s
19 708 Pages

Remarque disambigua.svg homonymie - "Chirac" voir ici. Si vous êtes à la recherche d'autres utilisations, voir Chirac (désambiguïsation).
Jacques Chirac
Jacques Chirac 2.jpg

22º Président de la République française
mandat 17 mai 1995 -
16 mai 2007
Chef du gouvernement Alain Juppé
Lionel Jospin
Jean-Pierre Raffarin
Dominique de Villepin
prédécesseur François Mitterrand
successeur Nicolas Sarkozy

Président du Conseil européen
mandat 17 mai 1995 -
30 juin 1995
prédécesseur François Mitterrand
successeur Felipe González

mandat 1 Juillet 2000 -
31 décembre 2000
prédécesseur António Guterres
successeur Göran Persson

Le Premier ministre de la République française
mandat 27 mai 1974 -
26 août 1976
président Valéry Giscard d'Estaing
prédécesseur Pierre Messmer
successeur Raymond Barre

mandat 20 mars 1986 -
10 mai 1988
président François Mitterrand
prédécesseur Laurent Fabius
successeur Michel Rocard

Maire de Paris
mandat 20 mars 1977 -
16 mai 1995
prédécesseur la charge inexistante
successeur Jean Tiberi

données générales
Parti politique Parti communiste français
(Avant 1962)
Union pour la nouvelle République
(1962-1968)
Union des démocrates pour la République
(1968-1971)
Rassemblement pour la République
(1971-2002)
Union pour un mouvement populaire
(2002-2015)
les républicains
(2015-présent)
tendance politique Neo-gaullisme
qualifications Licence en sciences politiques
université Institut d'Etudes Politiques de Paris
signature Jacques Chirac Signature
Jacques Chirac Andorre
Jacques Chirac mi-eighties.jpg
E.T. Coprince d'office
Principauté d'Andorre
au bureau 17 mai 1995 - 16 mai 2007
couronnement 17 mai 1995
prédécesseur François Mitterrand Andorre
successeur Nicolas Sarkozy Andorre
Nom complet Jacques Chirac Réné
autres titres ancien président de République française
naissance Paris, 29 novembre 1932
religion catholicisme

Jacques Chirac René / ʁə'ne Ʒak ʃi'ʁak / (Paris, 29 novembre 1932) Il est politique et officiel français.

Fondateur des deux principaux partis de la Centre-droit français, la Rassemblement pour la République et l 'Union pour un mouvement populaire, au sein des institutions françaises était Premier ministre de 1974 un 1976 avec Valéry Giscard d'Estaing et 1986 un 1988 avec François Mitterrand et le maire de Paris de 1977 un 1995.

en 1995 Il a été élu le vingt-deuxième Président de la République française et il a nommé Les premiers ministres Alain Juppé et pendant la cohabitation, Lionel Jospin. Réélu en 2002, il a nommé Les premiers ministres Jean-Pierre Raffarin et Dominique de Villepin. Depuis lors de sa deuxième présidence est réduit le mandat présidentiel à cinq ans, reste président jusqu'à 2007. En tant qu'ancien président, il est automatiquement membre du Conseil constitutionnel, bien que de 2011 ne participent plus aux réunions.

biographie

Famille et études

né en arrondissement de Paris V 29 novembre 1932, Chirac est l'origine de la bourgeoisie: son père François était un responsable de la banque et sa mère Marie-Louise Valette était la fille d'un tuteur Sainte-Féréole[1].

en 1950 Il quitte la maison et se lance dans Dunkerque une plaque tournante sur une cargaison vers le États-Unis. Il y a un lave-vaisselle Harvard, garde du corps d'une vieille dame riche et petit ami de la fille d'un homme d'affaires de premier plan dans le coton en Caroline du Sud[1].

en 1951 résultats Paris et a participé à Institut d'Etudes Politiques et 1954 entre dans le 'École nationale d'administration[1].

en 1956 son service militaire Algérie, lieutenant du 6e régiment de chasseurs d'Afrique.

Joignez-vous à la Cour des comptes.

Le Premier ministre et le maire de Paris

Débuts en politique

Après avoir sympathisé dans sa jeunesse pour Parti communiste français, Il est conforme aux gaullisme.

en 1965 Il a été élu conseiller municipal Sainte-Féréole, petite ville dans le département de Corrèze[1].

Il a été élu député à 'Assemblée Nationale pour la première fois en 1967 puis constamment réélu, par 1968 un 1971 il était Secrétaire d'État, Travail et l'Economie et des Finances, et 1971 un 1974 Ministre des Relations avec le Parlement, l'agriculture et intérieur. Il est également président du Conseil général de Corrèze de 1970 un 1979. fidèle à Georges Pompidou, Il est aussi l'homme de confiance des Marie-France Garaud et Pierre Juillet, des membres influents de l'entourage du défunt Président de la République et des plus farouches opposants réformiste gaullisme de Jacques Chaban-Delmas.

Le Premier ministre Giscard

à Les élections présidentielles de 1974 Il tourne le dos au candidat officiel du mouvement gaulliste Jacques Chaban-Delmas et verso ouvertement avec la libérale Valéry Giscard d'Estaing. Une fois élu, battant socialiste François Mitterrand dans le deuxième tour, nommant Giscard sdebita Chirac Premier ministre.

fondateur de Rassemblement

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Rassemblement pour la République.

démissionné de Premier ministre en Août 1976 en raison de désaccords forts avec Chef de l'Etat, déchaîne une guerre sans merci contre Giscard et premier ministre Raymond Barre.

Le 5 Décembre 1976 refondé le parti gaulliste, marginalisant les dirigeants historiques du mouvement et de la formation de la Rassemblement pour la République (Qui sera président jusqu'à 1994), L'appui d'une politique fondée sur le respect de la souveraineté et de l'indépendance de la nation.

Maire de Paris

en 1977, Il est d'avoir été restauré après un siècle administration préfectorale le poste de maire Paris, Chirac décide de se présenter contre le candidat Michel Giscard d'Ornano, et est élu. Il a reconfirmé le maire Paris en 1983 et 1989, reste en fonction jusqu'à 1995. Compte tenu des pouvoirs et des ressources financières sans fin dont jouit le maire de la capitale - encore renforcée par la fonction de lois Defferre 1982 et 1983 la décentralisation administrative - Jacques Chirac a une puissante machine de guerre qui sera utile dans son ascension lente mais réussie l'Elysée.

Juste a pris ses fonctions à 'Hôtel de Ville, Chirac il a marqué deux opérations destinées à laisser une marque indélébile sur le visage de la ville: l'aménagement de la grande surface des Halles et le premier plan de réglementation Paris. Si le premier projet est incontestablement une erreur de planification urbaine et un glissement esthétique,[2] la seconde met l'accent sur la manière flagrante politique en faveur de privé poursuivi au cours de la gestion préfectorale précédente de la ville.

Parmi les actions prévues ou mises en œuvre au cours des dernières années de son mandat se démarquer Paris Seine Rive, le nouveau quartier des affaires de Tolbiac, et réinitialiser l'avenue des Champs-Élysées. Chirac cède la place à une série d'initiatives importantes visant à accroître les activités culturelles de la ville, par exemple, les grandes expositions, des spectacles, des concerts, et ainsi de suite. Pendant son mandat, la saison du Théâtre du Châtelet est amenée au niveau de celui d'un véritable opéra, en compétition avec l'Opéra National de Paris sous le ministère de la Culture, dirigé par 1981 un 1986 et 1988 un 1993 le socialiste Jack Lang.

Le voisin d'en face du Théâtre de la Ville, convenablement restauré, devient le temple de la danse contemporaine. Le Palais de Tokyo est utilisé comme lieu d'expositions d'art contemporain, en concurrence avec centre Pompidou. Ils ont ouvert de nombreuses bibliothèques municipales et un grand centre des médias à Les Halles.

Candidat à la présidence en 1981

Jacques Chirac
avec Chirac Nicolae Ceauşescu en 1975, une visite officielle en Roumanie

en Décembre 1978, quelques mois élections européennes, appels (ce qu'on appelle Appel à Cochin du nom parisien de l'hôpital où il a été admis à la suite d'un accident de la circulation). Il est une attaque virulente sur les institutions européennes, en plus de remettre en cause indirectement Giscard, représente une baisse significative dans le sens conservateur et nationaliste de sa ligne politique. Les inspirateurs sont Garaud et Juillet, qui comploter dans l'ombre contre le Président de la République.[3] Mais cette position, trop radicale, n'a pour effet que des électeurs désorientant: le européenne 1979 la RPR Il aura seulement 16 pour cent des voix, ce qui crée un mécontentement au sein du parti néo-gaulliste. Il décide de jeter le couple Garaud-Juillet, et sa ligne politique vire de la droite au centre du spectre politique.[4] Il a continué, quant à lui, son combat sans merci contre Giscard. A la fin de 1980 a rencontré secrètement François Mitterrand se mettre d'accord sur une stratégie commune contre le président sortant. Il a couru pour ainsi Les élections présidentielles de 1981, terminant troisième au premier tour avec 17,9 des voix. Sont exclus du scrutin, est à la télévision une explication de vote en faveur de Giscard, mais le ton est une froideur pour diriger l'entourage du Président de la République sortant croyance que Chirac travaille sous la table pour élire le socialiste François Mitterrand.

Le Premier ministre Mitterrand

Mitterrand a été élu président de la République, 1981 Chirac devient le leader naturel de l'opposition centre, que les élections législatives de 1986 retrouver la majorité Assemblée Nationale. Voici comment le nouveau Premier ministre par 1986 un 1988, dans un gouvernement de partage avec le Président de la République François Mitterrand (PS). Les relations entre les deux sont souvent au bord de la rupture et, comme prévu, lors des élections présidentielles 1988 Chirac est candidat contre Mitterrand.

Au premier tour, le 24 Avril, il obtient le 19,94% des voix, et entre dans le second tour avec François Mitterrand qui a 34,1%. Le deuxième candidat du centre Raymond Barre Il a 16,6%, et invite ses lecteurs à voter pour Chirac au second tour. Ceux-ci au second tour le 6 mai a le 45,98%, et est ensuite battu par le président sortant de la République.

Président de la République

Candidat à la présidence en 1995

Retour à l'être la direction de l'opposition centre, que le élections 1993 Il sort victorieux, remportant 80% des siègesAssemblée Nationale, Mais permettez-moi de diriger un gouvernement de coalition est le collègue de parti Édouard Balladur.

à Les élections présidentielles de 1995 Il est un candidat pour la troisième fois, mais doit aussi faire face à un adversaire de son parti politique, le même Balladur, qui, voulant monétiser la popularité acquise dans les deux ans de sa candidature soumet gouvernement. La connotation nettement conservatrice de la candidature Balladur incite Chirac à mettre sa campagne en se concentrant sur le développement social (lutte contre la fracture sociale), Fortement inspiré par Philippe Séguin. Le premier ministre en fonction ne peut pas entrer dans le second tour et invite ses électeurs à voter pour Chirac au second tour.[5] Sur le bulletin de vote, avec 52,6%, Chirac parvient à battre le candidat socialiste Lionel Jospin et il a élu le vingt-deuxième Président de la République française.

Les premiers actes

Jacques Chirac
Bill Clinton et Jacques Chirac, le 17 Juin 1999

Une fois installé tous 'Eliseo, Chirac nomme le fidèle premier ministre Alain Juppé. Ceux-ci forment un gouvernement composé de personnalités secondaires, en partie à cause de la décision d'exclure les représentants du RPR qui avait pris parti Édouard Balladur, y compris Nicolas Sarkozy. Les sept premières années de Chirac ouvre une déclaration sensationnelle: le 17 Juillet 1995, à la commémoration de la cinquante-troisième anniversaire de l'internement en vrac au Vel d'Hiv de milliers de juifs parisiens destinés à déportation, Président de la République reconnaît la responsabilité de l'Etat français dans la mise en œuvre de la politique antisémite imposée par les nazis occupantes. Les paroles de Chirac sont accueillis par les membres de la communauté juive et les personnalités de résistance, des universitaires et des intellectuels, et même par les partis de gauche.[6] Une autre déclaration qui lui a valu une grande popularité est l'annonce de l'abolition de service militaire nécessaire. Moins apprécié la décision de reprendre les essais nucléaires qui avait été suspendu par son prédécesseur François Mitterrand. Sur le plan social, Chirac a fait ses débuts avec un revers important, car en Novembre 1995 la révision du régime de retraite mis en place par le gouvernement Juppé déclenche une grève à la mort des transports en commun qui paralyse France jusqu'à la fin de Décembre, de sorte que le premier ministre devra reculer.

la cohabitation Lionel Jospin et affaires

Jacques Chirac
Une conversation avec buisson pendant les sessions du G8 21 juillet 2001

Au printemps 1997, un an avant l'échéance, il décide de dissoudre l 'Assemblée nationale. Les raisons sont variées: pour éviter un goulot d'étranglement des élections, depuis Avril 1998 Ils sont prévus pour les élections régionales en Septembre et ceux pour le renouvellement d'un tiers des sénateurs; éviter le danger pour arriver à 1998 sans avoir été en mesure de répondre aux paramètres fixés par l'UE pour la dette publique; Enfin, amener les Français aux urnes avant qu'il puisse aggraver le mécontentement général avec le gouvernement. L'astuce, cependant, il ne sera pas besoin de beaucoup, car pour s'affirmer est une coalition de partis de gauche.

Chirac est donc obligé de se plier aux règles de vie commune, nomination du secrétaire du Premier ministre Parti socialiste Lionel Jospin, Il reste en permanence en fonction jusqu'à 2002. Cohabitation sera parfois houleux, mais il n'y aura pas de points de non-retour. Parmi les nombreuses pilules amères, Chirac Jospin parvient à imposer la réduction, par référendum, de sept à cinq ans du mandat présidentiel,[7] une proposition préconisée pendant un certain temps par l'ancien président Valéry Giscard d'Estaing (Et pas quelques membres du centre qui commencent maintenant à considérer Chirac un homme du passé).

Au cours de la coexistence, la justice commence à enquêter sur le financement occulte du RPR et les fausses hypothèses de la ville Paris à l'époque où Chirac était maire. Beaucoup de ses hommes de confiance, y compris Alain Juppé, souffrent des condamnations. la Conseil constitutionnel en 1999 et la Cour suprême dans les sections unis dans 2000 attribué à Jacques Chirac Elargi de l'immunité pénale, par exemple, y compris pour des actes commis avant son élection en tant que président. En conséquence, jusqu'à l'expiration de son mandat, il ne peut pas faire l'objet d'une procédure pénale et même d'être entendu comme témoin. Cette immunité expirera le 16 Juin 2007, soit un mois après la fin du mandat.

Jacques Chirac
Jacques Chirac, George W. Bush, Tony Blair et Silvio Berlusconi lors du sommet de G8 la 2003

Candidat à la présidence en 2002

Jacques Chirac
Jacques Chirac et Vladimir Putin 15 Janvier 2002

candidat à Les élections présidentielles de 2002, au premier tour le 21 Avril, Chirac obtient un 19,88% et entre dans le deuxième tour et, contre toute attente, est non pas comme un adversaire, le candidat socialiste Lionel Jospin, qui avec 16,18% est éliminé au premier tour, mais le candidat de l'extrême droite, le président de front national Jean-Marie Le Pen, qui a 16,9%. Au second tour, le 5 mai, le président sortant de la République n'a aucune difficulté à battre l'adversaire (qui a refusé la comparaison de la télévision traditionnelle), conquérir même les 82,21% des voix.

dans un soubresaut républicain, son nom finissent par faire converger les préférences des électeurs de gauche, Chirac invité à voter par autorité de représentants Parti socialiste, comme le premier secrétaire François Hollande et ancien ministre Dominique Strauss-Kahn. Le journal de la gauche Libération, le second tour de la journée, sur la première page le titre Pour la République OUI avec une main qui vote glisse la carte avec Chirac a écrit. Résigné Jospin, Chirac réélu nomme libéral Jean-Pierre Raffarin Le Premier ministre et les élections qui ont suivi le centre-droit a remporté la majorité des sièges à l'Assemblée Nationale.

Les échecs et le retrait

Jacques Chirac
Rencontre avec Lula

Le second terme de Chirac est caractérisée par une série de faux pas et accidents: le choix de l'obscur Jean-Pierre Raffarin en tant que premier ministre, le dell'inviso de montée imparable Nicolas Sarkozy, la révolte des bidonvilles, l'échec de l'élection "UMP élections régionales 2004 (20 sur 22 régions de France métropolitaine sont entre les mains des socialistes, que l'Alsace et la Corse restent au centre).

Les voix contre la 54,87% du référendum français sur Constitution européenne 29 mai 2005 Il sonne comme un glas pour le gouvernement Raffarin, et indirectement pour le même Chirac. Après avoir hésité entre Michèle Alliot-Marie et Nicolas Sarkozy, Il décide de nommer les fidèles Dominique de Villepin Premier ministre. Mais le nouveau gouvernement ne parvient à égaler l'année précédente en termes de l'impopularité. Le 2 Septembre 2005, Chirac est frappé par une lumière coup qui l'a forcé à une semaine d'hospitalisation. Au cours des premiers mois de 2006, un projet de loi visant à réduire le chômage par une nouvelle formule contractuelle, le CPE (Contrat première embauche), Libère une vraie révolte dans les rues. Le 20 Juin, 2006 ouvre Musée du Quai Branly (ou Musée des Arts d'Afrique et civilisations, d'Asie, d'Océanie et des Amériques), Conçu par Jean Nouvel et il voulait vraiment.[8]

Le 11 Mars 2007 Chirac a annoncé dans un message à la nation retransmis en direct à la télévision, son intention de ne pas briguer un troisième mandat présidentiel aux élections du 22 Avril 2007. Et le 21 Mars, il prétend soutenir la candidature de Nicolas Sarkozy. Le 15 mai, dans son dernier discours en tant que président à la télévision, il a finalement salué les Français. Le transfert avec le nouveau président Nicolas Sarkozy Elle a lieu le 16 mai, sous la bannière de fair-play.

Après Elisée, la procédure judiciaire et la maladie

En tant qu'ancien président de la République, il mérite le membre à part entière de la commission Conseil constitutionnel, fonction qui a fait usage peu après avoir quitté l'Élisée.[9]

Le 19 Juillet 2007, maintenant sans immunité présidentielle, a été interrogé pendant plus de quatre heures par les procureurs pour être interrogé sur 21 présumés hypothèses fictives commandées à l'époque où il était maire de Paris. L'enquête a pour objet de vérifier les raisons qui ont amené le Conseil de Paris d'engager 21 fonctionnaires RPR, Parti présidé par Chirac à 1994. Le 28 Septembre 2009, Le procureur de Paris, Jean-Claude Marin, a demandé au juge la décision de ne pas poursuivre l'ancien président de la République à tous les autres une enquête dans la même enquête. Le 29 Octobre 2009 la demande du procureur juge d'instruction Xavière Simeoni décide d'accorder juste pour le crime de fausse idéologie, exigeant le procès de Jacques Chirac pour les crimes d'abus de confiance et de détournement de fonds. Le procès aura lieu à la fin de 2010 ou au début de 2011. En été 2010, les représentants des 'UMP Ils ont proposé à la Ville de Paris, un accord de règlement, qui prévoit le paiement de la somme de 2,2 millions d'euros (1,65 millions d'euros imputés à la partie et 550.000 contre Chirac), égal au total des salaires versés aux fonctionnaires RPR a ensuite fusionné avec le nouveau parti, et y compris les intérêts et les frais juridiques. En contrepartie, il a exigé le retrait par la Commune de Paris d'apporter civile. L'accord a été approuvé par le conseil municipal lors de sa réunion le 27 Septembre, par 147 voix pour et 13 contre.

Le 8 Novembre 2010, le juge d'instruction à la cour Nanterre Il demande au procès de Chirac pour « prix illégal de intérêts » concernant une autre enquête sur sept hypothèses fictives présumées. Le 4 Octobre, le procureur Philippe Courroye avait demandé de ne pas poursuivre en justice. Le retrait de la mise en place de la Commune de Paris en tant que partie civile explique ses effets par rapport aux hypothèses, alors que les sept autres avaient déjà été indemnisées suite à l'arrêt définitif de la Cour d'appel Versailles décidé à définir le cadre de la procédure concernant Alain Juppé.

Le 9 Décembre 2010, la Chambre criminelle de la Cour suprême rend une décision de la réunion des deux jugements devant un tribunal unique, celle de Paris. Le procès devant le tribunal correctionnel Paris en commençant donc 7 Mars 2011, en l'absence de Jacques Chirac comme une condition médicale pas bon[10], mais lors de la deuxième audience, il est suspendu à la suite d'une question de constitutionnalité soulevée par la défense d'un autre accusé, dont le droit sur la cassation est exprimé dans un sens négatif. La reprise du procès commence le 5 Septembre.

Selon un certificat médical produit 2 Septembre 2011 par les défenseurs de Jacques Chirac, l'ancien président est « Une vulnérabilité dans des conditions qui ne lui permettent pas de répondre à des questions sur son passé ».[11] elle a mentionné au même certificat, le 'anosognosie, l'un des symptômes de La maladie d'Alzheimer.[12] Le tribunal sera alors noté, et a ordonné la poursuite du processus en l'absence de Chirac.

Le 15 Décembre 2011 le tribunal inflige à la valeur de Chirac deux ans d'emprisonnement, avec l'avantage de probation pour avoir commis le crime de « détournement de fonds publics », « abus de pouvoir », « l'intérêt privé dans les registres officiels » et « crime d'ingérence ». Les représentants du ministère public ont demandé l'acquittement de tous les accusés, y compris Chirac. Dans un communiqué, l'ancien président annonce qu'il ne fera pas appel de la décision des tribunaux de première instance.[13]

les souvenirs

Le 5 Novembre, 2009 Il sort dans les librairies le premier volume de ses mémoires, Être each pas de Doït mais (NiL éditions). Le second volume, Le temps Présidentiel, Il suit en Juin 2011.

intimité

marié Bernadette Chodron de Courcel avec qui il avait deux filles: docteur Laurence (1958-2016), pendant des années admis à une suite à une forme sévère d'un institut spécialisé anorexie nerveuse - et Claude (1962) - qui est aussi son conseiller pour la communication -; et une fille chaleureusement, jeune réfugié vietnamien Anh Đào Traxel (1957) a reçu en 1979.

honneurs

honneurs français

Grand Maître et Chevalier Grand-Croix de' src= Grand Maître et Chevalier Grand-Croix de la Légion d'honneur
Grand Maître et Chevalier Grand-Croix de' src= Grand Maître et Chevalier Grand-Croix de l'Ordre National du Mérite
Croix de la Valeur Militaire - ruban ordinaire uniforme Croix de la Valeur Militaire
Medaille de l' src= Medaille de l'aéronautique
chevalier de' src= Chevalier de l'Ordre du Mérite agricole
chevalier de' src= Chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres
chevalier de' src= Chevalier de l'Ordre du Black Star
chevalier de' src= Chevalier de l'Ordre du Mérite Sportif

honneurs étrangers

Grande étoile de' src= Étoile de l'Ordre du Mérite de la République d'Autriche (Autriche)
- 1998
chevalier de' src= Chevalier Heydar Aliyev (Azerbaïdjan)
- Janvier 29 2007
collier de' src= Collier Ordre de la Croix de Terra Mariana (Estonie)
- 2001
Chevalier Grand-Croix de' src= Chevalier Grand-Croix de l'Ordre du Mérite de la République italienne
« L'initiative du Président de la République '
- 1 Octobre 1973[14]
Chevalier grande croix décoré du Grand Cordon de' src= Chevalier grande croix décorée de Grand Cordon de l'Ordre du Mérite de la République italienne
« L'initiative du Président de la République '
- le 21 Octobre 1999[15]
Commandant de la Grande Croix de' src= Commandant Grand-Croix de l'Ordre des trois étoiles (Lettonie)
Grand Collier de' src= Grand Collier de l'Ordre de Vytautas il Grande (Lituanie)
- 1997
Chevalier Grand-Croix de' src= Chevalier Grand-Croix de l'Ordre du Grand-Duc Gediminas (Lituanie)
- 24 Juillet 2001
Chevalier Grand-Croix de' src= Chevalier Grand-Croix de l'Ordre royal de St. Olav (Norvège)
- 2000
chevalier de' src= Aquila Bianca Knight (Pologne)
- 12 Septembre 1996
Chevalier Grand-Croix de' src= Chevalier Grand-Croix de l'Ordre du Mérite de la République de Pologne (Pologne)
- 1991
Grand Collier de' src= Grand Collier de l'Ordre de l'Infant Dom Henrique (Portugal)
- 8 Juillet 1999
Honoraire officiel de' src= Officier honoraire de l'Ordre national du Québec (Québec)
- 1987
Chevalier Grand-Croix d'honneur de' src= Chevalier Grand-Croix d'honneur de l'Ordre du Bain (Royaume-Uni)
Chevalier Grand-Croix de' src= Chevalier Grand-Croix de l'Ordre du Lion Blanc (République tchèque)
- 1997
collier de' src= Collier de l'Ordre de l'Étoile de la Roumanie (Roumanie)
- 1998[16]
collier de' src= Collier de l'Ordre du Mérite pour la Patrie (Russie)
« Pour sa grande contribution personnelle au développement de la coopération et de l'amitié entre les peuples de la Russie et de la France »
- le 23 Septembre 1997
Médaille commémorative du 300 ° anniversaire de Saint-Pétersbourg (Russie) - par ruban uniforme ordinaire Médaille commémorative du 300 ° anniversaire de Saint-Pétersbourg (Russie)
Chevalier du col de' src= Chevalier du Col du Piano commande (Saint-Siège)
- Cité du Vatican
collier de' src= Collier de l'Ordre d'Isabelle la Catholique (Espagne)
- 1999
collier de' src= Collier de l'Ordre de Carlos III (Espagne)
- 24 Mars 2006[17]
Chevalier Grand-Croix de' src= Chevalier Grand-Croix de l'Ordre Pro Merito Melitensi (SMOM)
Chevalier Grand-Croix de' src= Chevalier Grand-Croix de l'Ordre de Bonne-Espérance (Afrique du Sud)
- 1996[18]
chevalier de' src= Chevalier de l'Ordre des Séraphins (Suède)
- 10 Avril 2000
Chevalier Grand-Croix avec collier de' src= Chevalier Grand-Croix avec Collier de l'Ordre du Mérite de la République de Hongrie (Hongrie)
- 2001
l'image du ruban pas encore présent le Prix d'Etat Fédération de Russie
collier de' src= Collier de l'Ordre de la Fédération (Emirats Arabes Unis)
- 25 Novembre 1997

notes

  1. ^ à b c La revanche du « bulldozer » de la France - la République, le 8 mai 1995
  2. ^ Le centre commercial souterrain (la Forum des Halles) Avec le verre-ciment érigé au-dessus de la plaque que les couvercles sont destinés à disparaître en conformité avec le plan conçu en 2008 à l'initiative du maire Bertrand Delanoë.
  3. ^ Plus tard, Chirac soutiendra qu'il a été amené à signer la proclamation quand il était encore sous l'influence de l'anesthésie.
  4. ^ Dans ces années, parmi ses conseillers, il a commencé à jouer un rôle plus important Edouard Balladur.
  5. ^ Balladur servir sa décision de se tenir à la marginalisation politique pour eux-mêmes et (bien que de courte durée) pour ses partisans à l'intérieur du RPR, y compris Nicolas Sarkozy.
  6. ^ Jusque-là l'approche traditionnelle, également suivie François Mitterrand, Il voulait que les responsabilités devaient être attribuées à régime de Vichy, comme une entité qui ne soit pas représentatif de l'Etat français.
  7. ^ Une règle de transition permet Chirac d'achever son premier mandat dans la période de sept ans à partir du texte original de la Constitution.
  8. ^ Chirac a toujours aimé anthropologie.
  9. ^ Il a été officiellement prêté serment Conseil constitutionnel le 15 Novembre 2007. De ses prédécesseurs, seulement Valéry Giscard d'Estaing a accepté de se joindre à cette communauté, et seulement après avoir abandonné tous les postes électifs 2004. Du 9 Décembre 2010 Chirac a cessé d'assister aux réunions du Conseil constitutionnel, et en Mars 2011 formellement demandé au Président Jean-Louis Debré sospendergli du paiement des frais.
  10. ^ Peu de temps avant l'ouverture du procès de la presse, y compris l'italien, il avait donné les rapports alarmants sur l'état de santé de l'ancien Président de la République; Ces rumeurs ont été immédiatement démenties par la femme, qui a néanmoins reconnu que son mari est soumis à des pertes de mémoire
  11. ^ "Un rapport médical, Jacques Chirac fera face à son fils SELON ne may pas de trial" Pascale Robert-Diard, Le Monde en date du 3 Septembre, 2011
  12. ^ "Jacques Chirac de sort d'Une maladie d'Alzheimer," Bruno Jeudy et Laurent Valdiguié, Le Journal du Dimanche, Septembre 3, 2011
  13. ^ "Chirac: Emplois Le Fictifs va FERA pas de sa condamnation appel", Le Figaro, le 15 Décembre, 2011
  14. ^ Quirinale Site Web: détail Ornement.
  15. ^ Quirinale Site Web: détail Ornement.
  16. ^ Table des attribués
  17. ^ BOE
  18. ^ Liste des gagnants de 1996.

D'autres projets

  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations liées à Jacques Chirac
  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Jacques Chirac

liens externes

prédécesseur Président du Conseil européen successeur Drapeau de Europe.svg
François Mitterrand Mai à Juin 1995 Felipe González la
António Guterres Juillet-Décembre 2000 Göran Persson II
prédécesseur Le Premier ministre de la République française successeur Drapeau de France.svg
Pierre Messmer 1974 - 1976 Raymond Barre la
Laurent Fabius 1986 - 1988 Michel Rocard II
prédécesseur Le président français successeur Drapeau de France.svg
François Mitterrand 1995 - 2007 Nicolas Sarkozy
prédécesseur Coprince d'Andorre successeur Blason d'Andorre 3d.svg
François Mitterrand 1995 - 2007 Nicolas Sarkozy
autorités de contrôle VIAF: (FR31994554 · LCCN: (FRn50038160 · ISNI: (FR0000 0001 2126 584X · GND: (DE118520466 · BNF: (FRcb118967018 (Date)