s
19 708 Pages

Vercellina Porta Il est l'un des principaux ports placés sur le chemin de la ville médiévale Les murs de Milan[1], qui a donné origine au même nom quartier.

Le port médiéval

Au sein du 'XIe siècle Milan Il avait retrouvé un rôle urbain solide et, dans le contexte de la croissance des revendications territoriales et municipales, prévoyante, à partir de 1155, la consolidation de ville fortifiée: Avec les moyens mis à la disposition a été fait le soi-disant « mur de terraggi » (parce qu'elle est faite à partir d'un remblai), système dans lequel la Porta Vercellina a été définitivement conservé.

Porta Vercellina (médiévale)
Blason quartier Medieval Porta Vercellina.

Avec la construction, en 1171, le nouveau système de paroi, à côté des ravages de Barbarossa, système défensif original a été ajouté un large fossé, déjà loin de décrire un cercle plus grande amplitude autour de la ville. Là-dessus de nouveaux murs ont ensuite été construits, et le fossé a été utilisé pour la construction de tous les navires fossa (courant anneau de canaux). A ce stade Porta Vercellina a également été avancé à l'ouest, à la hauteur de la Via Carducci (ancienne branche de la voie navigable appelée Saint-Jérôme), entre le Basilique de Sant'Ambrogio et au sud château au nord.

Porta Vercellina a également identifié un des six districts historique dans lequel il a été divisé la ville, quartier avait un armes dont le blazon était: tronqué de rouge et argent.

La porte est venu avec un pont-levis, alors que le canal de S. Girolamo a été rendue navigable Filippo Maria Visconti, en retard XVe siècle. A cette époque, la construction du Castello Sforzesco, qui occupait le siège de Jupiter Porta, Il a forcé une part du trafic de se dérouter vers la proximité Comasina Porta (Nord) et Port Vercellina (sud), de plus en plus son rôle commercial.

Sur le port reste la statue de la Vierge et l'Enfant maintenant situé dans les pays voisins Eglise Saint-Nicolas.

notes

  1. ^ Bonvesin de la Riva, De Magnalibus Mediolani (1288), et Pontiggia. Bompiani, 1974 - Chapitre II, chapitre VI