s
19 708 Pages

avertissement
Les informations ne sont pas des conseils médicaux et ne peut pas être précis. Le contenu est uniquement à des fins d'illustration et non un substitut à un avis médical: lire les avertissements.
pneumonie
Lobaerpneumonie.jpg
QUADRO pneumonie radiographique dans le lobe supérieur gauche.
Les flèches indiquent les limites entre le lobe supérieur et inférieur.
spécialités Pneumologie et les maladies infectieuses
Classification et ressources externes (FR)
CIM-9-CM 480, 481, 482, 483, 484, 485, 486 et 770,0
CIM-10 J12, J13, J14, J15, J16, J17, J18 et P23
MeSH D011014
MedlinePlus 000145

la pneumonie Il est une maladie de poumons et système respiratoire caractérisé en ce qu 'inflammation de alvéoles pulmonaires, qui sont remplis de liquide qui empêche la fonction respiratoire.[1][2] Elle est généralement causée par un 'infection grâce à virus, bactéries et d'autres des micro-organismes. Moins souvent, il est une conséquence de l'administration de certains médicaments ou d'autres conditions telles que certains les maladies auto-immunes.[1][3][4]

la tableau clinique Il est généralement caractérisé par toux, douleur thoracique; fièvre et la difficulté à respirer.[5] Les outils de diagnostic comprennent Rayons X et culture dell 'crachat. Ils sont disponibles vaccins pour prévenir certains types de pneumonie. Le traitement dépend de la cause sous-jacente. Si elle est la pneumonie bactérienne est traitée avec antibiotiques. Si la pneumonie est grave, la personne concernée nécessite généralement un séjour à l'hôpital.

Chaque année, la pneumonie affecte environ 450 millions de personnes, 7% de la population mondiale, et cela se traduit par environ 4 millions de morts. Si le XIXe siècle William Osler Il l'a appelé « le capitaine des hommes de la mort »[6], l'avènement des antibiotiques et des vaccins, en siècle prochain, Il a donné lieu à une amélioration de la survie.[7] Cependant, les pays en développement, la pneumonie reste la principale cause de décès chez les patients âgés et chez les malades chroniques.[7][8]

Une explication vidéo de la pneumonie. Sous-titres en italien.

Épidémiologie et histoire

pneumonie
Old Manifeste: « La pneumonie frappe comme un requin, dirigé par son poisson pilote: la rhume commun. Consultez votre médecin "

La pneumonie est une maladie courante dans toute l'histoire humaine.[9] la symptômes Ils ont été décrits par Ippocrate di Coo (C. 460 BC - 370 BC).[9]

Maïmonide (1135-1204 apr. J.-C.) a noté que: « les symptômes de base qui se produisent dans la pneumonie et qui ne manquent pas, sont les suivants: fièvre aiguë, douleur pleurale dans le côté, de courtes respirations rapides et la toux. »[10] Cette description clinique est tout à fait semblable à ceux qu'on trouve dans les manuels modernes et reflète le degré de connaissances médicales entre Moyen âge et XIXe siècle.

Edwin Klebs, en 1875, il fut le premier à observer les bactéries dans les voies respiratoires des personnes atteintes de la mort de pneumonie.[11] Les premières études qui lui ont permis d'identifier les deux causes bactériennes les plus courantes, ou Streptococcus pneumoniae et Klebsiella pneumoniae, Ils ont été faites par Carl Friedländer[12] et Albert Fraenkel[13], respectivement en 1882 et 1884. La première étude de Friedlander introduit coloration de Gram, un test de laboratoire de base et est encore utilisé pour identifier et classifier les bactéries. Hans Christian Gram Il a décrit la procédure en 1884 et a permis de différencier les deux bactéries, montrant que la pneumonie peut être causée par plus d'un organisme.[14]

William Osler, connu comme « le père de la médecine moderne », il se rendit compte de la gravité et de l'invalidité causée par la pneumonie, le décrivant comme le « capitaine des hommes de la mort » en 1918, quand il a vaincu le tuberculose comme l'une des principales causes de décès. Cette phrase a été inventé par John Bunyan en référence à leur tuberculose.[15][16] Osler a également décrit la pneumonie comme « vieil ami », en fait, la mort est souvent rapide et sans douleur.[17]

Les développements médicaux qui se sont produits au cours de la XX siècle, ont considérablement amélioré la pronostic pour les personnes souffrant d'une pneumonie. Avec l'avènement de pénicilline et d'autres antibiotiques, des techniques modernes chirurgical et soins intensifs, la mortalité pneumonie était proche de 30%, chutant abruptement dans le monde développé. La vaccination des enfants contre 'Haemophilus influenzae le type B a commencé en 1988 et a conduit à une baisse des cas forte.[18] La vaccination contre laStreptococcus pneumoniae chez les adultes, il a commencé en 1977 et chez les enfants en 2000, ce qui entraîne une baisse similaire.[19]

pneumonie
Taux de mortalité ajustés pour l'âge des infections des voies respiratoires inférieures pour 100.000 habitants en 2004.[20]

     aucune donnée

     <100

     100-700

     700-1400

     1400-2100

     2100-2800

     2800-3500

     3500-4200

     4200-4900

     4900-5600

     5600-6300

     6300-7000

     > 7000

Avant la découverte de antibiotiques pneumonie étaient la principale cause de mort dans la population générale. Dans le cas de la survie, aussi en raison de la longue période d'hospitalisation, ils ont été l'affaiblissement fréquent du muscle cardiaque, le déficit chronique de capacité respiratoire et au traumatisme colonne vertébrale par des tirs continus toux. D'autres complications de la toux pourraient être fractures Le stress au côtes inférieur, l 'hernie abdominale ou de l'aine chez les personnes sensibles, comme les travailleurs impliqués dans des travaux lourds, et Le syndrome de Tietze également chez les personnes prédisposées, comme les femmes au foyer qui ont utilisé fréquemment batteur. Dans les plus pauvres de la société, comme toutes les maladies à un degré plus ou moins invalidantes, a aussi eu un impact économique important sur la famille, à la fois le coût des longs remèdes pour la perte d'emploi, lorsque la personne concernée était le travailleur principal de la même par exemple dans la famille d'un mineur ou ouvrier.

La pneumonie est aujourd'hui une maladie très commune qui touche environ 450 millions de personnes par an, dans toutes les régions du monde.[7] Il est une des principales causes de décès chez tous les âges: il est responsable de près de 4 millions de décès (7% de la mortalité mondiale totale) par an[7][21]: Ce sixième parmi les rangs des catégories de maladies qui causent la mortalité.[22] Les cas sont plus fréquents chez les enfants de moins de cinq ans et chez les adultes de plus de 75 ans.[7] La pneumonie se produit environ cinq fois plus fréquemment les pays en développement plutôt que dans le monde développé.[7] La pneumonie virale a environ 200 millions de cas.[7] en États-Unis, depuis 2009, la pneumonie est la huitième principale cause de décès.[23]

Pneumonie chez les enfants

En 2008, la pneumonie a touché environ 156 millions d'enfants (151 millions dans le monde en développement et cinq millions dans les pays développés).[7] Cela a donné lieu à 1,6 million de décès et 28-34% de tous les décès d'enfants de moins de cinq ans. 95% de ceux-ci a eu lieu dans les pays en développement.[7][24] Les pays ayant le plus grand nombre de cas sont les suivants: Inde (43 millions), Chine (21 millions) et Pakistan (10 millions).[25] Il est la principale cause de décès chez les enfants vivant dans les pays à faible revenu.[7][21] Un grand nombre de ces décès surviennent durant la période néonatale. L 'Organisation mondiale de la Santé Il estime qu'un décès sur trois chez les nourrissons est due à la pneumonie.[26] comme il est causé environ la moitié de ces décès pourrait théoriquement être empêché de bactéries pour lesquels il n'y a pas efficace vaccin.[27]

étiologie

La pneumonie est causée principalement par des infections bactéries (20-60% des cas[28]) ou virus et moins fréquemment de champignons et parasites, et les substances toxiques[29] et les dommages mécaniques du poumon. Bien qu'il existe plus de 100 souches d'agents infectieux identifiés, seuls quelques-uns sont responsables de la plupart des cas. Des infections mixtes avec des virus et des bactéries peuvent se produire jusqu'à 45% des cas dépistés chez les enfants et 15% chez les adultes.[7] Un agent causal ne peut pas être isolé dans environ la moitié des cas, malgré la disponibilité des tests précis.[17]

Le terme « pneumonie » est parfois utilisé largement pour toute condition entraînant une inflammation des poumons (causée par exemple par un maladie auto-immune, de brûlures ou des réactions chimiques médicaments).[30][31] Les agents infectieux ont été historiquement divisés en « typique » et « atypique » sur la base de leurs présentations présumées, mais les données cliniques ne prennent pas en charge cette distinction et, par conséquent, cette division n'est plus utilisé.[32]

Conditions et facteurs de risque qui prédisposent à la pneumonie sont les suivants: tabagisme, immunodéficience, alcoolisme, maladie pulmonaire obstructive chronique, maladie rénale chronique et la maladie du foie.[23] L'utilisation d'acide-suppresseurs, tels que les inhibiteurs de la pompe à protons, Elle est associée à un risque accru de contracter une pneumonie.[33] âge prédispose également à la maladie.[23]

La propagation de la pneumonie se produit principalement due à l'inhalation d'agents pathogènes, bien que d'autres pathologies système respiratoire ou système lymphatique peut prédisposer à son développement.[34]

la pneumonie aspiration est un bronchopneumonie qui se développe en raison de l'entrée de matières étrangères dans les voies respiratoires, venant souvent de la bouche ou de l'estomac (y compris la nourriture, la salive ou les sécrétions nasales). Sur la base de l'acidité du matériau aspiré, vous pouvez développer une pneumonie due à la chimie, et les bactéries pathogènes peuvent aggraver l'inflammation.

pneumonie bactérienne

pneumonie
Streptococcus pneumoniae

Les bactéries sont la cause la plus fréquente de pneumonie communautaire, le Streptococcus pneumoniae isolé dans presque 50% des cas.[35][36] D'autres bactéries sont souvent isolées: Haemophilus influenzae à 20%, Chlamydophila pneumoniae à 13%, Mycoplasma pneumoniae dans 3% des cas[35], et de suivre Staphylococcus aureus, Moraxella catarrhalis, Legionella pneumophila et bacilles Gram négatif comment Klebsiella pneumoniae.[17] Les cas de pneumonie résistant au médicament en raison de certaines de ces bactéries sont de plus en plus fréquent: parmi ceux-ci en particulier Streptococcus pneumoniae résistant aux médicaments (DRSP: Résistant aux médicaments Streptococcus pneumoniae) Et Staphylococcus aureus Résistant à la méthicilline (SARM).[23]

La propagation des micro-organismes est facilitée quand il y a peu les facteurs de risque.[17] Par exemple, l 'alcoolisme Elle est associée à Streptococcus pneumoniae, corps anaérobie et Mycobacterium tuberculosis. Le tabagisme favorise les effets de Streptococcus pneumoniae, Haemophilus influenzae, Moraxella catarrhalis et Legionella pneumophila. Contact avec oiseaux Elle est associée à Chlamydia psittaci, animaux de ferme à Coxiella burnetii, l'aspiration du contenu de la estomac à divers organismes anaérobies. Enfin, le fibrose kystique Elle est liée à l'infection par Pseudomonas aeruginosa et à celle de Staphylococcus aureus.[17] la Streptococcus pneumoniae Il est plus fréquent en hiver.[17]

pneumonie virale

pneumonie
la le virus respiratoire syncytial humain (RSV), l'un des agents pathogènes causant la pneumonie virale, vu dans microscope électronique.

Chez les adultes, les virus représentent environ un tiers des causes de la pneumonie[7] tandis qu'environ 15% chez les enfants.[37] Les agents fréquemment impliqués comprennent: rhinovirus, coronavirus, Orthomyxoviridae, le virus respiratoire syncytial humain (RSV) adénovirus et parainfluenza.[7][38] la virus herpès simplex causent rarement une pneumonie, sauf dans certains groupes de personnes, comme les nouveau-nés, les patients oncologique, transplanté et ceux qui ont subi des brûlures graves.[39] Les personnes qui subissent des transplantations d'organes ou immunodéprimés, ont des taux élevés de pneumonie cytomégalovirus.[37][39]

Les patients atteints d'une pneumonie virale peuvent être surinfectent par des bactéries Streptococcus pneumoniae, de Staphylococcus aureus, dall 'Haemophilus influenzae, surtout quand ils ont plus de problèmes de santé.[23][37]

Différents virus prédominent à différents moments de l'année; par exemple, au cours de la grippe saisonnière, la Orthomyxoviridae Ils peuvent causer plus de la moitié de tous les cas viraux.[37] D'autres virus épidémies peuvent parfois se produire, y compris hantavirus et coronavirus.[37]

anatomie pathologique

En présence de certaines infections virales, vous pouvez présenter des expositions spéciales: nécrose dell 'épithélium bronchique et alvéolaire avec une inflammation aiguë (infections varicellae et adénovirus), les cellules épithéliales géantes avec des inclusions cytoplasmiques ou nucléaires (en cas d'infection cytomégalovirus) Et les effets cytopathiques.

champignons Pneumocystis

Pneumonie fongique est rare et survient le plus souvent chez les personnes système immunitaire affaibli en raison de SIDA, de prendre médicaments immunosuppresseurs ou d'autres problèmes de santé.[17][40] Le plus souvent, elle est causée par Histoplasma capsulatum, Blastomyces, Cryptococcus neoformans, Pneumocystis carinii et Coccidioides immitis. L 'histoplasmose Il est plus fréquent dans le bassin de fleuve Mississippi, tandis que coccidioidomycosis Il est plus fréquent aux États-Unis du sud-ouest.[17] Les cas ont augmenté dans la seconde moitié de XX siècle en raison des déplacements fréquents et immunosuppression de la population.[40]

Pneumopathie due aux parasites

Une variété d'organismes nuisibles (protozoaire, ascaris et flatworms) Peut affecter les poumons, y compris: Toxoplasma gondii, la Strongyloides stercoralis, l 'Ascaris lumbricoides, et Plasmodium malariae.[41] Ces organismes, en général, entrent dans le corps par contact direct avec la cuir, par ingestion ou par l'intermédiaire d'un insecte transporteur.[41] À l'exception de la Paragonimus westermani (Responsable de la paragonimose), La plupart des parasites ne touchent pas spécifiquement les poumons, mais les impliquer secondairement à d'autres sites.[41] Certains parasites, en particulier ceux qui appartiennent à genres Ascaris et strongyloides, stimuler une forte réaction éosinophiles, ce qui peut provoquer une Aiguë pneumonie éosinophile.[41] Dans d'autres infections, telles que paludisme, L'atteinte pulmonaire est principalement due à cytokines l'inflammation systémique induite.[41] Dans le monde développé ces infections sont plus fréquentes chez les personnes qui reviennent de Voyage ou des immigrants;[41] globalement, ils sont plus fréquents chez ceux qui ont un système immunitaire déficient.[42]

pneumopathie non infectieuse

pneumonie
image histopathologique de la fibrose pulmonaire causée par une pneumonie interstitielle

La pneumonie non-infectieuse souvent la cause allergique ou inconnue (idiopathique)[43] peintures et les causes de la maladie pulmonaire diffuse.[44]

  • la d'habitude pneumonie interstitielle (UIP) est une maladie pulmonaire interstitielle chronique, et est l'image pathologique la fibrose pulmonaire idiopathique, une pathologie primitive du tissu interstitiel ainsi que le point d'arrivée de plusieurs maladies pulmonaires; il consiste en une dégénérescence fibreuse du parenchyme pulmonaire.
  • la Bronchiolite oblitérante - pneumonie dans l'organisation (BOOP), ou pneumonie organisée cryptogénique (COP), Il est une forme non infectieuse d'une pneumonie, une maladie inflammatoire qui affecte les poumons et en particulier la façon peribronchiolare composant. Elle est souvent causée par une maladie inflammatoire chronique sous-jacente, commela polyarthrite rhumatoïde.
  • la pneumonie éosinophile, dans ses formes aigu et chronique, est une maladie pulmonaire interstitielle idiopathique souvent.
  • la bronchiolite respiratoire avec interstitiel (RB-ILD), ou d'une maladie pulmonaire interstitielle associée à la bronchiolite, est un trouble rare des poumons qui affecte les fumeurs réguliers.
  • la desquamative pneumonie interstitielle maladie pulmonaire interstitielle idiopathique est due à une accumulation de macrophages dans le niveau alvéolaire.
  • la pneumopathie d'hypersensibilité ou alvéolite allergique Elle englobe un spectre de maladies pulmonaires interstitielles et, en particulier à médiation immunitaire, provoquée par une exposition intense et prolongée à des poussières organiques et des antigènes liés par inhalation dans le lieu de travail.
  • la pneumonie interstitielle lymphoïde (LIP) est une pneumonie interstitielle rare, caractérisé par un 'hyperplasie tissu lymphoïde.
  • la la pneumonie interstitielle aiguë (AIP) est également appelé SDRA idiopathique, et est une forme rare de caractère de pneumonie interstitielle.
  • la pneumonie interstitielle non spécifique (NSIP) est une autre maladie pulmonaire interstitielle inflammatoire.

anatomie pathologique

Être pneumonies interstitielles, vous pouvez voir comment la microscopiquement réaction inflammatoire est limitée aux parois alvéolaires. Le septum alvéolaire, en fait, se produire oedémateuse et épaissie avec un infiltrat principalement composée de lymphocytes, histiocytes et, moins fréquemment, cellules plasmatiques. au sein de la alvéoles pulmonaires vous pouvez trouver le matériel rosaceo hyalin.

pathogénèse

pneumonie
Pneumonie due au remplissage alvéoles pulmonaires des poumons liquides, ce qui empêche l'oxygénation. La prise de gauche est normale, tandis que la droite est pleine de liquide.

Pneumonie commence souvent comme des voies respiratoires supérieures qui se déplace à l'infection des voies respiratoires inférieures.[45]

pneumonie bactérienne

La plupart des bactéries pénètre dans les poumons par l'aspiration des organismes qui résident dans la cavité buccale ou nez.[23] La moitié des gens normaux ont ces petites aspirations pendant le sommeil.[32] Alors que le cavité buccale contient toujours les bactéries, les potentiellement infectieux y résident seulement à certains moments et dans certaines conditions.[32] Une minorité de bactéries, telles que Mycobacterium tuberculosis et Legionella pneumophila Ils peuvent atteindre les poumons par des gouttelettes en suspension contaminées.[23] Les bactéries peuvent également se propager par le sang.[46] Une fois dans les poumons, les bactéries peuvent envahir les espaces entre les cellules et, où les alvéoles macrophages et neutrophiles essayez de les désactiver.[47] Les neutrophiles sont également en mesure de libérer cytokines, provoquant une activation générale du système immunitaire.[48] Cela conduit à fièvre, frissons et fatigue.[48] Les neutrophiles, les bactéries et les liquides exsudats de vaisseaux sanguins remplissent les alvéoles consolidation résultant qui peut être observé par radiographie thoracique.[49]

pneumonie virale

Les virus peuvent atteindre les poumons par un certain nombre de routes. Le virus respiratoire syncytial est généralement contracter quand les gens touchent des objets contaminés, puis toucher vos yeux ou le nez.[37] D'autres infections virales se produisent quand elle est contaminée par des gouttelettes en suspension par inhalation par la bouche ou le nez.[23] Une fois dans les voies respiratoires supérieures, les virus peuvent se frayer un chemin vers les poumons, où ils envahissent les cellules qui tapissent les voies respiratoires, la alvéoles pulmonaires ou parenchyme pulmonaire.[37] Certains virus, comme la rougeole et l'herpès simplex peut atteindre les poumons par la sang.[50] Leur invasion peut conduire à des degrés divers de la mort cellulaire.[37] Lorsque le système immunitaire réagit au virus, il peut y avoir des lésions pulmonaires plus sévères.[37] la globules blancs de façon prédominante sont les premiers à commencer le processus inflammatoire.[50] En plus affectant les poumons, de nombreux virus attaquent simultanément d'autres organes et peuvent donc affecter l'ensemble des fonctions de l'organisme. Le virus peut rendre le corps plus sensible aux infections bactériennes, ainsi la pneumonie bactérienne peut se produire comme condition de comorbidités.[38]

complications

état septique

la état septique Il est une complication potentielle de la pneumonie, mais se produit généralement chez les personnes ayant un système immunitaire faible ou asplénie. Le plus souvent en cause sont les micro-organismes Streptococcus pneumoniae, l ' Haemophilus influenzae et Klebsiella pneumoniae.

épanchement pleural, empyème et abcès

pneumonie
Radiographie pulmonaire montrant une grande épanchement pleural (A) Qui occupe plus de la moitié hémithorax droit (B).

Dans un cas de pneumonie, peut venir pour former un épanchement pleural, une collection de liquide dans l'espace pleural, l'espace qui entoure le poumon.[51] Les micro-organismes peuvent infecter ce fluide, provoquant une empyème, qui est une collection de pus.[51] Pour distinguer l'empyème de l'épanchement pleural plus commun, le fluide peut être aspiré par une aiguille (thoracentèse) et examiné.[51]

Si cet examen montre la présence d'un empyème, il est nécessaire de prévoir un drainage complet du pus.[51] Dans les cas graves de empyème vous peut être nécessaire chirurgie[51]: Si le liquide n'est pas supprimé infecté, l'infection peut persister, parce que les antibiotiques ne pénètrent pas bien dans la cavité pleurale et par le pus.

Cependant, lorsque le fluide est stérile, il ne doit être supprimée si elle est la cause des symptômes, ou si la condition est pas résolu.[51]

De plus rarement dans les poumons les bactéries peuvent former une accumulation de liquide infecté, l 'abcès pulmonaire.[51] abcès pulmonaires peuvent généralement être vus avec une radiographie thoracique, mais nécessitent souvent tomodensitométrie pour confirmer le diagnostic.[51] Se produisent généralement dans les abcès pneumonie aspiration et souvent ils contiennent plusieurs types de bactéries. Les antibiotiques administrés pendant une longue période sont généralement suffisantes pour traiter un abcès pulmonaire, mais ils doivent parfois être drainée par un chirurgien ou radiologue interventionnel.[51]

arrêt respiratoire

La pneumonie peut aussi causer arrêt respiratoire, déclenchement syndrome de détresse respiratoire (ARDS), qui est dérivée de la combinaison de l'infection et de la réponse inflammatoire. Les poumons se remplissent rapidement et deviennent liquides rigide. Cette raideur, combinée avec les graves difficultés en raison de l'oxygénation du liquide, peut nécessiter de longues périodes de ventilation mécanique pour la survie.[37]

D'autres causes des symptômes doivent être considérés comme infarctus du myocarde ou un 'embolie pulmonaire.[52]

clinique

La pneumonie est le plus souvent classé selon le lieu et le mode d'acquisition: acquis communautaire, par aspiration, associés aux soins de santé, acquises à l'hôpital, ou associé à la ventilation mécanique.[35]

Il peut également être classé en fonction du poumon affecté: la pneumonie lobaire, une broncho-pneumonie et la pneumonie interstitielle aiguë.[35] Il peut également être classé selon 'agent causal.[53]

La pneumonie chez les enfants peuvent également être classés, selon les signes et les symptômes, tels que pas grave, grave ou très grave.[54]

La pneumonie est généralement diagnostiquée sur la base d'une combinaison de signes physique et radiographie la thorax.[55] Cependant, la cause peut être difficile à confirmer, car il n'y a pas de test définitif en mesure de faire la distinction entre origine bactérienne et non bactérienne.[7][55]

Signes et symptômes

pneumonie
La plupart des symptômes importants de la pneumonie.

Le diagnostic de l'infection des voies respiratoires inférieures peut être faite sur la base des signes et des symptômes, mais sa confirmation nécessite des tests.[56]

Fréquence des symptômes[57]
symptôme fréquence
toux
79-91%
fatigue
90%
fièvre
71-75%
Essoufflement
67-75%
expectorations
60-65%
douleur thoracique
39-49%

La fièvre est pas très spécifique, ont été rencontrées dans de nombreuses autres maladies courantes, et peut être absente chez les personnes atteintes de maladie grave ou malnutrition. De plus, la toux est souvent absente chez les enfants de moins de 2 mois.[24]

Malgré les symptômes et la signes cliniques Ils sont variés et dépendent de l'âge du patient et la cause de la maladie peuvent se produire des symptômes communs tels que: fièvre (Souvent élevé) toux, production de crachat et une douleur thoracique aiguë. Dans certains cas également se produire respiration rapide et pleurésie.[58]

Dans la confusion des personnes âgées, mentale peut être le signe le plus évident.[58]

la signes et symptômes typique chez les enfants de moins de cinq ans sont la fièvre, la toux et une respiration rapide ou difficile.[24] L 'Organisation mondiale de la Santé diagnostic clinique défini de pneumonie chez les enfants sur la base de toux ou des difficultés respiratoires associées à une fréquence respiratoire rapide ou une diminution de la niveau de conscience[59] (Fréquence respiratoire rapide est définie comme 60 respirations par minute ou plus chez les enfants de moins de 2 mois, 50 dossiers ou plus par minute chez les enfants de 2 mois à 1 an, 40 respirations ou plus chez les enfants âgés de 1 à 5 ans[59]).

signes et symptômes plus graves peuvent inclure: cyanose la peau, la réduction de la soif, convulsions, vomi persistants, des températures élevées, une diminution niveau de conscience.[23][24]

examen physique

aider
hochets (Fichier info)
Hochets entendu par stéthoscope chez un patient avec une pneumonie.

L'examen physique peut parfois révéler la présence de tension basse, fréquence cardiaque élevée ou faible saturation en oxygène.[58] Le taux respiratoire peut être plus rapide que la normale (tachypnée), Et généralement, il se produit un jour ou deux avant que d'autres signes.[23][32]

L'examen de la poitrine peut être normal, mais peut montrer l'expansion réduite du côté affecté.

bruits respiratoires peuvent être auscultées, sur la zone touchée pendant l'inhalation, par le stéthoscope.[58]

Les tests de laboratoire et instrumental

Chez l'adulte, dans les cas légers, des études d'imagerie ne font généralement pas nécessaire[60]Si tous les paramètres vitaux et l 'auscultation semble normal, il y a un très faible risque de pneumonie.[61]

Chez les personnes dont l'hospitalisation est nécessaire, il est recommandé d'évaluer saturation de l'hémoglobine artérielle, la radiographie du thorax et Des tests sanguins, y compris une Radio-Canada complets, les électrolytes sériques, les niveaux de La protéine C-réactive et éventuellement des tests de la fonction hépatique.[60]

Les techniques d'imagerie

pneumonie
Tomodensitométrie (TAC): pneumonie généralisée dans le poumon droit

Une radiographie thoracique est souvent utilisé pour formuler un diagnostic.[24] Chez les personnes atteintes des conditions douces, l 'imagerie il est nécessaire que lorsque l'on craint des complications potentielles, quand aucune des améliorations après le traitement, ou dans ceux où la cause est incertaine.[24][60] Si une personne est dans une condition d'exiger une hospitalisation, une radiographie pulmonaire est recommandée.[60] Les résultats ne correspondent pas toujours à la gravité de la maladie et n'est pas un test fiable pour établir une distinction entre une infection bactérienne et virale.[24]

pneumonie
TAC la poitrine d'un patient souffrant d'une pneumonie avec des abcès caverneux (en haut à droite et au centre)

La présentation à la pneumonie Rayons X Il peut être classé comme la pneumonie lobaire, bronchopneumonie (Également connu comme la pneumonie lobulaire), et une pneumonie interstitielle.[62]] Cependant, les résultats peuvent varier, et il existe d'autres types de pneumonie.[35] la pneumonie par aspiration Il peut présenter des opacités bilatérales principalement dans les bases des poumons et sur le côté droit.[35] Dans les premiers stades de la maladie, il peut y avoir aucune conclusion radiologique, en particulier en présence d'une condition concomitante de déshydratation. En outre, la condition peut être difficile à interpréter dans les obèse ou ont des antécédents de maladie pulmonaire.[23] la tomodensitométrie Il peut fournir des informations supplémentaires dans les cas indéterminés.[35]

La recherche microbiologique

Normalement, la détermination de l'agent causal est pas pratique et généralement ne modifie pas la prise en charge de la maladie.[24] Pour les personnes qui ne répondent pas au traitement doivent être considérés comme un culture dell 'crachat. Chez les personnes atteintes de la toux productive chronique est recommandée pour une culture Mycobacterium tuberculosis.[60] Le dépistage d'autres organismes spécifiques peut être recommandée si vous êtes au courant épidémies, pour des raisons de santé publique.[60] Dans ceux qui sont hospitalisés pour une maladie grave, ils sont recommandés à la fois la culture du sang de la culture de crachats,[60] comment le test de urine pour antigènes de Legionella et streptocoque.[63] Les infections virales peuvent être confirmées par la reconnaissance des deux virus que de ses antigènes grâce à réaction en chaîne de la polymérase (PCR).[7] L'agent causal est déterminé que dans 15% des cas avec les tests microbiologiques de routine.[58]

Diagnostic différentiel

De nombreuses maladies peuvent présenter des signes et des symptômes semblables à la pneumonie, tels que: maladie pulmonaire obstructive chronique (COPD), l 'asthme, l 'œdème pulmonaire, bronchectasie, Le cancer du poumon et l 'embolie pulmonaire.[58] Contrairement à la pneumonie, l'asthme et la BPCO présentent habituellement une respiration sifflante, œdème pulmonaire est souvent associée à une électrocardiogramme anormale, le cancer et bronchectasie avec une toux plus durable. Enfin l'embolie pulmonaire implique également une apparition de la douleur thoracique aiguë et essoufflement.[58]

Les cas de pneumonie virale ou bactérienne habituellement présente avec des symptômes similaires.[46] Parfois, l'étiologie peut être associée à classique, mais les caractéristiques cliniques non spécifiques. La pneumonie causée par Legionella peut se produire avec des douleurs abdominales, diarrhée et de la confusion,[64] tandis que la pneumonie causée par Streptococcus pneumoniae Elle est associée à des crachats de couleur rouille,[65] pneumopathie Klebsiella Il peut présenter un crachat sanglant, souvent décrit comme « gelée de groseille. »[57] Crachats de sang (connu sous le nom hémoptysie) Peut également se produire dans tuberculose, pneumonie Gram négatif, en abcès et du poumon, ainsi que plus généralement dans la bronchite aiguë.[23] Pneumocystis Mycoplasma Il peut se produire en association avec le gonflement des les ganglions lymphatiques cou, douleurs articulaires ou d'une infection de l'oreille moyenne.[23] La pneumonie virale est plus fréquente avec la respiration sifflante par rapport à la pneumonie bactérienne.[46]

Pulmonaire Nell'infarto vous hémoptysie et la douleur précède la fièvre; nell'atelettasia manquent des râles de l'absence de flux d'air et il y a absence de murmore vésiculaire.[66]

traitement

TROTTOIR-65
symptôme terme anglais score
Confusion nouvelle apparition Confusion
+1
Urée> 7 mmol / L (19 mg / dl) Urea
+1
Fréquence respiratoire> 30 Rtaux espiratory
+1
la pression systolique <90 mmHg
et / ou
pression diastolique < 60 mmHg
Bpression lood
+1
âge ≥ 65 âge
+1

Dans les cas moins graves, le patient peut être traité à domicile, dans les cas graves (complications sont embolie pulmonaire, abcès pulmonaire, L'insuffisance rénale aiguë, septicémie etc.) est souvent l'hospitalisation nécessaire.

En général, l'administration de antibiotiques par voie orale et simple analgésiques, un repos et de liquide sont suffisantes pour obtenir une guérison complète.[60] Cependant, les patients qui ont des conditions médicales supplémentaires, les personnes âgées ou ceux qui ont des problèmes respiratoires importants, peuvent nécessiter des traitements plus avancés. Si les symptômes se aggravent, la pneumonie ne s'améliore pas avec le traitement à domicile, ou de complications, une hospitalisation peut être nécessaire.[60] Dans le monde, environ 7-13% des cas chez les enfants sont suivis pendant l'hospitalisation[60], tandis que dans le monde développé entre 22 et 42% des adultes atteints de pneumonie nosocomiale sont hospitalisés.[60]

le score TROTTOIR-65 il est utile de déterminer la nécessité d'une hospitalisation chez les adultes.[60] Si le score est 0 ou 1, la condition peut habituellement être à la maison, s'il y a une seconde, un court séjour à l'hôpital ou à proximité suivi devient nécessaire, si le score atteint 3-5, l'hospitalisation est recommandée.[60] Les enfants souffrant d'insuffisance respiratoire ou saturation de 90% moins d'oxygène, doivent être hospitalisés.[67] L'utilité de physiothérapie pneumonie respiratoire n'a pas encore été déterminé.[68] La ventilation non invasive peut être utile pour les patients hospitalisés dans les services soins intensifs.[69] médicaments en vente libre pour la toux ne sont pas révélées efficaces[70], ou l'administration d'utilité démontrée zinc chez les enfants.[71] Les preuves sont insuffisantes pour mucolytiques.[70]

Traitement de la pneumonie bactérienne

L'administration de antibiotiques Il peut améliorer les résultats chez les patients atteints d'une pneumonie bactérienne.[21] La décision de prescrire un antibiotique dépend d'abord des caractéristiques de la personne, comme l'âge, l'état de santé et la position acquise infection. en Royaume-Uni, traitement empirique amoxicillin Il est recommandé en première ligne pour la pneumonie d'origine communautaire, avec doxycycline ou clarithromycine choix comme alternatives.[60] en Amérique du Nord, où les formes « atypiques » de pneumonies communautaires sont plus fréquents, la macrolides (comme azithromycine ou érythromycine) et doxycycline sont favoris pour adultes comme amoxicillin externes de première ligne.[36][72] Chez les enfants présentant des symptômes légers ou modérés, reste la première amoxicilline ligne.[67] L'utilisation de fluoroquinolones dans les cas légers, il est déconseillé en raison des effets secondaires.[36][73] La durée du traitement a traditionnellement longtemps que sept à dix jours, mais plus de preuves suggère que des périodes plus courtes (de trois à cinq jours) sont tout aussi efficaces.[74] En ce qui concerne la pneumonie acquise en infection nosocomiale l'administration est recommandé de céphalosporines des troisième et quatrième génération, carbapénèmes, fluoroquinolones, aminoglycosides et la vancomycine (premier choix Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM).[75] Ces antibiotiques sont souvent administrés à intraveineuse et utilisé en combinaison.[7] Chez les patients traités en milieu hospitalier, plus de 90% grâce à l'amélioration de l'antibiothérapie initiale.[32]

Traitement de la pneumonie virale

pneumonie
une représentation graphique molécule de oseltamivir, un drogue antiviral utilisé dans le traitement de la grippe A ou B.

les inhibiteurs de la neuraminidase peuvent être administrés pour le traitement de la pneumonie virale causée par le virus de la grippe (influenza A et influenza B).[7] pas de médicaments antiviraux spécifiques sont recommandés pour d'autres types de pneumonie virale acquises dans la communauté, y compris SRAS, coronavirus pneumonie, adénovirus, hantavirus et virus parainfluenza.[7] La grippe peut être traitée avec amantadine ou la rimantadine, tandis que la grippe A ou B peuvent être traités avec l 'oseltamivir, la zanamivir ou Peramivir.[7] L'avantage de traitement maximal que vous si elle est lancée dans les 48 heures suivant l'apparition des symptômes.[7] De nombreuses souches de la grippe A H5N1, également connu sous le la grippe aviaire, Ils ont montré une résistance à l'amantadine et la rimantadine.[7] L'utilisation d'antibiotiques dans la pneumonie virale est recommandée par certains experts comme il est impossible d'exclure une complication d'une infection bactérienne.[7] la British Thoracic Society Il a recommandé que les antibiotiques ne sont pas recommandés dans les cas de maladie bénigne.[7] L'utilisation de corticostéroïdes Il est controversé.[7]

Traitement de la pneumonie aspiration

En général, la pneumonie aspiration est traitée de manière conservatrice au moyen d'antibiotiques seulement indiqués pour ce type d'infection.[76] Le choix des antibiotiques dépend de plusieurs facteurs, y compris le corps soupçonné d'être la cause de la pneumonie et si elle a été acquise dans la communauté ou dans un hôpital. Les options les plus courantes sont clindamycine, la combinaison d'un antibiotique bêta-lactamines et métronidazole ou aminosides.[77] Les corticostéroïdes sont parfois utilisés dans la pneumonie aspiration, mais il y a peu de preuves à l'appui de leur efficacité.[76]

pronostic

Avec le traitement, la majorité de la pneumonie d'origine bactérienne tend à se stabiliser en 3-6 jours.[78] Toutefois, il faut quelques semaines avant que la plupart des symptômes régressent.[78] La radiographie X se trouve être négative dans les quatre semaines et mortalité Il est faible (moins de 1%).[23][79] Chez les personnes âgées ou chez les personnes qui ont d'autres problèmes de santé, le rétablissement peut prendre plus de 12 semaines. Chez les personnes qui ont besoin d'une hospitalisation, la mortalité peut atteindre 10%, tandis que ceux qui sont admis à soins intensifs avec des taux variant entre 30% et 50%.[23] La pneumonie est l'nosocomiale la plus fréquente d'infection.[32] Avant l'avènement de antibiotiques, la mortalité était généralement 30%.[17]

Des complications peuvent survenir, en particulier chez les patients âgés et chez les personnes atteintes d'autres problèmes de santé.[79] Cela peut inclure, entre autres: empyème, abcès poumon, bronchiolite oblitérante, syndrome de détresse respiratoire, état septique et l'aggravation des problèmes de santé sous-jacents.[79]

Les critères de prédiction clinique

certaines règles de prédiction clinique ont été développés pour prédire de façon plus objective l'évolution d'un cas de pneumonie.[32] Ces règles sont souvent utilisées pour décider si oui ou non d'hospitaliser le patient.[32]

  • "Pneumonie Indice de gravité« Indice de gravité Pneumonie (ou » score PSI« )[32]
  • TROTTOIR-65, qui tient compte de la gravité des symptômes, les maladies sous-jacentes et de l'âge[80]

prévention

La prévention comprend la pneumonie vaccination, l'adoption de mesures adéquates de comportement et un traitement approprié de tout autre problème de santé.[58] On croit que, si des mesures de prévention appropriées ont été prises, la mortalité chez les enfants, il pourrait être réduite de 400 000 et que si un traitement approprié étaient universellement disponibles, la mortalité infantile pourrait être réduite de 600.000 unités supplémentaires.[46]

arrêter de fumer[60] et de réduire l'exposition à l'air pollué sont des stratégies fortement recommandé que possible.[24][46] Le tabagisme semble être le plus grand facteur de risque pour la pneumonie à pneumocoques chez les adultes en bonne santé.[63] Attention et des mains L'hygiène habitude de tousser dans un mouchoir en papier, peut-être des mesures préventives plus efficaces.[81] L'utilisation de masques chirurgicaux par ceux qui sont malades peuvent prévenir la maladie dans la population.[63]

Le traitement approprié pour la maladie sous-jacente (commeSIDA, la diabète sucré et malnutrition) Peut réduire le risque.[46][81][82] Chez les enfants de moins de 6 mois, le 'L'allaitement maternel exclusif et réduit à la fois le risque et la gravité de la maladie.[46] Chez les patients infectés par le VIH / sida et le nombre de CD4 inférieur à 200 cellules / uL, l'administration de l'antibiotique cotrimoxazole diminue le risque de pneumocystose.[83] Le co-trimoxazole peut également être utile pour la prévention chez les personnes immunodéprimées, mais ne sont pas infectés HIV.[84]

Chez les femmes dans un état de grossesse, test de streptocoque du groupe B et de la Chlamydia trachomatis et l'administration éventuelle d'un traitement antibiotique réduit les taux de pneumonie chez les nourrissons.[85][86] L'adoption de mesures de prévention de la transmission mère-enfant peut aussi être efficace.[87] L'aspiration de la bouche et de la gorge avec les enfants méconium de le liquide amniotique il n'a pas été démontré pour réduire le taux de pneumonie aspiration et peut causer des dommages potentiels[88], alors cette pratique est déconseillée dans la plupart des situations.[88] Chez les personnes âgées, un bon soins de santé bucco-dentaire peut réduire le risque de pneumonie aspiration.[89]

vaccination

La vaccination empêche certaines pneumonies bactériennes et virales tant chez les enfants que chez les adultes. la vaccin contre la grippe Il est modérément efficace contre la grippe A et B.[7][90] la Centers for Disease Control and Prevention (CDC) recommande la vaccination annuelle pour chaque personne âgée de 6 ans et plus.[91] La vaccination des travailleurs de la santé diminue le risque de contracter la pneumonie virale chez leurs patients.[63] Quand ils se produisent épidémies la grippe, des médicaments comme amantadine ou rimantadine peut aider à prévenir la maladie.[92] On ne sait pas si 'oseltamivir ou zanamivir sont efficaces en raison du fait que l'entreprise qui fabrique oseltamivir a refusé de libérer les données de l'étude pour une analyse indépendante.[93]

Vaccinations contre 'Haemophilus influenzae et contre la Streptococcus pneumoniae Ils ont fourni des preuves suffisantes pour recommander leur utilisation.[45] La vaccination contre les enfants Streptococcus pneumoniae Il a conduit à un mineur incidence de ces infections chez les adultes, en vertu du fait que beaucoup d'entre eux contracter des infections des enfants. Un vaccin contre la Streptococcus pneumoniae Il est disponible pour les adultes, et a été montré pour réduire le risque de maladie invasive à pneumocoques.[94] D'autres vaccins qui offrent un effet protecteur contre la pneumonie comprennent ceux contre coqueluche, la varicelle et rougeole.[81]

notes

  1. ^ à b (FR) Angela McLuckie, Les maladies respiratoires et sa gestion, New York, Springer, 2009, p. 51, ISBN 978-1-84882-094-4.
  2. ^ (FR) Richard Leach, Aiguë et médecine de soins intensifs en un coup d'oeil, 2e éd., Wiley-Blackwell, 2009 ISBN 1-4051-6139-6. Récupéré le 21 Avril 2011,.
  3. ^ (FR) Jeffrey Pommerville, Principes de la microbiologie de Alcamo, 9 e éd., Sudbury MA, Jones Bartlett, 2010, p. 323, ISBN 0-7637-6258-X.
  4. ^ (FR) AA.VV., dictionnaire médical de Stedman, ed 28., Philadelphie, Lippincott Williams Wilkins, 2006 ISBN 978-0-7817-6450-6.
  5. ^ (FR) Bonnie Ashby et Carol Turkington, L'encyclopédie des maladies infectieuses, 3e éd., New York, Facts on File, 2007, p. 242, ISBN 0-8160-6397-4. Récupéré le 21 Avril 2011,.
  6. ^ (FR) William Osler, Principes et pratique de la médecine, 4e édition, New York, D. Appleton and Company, 1901, p. 108. (Déposé par 'URL d'origine 8 juillet 2007).
  7. ^ à b c et fa g h la j k l m n ou p q r s t u v w x y (FR) O. Ruuskanen et al., pneumonie virale, en lancette, vol. 377, nº 9773, le 9 Avril 2011, pp. 1264-1275, DOI:10.1016 / S0140-6736 (10) 61459-6, PMID 21435708.
  8. ^ (FR) Ronald George, Pneumologie: l'essentiel de la médecine de soins pulmonaires et critiques, 5e éd., Philadelphie, Lippincott Williams Wilkins, 2005, p. 353, ISBN 978-0-7817-5273-2.
  9. ^ à b (FR) Ralph Feigin, Manuel des maladies infectieuses pédiatriques, 5e éd., Philadelphie, W. B. Saunders, 2004, p. 299 ISBN 978-0-7216-9329-3.
  10. ^ Maïmonide, Fusul Musa ( "Pirké Moshe« ).
  11. ^ (DE) Edwin Klebs, Beiträge zur Kenntniss der pathogenen Schistomyceten. VII Die Monadinen, en Arch. Exptl. Pathol. Parmakol., vol. 4, 5/6, le 10 Décembre, 1875, pp. 480-8.
  12. ^ (DE) Carl Friedländer, Die bei der über Schizomyceten acuten fibrösen Pneumonie, en Arche de Virchow Pathol. Anat. U. Physiol., vol. 87, n ° 2, 4 Février 1882, pp. 319-324, DOI:10.1007 / BF01880516.
  13. ^ (DE) Albert Fraenkel, Über die véritable Pneumonie, Verhandlungen des Congrès für innere Medicin, en Congrès dritter, vol. 3, 21 Avril 1884, p. 17-31.
  14. ^ (DE) Hans Christian Gram, Über die isolierte Färbung der Schizomyceten dans Schnitt- und Trocken-präparaten, en Fortschr. Med, vol. 2, n ° 6, 15 Mars 1884, pp. 185-9.
  15. ^ (FR) Joseph Tomashefski, pathologie pulmonaire du Dail et Hammar, 3e éd., New York, Springer, 2008, p. 228 ISBN 978-0-387-98395-0.
  16. ^ (FR) William Osler et Thomas McCrae, Les principes et la pratique de la médecine: conçus pour l'usage des praticiens et étudiants en médecine, 9 e éd., D. Appleton, 1920, p. 78.
    " L'un des plus répandue et mortelle de toutes les maladies aiguës, la pneumonie est devenue le « capitaine des hommes de la mort », pour reprendre l'expression appliquée par John Bunyan à la consommation., books.google.com.».
  17. ^ à b c et fa g h la (FR) Orin Ebby, Communauté Pneumonie acquise: De Pathogènes communes à une résistance émergente, en Pratique de médecine d'urgence, vol. 7, n ° 12, Décembre 2005.
  18. ^ (FR) G. W. Adams et al., Le déclin de la maladie infantile Haemophilus influenzae de type B (Hib) dans le vaccin Hib a été, en JAMA, vol. 269, n ° 2, Janvier 1993, p. 221-6, DOI:10,1001 / jama.269.2.221, PMID 8417239.
  19. ^ (FR) C. G. Whitney et al., Baisse de la pneumococcies invasives après l'introduction du vaccin conjugué protéine-polysaccharide, en N. Engl. J. Med., vol. 348, nº 18, mai 2003, p. 1737-1746, DOI:10,1056 / NEJMoa022823, PMID 12724479.
  20. ^ Estimations de l'OMS des maladies et des blessures pays, Organisation mondiale de la Santé (OMS), 2004. Récupéré le 11 Novembre 2009.
  21. ^ à b c (FR) S. K. Kabra et al., Les antibiotiques pour la pneumonie d'origine communautaire chez les enfants, en Cochrane Database Syst Rev, vol. 3, nº 3, 2010, p. CD004874, DOI:10.1002 / 14651858.CD004874.pub3, PMID 20238334.
  22. ^ Maladies respiratoires - Pneumonie, sur Manuel Merck. 9 Septembre Récupéré, 2013.
  23. ^ à b c et fa g h la j k l m n ou (FR) G. B. Nair et M. S. Niederman, pneumonies communautaires: une bataille inachevée, en Les cliniques médicales de l'Amérique du Nord, vol. 95, nº 6, Novembre 2011, p. 1143-1161, DOI:10.1016 / j.mcna.2011.08.007, PMID 22032432.
  24. ^ à b c et fa g h la (FR) V. Singh et S. Aneja, Pneumonie - gestion dans le monde en développement, commentaires respiratoires pédiatriques, vol. 12, nº 1, Mars 2011, pp. 52-9, DOI:10.1016 / j.prrv.2010.09.011, PMID 21172676.
  25. ^ (FR) Rudan I. et al., L'épidémiologie et l'étiologie de la pneumonie infantile, en Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé, vol. 86, nº 5, mai 2008, pp. 408-16, DOI:10.2471 / BLT.07.048769, PMC 2647437, PMID 18545744.
  26. ^ (FR) M. Garenne et al., L'ampleur de la mortalité due aux infections respiratoires aiguës chez les enfants de moins de 5 ans dans les pays en développement, en Mondiale de la Santé Stat Q, vol. 45, 2-3, 1992, pp. 180-91, PMID 1462653.
  27. ^ (FR) De l'OMS, Les vaccins antipneumococciques. OMS document de synthèse, en Wkly. Epidemiol. Rec., vol. 74, nº 23, 1999, pp. 177-83, PMID 10437429.
  28. ^ Pneumonie: Description et symptômes de maladies courantes MedicinaOltre.com
  29. ^ (FR) Sanjaykumar Hapans et al., pneumonie éosinophile associée à la bléomycine chez un patient avec séminome médiastinal: un rapport de cas, en Journal des rapports de cas médicaux, 2010 DOI:10.1186 / 1752-1947-4-126.
  30. ^ (FR) J. F. et A. Lowe Stevens, pathologie, 2e éd., St. Louis, Mosby, 2000, p. 197, ISBN 0-7234-3200-7.
  31. ^ (FR) Raleigh A. Bowden et al., les infections de greffes, 3e éd., Philadelphie, Wolters Kluwer Health / Lippincott Williams Wilkins, 2010, p. 187, ISBN 978-1-58255-820-2.
  32. ^ à b c et fa g h la Nadel Murray, 32, en 2010.
  33. ^ (FR) C. S. Eom et al., L'utilisation de médicaments acide suppresseurs et risque de pneumonie: une revue systématique et méta-analyse, en JAMC: revue Association médicale canadienne = Journal de l'Association médicale canadienne, vol. 183, nº 3, 22 Février 2011, pp. 310-9, DOI:10.1503 / cmaj.092129, PMC 3042441, PMID 21173070.
  34. ^ pneumonie, msd-italia.it. Récupéré 25 mai 2011.
  35. ^ à b c et fa g (FR) S. Sharma et al., imagerie radiologique dans la pneumonie: innovations récentes, en Current Opinion in Medicine pulmonaire, vol. 13, nº 3, mai 2007, pp. 159-69, DOI:10,1097 / MCP.0b013e3280f3bff4, PMID 17414122.
  36. ^ à b c (FR) Et D. S. Anevlavis Bouros, Extrahospitalière pneumonie bactérienne, en Expert Opin Pharmacother, vol. 11, nº 3, Février 2010, pp. 361-74, DOI:10,1517 / 14656560903508770, PMID 20085502.
  37. ^ à b c et fa g h la j Murray et Nadel (2010). Chapitre 31.
  38. ^ à b (FR) L. T. Figueiredo, pneumonie virale: aspects épidémiologiques, cliniques, physiopathologiques et thérapeutiques, en J Bras Pneumol, vol. 35, nº 9, Septembre 2009, p. 899-906, DOI:10,1590 / S1806-37132009000900012, PMID 19820817.
  39. ^ à b (FR) D. Behera, Manuel de médecine pulmonaire, 2e éd., New Delhi, Jaypee Brothers Medical Pub., 2010, p. 391-394, ISBN 81-8448-749-5.
  40. ^ à b (FR) Nick Maskell, Oxford Desk Reference., Oxford, Oxford University Press, 2009, p. 196 ISBN 978-0-19-923912-2.
  41. ^ à b c et fa Murray et Nadel (2010). Chapitre 37.
  42. ^ (FR) V. K. Vijayan, infections pulmonaires parasitoses, en L'opinion courante en médecine pulmonaire, vol. 15, nº 3, mai 2009, p. 274-82, DOI:10,1097 / MCP.0b013e328326f3f8, PMID 19276810.
  43. ^ (FR) Richard K. Root, maladies infectieuses cliniques: une approche pratique, New York, NY, Oxford Univ. Press, 1999, p. 833, ISBN 978-0-19-508103-9.
  44. ^ (FR) Ulrich Costabel, maladie pulmonaire Diffuse parenchymateuse, Bâle, Karger, 2007, p. 4 ISBN 978-3-8055-8153-0.
  45. ^ à b (FR) S. C. et S. Ranganathan Sonnappa, La pneumonie et d'autres infections respiratoires, en Cliniques pédiatriques de l'Amérique du Nord, vol. 56, nº 1, Février 2009, pp. 135-56, xi, DOI:10.1016 / j.pcl.2008.10.005, PMID 19135585.
  46. ^ à b c et fa g La pneumonie (Aide-mémoire N ° 331), sur Organisation mondiale de la Santé, Août 2012.
  47. ^ (FR) Stephen J. McPhee et Gary D. Hammer (ed) Physiopathologie de la maladie: une introduction à la médecine clinique, 6e éd., New York, McGraw-Hill médicale, 2010, chapitre 4, ISBN 0-07-162167-9.
  48. ^ à b (FR) Alan Fein Diagnostic et traitement de la pneumonie et d'autres infections respiratoires, 2e éd., Caddo, OK, Communications professionnelles, 2006, pp. 28-29, ISBN 1-884735-63-0.
  49. ^ (FR) Vinay Kumar, Robbins et base anatomopathologique Cotran de la maladie., 8e éd., Philadelphie, Saunders / Elsevier, 2010, chapitre 15, ISBN 1-4160-3121-9.
  50. ^ à b (FR) Gary R. Fleisher et al., Manuel de médecine d'urgence pédiatrique, 6e éd., Philadelphie, Wolters Kluwer / Lippincott Williams Wilkins Santé, 2010, p. 914, ISBN 1-60547-159-3.
  51. ^ à b c et fa g h la (FR) H. Yu, Gestion de l'épanchement pleural, empyème et abcès du poumon, en Séminaires en radiologie interventionnelle, vol. 28, nº 1, 2011 Mar, pp. 75-86, DOI:10.1055 / s-0031-1273942, PMC 3140254, PMID 22379278.
  52. ^ Cunha (2010). Pages 250-251.
  53. ^ (FR) L. Dunn, Pneumonie: classification, le diagnostic et la gestion des soins infirmiers, en norme des soins infirmiers (Royal College of Nursing (Grande-Bretagne): 1987), vol. 19, nº 42, le 29 Juin, 2005 5-Juillet, p. 50-4, PMID 16013205.
  54. ^ (FR) Organisation mondiale de la Santé, Livre de poche des soins hospitaliers pour les enfants: lignes directrices pour la gestion des maladies courantes avec des ressources limitées., Genève, Organisation mondiale de la Santé, 2005, p. 72, ISBN 978-92-4-154670-6.
  55. ^ à b (FR) T. Lynch et al., Une revue systématique sur le diagnostic de la pneumonie bactérienne pédiatrique: quand l'or est en bronze, dans Huicho Luis (ed) PLoS ONE, vol. 5, n ° 8, 6 Août 2010, p. e11989, DOI:10.1371 / journal.pone.0011989, PMC 2917358, PMID 20700510.
  56. ^ (FR) S. A. Appel et al., Est-ce que ce patient a la grippe?, en JAMA: le Journal de l'American Medical Association, vol. 293, n ° 8, 23 Février, 2005, p. 987-97, DOI:10,1001 / jama.293.8.987, PMID 15728170.
  57. ^ à b (FR) Judith E. Tintinalli, Médecine d'urgence: Guide d'étude approfondie (médecine d'urgence (Tintinalli)), New York, McGraw-Hill, 2010, p. 480, ISBN 0-07-148480-9.
  58. ^ à b c et fa g h (FR) Z. Hoare et S. W. Lim, Pneumonie: mise à jour sur le diagnostic et la gestion (PDF), Dans BMJ, vol. 332, nº 7549, 2006, pp. 1077-9, DOI:10.1136 / bmj.332.7549.1077, PMC 1458569, PMID 16675815.
  59. ^ à b (FR) Alan D. Majid Ezzati et al., quantification comparative des risques pour la santé, Genève, Organisation mondiale de la santé, 2004, p. 70, ISBN 978-92-4-158031-1.
  60. ^ à b c et fa g h la j k l m n ou (FR) W. S. Lim et al., directives BTS pour la gestion des pneumonies communautaires chez les adultes: mise à jour 2009, en thorax, vol. 64, Suppl 3, Octobre 2009, p. iii1-55, DOI:10.1136 / thx.2009.121434, PMID 19783532.
  61. ^ (FR) F. Saldías et al., [Valeur prédictive de l'histoire et un examen physique pour le diagnostic de la pneumonie communautaire chez les adultes: une revue de la littérature], en Revista médicale du Chili, vol. 135, numéro 4, Avril 2007, p. 517-28, PMID 17554463.
  62. ^ (FR) William E. Brant et Clyde A. Helms, Principes de la radiologie diagnostique, 4e éd., Philadelphie, Wolters Kluwer / Lippincott Williams Wilkins, p. 435, ISBN 978-1-60831-911-4.
  63. ^ à b c (FR) A. L. Mandell et al., Infectious Diseases Society of America / American Thoracic lignes directrices consensuelles de la société sur la gestion des pneumonies communautaires chez les adultes, en maladies infectieuses cliniques: une publication officielle de l'Infectious Diseases Society of America, vol. 44, Suppl 2, 1 Mars 2007, pp. S27-72, DOI:10,1086 / 511159, PMID 17278083.
  64. ^ (FR) Et K. J. Darby Buising, Se pourrait-il Legionella?, en médecin de famille australienne, vol. 37, nº 10, Octobre 2008, p. 812-5, PMID 19002299.
  65. ^ (FR) A. Ortqvist et al., Streptococcus pneumoniae: épidémiologie, facteurs de risque, et les caractéristiques cliniques, en Séminaires en médecine de soins respiratoires et critiques, vol. 26, nº 6, Décembre 2005, p. 563-74, DOI:10.1055 / s-2005-925523, PMID 16388428.
  66. ^ (FR) Mauro Moroni et al., les maladies infectieuses, 8e éd., Masson, 2014, ISBN 978-88-214-3690-1.
  67. ^ à b (FR) J. Bradley S. et al., La gestion de la pneumonie acquise dans la communauté chez les nourrissons et les enfants âgés de 3 mois: Lignes directrices de pratique clinique de la Société des maladies infectieuses pédiatriques et l'Infectious Diseases Society of America, en maladies infectieuses cliniques: une publication officielle de l'Infectious Diseases Society of America, vol. 53, nº 7, 31 Août 2011, p. e25-76, DOI:10.1093 / cid / cir531, PMID 21880587.
  68. ^ (FR) M. Yang et al., La kinésithérapie respiratoire pour la pneumonie chez les adultes, Dongbi Rong (rédacteur en chef) base de données des revues systématiques Cochrane, nº 2, 17 Février, 2010, pp. CD006338, DOI:10.1002 / 14651858.CD006338.pub2, PMID 20166082.
  69. ^ (FR) Y. Zhang et al., Oxygénothérapie pour la pneumonie chez les adultes, Dong Bi Rong (ed) base de données des revues systématiques Cochrane, vol. 3, 14 Mars 2012, pp. CD006607, DOI:10.1002 / 14651858.CD006607.pub4, PMID 22419316.
  70. ^ à b (FR) C. C. Chang, Over-the-médicaments en vente libre (OTC) pour réduire la toux comme traitement d'appoint aux antibiotiques pour une pneumonie aiguë chez les enfants et les adultes, dans Chang Christina C. (eds), Cochrane Database Syst Rev, vol. 2, 2012, pp. CD006088, DOI:10.1002 / 14651858.CD006088.pub3, PMID 22336815.
  71. ^ (FR) B. A. Haider et al., La supplémentation en zinc en complément aux antibiotiques dans le traitement de la pneumonie chez les enfants de 2 à 59 mois, dans Bhutta Zulfiqar A. (ed), base de données des revues systématiques Cochrane, nº 10, 5 Octobre 2011, p. CD007368, DOI:10.1002 / 14651858.CD007368.pub2, PMID 21975768.
  72. ^ (FR) M. N. Lutfiyya et al., Le diagnostic et le traitement des pneumonies communautaires (PDF), Dans Am Fam Physician, vol. 73, nº 3, Février 2006, pp. 442-50, PMID 16477891.
  73. ^ (FR) N. Raz-Eliakim et al., Couverture des antibiotiques Empiric pathogènes atypiques pour la pneumonie d'origine communautaire chez les adultes hospitalisés, en base de données des revues systématiques Cochrane, vol. 9, 12 Septembre, 2012, pp. CD004418, DOI:10.1002 / 14651858.CD004418.pub4, PMID 22972070.
  74. ^ (FR) N. M. Scalera et T. M. Fichier, Depuis combien de temps devrions-nous traiter la pneumonie nosocomiale?, en Curr. Opin. Infect. Dis., vol. 20, No. 2, Avril 2007, p. 177-81, DOI:10,1097 / QCO.0b013e3280555072, PMID 17496577.
  75. ^ (FR) American Thoracic Society § Société des maladies infectieuses de l'Amérique, Lignes directrices pour la gestion des adultes avec nosocomiale, associée à la ventilation et les soins de santé associés pneumonie, en Am J Respir Crit Care Med, vol. 171, nº 4, Février 2005, pp. 388-416, DOI:10,1164 / rccm.200405-644ST, PMID 15699079.
  76. ^ à b (FR) P. E. Marik, syndromes d'aspiration pulmonaire, en Current Opinion in Medicine pulmonaire, vol. 17, nº 3, mai 2011, pp. 148-54, DOI:10,1097 / MCP.0b013e32834397d6, PMID 21311332.
  77. ^ (FR) S. O'Connor, pneumonie et pneumopathie d'aspiration, en Australian Prescriber, vol. 26, nº 1, 2003, pp. 14-7. (Déposé par 'URL d'origine 9 juillet 2009).
  78. ^ à b (FR) D. Behera, Manuel de médecine pulmonaire, 2e éd., New Delhi, Jaypee Brothers Medical Pub., 2010, p. 296-297, ISBN 978-81-8448-749-7.
  79. ^ à b c Cunha (2010). Pages 6-18.
  80. ^ (FR) J. Rello, La démographie, les lignes directrices, et l'expérience clinique sévère pneumonie communautaire, en soins intensifs (Londres, Angleterre), 12 Suppl 6, Suppl 6, 2008, p. S2, DOI:10.1186 / cc7025, PMC 2607112, PMID 19105795.
  81. ^ à b c La pneumonie peut être prévenue - Les vaccins peuvent aider, sur Centers for Disease Control and Prevention. Récupéré 22 Octobre, 2012.
  82. ^ (FR) D. M. Gray et J. H. Zar, extrahospitalière la pneumonie chez les enfants infectés par le VIH: une perspective mondiale, en L'opinion courante en médecine pulmonaire, vol. 16, nº 3, mai 2010, p. 208-16, DOI:10,1097 / MCP.0b013e3283387984, PMID 20375782.
  83. ^ (FR) L. Huang et al., Pneumocystis associée au VIH-pneumonie, en Compte rendu de l'American Thoracic Society, vol. 8, no 3, Juin 2011, pp. 294-300, DOI:10,1513 / pats.201009-062WR, PMC 3132788, PMID 21653531.
  84. ^ (FR) H. Green et al., Prophylaxie pour la pneumonie à Pneumocystis (PCP) chez les patients immunodéprimés non-VIH, en Cochrane Database Syst Rev, nº 3, 2007, pp. CD005590, DOI:10.1002 / 14651858.CD005590.pub2, PMID 17636808.
  85. ^ (FR) M. Taminato et al., Le dépistage du streptocoque du groupe B chez les femmes enceintes: une revue systématique et méta-analyse, en Revista Amérique latine de Enfermagem, vol. 19, nº 6, Novembre-Décembre 2011, pp. 1470-8, PMID 22249684.
  86. ^ (FR) T. Darville, Les infections à Chlamydia trachomatis chez les nouveau-nés et les jeunes enfants, en Seminars in maladies infectieuses pédiatriques, vol. 16, nº 4, Octobre 2005, p. 235-44, DOI:10.1053 / j.spid.2005.06.004, PMID 16210104.
  87. ^ (FR) Plan d'action mondial pour la prévention et le contrôle de la pneumonie (GAPP) (PDF), Organisation mondiale de la Santé, 2009.
  88. ^ à b (FR) A. Roggensack et al., Gestion de méconium à la naissance, en Journal d'obstétrique et gynécologie du Canada: JOGC = Journal et du gynecologie obstétrique Canada: JOGC, vol. 31, nº 4, Avril 2009, p. 353-4, 355-7, PMID 19497156.
  89. ^ (FR) C. D. van der Maarel-Wierink et al., soins de santé bucco-dentaire et la pneumonie d'aspiration chez les personnes âgées en perte d'autonomie: une revue systématique de la littérature, en Gérodontologie, 6 mars 2012, p. non, DOI:10.1111 / j.1741-2358.2012.00637.x, PMID 22390255.
  90. ^ (FR) T. Jefferson et al., Les vaccins pour prévenir la grippe chez les adultes en bonne santé, Jefferson Tom (rédacteur en chef) base de données des revues systématiques Cochrane, nº 7, 7 Juillet 2010, pp. CD001269, DOI:10.1002 / 14651858.CD001269.pub4, PMID 20614424.
  91. ^ (FR) La grippe saisonnière (grippe), sur Center for Disease Control and Prevention. Récupéré 29 Juin, 2011.
  92. ^ (FR) T. Jefferson et al., Amantadine et la rimantadine pour la prévention et le traitement de la grippe A chez les adultes, Jefferson Tom (rédacteur en chef) Cochrane Database Syst Rev, nº 3, 2004, pp. CD001169, DOI:10.1002 / 14651858.CD001169.pub2, PMID 15266442.
  93. ^ (FR) T. Jefferson et al., inhibiteurs de la neuraminidase pour la prévention et le traitement de la grippe chez les adultes en bonne santé et les enfants, Jefferson Tom (rédacteur en chef) base de données des revues systématiques Cochrane, vol. 1, 18 Janvier 2012, p. CD008965, DOI:10.1002 / 14651858.CD008965.pub3, PMID 22258996.
  94. ^ (FR) S.A. Moberley et al., Les vaccins pour prévenir les infections à pneumocoques chez les adultes, Ross M. Andrews (ed) base de données des revues systématiques Cochrane, nº 1, le 23 Janvier 2008, p. CD000422, DOI:10.1002 / 14651858.CD000422.pub2, PMID 18253977.

bibliographie

  • Ramzi Cotran, Vinay Kumar et Tucker Collins, Robbins. Pathologique de la maladie Base, VI, Padova, Piccin, 1999 ISBN 978-88-299-1548-4.
  • (FR) Angela McLuckie, Les maladies respiratoires et sa gestion, New York, Springer, 2009 ISBN 978-1-84882-094-4.
  • (FR) Richard Leach, Aiguë et médecine de soins intensifs en un coup d'oeil, 2e éd., Wiley-Blackwell, 2009 ISBN 1-4051-6139-6.
  • (FR) Jeffrey Pommerville, Principes de la microbiologie de Alcamo, 9 e éd., Sudbury MA, Jones Bartlett, 2010 ISBN 0-7637-6258-X.
  • (FR) AA.VV., dictionnaire médical de Stedman, ed 28., Philadelphie, Lippincott Williams Wilkins, 2006 ISBN 978-0-7817-6450-6.
  • (FR) Bonnie Ashby et Carol Turkington, L'encyclopédie des maladies infectieuses, 3e éd., New York, Facts on File, 2007 ISBN 0-8160-6397-4.
  • (FR) Ronald George, Pneumologie: l'essentiel de la médecine de soins pulmonaires et critiques, 5e éd., Philadelphie, Lippincott Williams Wilkins, 2005 ISBN 978-0-7817-5273-2.
  • (FR) Ralph Feigin, Manuel des maladies infectieuses pédiatriques, 5e éd., Philadelphie, W. B. Saunders, 2004 ISBN 978-0-7216-9329-3.
  • (FR) Organisation mondiale de la Santé, Livre de poche des soins hospitaliers pour les enfants: lignes directrices pour la gestion des maladies courantes avec des ressources limitées, Genève, Organisation mondiale de la Santé, 2005 ISBN 978-92-4-154670-6.
  • (FR) Majid Ezzati, quantification comparative des risques pour la santé, Genève, Organisation mondiale de la santé, 2004 ISBN 978-92-4-158031-1.
  • (FR) Gary Fleisher, Stephen Ludwig, Manuel de médecine d'urgence pédiatrique, 6e éd., Philadelphie, Wolters Kluwer / Lippincott Williams Wilkins Santé, 2010 ISBN 1-60547-159-3.
  • (FR) Vinay Kumar, chapitre 15, en base de la maladie Robbins anatomopathologique et Cotran, 8e éd., Philadelphie, Saunders / Elsevier, 2010 ISBN 1-4160-3121-9.
  • (FR) Alain Fein, Diagnostic et traitement de la pneumonie et d'autres infections respiratoires, 2e éd., Caddo, OK, Communications professionnelles, 2006 ISBN 1-884735-63-0.
  • (FR) Stephen McPhee, Physiopathologie de la maladie: une introduction à la médecine clinique, 6e éd., New York, McGraw-Hill Medical 2010 ISBN 0-07-162167-9.
  • (FR) Richard Root, maladies infectieuses cliniques: une approche pratique, New York, NY, Oxford University Press, 1999 ISBN 978-0-19-508103-9.
  • (FR) Ulrich Costabel, maladie pulmonaire Diffuse parenchymateuse, Online-Ausg, Bâle, Karger, 2007 ISBN 978-3-8055-8153-0.
  • (FR) Nick Maskell et Ann Millar, Oxford Desk Reference, Oxford, Oxford University Press, 2009 ISBN 978-0-19-923912-2.
  • (FR) D. Behera, Manuel de médecine pulmonaire, 2e éd., New Delhi, Jaypee Brothers Medical Pub, 2010 ISBN 81-8448-749-5.
  • (FR) James Lowe et Alan Stevens, pathologie, 2e éd., St. Louis, Mosby, 2000 ISBN 0-7234-3200-7.
  • (FR) Raleigh Bowden, Per Ljungman et David Snydman, les infections de greffes, 3e éd., Philadelphie, Wolters Kluwer Health / Lippincott Williams Wilkins, 2010 ISBN 978-1-58255-820-2.
  • (FR) Carol Farver, Armando Fraire et Joseph Tomashefski, pathologie pulmonaire du Dail et Hammar, 3e éd., New York, Springer, 2008 ISBN 978-0-387-98395-0.

Articles connexes

D'autres projets

  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations sur pneumonie
  • Il contribue à Wiktionary Wiktionnaire Dictionnaire contient le lemme "pneumonie»
  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers sur pneumonie

liens externes

autorités de contrôle GND: (DE4036659-5
Wikimedaglia
C'est produit vedette, identifié comme l'un des meilleures voix produit par communauté.
Il a été reconnu comme tel le 27 Septembre 2013 - aller à la signalisation.
Bien sûr qu'ils sont les bienvenus conseils et les changements qui améliorent encore le travail accompli.

notifications  ·  Critères d'admission  ·  Objets exposés dans d'autres langues  ·  Articles sur l'affichage dans une autre langue sans l'équivalent de it.wiki