s
19 708 Pages

Courrier de l'Italie
état Italie Italie
langue italien
périodicité tous les jours
sexe presse nationale
format feuille
fondation 26 juillet 1906
fermeture 20 septembre 1929
siège Rome
directeur Gaetano De Felice, Paolo Mattei Gentili
 

la Courrier de l'Italie était tous les jours italien fondé en Rome en 1906. Il a été publié jusqu'à 1929.

histoire

en 1904 Il né le « Giornale di Roma » tous les jours fondée par un groupe de conservateurs dirigé par le prince Ugo Boncompagni, par le comte Carlo Santucci et les sommets du Banco di Roma[1]. Dans une période où la question romaine était encore en suspens (le Saint-Siège et l'Etat italien avait pas de relations diplomatiques), le tous les jours Il prend en charge la reconnaissance mutuelle des deux parties. en 1906 il y a un changement de propriété. Le journal change son nom devient « Courrier de l'Italie », mais garde le directeur, Gaetano De Felice (1863-1936), et la même ligne politique.

en Juin 1907 le journal adhère au journal fondé par le réseau Giovanni Grosoli, par la Romana Editorial Société (S.E.R.)[2]. Le journal « Courier » fournit à d'autres nouvelles du réseau en ce qui concerne les Roms et les archives parlementaires. Avec la nouvelle direction Paolo Mattei Gentili, Le « Courier » adopte une ligne modérée, devenant ainsi le best-seller journal catholique du pays.

en Décembre 1912 le Saint-Siège juges « ne sont pas conformes aux directives du pape » des journaux S.E.R. (avertissement du 2 Décembre 1912). Répudiation provoque un effet de choc dans les journaux du groupe (Mattei quitte volontairement Gentili de la direction pour une demi-année). Seulement après la mort de Pie X La phrase précédente est dépassée. en 1916 le réseau de journaux Grosoli passe à une nouvelle société, la « Editorial » Union italienne ". en 1918 le U.E.I. Il est mis en liquidation.

en Janvier 1919 Il est fondé Parti populaire italien. Le « Courrier », réalisé par Paolo Mattei Gentili est parmi les 20 journaux catholiques qui adhèrent à la nouvelle formation politique. De Janvier à Mai 1919, il est aussi le premier journal officiel du parti[3].

en 1923, année critique pour la presse catholique italienne, prend l'écart entre le quotidien et le parti catholique. Le Parti populaire décide de ne pas coopérer avec le gouvernement; Au lieu de cela le « Courrier de l'Italie » continue de soutenir la majorité dirigée par Benito Mussolini. Paolo Mattei Gentili donne au journal qu'il a dirigé un tour d'une manière conservatrice, en fait se éloigner de don Sturzo. À partir de 1924 le journal soutient officiellement le « Centre national italien», groupement national catholique fondé le 12 Août de cette année.

Le « Courrier de l'Italie » survit à la loi qui supprime la liberté de la presse (31 Décembre 1925). Non, il survit à la signature de Accords du Latran (11 Février 1929). Cette année, en plus de « Corriere », cesser les publications deux autres journaux nationaux catholiques: « L'unité catholique » à Florence et « The Moment » de Turin.

Le dernier numéro du « Courrier de l'Italie » est 20 sorties Septembre 1929.

notes

  1. ^ Les journaux: l'ombre et de réflexion, treccani.it. Récupéré le 29/03/2014.
  2. ^ Sur ce réseau, ils faisaient également partie de "L'avenir de l'Italie»de Bologne, "Italie»de Milan, « Le moment » de turin et, pendant une courte période, « Il Corriere di Sicilia» Palerme.
  3. ^ Francesco Traniello et Giorgio Campanini (ed) Dictionnaire historique du mouvement catholique en Italie. Vol. II, "Le Joueur", 1982 Marietti, Casale Monferrato, p. 286

directeurs

  • Gaetano De Felice (1906-1908)
  • Paolo Mattei Gentili (1908 - Décembre 1912) (Mattei Gentili est devenu directeur de facto déjà en Décembre 1907)
  • ... (Janvier 1913 - Juillet 1914)
  • Paolo Mattei Gentili (Juillet 1914-1920 Septembre 1929)

bibliographie

  • Francesco Malgeri, Le quotidien et la presse périodique et de l'édition, Francesco à Traniello et Giorgio Campanini (ed) Dictionnaire historique du mouvement catholique en Italie. Vol. II, "Le Joueur", Casale Monferrato, Marietti, 1982, p. 280-290, ISBN 88-211-8153-7.