s
19 708 Pages

la commodat (en italien « Compte tenu de la commodité », similaire à "prêt« ) Ou rem donnant utendam en droit romain était lien roi contractae (Lien hausse de la livraison de la chose, ou réel). En termes modernes, il peut être décrit comme un imparfait contrat bilatéral réel où le baillant remis à un autre contractant une chose corporelle, mobile ou immobile, de sorte que ces inconsumabile, dit emprunteur, il a utilisé le ritornargliela alors. Le lien est né dans le moment de la livraison de la chose.[1]

Ces obligations contractuelles proviennent presque exclusivement en charge de l'emprunteur (pour cette « bilatérale imparfaite ») qui est forcé d'utiliser la chose comme convenu et le retourner ainsi que tout fruits. Le baillant a été alourdi que par obligation éventuelle pour compenser l'emprunteur des frais ou des dommages.[2]

Etant donné que le bail était au profit exclusif de l'emprunteur, ce dernier a répondu le vol possible de la chose et sa détérioration de son incompétence ou manque de diligence, ainsi que pour fraude.[3]

Ce schéma contractuel provient de ius honoraires lorsque le praetor accordée par décret un actio en mémoire (Qui se sont développés plus tard dans actio in ius ex de bonne foi, action qui avait le tribunal de tenir compte de la bonne foi), Pour l'obligation de protection. L'action pourrait être exprimé par le baillant contre l'emprunteur afin de reprendre possession de la chose donnée en commodat (Action directe).[4]

notes

  1. ^ Lovato, 2014, p. 495.
  2. ^ Lovato, 2014, pp. 496-497.
  3. ^ Lovato, 2014, p. 497.
  4. ^ Lovato, 2014, p. 495.

bibliographie

  • Matteo Marrone, Manuel de droit privé romain, Turin, G. Giappichelli Editeur, 2004 ISBN 88-348-4578-1.
  • Andrea Lovato, Salvatore et Laura Puliatti Solidoro Maruotti, droit privé romain, Turin, G. Giappichelli Editeur, 2014, ISBN 9788834848494.
  • Giovanni Nicosia, De nouveaux profils essentiels du droit romain, cinquième édition, Libreria Editrice Torre, 2010 ISBN 8871320573.

Articles connexes