terrible quand il a réussi à empêcher la personnalité morale est un moyen de sortie individualiste, la prise de décisions de conscience absolument problématique et ambiguë.

la SS Ils participent à leurs crimes les détenus en leur donnant la responsabilité d'une partie importante de l'administration: parmi les tâches assignées aux personnes internées il y avait aussi le rôle de « Stubendienst », « Blockälteste », « blockschrieber », « aufraumungskommando », "Sonderkommando. « Les prisonniers ont ainsi été confrontés all'insolubile dilemme d'envoyer à la mort de leurs amis, famille ou collègues ou de contribuer, cependant, à l'assassinat d'autres hommes ont été contraints en tout cas, d'agir comme des meurtriers . la haine avait dévié des vrais coupables (à tel point que de cette façon, kapo Ils ont été le plus haï des SS), Mais surtout, elle a mis de côté la distinction entre persécuteur et persécuté, entre l'auteur et la victime.

Une fois que la personnalité morale tué, la seule chose qui empêche encore les hommes de devenir des cadavres humains est la différenciation individuelle, son identité unique. Les méthodes utilisées pour détruire l'unicité de la personne humaine étaient nombreux. Ils ont commencé avec les conditions de transport monstrueux dans les camps, au cours de laquelle des centaines d'êtres humains ont été entassés dans une voiture de bétail, soif et faim, sans savoir où ils ont été pris et quel serait leur fin; encore, après son arrivée au camp, avec bien organisé des premières heures de choc, avec l'élimination complète de toutes les parties du corps, avec la scission grotesque et finit dans la torture inimaginable, calculé d'une manière qui ne tue pas le corps, au moins pas rapidement .

Ceci est clairement un type de torture, irrationnelle et sadique, utilisé dans les camps de concentration nazis comme dans le sous-sol de gestapo et accompli principalement par SA, qu'il ne servirait à rien, et il n'a pas été systématique, mais dépendait de l'initiative d'éléments principalement anormaux.

L'horreur réelle, explique Hannah Arendt, cependant, a commencé quand SS Ils ont pris en charge l'administration des tribunaux. L'ancienne bestialité spontanée a cédé la place à une destruction absolument froid et systématique des corps humains[66], destiné à annuler la dignité humaine; la mort a été évité ou reporté sine die. Les camps ne sont plus « Parcs d'attractions pour animaux à forme humaine », c'est des hommes dont le lieu réel aurait été dans les hôpitaux psychiatriques et les prisons. Ils sont devenus le contraire transformé en terrain de parade, où les hommes parfaitement normaux ont été formés pour être membres à part entière de la SS. Le meurtre de l'individualité, l'unicité, qui est moulé également par la nature, par la volonté et le destin, et est devenu un principe si évident pour toutes les relations humaines que même les vrais jumeaux inspirent un certain malaise, suscite une horreur qui éclipse l'indignation de la personne morale - la politique et le désespoir de la personne morale.

Psychodynamiques situations extrêmes

Après l'assassiner de la personne morale et l'anéantissement de la personne morale, la destruction de l'individualité peut presque toujours. On peut supposer que vous trouverez une loi de la psychologie de masse[67], en mesure d'expliquer pourquoi des millions d'hommes sont partis sans résister empilés en apporter chambres à gaz, même si cette loi ne précise pas autre que l'annulation de l'individualité[68].

"Le triomphe de la SS " - écrit David Rousset - « Exige que la victime torturée laissera-t-conduire à la potence sans protestation (...). Il est pas pour rien. Il est gratuit, pour le sadisme pur, que les SS veulent cette défaite. Ils savent que le système qui réussit à détruire la victime avant qu'il aille à la potence (...) il est incomparablement mieux de tenir tout un peuple dans l'esclavage (...) il n'y a rien de plus terrible que ces processions de gens qui vont à la mort comme mannequins celui qui le voit, dit-il..: à réduire ainsi, dont le pouvoir doit se cacher dans les mains des patrons. Et une fois que votre tête dans l'amertume, mais vaincu ".

La violence des nazis dans les camps de concentration

La violence nazie sur les prisonniers faisait partie de la vie quotidienne. Les détenus dans les camps étaient constamment soumis à la violence, les expériences humaines, la violence contre les femmes et la violence sur les morts[69].

châtiment corporel

Les châtiments corporels, imposée pour des motifs futiles, comme ne pas être bien aligné à l'appel, n'a pas joué un bon travail tout comme la SS, n'avait pas bien placé le lit. La punition consistait à coups, souvent fatale. Les peines les plus fréquentes ont été fouettaient et passages à tabac, effectués au cours de l'appel, en présence de tous les détenus, à l'exemple. Les coups ne doivent pas dépasser au nombre de 25, et les coupables ont été fermés sans assistance pendant trente jours dans le bloc de la mort.
Une autre peine consistait à accrocher à un poteau, avec ses mains derrière le dos, avec pour conséquence la dislocation et la rupture des tendons des bras, qui entraînaient au travail incapacitation, puis le démarreur du coupable à la chambre à gaz.
Une autre peine a été l'emprisonnement dans une cellule d'un mètre carré appelé Stehzelle, dans lequel il a été forcé de se tenir dans l'obscurité, avec peu d'air et incapable de bouger pendant des jours, voire des semaines. A la sortie ne pouvait plus supporter et, étant incapable de travailler, il a été initié à la chambre à gaz[70]

Dans certains camps, les coupables ont été enchaînés à un mur et dévorés par les chiens firent[71].

La violence contre les femmes

bière blonde
Le bordel du camp de concentration de Mauthausen.

Sur exemple du modèle de camp de Dachau, à partir de 1943, sur les conseils de Himmler, conscient de salon Kitty, pour stimuler la faible productivité des condamnés à travailler[72][73], Il a également été contraint de prostitution en les bordels du camp[74], ouvert uniquement pour les gardes et kapo.

en camp de concentration de Ravensbrück, Il y avait un accouchement clandestin jusqu'à l'automne 1944[75][76][77].

Des expériences nazies sur les humains

la l'expérimentation humaine nazie[78] dans les camps impliquent des expériences sur de grandes hauteurs[79], sur le gel[80], sur l'eau de mer potabilité[81], les brûlures et les intoxications expérimentales avec du phosgène et du gaz moutarde[82], la recherche sur le typhus, les expériences sur les homosexuels, les techniques et la pratique de la castration chez les hommes et les femmes, des expériences sur la dysenterie, la fièvre jaune, la tuberculose chez les enfants[83], menée par le médecin Kurt Heissmeyer, L'hépatite virale, des expériences sur les jumeaux et les Nains, les infections expérimentales chez l'homme à l'étude sulfamides, des fractures et des transplantations expérimentales de l'os, la collecte des squelettes et des crânes, des expériences avec des poisons, des expériences de vivisection, des expériences sur des groupes sanguins, des expériences psychiatriques, des expériences gynécologiques, des expériences sur la malnutrition.

La violence sur les morts: l'extrême spoliation

Avant de finir dans les camps, les prisonniers ont été privés de leurs biens ou de l'argent, l'or et les bijoux de famille, comptes bancaires, et la propriété, qui a été vendu. Une fois arrivés dans les camps, l'opération a été effectuée en les retirant tous: Vêtements, chaussures, bagues, sacs, et même les cheveux, qui a été rasé; les Russes trouvés seulement à Auschwitz des centaines de milliers de costumes pour hommes, robes de 800.000 femmes et plus de 6000 livres de cheveux humains[84]. Les cheveux des victimes ont été vendus à l'entreprise Alex Zink qui les a utilisés pour la fabrication de la toile de crin de cheval[85]. Dans les usines de travail forcé, il a été volé salaires. Mais en plus de ce matériel dont ils avaient la vie dans le camp a été structuré de sorte que les déportés ont été enlevés l'humanité, la personnalité, la dignité. Quand tôt ou tard, les détenus ont été initiés aux chambres à gaz, il a été également supprimé leur vie. Et même alors, de nombreux détenus pourraient encore être enlevés d'autre: pour les personnes mortes extraites des chambres à gaz, en fait, a été considéré dans la bouche, et si elles avaient des couronnes d'or sur les dents, le corps a été posé sur une table de dissection et recouvert de dents d'or ont été extraites avec des pinces.

bière blonde
La richesse du Troisième Reich, le butin SS et des peintures du musée de Berlin, découvert par la 90e Division de l'armée américaine, enterré dans une mine de sel dans Merkers.

Ce produit d'or des dents en partie a été transformé en lingots, et est allé reconstituer l 'l'or nazi que Joseph Goebbels Il ne cache dans une mine de sel près Kaiseroda Merkers, ainsi que des bijoux, des anneaux de mariage, des médaillons, des prothèses dentaires en or et autres objets d'or, des barres de platine et d'argent, les diamants, l'argent étranger en espèces, des centaines de tableaux anciens de grande valeur[86].

L'inventaire indique qu'il y avait 8,198 barres de lingots d'or, 55 boîtes de lingots d'or avec des emballages, des centaines de sacs objets d'or, plus de 1300 sacs de Reichsmark d'or, l'or sterling, francs suisses et britanniques français d'or, 711 sacs de pièces de vingt dollars en or, des centaines de sacs de pièces d'or et d'argent, des centaines de sacs en devises étrangères, neuf sacs de pièces de monnaie précieuses, 2.380 sacs et boîtes de 1 300 Reichsmark (2,76 milliards de marks), 20 barres d'argent; 40 sacs contenant 63 barres d'argent, des boîtes et des sacs 55 de la plaque d'argent, 1 sachet contenant six barres de platine et 110 sacs de différents pays[87].

Ce trésor glouton et macabres, il a été en partie confisquée par les banques suisses[88] et en partie répartis entre les alliés. Une partie de ce trésor pillée serait au fond lac Toplitz, en Autriche[89] mais il n'a jamais été trouvé.

Musique dans les camps

était « triste » Un jour, il a été fait référence à un juifs nazis internés dans les camps et il leur a conseillé de son de la musique. Aux musiciens détenus a reçu l'autorisation de jouer à la fois la musique de compositeurs célèbres[90] que les propres compositions[91], comment Un survivant de Varsovie [92][93].

Il y avait deux types de musique dans les camps. D'une part, les ensembles de musique, outil d'oppression, dont les motifs ont été autorisés seulement une douzaine, tous les jours la même chose, joué matin et soir: des marches et des chansons populaires chers à la tradition nazie et parfois utilisés pour accompagner les exécutions[94]. D'autre part, ce type d'exécutions est opposé à un autre type de musique, celle organisée par des prisonniers dans des ghettos et des camps de concentration. A travers la musique, les déportés jouaient leurs craintes, l'espoir, la protestation et ont essayé d'oublier, pour un temps, leur statut de prisonniers. La musique est ainsi devenue une forme de survie dans le camp[95].

camps de concentration par rapport

La structure et l'économie le travail forcé est devenu partie intégrante, bien que séparés, le modèle de développement de la société allemande 1933-1945 et 1918-1956 soviétique[96]. Ce phénomène aberrant imposé des temps de production et des moyens techniques très spéciaux des organismes, administratifs et bureaucratiques basés sur l'autoritarisme le plus impitoyable, les normes et les objectifs qui ont transformé les camps et les goulags dans l'extermination dans les camps de travail[97].
La différence entre la bière blonde et la Goulag Soviétique était principalement en raison du fait que, bien que dans le programme allemand le sort de la plupart des détenus était l'élimination physique, plus ou moins directement, à la seule exception réelle des détenus pour « crimes de droit commun », en cas soviétique, l'objectif était principalement l'exploitation intensive et l'annulation de la personnalité de stage, bien qu'il puisse espérer une réelle possibilité de libération, sous différentes formes et délais[98]. Le phénomène du Goulag soviétique se distingue également de celle des camps de concentration nazis à la fois pour une plus grande variété dans les types de champs pour le changement des conditions et de l'exploitation dans le temps, après avoir mis au point sur une période beaucoup plus longue. A l'intérieur du régime communiste, ils devaient distinguer trois catégories de prisonniers. Tout d'abord, il y avait des prisonniers qui vivaient dans une relative liberté et ont été condamnés à de courtes périodes de détention et ont été les personnes reconnues coupables de crimes de droit commun, comme des voleurs, des meurtriers, des prostituées, « socialement proches » aux Soviétiques des idéaux qui avaient un meilleur traitement que les prisonniers politiques et le camp ont poursuivi leurs activités de commettre un vol et assassiner en toute impunité au détriment des condamnés politiques. Ensuite, il y avait les prisonniers politiques qui ont été impitoyablement exploités et parmi eux, le taux de mortalité est très élevé, ont été systématiquement éliminés de malnutrition et le manque de soins. Enfin, il y avait les pridurki, les travailleurs exemptés de « commun » fonctionne parce que les employés à des emplois moins pénibles tels que le camp des travailleurs d'entretien, boulangers, cuisiniers, blanchisseuses, magasiniers, les infirmières, les éducateurs, les coiffeurs, des comptables. La différence est inhérente, par conséquent, l'organisation, l'idée que vous tuez, le lieu physique où vous tuez, ou même dans la langue ou dans le silence avec lequel il tue, mais surtout dans le fait que dans le cas allemand, la mort était la fin prévue, alors que dans le soviétique était une conséquence de conditions de travail parfois terrifiants, un aliment extrêmement pauvre et le traitement des soins infirmiers, alors que l'élimination physique, lorsque cela est prévu par la condamnation pénale, généralement prévue pour l'exécution directe.

Résistance au camp

L'évasion massive de Sobibor

en camp d'extermination de Sobibor, 14 octobre 1943, certains membres de l'organisation secrète interne dirigée par l'officier de l'Armée rouge Aleksandr Pečerskij, réussi à tuer 11 gardes SS et un certain nombre de gardes ukrainiens, bien que leur plan consistait à tuer tout le personnel SS et fuir en masse sur le terrain, ces meurtres ont été découverts à l'avance des plans, et les détenus ont commencé à fuir sous les coups de feu des autres gardes. Environ la moitié des 600 détenus à Sobibor a réussi à échapper du camp; Cependant, la majorité a été repris et a tiré dans les prochains jours, mais 50 a réussi à survivre à la guerre. Les nazis ont donc décidé de fermer et de démanteler le camp, et a essayé de dissimuler le lieu, planter des centaines d'arbres.

Pas de collaboration et de sabotage de l'armée italienne

Après tout 'armistice du 8 Septembre 1943, environ 50% des soldatsArmée italienne armes abandonnées et en civil sont venus chez eux, certains sont allés se cacher à l'origine des premiers groupes de partisans, et un autre formé l'armée de République Salo. Les nazis ont capturé plus de 600.000 soldats italiens, qui ont été expulsés, et destinés à différents camps avec le titre de internées militaires italiens (I.M.I.). Les soldats italiens ouvriers ont été forcés, mais mis en œuvre une forme de résistance basée sur la non-coopération. Alessandro Natta dans son livre L'autre résistance, les militaires italiens internés en Allemagne, décrit comment il a été mis en œuvre pour la non-coopération, la résistance face aux séductions et aux menaces, refus de travail, le sabotage. Le camp de concentration était non seulement le site de la bataille pour la dignité du soldat italien, pour la préservation de son identité humaine avant même morale, mais il est une véritable « école de la démocratie », qui a été utilisé après la chute du fascisme et dans le nazisme.

Alors que la lutte pour la libération, la résistance dans les camps signifiait une conquête laborieuse de l'unité, sous le profil politique et national de la décision, le courage de combattre, non seulement pour les petits groupes. Et comme « dans la » lutte pour la libération, cette conquête a été réalisée par le débat et le contraste, l'action constante contre la démission et de la faiblesse dell'attendismo, les craintes, la lâcheté, la trahison. Après la situation douloureuse dans de nombreux Italiens il y avait la connaissance qu'il avait fait son devoir, d'être en mesure de changer la prison, où le reste de la guerre moderne avait déjà retiré une grande partie de cette culpabilité et la honte qui a frappé une fois le soldat qui a jeté le bouclier, dans une noble bataille, dans une contribution au salut du pays. Alessandro Natta. L'autre résistance. section 1.1[99] »

Élimination des pistes

bière blonde
L'un des 150 prisonniers brûlés vifs par les nazis SS à Gardelegen, le 16 Avril, 1945

Le gouvernement allemand a essayé de tromper l'opinion publique[100] sur déportations: En 1944, par exemple, il a été utilisé camp de Theresienstadt pour dissiper les voix d'alarme, liés aux camps de la mort, les représentants du Croix rouge international[101]: Ils ont été invités à visiter, se trouvant entre les magasins, les unités de logement propre et pas trop de monde, et même un chœur d'enfants. Tout faux et construit spécifiquement dans le périmètre du champ, pour donner l'idée que le camp était en fait un village que les nazis avaient donné aux Juifs.
Dans les derniers jours de la guerre, les Allemands avaient pas le temps d'attendre les prisonniers meurent de faim, ils ont commencé à les tuer à coups de coups de feu, mais les balles ont commencé à diminuer, puis ils ont commencé à brûler les cabanes avec les prisonniers vivant . Les Allemands ont essayé d'enlever toutes les traces des massacres, des documents aux cadavres par la crémation et la dispersion des cendres[3]. Depuis quelques décennies, les principales sources de l'extermination ont été les photographies prises par des soldats américains, russe et en anglais, et des centaines de témoignages écrits et oraux des survivants, objets trouvés, les confessions des mêmes agents de sécurité et l'entretien des champs, tout Einsatzgruppen (escadrons de la mort)[102] au cours de la Procès de Nuremberg[103] et processus secondaires de Nuremberg, y compris la Einsatzgruppen Trial[104], films. Ces dernières années, nous avons ajouté quelques importantes études d'ingénierie chimique sur les cendres, les os et les résultats anatomopathologiques des chambres à gaz et les crématoires. Essayer de nier l'évidence claire du criminel nazi est né d'une théorie appelée déni de l'Holocauste.

La libération des camps de concentration nazis

Les soldats soviétiques ont été les premiers à libérer les camps les plus proches de les atteindre à Majdanek, près de Lublin en Pologne, en Juillet 1944. La SS-Totenkopfverbände avait tenté de détruire les preuves de assassiner en masse: le personnel avait mis le feu au crématorium, mais dans la précipitation n'a pas détruit les chambres à gaz, qui étaient alors intactes. À l'été 1944, l'armée soviétique a également les restes des camps d'extermination de Belzec, Sobibor et Treblinka, qui avait été démantelée.
Les soldats soviétiques sont venus Auschwitz, la concentration et le camp d'extermination en Janvier 1945. Les Allemands avant de fuir avaient détruit les entrepôts, mais dans la course pour échapper à ceux restés intacts qui gardèrent effets personnels des personnes assassinées: les Russes a découvert des centaines de milliers de robes de civils l'homme, plus de 800.000 femmes et plus de 6000 livres de cheveux.
L'armée soviétique a libéré d'autres camps qui se trouvaient dans les pays baltes et la Pologne et le camp de concentration de Stutthof, de Sachsenhausen et Ravensbrück.

L'armée américaine le 11 Avril 1945, libéré de le camp de concentration de Buchenwald, près de Weimar, plus de 20.000 personnes. Plus tard, ils ont découvert la camp de concentration de Dora-Mittelbau, de Flossenbürg, Dachau et Mauthausen.

L'armée britannique a libéré plusieurs camps de concentration Neuengamme et Bergen-Belsen, à la mi-Avril 1945[84].

Beaucoup de gens de la foi juive, après leur libération du camp de concentration, ne pouvaient pas rentrer chez eux et a décidé d'aller en Palestine, soutenu par l'organisation appelée Bricha, jusqu'à la création et la reconnaissance internationale de l'Etat d'Israël.

conviction

Le 30 Septembre 1946, les juges de la cour de Procès de Nuremberg Ils ont condamné la SS[105], déclarant 'organisation criminelle. Les juges ont souligné cet arrêt et a jugé que: La SS a été utilisé à des fins qui étaient des criminels, qui comprenaient: la persécution et l'extermination des Juifs, les brutalités et les exécutions dans les camps de concentration, les excès de l'administration des territoires occupés, l'administration de l'esclavage du programme de travail et les mauvais traitements et meurtres prisonnier de guerre (IMT 1946, Vol XXII, p 516, en:.. Höhne, 1969, p 3).. La décision a poursuivi en déclarant que les crimes de guerre présumés impliqueraient toutes les personnes que vous aviez été officiellement accepté en tant que membres de la SS ... qui sont devenus ou restés membres de l'organisation sachant qui a été utilisé pour commettre des actes criminels énoncés à l'article 6 du Statut de Londres sur les crimes de guerre (Tribunal militaire international, 1947-1949, Vol XXII, p 517:... Höhne, 1969, p 3)[106].

La restitution des biens volés

Il a été demandé la restitution des avoirs volés aux survivants et aux enfants des victimes. Même en Italie, a été appliqué pour la restitution des avoirs des personnes de spolier juive[107],[108] et le retour de l'or volé[109]. Certaines personnes du gouvernement autrichien ont demandé le retour d'un tableau volé, un Klimt Il a été retourné.[110]

compensation

Le 22 Octobre 2004, la Cour constitutionnelle italienne rend un arrêt qui permet effectivement les victimes italiennes des camps de concentration, de prendre une action en justice contre l'Allemagne afin d'obtenir une compensation pour leurs pertes[111].

un magasin général a été un ensemble de biens confisqués aux Juifs[112], selon lequel les remboursements et compensation seront mises en œuvre[113].

Remerciements

Pour les injustices commises par les nazis au cours des 12 années de leur gouvernement abominable ne se répètent pas été établie Memorial Day, qui tombe le 27 Janvier, en Israël Il est une fête et est appelé Yom Hashoah.

Les Israéliens ont conféré le titre honorifique de Justes parmi les Nations à tous ceux qui se sont battus pour sauver des vies par holocauste et en Italie Jardin des Justes du monde, qui mettra en évidence toutes les personnes qui sont activement opposés à tout génocide dans le monde à tout moment.

Filmographie

bière blonde
Les enfants détenus à Auschwitz

Musicografia

  • Dieu est mort. Francesco Guccini.
  • Auschwitz. Francesco Guccini. nomades. 84 Equipe[114].
  • où. Nomades.
  • imaginer. John Lennon.
  • Liste de Schindler. Soundtrack.
  • Et vous danser. Massimo Ranieri.

notes

  1. ^ à b Les camps de concentration nazis Encyclopédie de l'Holocauste.
  2. ^ L'historien allemand dit Reimund Schnabel KL Il est l'abréviation officielle Konzentrationslager utilisé par les SS et récurrente dans tous leurs documents. L'abréviation KZ est « d'origine populaire et n'a jamais été adoptée dans la correspondance officielle de la SS » - La disgrâce de l'homme, Macht ohne Moral, Reimund Schnabel, traduction par Herma Trettl, p. 67, Paperbacks Lerici, Milano 1966
  3. ^ à b Les camps de la mort, le résumé. Encyclopédie de l'Holocauste. La SS a examiné les champs de la mort le plus grand secret de l'opération.
  4. ^ Le travail forcé, résumé. Encyclopédie de l'Holocauste.
  5. ^ Les cristaux de nuit, Kristallnacht. Bière blonde.
  6. ^ L'extermination des Tsiganes. Histoire. Événements. Le camp de la mort.
  7. ^ Omocausto, extermination oublié gay. L'événement quotidien. 27 janvier 2012.
  8. ^ Classement des détenus dans les camps de concentration nazis. Bière blonde.
  9. ^ Classification et catégories de déportés. (PDF) Répartir Musée de Turin.
  10. ^ bière blonde. Corriere della Sera. Dictionnaire italien.
  11. ^ Traduction de bière blonde en italien:. Dicios.
  12. ^ (DE) Verzeichnis der Konzentrationslager und ihrer Aussenkommandos gemäß Classé 3 novembre 2012 dans Internet Archive .. (Liste des camps de concentration). Bundesministerium des justiz.
  13. ^ Mauthausen. Monica Costa.
  14. ^ Les camps Gusen. (PDF). Ville de Cinisello. Les pierres racontent. Cartes sur Lager.
  15. ^ Mauthausen, sort des déportés. Verardo Elmo.
  16. ^ Juifs Déportation en Italie. École d'État. Pietramelara. Shoah.
  17. ^ bière blonde italienne. École d'État. Pietramelara. Shoah.
  18. ^ Le camp de Fossoli. (PDF). Ville de Cinisello. Les pierres racontent. Cartes sur Lager.
  19. ^ Les tribunaux italiens: Bolzano. École d'État. Pietramelara. Shoah.
  20. ^ Le camp de Bolzano. (PDF). Ville de Cinisello. Les pierres racontent. Cartes sur Lager.
  21. ^ Les tribunaux italiens: Borgo San Dalmazzo. École d'État. Pietramelara. Shoah.
  22. ^ Les juridictions italiennes: Grosseto. École d'État. Pietramelara. Shoah.
  23. ^ Les champs dans les Pouilles. Majorana Martina Franca. Projets. Holocauste. Témoignages.
  24. ^ (FR) Total des décès causés par les politiques nazies Genocidal. Chronique de l'Holocauste. Annexes.
  25. ^ Heinrich Himmler. Olokaustus. Biographies nazis. Les dirigeants.
  26. ^ L'effondrement de l'Allemagne nazie contre l'arrière-plan de la bière blonde pâle. Critique historique. Opera.
  27. ^ Mémoire sur la déportation. (PDF). Ville de Cinisello. Les pierres racontent. Cartes sur Lager.
  28. ^ Euthanasie des personnes handicapées mentales. Olokaustus. Sujets.
  29. ^ T4 du projet: l'extermination des personnes handicapées. Histoire XXI siècle. Déportation.
  30. ^ Le centre de l'euthanasie Hartheim. (PDF). Ville de Cinisello. Les pierres racontent. Cartes sur Lager.
  31. ^ Le début dell'Aktion 14F13 Classé 22 avril 2015 dans Internet Archive .. Olokaustos. Sujets. Euthanasie.
  32. ^ Les asiles de Venise: une histoire italienne. S. Servolo de déportations et S. Clemente. Histoire XXI siècle. Déportation.
  33. ^ L'exploitation du travail. Olokaustos. Aide.
  34. ^ Le témoignage au procès d'Oswald Pohl. Olokaustus. Archive. Documents.
  35. ^ Les méthodes d'extermination . Olokaustos. Aide.
  36. ^ La législation allemande contre les Juifs. Olokaustos. Archive.
  37. ^ Identification de l'ennemi. Encyclopédie de l'Holocauste.
  38. ^ Définir par décret Juif. Convoquer. web visiteurs.
  39. ^ Lois de Nuremberg. Giorgio Perlasca.
  40. ^ Racisme: synthèse. Encyclopédie de l'Holocauste.
  41. ^ Quelle est l'expropriation et ses étapes. Olokaustos. Aide.
  42. ^ Acquisition de l'actif des citoyens ebrai. Bière blonde.
  43. ^ Concentration: isoler et ghettos. Olokaustos. Aide.
  44. ^ Rudolf Höss, commandant à Auschwitz. Liceo Antonelli. Novara. Laboratoire d'histoire. Auschwitz.
  45. ^ kapo. Déportés. ANED Dictionnaire.
  46. ^ Définir les Juifs. Olokaustus. Aide.
  47. ^ Aller simple: l'extermination nazie et les chemins de fer. Olokaustos. Aide.
  48. ^ Les origines du Totalitarisme. (PDF) Hannah Arendt. Arici Institut. SOLSI. Review.
  49. ^ Les origines du Totalitarisme. Hannah Arendt. Aucun média roi. Gobel Malte.
  50. ^ à b Les origines du Totalitarisme. (PDF). Hannah Arendt. Anthologie. Imperia Lyceum.
  51. ^ Origines du Totalitarisme. L'argument de Hannah Arendt ne convainc pas.
  52. ^ Primo Levi Si c'est un homme. Liceo Antonelli. Novara. Interview.
  53. ^ Décret Nuit et Brouillard - Nacht und Nebe. Bière blonde. Berlin, le 5 Août 1942. Extrait.
  54. ^ Les origines du Totalitarisme. Hannah Arendt. Convoquer. web visiteurs.
  55. ^ L'éthique et les conditions extrêmes. Les chemins de la citoyenneté. Primo Levi.
  56. ^ I.G. Farben: un partenariat mortel. Sergio Coalova. Ebook.
  57. ^ Témoignage de Nerina De Walderstein. Déporté au travail forcé dans l'usine ampoule OSRAM à Plauen.
  58. ^ Les horreurs des camps de concentration nazis: la responsabilité des médecins et l'industrie pharmaceutique. Bayer et IG Farben. réseau CBG.
  59. ^ REIMAHG, bière blonde usine. Les esclaves d'Hitler.
  60. ^ Fritz Todt. Bière blonde.
  61. ^ (DE) Stalag Luft III - Kriegsgefangenen Lager der Luftwaffe - Sagan. Musée de la bataille aérienne.
  62. ^ L'exploitation économique des prisonniers. Gratuit. Digilander. Franco Martino.
  63. ^ Le camp de concentration d'Ebensee. (PDF). Ville de Cinisello. Les pierres racontent. Cartes sur Lager.
  64. ^ Loi sur la protection du sang et de l'honneur allemand. Olokaustos. Archive. Documents. Lire. Pureté. 15 septembre 1935
  65. ^ Bruno Bettelheim et suffocation de la personnalité dans notre temps. (PDF). Gennaro Scala.
  66. ^ Le processus de destruction des Juifs en Europe (1933-1945). Convoquer. web visiteurs.
  67. ^ Psychologie de masse du fascisme. Crackdown. Wilhelm Reich. pag. 10-14.
  68. ^ Psychodynamiques situations extrêmes. (PDF). Nicola Lalli. Liguori Editore, Naples 1997.
  69. ^ La violence des nazis dans les camps de concentration. SITI Majo. Ebook.
  70. ^ Camp de concentration d'Auschwitz-Extermination I II III (Pologne). Bière blonde.
  71. ^ Sergio Coalova
  72. ^ Les bordels dans les camps de concentration nazis: les prostituées pour les prisonniers. Lucioles.
  73. ^ Allemagne: dans les camps, il y avait des bordels, des prostituées ont été contraints d'aller avec les détenus pour favoriser la productivité. Il a été révélé par une étude de Robert Sommer.
  74. ^ Les prostituées esclaves des camps de concentration. République. Multimédia. exposition la prostitution forcée dans les camps de concentration nazis,
    inauguré à l'occasion de la Journée du Souvenir, à Rome dans la libération historique Musée. 26 janvier 2010.
  75. ^ Dans les camps de concentration nazis, il a pris la haine sadique contre les femmes . Dans l'histoire.
  76. ^ (DE), (FR), (FR), (IT), (ES), (NL), (PL) La concentration des femmes du camp de Ravensbrück, 12 janvier 2007 au 30 Septembre 2007.
  77. ^ Sex-Zwangsarbeit NS-Konzentrationslagern, la prostitution forcée dans les camps de concentration nazis. Zéro les femmes de la violence. Afficher à Rome du camp de Ravensbrück des femmes.
  78. ^ expériences médicales dans les camps de concentration nazis. Bière blonde.
  79. ^ Les expériences sur les grandes hauteurs. Olokaustos. Sujets. Des expériences.
  80. ^ Des expériences sur le gel. Olokaustos. Sujets. Des expériences.
  81. ^ Des expériences sur la potabilité de l'eau de mer. Olokaustos. Sujets. Des expériences.
  82. ^ Des brûlures et des empoisonnements avec le phosgène et le gaz moutarde. Olokaustos. Sujets. Des expériences.
  83. ^ Les enfants et l'ogre. Le massacre de Bullenhuser Damm. Olokaustos. Sujets. Les expériences sur les enfants.
  84. ^ à b La libération des camps de concentration nazis. Encyclopédie de l'Holocauste.
  85. ^ Dépossession des actifs détenus et la reprise dans une étude de la « Fondation Auschwitz ». Sergio Coalova. SITI Majo. Ebook. Show.
  86. ^ (FR) Or nazi: La Merkers mine au trésor. Trimestrielle de l'Administration des archives nationales. Prologue Magazine. Printemps 1999, vol. 31, no. 1.
  87. ^ "G-4 fonctions dans les opérations ETOUSA;" "Barrett, service temporaire;" "Liste d'argent, lingots d'or trouvé dans les mines de sel H-66850, Merkers, 8 avril 1945" présenté par George L. Blossom, colonel, Finance Dept., responsable des finances, 12e Corps. Ce document est l'annexe dans la section "G-4 fonctions dans les opérations ETOUSA," RG 331, PNLS.
  88. ^ Il perdu de la Suisse l'or que Hitler a volé les banques et les juifs. Histoire.
  89. ^ L'or du III Reich. Kiosque web
  90. ^ Les femmes dans le camp sauvé par la musique. République. Parme. Chronique. 5 mars 2011.
  91. ^ Lotoro, musique du camp. midi Corriere. Napoli. Divertissement. 6 février 2012.
  92. ^ Musique à Terezin. SITI Cardinal. Sergio Coalova.
  93. ^ À moins de musique Lager, mais ils ne sont. midi Corriere. Montre. 5 janvier 2013.
  94. ^ Mauthausen. Une bande accompagne un déporté à être pendu. Sergio Coalova. SITI Majo. Ebook. Show.
  95. ^ Les mélodies de musique de fer dans les camps de concentration nazis. Histoire et histoires. 25 janvier 2011.
  96. ^ Les camps de concentration du XXe siècle. Les chemins de la citoyenneté.
  97. ^ Les camps de concentration nazis et le Goulag stalinien, entre l'interprétation et la comparaison. (PDF). Israt. Ebooks.
  98. ^ Anne Applebaum, Goulag. Histoire des camps de concentration soviétiques, Mondadori, 2004, p. 205 ISBN 88-04-52651-3.
  99. ^ L'autre résistance, les militaires italiens internés en Allemagne. Alessandro Natta.
  100. ^ J.Lukacs, Hitler Dossier, p. 291-295.
  101. ^ Tromper le public. Encyclopédie de l'Holocauste.
  102. ^ escadrons de la mort Einsatzgruppen. Encyclopédie de l'Holocauste.
  103. ^ Les procès de Nuremberg. Bière blonde.
  104. ^ La mission des Einsatzgruppen. Olokaustos. Aide. Exterminer.
  105. ^ Trouver les coupables. Encyclopédie de l'Holocauste.
  106. ^ (FR) Tribunal militaire international (Nuremberg). (PDF). Werle. Humboldt Universitat. Berlin.
  107. ^ La spoliation des biens juifs en Italie suite aux lois raciales de 1938 et des remboursements connexes. Annamaria Colombo.
  108. ^ Commission pour la reconstruction des événements qui ont marqué l'Italie dans l'acquisition des actifs des citoyens juifs par des organismes publics et privés. Gouvernement italien. Présidence du Conseil des ministres. Rapport général. Avril 2001.
  109. ^ Or Retour aux Juifs. République italienne. Ministère de l'Economie et des Finances. Trésor. Bureau de presse. Communiqué de presse 31 Juillet 1997.
  110. ^ Autriche renvoie les Juifs troisième Klimt. Le petit. Chronique. Salzbourg, le 29 Avril, de 2012.
  111. ^ Nazie Massacres, la Consultation ouvre la voie à l'indemnisation. La Stampa. 22 octobre 2014.
  112. ^ Holocauste dans une base de données en ligne des biens confisqués aux victimes. Corriere della Sera. Étrangères. 3 mai 2011.
  113. ^ (DE) Haftstättenverzeichnis. (Index des centres de détention). Bundesarchiv. 22 juillet 2012.
  114. ^ recherche sur youtube Francesco Guccini - l'enfant dans le Wind Song (Auschwitz) ou Le 84 Chantez Auschwitz Equipe

bibliographie

Articles connexes

D'autres projets

  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations sur bière blonde
  • Il contribue à Wiktionary Wiktionnaire Dictionnaire contient le lemme "bière blonde»
  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers bière blonde
  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations liées à bière blonde
  • Il contribue à Wiktionary Wiktionnaire Dictionnaire contient le lemme "bière blonde»
  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers bière blonde

liens externes

son film(IT) Sergio Coalova, Visite de Mauthausen Sergio Coalova et étudiants SITI Cardinal Pinerolo.